Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Quand Edwy Plenel et Médiapart appellent à voter Emmanuel Macron

 

                On ne se refait pas, jamais ! Plenel - ce BHL de gauche -, en appelant à voter Macron, endosse une fois de plus le meilleur des rôles : le beau rôle, sa marque de fabrique et celle de son journal ; journal de groupies (journalistes et abonnés confondus) au gourou moustachu.

Mais alors... années après années, interventions radios, télés, éditoriaux les uns après les autres... en définitive, et pour poser les bonnes questions une bonne fois... qui Plenel est-il véritablement disposé à incommoder ? Plus précisément : qu'est-ce que Plenel est capable de risquer ? Et puis aussi : qu'est-ce que Plenel est prêt à perdre ?

La réponse, nous sommes nombreux à la connaître : rien, nada ; ou bien si peu en comparaison avec ce qu’il faudrait être disposé à abandonner aujourd’hui pour mieux gagner plus, beaucoup plus demain. Et vous savez quoi ? Gagner une confiance et une force aussi rares que nécessaires…

Mais… on y reviendra.

 

                 En attendant, que l’on ne s’y trompe pas : la position prévisible de Plenel n’a rien d’un choix raisonné fruit d’une prise de conscience à la racine de laquelle on trouverait une capacité d’analyse bien supérieure à la moyenne. Non, dans ce choix de Plenel d’appeler à voter Macron, on retrouve le comportement typique d'une classe : celle qui se distingue toujours quand il y a péril en la demeure, par un retrait pur et simple ou bien par un pas de côté quand pointe à l’horizon le risque d’un combat pour lequel on ne se sent pas suffisamment armé mentalement faute d’une conviction ferme, une conviction encrée au plus profond de soi, après avoir pourtant tenu et longtemps, des discours sur « la réforme », voire même « la révolution à venir et tellement nécessaire ! »...

Révolution, mon cul ! Et puis parce que.... finalement, tout ne va pas si mal que ça. Mais pour qui ? Pour Plenel ?

Le chômage, la pauvreté croissante, le déclassement, une 5è République qui n'est à la hauteur d'aucun des enjeux démocratiques majeurs des 30 prochaines années, la lutte contre une organisation de l'Europe et du monde dans laquelle la France se fourvoie avant de se noyer...

Ca peut encore attendre M Plenel ? Un quinquennat ? Deux peut-être ? Avec Macron et/ou le suivant ?

 

              Plenel les mains propres, Plénel tranquille et pénard ; un Plenel adepte d’une dissidence ronronnante… un Plenel routinier, prévisible ; Plenel gère sa petite entreprise qui porte le nom de Médiapart.

Pourquoi se priver de le rappeler : Plenel appartient à cette classe incapable de risquer son confort matériel et moins encore, son confort moral ; Plenel le "Ne comptez pas sur moi pour secouer la table !" … - alors, la renverser cette table... vous pensez bien ! - c’est cette appartenance de classe d’une classe qui fera toujours le choix de la sécurité ; comportement que l'on retrouve à toutes les périodes de l'histoire de France depuis la chute de l'ancien régime : « Sauvons les meubles ! Nos meubles ! Les vraies réformes peuvent bien attendre ! Quant à l’avènement de cette 6è République... »

Une classe qui se croit à gauche et de gauche, une classe prompte à dénoncer le fait que "tout ne va pas si bien que ça ; bien au contraire !" quand aucun danger contre son confort matériel et moral ne pointe à l'horizon mais aussi une classe qui, tout aussi rapidement, est prête à rappeler que " finalement, tout ne va pas si mal que ça ! Et puis franchement, cela pourrait être pire, bien pire !" quand ce même danger pointe son nez : une classe sans courage donc ; qualité la moins bien partagée parmi les êtres humains, c'est vrai ; aussi, rien de surprenant à cela. Il fallait simplement le rappeler.

             Et pourtant… le face-à-face Le Pen/Macron… c’est bel et bien une occasion unique de poser la question suivante et d’y répondre : qu’est-ce que vous avez, qu'est-ce qu'il vous reste dans le ventre ?

Pour sûr, en appelant à voter Macron, Plenel nous remet une information qui n’est pas un scoop cependant car nous tous savons encore lire et qui plus est, nous savons aussi garder en mémoire ce qui a été écrit : Plenel n’a rien dans le ventre ; ni ventre ni tripes donc ; simplement le doux confort moral d’une moraline à toute épreuve et en toutes circonstances.

Attitude défaitiste, symptomatique d'un manque de confiance et de courage que cet appel de Plenel comparé à un Mélenchon qui aura su tenir tête vent debout face à des médias impitoyables avec ceux qui refusent de se soumettre... et contre les dissidents... dissidents de taille !

A ce sujet, côté rupture, côté prise de risque, indépendamment de ce que l’on peut en penser, il nous vient à l’esprit ces Britanniques qui ont voté dans une large majorité en faveur du Brexit ; car ce vote-là porte en lui la marque d’une formidable confiance en soi. Et pourtant, ici en France, à l’occasion de ce vote et de son résultat, on a pu entendre des "Pétain" prétendre faire la leçon à Churchill, puis des journalistes distribuer des mauvais points à la BBC, et enfin, des intellectuels de pacotilles - les seuls autorisés à s’exprimer dans les médias - faire la leçon à Shakespeare.

La bonne blague ! La mauvaise blague !

Sermonnant ses abonnés avec un billet-fleuve dont Plenel est coutumier, aujourd’hui, c’est au tour de Plenel qui s’en prend à Mélenchon (1) qui refuse d'appeler à voter Macron : et là, c’est toutes les fables de La Fontaine qui nous viennent à l’esprit : une histoire de grenouille et de bœuf en particulier.

                Cette confiance, cette force mentale, si nécessaire aujourd’hui, à l’heure où il est encore et toujours question du sort de millions de salariés, parmi les plus fragiles d’entre eux, livrés à un ordre économique dans lequel ils ont tout à perdre, ayant déjà pas mal perdu, ce n’est certainement pas chez les Plenel du journalisme et de l’engagement politique qu’on la trouvera ; ce qui le disqualifie car aujourd’hui, seul le courage devrait avoir droit de cité ; or, cela ne demande aucun courage d’appeler à voter Macron même et surtout quand on se dit de gauche et que… ce faisant, on s’achète une bonne conscience sur le dos de tous ceux qui ne peuvent faire qu’un choix : celui de la cohérence et du respect de soi dans la dignité ; d'où leur refus de reporter leur vote du premier tour sur Macron car c'est là le seul geste de résistance qu'il leur reste dans le cadre de cette élection présidentielle.

Oui ! Une bonne conscience que s'achètent une fois de plus Plenel et son journal avec cet appel du pied sans bourse délier, sans coup férir, puisqu'ils n'ont rien à perdre et tout à gagner : en effet, qui pourra bien un jour leur reprocher de s'être portés au secours de Macron ? Personne pour l'heure même si dans quelques années, un FN à 55%, un FN imbattable pourrait bien contraindre certains d'entre nous à  leur demander de rendre des comptes.

Mais pour l'heure, c'est sûr, de cet appel à voter Macron (2), tout un chacun en ressortira tout auréolé du prestige d'un positionnement moral qui ne saura être pris en faute ; quant aux autres moralement laminés sous la pression d'un vote Macron qui se voudrait obligatoire, tant pis pour eux !

                Dans le cadre de cette élection présidentielle de 2017, le courage, c’est le risque derrière lequel on trouvera une certitude chevillée au corps : la certitude d’être capable de faire face, de tenir tête et de sortir vainqueur alors qu’un score électoral vous classe parmi les perdants puisque seul le nombre sanctifie.

Oui ! Mille fois oui ! Attitude défaitiste que cet appel de Plenel à voter Macron ; une attitude qui laisserait entendre qu'en cas de victoire du FN, la société française serait incapable de réagir, qu'elle serait vaincue. Qu’est-ce à dire ?


Et c’est bien ce courage-là, cette confiance inébranlable qui nous manquent depuis quarante ans ; d’où le grignotage de notre héritage par les mondialistes et la réaction-FN car, soit on se bat, soit on se soumet.

                  Chez Médiapart, on retrouve le couple Bonnet-Plenel, anciens salariés du quotidien Le Monde : manque de sang-froid, une trouille de classe, une lâcheté dont il ne restera pas trois lignes dans l’Histoire de la presse… d’où la tranquillité d’esprit des deux protagonistes. Cependant, lorsque ces gens-là prendront leur retraite, n’en doutons pas un seul instant, ils auront droit aux éloges de toute la profession - de BFM-TV aux rédactions du service public en passant par Lobs et RTL ; télés, radios, presse ! Sans doute la pire des insultes ces éloges à venir car ces éloges-là seront leur dernière demeure pour une postérité d'une humiliation bien méritée : que ceux qui se ressemblent s’assemblent, même à leur corps défendant !

                Soyons clairs : le courage, aujourd’hui, il est dans le refus de Macron - abstention ou vote blanc -, et la force de ce courage, dans la prise de risque d’une victoire FN et le sursaut gigantesque d’un pays qui, contrairement à ce qu’un Plenel semble penser, tient encore debout sur ses deux jambes.

 

1 - Le tort de Plenel c'est de refuser de comprendre le positionnement de Mélenchon et la justesse de son refus d'appeler à voter Macron tout en précisant qu'un vote-FN n'est pas une option. Plenel s'appuie sur le "système" pour contrer une fois élu, Macron ; or, ce système a fait depuis 20 ans la preuve de son incapacité à permettre à une force politique et à une mobilisation quelles qu'elles soient, de contrer les réformes demandées par la Commission européenne au service d'une mondialisation-saccage de l'être humain, et en Europe, cause de la destruction de notre modèle social. La position de Plenel c'est un parti pris ; un parti pris de confort, un parti pris qui n'a rien à perdre... parti pris classique propre à cette classe sociale auquelle Plenel appartient en particulier et qui ne fait face à aucune menace avec en prime la satisfaction que procure une bonne conscience.

En revanche, on se souviendra de ceci : quand son journal Médiapart a été en danger après un rappel de TVA, Plenel n'a pas hésité à remettre en cause la loi et ce fameux "système" dont il serait soi-disant possible aujourd'hui et demain sous une présidence Macron de contrer les abus et les injustices.

La motivation réelle de Plenel : s'attribuer le beau rôle et se donner une bonne conscience puis continuer de briller : sur le dos de qui ? Mon billet ne cesse d'y répondre. C'est plus fort que lui ! Il ne peut pas s'en empêcher... en toute occasion même si dans les faits, ce positionnement médiatique de Plenel est loin d'être glorieux quand on se penche sur la réalité sociale des conditions de vie qui se cache derrière le refus d'un vote et d'une présidence Macron.

 

2   A propos du soutien de Plenel à Macron, deux éléments de réponses peuvent être avancés :

- Macron qualifie l'histoire coloniale française de "crime contre l'humanité" ; ce qui n'est pas fait pour déplaire à un Plenel dont le positionnement à propos du colonialisme est le suivant :" Le colonialisme est un nazisme" Plenel n'est pas à une imbécillité près, manifestement !) ; à noter aussi la place privilégiée qu'occupe chez Médiapart l'historien Benjamin Stora qui partage ce "diagnostic" de Plenel.

- Médiapart a une dette fiscale (TVA) de plusieurs millions d'euros auprès de Bercy ; Plenel compte-t-il sur l'indulgence d'un Macron Président ?

 

 

***

                 Soit Vichy. Soit le Vercors, et là… il semblerait que Médiapart ait quelque réticence envers cette région montagneuse ; c’est l’âge de ses fondateurs sans doute.

 

                 Aussi...

                Plenel et son appel à voter Macron ?

                Qui croyait prendre est pris... en flagrant délit de démission.

               

 
 
_______________
 
Pour  prolonger, cliquez : Médiapart, un abonné témoigne
Lien permanent Catégories : Présidentielle et législatives 2017 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu