Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

  • Revue d'actualité Juin 2016

    Des paroles et des actes. Invité : Jean-Luc Mélenchon

     

                   Accepter les invitations des médias à répondre aux questions de leurs "journalistes" est vain et sans doute contre-productif... d'autant plus qu'on ne convainc personne. Jamais !

    Aussi, ce qu’il faut aujourd’hui, c’est questionner la question, puis celui qui la pose (1) et celui qui paie celui qui l’a posée. C’est sans doute le seul service à rendre à ceux qui, à l’heure d’internet, ont encore la naïveté d’attendre quoi que ce soit de la télévision en générale et de ce type d’émission en particulier.

    C'est là que l'efficacité est au plus haut ; là où chacun demeure libre de tirer les conclusions qui s'imposent ; maïeutique d'ordres politique et social au sens le plus riche, le plus complet et le plus authentique du terme, l'esprit accouchant alors d'un questionnement salutaire : que nous est-il fait, par qui, comment, pour-quoi et pour le compte de qui ?

     

     

    1 - Des journalistes ultra-libéraux en économie dont les salaires sont pourtant subventionnés à hauteur de millions d'euros par le contribuable : près de 230 millions d'aides d'Etat répartis sur 200 titres de presse ont été versés en 2014. De quoi leur clouer le bec à tous en les mettant face à leurs contradictions.

     

    Journée de mobilisation contre la loi Travail : aucun quotidien national dans les kiosques ce jeudi

     

                        "L'Humanité" est le seul quotidien national à avoir pu sortir en kiosques ce jeudi ; c'est le seul journal à avoir accepté de publier la tribune de Philippe Martinez, chef de file de la CGT. Une décision qui a suscité l'ire de ses concurrents. Bloquer la circulation des idées, en voilà une belle idée de la démocratie, s'indigne les patrons de presse.

     

    ***

                     La liberté de l'information (une information qui ne soit pas une tentative de contrôle des esprits) et sa libre diffusion sont bien plus importantes que la liberté de la presse... l

                    ... car enfin, liberté de Lagardère ou de Rothschild, Niel, Pigasse et d'autres, de nous désinformer ? La belle affaire !

     

                    Aujourd'hui force est de constater ceci : seuls, sur Internet, des acteurs indépendants sont capables de défendre une information digne de ce nom, jour après jour ; l'information et la liberté de sa diffusion.

     

    Obama à Hiroshima

     

                     Arrivé le 27 mai à Hiroshima, le président américain a déposé une couronne de fleurs devant le cénotaphe du mémorial de la paix. Barack Obama a rendu hommage aux victimes japonaises du 6 août 1945, le jour où " la mort est tombée du ciel."

     

    ***

     

                       Si le bombardement des villes Hiroshima et Nagasaki peut recevoir sans l'ombre d'une hésitation le qualificatif de crime de guerre, avec ou sans la caution d'une cour internationale de justice et d'une charte de l'ONU car la morale et les faits n'ont besoin d'aucune caution quelle qu'elle soit, il n'en demeure pas moins que cet acte d'une barbarie sans nom - qui met provisoirement un terme à près de quatre années de bombardements massifs de population civile par l'aviation allemande et alliée au bilan de 40 millions de morts... provisoirement car... le Vietnam ne tardera pas à s'attirer les foudres de l'oncle Sam -, peut être tout aussi légitimement qualifié comme suit : le plus grand crime raciste de masse de l'histoire moderne.

                  Souris de laboratoire (La bombe, quelle efficacité ? Combien de morts ? Quelle vie pour les irradiés survivants ?), sacrifiés sur l'autel d'une guerre froide à venir (rabattre le caquet de Staline et ses exigences), considérés dans l'imaginaire occidental comme une population d'infra-humains avec ces individus de petite taille au teint jaune et aux yeux bridés... pour ces raisons, jamais l'Occident n'aurait destiné cette bombe atomique à un Allemand, grand gaillard aux cheveux blonds et aux yeux bleus car, nazie ou pas, l'Allemagne (et l'Autriche) c'est non seulement des trains qui partent et arrivent toujours à l'heure mais c'est aussi Bach, Kant, Beethoven, Goethe et dans les années 20 et 30, des prix Nobel à la pelle.

     

    François Hollande désigné «Homme d'Etat mondial» 2016

     

                         Ce prix remis par la Fondation " Appeal of Conscience" honore les dirigeants qui soutiennent la paix et la liberté, par la promotion de la tolérance, la dignité humaine et les droits de l'homme, en défendant ces causes dans leur pays et en travaillant avec d'autres dirigeants mondiaux pour bâtir un avenir meilleur pour tous», a précisé la fondation dans un communiqué.

    La Fondation fondée en 1965 par le rabbin Arthur Schneier et qui dit «travailler au nom de la liberté religieuse et des droits de l'homme partout dans le monde», présentera son «World Statesman Award» au président français le 19 septembre 2016, lors de son 51e dîner annuel au Waldorf Astoria à New York.

     

    ***

     

                       Pas étonnant que ce mal-président soit si impopulaire en France alors ! L'oligarchie mondiale lui voue un véritable culte... le culte de celui qui sait obéir et qui jamais ne déçoit ceux qu'il est important de contenter.

    Jamais un Président français n'a été autant couvé par la Commission européenne et ses lobbies, les USA, Israël et les Monarchies du golfe et jamais autant décrié dans son propre pays. Comme quoi, tout se tient : le mondialisme (ou la mondialisation), la Commission qui pilote la construction européenne, l'Atlantisme, le Sionisme et les manigances saoudiennes et qataries... pour notre malheur à tous !

                      Aussi, vivement la Présidentielle et les Législatives de 2017 ! On saura se souvenir d'un PS rentré la maison : la SFIO de Guy Mollet.

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Revue d'actualité Mai 2016

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 1 commentaire
  • Obama à Hiroshima(-Nagasaki) : le plus grand crime raciste de masse de l'histoire moderne

                  « Que dans un monde livré à tous les déchirements de la violence, incapable d’aucun contrôle, indifférent à la justice et au simple bonheur des hommes, la science se consacre au meurtre organisé (après les nazis - ndlr), personne sans doute, à moins d’idéalisme impénitent, ne songera à s’en étonner. » A. Camus. 1945. Journal Combat.

     

     

    ______________________________

     

     

                  Crime de guerre, crime raciste...

                  Le 6 août 1945 à 2 h 45 (heure locale), le bombardier B-29 piloté par Paul Tibbets, baptisé Enola Gay du nom de sa mère, décolle avec à son bord une bombe atomique à l'uranium 235 d'une puissance de 15 kilotonnes, surnommée Little Boy. L'équipage est composé de douze hommes, dont quatre scientifiques destinés à l'analyse de l'explosion.

    La bombe, recouverte de signatures et d'injures à l'adresse des Japonais est armée en vol et larguée à 8 h 15, à près de 9 000 mètres au-dessus de la ville d'Hiroshima. À 8 h 16 min 2 s heure locale, après 43 secondes de chute libre, la bombe explose à 587 mètres du sol, à la verticale de l’hôpital Shima, situé au cœur de l'agglomération.

    L'explosion, équivalant à celle de 15 000 tonnes de TNT, rase instantanément la ville.

     

    Destruction_Dome_Corbis.jpg

     

                       Rideau.

     

    ***

     

               Si le bombardement des villes Hiroshima et Nagasaki peut recevoir sans l'ombre d'une hésitation le qualificatif de crime de guerre, avec ou sans la caution d'une cour internationale de justice et d'une charte de l'ONU car la morale et les faits n'ont besoin d'aucune caution quelle qu'elle soit, il n'en demeure pas moins que cet acte d'une barbarie sans nom - qui met provisoirement un terme à près de quatre années de bombardements massifs de population civile par l'aviation allemande et alliée au bilan de 40 millions de morts... provisoirement car... le Vietnam ne tardera pas à s'attirer les foudres de l'oncle Sam -, peut être tout aussi légitimement qualifié comme suit : le plus grand crime raciste de masse de l'histoire moderne (1).

     

                  "Les Japonais, vous dites ? Quoi ? En1945 ? Mais... c'est qui, c'est quoi ? On s'en fout !"

                 Souris de laboratoire (La bombe, quelle efficacité ? Combien de morts ? Quelle vie pour les irradiés survivants ?), sacrifiés sur l'autel d'une guerre froide à venir (rabattre le caquet de Staline et ses exigences), considérés dans l'imaginaire occidental comme une population d'infra-humains avec ces individus de petite taille au teint jaune et aux yeux bridés... pour ces raisons, jamais l'Occident n'aurait destiné cette bombe atomique à un Allemand, grand gaillard aux cheveux blonds et aux yeux bleus car, nazie ou pas, l'Allemagne (et l'Autriche) c'est non seulement des trains qui partent et arrivent toujours à l'heure mais c'est aussi Bach, Kant, Beethoven, Goethe et dans les années 20 et 30, des prix Nobel à la pelle.

    Faut dire qu'à cette époque, les USA n'étaient pas à un racisme près avec le développement séparé des populations blanches et des populations noires ; véritable apartheid sur leur propre sol.

             Aussi, c'est bien le caractère intrinsèquement raciste du bombardement de Hiroshima et de Nagasaki - bombardement sans excuse qui demeure, 70 ans après les faits, toujours sans jugement ni condamnation -, qui se trouve là confirmé.

     

     

     

    1 - N'en déplaise à la vulgate, les Juifs d'Europe n'ont jamais été considérés comme des sous-hommes par les nazis ou le régime de Vichy mais bien plutôt comme un ennemi de classe : rivalité entre une bourgeoisie d'affaires apatride puissante et un capitalisme de souche et d'identité nationales et familiales ; autre ennemi : le "Juif fomenteur de révolutions ouvrières" ; et puis enfin, ennemi de nature... un ennemi quasi biologique : propension irréfragable à la domination d'une ethnie contre la crainte d'une bourgeoisie européenne de sortir perdante d'une telle compétition et d'une telle confrontation, dans le contexte d'une idéologie de domination sans partage des territoires et des Peuples européens, tous les Peuples européens, propre au nazisme.

    Deux Peuples "élus"... dont un de trop ! Election pour élection... l'Histoire nous enseigne qu'il faut simplement arrêter de raconter et de penser des conneries sur soi-même, et par ricochet, sur les autres dans le genre : "Je suis né pour dominer et vous pour m'obéir !"

     

    ________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Témoignages des irradiés et survivants : Les Hibakushas

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • "Encarté" d'Achraf Ben Brahim

    politique,actualité,société, encarté de achraf ben brahim, élections,

     

              Intrigué par l’actualité politique, l’auteur, âgé de 21 ans, a milité durant une année dans dix partis politiques ; pas un de plus, pas un de moins.

    Son récit commence en 2012.

    Issu d’un milieu social et d’un département - la Seine saint Denis -, qui ne se préoccupe pas de politique - taux d’abstention record, clientélisme électoral, chômage, faits divers largement exposés par des médias qui se fichent bien de ternir l'image de ce département... en l’espace d’un mois, Achraf Ben Brahim sera adhérent des partis politiques suivants : PS, UMP, FN, Modem, EELV, Debout la République, Front de gauche – PC et Parti de gauche -, NPA et Lutte ouvrière.

    C’est un nouveau monde qu’il découvrira au cours de cette immersion ; un monde occupé par ceux qui aspirent à s’y faire un nom et une situation ; un monde en décalage qui n’a que faire de l’autre monde, le nôtre ; un monde qui changera profondément la vision de l’auteur à propos de l’action militante.

                Le FN sera sa première aventure ; un FN qui compte parmi ses rangs un conseiller régional qui est l’un des plus importants grossistes en viande halal du Nord-Pas-de-Calais.

    Belle entrée en matière côté contradiction, double-langage et « comment se payer la tête des électeurs ! »

    Achraf Ben Brahim comprendra très vite que le débat n’a pas sa place au FN. Pas de primaire, pas de courant, pas de motion : le bureau politique est tout car il décide de tout. Localement, une poignée d’oligarques loin de sa base sur un plan sociologique, se partage les mandats et les indemnités : « Le FN n'a rien à envier à qui que ce soit quand il s’agit de téter les mamelles nourricières de la République » ; et si le FN n’est pas un parti raciste la question est : pourquoi le racisme finit-il toujours pour s’y exprimer ? interrogera si justement l’auteur qui en profitera pour nous confirmer le biais pro-israélien du FN. Au moins, ce parti sait-il qui il faut craindre par-dessus tout ici en France : le parti sioniste qui ne connaît pas de frontières ni de parti pour être à l’aise dans tous. Et puis, les adeptes racistes de l’exclusion et de la ségrégation se reconnaissent au premier coup d’œil : en effet, il y a des programmes qui ne trompent personne, et en premier, ceux qui les partagent.

               Aucune révélation fracassante dans cet ouvrage ; rien que l’on ne sache déjà même si, à sa grande surprise, l’auteur réalisera très vite au cours de ses pérégrinations que les Français se moquent bien de ses origines de jeune arabe de banlieue ; leur seul souci, c’est de garder ou de trouver un emploi et chez les commerçants et artisans : d'éviter la faillite.

    Néanmoins, ce parcours de l'auteur Achraf Ben Brahim retiendra toute notre attention, de parti en parti, de réunion d’arrondissement en conférence, d’une distribution de tract au stand en carton-pâte posé sur un trottoir de Paris, en plein hiver, tenu par des militants du «parti » Solidarité&Progrès de Jacques Cheminade. Arrive alors une question redoutable adressée aux passants toute l'après-midi durant : « Que pensez-vous du Glass-Steagall Act. »

    Et là, l'auteur jeune militant se dit : « Trop, c’est trop !»

     

              Militants LO, NPA, FN, PS, ex-UMP... ils sont jeunes et engagés. La plupart sont exploités à des fins totalement futiles. Ils ne luttent en rien contre le système, n’influent en rien sur la finance, sur l’économie, sur la politique. Pour certains d’entre eux, leurs actions sont isolées et sans efficacité ; sur les réseaux sociaux, ils ne sont vus que par une poignée, souvent par leur propre troupe, et leurs réunions sont vides : LO, le songe communiste,  NPA et le Modem.

    D’aucuns sont dans l’admiration d’un leader ; d’autres dans la fascination ; nombreux sont ceux qui s’accrochent car tous espèrent car un bon nombre n’oublie surtout pas, à terme, de lorgner sur le calice, le Graal, la coupe des délices : un mandat de député, de sénateur, de maire… pourquoi pas, ministre car… ministre un jour, ministre toujours !

    Certains d'entre eux iront-ils jusqu'à voler la clé du tabernacle, en forcer la serrure ? Très certainement.

               L’expérience de l’auteur auprès des ex-UMP ou du PS a montré si besoin était, que ces partis ne représentent que les ambitions de carrière de ceux qui y font leur trou. Ballotté entre condescendance et mépris, l'auteur n'y trouvera jamais sa place. Faut dire que, dans les partis dits "de gouvernement", les fauteuils sont chers, très chers. Un communautarisme « social » y règne en maître ; l’origine ethnique, sociale ; quant aux diplômes : seules les « grandes écoles » ont droit de cité.

    Lutte ouvrière et NPA sont présents chez les étudiants, université de Nanterre principalement, dans quelques usines et administrations ; l’implication de ses militants impressionnera l’auteur ; disponibilité de chaque instant, militantisme hyperactif, mobilisation à toute épreuve. Les résultats ? Inversement proportionnels à leur engagement bien évidemment ! puisque aucun rapport de force digne de ce nom ne peut être établi.

    Le Modem est qualifié de « mouvement fantôme » ; de plus, il a la fâcheuse habitude de prendre des décisions avant de demander l'avis de ses quelques militants ; un Modem dont le patron Bayrou a fini « chasseur de poste et de mandat » auprès de Hollande en 2012 puis auprès de l’ex-UMP à la mairie de Pau qu’il remporta, se faisant à nouveau solliciteur et courtisan, cette fois-ci, auprès de Manuel Valls.

    L'infiltration de l'auteur auprès de la gauche parisienne comprenant le PS, EELV et le Front de gauche aura été responsable de sa désillusion la plus cruelle :

    EELV est finalement un parti opportuniste. Les militants du PS sont des masochistes patentés ; dans les sections de ce parti, la Novlangue est la langue la plus couramment parlée ; en effet, plus le PS est à droite plus il se dit à gauche ; les militants ne pipent pas mot ; une mort idéologique préside les débats.

    Quant au PC, toujours à courir derrière le PS pour survivre ! Le Parti de gauche, en deux ans, a perdu la quasi-totalité de ses militants et de ses électeurs. Mélenchon n'est plus qu'un tribun de réseaux sociaux et des médias... médias trop heureux de donner la parole à un "animateur politique" garant de la pluralité des débats face au FN dont ces mêmes médias ne savent plus comment ne pas nous le vendre car si les leaders de ce parti sont de "trop bons clients médiatiques", le CSA veille.

              Aux deux partis de gouvernement puis à ceux qui peuvent raisonnablement espérer une place en tant que force d'appoint (EELV, les Radicaux...), leur seul atout, leur carte maîtresse, c’est le désintérêt croissant pour la politique et l’abstention qui de 20% (taux quasi-incompressible et gérable dans le cadre d’une "démocratie" représentative) est passée à 30, puis à 50, voire plus dans certains scrutins : un score compris entre 15 et 35% des suffrages exprimés, soit 7 à 18% des inscrits, soit encore 6 à 15% d’une population en âge de voter, suffit à occuper un poste rémunéré par la République : conseiller général, conseiller municipal, maire, député, sénateur, président de région, de département, ministre, secrétaire d’état…

    Des maires sont donc élus ou ré-élus avec des scores dérisoires. Tous, du PC aux Républicains en passant par le parti de gauche, se partagent les postes en constituant des listes d’union parfois aussi inédites que surprenantes ; l’important étant de survivre coûte que coûte : tout sauf la relégation dans le salariat et l’entreprise, privée de surcroît ! Surtout pour les plus exposés d’entre eux ; ceux qui sont pauvrement diplômés ou qui ne possèdent pas un carnet d’adresses  bien rempli.

                Suite à cette expérience d’une année, arrive bientôt un premier constat de l'auteur : « La manière dont les partis sont gérés annonce la manière dont leurs dirigeants exerceront leur fonction une fois élus." Puis, très vite une conclusion à la fois surprenante et contradictoire : « Politisez-vous ! »

    Soit. C’est entendu. Mais… à quelle fin ? D’autant plus que l’auteur, quelques pages plus loin, nous confie ceci :

                « Au terme de cette année 2013-2014 pendant laquelle j’ai renoncé à tout pour mener à bien ce projet, je ne sais même pas quelle définition donner à ce mot qui reste désespérément vide de sens : la politique (…) Mais surtout, je m’en veux d’avoir ouvert les yeux sur une réalité contre laquelle je ne peux strictement rien faire car, de cette expérience militante, il n’y a qu’une chose que je regrette : celle d’avoir pris conscience de la société dans laquelle je vis (…) De mes illusions sur la sincérité, sur l’intégrité, sur l’espoir de vivre dans une France meilleure, il ne reste finalement plus grand-chose. »

             Certes, à trop voir, on s’éblouit. Aveugle on devient ? Nuit noire, point mort à partir duquel le désespoir prend le dessus ? Arrive alors un radicalisme que rien ne viendra tempérer puisque aucune parole ne fait autorité car, sur quoi repose l'autorité si ce n'est sur la confiance et la compétence ?

     

    _________________

     

              Brigades rouges, Action directe, bande à Baader, les années 70…

    A l’heure où des lanceurs d’alerte sont assignés à résidence, cloîtrés, sacrifiés, sans droit ni perspective d’avenir...

    A l’heure des débats théoriques sur les nouvelles formes de lutte et de résistance (refus et action), le plus souvent sans issus et dont le prix à payer pour un engagement aux résultats incertains en dissuadera plus d’un… 

    A l’heure où d’autres acteurs de gauche caressent le doux rêve d’une reconquête d’une opinion qui aujourd'hui plébiscite la déchéance de la nationalité, un Etat policier, une armée interventionniste à des milliers de kilomètres de chez nous...

    A l'heure où des programmes de télévision débilitants et un journal de 20H ne désemplissent pas...

    Et puis enfin : à l'heure où un François Hollande recueille plus de 50% de taux de satisfaction après avoir été au fond du trou trois années durant même si, pour en sortir, il semblerait que la politique étrangère de la France ait dû en faire descendre une bonne centaine dans ce même trou, en 45 minutes, à Paris, 130 précisément... tirés comme des lapins ou des pigeons, comme au ball-trap...

    L'islamisme de ceux qui n'ont jamais lu le Coran ni ne parlent l'Arabe et qui ont découvert, voilà six mois, qu'ils avaient une religion, serait-il le nouveau gauchisme des enfants perdus d’une République mondialisée à caractère fasciste ?

    Un seul mot d'ordre pour cette République : que ceux qui ne veulent pas se soumettre à une idéologie de l'asservissement et de l'abrutissement dans sa remise en cause des acquis tant sociaux que démocratiques, aillent se faire foutre ! Et morts aux vaincus ! Une République au service d'un projet qui a placé la dictature de la marchandise, corps et biens pour une optimisation de la ressource humaine sans précédent, au centre de ce qui devra être défendu mordicus même et surtout au prix de projets liberticides et criminels…

    Ce nouveau gauchisme qui répond aussi en partie aux slogans de mai 68, plus tard... slogans altermondialistes, précédemment... pensée situationniste - " A bas la production !"... "Ne nous laissons pas bouffer par les politicards et leur démagogie boueuse !"... "On ne tombe pas amoureux d'un taux de croissance !"... "Je ne suis pas une marchandise !" -, ce nouveau gauchisme-là qui ne fait qu'accompagner le long de deux routes parallèles les derniers sursauts d'un monde de l’après-guerre aujourd'hui "congédié" et dans lequel subsistait encore un peu de tolérance pour la faiblesse humaine, pour ses erreurs quant à l’exactitude de ses calculs chiffrés, et qui cultivait un attentisme salutaire face aux innovations technologiques dans le contexte de l'avènement d'une nouvelle ère numérique qui prend pour cible tout ce qui vit, marche, pense et crève, dans les discriminations, la paupérisation matériel et culturel et le rejet de millions de "sous-citoyens"...

    Sans compréhension ni soutien, seule face à l'extinction d'une "gauche prolétarienne" et en l'absence des groupes armés anarcho-communiste des années de plomb, cette déshérence identitaire et sociale dite "islamiste" annonce-t-elle un extrémisme de desperados aux cibles in-discriminées car ces derniers n'auront lu ni Marx ni Althusser ni Castoriadis ni Gorz ?

              Attendons de voir. L'important n'étant pas de savoir mais de comprendre pour mieux prévoir.

     

    ***

     

     

             Martine Aubry, maire PS de Lille, annulera en mars 2012 la réservation d’une salle pour un débat autour de l'identité musulmane, les révolutions arabes, les émeutes de 2005... confirmant une fois de plus qu'il n'y a plus rien à sauver chez le PS que ce soit à un niveau municipal ou étatique.

             Les organisateurs, le public et les invités se replieront alors vers un autre lieu.

     
    PS
     
    A propos des deux intervenants "vedette" de cette rencontre...
     
    Certes, Ramadan est un islamologue mais c'est aussi un « curé » : plus il y a de monde dans les mosquées, mieux il se porte. Mais il y a des « curés » intelligents et capables d’analyses éclairées. Reste à savoir quel est le prix de la montre qu’il porte à son poignet ; sans cette information-là, je doute que l’on puisse savoir qui il est véritablement. Tout en gardant à l’esprit ceci : quiconque ne renonce pas à l’argent est appelé tôt ou tard à « trahir ».
     
    La question est : Ramadan a-t-il renoncé à l'argent ?

    Marc-Edouard Nabe : sa haine de « l’Occident » influence ses analyses. Cette haine de l'Occident, ou bien plus simplement, sa haine du système français de promotion médiatique, a pour origine le fait suivant : en tant qu’auteur, il a été très tôt rejeté par le système, d’où son échec « littéraire » sur un plan commercial. Cela dit, que Nabe se rassure ; son oeuvre ne cessera jamais d’être re-visitée, sortant de l’oubli, y retournant, chacun allant y chercher une lecture « plurielle » et la promesse d’une transgression qui seule nous rapproche de la vérité.

    Ce qui limite les analyses de Nabe dans le domaine de la politique, voire de la géopolitique, c’est son refus d’un monde qui serait « pensé » par des stratèges qui sont aussi des tacticiens redoutables dans le contexte d’enjeux économiques (énergétiques) colossaux - ceux que Nabe nomme "les complotistes" (en cela, il rejoint ses pires ennemis : les médias sous influence sioniste qui sont responsables de son bannissement médiatique) ; les origines de ce refus, vous les trouverez ici :

    Nabe s’est mal remis de l’échec de sa tentative en 2001 de rallier à lui tous ceux qui, en France, s’étaient réjouis des événements du 11 Septembre - il souhaitait cibler en priorité… les Français de culture arabo-musulmane -, avec la publication de l’ouvrage « Une lueur d’espoir » – comprenez : espoir pour les Nations arabes suite à ces événements, qui fait l’éloge de Ben Laden, ange exterminateur et vengeur d’une Amérique dont il n’y a plus rien à sauver.   
     
    Nabe commettra une erreur : il refusera de questionner la version des événements de ce mois de Septembre 2001. Comment le pouvait-il quand on connaît ses motivations réelles ? A ses yeux, ces événements devaient être l’œuvre de Ben-Laden seul. Or, les « Arabes et Musulmans de France » ont voulu le beurre et l’argent du beurre : un « Ben Laden tout puissant » et la dénonciation des opérations sous fausses bannières ou faux drapeaux, de l’Etat profond (CIA et NSA).
     
    Thierry Meyssan, lui, l’a fait : il parlera d’imposture à propos de la version US des événements du 11 Septembre et c’est lui qui « raflera la mise » avec Soral et Dieudonné.
     
    N'empêche que...
     
    Les analyses de Nabe qui semblent dépourvues de considérations "géo-stratégiques" sont plutôt d'ordres psychologique et sociologique ; un complément indispensable à toute analyse purement politique et géo-stratégique. Rajoutez un peu d'Histoire, et vous avez tous les ingrédients pour une recette savoureuse, une compréhension à propos de qui fait quoi, à qui, comment, où, pour(-)quoi, et pour le compte de qui.
     
    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • "Vivre avec les animaux" de Jocelyne Porcher

    jocelyne porcher, élevage,production industrielle animale,dra directeur des ressources animales,zootechnie,humiliation chez les éleveurs et les travailleurs,élevage industriels, système industriel de production animale,novlangue,george orwell,1984,élevage rationalisé,unité de production animale,antispécisme,antispéciste,végératarisme,végétarien,bien-être des animaux,

                   Jocelyne Porcher (1) a commencé comme éleveuse avant de retourner en formation préparer un Bac agricole à l’âge de 34 ans. Un premier stage provoquera une prise de conscience et une réflexion qui décideront de ses engagements : il s’est agi d’une porcherie auprès de truies encagées dans des bâtiments où le jour ne se distingue pas de la nuit, où l’on ne respirait qu’avec peine, avec des « éleveurs » qui n’avaient à la bouche que le mot « argent »,  qui battaient les animaux, les insultaient. Le choc fut rude !

     

    1 - Jocelyne Porcher est directrice de recherches à l’INRA-SAD (UMR Innovation, Montpellier). Ses recherches portent sur la relation de travail entre éleveurs et animaux en élevage et dans les productions animales. Elle s’est engagée dans une démarche de recherche après avoir été éleveuse et technicienne agricole...                    

                                                      la suite ICI

     _______________

     

                    "Les nouvelles formes de management des ressources humaines et des ressources animales sont  très similaires puisqu’elles se réduisent à un rapport d’intérêt à court terme pour les uns des conditions de vie au travail des hommes et des animaux, lesquels tendent à partager un statut commun de « bêtes de somme ».  La fonction implicite  de « DRA » (directeur des ressources animales) est pensée de façon très proche à celle de « DRH » (directeur des ressources humaines)."

                   Dans cet ouvrage, l’auteure précise que « certaines règles du travail qui ont changé dans l’entreprise ont également changé dans les productions animales ; la carrière d’un animal  qui est le terme exact pour décrire  la place d’un animal dans le travail sur la durée, est également aujourd’hui une chose révolue ; la carrière de l’animal est résumé à  ses courbes de performance et arrêtée dès que celle-ci n’est plus conforme aux objectifs....» avant de prendre à partie la zootechnie enseignée dans les écoles d’agriculture qui se veut la “science de l’exploitation des machines animales”.

    Jocelyne Porcher rappelle qu’au milieu du 19e siècle, la zootechnie s’est imposée comme la théorie de l’élevage en dehors de toute pensée de la relation de travail avec les animaux et de toute perspective historique : « Chercheurs et techniciens, les bonnes pratiques  d’élevage ont été en grande partie détruites pour lui substituer en l’imposant un savoir-faire comportementaliste sans rapport avec le travail d’élevage. Cette approche scientifique repose  sur un déni : celui de l’intersubjectivité des relations entre humains et animaux. »

    L’auteure poursuit : « cette quête de connaissance scientifique s’est faite contre les savoirs profanes des paysans. La diffusion du modèle économique dans la relation de travail aux animaux s’est opérée contre leur affectivité et leurs valeurs morales ».

    D’où l’exercice d’une violence à la fois physique et symbolique qui a une conséquence terrible chez les éleveurs et les travailleurs : c’est l’humiliation : « L’organisation hiérarchique du travail, dans l’agriculture héritée de la prise en main par la science technicienne des activités agricoles pèse sur les personnes d’une manière sous-estimée. »

    jocelyne porcher,élevage,production industrielle animale,dra directeur des ressources animales,zootechnie,humiliation chez les éleveurs et les travailleurs,élevage industriels,système industriel de production animale,novlangue,george orwell,1984,élevage rationalisé,unité de production animale,antispécisme,antispéciste,végératarisme,végétarien,bien-être des animaux

                     La vraie découverte de Jocelyne Porcher est celle-ci : la souffrance des animaux est aussi celle des éleveurs « dont la relation aux animaux reposait, outre la visée de rentabilité économique, sur une dimension d’empathie, de don et de contre-don. Dans l’élevage les animaux restent individualisés ; ils ont un nom, ils sont hébergés, nourris,  soignés. Il existe une vraie contagion  de la souffrance entre les animaux et les travailleurs : éleveurs, transporteurs, employés des abattoirs. La souffrance résulte de la pénibilité physique du travail avec les animaux dans les conditions industrielles. Les maladies engendrées par les productions animales, chez les humains comme chez les animaux ont des causes communes liées aux conditions de vie au travail dans les systèmes industriels et intensifiés. Les maladies épidémiques des animaux et leur abattage par dizaines de milliers, ont par ailleurs de conséquences affectives et morales  sur les travailleurs : culpabilité, sentiment de faire un travail morbide et de trahir les animaux, de les avoir laissé tomber.»

    Pour Jocelyne Porcher, l’élevage industriel n’existe pas ; seuls existent les systèmes industriels : « Ensemble des activités fondées sur la division du travail et la spécialisation qui ont pour objet l’exploitation à grande échelle d’animaux domestiques en vue de leur transformation en biens de consommation avec le meilleur et le plus rapide rendement technique et financier possible. Les animaux parqués, attachés, engraissés artificiellement, bourrés d’hormones, sont réduits à l’état de machines à profit ; un monde dés-animalisé pour un monde déshumanisé. L’une des propriétés des systèmes industriels est de n’être rattachés à aucun territoire ou pays, de n’être plus paysan. »

    On ne saurait être plus clair. Néanmoins, un élément qui prend aujourd’hui une dimension particulière doit être ajouté : la novlangue digne de 1984 d’Orwell dénoncée par l'auteure : « soins aux porcelets » consiste en fait à mutiler les animaux ; « abattage technique » désigne l’élimination des animaux improductifs ; « élevages rationalisés » désigne les systèmes industriels ; le terme « unité » désigne l’animal…

    Cette novlangue appliquée à la production animale n’a qu’un but : masquer la vérité de la réalité des conditions de vie et de travail.

     

    jocelyne porcher,élevage,production industrielle animale,dra directeur des ressources animales,zootechnie,humiliation chez les éleveurs et les travailleurs,élevage industriels,système industriel de production animale,novlangue,george orwell,1984,élevage rationalisé,unité de production animale,antispécisme,antispéciste,végératarisme,végétarien,bien-être des animaux

                    Contre la production industrielle animale, à propos de la problématique  du « bien-être des animaux », l’auteure fait preuve d’une lucidité à toute épreuve : "Cette problématique s’inscrit dans une démarche paternaliste ; elle vise à minorer les effets dévastateurs de l’exploitation des animaux sans remettre en cause l’industrialisation des productions animales, considérée comme inévitable."

    Quant à la position des « antispécistes », l’ancienne éleveuse qu’est Jocelyne Porcher n’hésite pas à rendre le diagnostic suivant : « Leurs théories  bénéficient  de l’absence  de théorie de l’élevage, de théorie morale de l’élevage a fortiori et imposent un système de valeurs  apparemment  indiscutable. Les animaux d’élevage sont inexistants dans ce champ d’étude comme si le statut de l’animal  d’élevage se résumait  à son devenir alimentaire dans la souffrance et l’indifférence de l’éleveur. Ces théories ne prennent pas en compte le travail réel  de ceux qui le pratiquent avec leur esprit et leur corps en tant que travail vivant. »

    Et c’est alors que l’antispécisme devient le porte drapeau du végétarisme dont les agissements et modes de fonctionnement sont assez proches de ceux des sectes.

                      « A l’heure où  la conversion au végétarisme se marie avec la dénonciation de l’élevage, c’est une autre voie que Jocelyne Porcher propose : notre monde ne restera humain qu’aussi longtemps que nous saurons encore vivre et coopérer avec les animaux...» conclue Alain Caillé, le préfacier de l’ouvrage.

    Mais alors, le degré de civilisation du rapport de l’homme à l’animal serait-il le meilleur indicateur du degré de civilisation humaine tout court ?

     

    jocelyne porcher,élevage,production industrielle animale,dra directeur des ressources animales,zootechnie,humiliation chez les éleveurs et les travailleurs,élevage industriels,système industriel de production animale,novlangue,george orwell,1984,élevage rationalisé,unité de production animale,antispécisme,antispéciste,végératarisme,végétarien,bien-être des animaux

                       Et l’auteure de nous proposer à la fin de son ouvrage, une pérennité de l’élevage et de nos liens avec les animaux domestiques dans le reconsidération du statut de ces derniers : reconnaître leurs compétences affectives et cognitives : « Comment pourrait-on au XXIe siècle en finir  avec l’industrialisation de la mise à mort sinon en ré-instituant une relation d’élevage cohérente avec nos sensibilités, nos aspirations et celles des animaux ! Animaux et éleveurs sont impliqués dans un cycle du « donner-recevoir-tendre » à l’échelle d’une vie d’homme et d’animal mais aussi à l’échelle de la vie d’un troupeau et d’une famille. La relation avec l’ensemble des animaux repose sur une base commune : le respect et la gratitude. Les éleveurs se reconnaissent une dette envers les animaux et le don de la vie bonne est la reconnaissance de cette dette et la reconnaissance de la valeur des animaux. »

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le site de Jocelyne Porcher

     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
  • Lise Lucet en entretien chez Thinkerview

     

                 Qui se souvient que « La directive européenne sur le secret des affaires » a été adoptée à une très large majorité (77 %) par le Parlement européen en avril 2016 ?

     

                  A son propos, il est dit ceci : "... pour se faire une idée plus précise des conséquences de la directive, il faudra donc attendre deux ans, le temps qu’elle soit retranscrite par les vingt-huit Etats membres européens dans leur droit national. Puis que les premiers procès fondés sur cette nouvelle législation soient organisés, pour que les juges puissent établir une jurisprudence plus claire et, au choix, lever les doutes ou confirmer les craintes des critiques."

     

                    A l’aune de ce vote et de ses conséquences sur le droit d’informer et d’être informé, qui sera assez fou pour confier la protection et la garantie de la liberté (liberté d'expression et d'information), de la vérité (celle des faits sur un sujet quel qu’il soit) et de la justice (des conditions de vie et de traitement) à un député, et qui plus est à une Assemblée de députés, quand on connaît l’histoire parlementaire de la France (entre autres pays !) de la 3e République à nos jours ?

    Personne ! Bien heureusement.

    __________________

     

     

     

    Elise Lucet le 4 mai 2016 par Thinkerview

     

                  A l’écoute d’Elise Lucet, on ne peut pas ne pas la trouver sacrément optimiste… car enfin,  qui peut sérieusement refuser de voir que la moralisation des affaires n’aura pas lieu, pas plus aujourd’hui que demain, et moins encore qu’hier, à l’heure d’un mondialisme qui est aussi et surtout une guerre contre le pacte social européen (Etat providence, droit du travail, liberté d’expression et d’investigation) menée par les Banques et les Multinationales ?

    Aussi, lorsque Lucet refuse de voir que les journalistes d’investigation n’ont jamais été autant en danger qu'aujourd’hui, sans doute pense-t-elle à l’esplanade Henri de France, à Paris… là où se trouve le siège de France-Télévisions, bel édifice architectural, rassurant et cossu, à la moquette épaisse, climatisé en été et chauffé en hiver avec vu sur la Seine et ses bateaux mouches.

    Grand bien lui fasse alors !

     

                  A propos de cette autre question qui touche à l’instrumentalisation des journalistes : quelles informations sont "mises à la disposition" des journalistes d’investigation et des lanceurs d'alerte - à titre d’exemple, se reporter à HSBC et la CIA ? Par qui sont-elles rendues disponibles pour divulgation toutes ces informations ? A quelles fins ? Là encore, Lucet ne semble pas avoir pris conscience de la pertinence de ces questionnements quant à la véracité de ce qui nous est révélé : écrans de fumée, diversions multiples, information destinée à en cacher une autre bien plus importante encore...

     

                 En ce qui concerne le refus de Lucet de voyager en Mauritanie et au Maroc, celle-ci omet de préciser le pourquoi de ce refus : l’Etat français ne cherchera sans doute jamais à savoir quels auraient pu être les commanditaires d’un « préjudice extrême » contre sa personne ; raison d’Etat oblige ! Etat d’urgence et coopération judiciaire aussi ! Coopération précieuse, jamais acquise, qui fait souvent l’objet d’un chantage de la part du Maroc, à propos des jihadistes qui vont et viennent entre ce pays - en tant que lieu de départ, de transit ou de refuge -, et l’Europe.

    Sur le 11-Septembre, et contrairement à ce qui nous est donné à entendre dans l'interview de Lucet, rappelons que la question n’est pas de savoir si ce sujet est tabou chez Lucet mais bien plutôt si ce sujet l’est au sein du groupe France-télévisions.

     

                  Et puis enfin,  rien sur comment Lucet choisit ses sujets d’investigation ; rien non plus à propos de l’audience des émissions d'investigation en général et sur "Cash investigation" en particulier.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le classement 2016 de la liberté de la presse par RSF

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 1 commentaire
  • Revue d'actualité Mai 2016

     

    France 2 : clap de fin pour "Ce soir (ou jamais !)"

    taddei_0001_taddei011.jpgL'émission de Frédéric Taddeï sera remplacée dès la rentrée par un autre programme hebdomadaire. L'animateur sera aux manettes d'un magazine mensuel.

     

    ***

     

            L'élection présidentielle n'est pas loin... elle approche, c'est sûr ! Le ménage a donc commencé ; et seuls Ruquier et Fogiel seront maintenus. People-isation des esprits oblige !

                Mais... qui a dit que ce sont les moins politisés qui votent encore ?

     

    Cela fait des années que Taddéï accepte de se faire "balader" par France-télévisons. Il ne s'en plaint pas du reste ; ses émissions vont et viennent... tantôt il le déprogramme, tantôt il le change de créneau horaire... Taddéï se laisse guider... promener... l'important pour lui, semble-t-il, c'est de continuer à passer à la télé et à la radio... France Culture puis Europe 1... alors qu'à l'heure d'internet, il existe des solutions pour ceux qui souhaitent vraiment nous donner des nouvelles de la société et du monde autour d'acteurs majeurs quant à la compréhension de qui fait quoi, à qui , où, comment,pour-quoi et pour le compte de qui.

     

    « Nous ne nous tairons plus » : l’appel de 17 anciennes ministres face au harcèlement sexuel

     

                   Quelques jours après les accusations de harcèlement visant le député écologiste Denis Baupin, ces anciennes ministres, dont Roselyne Bachelot, Cécile Duflot, Aurélie Filippetti et Nathalie Kosciusko-Morizet déclarent : " Nous ne nous tairons plus !"

     

    ***

     

                  On jugera leur détermination à toutes et leur sincérité à l'aune de ceci : Denis Maupin devra avoir quitté la politique d'ici trois mois. Dans le cas contraire, il nous faudra bien, à regret, faire le constat suivant : en politique, et chez les Verts en particulier, trop de femmes sont encore disposées à coucher pour une place au soleil ; ces dernières encourageant leurs congénères et autres consoeurs à se taire et à continuer de subir. Alors que... si toutes se mobilisent contre le harcèlement, elles pourront tout obtenir car le harcèlement est indéfendable, et rares sont les comportements qui, aujourd'hui, le sont.

                 Aussi, avec "l'affaire Denis Maupin", il y a là une opportunité de premier ordre à saisir !

     

    Houria Bouteldja: "J'appartiens à ma famille, à l'islam, à l'Algérie"

     

                     houria_bouteldja.jpegPorte-parole du Parti des Indigènes de la République,  auteure du livre  "Les Blancs, les Juifs et nous. Vers une politique de l'amour révolutionnaire " (ed. La Fabrique), Houria Bouteldja est l'invitée de l'Esprit d'actu.

    Voir la vidéo sur OummaTV

    ***

     

                       Les Musulmans et les Arabes... français ou non, d'ici ou d'ailleurs, ne peuvent compter que sur eux-mêmes car personne ne fera rien pour eux. Houria Bouteldja a compris ça et nous tous aussi qui ne sommes ni arabes ni musulmans. Pour cette raison, à propos du fond comme de la forme de ce qui nous est donné à comprendre, cela ne regarde que l'auteur ainsi que celles et ceux qui la suivent et la soutiennent, tout en gardant à l'esprit ceci : s'il peut arriver à cette jeune femme de se tromper, elle et son mouvement, dans ses analyses et sa stratégie, il y a néanmoins une chose que l'on ne pourra jamais lui reprocher : c'est de mentir, sciemment et cyniquement, contrairement à tant d'autres issus d'autres communautés ethniques ou d'intérêts. Et ça, par les temps qui courent, c'est déjà énorme !

     

    Loi El Khomri : Hollande refuse de capituler

     

                     Jeudi après-midi, François Hollande a profité de son passage dans une PME pour répondre aux manifestants de la veille.Il a écarté l'éventualité d'un retrait de la loi El Khomri.

     

    ***

     

                   Manifestations après manifestations, violences, grèves...  l'Elysée et Matignon jouent le pourrissement, sans l'ombre d'un doute, d'autant plus que... Hollande a très certainement fait une croix sur la gauche quant à sa ré-élection ; reste alors l'électorat du centre gauche et de la droite ; les classes moyennes qui s'accommodent mal, à la longue, de la chienlit - bruit, casse et grèves ; le temps joue donc en faveur du gouvernement et de l'Elysée ; d'où le refus de Hollande de retirer la loi El Khomri.

                  Reste à espérer que l'amertume accumulée par ceux qui se sont "investis" dans cette lutte ne conduise pas à des actes d'une gravité irréversible : la jeunesse est fragile ; elle peut très mal vivre un échec, oublieuse du fait qu'une défaite n'est pas une capitulation.

     

                     Thomas Piketti sur loi EL Khomri : ICI

     ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Médias, désinformation et ré-information

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 1 commentaire
  • Résistance en Indochine : entre mémoire et oubli

    Hardouin Ombres indochinoises.JPG 

     

                   Le 8 avril 1941 le Sergent Hardouin du 13ème RTS d’Alger, engagé volontaire dans l’armée coloniale en 1938, répondant au matricule 2779, embarque sur le « Compiègne » en direction de l’Indochine : destination Tourane et Hué - province d’Annam, aujourd’hui Viet Nam.

    Tours d’hélice par les « 40èmes Rugissants » - le canal de Suez étant fermé -, puis Sumatra, après cent jours de mer et d’escales, le 26 juin 1941 le « Compiègne » remonte la rivière de Saïgon.

    Raul Hardouin avait quitté une France et une Afrique occupées par les Allemands et les Italiens, il trouvera une Indochine sous le joug d’un Japon qui, à cette époque (1941 et 1942) progressait victorieusement sur tous les fronts du Sud-Ouest asiatique mettant les armées anglaises et américaines en déroute ; or, une grande partie de leur ravitaillement en hommes et matériels passait par l’Indochine française.

    Le Sergent Hardouin se présentera à l’Etat Major (E.M.) de la Brigade Annam Laos (B.A.L.) situé à Hué ; âgé de 21 ans, il sera affecté au Bureau des Statistiques Militaires (B.S.M.) en tant qu’agent de service de renseignements et membre du Service Action : regrouper toutes les informations possibles sur les unités japonaises, leurs mouvements par voies routière, ferroviaire, aérienne, et maritimes, renseigner les forces alliées à leur sujet, telle est la mission du Sergent Hardouin et de ses hommes parmi lesquels ont comptera de nombreux civiles français et autochtones - des hommes qui s’inscriront en bonne place au martyrologue de la France.

    Car la Résistance qui s’organise en France devra exister ici aussi ; et tout doit être fait pour tenter sauver l’Indochine de la main mise japonaise et de sa Kempé Taï, l’équivalent de la Gestapo, qui avait tout pouvoir et en usa dans des conditions atroces ; on ne compte plus les personnes qui sont décédées après avoir subi les pires tortures pendant de longues journées d’interrogatoire.

     

    ***

     

                   Le 9 mars 1945 « … date fatidique pour l’Indochine française, début de son destin tragique qui se terminera dans la cuvette de Dien Bien Phu », c’est l’ultime attaque du Japon qui s’empare de la totalité de l’Indochine ; le Haut Commandement et le Gouvernement Général seront mis hors de combat en quelques heures.

    Le Sergent Hardouin et des éléments des réseaux de Résistance et du S.A. de l’Annam et du Laos prendront alors la brousse puis la jungle dans la région montagneuse de l’Ataouat (entre 1500 et 2500 mètres d’altitude).

    Six mois d’un périple sous une pluie diluvienne ; trois mille kilomètres sous un soleil brûlant le long de la chaîne Annamitique, parfois sans médicament et sans nourriture : attaques japonaises incessantes, sangsues, fourmis, gale purulente, pieds en sang, à dos d’éléphants, en pirogues, radeaux... tout en poursuivant la mission de renseignement...

    Arrive le 15 août, date de la demande d’armistice du Japon ; puis la capitulation…

    De l’Empereur Bao Daï à Hô-Chi-Minh, de trahisons en opportunisme jusqu'à l’implantation d'un Viet Minh soutenu et financé par la Chine et les Etats-Unis – Roosevelt et Truman ne voulaient pas revoir la France en Indochine après la capitulation japonaise et en accord avec les Russes -, la politique retrouve tous ses droits - politique qui n’est que la continuation de la guerre par d’autres moyens.

    Raoul Hardouin, maintenant sous-lieutenant, sera rapatrié vers la métropole le 6 février 1946 à bord du paquebot « Pasteur », cette fois-ci par le canal de Suez. Débarquement à Toulon le 28 février, là où les pensées de l'auteur iront « … vers tous les camarades qui dorment leur dernier sommeil en cette terre d’Indochine, sans une tombe et sans une croix...»...

    Dépité, le sous-lieutenant Hardouin quittera l'Armée pour ne plus y revenir.

     

     

    ***

     

                   Sans concession ni complaisance, d’une lucidité aussi rare qu’utile, ce récit dédié à la mémoire du Commandant de Goer de Herve à la tête de perce-murailles qui risquaient chaque jour leur vie pour arracher des renseignements précieux - tous ces agents de renseignement résistants furent vite oubliés au moment de l’arrivée en Indochine de nouveaux chefs nommés par de Gaulle -, ...

    Ecrit quarante ans après les faits, peu de temps avant le décès de l’auteur, ces Ombres Indochinoises* testamentaires fourniront sans aucun doute un nouvel éclairage sur cette activité de résistance qui participa à la victoire des Alliés dans le Sud-Est asiatique ; activité et région rarement mises à l’honneur par les historiens de la Résistance.

    ___________________

     

    * Si vous avez des difficultés pour vous procurer cet ouvrage, n'hésitez pas à me contacter par mail.

    Lien permanent Catégories : Actu internationale 0 commentaire
  • Nuit debout : en être ou ne pas en être et comment ?

     

    5679083_nuitdebout-24-new.jpg

     

                      Tout a commencé le 31 mars 2016 à l'occasion de la manifestation contre le Projet de loi El Khomri dont les réformes sont exigées par la Commission européenne depuis 10 ans.

    A la fin de cette manifestation, une rumeur s'est répandue : "Et si on ne rentrait pas à la maison ?!"

    Depuis cette date, des citoyens se sont installés sur différentes places dans nos villes.  Ces rassemblements visent à réinvestir l’espace public pour échanger et débattre.

                    Un seul mot d'ordre : « la convergence des luttes », de toutes les luttes de toutes les "France" : quartiers populaires, paysans, ruraux, populations des centres-villes...

     

    ___________

     

    Emmanuel Todd et "Nuit debout"

     

    Fakir : C’est un petit truc, Nuit debout…

    Emmanuel Todd : Il ne faut pas dire ça. D’abord, c’est peut-être une petite chose mais au milieu de rien. Et ça, le fait que les médias s’intéressent à cette petite chose, c’est aussi un signe du grand vide. Les journalistes, qui certes appartiennent à des grands groupes, liés à l’argent, qui certes ne remettront jamais en cause ni l’euro ni l’Europe ni le libre-échange, mais qui sont des gens diplômés, pas toujours bêtes, ils sentent ce grand vide. Ils savent qu’ils donnent la parole à des hommes politiques méprisables, inexistants, tellement creux. Eh bien, ce qui se dit, ce qui se passe place de la République, et sur les places de province, parce qu’il faut regarder l’ouest de la France, Rennes, Nantes, Toulouse, la jeunesse des villes universitaires, ce qui se dit sur ces places, pour aussi farfelus que ce soit, ça vaut toujours mieux que ce grand vide. Et il ne s’agit pas seulement de remplir des pages, de vendre du papier…

    Fakir : Ça remplit l’âme ? C’est l’indice d’une crise métaphysique ?

    E.T. : Presque ! Et puis, pour aussi petit que ce soit, c’est peut-être un signe avant-coureur. Regardez Occupy Wall Street. Quelques mois après, je regardais les sondages qui paraissaient aux Etats-Unis, les jeunes devenaient favorables à l’Etat, à du protectionnisme. Et aujourd’hui, certes Bernie Sanders a perdu contre Hillary Clinton, mais il s’est revendiqué du « socialisme » aux Etats-Unis, et ses thèmes font maintenant partie de la campagne.

    « Il y a là une ouverture pour se débarrasser du parti socialiste ! »

    Fakir : Donc ça pourrait mener à un basculement ?

    E.T. : C’est sans doute une étape dans la maturation des esprits. Déjà, si ça pouvait conduire à un engagement simple, chez les jeunes : « Plus jamais nous ne voterons PS ! » Je me porte beaucoup mieux, c’est une libération spirituelle, depuis que j’ai fait ce serment pour moi-même. Je rêverais de la mise à mort du PS. C’est peut-être ce que va nous apporter Hollande, il y a là une ouverture pour se débarrasser du parti socialiste. Et il existe désormais un boulevard à gauche.

     

                     La suite ICI

     

     

    ***

     

                    Nuit Debout, comment ça marche?

     


    Nuit Debout - Démocratie en travaux par latelelibre

     

    ____________________

     

                    La démocratie est-elle encore représentative ?

                    L'historien Pierre Rosanvallon, dit spécialiste des mutations de la démocratie, nous livre ses réflexions :

     

    ***

                   

                       Crise démocratique avez-vous dit ?

                       Offrez donc la possibilité, l'opportunité d'un travail, d'un logement et des salaires décents à tout le monde, de réelles  perspectives pour chacun, un monde qui ne place pas la marchandise et la compétition au coeur de son identité, et vous verrez, il n’y aura plus de crise démocratique ! Place de la République, les animateurs de « Nuit debout » choisiront alors de passer la nuit couchés, dans un lit bien douillet avant de dormir du sommeil du juste, contentés, sereins quant à leur avenir même s'il nous faut bien garder à l'esprit ceci : il n'est vraiment pas certain qu'ils soient si nombreux à vouloir "renverser la table".

                       Qu'à cela ne tienne !

                      Crise de la démocratie ?

                      Pierre Rosanvallon, cette semaine, sur France Culture passe à côté de l’essentiel, incapable qu’il est d’identifier cette crise et d’en fournir une analyse pertinente, se contentant de parler de malaise mais sans pouvoir nous expliquer là où les « contre-pouvoirs » ont échoué dans leur mission, et plus important encore : quelle devait et devrait être cette mission. Rien de surprenant à cela : si sa bonne foi et sa bonne volonté ne sauraient être remises en cause, il n'en demeure pas moins que Rosanvallon est un social-démocrate, bourgeois de centre-ville à position dominante ; il sera donc le dernier à vouloir "renverser la table".

     

                      Car enfin...

                      Dans le contexte d’une mondialisation qui n’est qu’une guerre contre les Etats nations, la démocratie, l’Etat providence, les droits des salariés et la liberté d’expression – mondialisation encadrée ici en Europe par la Commission de Bruxelles avec la complicité du parlement de Strasbourg totalement  sous influence des lobbies...

    Avec la construction d’une Europe-instrument de cette mondialisation, c’est bel et bien contre un projet mondialiste liberticide et cruel qu'une vaste majorité de citoyens ne veut pas soutenir qu’aucun rapport de force ne peut être établi ; de plus, aucun recours ne peut être envisagé pour contrer ce projet puisque la quasi-totalité du corps politique et institutionnel (Matignon, Elysée, Assemblée nationale, Sénat, Conseil constitutionnel, Conseil d’Etat) ainsi que tous les médias dominants de masse ou non (de TF1 à BFM-TV en passant par France Culture et Public Sénat) et le CSA, sont entièrement dédiés à la mise en oeuvre de ce projet en nous martelant avec plus ou moins de régularité qu’il ne saurait y avoir d’alternative crédible.

                     Elle est donc là, et bien là, la crise dite démocratique ou bien encore « crise de la représentation » qui n'est dans les faits qu'une "crise de la mobilisation" : l'incapacité d’opposer à ce projet mondialiste guerrier un contre-projet, ou à défaut, d’empêcher son déploiement.

                    Consumérisme, divertissement et dépolitisation, effondrement des acteurs d'une tradition de mobilisation sociale, apathie, désenchantement, retrait de la vie politique et citoyenne, dégoût, abstention massive, vote à l'extrême droite, pour cette alternative privée d'appuis institutionnel, politique et social, décidément, trop de citoyens comme autant d'électeurs potentiels, manquent à l'appel.

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Il faut que le PS meure pour qu'une alternative politique renaisse

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
  • Quand un journaliste décide de faire son métier...

     

     

     

          "Dieudonné la bête noire "documentaire qui analyse méthodiquement une cabale de dix ans contre un artiste... Dieudonné, bouc-émissaire par excellence.

     

               Rappel de quelques faits :

     

               Plus gros vendeur de billets de spectacle en 2011, on ne manquera pas de préciser ce qui suit : jamais un spectacle de Dieudonné n’a été condamné par un tribunal pour quel que délit que ce soit, et tous les arrêtés destinés à interdire ses spectacles ont tous été annulés par le conseil d’Etat.

    Ce billet prend le parti de la liberté d’expression et des lois qui protègent ceux qui en font usage. Ce billet dénonce l’impunité avec laquelle des actions illégales sont menées à l’encontre d’un artiste dans l’indifférence la plus absolue ; indifférence feinte bien évidemment ! puisqu’il s’agit le plus souvent non pas d'indifférence mais... d’un silence imposé ; un silence qui a pour menace : le premier qui s'oppose  à la tentative de mise à mort professionnelle de Dieudonné perd son job - journalistes, artistes, producteurs, animateurs, presse, radios et télés.

    Qu'il soit permis ici de rappeler ce qui suit : Dieudonné "vient" de l'anti-racisme et de l'anti-communautarisme. Aujourd'hui encore, à ses spectacles, on y rencontre toute la France et toutes les France.

     

            

     

    Pour prolonger, cliquez : Le phénomène Dieudonné

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène, Politique et actualité 0 commentaire
  • Des nouvelles de l'occupation coloniale israélienne des territoires palestiniens

    palestine, israël, occupation coloniale israélienne de la palestine,Israël détourne 78 % de l’aide humanitaire destinée au Palestiniens,Shir Hever, un économiste israélien qui a passé des années à assembler les pièces du puzzle économique de l’occupation, vient de publier un rapport

     

                     Shir Hever, un économiste israélien qui a passé des années à assembler les pièces du puzzle économique de l’occupation, vient de publier un rapport plutôt choquant à lire.

    Selon ce rapport, Israël détourne 78 % de l’aide humanitaire destinée au Palestiniens

     

    par

     

                    Les diplomates peuvent avoir une réputation de faux-fuyant, d’obscurantisme voire d’hypocrisie, mais peu d’entre eux se sont retrouvés comparés à un tueur en série, surtout un tueur qui dévore la chair humaine.

    Cet honneur est revenu à Lars Faaborg-Andersen, l’ambassadeur de l’Union européenne en Israël, la semaine dernière, lorsque des colons juifs ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux lui donnant le rôle de Hannibal Lecter, le terrifiant personnage du film « Le Silence des Agneaux ». Une image du diplomate danois portant le masque de prisonnier de Lecter était censée suggérer que l’Europe elle aussi doit être muselée.

    Les griefs des colons visent l’aide allouée par l’Europe, qui a fourni un refuge provisoire à des familles de Bédouins après que l’armée israélienne eut démoli leurs maisons dans les territoires occupés près de Jérusalem. Le logement d’urgence les a aidés a demeurer sur les terres convoitées par Israël et ses colons.

    Les autorités européennes, outrées par la comparaison avec Lecter, ont rappelé à Tel Aviv que s’il daignait respecter le droit international, Israël aurait assumé ses responsabilités pour assister ces familles.

    Si l’Europe pourrait se voir comme faisant partie de l’Occident des Lumières, se servant de l’aide pour défendre les droits des Palestiniens, en fait la réalité est moins encourageante.

     

                       La suite ICI

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu