Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

  • L'exigence du retour au Conseil National de la Résistance

     

     

    Le PS n'est pas mort, il vit encore...

     

                  Il faut continuer de porter la crise au coeur du PS à chaque élection !

     

    ***

     

            Après une raclée aux élections départementales, maintenant que la droite s'est emparée d'un grand nombre de départements et un FN qui s'ancre un peu plus dans le pays... une nouvelle alliance sans le PS s'impose ; un travail de refondation du projet politique et des pratiques militantes aussi.

              Sur le mode du Conseil National de la Résistance (CNR) de l'après guerre, cette nouvelle alliance devra réunir les souverainistes... Asselineau, Dupont-Aignan... le Parti Communiste (1), le parti de gauche, Nouvelle donne, les frondeurs qui se seront enfin décidés à quitter le PS, les Ecologistes (2) en rupture et l'extrême gauche.

    Il faut réorienter les finalités économiques et réinventer un processus de délibération collective, investir dans l'écologie, l'éducation, la culture, la santé et la vie associative et aller chercher l’argent de l’évasion fiscale car, plus il y aura de souveraineté et plus il y aura de gauche moins il y aura de FN.

    Or, avec le PS, plus rien n'est possible à ce sujet.

        

     

     

    1 - En ce qui concerne ce parti, on sera néanmoins circonspect après l'appel de Pierre Laurent à faire barrage à la droite lors des élections départementales ; le pauvre Laurent ignorant sans doute qu'il risque fort de passer les prochaines 50 années à voter PS pour faire barrage à la droite et au FN, et ce pour le plus grand profit d'un PS de droite.

     

    2 - Loin des apparatchiks tel que Jean-Vincent Placé qui n'a d'écolo que le label et qui n'a jamais lu ni Illich, Gorz, Castoriadis, René Dumont, Murray Bookchin, Latouche, Paul Ariès et d'autres : un écolo du PS dirons-nous.

     

     

     

                    Documentaire sur le Conseil National de la Résistance de la seconde guerre mondial.

    __________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser aujourd'hui une nouvelle alliance avec le Conseil National de la Résistance

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Grande-Bretagne : des policiers accusés d'avoir couvert un réseau de pédophiles

     

     

                      La police des polices britannique a annoncé lundi 16 mars avoir ouvert une enquête à la suite de plaintes accusant des policiers d'avoir couvert les agissements d'un réseau de pédophiles dans les années 1970 à 2000.

     

    Ces policiers sont soupçonnés d'avoir « supprimé des preuves, (…) ralenti ou interrompu des investigations [et] couvert des délits du fait de l'implication de membres du Parlement ou d'officiers de police », précise la commission sur les plaintes à l'encontre de la police (IPCC), dans un communiqué publié sur son site Internet.

     

    L'IPCC, qui compte étudier 14 plaintes, a souligné qu'il s'agissait « d'accusations de corruption parmi les plus graves de l'histoire ». Une enquête de la police est par ailleurs en cours sur les sévices infligés à enfants qui auraient été commis au cours de ces années.

     

    Des députés soupçonnés

     

                  En décembre dernier, une victime présumée avait raconté aux enquêteurs comment lui et plusieurs autres garçons étaient conduits à plusieurs adresses, y compris sur des bases militaires, où ils étaient abusés sexuellement par des groupes d'hommes.

     

    Il avait aussi accusé des députés et d'autres personnalités de premier plan d'être liées au meurtre de trois enfants, âgés de 7 à 16 ans.

     

    L'été dernier, des révélations de presse avaient montré que 114 dossiers relatifs à des accusations de sévices sexuels infligés à des enfants entre 1979 et 1999 avaient disparu. Un de ces dossiers portait sur l'implication de députés et d'autres personnalités politiques.

     

                                Le Monde Mars 2015

     

    _______________________

     

     

                     A l'heure où, faute de moyens et de déterminationnous ne disposons d’aucune visibilité au sujet de la pédophilie à l’Ecole, pas davantage en ce qui concerne les réseaux pédocriminels...  - enlèvement, vente, exploitation sexuelle et assassinat d’une cible privilégiée parmi toutes les autres : les enfants de 4, 6 et 8 ans, filles de préférence…

    A l’heure où, en Europe, des milliers de parents sont dans l’obligation de descendre dans la rue pour obtenir un semblant de justice pour des enfants massacrés…  

     

                  Qu'il soit permis de rappeler ici que la pédophilie ne renonce jamais… elle est patiente et déterminée ; elle est une, elle est plurielle ; elle est capable d’innombrables stratégies de contournement ; ministères, administrations, associations, médias… elle ne s’interdit aucun territoire ; la pédophilie a autant de visages qu’il y a de lois, de freins, de barrières… mais au moindre renoncement, au moindre relâchement, sachez-le : elle s’engouffre dans la brèche, impitoyable et vorace ! Elle ne se fixe qu'une priorité : approcher les enfants et légitimer d’une manière ou d’une autre… une pulsion sexuelle irrépressible à leur endroit et un passage à l’acte qui jamais ne se reconnaîtra pour ce qu’il est : une inversion de toutes les valeurs humaines dans la jungle d'une perversion sans conscience et d’un égoïsme criminel.

     

     

     

    ***

     


                          Avec qui rire sinon avec Dieudonné car il y a aujourd'hui des sujets bien plus graves à propos desquels on fait bien de se dépêcher de rire que tout ce qu'un humour qui ne gêne personne nous sert à longueur de soirée ! Humour "que c'est pour rien", et puis cet autre humour aussi ; humour de la soumission : l' arrivisme d'un Jamel Debouzze ou la servitude d'une Sophia Aram.

     

    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Pédophilie, école, église, réseaux divers

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Deux mois de prison avec sursis : le prix de la liberté d'expression pour un métis franco-camerounais

     

                Dieudonné a été condamné, mercredi 18 mars, à deux mois de prison avec sursis en raison d'un message posté sur Facebook après les attentats djihadistes qui avaient fait dix-sept morts au début de janvier en France.

     

    ________________

     

             Précédemment...

     

                

    dieudonné,walls,moscovici,liberté,justice,humour,satire,molière,uleski,ayrault,hollande,actualité,spectacle

     

              Interpellé mercredi 15 janvier à 7 heures à son domicile en Eure-et-Loir par dix policiers, Dieudonné a été placé en garde à vue. Il sera jugé en correctionnelle pour « apologie du terrorisme », après avoir déclaré sur Facebook qu’il se sentait "Charlie Coulibaly " : Charlie car Dieudonné est l'humoriste  le plus proche de l' esprit Charlie Hebdo des années 70 et 80  ; Coulibaly, car depuis 13 ans, Dieudonné est la victime d'une chasse à l'homme qui ressemble fort à une traque menée contre un tueur-fou.

     

     

                   Le parquet de Paris a décidé de le convoquer « à une audience ultérieure » à l’issue de sa garde à vue, en cours d’achèvement mercredi en début de soirée".

              

    ***

     

     

                 " Par l’obscénité que constitue l’arrestation d’un comique métis populaire et talentueux, pour une phrase, au moment même où l’on prétend mener un combat sans concession pour la liberté d’expression, cette opération policière, politique et médiatique nous place effectivement face à une réelle opération de terreur. 

    Une opération de terreur policière, politique et médiatique menée par le sionisme international et l’impérialisme américain, dont tous les analystes sérieux, muselés par les médias dominants, démontrent depuis des années qu’ils sont in fine les seuls bénéficiaires d’un « terrorisme islamiste » dont ils sont aussi, via diverses médiations, les machiavéliques commanditaires…" - Alain Soral

     

     

     

             Plus gros vendeur de billets de spectacle...

     

    Que l'on ait donc la présence d'esprit de se poser la question suivante : qui aujourd'hui en France fait vivre la démocratie et la liberté d'expression - si par démocratie et liberté d'expression on entend autre chose qu'un débat télévisée entre... Mélenchon et Copé, arbitré par un Pujadas -, Dieudonné ou ceux qui tentent de le faire taire ?

     

              "Le premier qui trouve Dieudonné drôle perd son job : journalistes, artistes, producteurs, animateurs, presse, radios et télés."

     

                  Dieudonné "vient" de l'anti-racisme et de l'anti-communautarisme. Aujourd'hui encore, à ses spectacles, on y rencontre toute la France et toutes les France. Qu'il soit permis ici de rappeler ce qui suit : si dans les années 40, cela demandait sans aucun doute beaucoup plus de courage d'être un résistant (communiste ou gaulliste, juif ou pas) que d'écrire dans "Je suis partout", aujourd'hui, force est de reconnaître qu'il faut un courage sans limite pour être Dieudonné plutôt qu'un représentant du CRIF et de la LICRA, un Zemmour, un Finkielkraut ou un Philippe Tesson.

     

               Avec ces nouvelles menaces contre Dieudonné, ce Django de la liberté d'expression, c'est bien le plus grand humoriste de langue française et le plus grand satiriste que l'on tente de censurer et de bâillonner.

    Aussi, ne cessons jamais de dénoncer cette vendetta de plus de dix ans et de soutenir l'artiste Dieudonné.

     

    ____________________________

     

     


    Tesson chez Morandini

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Dieudonné, Molière et l'Art contemporain par

    François-Laurent Balssa

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • 22 500 Euros : le prix de la dignité pour un métis franco-camerounais

     

                       L'humoriste Dieudonné a été condamné à 22 500 euros d'amende ce jeudi 19 mars 2015 par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris après ses propos sur un "journaliste" de France Inter.


     

    L'arrivée de Dieudonné à l'occasion de la première audience en février de cette année, la presse, les télévisions, les photographes et Sanjay Mirabeau, l'avocat de l'humoriste-activiste.

     

                   

    ***

     


                      "Je ne laisserai personne m'insulter. A chaque fois, je répondrai."

     

    22 500 euros, c'est là le prix à payer pour un métis déterminé à vivre debout en répondant à l'insulte d'un "journaliste".

    Souvenez-vous de l'expression de ce "journaliste"qui n'en était déjà plus un lorsqu'il a qualifié Dieudonné de "cerveau malade" en commissaire politique médecin de l'âme.

    22 500 Euros, c'est là le prix de la dignité pour un métis franco-camerounais. Pour les autres, c'est gratuit.
     
               Quand on vous dit que rien ne change, jamais... jamais vraiment !

     

     ____________________

     Pour prolonger, cliquez : Le phénomène Dieudonné

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Tuerie en Tunisie : Dominique de Villepin oracle et devin

              

    attentats tunisie mars 2015 serge uleski.jpg

     

    Attaque en Tunisie : 22 morts dont 20 touristes

    4 Français blessés

     

                     Au moins deux hommes armés de Kalachnikov ont attaqué mercredi le musée du Bardo, à Tunis, près du parlement tunisien. 22 personnes ont été tuées, dont 20 touristes originaires de Pologne, Italie, Allemagne et Espagne.

    Deux assaillants ont été tués.

    La Tunisie fait face depuis la révolution de janvier 2011 à l'essor d'une mouvance jihadiste armée.

     

    _____________________ 

     

    Ne pas lâcher les causes ! Jamais !

     

               Cela n’aura sans doute échappé à personne, ces tueries de touristes "occidentaux" en terre d'Islam ont bien évidemment pour but de nous atteindre au plus près, nous les occidentaux, dans nos foyers... comme une bombe peut atteindre une maison, une famille... là-bas, tous les jours que Dieu, l’Occident et des mercenaires enrubannés font, de la Libye à l’Afghanistan depuis 15 ans.

    Pensons un instant à ceci : les bombardements américains lors de la deuxième guerre d'Irak, guerre-business (demandez à Rumsfeld !), guerre-géopolitique (demandez à Irve Lewis dit « Scooter » Libby, Jr., à Paul Wolfowitz, Dick Cheney qui enlaçaient affectueusement Bush-fils ; néo-conservateurs qui encadrent encore aujourd’hui la Maison blanche et le Pentagone, et dirigent le Congrès), ont fait près de 100 000 morts irakiens.

    Quant à la Syrie, sa destruction a causé, en trois ans, près de 150 000 morts. Et ce n’est pas fini ! Pour la Libye, aucun chiffre encore, la France étant directement impliquée dans sa destruction... sans doute faut-il y voir là une raison (Ah, ces médias patriotes !)

     

                 Les jihadistes (L'Etat islamique, Al-Qaïda, Al-Nosra, Aqmi, Boko Haram),  sont certes armés, bien armés ! mais ces mouvements n'ont pas d'aviation, pas de missiles, pas de drones, pas de combattants bardés de haute technologie ; de plus… oh frustration suprême ! l’Occident se garde bien d’exposer ses soldats ; pas moyen donc d’en découdre !

    Bien évidemment, il s'agit de ce qu’il est convenu d’appeler « une guerre de l'image » (et les médias raffolent d’images !) ; dans les faits… une non-guerre destinée à une population occidentale qui n’a pas le temps de se poser les bonnes questions ; une fausse-guerre mais guerre des nerfs aussi ; et puis fatalement : une « pseudo-guerre » guerre d’usure.

     

            Pendant ce temps-là... i24News (site d’infos israélien) et le Wall Street Journal nous font savoir qu'Israël soigne des djihadistes d'Al Qaïda blessés en Syrie, avant de les renvoyer là d’où ils viennent plus fringants et déterminés que jamais selon le principe (tordu ?) suivant : les ennemis de la Syrie de Bachar el-Assad sont mes amis.

     

    L'ONG Human Rights Watch quant à elle, nous apprend que le FBI pousse des Musulmans à commettre des attentats pour gonfler le nombre d'arrestations, prétendre ainsi protéger les Américains, justifier les lois antiterroristes, les crédits et les carrières qui vont avec.

     

    Il est vrai que... plus on est de fous plus on rit... sur le dos de dizaines de millions d'être humains, arabes et musulmans de surcroît.

     

    Mais... où est le rapport, on se le demande !

     

     

    ***

     

    Dominique de Villepin : six minutes d’intelligence et de lucidité

     

               En septembre 2014, Dominique de Villepin nous rappelait les responsabilités d'une politique américaine dans laquelle il n'y a rien à sauver depuis 15 ans, et un suivisme français contre nature : la guerre n'est pas notre vocation ; notre vocation c'est la paix et la diplomatie car nous n'avons aucunement besoin d'ennemis pour exister et nous imposer. Dans le cas contraire le prix à payer, on le connaît depuis toujours : la terreur dont nous ne pourrons jamais nous protéger.

     

    ***

     


             Face aux victimes collatérales françaises et d'autres nationalités, toutes ces morts pour rien, qu'aucun discours ni deuil national ne pourront racheter, qu'aucune politique dont il n'y a rien à sauver depuis l'Afghanistan ne pourra nous demander d'accepter sans montrer du doigt l'Elysée et L'Otan, sur quel recours les familles endeuillées peuvent-elles bien  compter ?

    Pourront-elles porter plainte toutes ces familles ? Contre qui ? Contre l'Etat français ? Auprès de quelle juridiction ? Le TPI ?

    Quels chefs d'inculpation pourront-elles faire valoir ? Mise en danger de la vie d'autrui ? Association de malfaiteurs ? Non assistance à personne en danger ? Complicité de meurtre ? Homicide involontaire ?

               Autant de questions aujourd'hui encore sans réponse ! Du grain à moudre pour les juristes ! Mais alors, qu’ils se mettent au travail au plus vite car, il se pourrait bien dans les années à venir que nous nous trouvions tous dans l’obligation de demander des comptes - entre deux bombes dans le métro parisien ou ailleurs -, à un Etat français sans boussole et sans direction, sinon une seule : celle que des puissances étrangères voudront bien lui indiquer tout en continuant de la compromettre avec des logiques de chaos et de mort au nom d’intérêts aussi clairs chez nous qu'inavouables chez eux !

    __________________

     

    Pour prolonger, cliquez  Une mort pour rien... et un mort pour nous tous

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Benjamin Dormann : médias et omerta

     


    Interview de Benjamin Dormann par Enquête&débat

     

     

     

                 C'est un fait établi depuis longtemps : la presse des uns s’interdit d’enquêter sur celle des autres ! En effet, un journaliste réfléchira à deux fois avant d’enquêter sur un de ses confrères.

    Quant à ceux qui, courageux et téméraires, s'y risqueraient... impossible de se faire inviter sur les plateaux-télés.

     

    ***

     

                 Qu'à cela ne tienne...

     

                 De Médiapart au Figaro, en passant par l’Humanité, Benjamin Dormann dans son ouvrage « Ils ont acheté la presse »

    dormann,médias,presse,niel,pigasse,

    passe au scanner les mœurs financières de cette caste, de ses dirigeants et de ses actionnaires :

    - Médiapart déposerait le bilan s’il devait acquitter sa dette au fisc : plusieurs millions d’euros de TVA…

    - L'Etat annule régulièrement la dette du journal l’Humanité…

    - Des journaux (sans lecteurs) sont organisés en association de loi 1901 tout en ayant des intérêts dans des sociétés commerciales...

    - On déplore des conflits d’intérêts sans nombre au sein de cette profession : un journaliste interviewe dans l’ignorance la plus totale des auditeurs, des téléspectateurs ou des lecteurs, l’actionnaire, majoritaire de surcroît, de son employeur.

     

              Aussi, la presse ressemble fort à une caste intouchable dont la classe politique et économique a acheté le silence, la complaisance et la connivence ; il est vrai que l'on ne mord pas la main qui vous nourrit ou qui vote des subventions à hauteur de 2 milliards et demi par an de fonds publics.

     

     _______________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Médias et journalisme - un lecteur témoigne

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • L'euthanasie, d'accord... mais pour les milliardaires seulement !

     

                  Fin de vie : au deuxième jour du débat à l'Assemblée nationale (11 mars 2015) sur la proposition de loi Leonetti-Claeys pour améliorer la législation sur la fin de vie, les députés ont rejeté mercredi des amendements qui autorisaient «une assistance médicalisée active à mourir». Un millier d'amendements ont été déposés.

     

    ______________________

     

    Dialogue entre la proie et l'ombre...

     


    "Une chose que j'aimerais vous demander...

    - Faites ! Je vous en prie.

    - Ne trouvez-vous pas qu'on enterre un peu trop vite les morts ?

    - Comment ça ?

    - Trop souvent, ce ne sont pas les morts qu'on enterre, c'est de la mort dont on cherche à se débarrasser ; de la mort et de son cadavre. Et moi je suis pour qu'on prenne son temps avec la mort, qu'on s'occupe d'elle, qu'on la bichonne, sans trop en faire toutefois parce que... il y aura toujours un salaud qui en profitera pour vous faire mourir plus tôt que prévu. Et je ne parle pas que des crapules ! Tenez ! Pensez à           l'euthanasie !

    - L'euthanasie ?

    - A son sujet, moi je dis : l'euthanasie, d'accord mais... pour les milliardaires seulement ! Parce que... avec les milliardaires, on est sûrs au moins qu'ils avaient les moyens de se soigner ; et par conséquent, les moyens de rester en vie. Quant aux autres... les démunis, les sans-familles et les vieux : niet ! Interdits d'euthanasie ! Car, en ce qui concerne les disgraciés, n'en doutez pas : ce sont eux qui passeront à la casserole les premiers puisque ce sont eux qui, confrontés à une fin de vie exécrable, souhaiteront y mettre fin.

    L-EUTHANASIE.jpg- Vous voulez dire que... tous ces gens pourraient demander qu'on mette fin à leur vie ?

    - Oui. Les démunis, les disgraciés, les vieux, tous ces gens-là, ça pèse lourd sur les finances de notre système de santé, et plus lourd encore quand ils sont insolvables et seuls. Et pour eux, il n'y aura pas d'acharnement thérapeutique. En d'autres termes : on ne les retiendra pas. Ou bien alors, l'État devra une bonne fois pour toutes se décider : soit il se donner les moyens de faire en sorte que nous ayons tous une fin de vie décente, soit il décide de se débarrasser des plus fragiles d'entre nous : fragiles et insolvables !

    - Vous pensez vraiment que...

    - Si vous croyez que l'Etat va se gêner !

    - Et les médecins  ?

    - Les médecins ?! Demandez donc aux hémophiles ! Enfin, à ceux qui sont encore là pour témoigner après l'affaire du sang contaminé."


     

    _____________

                              

                  Nombreuses sont les personnes âgées qui ne font que demander la mort physique pour que cesse leur mort sociale car le droit de mourir occulte souvent l'absence du droit à vieillir dans la dignité.

     Après la salve d'applaudissements qui a accueilli mercredi 25 juin le verdict d'acquittement rendu par la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques à propos du procès Bonnemaison, ne cessons jamais de nous interroger.

           
     

              

                 Un documentaire de 2013 qui fait le point sur la loi qui autorise l'euthanasie ; loi votée en Belgique voilà dix ans après la Hollande : des parents de patients témoignent ainsi que des professionnels de santé ; et parmi eux, des infirmières : "Aujourd'hui je suis à la retraite et je m'inquiète. Je n'ai plus confiance en la médecine. La dégradation des soins (sous financement, formation médiocre) est telle que tous les abus et les détournements sont possibles depuis cette loi."

     

    _______________

        

     

                   A l'heure où on annonce la suppression de 22000 emplois dans les hôpitaux publics dans les trois prochaines années... ce débat autour de l'euthanasie arrive au pire moment : paupérisation de l'Etat à l'origine de laquelle on trouvera un mondialisme qui est une véritable déclaration de guerre contre l'Europe et les Etats providence.

        

    ***

     

                  Quelles conditions de vie et de fin de vie pour chacun d'entre nous dans les cinquante prochaines années ?

    Tout aussi importante que tous les cas extrêmes qui nous sont présentés par les médias, est cette question qui est rarement prise en compte par ceux qui souhaitent une loi qui autoriserait l’euthanasie : notre système de santé, son financement face au vieillissement de la population, l'augmentation de l'espérance de vie et celle des coûts de l'innovation...

    Car, là sont les vrais enjeux !

    Tout en sachant que la collectivité aura besoin de dépenser toujours plus dans le domaine de la santé, il se pourrait bien qu'un jour, des gouvernements s'y refusent appuyés par un électorat égoïste ou mal informé.

    Quel système de santé souhaitons-nous nous offrir, entretenir et développer pour quelle qualité de vie et pour quelle de « fin de vie » ?

    Question bien plus importante que le droit de disposer de son corps car, faut-il rappeler que notre corps nous appartient dans la mesure où toute décision prise à son sujet ne remet pas en cause cette part de responsabilité qui incombe à tout un chacun (1) ; responsabilité qui fait que notre société s'interdit - par exemple -, d'encourager le suicide, l’auto-mutilation, les comportements à risque etc...

    Autoriser l'euthanasie, c'est prendre le risque de voir une société se débarrasser de milliers, voire de millions d'individus incapables économiquement de "s'offrir" une fin de vie de qualité car, cette société-là aurait majoritairement fait le choix de ne pas financer un système susceptible de garantir une telle fin de vie aux plus démunis, entre autres et pour commencer (2).

     

    ***

     

                   Face à une situation de précarité extrême, voire de dénuement total, en désespoir de cause, combien de suicides, combien d’interruptions de traitement sous le couvert de l'euthanasie peut-on raisonnablement craindre, sans oublier les choix draconiens d’une médecine hospitalière qui serait privée de moyens ?

    Au sujet de notre santé et de notre qualité de vie à tous, on ne doit avoir qu'un seul souci et qu'un seul combat : le financement, l'aide aux familles et le soutien au personnel soignant afin de réunir toutes les conditions nécessaires à l’exercice de cette "qualité de vie" que l’on soit ou non sur le point de la quitter.

    Et on ne manquera pas de noter qu’il est bien question de "vie" et de "qualité" et non d'un "comment mourir au plus vite ?" défaitiste.

     

     

     

    1- Nous ne nous appartenons pas (entièrement) à nous-mêmes car, ce n'est pas (seulement) nous qui nous sommes faits.

    2 - Les professionnels de santé vous le confirmeront : il existe bien  un lien entre l'augmentation des "cas" de demandes d'euthanasie et la déshumanisation de la société ; déshumanisation qui touche en priorité les plus fragiles : les personnes âgées isolées, aux revenus très faibles.

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez Procès Bonnemaison

    .

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Saïd Bouamama : Palestine, islamophobie, to be or not to be Charlie

     

    Les bons et les mauvais Musulmans

     

    Sur la question palestinienne et l'importation du conflit.

     

     

    Une conséquence de l'islamophobie

     

     

    Que faire face à l'unité nationale de l'après-Charlie

     

     

     

    Saïd Bouamama, né en 1958 à Roubaix, est un sociologue, Docteur en socioéconomie, il est membre de l'IFAR, une association loi 1901 où il est chargé de recherche et formateur de travailleurs sociaux.

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Saïd Bouamama

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, politique, quinquennat Hollande et PS, Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
  • Penser la liberté d'expression aujourd'hui avec Jean Bricmont

      

                “Ce qu’il faut sauvegarder avant tout, ce qui est le bien inestimable conquis par l’homme à travers tous les préjugés, toutes les souffrances et tous les combats, c’est cette idée qu’il n’y a pas de vérité sacrée, c’est-à-dire interdite à la pleine investigation de l’homme ; c’est cette idée que ce qu’il y a de plus grand dans le monde, c’est la liberté souveraine de l’esprit; c’est cette idée qu’aucune puissance ou intérieure ou extérieure, aucun pouvoir et aucun dogme ne doit limiter le perpétuel effort et la perpétuelle recherche de la raison humaine ; Cette idée que l’humanité dans l’univers est une grande commission d’enquête dont aucune intervention gouvernementale, aucune intrigue céleste ou terrestre ne doit jamais restreindre ou fausser les opérations ; cette idée que toute vérité qui ne vient pas de nous est un mensonge.” - Jean Jaurès

     

    ___________________

     

             Jean Bricmont ou la réhabilitation du réel... 

     

    république des censeurs bricmont uleski.jpg

                  La démocratie ce n'est pas un débat à la télé ou à la radio, sûrement pas non plus une presse entre les mains de la Banque, du lobby de l’armement et de l’industrie du luxe, et pas davantage les élections depuis qu'il n'y a plus d'offre politique, les gouvernements étant prisonniers d'un carcan économique et financier qui ne permet plus aucune rupture ni bifurcation.

    La démocratie, c'est la libre circulation des idées - dissidentes et/ou minoritaires de surcroît -, ainsi que le droit à l'opinion et à une information honnête et indépendante pour le plus grand nombre ; et la défense de ce droit dans une critique essentielle et frontale à propos de… qui fait quoi, à qui, où, comment, pour(-)quoi et pour le compte de qui.

     La démocratie c'est aussi un mode de résistance contre la tyrannie exercée contre le droit à une critique sans concession des mécanismes de domination et la diffusion d’une telle critique sans laquelle toute vie sociale crève lentement sous la chape de plomb d’un politiquement correct qui cache mal une débauche et une orgie de prise de pouvoir et d’intérêts sans nombre et sans précédents. Et nous ne sommes qu’au tout début de ce disfonctionnement citoyen et démocratique.

     
               La liberté d’expression est une et indivisible ; elle est bel et bien la première des libertés, et parfois aussi, la dernière : celle des déshérités.

    Nul doute... le véritable enjeu aujourd’hui, en France, c’est la défense de cette liberté ou bien plutôt, sa reconquête, et le soutien qu'il faut apporter à tous ceux qui la font vivre car, une liberté d’expression qui privilégie une opinion qui est celle de tout le monde n’est pas une liberté mais une dictature molle qui porte le nom de consensus... jusqu'au jour où cette dictature lève le masque : s'ensuivent alors... racket, procès en dommages-intérêts, calomnies, bannissement médiatique et intimidation physique.

     

    ***

     

     

                       Jean Bricmont nous rappelle avec raison que c'est bien l'instrumentalisation à des fins politiques (diviser pour mieux continuer de régner et de trahir tous ses engagements) de l'antifascisme, de l'antiracisme et de l'antisémitisme (et du génocide nazi par la même occasion : d'une pierre deux coups) qui est responsable du climat délétère qui empoisonne la société française (1).Dieudonné, en 2003, fut une des toutes premières victimes.

    A noter que cette instrumentalisation trouve sa source chez le PS et que l’on peut facilement la dater : 1983 ; année au cours de laquelle ce parti fera volte-face et renoncera à peser sur le cours de l’Histoire avant de jeter en pâture son électorat à un libéralisme économique funeste.

     

    ***

                

               La France est passée en cinq ans, dans le classement de Reporters sans frontières, du 11e rang au 38e rang de la liberté d'informer. Finira-t-on alors derrière la Chine ?

    25 condamnations pour violation de la liberté d'expression... la France au 3e rang des condamnations loin devant la Russie à la Cour Européenne des droits de l'homme.

    Il semblerait qu'en France, on ne sache faire qu'une chose : rejeter, bâillonner, censurer, stigmatiser, traduire devant les tribunaux la moindre tentative d'exercice de liberté d'expression politique et artistique (rappeurs, auteurs, essayistes, pamphlétaires, artistes de scène, humoristes, syndicalistes, activistes)...

    Tous les médias, leurs producteurs et leurs animateurs, chroniqueurs et journalistes y contribuent, chaque jour, chaque semaine... radios, télévisions, journaux ; médias qui ignorent sciemment d'innombrables réalités et expressions culturelles, politiques et sociales.

     

                  Soutenir la liberté d'expression est un véritable engagement et un sacrifice (accepter ce qu'on n'aurait jamais osé ou bien désiré lire et entendre), car... il n'y a pas de liberté, il n'y a que des preuves de tolérance, et la liberté de parole de l'un est la garantie de la liberté de parole de tous.


    Seule la liberté est capable de rendre compte de toutes les mémoires du monde ! Et moins on oublie, plus on se souvient... et plus on se souvient, plus difficile est le mensonge. En état de veille et d’alerte constant, oeuvre salubre, ce combat-là devrait être reconnu d'utilité publique car, depuis la déchéance de l’homme politique nous n’avons jamais eu autant besoin de cette liberté d'expression qui est l’exact opposé de tout ce qui est voué à l’amenuisement (les libéraux et ultra-libéraux le savent mieux que quiconque quand il s'agit du commerce). En effet, au contact de cette liberté, on reprend la main et le dessus sur l’abrutissement et le faible ressac de la désobéissance et de la dénonciation parcimonieuse et timorée des médias dominants aux ordres du moins-disant et du moins-pensant ; médias de masse du secteur public et para-public (réduits à la marge) ne remplissent plus leur mission. Quant au secteur privé qui contrôle 80% des programmes (temps de cerveau disponible), il n'a aucune obligation morale ou contractuelle d'ouvrir qui que ce soit à quoi que ce soit ni d'élever la conscience de quiconque.


              Qu'il soit ici permis de rappeler que la société, ce n'est pas simplement l'économie et la répartition de richesses. Loin s'en faut. Ce qui fait le lien, ce qui fait société relève aussi de notre capacité à tous de dire et d'entendre la vérité ; ce qui implique aussi et surtout la dénonciation des mensonges et des manipulations.

    Nous tous devons accepter d’être remis en cause ne serait-ce que pour notre propre salut individuel et collectif, même s’il ne saurait être question de sauver qui que ce soit malgré lui mais bien plutôt d’exposer au grand jour les contradictions et les faux-semblants d'une caste politico-médiatique qui n’entend recevoir de leçons de personne : ce qui est déjà un signe inquiétant d’auto-exclusion du champ de la critique, champ démocratique ; contraintes et libertés, servitude et grandeur.

    Cette remise en cause est le moyen le plus sûr de lutter contre toutes les tentatives d’instauration d’un régime dans laquelle un groupe de pression (religieux, politique ou économique) déciderait de l’état d’exception jusqu’à la suspension du droit dans son intérêt seul, - tentation toujours présente chez les êtres humains regroupés en communauté  et quelle que soit cette communauté - , telle une véritable juridiction d’exception, là où précisément l’Etat de droit vacille et la cohésion sociale implose car aucune société n’est à l’abri des conséquences d’une telle remise en cause de ses équilibres toujours précaires.

    Pour cette raison, on ne peut que dénoncer un tel danger à l’heure où toute une caste politique et intellectuelle a baissé les bras ; caste qui s’est ralliée à un nouvel ordre mondial du dumping moral et social, ainsi que du bannissement des Peuples qu'on affame et des Nations que l’on détruit sous des tonnes de bombes.

     


     

                 Alors oui ! La censure... encore et toujours la censure ! Cette maladie bien française sous tous les régimes ! La censure et le bannissement à l’endroit de toutes les voix dissonantes et dissidentes… véritable chasse aux sorcières qui ferait passer, pour un peu, le maccarthysme  pour un jeu de société un peu pervers certes ! mais bon enfant, et les procès de Moscou pour des joutes oratoires dignes de l’agora grecque.

    Ce qui confirme, jour après jour, le fait que les médias ont définitivement tourné le dos à la liberté d’expression sans doute dans le souci d'échapper à une mise en accusation redoutable, quasi mortelle professionnellement, commercialement et socialement... une fois discrédité, à savoir : l’accusation de conspirationnisme contre tous ceux qui auraient la malveillance de voir un tout petit peu plus loin que le bout de leur nez et leur fiche de paie.

     
    Et pourtant... souvenez-vous : il y a 40 ans, les "conspirationnistes" d'aujourd'hui portaient tout simplement le nom de "journalistes d'investigations".

               Mais alors, comment est-on passé en 20 ans d'un journalisme spécialisé et d'investigation à la parole d'experts carriéristes à la solde des multinationales et des chancelleries ?

     La question est posée.

     

     

     

    1 - Merci de vous reporter à "Jean Bricmont répond aux propos méprisants du journaliste Dominique Vidal" au sujet de l'ouvrage de Gilad Atzmon, La parabole d’Esther : ICI

    _______________________________

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Pour un journalisme de toutes les intelligences

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Nabil Ennasri : jeune acteur de l'émergence d'une conscience communautaire musulmane

     

                       Diplômé de Sciences Po, spécialiste du Qatar, ayant étudié les sciences islamiques, chroniqueur, militant et globetrotter, Nabil Ennasri est une des figures montantes de la communauté musulmane de France.

    Charmeur, avenant mais ferme, il ne s'en laisse pas compter. Avec lui, les Musulmans de France redressent la tête et préparent leur avenir en tant que communauté à la fois respectée et crainte car Nabil Ennasri a compris qu'il faut être craints pour être respectés - dans un monde qui n'accepte qu'un rapport : celui de la force -, même si, contrairement à des responsables d'associations de type "communautaire", il se pourrait bien que les Musulmans de France finissent par gagner les coeurs et les esprits de la communauté nationale qui a tant besoin d'acteurs de paix, de concorde et d'union ; et cette communauté trop discrète semble en avoir les dispositions naturelles.

     

     

    ***

     

                        L'actualité politique de la Communauté musulmane décryptée par Elias d'Imzalène co-fondateur du 1er site d'information musulmane Islam&Info et Nabil Ennasri auteur de l'ouvrage "Les 7 défis Capitaux".

     

     

     

    Antisémitisme, CRIF et mobilisation : Nabil Ennasri répond à Yonathan Arfi 

     


                   L'ouvrage "Les 7 défis capitaux" est à la fois une compilation et une proposition de projection. Une compilation car il est le fruit d'une dizaine d'années d'engagement de l'auteur au sein du paysage islamique de France. Une projection car il se veut une contribution pour tracer les contours d'une feuille de route pour une communauté musulmane en pleine mutation.

     

     ______________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Islam, Coran et Musulmans

     

     

    Lien permanent Catégories : Islam, Coran et Musulmans 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu