Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Valls : une grenouille chez Jean de La Fontaine

 

 

le premier ministre a annoncé sa candidature à la primaire de la,primaire de la gauche,primaire de la droite,ps,walls démissionne,élection présidentielle 2017

                         Manuel Valls premier ministre a annoncé sa candidature à la primaire de la gauche lundi en fin d’après-midi dans son fief d’Evry. Il démissionnera mardi de Matignon. 

 

***

 

                    Valls candidat ?

                     Regardez-le bien !  Et puis, observez donc sa démarche : n'a-t-il pas la démarche de ceux qui sont destinés à obéir alors qu’ils croient pouvoir commander ? Et si d’aventure il leur arrive de donner des ordres, ce sera à plus bêtes et à plus serviles qu’eux. Inévitablement.

                   Valls c’est la fascination qu'exerce la puissance sur ceux qui n'en auront jamais les moyens  ; et en ce qui concerne ce candidat à l'Elysée : puissance militaire et destructrice des USA, puissance cynique d’Israël sans précédent dans l’histoire politique d'un Etat avec ses relais ici en France ( CRIF, LICRA, UEJF et une bonne partie des médias dominants qui ne jurent que par Walls) ; et c’est aussi le pragmatisme :  celui des ventes d’armes aux Monarchies du Golfe parce que… « il faut sauver le commerce extérieur de la France ».

Si on confie le sérail à l'eunuque, de même promet-on et confie-t-on la représentation du pouvoir et l'illusion de son exercice à celui qui n'aura jamais la force ni la présence d'esprit, voire l'intelligence, de l'exercer en le retournant contre ceux qui ne lui auront confié que son simulacre car, Valls c’est le chien qui aboie en tirant sur sa chaîne. Il croit pouvoir menacer et mordre alors qu’il est à mille lieux de se libérer, de s’affranchir de cette chaîne qui le retient, ignorant du fait suivant : c’est précisément cette chaîne qui lui permet d’aboyer fort car sans cette chaîne, il se verrait très vite contraint au silence.

Né d'une mère italienne et d'un père espagnol, maire pro-Palestinien à 30 ans d'une ville de banlieue sans attraits, premier ministre à 50 d'une présidence qui n'a jamais été aussi proche des intérêts étasuniens, israéliens et saoudiens (mais... où est le rapport, on se le demande !), Valls c’est une recette de cuisine qui ne manque pas de piquant à défaut de goût, raffiné de surcroît : un peu de Jacques Doriot, (communiste à 20 ans, pétainiste à 40) une touche de Le Pen père, un soupçon de franquisme, une bonne cuillère de bonapartisme (sans le génie du maître corse) et puis la bêtise propre à la fable de Jean de La Fontaine : celle d'une grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf présidentiel, sinon plus grosse encore.

                Certes, après Sarkozy et Hollande, personne ne pourra dissuader un individu comme Valls et tous les autres avec lui, de se présenter à une élection présidentielle ; et c’est bien là tout notre malheur car, sous un Mitterrand ou bien un Chirac (pour ne rien dire d'un de Gaulle) , à aucun moment Valls qui n'est jamais que le fils de son père et de sa mère, avec sa coupe de cheveux de bon élève d'une classe de CM2 que Maman ne manquera de féliciter à la prochaine remise des prix, n’aurait osé prétendre occuper le fauteuil présidentiel de l'Elysée.

Qu'il ait pu l'envisager, contre toute raison, suffit à nous faire sérieusement douter de cette République, la 5è du nom, jusqu'à sa remise en cause définitive.

A quand la prochaine Constituante ?

_______________

 

Pour prolonger, cliquez : Manuel Walls - Los craignos

 

Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS, Présidentielle et législatives 2017 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu