Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Afrique : convoitise exploitation déstabilisation

  • Kémi Seba invité chez Thinkerview


                               

     

                      Le mouvement Rastafari, ciment du panafricanisme, et la tradition vaudou, primordiale, et les tradipracticiens, gardiens de la tradition africaine.

     

    ***

     

    Un esprit clair, une démarche positive... une lucidité exigeante... bien que né en France, Kemi Seba a élu domicile en Afrique depuis dix ans.

    Trois axes guident aujourd'hui la pensée panafricaine de Kémi Seba : l'autodétermination (à l'opposé de tout afrocentrisme), l'antivictimisation et le courage héroïque (ce qu'il nomme "la virilité des Peuples").

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Afrique - convoitise exploitation déstabilisation

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Saïd Bouamama : Manuel stratégique de l'Afrique

     

    said bouhamama françafrique

    bouamama sur l'afrique investig('action

    bouhamama said afrique françafrique


                             

     

                Chercheur, SaÏd Bouamama a très tôt compris que ce n'est pas la distanciation qui crée le savoir mais la proximité.

                           Son ouvrage disponible ICI

     

    ***

     


                     

                   Si les pays dont le sol regorge de richesses (les minerais stratégiques) sont souvent les pays les plus pauvres, c’est pour la raison suivante : ces pays les plus pauvres sont les pays les plus convoités non pas par les pays dont les sols sont les plus riches mais par les pays les plus forts : or, le fort, pour le rester, se gardera bien d’offrir au plus faible de lui rendre justice.

    De plus, le fort n’a pas à négocier avec ces pays « aux sols les plus riches » qui sont les pays les plus faibles pour la simple raison que le faible ne peut que se vendre au plus fort à des conditions et à un prix qui lui échappera toujours.

    Gardons aussi à l'esprit ceci ; c'est le plus fort qui choisit son interlocuteur ; en priorité celui qu'il aura pris soin de corrompre...

    Parce que corruptible ?

    Certes, comme tout un chacun. Aucune spécificité africaine.

     

                         - Serge ULESKI

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Afrique, colonisation, exploitation

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
  • Sommet de la Francophonie 2018 : plus ça change, plus... etc... etc....

      

    Ces voix que l'on étouffe, ici, là-bas et ailleurs...

      

      

                La révolte d'un Africain, Malick Noël Seck, membre du front national de salut public, exaspéré par une francophonie qui n'est que le bras armé de la Françafrique et une élite africaine tout au service des multinationales françaises : des autoroutes là où des hôpitaux sont attendus... des poulets d'exportation qui inondent le marché local contre l'indépendance alimentaire d'un pays, d'un continent...

     

    "Osons la dignité et la liberté !" lance Malick Noël Seck

     

     

    Un chef d'Etat salarié de l'entreprise France

     


     

    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Françafrique

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Politique et actualité 0 commentaire
  • L'Art africain : plus d'un siècle de redécouverte...

     

     

              Qui dressera le chapiteau d’un monde qui nous abritera tous ?

     

    ______________

     

    actualité,société,politique,art africain,art nègre,art primitif,afrique noire

     

                   Et si l’art africain était là aujourd’hui pour nous consoler de l’art contemporain fossoyeur de l’art moderne tout au long du 20e siècle ?

    Pour s'en convaincre il suffit d'évoquer l'art brut (une bonne partie de la production), le pop art, l’art conceptuel et autres complaisances dans lesquels on trouvera le refus de l'effort et d'un travail dispensés pour une finalité bouleversante et incontestable dans sa maîtrise et son inspiration, témoin indiscutable d‘années de recherche et d’apprentissage solitaires et têtus... ainsi que le rejet de l'abnégation et du sacrifice avec ses conséquences matérielles et sociales car l’art ne nourrit toujours pas son homme !

    Aujourd’hui, cet art africain, tel qu'il nous a été révélé à partir des années 20, semble représenter un véritable refuge pour tous les déçus de l’art contemporain.

     

    ***

     

                     Si Gobineau au 19e siècle attribue la paternité de l’Art à l’Afrique, et plus encore à l'heure où l'origine africaine de l'homme moderne est maintenant scientifiquement établie… l'Art africain n'est-il pas une redécouverte de nous-mêmes ?

                    Mais alors, que pense cet art ? Et qui le pense ? Que regardent-ils tous ces visages sculptés dans le bois ? Ces bustes ? Ces masques, que cachent-ils ? Quel regard adresse-t-il et à qui ? Et puis enfin : qui es-tu toi qui les as sculptés ? Quel est ton nom ? Ton visage ? Quelle a été ton existence ?

                     Comment se faire une idée au plus près de leur intimité de toutes ces figures ? Une origine géographique déterminée, la désignation d’une ethnie en particulier, d’un roi, d’un royaume, suffisent-elles à nous apporter une compréhension de ce qui nous est donné à regarder cause d’un attachement qui se voudrait confraternel et quasi-universel ?

     

                  Les surréalistes ne s'y sont pas trompés ; ils furent très tôt les meilleurs clients des marchands d'art africain ( Charles Ratton entre autres marchands) car, bien que l’art africain ait laissé en particulier André Breton indifférent, ce dernier a su toutefois résumer tout l’intérêt du mouvement surréaliste pour cet art : «... ces objets-dieux dont nous jalousons très particulièrement le pouvoir évocateur que nous tenons pour dépositaires, en art, de la grâce même que nous voudrions reconquérir. »

    Pour ce groupe, l’art africain c’est déjà la surprise et l’émotion, le choc esthétique et la rupture qui font cruellement défaut à l’art contemporain aujourd’hui : 

                "Les peintres et les sculpteurs aussi voyaient dans cet art africain la confirmation de leurs théories cubistes, engagés qu’ils étaient dans des expérimentations révolutionnaires. Les artistes de l’avant-garde sont néanmoins loin d’être les premiers à estimer l’esthétique des objets rapportés des colonies. Avant eux, ethnologues et amateurs ont contribué à faire évoluer les mentalités et à sortir de l’approche racialiste et hiérarchisée du 19è siècle."

    actualité,société,politique,art africain,art nègre,art primitif,afrique noire

     

                  Discipline ethnologique, musées ethnographiques, face publique d’une politique nationale impérialiste… c’est la colonisation qui aura donc révélé au monde l’art nègre avant de l’assassiner.

    Déjà en 1937, Charles Ratton un des plus grands experts et marchands d’art africain et océanien des années 30 écrivait : « La sculpture nègre est morte maintenant, avec les dieux. C’est pour les touristes que sous peu d’années s’exécuteront les tam-tams et les danses. »

    De cet art africain, Jean Rouch ressuscitera quand même quelques uns des dieux qui veillent encore sur le fleuve le Niger et ses pêcheurs et leurs familles.

    Il est vrai que dans les années 30,  les cultures dont sculptures et masques sont originaires étaient à l’agonie ou mortes. Resnais et Marker dans «  Les statues meurent aussi » dresseront une anthologie de ces œuvres tout en condamnant le sort des populations en Afrique-occidentale française.

    Ratton, Rouch, Marker... une autre figure a occupé une place importante dans la révélation de cet Art : Madeleine Rousseau de l’association APAM (musée et culture pour tous !) née du Front populaire en 1936 et rédactrice en chef de la revue Musée Vivant débute sa collection des arts africains et océaniens à la fin des années 30. Elle inscrira le monde noir au tableau de l’association.

                       

                   Rois et royaume de Danhomè, divinités guerrières, Bénin, Nigéria, République démocratique du Congo, Cameroun… cuivre, bronze, ivoire, bois, feuilles d’argent, perles et cauris, raphia…

                  "L’art africain, très en vogue à New-York dès 1917, joua un rôle important de promotion d’une fierté identitaire afro-américaine. Certains membres du mouvement culturel noir américain devinrent eux-mêmes actifs sur ce marché de l’art."

    Fétiches, objets magiques, totems, poteaux, masques, sculpteurs inégalés sur bois et sur ivoire, dès les années 30, et des années durant, la demande en biens culturels africains qualifiés de « objets sauvages » (la sauvagerie, une vertu infiniment désirable chez les surréalistes, signe d’un sous-développement chez d’autres) dans les annonces publicitaires des marchants, sera nettement supérieure à l’offre.

    D’où le pillage d’une grande partie du continent par des prédateurs sans considérations éthiques. L’interdiction de l’exportation illicite des biens culturels africains sera rendue effective par l’UNESCO en 1972 seulement ; et les principaux pays importateurs – la France en particulier -, ne ratifieront que dans les années 90 cette convention à l’exception des USA.

     

    actualité,société,politique,art africain,art nègre,art primitif,afrique noire

                   Culture et histoire – mystères de l’art africain -, contre perfection formelle ? Ethnographie ou bien, histoire de l’art  et des beaux-arts qui plus est ? Connaître et comprendre ou bien, plus simplement, ne considérer qu’une seule dimension esthétique ?

    Alioune Diop fondateur de la revenue « Présence africaine » écrit en 1951 à propos de l’acquisition de cet art africain par des collectionneurs, marchands et experts : « Ces œuvres ne vous sont pas destinées. La subjectivité du Noir anime leur présence d’une valeur qui découle de son génie, de son histoire, de son isolement. Le public d’Europe leur confère une autre signification assez théorique et liée à ses propres besoins spéculatifs et idéologiques ».

    Confronté à des commentaires à propos de l’art africain tels que «  cette imagination échevelée, satanique, cruelle, animale (sic !) faite d’exaltation, de fièvre de délire religieux et de sensualité hyperbolique » Diop souligne l’ignorance du public et souvent aussi, des collectionneurs et marchands, des structures sociales et des croyances religieuses qui leur donnaient fonctions et sens à cet art :

                      "Très tôt, une double identité est projetée sur les œuvres africaines : provocatrices de modernité, elles sont aussi simultanément perçues comme des antiquités ; voie d’évolution et non de régression pour les artistes et galeristes (Brummer, de Zayas dans les années 30), ces œuvres continueront néanmoins de subir les préjugés liés à l’Afrique et aux Africains.

    Des visiteurs et des visiteuses pouvaient s’offusquer à propos de statuettes jugées obscènes (sexes en érection, poses jugées indécentes), elles étaient très vite retirées des expositions.

    Aussi, nombreux sont les marchands et les collectionneurs à manipuler, couper, retirer des éléments des sculptures pour les rendre conformes à l’esthétique et aux critères du goût occidental : plus de barbe de raphia, plus de pagnes, plus de camisoles, d’ombrelles ou de gris-gris. Les éléments de l’art africain sont alors rendus propres et brillants comme des meubles...

    Car l’attrait pour la nouveauté des formes pouvait être combiné à l’attrait pour un certain mystère. Si le regardeur occidental n’en saisissait pas le sens originel, il pouvait néanmoins y projeter l’image d’une Afrique fantasmée, d’un monde inconnu, souvent ingénu, accès possible à une simplicité et une naïveté perdues que les premiers collectionneurs pensaient percevoir dans ces objets. Les œuvres africaines devenaient les réceptacles d’une large part « de subjectivité, d’emphase mal interprétée et de spéculations romantiques. Cette forme d’appréciation se situait entre la condescendance et la nostalgie d’un passé plus proche de la nature. Ces deux sentiments – mélange de certitude d’une supériorité morale et de paternalisme pour le premier, et association du mode de vie des peuples non occidentaux avant l’enfance de l’humanité pour le second -, puisent leur source dans l’idéologie impérialiste, dont l’intérêt était bien entendu de mettre en avant et d’exacerber les différences et la dichotomie entre le sauvage et le civilisé."

     ______________

     

    Tous les écrits en italiques se rapportent à l'ouvrage édité à l'occasion de l'exposition "Charles Ratton - l'invention des arts primitifs" du quai Branly en 2003. L'ouvrage est disponible à la librairie : "Mona lisait" rue du fbg saint Antoine - Paris

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Art et culture 0 commentaire
  • La vérité sur Bernard Lugan : une recension de Michel Drac


                                   

     

                   "Le corrompu", chef d’Etat ou non, n’est que l’effet d’une cause qui a pour nom « le corrupteur » ; à ne jamais s’en prendre aux corrupteurs, à ne mettre l’accent sur les corrompus seulement, c’est encore et c’est toujours le refus d’identifier les causes, le refus d’établir des responsabilités, le refus d’un jugement avisé et honnête ; un jugement factuel d’une dimension historique car fondé sur des faits et l’histoire.

    A ce sujet, force est de constater que Bernard Lugan, historien "africaniste", ne semble toujours pas être rentré dans cette histoire africaine dont il se réclame tant ; pour un historien, tous s’accorderont à dire que c’est plutôt navrant même si cet universitaire comme privé de recul historique, a la fâcheuse habitude de nous conter l’histoire  des vainqueurs du côté desquels il n’a de cesse de se ranger : les pays les plus développés, anciennes puissances coloniales.

    Pour cette raison qui en vaut bien d’autres, on peut dire que Bernard Lugan n’est pas un homme de recherche mais bien plutôt un homme d’opinions. Or, il se trouve que les opinions de ce Monsieur sont rarement les siennes mais bien plutôt celles de ceux qui l’ont précédé ; comme sur l’Apartheid qui nous vient du 17è siècle. Les opinions de Lugan sont aussi celles de sa famille politique : l’Action française - une idéologie du début du XXè siècle -, et puis…. de sa famille tout court : Bernard Lugan est le Fils d’un officier de marine installé au Maroc qu’il quittera en 1959 (1).

     

    Aussi, se reposer sur Lugan pour comprendre aujourd’hui l’Afrique et l’Africain, les Afrique et les Africains, c’est un peu comme demander à un Golden-boy de la City de nous parler des bienfaits du communiste ; une gageure.

                      Il n’en demeure pas moins que les opinions de Lugan ont tout à fait le droit d’être exprimées et d’être relayées à condition qu’elles le soient « contradictoirement » car, Lugan est à l’Afrique ce que Eric Zemmour est à la question (du moins pour ceux pour lesquelles c’en est une !) des Français issus de la colonisation et de l’immigration économique :  le récipiendaire d'un gigantesque coup de pied au cul reçu de ce Continent (le Maroc pour l’un, l’Algérie pour l’autre) ; coup de pied au cul qui les a propulsés aux antipodes d’une raison honnête ; une raison qui se méfierait comme de la peste de sa propre raison de penser ce qu'ils ne peuvent pas ne pas penser.

    Certes, tout ce petit monde pourra toujours trouver quelque consolation en nous rabâchant jusqu’à satiété que si la saloperie (coloniale celle-là !) n’avait rien à envier à celle qui, aujourd’hui, submerge et recouvre l'Afrique, on ne pourra pas longtemps leur contester à tous ces fils et filles de colons bavards et revanchards, le fait suivant : « … cette saloperie était tout de même plus compétente, efficace et efficiente sous l'ancien régime... (colonial s'entend) ; de plus, la corruption  n’était que d’ordre moral  (corruption des esprits dans le genre : « On est la race des Seigneurs et vous n’êtes que des nigauds ! ») et non matériel et financier !».............. là, c’est déjà moins sûr car il semblerait que cette efficacité économique toute blanche, ait été toute relative ; la France continentale en était le plus souvent de sa poche ; une France vache-à-lait d’une économie au service d’un Empire aux calculs de ses prix de revient (et à la facturation) plus que fantaisistes. 


                                 

     

                     Disons les choses : si la recherche de la vérité doit être le réel souci de ceux qui se penchent sur le berceau ou le cercueil (c’est au choix) de ce Continent qu’est l’Afrique - un continent traumatisé : traite négrière, colonialisme, apartheid, génocides, climats hostiles, archaïsmes ethniques, corruption des élites par les Multinationales, pillage de ses ressources -,  seule l’étude de l’action de ceux qui, Africains d’Afrique, ont tenté au péril de leur vie, de sortir leur pays d’une dépendance mortifère tant sur un plan humain que moral, tout en échouant, permettra de comprendre en toute lucidité, honnêteté et exhaustivité les véritables freins à une telle indépendance qui, soit dit en passant, n’est dans l’intérêt d’aucune de nos Multinationales : Jomo Kenyatta,  Ruben Um Nyobè,  Patrice Lumumba, Nasser, Mobutu, Kwame Nkrumah, Mehdi Ben Barka, Ben Bella, Amílcar Cabral, Nyerere, Thomas Sankara, Kadhafi ; et du côté des institutions :  OUA.

    Pour cette raison, prenant en compte les agissements et autres crimes de ces Multinationales qui sévissent sur un continent gorgé de pétrole et de diamants (corruption, trafic d’armes, assassinats, coups d’Etat) on préférera toujours l’expérience de ceux qui y  ont  laissé  leur vie dans ce combat en faveur d'un destin africain  dans la dignité et le respect, d’autant plus que… « Comprendre l’Afrique, les Africains et  les Afrique »  ne peut être que le fruit d’un travail pluridisciplinaire : sociologie, démographie, ethnologie, histoire des religions, histoire inter-continentale, économie, climatologie, psychologie, psychanalyse, médiologie…

    Un travail collectif  sans conflit d'intérêt et de revanche. 

                     Or, Bernard Lugan est prisonnier des défaites de sa famille politique et de son histoire familiale. Ce dialogue sur l’Afrique, c’est avec lui-même qu’il le conduit sous la forme d’un cours magistral devant une audience absente, amphithéâtre vide…

    Dans la recension de Michel Drac, nulle mention du « génie africain » ; aucune énumération des qualités propres à l’Afrique ; qualités sur lesquelles pourrait s’appuyer ce Continent maintenant globalisé sous la plume de Bernard Lugan : l’Africain serait donc un homme sans qualité et le Continent la station-service du moteur industriel  et technologique de l’Occident ?

    Quand on pense au salaire d’un pompiste…

    Rien sur le pillage des ressources non plus. Lugan semble développer une expertise centrée sur elle-même ; celle d’un occidental blanc, fils de colon faisant la leçon à l’Afrique du haut de sa condescendance ( et les chiffres et statistiques de l’ONU) et du bas de son impuissance à chasser de nos esprits le soupçon d’une démarche consistant à « inférioriser » l’Africain – « cet éternel grand enfant ! » - selon le principe suivant : « L’Afrique est bien trop importante pour le développement et le maintien de la prospérité de nos Multinationales pour être laissée aux Africains seuls».

    Lugan appelle de ses vœux un mode de développement spécifique à l’Afrique tout en oubliant de mentionner comment il compte contrer des Multinationales qui n’y ont aucun intérêt. Dans les faits, c’est l’Apartheid à une échelle continentale que Lugan cherche à nous vendre, encore et toujours : l’exception africaine sous la forme d’une marginalisation et d’une séparation propices à tous les abus et tous les vols et exploitations de toutes les ressources y compris humaines.

    Les Multinationales peuvent donc dormir tranquilles ; elles n’ont pas fini de se ruer sur une Afrique infantilisée dans son exception ; une Afrique sans défense ni conscience politique digne de ce nom ; une conscience libératrice d’énergie.

                      Pour résumer : suggérer "un modèle différent de développement pour l’Afrique ( CONTINENT AUX RESSOURCES NATURELLES INÉGALABLES) c’est vraiment se moquer du monde : ce continent fait l’objet de convoitises sans scrupules, d’une cruauté sans retenue de la part des Multinationales. L’Afrique doit trouver des solutions de le cadre de cette guerre qu’est la mondialisation. Elle n’a pas d'autre choix : combattre les Multinationales et des ONG qui n'ont de "non-gouvernementales" que le nom. 

     

                     Aussi, il est temps, vraiment temps, que Bernard Lugan suive des cours de géo-politique et d’économie moderne s’il souhaite être pris au sérieux un jour car cet historien ne sait pas, ne veut pas manifestement savoir dans quel monde interdépendant nous vivons tous ; et s’il lui arrive de savoir quelque chose, manifestement, il lui reste à comprendre enfin ce savoir qui peut être le sien, d'autant plus qu'avec cet ouvrage, il semblerait que la vérité soit tombée non pas sur l'Afrique mais bien plutôt sur son auteur. 

     

     

    1 - Si nous ne pensons tous la même chose c’est aussi et surtout parce que nous n’avons pas tous la même histoire. Il est donc important de savoir et de comprendre « d’où un tel ou une telle pense ».... cad : à partir de quelle histoire personnelle. A ce sujet on pourra se reporter au lien suivant : Affects-passions-politique-et-philosophie

     

    Pour prolonger, cliquezUne certaine idée de la Françafrique 

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Exhibit B : quand la représentation du racisme se prend pour de l'anti-racisme

     

    Si l'enfer est pavé de bonnes intentions, il semblerait que le l'anti-racisme le soit aussi.

     

    Interdite à Londres, l'exposition-installation itinérante du Sud-Africain blanc Brett Bailey. Exhibit B  - une série de douze tableaux-performances représentant des scènes de l’histoire coloniale et postcoloniale -, destinée en priorité à un public "blanc" (selon les dires de l'artiste), défraie la chronique ; l'artiste est accusé de remettre au goût du jour les zoos humains (1)de l'époque coloniale : le dernier zoo humains date de 1958 ; il s'est tenu en Belgique.

    Bailey souhaite choquer un public blanc ; or, ce public n'a pas pipé mot et les associations anti-racistes non plus - LICRA (2) et LDH -, dans lesquelles on peinera à trouver, il est vrai, un Noir, un seul.

    Le CRAN (3) prépare une contre exposition en novembre qui aura pour titre : Exhibit White

     


                    A notera que tous les invités blancs soutiennent l'exposition ; tous rejettent les arguments de l'artiste noire BAMS... il est vrai que le Blanc sera toujours tenté de dire aux Noirs qu'il sait mieux qu'eux ce qui est bon pour eux : le paternalisme colonial a la vie dure !

                       

                La mobilisation contre l'exposition ne s'est fait pas attendre. Forte d'une pétition qui a recueilli 20 000 signatures, Le collectif contre Exhibit B composé d'artistes, a déposé un référé. En vain. L'exposition sera maintenue.

               Sans doute, existait-il une solution : intégrer à l'exposition ce collectif qui aurait été à même d'intervenir auprès du public pour exposer ses griefs ; leur présence aurait alors fait partie intégrante de l'exposition.

     

                 Les griefs de ce Collectif sont les suivants :

     

    - Instrumentalisation du corps noir, un noir muet, qui renforce les stéréotypes raciaux.

    - Jamais l'oppresseur n'est exposé.

    - Pas de représentation de la résistance et des luttes du "mouvement Noir".
    - Le Noir est seulement présenté dans une position de victime... éternellement.

    - Aucune mention de la spécificité du racisme anti-noir, à savoir la négro-phobie.

     

    _____________

     

     

     
                                 

     

               Dans cette vidéo, les opposants à l'exposition répondent à la LICRA et aux médias qui les ont caricaturés tout en les présentant comme des extrémistes ; avec cette "diabolisation" des opposants à l'exposition, c'est encore une fois, une minorité - après les Musulmans -, à laquelle on refuse le droit à la controverse et à l'antagonisme à grand renfort de CRS : "Allez ! Circulez, y'a rien à voir !"

     

    1 - Les expositions coloniales furent organisées au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle dans les pays européens. Elles avaient pour but de montrer aux habitants de la Métropole les différentes facettes des colonies. Les expositions coloniales donnaient lieu à des reconstitutions spectaculaires des environnements naturels et des monuments d'Afrique, d'Asie ou d'Océanie.

    La mise en situation d'habitants des colonies, souvent déplacés de force, les fera qualifier dans les années 2000 de zoos humains.

    exhibit a,exhibit b,racisme,négrophobie,afrique,licra,ldh,esclave,zoo humain,brett bailey,cran,bams,politique,actualité

    Exposition coloniale : Belgique, 1958 ; une fillette de 6 ans est "exposée" dans un enclos ; les visiteurs la nourrissent au passage, comme au zoo, les animaux.

    Comment une ethnie, un continent, peuvent-ils "se remettre" d'une telle exposition et d'une telle représentation ? Et nous de nous en défaire ?
    Combien d'années, de décennies... cela demande ?

     

    2- "Exhibit B, est au centre d’une controverse qui a pris une forme inadmissible" : il reviendrait donc à la Licra de juger du bien-fondé d'une controverse ?

     

    3 - le CRAN demande à être reçu par la ministre de la culture afin qu'un audit soit réalisé sur la représentation des Noirs dans le monde de la culture.

     

    _________________

     


    Pour prolonger, cliquez : Contre Exhibit B - la conférence de presse

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, art contemporain, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • "C'est l'Afrique qui a gagné la Coupe du monde de football" : Trevor Noah, un humoriste américain relance le débat


                               

     

    L'erreur première de cet humoriste c'est d'avoir cherché à "récupérer" puis à s'approprier la victoire de l'équipe de France de football composée pour les meilleurs d'entre eux,  de Français issus de la colonisation maghrébine et subsaharienne ; en effet, cet humoriste revendique haut et fort ses propres racines africaines, et c'est son droit le plus absolu, bien évidemment, même si l'on pourra tout aussi légitimement s'interroger à propos de ce que cet humoriste connaît vraiment de l'Afrique contemporaine. 
     
    La seconde erreur, c'est de penser qu'un pays d'Afrique pourrait aujourd'hui gagner une coupe du monde de football car le penser en toute sincérité, c'est vraiment méconnaître et le football de haut niveau et l'Afrique ( indépendamment du fait que l'Afrique n'est pas un pays - loin s'en faut -mais un Continent). C'est donc tout méconnaître de la question à la fois africaine (l'économie, les enjeux géo-stratégique et énergétique et les spécificités culturelles de ce continent) et sportive (ce que cela demande de former, de suivre, d'accompagner et de sélectionner une équipe capable de gagner une finale de coupe du monde). Or, en ce qui concerne l'Afrique en général et des pays qui la composent, aucune condition requise n'est remplie.
     
    Troisième erreur : oublier que l'Afrique est un Continent et non un pays ( quant à l'unité de ce Continent.... il ne faudra pas compter dessus ; personne n'y a intérêt).
     
    Quatrième erreur : oublier que nul n'est autorisé à définir l'autre ; il appartient aux joueurs de cette équipe de France de s'auto-déterminer franco-africain ou bien africano-français.
     
    Cinquième erreur : la non-compréhension du contexte français par cet humoriste ; pays dans lequel ceux qui seraient tentés de mettre l'accent sur " l'identité africaine" de l'équipe de France (pensons à Finkielkraut et d'autres à propos de la coupe du monde de 1998), ont la fâcheuse habitude de se ranger du côté des "identitaires" considérés au mieux comme xénophobes, au pire racistes, voire racialistes... adeptes du "grand remplacement" en la personne de son chef de file Renaud Camus. 

    Faut dire que depuis que les  meilleurs joueurs de l'équipe de France,  les plus en vue sur un plan international, sont majoritairement noirs, arabes et/ou musulmans, nos champions sont devenus "des millionnaires qui courent après un ballon" ; comprenez : des imbéciles qui pratiquent un sport sans intérêt quel qu'il soit. Depuis 20 ans, comme un fait exprès, c'est l'argument de ceux qui reprochent à ces millionnaires d'être arabes, africains et/ou musulmans ; c'est au choix.
     
    Dans les années 80, en revanche, avec Platini qui n'a jamais gagné une coupe du monde, comme par enchantement, pas un mot à propos de "ces millionnaires qui ne font que courir après un ballon" ; millionnaires qui, pourtant, n'avaient pas tous des patronymes français : Amoros, Fernandez, Tigana, Platini, Zimako etc.... ; de plus, tous nos intellos, tous nos auteurs - Marguerite Duras  en particulier -, les aimait bien tous ces Espagnols, ces Portugais et ces Italiens qui pratiquaient un sport qui demandait alors des qualités techniques et tactiques très développées. N'était pas footballer de haut niveau qui le voulait, à cette époque !
     
    Cherchez l'erreur !
     
                        Ne soyons pas dupes pour autant car, si tous les médias s'accordent à condamner ceux qui remettent en question le caractère français de cette équipe de France, qu'en serait-il si un des joueurs devait ouvertement nuancer l'importance de sa réussite personnelle sachant qu'elle ne serait que l'arbre qui cache une forêt aux  discriminations sans nombre, avec en prime la dénonciation du pillage de l'Afrique par l'Occident et la politique africaine de la France  en particulier ? 
     
     
    Sur quel soutien ce joueur pourrait-il alors compter ? 
     
     
     
     
    ______________
     
    Pour prolonger, cliquez :  Coupe du monde de football 2018
     
    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Coupe du monde de Football 2018 0 commentaire
  • L'Afrique en question avec Stephen Smith, le repenti

     

     


                               

     

                 Afrique et sous-développement - Afrique et la question démographique - Afrique et boat-people - Afrique et invasion - Afrique et la fin de l'Europe... "La ruée vers l'Europe" - une recension de Michel Drac.

                                                                   ____________

     

                Le comment, le pourquoi... savoir qui est responsable : la surpopulation qui mine le développement ou bien l'absence de développement qui est responsable de la surpopulation. Plus on éduque , plus grande est la sécurité matérielle, plus on divertit moins on procrée. 

    Sinon...

    Qui peut bien avoir un intérêt particulier à ce que l'Afrique se développe  - une Afrique autonome et compétitive ? Qui a un intérêt particulier à ce que l'Afrique se rapproche de l'Europe dans son mode d'organisation de la production et de l'existence  ? Vincent Bolloré et nos multinationales ? Gardant à l'esprit le  pillage de l'Afrique, de ses matières premières dont les pays producteurs sont les derniers à pouvoir contrôler les prix, comme un fait exprès...

    Les statistiques, les chiffres ont la prétention de tout expliquer même s'ils ne prouvent rien (un peu comme la psychanalyse) ; les chiffres, sans même avoir à questionner leur origine,  sont trompeurs ; plus ils ont la prétention de nous révéler le réel moins ils l'exposent ; illusion d'optique à la fois intellectuelle, économique, culturelle et sociologique  ; certes, ces stats peuvent mettre à jour bien des phénomènes, des situations, mais en aucun cas, ils ne prouvent quoi que ce soit (1).

    Stephen Smith, l'auteur de l'ouvrage, responsable du "service Afrique" du quotidien Libération à la fin des années 80, était alors à l'origine d'articles plutôt compassionnels vis à vis de ce Continent, et de son sort - à la lecture de ses articles, les lecteurs n'étaient pas dupes des raisons qui faisaient de l'Afrique un continent sous-développé. A cette époque, ces raisons,  Smith savait où les trouver : chez les multinationales des anciens colonisateurs. 

    A la fin des années 90, un virage s'est opéré - pas simplement chez des journalistes tel que Stephen Smith (en ce qui  le concerne, cette volte face marquait-elle une lassitude face aux problèmes endémiques de ce Continent (2) ? Ou bien par opportunisme - projet de carrière universitaire aux USA ?)-, dans les médias, dans la recherche universitaire et chez les politiques, un peu comme cette gauche qui est passée au centre droit, voire carrément à droite, car tout est lié finalement ; années qui ont vu se propager des analyses du type : "Si l'Afrique est sous-développée, l'Ouest n'y est pour rien, ni nos multinationales mais bien plutôt ce continent gangrené par la corruption" jusqu'à Sarkozy et son "l'Afrique qui n'est pas rentrée dans l'Histoire" ; et plus récemment Macron avec son "Cessez de faire des enfants si vous voulez sortir du sous-développement !"... sans oublier "des élites africaines incompétentes et corrompues" tout en prenant soin de faire oublier que ces élites étaient entretenues, choyées ou bien écartées, voire éliminées, par les pays du Nord ; ceux-là mêmes qui n'avaient pas de mots assez durs contre les Africains  dans leur ensemble :  et comme de juste, on a pu aisément faire le constat suivant :  quiconque tente de contrarier les intérêts économiques et financiers des anciens pays colonisateurs verra son action échouée (coup d'état militaire) et son espérance de vie abrégée (Sankara : assassinat). 

    Par voie de conséquence, Stephen Smith est devenu depuis 20 ans le porte-voix des Finkielkraut, des Renaud Camus, des Zemmour, chantres du grand remplacement et de tous ceux qui se refusent obstinément à reconnaître que l'Occident est le principal responsable du sous-développement de l'Afrique depuis la fin de la soi-disant décolonisation. 

    Si en Russie, l'Aristocratie a payé très cher son refus d'éduquer le peuple russe - cela lui coûtera sa survie et une Révolution ; les pays développés, leaders économiques et militaires, paieront très cher leur refus, depuis les années 30, de permettre un développement parallèle Afrique-Europe avec un réel souci de justice dans une relation gagnant-gagnant. 

    Rien de surprenant ce refus puisque c’est notre prospérité qui était en jeu. 

     

                                          
                         

     

                  Quant au point de vue de Drac que mon billet n'a pas l'intention d'aborder - le sujet de mon billet ce sont les analyses à propos de l’Afrique -... 

    Flottilles sur l’océan... qui décide et qui doit décider de qui va mourir, et qui va vivre... cette question et cette décision (réflexion venue tout droit du café du commerce) ne sont déjà plus envisageables. Ne pas avoir compris ça, dénote une méconnaissance du point de non retour moral que nous avons atteint ici en Occident ; car la morale c’est plus fort que tout quand les médias s'en mêlent, et plus encore, quand le cynisme et les coups tordus se portent d’autant plus à merveille que ces mêmes médias ne sont pas là pour en parler.

     

     1 - D'autant plus que ... toutes les prévisions démographiques de ces cent dernières années se sont avérées erronées (ICI). Quant aux conséquences qui ont pu en être tirées... toutes ont bien évidemment subies le même sort. Rien de surprenant à cela puisque c'est la politique et les politiques d'ordres économique, sociale et environnementale qui sont mises en oeuvre qui écrivent l'Histoire ; et pas simplement les occupants des chambres à coucher. 

     

    2 - A la longue, les perdants, toujours perdants finissent toujours par lasser nombre de leurs partisans ; la compassion n'est pas éternelle ; c'est aussi une énergie ; elle s'épuise à la longue. Autre considération : à ne "s'occuper" que des perdants ne finit-on pas perdant soi-même ? Arrive alors la prise de conscience suivante : il faut commencer à penser à soi ; et c'est alors que l'on change de cap pour rejoindre le camps des "gagnants" seuls capables de vous garantir un avenir : prospérité matérielle et considération. 


                                       

     

    •  "Comme beaucoup de jeunes français, Antoine a voulu aider l'Afrique pour améliorer le sort de ces millions de gens qui vivent dans la pauvreté... Mais une fois sur place, des doutes surgissent : si la main qui donne reste au dessus de celle qui reçoit, l'aide semble maintenir insidieusement une forme de domination occidentale qui perdure depuis l'époque coloniale. Après tout, la main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit !"

     

    Pour prolonger, cliquezhttp://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2016/06/21/a-propos-de-l-afrique-et-du-pillage-de-ses-richesses-929797.html

    http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2017/12/01/voyage-de-noce-de-macron-sur-le-continent-noir-ou-le-silence-940132.html

    http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2013/12/30/penser-le-monde-aujourd-hui-avec-l-afrique-et-les-ong-888992.html

     

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Paroles d'honneur - QG décolonial : rebonds

     

                       Après la publication du billet Les Présidentielles 2017 au "QG Décolonial" : paroles de militants des quartiers populaires sur Agoravox (ICI) un complément d’argumentation s’est très vite imposé.

                                           ________________                                                 

     


                Chez ces intervenants réunis au "QG décolonial", intervenants de tous les âges, de tous les sexes, de toutes les conditions sociales, du prof d’université au chômeur ou salarié précaire -  notons au passage le nombre très réduit de femmes voilées présentes à cette soirée, et parmi elles, leur non-intervention, et sans que cela soit remarqué et souligné - à propos de cette France dite "monstrueuse composée d’islamophobes, de racistes et de fascistes qui a placé le FN et Macron au 2è tour de la présidentielle de 2017", tout en n’épargnant pas Mélenchon non plus du soupçon d’islamophobie et de racisme…

    Les analyses qui nous sont proposées sont à ce point irrévocables, sans appel donc, qu’un tel raccourci doit inévitablement cacher un « univers émotionnel » d’une ambivalence et d’une complexité inouïes, quasi ingérable par les intéressés eux-mêmes, jeunes de préférence : d’où une simplification à outrance des raisons de leur mal-être au monde - oui, au monde ! puisqu’un retour vers une « patrie » des origines n'est pas une option et donc une solution non plus.

    Précisons au passage ceci : à propos des discours tenus par des adultes matures cette fois-ci, discours identiques dans ses conclusions à ceux des adolescents, on n'hésitera pas à faire intervenir la notion de responsabilité dans la transmission de grilles d'analyses qui condamnent l’adolescent ou le jeune adulte à une interprétation aussi désespérée que mortifère de son environnement social présent et à venir. Ces adultes, universitaires le plus souvent, auraient été bien avisés de nuancer des conclusions empreintes de déception, de dépit et de colère, tout en rappelant ceci : jeter le bébé avec l'eau du bain, c'est se condamner à ne jamais trouver de remède au mal.

                   Dans leur refus de nuancer leurs diagnostics et leurs conclusions à propos de la France, doit-on y voir un lapsus qui nous donnerait à comprendre ce qui suit : l’ambivalence chez tout citoyen français issu de la colonisation et/ou de l’immigration, indépendamment de la présence de discriminations avérées, de ses sentiments à l’égard de son pays d’adoption - pays autre que celui de ses origines, ou bien celui d'une partie d'entre elles ; pays d’accueil d'un de ses parents, sinon les deux, pays de rapatriement ou de secours tel une roue, faute de mieux et par crainte du pire…

    Citoyen français qui peut aussi avoir été lésé, sinon abandonné, par l’histoire culturelle de cette autre identité dont il lui faut assumer l’histoire - pour ne rien dire de cette appartenance culturelle et affective multiple, double, triple, voire quadruple dans le cas de figure d'un français algérien musulman chômeur (qui peut bien vouloir s’y coller à cette quadruple identité dans le contexte de la France ?) - et la difficulté de cet héritage à la racine de laquelle on trouvera un pays des origines dont les mœurs lui sont quasi étrangères ; et parfois même, pays de la honte car entaché de non-droit, corruption, injustices, massacres de masse, pauvreté et parfois misère que des médias impitoyables ne manqueront pas, sans retenue ni nuances, de relayer jour après jour ; médias qui ne s’occupent que des crimes et châtiments de l’Homme qui n’est qu’un loup pour quiconque a la faiblesse de se montrer brebis…

    Et alors que ce Français du Maghreb ou d’Afrique noire aura pour principal référant appartenant à une ethnie et une histoire ultra-majoritaire, la figure tutélaire d’un homme blanc au passé colonial couvert d’opprobre - du moins telle est le plus souvent la représentation qui lui sera faite de ce passé détestable -, mais qu’il ne peut haïr qu’au prix de ce qui pourrait bien s'avérer représenter un préjudice psycho-affectif important, tout en restant confronté, encore et toujours, à cette identité des origines

    Français à qui il peut être donné de réussir, ici, dans ce pays auquel il se trouvera bien en peine de rendre quoi que ce soit, d'autant plus que ce pays, la France, refusera très certainement ce don au prix, là encore, d'un malaise identitaire préjudiciable pour la société tout entière…

    Prenant en compte tous ces éléments et d'autres encore, qui pourra nier le fait suivant : derrière chaque adoption il y a toujours un abandon ; et rien ni personne, jamais, ne peut remplacer ce qui aurait dû être sa famille, qu’elle ait été absente ou bien, écrasée par le poids culturel d’une autre famille dite d’accueil,  et plus encore lorsque l’histoire et la culture de cette famille des origines sont jugées par une grande partie de la société infréquentables jusqu’à… l’irreprésentable (1).

                      Aussi, ne finit-on pas par mordre la main qui vous a accompagné bon an mal an quand le destin vous a refusé une autre main qui aurait dû, elle aussi, contribuer à faire de vous un adulte autonome et responsable ? Une main qui, pour votre malheur, n’aura ni su ni pu le faire…

    Reste alors ce verdict qui pourrait bien s'avérer n'être dans les faits qu'un lapsus compensatoire : « La France monstrueuse qui vote FN, Macron et Mélenchon » sans autre formalité.

     

    1 – Reconnaissons en toute bonne foi et en toute lucidité…  qu’il est très certainement plus facile de se lever le matin quand on est un Français-italien avec pour références la grandeur de Rome et la splendeur de la Renaissance, ou bien un Français-juif avec Marx, Freud et Einstein.

    Ne sommes-nous pas aussi tout ce que nos prédécesseurs et nos contemporains ont tenté d'accomplir ? Pays, Etats, régimes, nations, continents, cultures, individus, seuls ou bien en grappes indissociables, tous... n'héritons-nous pas de leurs échecs comme de leurs réussites ?

     

    ***

     

                   A contrario… suite aux réactions que ces vidéos ont suscitées… apportons les précisions suivantes :

                    - Parler négativement de multiculturalisme c’est déjà faire, et c’est encore faire, le procès de ceux qui, discriminés et relégués, souhaitent trouver des solutions pour eux-mêmes en l’absence d’un engagement ferme en leur faveur de la part de la communauté nationale : Etat, partis de gouvernement et électeurs.

    Parlons de "repli et rejet" et traitons bien plutôt la tentation isolationniste dont on pourra distinguer deux sources :

    - "Vous ne voulez pas de nous, eh bien, nous on ne veut pas de vous !" - notons qu’il a bien été question un temps de désir d’intégration - d’être acceptés et de se fondre dans la masse - de ceux qui optent en désespoir de cause, épuisés et désillusionnés, pour l’isolement et le repli qui ne peut être que communautaire puisqu’à l’origine de cette décision, on trouvera une communauté ethnique et historique facilement identifiable victime de cette discrimination, voire du racisme - c’est donc une lapalissade qui n’explique rien et ne rend compte de rien que de parler de repli communautaire.

    - "Vos valeurs occidentales, pour ne rien dire de votre hypocrisie constante à notre égard, nous n’en voulons pas. Nous ne vous demandons rien d’autant plus que nous n’avons pas choisi de naitre en Europe. Simplement : ignorez-nous... nous on s’occupe de nous" – Dans ce cas figure, on peut en déduire qu’aucun désir d’intégration ne s’est jamais manifesté ; un désir d’appartenance à la communauté nationale majoritairement européenne de culture n’est pas à l’ordre du jour. Reste à savoir si derrière ce refus catégorique, on ne trouvera pas un peu de dépit. Un refus d’origine religieuse simplifiera l’analyse ; aucun doute possible alors, il s’agit bien d’une remise en cause des valeurs de la majorité.

    Indépendamment de ces deux cas, précisons ceci : nos sociétés occidentales sont multiculturelles : Europe, Afrique Asie sont les trois continents qui les composent à la hauteur de près de 15% de leur population. Aussi, comment pourrait-il en être autrement ? Qu’on nous l’explique.

    Si on peut parler d’échec à une intégration citoyenne « pleine et entière » tout en établissant des responsabilités multifactorielles, à la fois exclusives et inclusives, responsabilités tantôt partagées, tantôt non-mutualisables, on ne peut factuellement ni moralement parler « d’échec du multiculturalisme » sans tomber dans une essentialisation d’une mauvaise foi consommée de cet échec puisque nos sociétés sont devenues depuis les années 70 des sociétés multiculturelles de fait.

                      - La « discrimination positive » est évoquée négativement ici et là ; précisons ceci à son sujet : quiconque est vraiment sérieux, vraiment soucieux de combler le retard accumulé par des populations discriminées, ne pourra pas s’y opposer d’autant plus que les bienfaits surpassent de loin les inconvénients pour les intéressés et la société dans son ensemble. Le procès fait à la "discrimination positive" cache le plus souvent une indifférence, voire une complaisance coupable, à propos du sort injuste et cruel des discriminés dans les sociétés occidentales.

     

                     - Affirmer que prendre le parti de présenter les discriminations raciales  « comme la conséquence des préjugés qui traversent la société » empêcherait toute critique sociale c’est oublier un peu vite que la dénonciation des préjugés reste une nécessité absolue car... avec le FN, la question de l’immigration post-coloniale et des Français qui en sont issus est au cœur de la rhétorique de ce parti ; il est donc bien question aussi d’une responsabilité individuelle en tant que citoyen et électeur et pas simplement de s’en prendre au "système social" lui-même ; de plus, dénoncer ces préjugés et l’indifférence à leur sujet c’est aussi et c’est encore faire de la critique sociale ; celle du pouvoir des médias dans la propagation de ces préjugés par exemple. 

    Car, avec ce souci de vouloir coller au plus près de la critique sociale, s’il doit être encore question d’un "Classes populaires (travailleurs !) unissez-vous !", il serait bon qu’on n'oublie pas le fait que le chômage touche parfois jusqu’à 30 à 50% de ces "populations".

    Aussi : "Dure, dure l’unité des luttes sur les lieux de travail auprès d’une population qui en est absente !"

     

     ***

     

                     C'est sûr : ces deux vidéos de « QG décolonial » doivent nous alerter car elles nous révèlent comment au fil des ans la fêlure s'est accentuée pour devenir une véritable rupture du lien, rupture d'appartenance, notamment chez les plus jeunes - jeunes filles en particulier - qui font usage d’une rhétorique sans nuance, d'un verdict sans appel (notez que les interventions des universitaires n’arrangeront rien !) d'une virulence qui ferme toutes les portes et qui les condamne à plus de rejet et à plus d’isolement et de discrimination.

    Certes, il s’agit là d’intervenants hyper-conscients socialement ((j’allais dire à tort... hyper-politisés) des mécanismes de l’exclusion alors même qu’il existe encore, sur un plan individuel, des possibilités de rejoindre la communauté nationale... il est vrai qu’il ne peut s’agir pour l’heure que de tenter individuellement sa chance ; aussi, à la lecture de ces vidéos, il se pourrait bien qu'il nous faille arriver au constat suivant : les sœurs refusent maintenant de s’en sortir sans les frères ; et les frères sans leurs parents ; ce qui complique singulièrement le problème.

                       Après avoir visualisé ces deux vidéos, parviendrons-nous  à déchiffrer, comprendre et accepter finalement les discours qui nous sont "jetés" à la figure avec une injustice et une violence rares ?

     

    ________________

     Pour prolonger, cliquez : Quartiers populaires et conscience de classe

     

     

     

                    

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Islam, Coran et Musulmans, Medias, désinformation et ré-information, Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
  • Colonialisme : une brève réflexion

     

                    A l'occasion d'un énième débat et d'une énième controverse à propos de la colonisation en général et celle du Maghreb en particulier... face aux nombreux billets de blog et articles sur le passé colonial de la France (anniversaires, commémorations, appels à signature et soutien de toutes sortes)... voici une petite piqûre de rappel ; piqûre qui fera du bien à tous ceux qui, rongés par une culpabilité et une honte aussi inutiles qu’inefficaces, n’ont de cesse de s’identifier avec un passé qui n’est pas, à quelques exceptions près, le leur… 

    Car enfin… si vous et vos ascendants n'ont jamais gagné un centime sur le dos d'un autochtone du Maghreb, d'Afrique noire ou d'Extrême Orient, vous n’avez aucune raison de vous laisser porter par un tel torrent de culpabilité et de compassion mortifères qui ne sert les intérêts de personne… et moins encore, les intérêts des descendants de ceux dont ces commémorations sont censées tantôt honorer, tantôt déplorer la mémoire - c'est selon - car, si nous avons tous besoin d'histoire (et qu'on nous en raconte aussi de belles... d'histoires), celle-ci doit pouvoir aussi y trouver une place : une histoire qui va de la nuit des temps à l'obscurité du joug féodal à l’ombre d’un Christianisme liberticide en soutien d’un monarchisme ensoleillé et accoucheur d'une classe paresseuse et cruelle jusqu'à cette bourgeoisie du 19è siècle et la lumière aveuglante de la chaleur des fournaises de ses mouroirs industriels ; bourgeoisie qui, aujourd’hui encore, entre deux élections, n’a de cesser de nous faire savoir qu’elle n’a aucun compte à rendre à qui que ce soit.

                   In fine, ce dont les Peuples asservis (religion, corruption, affairisme, messianisme mégalomaniaque et dictatorial) peuvent avoir besoin… ce n'est pas tant d'Histoire au passé (1) que de Politique au présent, seule garantie d’une Histoire en marche vers un avenir digne de ce nom car le passé peut être un véritable boulet et un fardeau insupportable, et puis enfin, un mur infranchissable.

     

    1 - Qui plus est... une Histoire infantilisante fruit d'une condescendance à la racine de laquelle on trouvera très certainement une forme de mépris.

    __________

     

    colonialisme, algérie, histoire du colonialisme français

                     Si l’affirmation selon laquelle les religions sont des sectes qui ont réussi n’est pas totalement dénuée de fondement...  a contrario, ne peut-on pas dire du colonialisme dont les uns ne cesseront jamais de dénoncer les abus, les autres les crimes, appelant tout un peuple ou une civilisation au repentir, couvert de honte pour les siècles des siècles, et d’autres encore de s’empresser de mettre l’accent sur ses bienfaits seuls...

    Ce colonialisme de l’assujettissement totale jusqu’à rendre caduque toute idée d’avant pour aujourd’hui et demain, ainsi que toute possibilité d’altérité quelle qu’elle soit...

    Ce colonialisme-là ne serait-il pas tout simplement la volonté de puissance collective d’une civilisation ou d’un peuple quand cette volonté échoue dans son entreprise, et une fois l’échec consommé, quand il lui faut rendre des comptes face à l’Histoire qui ne récompense et n’absout que les vainqueurs ?

    Car enfin...

    Aucune civilisation, aucun peuple n’ont vocation à dominer, à soumettre et à assujettir d’autres peuples ou civilisations... sinon toutes les civilisations et tous les peuples pour peu qu’ils aient ou qu’ils se soient donnés les moyens de parvenir à leur fin, à savoir : victoire totale sans laquelle aucune absolution ni aucun droit à l’oubli ne peuvent être envisagés sur le long terme.

    Extermination, assimilation et/ou esclavagisme : c'est au choix ! Et tous les choix semblent possibles, successivement et simultanément aussi !

    Oui ! cette victoire devra être totale si elle doit se voir attribuer un label seul susceptible de garantir à une nation ou bien, à une civilisation et à son entreprise de domination, une immunité historique irréprochable : “Déplacements de populations mues par l’immuable nécessité de l‘Histoire humaine en marche"... même forcée, en lieu et place de l‘hideux et haïssable substantif de colonialisme avec ses détracteurs sans nombre, pour nous conter sans fin, entre mythe et réalité, la longue histoire d’une résistance héroïque à l‘envahisseur.

    Et là, les géographes y retrouveront facilement leurs petits, sans oublier les ethnologues, dans une interdisciplinarité plus que féconde car, tous vous le confirmeront : ce sont les mouvements de populations qui créent l’Histoire ; aussi anciens que l’humanité tous ces mouvements dévastateurs de populations dévastatrices !

    Aussi, ne soyons pas dupes : il y a bien un vocabulaire moralisateur différent selon qu’il est destiné à ceux qui réussissent dans leur entreprise de domination, de pillage et d'exploitation ou bien à ceux qui échouent, tout en tenant compte du fait que les peuples soumis à la terreur ne respectent, jusqu‘à s‘y soumettre totalement, amnésiques et pusillanimes, que la force des vainqueurs quand ces derniers triomphent sans conteste.

    ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Colonialisme et nazisme

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Histoire et révisionnisme 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu