Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

  • COP 21 - Paris, novembre 2015 : pire que du flic... du flic de flic

     

                             Réponse de la société civile à l’interdiction de manifester

     

    Une marche devait avoir lieu à Paris le 29 novembre, la veille de l’ouverture de la COP21. A la suite des attentats qui ont frappé la capitale deux semaines plus tôt, l’état d’urgence a été décidé pour trois mois et le rassemblement pour le climat, interdit.

    Plusieurs ONG ont contourné cette interdiction à leur manière. En plaçant des milliers de chaussures place de la République ou en formant une chaîne humaine de plus de 3 kilomètres.

     

                                                      Jusqu'au moment où...

    actualité,société,politique,cop 21,interdiction de manifester,paris novembre 2015,état d'urgence,ps,hollande,valls,environnement

     

     

                      Violences policières - Manifestation pour le climat et les libertés fondamentales- Paris novembre 2015.

     

     


    Témoignage des militantes assignées à résidence

     

     

                On ne les changera pas ! Personne ! Jamais ! Ils y reviennent, ils y reviendront toujours pour y être allés de tout temps ! Ceux de la répression des ouvriers et des grévistes au 19e siècle et au tournant du 20e siècles, police et gendarmerie, ceux du Vel d'Hiv, ceux du massacre du 17 octobre 1961 à Paris, ceux de Charonne en février 62...

    Ceux d'aujourd'hui, ce sont les mêmes ! Aucun doute. Toujours là, répondant "Présent !", toujours au taquet, durs à la tâche, les fils reprenant la matraque des pères sans état d'âme entre deux bavures, sûrs de leur bon droit avec leurs mains bonnes à tout faire, à dresser des procès verbaux, à vous présenter des commissions rogatoires, à vous passer les menottes, à vous plonger la tête sous l'eau, le nez dans votre urine ou dans votre caca !

    Niveau d'instruction et de formation minimal, bien sûr : comment tenir la matraque et le flingue ; un ou deux articles de loi ; quant à leur niveau de conscience disons... citoyenne, ou politique ou bien humaniste (appelez-la comme vous voudrez !), on l'évaluera comme ceci : niveau directement proportionnel aux ordres reçus.

    Avec ces fonctionnaires-là, il est vrai qu'on serait naïvement tentés de croire que la République n'est jamais en danger puisqu'il y a toujours un juge, un préfet ou un ministre pour encadrer leur action... un juge ou bien un ordre venu d'en haut. Mais... quand on pense un instant au fait que l'avenir professionnel de tout ce beau petit monde armé et arrogant - arrogance propre à l'ignorance et à la bête de somme qu'est l'âne aux ordres d'un père fouettard -, repose uniquement sur leurs états de service qui se résument à un mot, sinon deux - obéissance, soumission totale à leur hiérarchie -, on se sent non pas rassurés mais franchement inquiets.

     

                        Paris - COP 21 - interdiction de manifester et de marcher : novembre 2015

     

     

              Champion toutes catégories de la dépersonnalisation et de la dé-responsabilisation car la tyrannie de la loi et/ou de l'ordre donné ou reçu confère un sentiment de toute puissance et d'impunité - on se sent alors "couvert" légalement et moralement -, et si partout ailleurs la dissimulation du pouvoir est une stratégie générale du pouvoir, dans ce corps de métier-là, le visage et la force du pouvoir sont demeurés intacts.

    Dans ces conditions, on peut légitimement affirmer qu'il n'y a rien à sauver chez ces gens-là, de leurs actions contre les ouvriers grévistes à l'affaire de Tarnac, contre les minorités (depuis près de deux siècles contre les Arabes et les Africains) et les dissidents ; c'est la même dévotion à une obéissance capable du pire sans sourciller ; aucune cour de justice n'y pourront rien : l'Etat d'urgence est là pour nous le rappeler : l'Etat a carte blanche. Le judiciaire est expulsé.

    Intimidations, dissuasion, coups répétés derrière la tête ou plus précisément, sur la nuque... pour vous la faire baisser... cette tête ! Coups qui ne laissent aucune trace visible il est vrai, en psychologues d'une oppression assermentée et mille fois éprouvée... car... dissident échaudé finit par craindre même les gardes à vue de 17 heures...

                 Mais alors, qu'il ne leur soit accorder à tous aucune excuse, et de nous, surtout, qu'ils sachent qu'ils ne doivent rien attendre : notre mépris y pourvoira amplement.

     

     

                     Paris - COP 21 - interdiction de manifester et de marcher : novembre 2015

    _________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Etat d'urgence ? Vous avez dit Etat d'Urgence ?

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et quinquennat 0 commentaire
  • Michel Onfray se dégonfle : il quitterait les médias

                  

                  C'est quand on est attaqué qu'il faut faire face, se défendre et contre-attaquer ! Et non, battre en retraite !

    ______________

     

     

                  Michel Onfray annonce son retrait du paysage médiatique ainsi que : "Penser l’islam" son dernier ouvrage chez Grasset, ne sortira pas en librairie comme prévu le 27 janvier 2016. Son auteur, en a décidé ainsi, faisant valoir qu’« aucun débat serein n’est plus possible en France au sujet de l’islam dans le contexte actuel ». Cette décision, l’essayiste l’accompagne d’un autre geste, la fermeture de son compte Twitter, et d’un engagement : celui d’une diète médiatique. Son apparition dans l'émission de Thierry Ardisson, samedi 28 novembre sur Canal+, a été la dernière.

                 Cette volte-face illustre si besoin était, toute l’ambiguïté d’un Michel Onfray assis le cul entre deux chaises : la chaise « L’islam porte en lui l’intolérance, la conquête et la guerre » et l'autre chaise : « L’Occident est responsable : c’est lui qui n’a de cesse depuis trente ans de bombarder les Etats musulmans et de les détruire ».


    A vouloir ménager la chèvre et le chou, on finit au piquet avec un bonnet d’âne, les deux pieds dans le caca, à la merci des loups car Michel Onfray n’a jamais voulu choisir ; les médias et la classe politique, notamment ceux de la fausse gauche, atlantistes et sionistes (excusez ce pléonasme), d'une complaisance inouïe à l'endroit d'Israël et de ses relais ici en France ont donc choisi pour lui : d’eux, il ne connaîtra aucun répit aussi longtemps qu’il restera sous les feux de la rampe médiatique, à faire le grand écart. D’où son désir de retrait.

    Et à ce sujet, difficile de faire un autre constat que celui-ci : le fils d’ouvrier, quand il réussit, sera toujours tenté, même après quelques années de défiance et d'indépendance, de rallier in fine un ordre social et à une organisation de l’existence auxquels il croit devoir son « repêchage » ; et c’est bien ce à quoi Onfray avait fini par se résoudre avant les attentats du 13 novembre.


    D’aucuns ajouteront : "Après tout, si ce sont les bourgeois qui font les révolutions, c’est bien parce qu’il n’y a personne d’autres pour les penser, les organiser et les mettre en œuvre à leur place, toutes ces révolutions !"


                 En un tweet, Onfray a cru pouvoir reprendre sa liberté, oublieux du fait qu’il était enchaîné à des médias qui n’aiment pas qu’on tente de leur glisser une quenelle, surtout par surprise, même une petite ; faut dire qu'ils ont l’arrière-train sensible. En effet, Michel Onfray fut le premier à twitter le 13 novembre au soir, peu de temps après les tueries de Paris : « Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l'islam politique récoltent nationalement la guerre de l'islam politique. »

    Les médias et la classe politique ne lui pardonneront pas ce tweet qui a dit la vérité : Onfray a raison, et tous les autres avec lui dont Houellebecq qui, dans un quotidien italien à propos des attentats du 13 novembre 2015, place Hollande, Fabius et Valls en tête des responsables, responsables et coupables. Car enfin, depuis quand est-ce dans l'intérêt de la France de jouer Israël contre les Palestiniens, l'Ukraine contre la Russie, les USA contre Poutine, l'Arabie Saoudite contre l'Iran, Boko Haram contre Khadafi, Daech né de la destruction de l'Irak, financé par l'Arabie Saoudite contre Bachar al-Assad...

    Et bien, depuis que nous avons remis les clefs du quai d'Orsay aux USA, à l'Arabie Saoudite et à Israël : alliance contre-nature, alliance anti-européenne ; alliance en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre force car notre vocation c'est la paix et la diplomatie ; nous n'avons aucunement besoin d'ennemis pour exister et nous imposer.

                 Apeuré, incapable de tenir tête, Michel Onfray quitterait donc Paris ;  un Paris qui a eu raison de son courage ; il entend regagner sa province, sans doute pour se cacher et soigner ses blessures.
     
    Orgueil et culpabilité ?

    Onfray n’a pas tenu la distance ; et si les chiens ne font pas des chats, de même est-il préférable d’être né du côté du manche plutôt que du côté de la lame quand on souhaite dire la vérité.  De plus, n’est pas Dieudonné qui veut ; Dieudonné, le métis qui porte en lui la révolte de l’esclave et l’assurance du maître. Onfray rentrera dans sa "case" dès les premiers aboiements et silhouettes armées.

                 Le retrait de Michel Onfray confirme une personnalité fébrile d’autant plus que l’on savait Michel Onfray un peu mou des genoux, fuyant la controverse sur Internet et le débat avec les internautes pour chercher un abri auprès des médias qui ont fait de lui l'essayiste préféré des Français de ces vingt dernières années - et non "le philosophe préféré" comme on s'évertue à le nommer : Onfray est un historien des idées, ce qui ne fait pas de lui un philosophe, tout au plus un intellectuel quand il lui arrive d'interroger et de traiter "les causes" ; trop rarement le plus souvent puisque son immersion dans l’actualité est plutôt récente.

                  D’aucuns vous avoueront en privé qu'ils avaient de plus en plus de mal avec Onfray depuis son : "Les services secrets doivent s'occuper de Dieudonné !" C'était à l'occasion des élections européennes, alors que Dieudonné se présentait sur une liste anti-sioniste. Ce jour-là, Onfray s’est révélé être un libertaire et un gauchiste d'un nouveau type : de type petit flic, adepte de l'assassinat politique d'Etat. Sans doute avait-il besoin de donner des gages de bonne conduite à ceux qui font la pluie et le beau temps dans les médias, après ses récentes prises de positions sur le sort injuste et cruel qui est fait aux Palestiniens...

                  Le retrait de Michel Onfray de la controverse à propos de son tweet sur les responsabilités occidentales quant au chaos au Moyen-Orient, ressemble fort à de la panique : pas de nerfs Onfray, aucun sang froid ! Si ça barde un jour, faudra pas compter sur lui ! On est prévenus. Faudra pas dire qu’on ne savait pas !

    Reste à espérer que de cette nouvelle cabale lancée par le gouvernement Valls, le Nouvelobs et Libé - après quelques autres  comme lors de la publication de son ouvrage sur Freud ainsi qu'à propos de son soutien à Jean Soler et son ouvrage « Qui est dieu ?» -, qu'Onfray en sortira plus avisé, un peu plus mûr, un peu plus profond aussi, plus large, avec plus de hauteur.
     
    Véritable révolution géométrique pour Onfray : celle des volumes et des espaces !

    Que Michel Onfray goûte un peu à la calomnie, à la mauvaise foi des uns et des autres, aux procès d'intention aux intentions délibérées de lui nuire ! Qu'il tâte un peu de la condition du bouc-émissaire ne peut que lui être profitable car, reste à espérer que Michel Onfray accueillera cette épreuve avec l'espoir d'en sortir plus fort et plus courageux intellectuellement.


    ______________

     
    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Michel Onfray, Politique et quinquennat 0 commentaire
  • Daech : naissance, développement et maturité par Denis Bauchard de l'IFRI

     

              Daech n’est pas né et ne s’est pas développé par hasard.

              Denis Bauchard, conseiller spécial pour le Moyen-Orient à l'IFRI (Institut français des relations internationale) nous le rappelle.Et si des journalistes ventriloques sont nombreux à pointer vers Bachar Al-Assad quant à la responsabilité de la création de Daech ou « Etat islamique - EI», la question de ses origines - de son financement aussi car, qui achète du pétrole à Daech aujourd'hui ? - est beaucoup plus complexe : les origines de l’EI remonte à 2003 ; devinez où ? En Irak.

    Comme c'est loin déjà, n'est-ce pas ? Excepté pour la population de cette région qui n'en aura jamais fini avec cette ratonnade américaine de 2003 semble-t-il.

    A ce sujet, on peut s'interroger : à quand un tribunal pour juger tous ceux qui ont soutenu et participé à la destruction de l'Afghanistan, de l'Irak, de la Libye et plus récemment de la Syrie ?

     

                    Denis Bauchard nommera un homme, un seul : Paul Bremer, proconsul américain ; il est celui qui favorisera l'émergence de Daech, puis son développement ; en effet, il est celui qui réunira les conditions nécessaires à sa création et à sa progression.               

                 Dans une analyse qui en dérangera plus d'un, en premier ceux qui ont la vérité des faits en horreur, tellement elle contredit leurs certitudes et expose au grand jour leur mauvaise foi à la racine de laquelle on trouvera une stratégie qui a pour seul objet le mensonge dans la manipulation (on épargnera les imbéciles et les téléspectateurs des journaux de 20H), Denis Bauchard  dresse en une trentaine de pages, le tableau d'un théâtre d'opérations dans lequel le bien et le mal se situent en dehors de toute considération morale et de responsabilité ; en effet, le bien sera du côté de celui qui triomphera, et le mal du côté du vaincu.

    Nul doute que dans les années à venir, loin d'un institut comme l'IFRI, ce sera à nouveau le vainqueur qui nous contera cette histoire qui prendra alors toutes les allures d’un conte ; un de plus.

    Et gare à ceux qui refuseront de s’y conformer, c'est sûr !

     

                Cliquez : Le Moyen-Orient face à Daech : défi et ripostes par Denis Bauchard - IFRI 2014

     

     

                        Daech, une enquête de Benoît Collombat & Jacques Monin - 20 novembre 2015

     

                  Si l'enquête de ces deux journalistes a le mérite d'expliquer la géopolitique et les enjeux économiques qui ont guidé la création et le développement de Daech - informations, soit dit en passant, que l'on peut trouver sur Internet depuis des années ! Faut croire alors que les auditeurs de France Inter ne sont pas pressés et sa rédaction non plus -,  à la question  "Comment la diplomatie française a t-elle pu se tromper dans ses analyses", ces mêmes journalistes se gardent bien de pointer le fait suivant : la diplomatie française ne s'est pas trompée ; il se trouve simplement que le quai d'Orsay est entre les mains d'un Etat PS totalement voué aux intérêts israéliens là-bas et ici sur notre sol, et par voie de conséquence, cet Etat PS est très proches des intérêts américains lorsque ces derniers rejoignent ceux d'Israël, ce qui est souvent le cas mais pas toujours... comme on a pu le voir à propos de l'Iran : la position de la France était celle d'Israël et non celle des USA.

    A la tête de l'Etat et de la diplomatie française (Elysée, Matignon et Quai d'Orsay), siège bel et bien un PS atlantiste et sioniste, et ce en violation totale de notre tradition diplomatique d'indépendance et d'équilibre entre des idéologies et des intérêts antagonistes.

    Au cours de ce reportage, comme un fait exprès, si le nom de Fabius est prononcé, à aucun moment Israël n'est mentionné.

     

                         Allez, France Inter ! Encore un effort ! T'y es presque !

     

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Comme des champignons après la pluie 

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et quinquennat 0 commentaire
  • Cette classe politique qui s'appuie sur la guerre...

     

             Après Margaret Thatcher, Bush-fils, Tony Blair...

                                           François Hollande.

     

     

                       Après une gestion de l'Etat d'urgence à la "Plus sécuritaire que moi, tu meurs !" (ICI), voici maintenant le volet : "Plus compassionnelle que moi, vous ne trouverez pas !" 

                        "Je vous promets solennellement que la France mettra tout en œuvre pour détruire l'armé de fanatiques qui ont commis ses crimes. Elle agira sans répit pour protéger ses enfants", a déclaré François Hollande lors de l'hommage national aux 130 victimes des attentats du 13 novembre, rendu ce vendredi aux Invalides.

     

    ________________

     

     

    Etats-Unis, Arabie Saoudite et Isräël

     

                      Le "trio Daech" : hommes sans lesquels le terrorisme serait vaincu faute d'instrumentalisation et de soutien financier et idéologique

     

     

                   Militarisation croissante de la société, tous au garde à vous… tous à la même heure, le même jour, enrégimentés sur le modèle des USA, d’Israël et des républiques bannières où l'Etat à la main mise sur le rapport émotionnel que chacun doit entretenir avec un événement quel qu'il soit...


    Sans surprise nous sommes face cette boursouflure étatique qui a tous les attributs d'un chantage émotionnel, un de plus, puisque ceux qui nous tiennent lieu de dirigeants et qui ne sont que des commis voyageurs et des garçons de courses, sont à la merci des Etats précédemment cités. Tout se tient, inexorablement. Aussi, finiront-ils par nous demander d’épouser les mœurs de tous ces Etats dont l’existence repose sur le crime et l’exploitation du plus faible.


                   Pensez donc ! Tous ces Etats si prompts à la guerre, si doués pour le chaos, si talentueux lorsqu’il est question d’enterrer leurs morts - à 1 contre 1000 soit dit en passant. Cela va sans dire ! - devant de pauvres hères manipulables à souhait censés former une nation ; une humanité, des millions si prompts à baiser la main qui les a tués, les tue et les tuera encore demain car avec ces clowns tragi-comiques, nous n’en finissons jamais de mourir. Et si ces hommes-là sont à gerber, cette humanité consentante que l’on mène à l’abattoir est à déplorer car, qui s’opposera à l’idée d’un être humain qui trouve son humanité dans sa révolte contre ceux qui comptent, se reposent et s’appuient sur la guerre pour se faire élire ou ré-élire ? Même si, en ce qui concerne celui qui nous occupe ici, tout en gardant à l’esprit qu’il n’a ni les attributs ni le poids ni la dimension ni l’autorité qui justifieraient le fait qu’il puisse prétendre à un renouvellement de son mandat, on ose encore espérer que la conscience de cet individu-là aura le courage de reconnaître qu’il n’aura droit à rien qui ne nous soit pas arraché, rien qui ne soit pas extirpé de notre volonté, de notre pauvre volonté, comme dans un viol car on peut déjà soupçonner chez ce personnage sinistre à force d’incompétence une réflexion qui n’en finit sans doute pas de nourrir une espérance putride : « Pourquoi pas moi, après tout ! Hein ! Moi à nouveau puisque celui qui me remplacera ne sera pas plus à la hauteur que moi ! »

    On ne trouvera pas meilleur éloge de la médiocrité.

     

                   Camelots, joueurs de bonneteau bonimenteurs, finalement, tous ces preneurs d'ordres que l'on nomme "chefs d'Etat" ne sont-ils pas devenus des marchands d’armes ? Regardez : ne prospèrent-ils pas tout comme eux sur la guerre et la mort ?


    Joueurs de bonneteau partis de rien à marchands d'armes... certes, on peut estimer qu’il s’agit là d’un saut à la fois qualitatif et quantitatif non négligeable, c’est sûr ! Une promotion pour ainsi dire ! Mais n’empêche !

     

    ***

     

                   Dans son discours de ce vendredi 27 novembre 2015, à l’occasion de l’hommage de la nation rendu aux victimes des tueries du 13 novembre, ce même individu que l’on nomme « Président » a parlé comme suit : « Je vous promets… je vous promets… je vous promets… »

    Dans la vie, ce qui tue c'est l'espoir : on ne vit pas d'espoir, on en meurt. Et si les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, alors, le malheur a voulu qu’aujourd’hui, ils aient été nombreux, trop nombreux, à tendre l’oreille et à chercher dans cette voix-là, la pire des voix, la voix de ceux qui comptent sur la guerre pour survivre, eux et leur parti, un peu de réconfort et de sécurité.

    Et ce malheur-là nous recouvre déjà tous telle une ombre âpre à la mort comme d’autres… au gain.

                   Tâchons d'être dignes de ce malheur qui nous frappe et dont nous sommes les spectateurs privilégiés, pour ne pas, surtout pas, en être les victimes.

     

                    Alors, tais-toi Hollande ! Et puis surtout : ne promets rien ! Surtout pas !

     

    ____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Appel au boycott de la journée d'hommage national

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • La panique de l'Etat PS

     

     

    Etat d'urgence ou tentative de coup d'état politique en préparation de la présidentielle de 2017 ?

     

    _________________

     

     

                       L'heure est au recrutement massif, aux perquisitions, aux interpellations, aux assignations à résidence et aux gardes à vue...

                      Voici les derniers chiffres des actions policières depuis les attentats du 13 novembre et la mise en place de l'état d'urgence (1):

     

     

    A ce jour, on compterait 253366 interpellations et 253 365 gardes à vue ; certains sont interrogés depuis deux mois : inculpation ? Pas d'inculpation ? Les autorités tergiversent tout en hésitant.

    18 millions de perquisitions ont été effectuées, soit 40% des foyers de la métropole ; l'Outre-mer suivra très prochainement, sans rire ! Mais pour l'heure rien ne presse car c'est pas la porte à côté non plus !

    Au cours de ces perquisitions, le plus sérieusement du monde, trois fusils d'assaut, un lance-roquette défectueux ont été saisis et 50grs de produits stupéfiants... à la grande stupéfaction des autorités. Véridique !

    Les assignations à résidence concernent près de la moitié de la population âgée de plus de 15 à 30 ans, soit 33 millions de Français : les centres commerciaux sont vides, les lycées aussi, les commerçants râlent et les entreprises sont à l'arrêt.

    Près d'un million de policiers venus de toute l'U.E ont été appelés en renfort et autant de soldats des armées de l'Otan ; dans certains arrondissements de Paris on compte donc plus de policiers et de soldats que d'habitants.

    Une chose, une dernière : en cas de mauvais stationnement de votre véhicule dans notre belle Capitale, inutile de tenter de vous expliquer avec eux, aucun d'entre eux ne parlent  notre belle langue.

    Et puis, pourquoi faire les choses à moitié ? Des dizaines de milliers de mosquées ont été dévastés, plus qu'il n'en existe et n'en existera jamais...

    Et puis, parce que... c'est l'occasion qui fait le larron, d'une pierre deux coups : des militants écologistes sont assignés à résidence durant la COP21 ; zones interdites, convocations au commissariat... avant l'ouverture du sommet de Paris sur le climat.

     

                  Recrutement massif de policiers, de juges et de matons, construction d'une centaine d'établissements pénitentiaires... assistons-nous à un Etat PS paniqué ? Ou bien, la menace terroriste est telle que chacun d’entre nous devient alors une menace pour tous les autres qui, à leur tour, deviennent... etc... etc...

    Optons sans hésitation pour la première proposition car il s’agit bien de panique… panique à l'idée que l'électorat puisse penser que cet Etat responsable des attentats du 13 novembre 2015 de par ses choix en matière de politique internationale n'en fait pas assez pour contenir la menace qui pèse sur chacun d'entre nous car, si le PS prospère sur le FN et le FN sur la politique du PS, il ne faudrait pas non plus que ce Front National de plus en plus national ne rafle la mise ; il y a des étourderies qui se paient très chères. 

                  Aussi, pour cet Etat PS, un seul message prévaut : "Plus sécuritaire que moi, tu meurs !"

     

     

    1 - Les vrais chiffres compilés par le journal Le Monde sont les suivants : 1072 perquisitions administratives, 253 assignations à résidence, 201 armes trouvées, 77 cas de découverte de produits stupéfiants, 139 interpellations, dont 117 gardes à vue.

    A propos de l'Etat d'urgence, une communication du syndicat de la magistrature ICI

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Ceux pour qui le scandale d'attentats sanglants est arrivé

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Politique et quinquennat 0 commentaire
  • Quand les Etats-Unis ne nous cachent plus rien avec Kissinger qui ne s'en cache pas davantage

     

    kissinger, crimes de kissinger, serge uleski, usa,moyen-orient

     

                A propos du grand boucher de la Realpolitik qui est à l'humanisme (cette notion que tous les hommes ont droit d'être sauvés et que l'Homme passe avant le profit et la marchandise) ce que les abattoirs sont aux porcs, secrétaire d'Etat sous Nixon,  le quotidien satirique  kissinger, daily squib, usa, serge uleskia imaginé en novembre 2011 une interview fracassante avec un Kissinger déluré, oracle fou à lier, sorte de Docteur Folamour mégalomane et paranoïaque.

     

    docteur folamour, serge uleski, kissinger,usa, moyen-orient

     

    A ce quotidien, Kissinger aurait alors tenu ce langage-ci - notez  au passage qu'une partie de propos rapportés sont des citations de Kissinger lui-même :

     

    Si vous ne pouvez pas entendre les tambours de guerre, il vous faut être sourd”

    Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlez le peuple, contrôlez la monnaie et vous contrôlerez le monde. »

    « Les États-Unis appâtent la Chine et la Russie, et le dernier clou dans le cercueil sera l’Iran, qui est, bien sûr, la principale cible d’Israël. Nous avons permis à la Chine d’accroître sa force militaire et à la Russie à se remettre de la soviétisation, pour leur donner un faux sentiment de bravade, cela va créer une mort conjointe plus rapide pour eux. »

    « Nous avons dit aux militaires que nous aurions à prendre plus de sept pays du Moyen-Orient pour leurs ressources et ils ont presque terminé leur travail. Nous savons tous ce que je pense de l’armée, mais je dois dire, cette fois, qu’ils ont amplement obéi aux ordres. »

    « Le grand ours Russe et la faucille chinoise seront réveillés de leur sommeil et c’est à ce moment qu’Israël va devoir se battre de toutes ses forces et de ses armes pour tuer autant d’Arabes qu’elle le peut. Espérons que si tout va bien, la moitié du Moyen-Orient sera aux israéliens. »

    « Nos équipes de jeunes, aux États-Unis et à l’Ouest, sont préparés parce qu’elles ont été programmées pour être de bons soldats, de la chair à canon quand elles seront commandées pour sortir dans les rues et lutter… » 

    « La guerre à venir sera si grave qu’une seule superpuissance pourra gagner, et ce sera nous autres. »

    « Sur les cendres nous construiront une société nouvelle, il restera seulement une superpuissance de gauche, et seule, elle sera le gouvernement mondial qui gagne. »

     « N’oubliez pas, les États-Unis ont les meilleures armes, nous avons des choses qu’aucune autre nation n’a, et nous introduirons ces armes quand le moment sera venu."

     

                      La version originale est disponible ICI ou ; version française courtesy of Oscar Fortin

     

     

                         "Arrest Henri Kissinger for war crime " - "Arrêtez Henry Kissinger pour crime de guerre"

                        Une voix énonce alors : "Au nom du Peuple vietnamien, au nom du peuple du Timor oriental, au nom du Peuple Cambodgien, au nom du Peuple Chilien..."

    _________________

     

    Pour prolonger cliquez : Les crimes de Kissinger

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et quinquennat 0 commentaire
  • Désir de misère... misère du désir : le culte de la marchandise

     


     

                     Soldes à l'américaine...

    Des réductions monstres à moins d'un mois de Noël...

             Aux États-Unis et au Canada, le Black Friday (litt. « vendredi noir »), parfois traduit par vendredi fou, se déroule le lendemain du repas de Thanksgiving. Il marque traditionnellement le coup d’envoi de la période des achats de fin d’année. Plusieurs commerçants profitent de ce moment pour proposer des soldes conséquents.

    Lien permanent Catégories : Politique et quinquennat 0 commentaire
  • Confession d'un lecteur de BD...



    ... ou comment tout a commencé.

     

    ___________________


                  Permettez-moi de vous rapporter, en rapporteur scrupuleux et désintéressé, les propos que m’a tenus, dernièrement, un ami plutôt proche...non ! Un ami très proche même, et ce bien qu’il demeure géographiquement éloigné de moi ; ce qui ne nous empêche pas de communiquer : vous pensez bien ! Avec les outils modernes que sont le téléphone, internet et... enfin bref !


    Ses propos m'ont été rapportés à l’occasion d’un festival de BD qui se tenait dans une ville dont j‘ai oublié le nom, quelque part en Charente mais... il paraît que c‘est toujours la même.
    Cet ami trouvait que la couverture médiatique de ce festival était excessive ; la presse, la radio et la télévision en faisaient un peu trop, sinon beaucoup trop à son goût qui n'était pas toujours celui de tout le monde, et en premier lieu, celui des lecteurs de BD.

    Moi-même, je n‘avais pas d‘opinion à ce sujet (Eh oui ! Ca m‘arrive de ne pas en avoir !).


    Une attaque de plus contre la BD les propos de cet ami qui n’a pas son pareil quand il s’agit de parler franchement, et de dire tout haut ce que peu de personnes osent penser tout bas, sans détour et sans se soucier du qu’en dira-t-on ? Je le cite de mémoire. A vous de juger :

     

               "La BD n’est-elle pas au cinéma (quant à son scénario), à la littérature (quant aux contenus des bulles) et aux Arts plastiques (quant au graphisme) ce que la nage synchronisée - plus connue sous le nom de aqua-dance -, est aux ballets classiques et contemporains, et Mc Donald à notre belle tradition culinaire ? Mais alors, que faut-il attendre de cette championne d’un moins-disant culturel toutes catégories, tous domaines et toutes disciplines confondus, au terme d’un repli régressif dans un monde d’images, d’icônes, de logos et de pictogrammes seuls ? Et gare aux arabesques d’une pensée exigeante et ambitieuse car, pour ce monde-là, ce sera la ligne droite et seulement la ligne droite. Mais alors... doit-on conclure que la BD est le refuge des cancres et des philistins, pour une lecture en deux temps et trois mouvements ? Je vous laisse juge. Pour ma part, je n’ai jamais rencontré un lecteur de BD capable ou désireux de visionner un film de Tarkovski ou de Kaurismaki (même en VF), de se rendre à Beaubourg à l'occasion d'une rétrospective du peintre Zao Woo-Ki, ou de lire un roman - trop de mots, trop de phrases, trop de paragraphes, trop de pages... trop, c’est trop ! -, sans que, la haine au ventre, ce ne soit vécu comme une punition injuste, pire encore, comme une torture, un supplice et............................

    -.............................

    - Allô ? Allô ?"



                    Tels sont les propos de cet ami qui fut interrompu au plus fort de son exposé par un portable à court de batterie : le sien.Depuis, il demeure injoignable. Des mauvaises langues disent que le monde de la BD lui aurait rendu visite un soir et que... mais faute de preuve, comment accuser qui que ce soit ?

    Toutefois... un problème demeure, ou plutôt non ! Un problème a surgi : une fois seul avec moi-même, réfléchissant aux propos de cet ami maintenant beaucoup moins proche, figurez-vous que je me suis retrouvé dans l’incapacité de contredire sur le fond comme sur la forme son jugement sur la BD ; jugement que d’aucuns seront très certainement tentés de considérer comme lapidaire.Diable ! N’y aurait-il donc rien à sauver dans la BD ?

    .

    Mais... qu'est-ce que... ça y est... je crois que...Oui ! C’est bien ça...Non, ce n’est pas possible !

     

                  - Que vous arrive-t-il ?

    Vite !

                 - Comment ça ?


    Aidez-moi !

     

                - Mais... parlez que diable !

     

    Il semblerait que je sois devenu...

     

               - Devenu ?



    BD-phobe !
    Voyez ! Elle approche ! Elle vient ! Non ! Elle accourt ! Je suis sa cible !Où fuir ?Trop tard ! Elle me tire par les bras. Elle veut que je vienne avec elle et je ne veux pas y aller ; mais je ne suis pas assez fort pour lui résister. Elle me tire par les jambes maintenant. Je ne suis plus capable que d’un cri : non !!! Elle ne veut pas me lâcher. Elle ne me quitte plus. Elle se répand. Elle se vautre. Ah ! Quelle horreur ! La voilà sur moi, la garce ! Chaos et déchéance. C’est fait ! J’appartiens maintenant tout entier au monde de la BD. Je vis dans sa respiration ; elle est mon souffle. Elle ne cessera plus de me détruire jusqu’à la fin. Elle me tire vers le bas. Je sais que je vais tout y laisser : l’écriture et la lecture. Elle me prendra tout. Elle ne me laissera rien. Elle me commande. Je la hais. Je la vomis et elle le sait. Mais plus je la maudis plus elle insiste et redouble d’énergie. Elle me tire encore et encore ; et je descends avec elle dans sa tanière, dans son antre pour y rejoindre... devinez qui, devinez quoi ? Le lot des "vautrés" de la FNAC et de son rayon BD ; tous ces avachis fumeurs de haschich bon marché (parce qu‘ils y connaissent rien au haschich tous ces teubés). Alors non ! Pas le rayon BD de la FNAC ! Non pas moi ! Tous les autres mais pas moi ! Au secours !!!!!!


    ***



    J’ai fait le 18. Ils m’ont envoyé paître.

    Vraiment, on n’est pas aidé !

    En revanche, ils m‘ont conseillé de faire le 17. Si ! Si !

    Et à ce dernier numéro, on m’a invité à composer le 15. Mais là c‘était occupé. Pas moyen de parler à qui que ce soit.

    Alors, oui, vraiment ! La BD c’est plus fort que toi, plus fort que tout !

      

     

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais 0 commentaire
  • Appel au boycott de l’hommage national rendu aux victimes des attentats du 13 novembre 2015

     

    986784966_B977156184Z.1_20151125111820_000_GM95M21SR.1-0.jpg

     

              Emma Prévost, la sœur de François-Xavier Prévost, tué au Bataclan le 13 novembre 2015 au soir, appelle au boycott de l’hommage national qui sera rendu par l'Etat français le 27 novembre 2015.

              Les raisons de cet appel ? Les motifs ?

              Emma Prévost s'en explique ICI

     

    actualité,société,politique,ps,hollande,daech,isis,état islamique,terrorisme,israël,usa,turquie,arabie saoudite,emma prévost,françois-xavier prévost,bataclan,boycott de l'hommage national

              Quant à  nous.... qui refusons que l'Etat soit à la tête de l'hommage national rendu le 27 novembre... nos motifs sont les suivants :

                           Dix années d'allégeance à une politique moyen-orientale dont il n'y avait déjà plus rien à sauver depuis 20 ans ; politique scélérate qui a fait la preuve de son échec.


                          Compromissions honteuses et mercantiles pour quelques rafales et frégates vendus à l'Arabie Saoudite, au Qatar et à l'Egypte...

                          Une soumission totale aux USA et à une politique de destruction de l'Afghanistan, destruction de l'Irak qui a donné naissance à Daech, destruction de la Libye qui a vu Boko Haram s'implanter au Mali, destruction de la Syrie, déstabilisation de l'Ukraine...

                          Dix années de soumission à l'Otan dans la conduite d'une politique étrangère totalement soumise à l'axe américano-israélo-saoudien responsable de près de trois millions de morts musulmans...

                               Dix années d'une politique menée en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force ; une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif excessive de domination...

                          Dix années d'un ralliement au plus criminel...

                          Dix années passées à envoyer tous les mauvais signaux possibles à une région du monde que l'on a volontairement plongée dans le chaos...

     

                           Et ce sont des millions de nos concitoyens qui se trouvent aujourd'hui livrés à une mort révoltante au nom d'une realpolitik abjecte et lâche et qui en rien ne nous ressemble... nous et notre pays : la France !

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : de quoi Daech est-il le nom ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et quinquennat 0 commentaire
  • Léa Salamé telle qu'en elle-même


                   Aliza Bin-Noun, "porte-parole officiel en France de la politique d'Israël" répond à Léa Salamé sur France inter

     

     

                    Regardez ce sourire de Léa, écoutez ses questions... voyez comment elle hoche la tête avant même que son invitée ne lui réponde comme si Léa Salamé partageait déjà avec elle la réponse ! Edifiant ce ton précautionneux, révérencieux, mezza voce, et puis ce corps penché en avant comme pour se faire petit, tout petit... un peu comme si, même assise, Léa Salamé se tenait à genoux ; mentalement, c'est sûr !

    Notez : rien à propos de la politique israélienne de colonisation ! Rien à propos des méthodes de maintien de cet ordre colonial sordide : 600 000 colons qui, en toute illégalité, vivent aux dépens, sur le dos, au détriment de milliers de Palestiniens sans défense !

              Nul doute, nous assistons là, une fois encore, à tout ce qui est dénoncé depuis des années par tous ceux qui ne souffrent plus la servilité avec laquelle les journalistes se plient à l'obligation, pour quiconque souhaite prospérer dans la carrière médiatique, de ne jamais mettre en difficulté, entre autres, Israël et ses représentants, CRIF inclus.

    Dont acte.

     

     

              Autre entretien, autre invité, autre attitude : jugez le ton presque menaçant de Léa Salomé à l'égard de J.P Chevènement qui peine à condamner sans équivoque Bachar al-Assad tout en se montrant réticent à l'idée d'un départ de ce dernier auquel Léa Salomé attribue, tout de go, la responsabilité de 250 000 victimes sans douter un seul instant de la véracité de cette information.

    La différence entre le premier entretien et celui-ci ?

    Devinez !

    Dans le premier entretien, l'invitée a le pouvoir de ruiner votre carrière dans les médias en exigeant que l'on y mette fin ; dans le second... déjà bien vieillissant et politiquement isolé, J.P Chevènement n'a que le pouvoir de laisser entendre aux auditeurs de France Inter que son interlocutrice n'est qu'une gourde médiatique, une gourde de plus qui sait ce qu'il faut craindre, de qui et pourquoi ; cce qu'il ne fera pas car chez J. P Chevènement "ça ne se fait pas !"

    Et c'est bien dommage.

     

    ***

     

             Pour revenir au premier entretien, qu'il soit permis ici de révéler ceci : un ami ingénieur du son chez Radio-France m'a affirmé en toute bonne foi que ce matin-là, une odeur irrespirable s'était répandu dans tout l'étage, cage d'ascenseur comprise, au passage de cette porte-parole de l'Etat d'Israël ; odeur inqualifiable m'a-t-il précisé ; pestilentielle a-t-il fini par lâcher ; l'odeur de ceux qui, sur un plan moral, jugent n'avoir aucun compte à rendre à que ce soit depuis que tous baignent dans une culture de l'impunité totale.

    Quant au studio de radio qui a accueillie cette Aliza Bin-Noun, seules deux personnes ont tenus bon confrontés à cette odeur insoutenable, sans doute le temps nécessaire à son passage à l'antenne : Léa Salamé et Patrick Cohen.

    Sachez néanmoins qu'ils ont dû être évacués tout de suite après le départ de leur invitée ; une assistance respiratoire a été requise pour tous les deux par les services médicaux appelés en urgence car, si la déontologie du journalisme a bien été bafouée et mise en danger de mort ce matin-là, en revanche, le pronostic vital des intéressés n'a pas été engagé.

    Comme quoi... le ridicule ne tue plus ; et la lâcheté et la flagornerie, pas davantage.

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez :Pour un journalisme de tous les courages

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et quinquennat 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu