Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

  • Mieux vaut une solitude à deux qu'une solitude à soi

     

                   Le temps nous manque quand il s’agit d’être patient et de pardonner à ceux qui nous aiment mal, là où toute concession faite à l'autre - une de plus d'une longue série - ne peut l'être qu'au détriment de notre assise physique et de notre santé mentale.

     

    La pusillanimité suit le même chemin que l'amour quand ce dernier se retire. L'indulgence ne reste pas une minute de plus. Seul reste le désir ardent que tout finisse.

     

    Une poignée de cendres, pénurie d'amour jusqu'à la famine ; une vie à deux de somnambules, un dernier souffle de haine et de souffrance jusqu'au moment de la rupture qui arrive enfin...

     

    On s'est décidé : on part. Dans notre désir de rupture, dans ce que nous ne voulons plus, il y a bien plus que ce refus : il y a ce à quoi notre volonté aspire, au plus profond, tout ce à quoi nous souhaiterions dire oui.

     

    Avec la fin de l'amour vient la solitude à deux. Avec la fin du couple, le combat, la lutte à mort et une fois ce combat mené à son terme, encore la solitude pour peu qu'on ait fui sans solution de rechange. La déception et l’épuisement qui ont forcé notre départ, leur poison nous accompagnera dans nos moindres déplacements et dictera tous nos choix, subrepticement car, on n’abandonne rien finalement ; on choisit simplement un autre cadre de vie, un autre décor pour souffrir seul et panser nos plaies, hommes et femmes confondus ; affres qui n’épargnent ni le passé, ni le présent, la totalité du temps ; et même l’avenir, cet imprévu qui nous renvoie… à ce que nous sommes et avons quitté : hier, aujourd’hui sans plus d’attente, sans espérance, sans nostalgie certes ! Mais sans plus de promesse.

     

     

    ***

     

                 Quand le couple n’est plus qu’une accoutumance, un savoir-faire et un savoir-être pétrifiés et figés de l'un sur l'autre et de l'un envers l'autre, quand tout y est visible et lisible dans ce couple, on peut être tenté de penser que tout a été dit et que tout a été atteint - du moins, tout ce qui pouvait l’être. C'est alors que le couple est rendu à sa substance première, fortement teintée d'arithmétique et de fiscalité : un et un font deux... qui font deux parts.

     

    Union pleine à moitié ou bien, union à moitié vide, c’est selon. Après un nombre d'années non négligeable, rien n'y est tangible, rien n'y est vrai dans une union à deux. Et seule l’humeur du moment déterminera le regard que l’on portera sur cette plénitude incomplète, fruit d'une union d'intérêts bien compris et sur laquelle aucun effort, aucun investissement supplémentaire n'aura d'effet. Car, pour le reste... quand rien de ce qu'on nous donne ne convient - si d'aventure, on nous le donne -, ce reste sera tu, caché, indéchiffrable, à jamais enseveli, inaccessible puisqu’il n’existe aucun espoir d’être compris et accepté tel que l'on souhaite être et pour ce que l'on est : en effet, la moindre tentative de dévoilement de soi dont l'enfance avait pu un temps nous laisser espérer la possibilité et le bienfait, provoquera immanquablement la rupture de l'un avec l'autre car, la moindre quête d’authenticité mettra en péril un équilibre toujours précaire, un acquis sans cesse menacé : celui d'une vie de couple établie de longue date et dans laquelle on aura longtemps cessé de penser par soi-même, en toute indépendance, sacrifice consommé.

     

    On n’ira donc pas plus loin, et l'on ne creusera pas plus profondément. Le tour a été fait ; la circonférence aussi. Dissocié de l'autre, le noyau, ce cœur impénétrable, demeurera à jamais inaccessible puisqu'il ne concerne personne d’autre que soi et qu’il en a toujours été ainsi aussi loin qu'on se souvienne et les autres avec nous. Certes, la périphérie est encore atteignable mais elle n'engendre plus, à la longue, que des frustrations sans nombre, dos au mur, face à l’empêchement qui se dresse devant l’un et devant l’autre.

     

    Le couple atteint son point culminant au bout de cette impasse à la fois subie et pour certains d'entre nous, vivement souhaitée, gage de sa longévité ; il arrive à maturité et à sa finitude dans ce renoncement partagé, dans cette infirmité, dans cette incapacité, cette inaptitude d'un caractère nouveau : inaptitude d'une compétence au-delà de tout reproche, d'une efficacité redoutable quand la durée devient la seule mesure de son succès.

     

    Si personne ne nous enlèvera de nous-mêmes, reconnaissons, néanmoins, qu'avec le couple, le don de soi fait à l'autre devient une diversion opportune et salvatrice dans une vie trop grande pour soi et dont on offre le surplus : c'est toujours ça en moins à porter et à supporter, seul. Nous sommes deux maintenant à pouvoir échapper à l’enfermement de soi dans soi ; enfermement qui nous condamne le plus souvent à un amenuisement aussi certain que dommageable.

     

    Aussi, pour cette raison qui en vaut bien d'autres, d'aucuns ajouteront : mieux vaut une solitude à deux, qu'une solitude à soi, si la solitude doit être notre lot.

     

    __________________

     

    Extrait du titre : "La consolation"

     

    A propos de l'ouvrage... cliquez La consolation

     

     

    Lien permanent Catégories : A découvrir : Serge ULESKI, ouvrages et entretiens 0 commentaire
  • Progrès et innovation

     

    "J'aimerais tant avoir la science infuse...

                                     enfin, entre deux tasses de thé".

     

    ________________



    « Les opinions vous savez, ça va, ça vient. Du reste je ne suis pas contre l’opinion aussi saugrenue soit-elle qui consiste à penser qu’il est important d’avoir des opinions sur tous les sujets sur lesquels il est notoirement recommandé d’en avoir...  et même si la majeur partie d’entre nous a des opinions sur un nombre restreint de sujets, il faut bien avouer qu’ici bas, seuls les sujets qui nous touchent sont des sujets sur lesquels nous ne pouvons éviter d’avoir une opinion, tout en gardant à l'esprit le fait qu’une opinion est une bonne opinion si celle-ci se rapporte à un sujet qui nous terrasse avant de nous anéantir si par malheur nous ne formulons pas, dans la seconde qui précède cette menace d’anéantissement, une opinion tranchée et réflexive, une opinion que personne n’osera contester car la contestation efficace d’une opinion est une contestation qui anéantit l’opinion de l’autre sur un sujet qui le mine et le tue à petit feu, comme dans une séance d'auto-flagellation, ou bien de plein fouet au volant d’une voiture qui vous percute, elle, de biais pour faire diversion et créer un effet de surprise qui ne vous laissera pas le temps de formuler une opinion sur le choc mortel que vous venez de subir.

    Écoutez ! L’important c’est d’être encore capable de dormir la nuit avec ou sans opinion car, si vous perdez cette faculté, c’est fini. Il n’y a plus de repos compensateur... il n’y a plus d’espoir : l’espoir d’avoir la paix quelques heures par jour. D’ailleurs, au train où vont les choses... on parle de nostalgie, et certains la dénoncent, mais je vais vous dire une chose : la nostalgie ne finit-elle pas là où commence le grave déséquilibre psychologique de l'espèce humaine occasionné par cet environnement qui fait que l’être humain se sent de plus en plus, jour après jour, étranger à ce qu’il est... indubitablement ? Oui, étranger ! Comme... absent de lui-même parce qu’il n'adhérera jamais à cet environnement. La science et toutes les psychothérapies avec leur cohorte de psys défroqués n'y changeront rien : ce dénominateur commun, le plus petit dénominateur commun qui unit notre espèce, non pas dans sa géographie contemporaine mais dans sa nature et son histoire, eh bien, c'est ce plus petit dénominateur universellement commun-là qui fait que nous sommes tous capables de donner un sens à cet environnement qui nous rappelle, quotidiennement d’où nous venons et où nous allons. Et j’entends par environnement, tout ce qui conditionne notre manière de penser et d’agir. Alors, dites-vous bien une chose : ce n'est pas de nostalgie qu'il s'agit mais de manque ; ce sont bien des pans entiers de notre humanité qui vivent dans le manque et qui souffrent. Vous comprenez ?


    Mais… diable ! Qu'est-ce qu'on nous a fait perdre et qu’est-ce qu’on a perdu au cours des siècles qui se sont écoulés ? Qu'est-ce qu'on a perdu et qu'on n'aurait jamais dû perdre et qui nous sera fatal pour notre malheur à tous ? On a sûrement gagné quelque chose en chemin mais en gagnant, on a aussi perdu.

    Alors, je vous le dis tout net : on ne peut plus balayer d'un revers de main tous ces gémissements et toutes ces plaintes. Quelque chose de précieux et de vital a sûrement été perdu. Mais comment savoir ? Comment identifier ce qui a été perdu et qu'on ne retrouvera plus et qu'on n'aurait jamais dû perdre ? Ou bien alors, comment être sûr que ce qui a été abandonné ne fragilise pas nos chances de laisser derrière nous et à ceux qui nous survivront, un monde encore et, un tant soit peu, humainement humain ? Et c'est pas fini ! Si on continue à nous dépouiller, on finira plumés, sans un rond, à sec, à poil, sans droits, sans valeurs et sans un être humain à l'horizon. On sera des milliards mais on ne comptera pas un seul être humain parmi nous. Alors... bien sûr, il y a la science, cette satanée science ! Cette science qui hurle son arrogance dans un monde scientifiquement appréhendé et pris en otage. Mais cette science, dont les découvertes aujourd'hui n'en finissent pas de nous faire bâiller, est-elle seulement capable d'identifier ce quelque chose qu'on a perdu et qui nous fragilise et nous condamne tous davantage chaque jour, nous tous, collectivement ? Plus nous innovons, plus nous gagnons de la vitesse, certes ! Mais... plus nous innovons, plus les chances de progrès semblent s'éloigner de nous car, le progrès, ce n'est pas l'innovation, le progrès, c'est tout ce qui renforce la justice ; et la justice, c'est ce qui nous protège du pire et nous éloigne de la barbarie, de l'arbitraire et du ressentiment dévastateur de ceux qui se sentent dépossédés ou bien, relégués et qui ne manqueront pas de nous le faire savoir avant de nous le faire payer. »

     

     
    Extrait du titre  : "Paroles d'hommes" - chapitre 5 - copyright Serge ULESKI.

     

    Pour prolonger, cliquez Serge ULESKI en littérature

     

    _________________________

     

     



    Françoise Bonardel sur la crise de l'identité 

     

                  Nietzsche, Simone Weil et l'enracinement, Thomas Mann, Bernanos, Julien Benda  :

     

    " ... on mentionnera un exil intérieur pour nombre d'Européens en perte de repères, vacillant entre une identité nationale frappée de suspicion et une identité supranationale qui n'est qu’un cache misère abstrait puisque c'est sous la bannière de la société marchande que s'étend à l'échelle planétaire un déracinement humain généralisé ."

     


    Pour prolonger, cliquez : Serge ULESKI en littérature

    Lien permanent Catégories : A découvrir : Serge ULESKI, ouvrages et entretiens 0 commentaire
  • Maximisation du retour sur investissement du capital humain

     

           L’aigle a déployé ses ailes.

    Alors que les salariés ne connaissent de l’entreprise que le poste qu’ils occupent, l’aigle, lui, survole toutes les pistes de son territoire et explore toutes les voies qui mènent à eux. Le survol de cet aigle c’est celui du maître des lieux qui fait sa tournée comme un propriétaire fait le tour de ses terres, serrant des mains, opinant du bonnet ici et là. Jamais il ne se pose. Toujours en mouvement à l’écoute des rumeurs, à la recherche du moindre malaise et des conflits larvés.

    Quand on surprend son vol, les rares fois où l’on pense à lever la tête, il annonce une nouvelle distribution des cartes qui célébrera bientôt l’apothéose de la vie accoucheuse de stratégies aussi surprenantes qu’inattendues, en un tour de main, jusqu’à rendre méconnaissables et les lieux et le travail qui y est effectué.

    Son survol peut être celui d’un prédateur cherchant sa nouvelle proie l’appétit au ventre, affamé : les rêveurs, les tire au flanc, les faux culs, les fumistes, ceux qui ne doivent rien à eux-mêmes et tout à ceux qui les ont nommés.

    Pour tous ceux-là, ce sera grandeur et décadence ou bien, grandeur et déchéance. C’est selon et… c’est du pareil au même.

    Autre objet de son attention : le peuple silencieux. Toujours en retard sur la vie de leur travail, ces travailleurs candides, puisqu’ils n’en contrôlent ni les bouleversements ni les adaptations. Un jour, on leur signifiera leur congé définitif et en attendant, on se contentera de les conduire inévitablement et à leur insu, à leur perte et ce, bien avant que l’heure de la retraite ne sonne. Sur eux, la pression s’est accrue : horaires chaotiques, contraintes de résultats, menaces de licenciement. Outils de discipline au travail par excellence cette pression ! On leur parlera de flexibilité, d’autonomie et de polyvalence - comprenez : isolement et solitude - sans oublier de mentionner des changements permanents qui nécessiteront de nouveaux comportements.

    Cet aigle, c’est aussi un sourcier céleste fouillant du regard, scrutant, maladif, le sol, le sous-sol et ses plus petits interstices, en annonciateur de déluges qui viendront balayer tous les pauvres bougres en deçà de leurs attentes et au-delà de leurs craintes ; et les autres aussi : ceux qui se croyaient à l’abri.

    Nouvelles exigences des temps modernes : le retour à l’instabilité généralisée et permanente du monde. Il est tous les glissements de terrain purificateurs cet aigle blutoir qui tamise cette poudre farineuse que sont ses effectifs.

    Meurtre productif, il appelle cette instabilité ! Si vous l’interrogez dans l’intimité de sa retraite, c’est à voix basse qu’il vous fera cette confession, le regard inquiet de peur qu’on ne l’entende alors qu’il ne souhaite être entendu de personne.

    Il poursuit partout et sans relâche la liquidation de l’ancien monde, celui d’hier matin et prépare déjà celle de demain. Cet ancien monde, c’est le monde tel qu’il ne lui convient pas mais qui pourrait tout aussi bien lui convenir si d’aventure ce monde devait servir ses intérêts.

    Le territoire de cet aigle a pour le nom : DRH ! Et son occupation : gestion des ressources humaines, ou GRH.

     
     
                  Construction, mise en oeuvre, évaluation, ajustements à effectuer, régulation des outils de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, sans oublier leurs référentiels.


    Stratégie d’organisation, renouvellement des règles ! Accroissement de la concurrence ! Fusions, restructurations et transformations. Et puis aussi, l’entreprise et son environnement : quelles relations nouer pour quelle valeur ajoutée ?

    Et pour finir, quand tout leur a réussi : maximisation de la profitabilité de l’entreprise.

    Seul a voix au chapitre, ce qui peut être mesuré. Une science cette discipline qui ne peut se permettre le moindre chahut. Un puzzle, cette gestion des ressources humaines. Un travail de titan cette optimisation et cette mise en correspondance : chaînages, maillage, enjeux stratégiques et organisationnels.


    Finie l’opposition salariés/patrons ! Il n’y a plus que l’entreprise. Et gare à ceux qui s’en détournent tout en y demeurant !

    Dans l’entreprise, plus de conflits dits collectifs. Il n’y a plus que l’individu et si conflit il y a, il ne peut s’agir que d’un individu seul face à sa hiérarchie. Un champ de force univoque, ce monde de l’entreprise au sein d’une communication et d’une interrogation permanente des bonnes ou mauvaises volontés des acteurs en présence, depuis que la portée de l’exemple s’accroît et ce, dans toutes les directions : une note, un avertissement, un blâme, un licenciement pour l’exemple. Et puis, celle ou celui que l’on montrera en exemple.

    Pensez donc ! Voici un niveau de réussite digne des plus belles performances sportives là où des collègues besogneux ont tout juste été capables d’accomplir leur objectif.

    L’émulation vaut autant pour la chute que l’ascension. Et tout le monde y trouve du grain à moudre, du souci à se faire et d’aucuns leur compte de rêves de promotion. Oui ! Tout le monde y trouve matière à réflexion dans cet accroissement de la valeur exemplaire de l’exemple à suivre, à méditer du fond de son isolement ; valeur érigée en totem ; et d’aucuns ajouteront, sans scrupules et sans tabous quand cette valeur revêt les apparences d’une épée de Damoclès qui tranchera les têtes.

    Mieux vaut être du côté de celui qui tranchera celle des autres, d’un mouvement vif et parfait dans son exécution aveugle.

     

    ***

     

                   Si pour commander il faut avoir su longtemps obéir, on ne pourra s’empêcher de noter que l’on dirige la tête baissée. Toujours ! On dirige en regardant vers le bas... ses subordonnés. Dans cette configuration verticale, c’est tête baissée que les dirigeants s’adonnent à leur sport favori : diriger tous ceux qui ont besoin de l'être, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne... à commander.

    Édifice à la triste figure, cette chaîne de commandement, cette pyramide dont les étages… piquent du nez !

    Et ceux d’en bas, où regardent-t-ils ?

    Ceux d'en bas regardent leurs mains et leurs pieds - cadence oblige ! Et puis, prudence ! Gare aux accidents ! - ou bien, ils regardent droit devant eux, leur écran d’ordinateur, seul point de regard pour fuir tous les regards car il y a des jours où ils ne souhaitent croiser le regard  de personne.

    Une prison en liberté cette solitude au poste comme la chèvre à son piquet de peur qu’elle ne s’égare ou bien, qu’elle ne s’enlise dans ses déplacements ou tout simplement dans l’exécution de sa tâche.

    Stress et souffrance seront tus et cachés, l'angoisse tassée au ventre ; et les cernes infinis de la fatigue et de la peur qui plissent la moindre pensée jusqu’à la rendre lâche et veule aussi, incapables de rompre l’étau de l’assujettissement à cette roue géante qui distribue au passage blâmes et encouragements dans le but de maintenir sur le qui-vive et le quant-à-soi un être qui n’a plus qu’une vie : la sienne de vie qui se languit de ne jamais pouvoir en réaliser une autre dans une alternative d’une simplicité redoutable : soumission ou relégation. Et c’est alors que les chemins de la mémoire se rétrécissent jusqu’au méconnaissable, sans plus d’imagination. En effet, on aura tout oublié, pour ne rien regretter de ce qui devait faire de nous des êtres de croissance.

    Aussi, qui aujourd’hui peut se permettre de regarder vers le haut, à ciel ouvert, là où nul n’aura besoin de craindre le regard de quiconque, sinon... celui des nuages et la nuit, celui des étoiles bienveillantes ?

     

    __________________

     

    Copyright Serge ULESKI.

     

    Extrait du titre  : "La consolation"

    Lien permanent Catégories : A découvrir : Serge ULESKI, ouvrages et entretiens 0 commentaire
  • FIAC 2016 : comment en finir avec l'art contemporain ?

     

                         

    FIAC GRAND PALAIS & HORS LES MURS

     

    20-23 OCTOBRE 2016

     

     

                     Combien de temps encore devra-t-on supporter cet art sans Art, cet art contemporain fossoyeur de l'Art moderne ?

                 

     

    ***

     

    art contemporain,art moderne,plasticiens,ac,picasso,dali

    FIAC 2016

     

     

    " Quand j'entends le mot Culture*, je sors mon révolver ! "

                        Baldur von Shirach, chef des Jeunesses hitlériennes

     

     

    * dans toutes les acceptions du mot : art, histoire, philosophie...

     

     

    Billet rédigé en octobre 2011

     

     

                         Que peut-on raisonnablement attendre d’une société dont les élites culturelles ont fait le choix de troquer, entre autres sculpteurs… Rodin, Lambeaux et Meunier, contre des patrons de casses-autos-compresseurs (César ; Arman) ; et ce sans demander l’avis à qui que ce soit ?

     

     

     

     ____________________

     

     

               Comment ignorer aujourd'hui le fait que nombre de professionnels de l'Art contemporain - directeurs de musée et/ou de centres d'Art (financés et rémunérés par le contribuable), commissaires d'expositions, critiques d'art, les DRAC et les journalistes ont lamentablement échoué dans leur mission…

    Car, à défaut d'être des passeurs de culture, nombreux sont ceux qui se sont contentés d'être les relais serviles d'agences de relations publiques, de créations d'événements, de publicité, de marketing qui sont à la production artistique ce que le film publicitaire, le clip, le design, Disneyland et le parc Astérix sont à l'Art et qui ont pour mission première, sinon unique, de fabriquer, d'entretenir et de promouvoir l'image de camelots, de bonimenteurs, de montreurs de foires, gesticulateurs puérils, immatures, fumistes, anecdotiques, infantiles, égoïstiques... abusivement appelés : artistes...

    On pourra aussi et sans risques, les accuser d'être jour après jour, les complices de la dé-culturation et de l'abrutissement des masses laissées sans repères, et auprès desquelles on aura déconsidéré pour longtemps l'Art contemporain (qui vraiment, n'en avait pas besoin !!!), avec de soi-disant artistes cotés à plusieurs millions de dollars et à ce prix, de confondre l'Art avec l'industrie du divertissement... et du luxe, en l'occurrence.

    On parlera de leur culot, depuis plus de quarante ans, quand sans honte et sans rire, ils nous affirment qu'ils ont le devoir de nous faire connaître des productions reflets de notre époque - époque qui sera toujours, tout comme son Art, beaucoup plus que ce que l'on croit avoir compris d'elle, qui n'est, le plus souvent, que ce qu'on souhaite nous donner à comprendre, ou bien, seulement ce que l'on est capable de saisir d'elle...

    Et puis enfin, on ne manquera pas de garder à l'esprit qu'il se pourrait bien qu'ils aient été les saboteurs, les avorteurs de jeunes ambitions intimidées ou bien découragées - sinon dissuadées -, face à l'incurie des codes de la représentation et de la communication dite artistique et contemporaine et de leur maîtrise sans laquelle tout espoir d'être ne serait-ce que diffusé ou exposé, s'évanouit à jamais.

    Alors...

    Pour tout ce gâchis humain et artistique... réclamons une minute de silence...

    Sinon, l'éternité.

     

    ***

     

     

     

     

    John Houck - Untitled #236

     

     ????????????????????????

     

     

               Confrontés à toutes ces figures d’une scène prétendument artistique, créateurs aux installations dont les concepts feraient hurler de rire un cheval, énergumènes bavards comme il n'est pas permis, et alors que l'Art est l'incarnation même d'une pensée tacite...

    A quand donc une critique et une histoire de l'Art qui relèveraient de l’invective, de l’insulte et du crachat face à l'affront (quand ce n'est pas l'outrage) qui nous est fait, saison après saison, exposition après exposition, installation après installation, toutes plus indigentes les unes que les autres, foutoirs indescriptibles dans lesquels l'infantilisme côtoie le plus souvent le trivial qui côtoie le puéril qui, à son tour, embrasse l'anecdotique, le tout noyé dans un océan d’intentions aussi immatures qu’incompétentes et/ou jean-foutres...

    Mille événements - en veux-tu, en voilà ! - proposés par des commissaires, dans le meilleur des cas, carriéristes, et dans le pire, tragiquement incultes, bardés de diplômes d’universités-dépotoirs et d‘Écoles nationales dans l'impossibilité de refuser quiconque se présente avec en poche un sésame qui a pour nom : Bac

     

                   Disons les choses...

                   Toute cette production tapageuse mais vaine, c'est Warhol (1) qui a triomphé de Picasso, César de Rodin - un Rodin qui pourtant avait pris soin d’ouvrir en grand toutes les portes qu’un César s’est empressé de refermer sur un univers concentrationnaire...

    Tout ce ramdam, c’est aussi - dans une longue liste qui n’épargne aucun art ni aucune discipline -, John Cage qui a triomphé de Pierre Boulez, un BHL de tout philosphe digne de ce nom...

    Et pour finir - un malheur n‘arrivant jamais seul -, c’est aussi Mitterrand et le PS qui ont triomphé de Jaurès...

    Le chanteur Renaud de Léo Ferré...

    Le Rock du Blues...

    Laurent Joffrin et Jean-Pierre Elkabbach du métier de journaliste.

     

     

    Matthias Dornfeld  - 2012

     

      ????????????????????????

    ***

     

               Quand cessera-t-on de penser que l'Art est mort avec la Seconde guerre mondiale et ses 60 millions de victimes mais pas le "Pop art" animé par des artistes-commerçants ?

     

    Un art intransmissible parce que...sans métier cette production auquelle il nous est demandé d'adhérer ou bien, de nous taire et de disparaître. Car enfin... allez transmettre des peluches, des homards, des pouces et des concepts qui feraient hurler de rire n'importe quel étudiant en 1ère année de philosophie, et même nos penseurs les plus pusillanimes et les plus indulgents !

                Mais… voici que des voix se font entendre ; elles nous demandent de ne pas nous inquiéter car, personne ne nous demandera des comptes puisque ce qu’on ne vous a pas transmis ne peut en aucun cas vous manquer, à savoir : un art d’aujourd’hui... pour demain ; un art qui renvoie aussi à hier, comme pour nous rappeler d’où l’on vient et sans qu'il ait été nécessaire d'y être allé ni d‘en revenir.

     

    Signe des temps ou maladie d'une époque : on ne compte plus les artistes dont… ce qu’on appelle l’œuvre restera sans héritier ; rien de surprenant en la matière puisqu’il s’agit le plus souvent d’une oeuvre sans héritage.

     

    Certes ! Tel ou tel artiste aura été le premier à y penser (?!) et sans aucun doute le dernier, même si après coup, on sera bien en peine de déterminer sur un plan artistique et historique ce à quoi l’artiste en question aura pensé et ce qu’il nous aura légué.  

     

    Quant aux discours autour de tout ce tapage ... ils nous rappellent que l’on peut créer du discours autour de tout et de n'importe quoi ; il suffit pour cela d'être un bon discoureur ; ce que sont nombre d’intervenants dans le milieu de l’art, manifestement : discourir ou travailler, il faut choisir ! Ils ont choisi et avec eux tous les intervenants de la scène "artistique" contemporaine : Etat, ministère, collectivités, fonctionnaires, médias et critiques.

     

                     Querelle des Anciens contre les Modernes ? Grande bataille des idées neuves contres des idées anciennes ?

    Encore faut-il qu’il en soit question.

    Mais alors, cet art sans idée, sans art ni artiste sert quel Art ?

    Il n’y a pas si longtemps encore, l’Art nourrissait spirituellement et intellectuellement l’homme ; alors que depuis les années soixante et le pop art, (pour ne pas le nommer) l’art (du moins, celui qui nous est proposé) a non seulement perdu sa majuscule, mais il semble n’avoir qu’un souci : affaiblir l’homme jusqu’à l’avachissement.

    Avec Marcel Duchamp, on avait l’audace, le courage, une radicalité assumée et salutaire ; le flair du prophète, mais aussi : l’hilarité et le scandale, le tout encadré par une technique , un savoir-faire et un métier.

    Aujourd’hui sans vision, la production de ces poseurs que l’on nous impose, ne dépasse guère le plus souvent le cadre des toilettes et/ou celui d’une chambre à coucher aux murs tapissés de jeunes filles en fleurs ; le nombril aussi, et plus bas encore mais... jamais plus haut.

    Faut-il leur rappeler à tous que jamais les artistes n'ont été égocentriques mais... absorbés, préoccupés, habités, obsédés par leur Art, précisément ce qu'ils portent en eux qui est... comme un fait exprès, ce qu'ils se proposent d'offrir au monde et de partager avec lui.

     

    Distinguo important.

     

    A la trappe l’Universel ! Fini l’Art qui permet de sortir de soi mentalement ou géographiquement.

    Non ! Aucune vision digne de ce nom : celle d’un monde pour demain ; artistes visionnaires, novateurs et précurseurs.

    Pire encore, on cherchera en vain un savoir-faire pour défendre quelle que valeur esthétique que ce soit : efforts et travail dispensés pour une finalité bouleversante et incontestable dans sa maîtrise et son inspiration, témoin indiscutable d‘années de recherche et d’apprentissage solitaires et têtus...

    Car, cette exigence-là nous restitue ce qu'il ne faut jamais abandonner : le goût de l’effort et le toucher immédiat de l‘esprit qu‘est le talent lorsqu'il s'appuie sur une ascèse indéfectible et un Art de force, de témérité et de victoire.

     

    art,contemporain,moderne,aurès,renaud de léo ferré,le rock du blues ; guillaume durand et bhl et un finkielkraut po,césar,rodin,franz olivier giesbertartistes

    Installation

    Petra Koelhe & Nicolas Vermot-Petit-Outhenin - Blue skies becoming almost black - 2015

    ????????????????????????????????

    ___________________________

     

    1 - Il faut le dire et le redire : le pop-art, c’est de la pop music ; musique pop qui n’a bien évidemment rien à voir avec Bach, Beethoven, Wagner, Debussy, Stravinsky et Boulez... ni avec Michel-Ange, Picasso ou Dali pour le dessin, la peinture et la sculpture.

    Le Pop-art c’est un film avec Julia Roberts et Richard Gere ; rien d'équivalent à Fellini ou à  Tarkovski. Le pop-art c’est un roman de Levy de Musso ou de Beigbeder et sûrement pas une oeuvre de Proust, de Céline ou de Kundera.

    Qu'à cela ne tienne ! On nous présente les acteurs-animateurs de cet art contemporain, Pop-art en tête, qui occupe 80% de la couverture médiatique de l’actualité de l’art tout court, comme s’il s’agissait de Boulez, de Tarkovski ou de Kundera… sous prétexte que des journaleux sortis ou non d’écoles dites d’Art où plus rien n’est enseigné, n'ont tout simplement pas idée ; et puis aussi et surtout, parce que le fric est dans le pop-art comme le fric est dans la pop-music !

    Et pour l'avoir intégré, tous savent ceci : il n'y a pas de carrière pour quiconque s'avise de remettre en cause cet art contemporain dans ses fondements.

    A ce sujet, merci de vous reporter à Baudrillard dans "Le complot de l'art" - 1996

     

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les dissidents de l'art contemporain ainsi que

     Les mirages de l'art contemporain

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Les portraits de femmes de William Shakespeare

    .

                     Après Goneril et Regan (deux des trois filles du Roi Lear), lady Macbeth, et Gertrude reine du Danemark et mère de Hamlet... portraits de femmes tantôt cruelles, vénales et a-morales, tantôt inconstantes ou bien encore, crédules par vanité...

     

    C'est sur lady Anne, (future épouse du meurtrier de son mari et de son père) que se porte toute l'attention de Shakespeare dans une scène fameuse de Richard III (Acte I - scène II), ici restituée en partie - la scène a été largement amputée par le réalisateur Richard Loncraine comme c'est l'usage dans les "adaptations" des pièces de Shakespeare ; du moins... quand il ne s'agit pas simplement de théâtre filmé mais bien de cinéma.

                                                               

    Acte I - scène II - tour de force : théâtre et écriture - vidéo à partir de... 5.26

     

                Lady Anne est penchée sur le corps de son mari assassiné. Son assassin Gloucester, futur Richard III, est, contre toute attente, présent ; il est venu gagner le coeur d'une veuve qui sera sa prochaine épouse et victime. 

                                                                                                                     

    Suite - Vidéo jusqu'à... 2.06

     

    ***

     

    - Did you not kill my husband ?

    - I grant you yes.

    (...)

    - Be damned for that wicked deed ! O, he was so gentle...

    - Fitter for the King of heaven who has him.

    - And you unfit for any place but hell !

    - Yes, one place else, if you will hear me name it : your bed-chamber (...) Your beauty which did haunt me in my sleep could make me undertake the death of all the world, so I might live one hour in your sweet bosom (...) He who bereft you lady of your husband, did it to help you to a better husband.

    (...)

    Lady Anne crache au visage de Gloucester...

     

    - Teach not your lips such scorn for they were made for kissing lady, not for such contempt (...) I humbly beg for death upon my knee. Do not pause !(...) It was I who killed your husband but it is your heavenly face which set me on.

    (...)

    - I would I knew your heart. I fear it's false.

    - Then never man was true.

    (...)

    - Put down the blade.

    (...)

    - Shall I live in hope ?

    - All men, I hope, live so.

    (...)

    - I will with all expedient duty see you

    - With all my heart...

    ______________________

               

    Was ever a woman in this humour won ?

    .

    A-t-on jamais fait de cette manière la conquête d’une femme ? 

    (une femme qui, voilà une minute encore, crachait au visage de l'assassin de son mari et de son père et jurait de les venger)

     

    Ah ! L'inconstance des femmes !

     .

    ***

    .

                Sade n'a-t-il pas dit : "Les femmes jouissent d'abord par l'oreille" ? Et Gloucester, pourleur malheur à toutes, savait parler aux femmes.

    Sade avait lu aussi Shakespeare, sans aucun doute.

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Une voix de la faim... de toutes les faims

      

                  Une voix du 13e siècle.. celle du poète Rutebeuf.

     

     ***

     

    Que sont mes amis devenus
    Que j'avais de si près tenus
    Et tant aimés
    Ils ont été trop clairsemés
    Je crois le vent les a ôtés
    L'amour est mort-e

    Ce sont amis que vent emporte
    Et il ventait devant ma porte
    Les emporta

    .

    Avec le temps qu'arbre défeuille
    Quand il ne reste branche feuille
    Qui n'aille à terre


    Avec pauvreté qui m'atterre
    Qui de partout me fait la guerre
    L'amour est mort-e


    Ne convient pas que vous raconte
    Comment je me suis mis à honte
    En quelle manière



    Que sont mes amis devenus
    Que j'avais de si près tenus
    Et tant aimés
    Ils ont été trop clairsemés
    Je crois le vent les a ôtés
    L'amour est mort-e

    .

    Le mal ne sait pas seul venir
    Tout ce qui m'était à venir
    M'est avenu

     

    Texte de Rutebeuf transcrit par léo Ferré

    Nana Mouskouri sur une musique de Léo Ferré

     


    Pauvre sens et pauvre mémoire
    M'a Dieu donné le roi de gloire
    Et pauvre rente

    Et droit sur moi quand bise vente
    Le vent me vient
    Le vent m'évente
    L'amour est mort-e

     

     .

    Ce sont amis que vent emporte
    Et il ventait devant ma porte
    Les emporta
    Les emporta...

     

    ________________________________________


     

    Rutebeuf : poète né à une date inconnue, dans les premières décennies du XIIIe siècle, avant 1230 - mort v. 1285...

     

                              cliquez :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Rutebeuf

     

                     Pour prolonger... cliquez Léo Ferré

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • "Ses seins ufologiques. Son pubis ovniaque. Ses yeux Alienés" - un texte d'Andy Vérol

     

     20130222233937-44967980-cu_s9999x300.jpg

     

     

     

     

     

     

    Par Andy Vérol

     

                 

     

                 " Je voulais faire l'amour avec quelques murs démolis, encore, curer entre les dents les briques, et m'infiltrer. Je voulais m'effacer pour que ça n'empire pas, que cela cesse. J'étais tiraillé entre la sœur soudaine et le daddy répétitif. Qu'avais-je fait pour que ma vie soit une telle impasse puante, un temps stagnan...t dans la serviette mouillée sueur de leur haine réciproque ?


    Dans la boîte aux lettres, ils m'avaient envoyé une lettre pour me dire que j'étais condamné à vivre dans leur congélateur...

    Le docteur ouvrit son bide, en sortit ses boyaux brillants et les balança sur le bureau.

    «Vous voyez ça? Ce sont mes intestins. Et ces intestins, voyez-vous, ils sont perclus de métastases. Alors vous savez quoi? Votre rhume, votre dépression et vos lamentations concernant les coups portés par votre père, vous pouvez vous les foutre au cul !

    Qui aurait accepté de redevenir l'esclave usiné que furent les grands-parents? Qui aurait voulu se présenter chaque matin devant la porte de la fabrique pour gagner sa pitance quotidienne? Daddy n'en voulait pas, trop heureux de palper son RSA, bouffer gras/sucre amerloque, mater son catch, bricoler ses poubelles Mustang 60'/70' et se beurrer la gueule en regardant le grand désert d'en-face. Ça ne l'empêchait pas de réclamer des barrières douanières et « qu'on refoute ces feignasses de français au travail au lieu d'le donner à ces saloperies d'bougnoules »... Le drapeau pendouillait comme une bite molle sur le fronton de notre ghetto de spectres.

    Sa laideur était sa beauté. Sa face taillée au couteau lui donnait un charisme tel que l'on ne pouvait que se laisser envoûter. Dans la symétrie ou dissymétrie d'un visage, on pouvait entendre la musique qui en sortirait.


    Je n'avais pas à essayer d'entrer dans la peau d'un criminel en puissance: il était dans ma propre chair, dans mes cellules, dans mon ADN. Il était logé là, partout, quelque part, nulle part, sorte de muezzin des ténèbres qui lançait chroniquement l'appel à la destruction. Seule l'écriture m'offrait la possibilité d'en faire une richesse, un monde, une guerre menée à la vue de tous.

    Nous étions juste houspillés par la guerre que se livraient l'intérieur et l'extérieur de soi. C'était un luxe ça, surtout quand tu n'avais pas ton bol de bouillie à chercher chaque jour.


    Après s'être regardé un documentaire sur les Aston Martin de James Bond et un autre sur les UFO, je vis Daddy bouffer une boîte de choucroute froide avec les doigts. Ma sœur était enfermée dans la chambre d'amis et faisait des petits bruits d'archéologue de tiroirs...

    Sa pastille Vichy sous la langue, il semblait s'apaiser, laissant son appareil génital et gélifié en paix, regardant avec l’œil trouble des programmes sur la pêche en eau vive. En l'espace de quelques minutes, il en devenait presque rassurant.


    « Moi je sais que Jésus et Mahommet, ces petits bonimenteurs qu'ont fait fortune, c'est rien à côté de moi et ma Nation! Tu vois ma fille, ici, c'est ma Nation et toi t'es une étrangère. Et tu sais c'que je fais à l'étranger moi?! ».

    Il frappait violemment sur la porte au point de la faire trembler. Elle hurlait derrière, l'implorait de la laisser tranquille.


    Strabisme divergent de la perception dans un environnement virtualisé. Strabisme divergent de la perception dans un environnement virtualisé. strabisme divergent de la perception dans un environnement virtualisé. Strabisme divergent de la perception dans un environnement virtualisé. Strabisme divergent de la perception dans un environnement virtualisé. Strabisme divergent de la perception dans un environnement virtualisé. Strabisme divergent de la perception dans un environnement virtualisé.

    Petit pilleur de mes tombes pour se bâtir un trône fabriqué avec la merde de mon cadavre Petit pilleur de mes tombes pour se bâtir un trône fabriqué avec la merde de mon cadavre Petit pilleur de mes tombes pour se bâtir un trône fabriqué avec la merde de mon cadavre Petit pilleur de mes tombes pour se bâtir un trône fabriqué avec la merde de mon cadavre.

    Certains murs, surtout ceux de l'arrière, avaient été rafistolés avec des planches de bois qui laissaient passer l'air, le sable charrié par le Zéphyr. Ça se foutait partout, dans le café au lait et ses croûtons de pain, sur les cendriers, la toile cirée, le tissu usé marron du canapé, les grains de beauté se muant en crabe, les poils des guibolles, les rigoles encombrées de crasse, le carrelage historiquement noir, présentement terre, ... partout. Absolument partout... Je passais ma langue sur la façade de mes dents de devant et des grains de sable minuscules se ruaient contre l'émail de mes molaires encore solides.


    Il n'y a pas de dénouement pour la salive qui forme un lac croupissant sous la langue.


    Ses seins « ufologiques ». Son pubis « ovniaque ». Ses yeux « Alienés ». Sur le matelas taché de pisse, ma sœur allongée sur le dos et maintenue fermement par Daddy le corps sudation le muscle cuivré."

     

                  Bribes-extraits du roman en cours d'écriture "La Diaspora des derniers jours/Un homme clitoridien".

     

    _______________________

     

    Les éditeurs d'Andy Vérol sont les suivants :

    L'ivre-Book

     

    Agence éditoriale Bruit Blanc

     

    Editions du Camion Blanc

     

    Editions Scali

     

    Editions de ta Mère

     

    Editions Pylône

     

    Editions Hannibal (Autriche/Allemagne)

     

     ________________________

     

     

                Serge ULESKI à propos d'Andy Vérol : "j'aime l'écriture de cet auteur né avec Internet, comme nous tous ici ! Son écriture et sa mise en scène aussi, sans doute pour la raison suivante : son écriture ne sera jamais la mienne car enfin.... comment réconcilier disons... Pierre Boulez et les Sex Pistols ?"

     

     La suite...ICI  aussi

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
  • Bob Dylan, prix Nobel de littérature : ou quand la littérature s'effondre

     

                "Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font !"

     

     

                     Léo ferré (1): "la mémoire et la mer" - la meilleure réponse que l'on puisse apporter à cette nomination idiote et décadente qui ouvre la voie à toutes les confusions et autres dérives (2)...

               Une prime au plus connu et au plus riche, ce choix du jury ? Une prime à la langue anglo-saxonne qui plus est : une langue, celle des balles et des bombes avec un Dylan publiciste (chez Apple, Cadillac, Chrysler, les yaourt Chobani) millionnaire en "Che Guevara" de la Warner Bros  ?

     

                              

    1 - Pourquoi Léo Ferré ? Car, il n'y a pas un seul texte de Dylan qui arrive à la cheville d'un texte de Léo Ferré...

     

    2 - A propos de la contestation de ce choix de la part des auteurs et des critiques littéraires, cliquez ICI

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture 1 commentaire
  • Colonialisme, nazisme et crime contre l’humanité : anachronisme, amalgames et confusion

     

                  Combien sommes-nous à nous souvenir de cet historien qui, dans les années 90, d'une équation, avait tenté la résolution suivante : « communisme = fascisme » ?

    Il s’agissait de François Furet (1) et avec lui, de toute une bande de révisionnistes passés à droite après de bons et loyaux services à gauche ; un Furet, déterminé à tuer le père, et pas n’importe lequel, celui qui s’était longtemps fait appeler « le petit père des peuples », sans doute dans le but de devenir enfin adulte – comprenez : raisonnable ; et donc à droite toute !-, au sortir d’une adolescence idéologique jugée très certainement encore boutonneuse et imparfaite, telle une crise post-adolescente, à un âge où il est pourtant et généralement admis (Furet avait alors 60 ans passés !) qu’il est déjà bien tard pour envisager un saut idéologique d’une telle ampleur, pour ne rien dire d’une telle métamorphose à la fois psychique et physique : passer du communisme à l’anti-communisme caricatural et forcené.

    Communisme = fascisme a recueilli peu de suffrages, sinon ceux de Furet lui-même et de quelques hurluberlus de droite et d’extrême droite ; une extrême droite qui soutenait alors Reagan et qui ira jusqu’à oser un communisme=nazisme  pas piqué des hannetons mais tout aussi inopérant et absurde.

    Communisme = fascisme

    Personne n’a donc été convaincu. Rien de surprenant à cela : allez donc demander que quiconque… qui aurait eu un père communiste… reconnaisse que ce même père était un salaud de la pire espère ; celle des fascistes en l’occurrence, voire même… celle des nazis pour les plus téméraires et les plus impliqués d’entre eux.

    Rongés très certainement par une culpabilité étouffante, proche de la suffocation (Soljenitsyne n’avait fait de cadeau à personne, il fallait donc bien en finir au plus vite, cracher le morceau et sa pastille et brûler tout ce qu’on avait adoré !), sans oublier l’air du temps qui passe et qui reste et empoisonne l’atmosphère  – Souvenez-vous ! Le monde occidental était alors sous le charme, ou la coupe et le joug, c’est selon, d’un couple halluciné nommé Thatcher-Reagan...

    Communisme = fascisme...

    Ces stakhanovismes du revirement, historiens ou pas, n’ont trouvé en Europe aucun fils pour porter un tel jugement sur son père ; et bien des années plus tard, à l’heure de toutes les trahisons de l’Ouest à l’égard de l’Est (trahisons économique et politique) il n’est pas sûr que les populations de l’Est (les Polonais exceptés) soient disposés à un tel raccourci historique. Quant à la Russie ? Poutine, ancien agent du KGB, n’a jamais été aussi populaire - Nostalgie ! Nostalgie ! Quand tu nous tiens, tu nous tiens bien !

    ***

    Communisme = fascisme...

    Une fois épuisée cette équation absurde, arrive alors un Colonialisme =nazisme.

    Avec cette nouvelle résolution coup de poing et coup de semonce, c’est bien une plongée dans un anachronisme imbécile qu’on nous propose ; en effet, la dernière conquête de l’Afrique, dernier coup de reins sabres au clair dans la chair - l’arrière train plus précisément -, d’une humanité-instrument économique, stratégique et idéologique, cette conquête donc ne date-t-elle pas de 1830 ? Alors que le nazisme, lui, trouve ses balbutiements dans les années 20… celles du XXe siècle ?

    Colonialisme = nazisme (2)…

    Existe-t-il seulement un historien désintéressé, honnête et responsable pour faire sienne une telle corrélation ? A moins qu’il ne s’agisse de ré-écrire l’histoire,  "colonialisme = nazisme" ne tente-t-il pas de nous dire que si le nazisme avait été antérieur au colonialisme… le colonialisme aurait été assimilable au nazisme ?

    Après l’anachronisme, c’est bien d’uchronie qu’il s’agit.

    De plus, cet amalgame fâcheux qui n’explique rien, qui n’informe sur rien mais ouvre la porte à des débats sans fin, sans but et sans intérêt, dessert la cause de l’anti-colonialisme en appauvrissant tout son potentiel d’analyse, de critique, jusqu’à la négation d’une complexité et d’une ambivalence que le creuset nazi ne pourra jamais contenir ; une complexité riche d'enseignements incomparables avec ceux du nazisme.

    Si assimiler le colonialisme au nazisme, c’est ouvrir une porte, celle de dissensions stériles, c’est aussi en fermer une : celle d’un travail d’analyse, et c’est clore tout débat car, on ne débat pas du nazisme car, avec le nazisme, il n'y a pas de "oui mais..." : rien à sauver et rien à partager ! Avec le nazisme, aucun héritage, aucune transmission possibles et souhaitables.

    Pour preuve : rien n’a demeuré.

     

    ***

     

                Certes, dans le passé, des historiens et des auteurs ont rapproché le colonialisme du nazisme sans toutefois aller, en ogres d’une pseudo-vérité historique, jusqu’à la fusion/absorption.

    L’historien Olivier Le Cour Grandmaison : Coloniser. Exterminer (il en restera toujours quelque chose ! ndlr). Sur la guerre et l’Etat colonial :

               « …La violence coloniale n’a pas été un épiphénomène qu’on aurait pu à la rigueur éviter... elle a été partie constitutive du système. Racisme d’État ? La formule peut paraître forte pour qui ignore l’histoire coloniale. C’est pourtant bien d’une xénophobie quasi généralisée qu’a souffert la société française plus d’un siècle durant. »

    Grandmaison s’appuie sur une multitude d’auteurs : Voltaire, Tocqueville, Lamartine, Jules Verne, Maupassant, Zola et les « petits », mille et un idéologues et vulgarisateurs de la pensée coloniale. Ces auteurs étaient donc les Goebbels de la colonisation ? Oui ? Non ?

    Soit. Il se serait alors agi d'un nazisme d'un nouveau type, ou bien plutôt d’un prototype : un nazisme sans penseurs nazis ?

    On peut aussi discuter le fait que Jules Ferry  - en Eichmann ou Himmler de la première heure, et bien avant l’heure -, partisan de l’expansion coloniale contre Clémenceau à qui on devra plus tard l’humiliation de l’Allemagne en 1918 et  sa tentative de revanche (à chacun ses aveuglements !) ; que Ferry ait été un nazi… à l'heure où cette idéologie de mort assurée - et il en fut bien question -, était impensable parce que… encore impensée à la fin du XIXè siècle même si le philosophe allemand Friedrich Nietzsche  - le petit père de nombre d'intellectuels-philosophes plongés dans la confusion -, n’était pas loin d'y réfléchir avant tout le monde avec la publication de son Antéchrist.

    Autre rapprochement colonialisme/nazisme : "De la barbarie coloniale à la politique nazie d’extermination", par Rosa Amelia Plummelle-Uribe, militante afro-descendante qui fera le lien entre les politiques d’anéantissement colonial et l’ensauvagement des sociétés européennes.

    Aimé Césaire lui aussi évitera soigneusement l'anachronisme colonialisme=nazisme, préférant raisonner (poétiser ?) autour des "Origines du Nazisme » - il est vrai que les nazis n’ont pas inventé grand-chose même si l'on ne doit jamais oublier le fait suivant : dans les années 20 et 30, tous les prix Nobel à caractère scientifique étaient allemands ou de langue allemande… du nom de ce peuple discipliné qui a toujours porté en lui l’amour du travail bien fait : aujourd’hui encore, leurs train arrivent toujours à l’heure, et leurs automobiles sont d’un rapport qualité-prix imbattable.

    Aimé Césaire d’une intuition d’une intelligence folle, même s’il s’agit là très certainement d’une prophétie mais a postériori, auto-réalisatrice a priori, s'adressera à nous en ces termes :

    "...nul ne colonise innocemment, que nul non plus ne colonise impunément ; qu’une nation qui colonise, qu’une civilisation qui justifie la colonisation — donc la force — est déjà une civilisation malade, une civilisation moralement atteinte, qui, irrésistiblement, de conséquence en conséquence, de reniement en reniement, appelle son Hitler, je veux dire son châtiment."

    Ce qui ne valide toujours pas l'équation colonialisme=nazisme.

    En revanche, on trouve là, chez Aimé Césaire - la tentation était sans doute trop grande -, le désir de récupérer à son profit un événement-catastrophe pour mieux l’investir avant de le vampiriser et de devenir celui qui, le bras vengeur, en désignera la cible. Evénement d'une Seconde guerre mondiale qui a pourtant aux yeux des historiens ses racines dans un inconscient européen qui n’a jamais eu besoin de l’aide d’une extension territoriale quelconque et de sa population pour s’étriper à loisir.

    A partir de cette analyse quasi mystique de Césaire, façon ancien-testament, là où tout se paie, mais interprétation naïve et plutôt optimiste quand on sait à quel point l’Homme-impunité triomphe de siècle en siècle… et puis, n’est-ce pas les meilleurs qui partent en premier et les salauds en dernier… sans oublier les immortels, ceux que l’on nous ressert génération après génération, et sur lesquels la vérité des faits n’a aucune prise ?

    Ceux qui ont donc cherché à détourner la sentence de Césaire au profit d’un colonialisme =nazisme, en seront pour leurs frais : Aimé Césaire a fini Maire de Fort de France après la Présidence du Conseil régional de la Martinique, et non en Che Guevara ou en «Serge Klarsfeld » pourchasseur de nazis négriers et colonialistes.

    Colonialisme = nazisme…

               Et puis de dérive en dérive.. . Colonialisme = nazisme=crime contre l’humanité

               Aujourd’hui, des voix s’élèvent pour que l’épopée coloniale française, de sa sédentarisation à sa maturation (sur plusieurs siècles) au terme de laquelle le dernier bastion colonial que fut l’Algérie, tombera, soit reconnue comme « crime contre l'humanité » : une « violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d'un groupe d'individus inspirée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux ».   

    « Colonisation - rôle et bilan globalement positifs » d'un côté, « Colonisation - crime contre l’humanité » de l’autre, deux faces d’une même pièce - déni et revanche pour les uns comme les autres ; une colonisation dont on chérit et caresse sans cesse le souvenir comme on caresse un espoir... contre une colonisation haïssable à rejeter en bloc ; seuls les gens pressés d’en découdre avec dieu sait quelle nécessité historique choisiront leur camp ;  les autres, plus avisés, patienteront car il y a fort à parier que les descendants des peuples colonisés ne nous en demandent pas tant ; il semble même qu’ils soient plus intéressés par la liberté et des visas que par des excuses ; quant à réunir des tribunaux et à dresser des bûchers…

    Certes ! Quelques Etats y trouveront leur compte sur le dos de leurs peuples toujours humiliés, plantés, là, sans avenir… derrière les barreaux d'une vaste prison qu’est devenue ce nouvel Empire post-colonial indépendant. Mais... de là à leur donner un coup de main...

     

                Contrairement au nazisme, qu'on le veuille ou non, quelque chose a bel et bien été sauvé de ce période coloniale... une langue, la langue française ; une langue parlée et respectée par des milliers d’êtres humains de tous les continents parmi les plus doués, les plus talentueux du monde dans les domaines des sciences et des arts ; preuve qu'il y avait bien quelque chose à sauver ! Et ce quelque chose l'a été par qui ? Aux plus sceptiques, on leur conseillera de voyager... et de rencontrer et d'écouter des Africains et des Maghrébins de tous les âges (3).

    Certes les êtres humains sont passés maîtres dans l'art de mentir et de se mentir ! Et dans une condamnation sans nuance du passé colonial de la France, une condamnation solennelle du type « crime contre l’humanité », il y a aurait là quelque chose qui relèverait du mensonge. En revanche, que des événements précis qui engageraient toute la responsabilité d'une France coloniale puissent faire l'objet d'un examen et qu'ils soient reconnus comme "crime contre l'humanité", pourquoi pas ! Une telle condamnation aurait alors un sens car c'est bien dans le souci d'une recherche de la vérité qu'un tribunal se serait prononcé, et non... dans le but de servir les intérêts d'un humanisme de culpabilité, et cet autre humanisme ignorant tout de l'être humain et de l'Histoire, pour ne rien dire d'un humanisme manipulateur et revanchard, un humanisme de Tartuffe, dans les faits... soucieux d'aucune condition humaine.

     _____________________

    1 - Avec deux ouvrages : "Le passé d'une illusion" et "Fascisme et communisme".

    2 - Affirmation d'une violence émotionnelle rare comme si d'aucuns avaient des comptes à régler davantage avec leur propre histoire (culpabilité et transmission d'une génération à l'autre ?) qu'avec une "Histoire de la colonisation" digne de ce nom. Qu'il soit ici permis de rappeler ce qui suit : tout comme ceux qui n’ont pas eu de parents communistes – et ils existent -, nombreux sont ceux qui sont issus de milieux qui ne doivent rien à une colonisation quelle qu’elle soit : nazi ou pas.

    3 - Est-ce qu’un groupe de néo-nazis désireux de sillonner l’Europe en Autocar à la rencontre des descendants des victimes de cette idéologie recevrait le même accueil ? On peut en douter.

     

    Lien permanent Catégories : A l'international, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Marie-France Garaud au plus près d'une réalité sans conteste : la fin de la politique avec la disparition de l'Etat souverain

     

     

     

                        Parmi les invités de Taddéï à "Ce soir ou jamais"(1), seule Marie-France Garaud saura poser le problème de la situation économique et sociale de la France : la fin de la politique avec la disparition de l'Etat souverain au service d'un Peuple tout aussi souverain, là où plus aucune volonté ne peut s'exercer à propos de la question suivante : quelle doit être la relation de la France avec l'Europe, le monde et les forces économiques et politiques qui dictent depuis le triomphe du trio infernal Thatcher-Reagan-Friedman des années 80, sa loi d'airain à tous les Etats dans le cadre d'une Europe-instrument d'une mondialisation qui n'est qu'une guerre contre les Etats-Nations, les salariés ; et par ricochet, une guerre contre la démocratie et la liberté d'expression et d'information ?

                    Après Garaud, d'autres rendront le bon diagnostic quant aux effets de la crise sociale et politique française sans toutefois se résoudre à identifier les causes contrairement à Marie-France Garaud.

     

     

                    Quant à Bernard Stiegler, fidèle à lui -même, il évoquera une innovation technique tueuse d'emplois par millions comme une fatalité ; lui aussi a manifestement intégré, inconsciemment sans doute, la mort de la politique car, à aucun moment il ne lui vient à l'idée de questionner cette technique, ou plus directement et plus explicitement, de préciser ou de suggérer qu'il pourrait encore nous appartenir de choisir, dans le cadre de la destruction des emplois par cette même technique et la recherche d'un profit optimal, quels sont ceux, de ces emplois, qui doivent mourir et ceux que l'on souhaite garder.

    Stiegler, comme tant d'autres, a déjà renoncé, entre deux voyages aux USA et à Berlin - il y enseigne ! -, (2) à poser en ces termes notre relation avec l'innovation technique : ce qui est techniquement possible n'est pas nécessairement souhaitable car enfin, ce n'est pas à la technique de décider dans quel monde nous souhaitons et devons vivre mais bien plutôt, à la politique et au politique.

    Stiegler nous demande de nous préparer à la disparition de millions d’emplois ; son reproche majeur concerne notre refus de nous y préparer, non pas en nous y opposant mais en accompagnant cette destruction massive avec l'espoir de concurrencer le monopole du monde anglo-saxon dans ce domaine : numérisation du monde oui ! A condition que l'Europe soit un acteur majeur aux côtés des USA.

                    Mais alors, qu'en est-il d'un : "Non à la numérisation du monde ! Et que l'Europe en soit un frein majeur !" ????

    Aussi, à propos de ce qu'on nommera un "syndrome d’accompagnement", surprenant que Stiegler n’ait pas eu, à un moment ou un autre, sa carte au PS ! Cette fausse gauche qui n’a de cesse d’accompagner la droite, justement !

    L’accompagnement, encore et toujours !

     

                       "La technique, c'est plus fort que toi !"

                       Stiegler n'est-il pas trop proche des "techniques nouvelles" et de l’innovation numérique pour ne pas s’être laissé, au fil des ans, "bouffer" par leur pouvoir de dé-conscientisation gigantesque, un peu comme pour le pouvoir de l’argent sur ceux qui n’en ont jamais eu ou la soif de reconnaissance ? Hypnotique et corrupteur ce pouvoir !

    Comme un fait exprès, on notera au passage le fait que les références de Stiegler ont souvent pour origine le monde anglo-saxon ; les USA en particulier.

     

                   Ce qu’on pouvait reprocher à Cassandre finalement c’est de prédire le malheur sans pour autant être capable de le prévenir : pointer du doigt le poison sans pour autant désigner l'anti-dote. 

    Prédire ou prévenir une catastrophe... il est vrai que ce n’est pas le même talent, voire... le même génie, qui est alors requis : talent et génie politiques s’entend. Et là, on retrouve Marie-France Garaud issue d’une tradition qui a su accoucher, quoi que l’on dise, d’hommes politiques d’exception.

    La politique donc, encore et toujours ! Et c'est la raison pour laquelle il nous reste à souhaiter que Madame Garaud ne cesse de prendre soin d'elle afin qu'elle puisse vivre le plus longtemps possible car elle seule semble à même de nous rappeler cette vérité aussi cruelle qu'embarrassante qui éclaire d'une lumière crue notre lâcheté et complaisance face à notre propre devenir : notre acceptation de la mort de la politique et la consécration de l'impuissance publique ainsi qu'une crise sans précédent de la résistance et d'une mobilisation massive et soutenue.

     

     

    1 - "Ce soir ou jamais" vit ses dernières heures. L'élection présidentielle n'est pas loin... elle approche, c'est sûr ! Le ménage a donc commencé ; et seuls Ruquier et Fogiel seront maintenus. People-isation des esprits oblige ! Mais... qui a dit que ce sont les moins politisés qui votent encore ?

    Faut bien dire que ça fait des années que Taddéï accepte de se faire "balader" par France-télévisons et ses responsables de programmes. Il ne s'en plaint pas du reste ; ses émissions vont et viennent... tantôt ils le déprogramment, tantôt ils le changent de créneau horaire... Taddéï se laisse guider... promener... l'important pour lui, semble-t-il, c'est de continuer de passer à la télé et à la radio... France Culture puis Europe 1... alors qu'à l'heure d'internet, il existe des solutions pour ceux qui souhaitent vraiment nous donner des nouvelles de la société et du monde autour d'acteurs majeurs quant à la compréhension de qui fait quoi, à qui , où, comment,pour-quoi et pour le compte de qui.

    2 - Oui ! Il y enseigne, nous affirme-t-il ! A moins, qu'à son insu, il n'y soit enseigné ! Et c'est alors que l'on se croît le maître avant de découvrir que l'on est qu'un élève et payé comme tel ; ce qui peut en consoler plus d'un, malgré tout.

    USA, Berlin, Paris... oublieux Stiegler du fait suivant : qui trop embrasse mal étreint ! 

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu