Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

  • Aude Lancelin et Annie Lacroix-Riz - fascisme et antisémitisme : qu'un autre regard soit permis


                                 

      

     

                      Annie Lacroix-Riz que nous sommes nombreux à soutenir sur Internet depuis quelques années (1) est irremplaçable lorsqu'il s'agit de dénoncer dans son travail d'historienne le mensonge par omission de sa profession, en particulier en ce qui concerne le Grand Capital et ses représentants dans la période qui précède la seconde guerre mondiale, puis pendant l'occupation et la collaboration jusqu'aux procès dit de l'épuration et la prise en main de l'Europe par les USA... même si nous restons lucides quant à ses capacités à faire preuve de la même honnêteté et de la même intransigeance à propos de la Révolution russe et de ses acteurs, de Lénine à Staline et l'après... jusqu'à la chute du mur, toute historienne communiste qu'elle est. Sujet et période historique qu'elle se garde de bien de traiter et c'est heureux. Ce qui nous amène à penser que, décidément, nous avons besoin de tous les historiens pour que les mensonges des uns (mensonge par omission le plus souvent) soient dénoncés par tous les autres et vice versa.

    A propos de mensonge...

                     Que Aude Lancelin et Annie Lacroix-Riz nous laissent croire une bonne demi-heur durant aujourd'hui que l'antisémitisme est au cœur de la problématique européenne, c'est vraiment botter en touche et s'acheter à bon compte une bonne conscience. Certes, tous savent que c'est un passage obligé pour quiconque souhaite exister médiatiquement (la dénonciation de l'antisémitisme avéré ou non) ; n 'empêche, on aimerait pouvoir compter sur cette historienne pour résister à cette tentation mortifère sur un plan déontologique - la tentation médiatique - car, se faire rare aujourd'hui est devenue une nécessite absolue.

    Dans les faits, la problématique aujourd'hui, la seule, est la suivante : comment contrer un mondialisme dont les options et les exigences d'ordre principalement économique, menacent les fondements de notre civilisation européenne ? Avec quelles forces, quels femmes et hommes ?

                       Quant à la réédition des auteurs tels que Maurras, Rebatet et Céline... dont se lamentent nos deux intervenantes, un fait est établi : la droite depuis 10 ans triomphe sans conteste après 30 années de fausse gauche ; les penseurs de droite sont donc à l'honneur ; Maurras, ce n'est pas que l'antisémitisme, Céline non plus ; les réduire à cette mauvaise passion, là, pour le compte, c'est vraiment faire preuve d'incompétence et d'un aveuglement qui doit certainement cacher une mauvaise conscience, et aujourd'hui plus encore, lorsque l'on sait que la dénonciation de l'antisémitisme est devenu aussi et surtout le refuge de la "canaille" tout comme l'appel au patriotisme en 1914 et dans les années 30.

    Rappelons que Céline est irremplaçable dans sa compréhension de ce qui nous sera donné à tous de vivre : le grand mensonge et l'immense bluff humanitaro-affairiste. Bernanos l'a pressenti aussi. Pierre Drieu la Rochelle a vu le vide qui allait tout recouvrir, laissant des êtres humains, parfois les plus doués d'entre eux, sans recours sinon dans la dépression avec le suicide pour seule porte de sortie ; tous ont vu qu'à l'avenir, le monde serait plébiscité par des individus sans queue ni tête ; des caniches de la conscience humaine manipulables à souhait et contents de l'être.

    Il n'est pas acceptable que ces auteurs soient bannis et qu'ils ne puissent pas faire l'objet d'un débat honnête et serein ; et plus nécessaire encore : cette liberté-là doit être farouchement défendue même et surtout par la gauche, la vraie ; n'en déplaise à cette gauche qui dénonce la censure pour mieux la pratiquer.

                          La fausse gauche est à terre ; il ne faudrait pas la gauche, la vraie, le soit aussi faute d'être capable de ne jamais oublier cette vérité incontournable sinon dans le déni : l'interdépendance du mal et du bien, du vice et de la vertu ; un Sade sans compassion face au Diderot de la Religieuse ; et puis... Shakespeare qui a pratiquement tout dit au sujet de cette interpénétration ; même George Steiner l'a indentifiée et acceptée ; ce qui lui a permis de dialoguer avec un Heidegger du parti nazi, un Pierre Boutang pétainiste et d'écrire : "Le transport de A H".

     

     

    1 - Moi-même sur le Nouvelobs quand j'y sévissais avant la fermeture de la plateforme dédiée aux blogueurs car très vite la rédaction s'est trouvée comme "débordée" et submergée par la liberté de ton qui y régnait et la diversité des sujets traités.

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Fascisme et la France : Berstein contre Sternhell

     

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Themroc de Claude Faraldo

                                         THEMROC (Claude Faraldo, 1973) from Spectacle Theater on Vimeo.

     

                    Les grands fauves de la subversion sont de  retour ; finis les prolétaires gentils - métro, boulot, dodo -...  

                    L'An 01 de Rivette, Guy Debord, Jean Eustache et Jean Yanne comme autant de témoins des premières années de la décennie 70, après "Bof", son premier long métrage, Themroc c'est  Claude Faraldo (un temps chauffeur livreur) qui  fait  la révolution sur les vestiges des barricades ouvrières de Mai 68 et de l'échec de toute une classe 5 années plus tard  ; le consumérisme a fait des ravages ; il a noyé les rêves d'indépendance et de liberté de la classe ouvrière dans le fétichisme d'une marchandise  qui s'autorise tout et qui ne laisse aucune terre, aucun cerveau en friche ; les herbes folles n'ont plus qu'à bien se tenir !

                    Themroc se veut un cri de guerre, un cri de ralliement. Son cri  aura pour écho féminin "Rocthem" ;  film parlant une langue totalement inconnue, une langue onomatopée, la langue de ceux qui n'ont plus rien à dire mais tout à hurler, c'est un ouvrier peintre en bâtiment  en rupture ( et c'est peu que de le dire!) qui donnera le tempo, mènera la danse, Michel Piccoli en l'occurrence  qui demeure, quoi qu'on puisse dire, l'acteur de sa génération (avec Michael Lonsdale) qui n'hésitera pas à prendre quelques risques avec sa carrière.

     

    themroc claude faraldo, piccoli serge uleski themroc

                  Révolte d'une détermination invincible de prolétaires maintenant révolutionnaires et anthropophages pour lesquels les CRS sont de la viande à méchoui... loups-garous irruptant,  corps exultant, gémissant, extasiés, hommes et femmes confondus,  ode libertaire sans vergogne, "Themroc" est irremplaçable.

                  Mais alors.... près d'un demi siècle plus tard, qu'en est-il de ce cri de guerre ? Qui peut encore le pousser et à quelle fin ?  

                 Et puis aussi, et puis surtout : qui s'en fera l'écho ?

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Art et culture, cinéma et littérature

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • Gaspard Proust ou l'apologie du "politiquement-incorrect" très très correct

    gaspard proust, politiquement-incorrect correct, dieudonné, coluche, humour

     

                        Contrairement à ce qui nous est donné à penser, à propos de ce qu’il est convenu d’appeler « l’humour politiquement-incorrect », Gaspard Proust occupe sans aucun doute la place de l’humoriste le plus correct qui soit  ; provocateur sans profondeur  à l’humour transgressif sans suite dans les idées et sans conséquence, petit blanc-bec blasé… très certainement de lui-même au premier chef, revenu de tout, en particulier de là où il ne s’est jamais risqué à mettre les pieds, Gaspard Proust demeure l’humoriste  le plus sur-évalué qui soit.

    Ne nous y trompons pas : Gaspard Proust ne dit pas tout haut ce que son public pense tout bas ; Gaspard Proust ne pense pas et c’est bien ça qui le rend si bavard. En effet, épater le bourgeois  - qu’il est par ailleurs -  semble être sa seule ambition ; sans doute cherche-t-il désespérément à se faire peur sans oser vraiment aller la chercher cette peur, la provoquer et lui faire face,  bien en face, toutes conséquences assumées car, manifestement, n’est pas Dieudonné qui veut ! 

    De plus, l’humour caustique, froid de Gaspard Proust n’est la mauvaise conscience de personne ; bien au contraire, il est la bonne conscience de son public qui sait, qui a compris, que « tout ça, c’est fait pour rire ! » Le pire des jugements  sur un humoriste car, même Coluche a fini par comprendre qu’il était temps de se décider à proposer un autre rire ou mieux encore : de ne plus rire du tout.

                    La transgression est foncièrement a-politique ; d’où l’erreur à propos d’un soi-disant « politiquement-incorrect » qui concernerait cet humoriste décidément très, trop propre sur lui ; c’est la raison pour laquelle la transgression ne sera jamais subversive ; elle ne crée aucun désordre ; et pour cette raison, elle ne menace aucun ordre.  Les médias…  aux ordres justement ! la quasi-totalité d’entre eux, d’habitude si prompts à crucifier les artistes qui refusent de se soumettre et d’obéir, surtout s’ils sont issus de la diversité ( comprenez : arabes ou noirs - les exemples ne manquent pas !) ne s’y sont pas trompés : ils l’autorisent à couler des jours paisibles ; ils lui accordent une paix royale ! Rien de surprenant à cela : l’humour transgressif de Gaspard Proust, c’est un humour sans mystère car c’est encore et toujours l’humour de l’ado qui a refusé de grandir - ado issu d’une bonne famille le plus souvent ; c’est aussi l’humour du cancre de la classe qui, pour exister, ou plus simplement…pour se faire remarquer, n’a de cesse de gâcher la sérénité de ceux qui ont compris très tôt ceci : sans travail et sans courage, rien de sérieux, d’important et de durable, ne peut être accompli. 

                     En conclusion… même provisoire, risquons ce parallèle : Gaspard Proust est à l’humour subversif ce que son complice… Frédérique Beigbeder est à la littérature (dans ce domaine, on remarquera chez lui une cohérence jusque dans le choix de ses fréquentations mondaines) : une très mauvaise idée ; et puis aussi, une mauvaise nouvelle de plus aux yeux de ceux qui placent le talent et le courage au-dessus de tout ; or, sans talent ni courage rien n’est possible comme on a pu le voir. 

                     Tout bien considéré, Gaspart Proust, c’est... prétention littéraire en moins, Desproges (1) une génération plus tard ; autre humoriste sans histoire, à la vie facile entre deux saillies drolatiques ;  et là encore, on pourra objecter : « Gaspard Proust ? Vous avez dit Gaspard Proust ? ………… Psst ! Même pas peur ! »

     

     

    1 - Un coup sur la gauche, un coup sur la droite ; un coup sur le populo, un coup sur la bourgeoisie, puis les Juifs… histoire de s’encanailler et de se faire peur. Dans son « en même temps » humoristique sur-écrit et laborieux, Desproges, c’était déjà Macron. 

    Ce qui manquait à Desproges, c'est le courage. Or, sans courage et sans sacrifice (carrière, argent, reconnaissance médiatique) rien d'important ne peut être accompli. Coluche dans sa dernière période sera plus près du courage et de la prise de risque ; Dieudonné sautera à pieds joints dedans : prise de risque total.

     

    __________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Humour, rire et justice

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Le fascisme et la France : Berstein contre Sternhell

     Le Monde : 20.02.2018

     

    le fascisme et la france : berstein contre sternhell,vichy et pétain

                Avec ce commentaire repris par Le Monde,  Sternhell qui s'est beaucoup occupé du fascisme européen à partir de son pays qu'est Israël...et alors qu'il pouvait sans difficulté  trouver à sa porte un fascisme de la pure et pire  espèce, délaisse enfin  la paille dans l'œil européen pour la poutre israélienne : aurait-il compris ceci : avant de prétendre faire le ménage chez les autres, il vaut mieux s'assurer de la propreté des lieux que l'on habite ? 

     

    _________________________

     

    Billet rédigé en 2016

     

                     A l'heure où  "Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France",  de l'historien israélien Zeev Sternhell paru en 1983, est repris en collection de poche avec une nouvelle préface de l’auteur sur près de 150 pages, non contente d'être la fille aînée de l'Eglise, à en croire cet historien, la France serait aussi " la fille aînée du fascisme". Rien moins.

                    Plus de trente ans après la parution de l'ouvrage de Sternhell, qu'en est-il de cette France ?      

     41GVnwgXGZL.jpg

                   

     

     

     

    La France, fille aînée du fascisme ? 

    Cet opuscule d'une cinquantaine  de pages se propose de répondre à cette question et d'en proposer d'autres à la réflexion du lecteur car, ce qui doit nous intéresser n’est pas tant de savoir si la France est ou n'est pas la « fille aînée du fascisme » mais  pourquoi certains historiens et politologues ont manifestement besoin de le penser à l’heure où aucune définition du fascisme ne semble possible, tout en tenant compte du fait que jamais en France il n’a existé un Etat fasciste, et qui plus est… librement consenti.

     

             Il semblerait que d’aucuns désignent encore le danger fasciste à l’extrême droite tout en apportant une définition totalement obsolète de ce fascisme - pour rappel : un marxisme dévoyé et une conception ethnoculturelle de la nation  -, comme pour mieux faire diversion et nous cacher un autre fascisme,  taillé sur mesure pour demain celui-là,  et dans le marbre, jour après jour,  nation après nation,  culture après culture, çà savoir : le fascisme d’une mondialisation contrôlée par les multinationales et la pègre ; un fascisme loi d’airain du fric et du pilonnage permanent des humbles et des relégués au nom d’une justice sociale emballée dans les cartons d’une science économique sans visage, sans morale et sans honneur ; loi qui ordonne la fin des toutes les controverses et de tous les débats.

     

     

                                              L'ouvrage est disponible ICI

     

    __________

     

    6127g85TuNL.jpg

                      En réponse au travail de Sternhell autour de la France et du fascisme, dans cet ouvrage, paru le 9 octobre, Berstein et Winock questionne le rôle de la France en tant que “laboratoire du fascisme” :

     

                     " C’est un livre qui a pour objet de combattre les thèses de Zeev Sternhell. Pour lui le fascisme est né en France dans les années 1880 autour de Maurice Barrès, Georges Sorel dont les thèses ont ensuite été reprises par Mussolini. Par conséquent, pour Sternhell, ces mouvements fondent le fascisme, ce qui est une opinion curieuse et qui ne correspond pas à ce que l’on sait du contexte de l’époque et à partir de là, pour lui, le fascisme est né.

    Il n’y a pas encore de fascisme à l’époque. Il naît à partir de 1920 en Italie et va connaître une expansion dans l’Europe de l’entre-deux guerres. Il est sans rapport, même s’il existe des éléments partiels chez les théoriciens que retient Sternhell. Rien ne dit que ça constitue un pré-fascisme ou un proto-fascisme. Pour qu’il y ait du fascisme, il faut la volonté de bouleverser complètement l’ordre établi, vouloir créer un homme nouveau. C’est l’idée fondamentale. Il faut pour cela employer des méthodes totalitaires qui plient l’individu à la volonté des dirigeants dudit régime – la “statolâtrie” en Italie, la race en Allemagne – et tout le monde doit y croire. Tout ce qui est en dehors doit être éliminé et par conséquent, il s’agit d’un régime directif, policier et répressif, constituant le fascisme. Il n’y a pas de fascisme sans totalitarisme, sans volonté d’expansion pour affirmer la primauté de la nation sur toutes les autres, par la force des armes.

    Le fascisme n’est pas le rêve des nationalistes français des années 1880 qui se réclament plutôt de la République, ni les conceptions de Sorel qui estime que la violence peut être l’accoucheuse d’un monde nouveau même si la violence est effectivement consubstantielle au fascisme. L’un des éléments ne suffit pas à caractériser l’ensemble. Notre livre critique chez Sternhell, le fait de ne pas jouer le jeu de la méthode historique. Dans son dernier livre, “Histoires et lumières” il se glorifie d’être en dehors des sentiers battus,de faire de l’histoire comme personne et de prétendre établir des vérités historiques à partir de la seule histoire des idées, ce que nul ne conteste mais ce qui ne suffit pas à remplacer la réalité vécue par les hommes, c’est à dire les faits historiques. Un historien qui ne tient pas compte des faits, c’est tout sauf un historien."

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : La France et le fascisme : autant de questions sans réponses

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Politique et actualité 0 commentaire
  • La France et le fascisme : autant de questions sans réponses

     

     Le Monde : 20.02.2018

     

    le fascisme et la france : berstein contre sternhell,vichy et pétain

     

        Avec ce commentaire repris par Le Monde,  Sternhell qui s'est beaucoup occupé du fascisme européen à partir de son pays qu'est Israël...et alors qu'il pouvait sans difficulté  trouver à sa porte un fascisme de la pure et pire  espèce, délaisse enfin  la paille dans l'œil européen pour la poutre israélienne : aurait-il compris ceci : avant de prétendre faire le ménage chez les autres, il vaut mieux s'assurer de la propreté des lieux que l'on habite ?

    __________________________

     

     

    Billet rédigé en 2016

     

     

                 A l'heure où  "Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France" de l'historien israélien Zeev Sternhell  paru en 1983 est repris en collection de poche avec une nouvelle préface de l’auteur sur près de 150 pages, non contente d'être la fille aînée de l'Eglise, à en croire cet historien, la France serait aussi " la fille aînée du fascisme". Rien moins.

     

                                         Trente ans plus tard, qu'en est-il de cette France ?       

     

    france,fascisme,histoire,mondialisation,uleski,société,justice,politique,sternhell

     

                   La France fille aînée du fascisme ?

                   Cet opuscule d'une quarantaine de pages se propose de répondre à cette question et d'en proposer d'autres à la réflexion du lecteur car, ce qui doit nous intéresser n’est pas tant de savoir si la France est la « fille aînée du fascisme » mais bien plutôt ce questionnement-ci : pourquoi certains historiens et politologues ont manifestement besoin de le penser à l’heure où aucune définition du fascisme ne semble possible, tout en tenant compte du fait que jamais en France il n’a existé un Etat fasciste, et qui plus est… librement consenti.

             Il semblerait que d’aucuns désignent encore le danger fasciste à l’extrême droite tout en apportant une définition totalement obsolète de ce fascisme – pour rappel : un marxisme dévoyé et une conception ethnoculturelle de la nation  - comme pour mieux faire diversion et nous cacher un autre fascisme,  taillé sur mesure pour demain celui-là,  et dans le marbre, jour après jour,  nation après nation,  culture après culture, être humain les uns après les autres... le fascisme d’une mondialisation contrôlée par les multinationales et la pègre ; un fascisme loi d’airain du fric et du pilonnage permanent des humbles et des relégués au nom d’une justice sociale emballée dans les cartons d’une science économique sans visage, sans morale et sans honneur ; loi qui ordonne la fin des toutes les controverses et de tous les débats.

     

     

    Pour prolonger, cliquez : France et fascisme - thèse, anti-thèse

     

     

    L'ouvrage est disponible ICI

     

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais 0 commentaire
  • Le Chevalier, la Dame, le Diable et la mort...

    guy debord,vaneigem,situationniste,la société du spéctacle,littérature,essais,mai 68,révolution,politique,actualité

    De nationalité belge, Raoul Vaneigem… est né en 1937. A la tête du mouvement situationniste, son « Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations » et « La société du spectacle » de Guy Debord ranimeront en 1967 la flamme révolutionnaire qui en avait bien besoin.

    A propos de ce mouvement… Vaneigem nous rappelle ceci : « Guy Debord allait au-delà de la cueillette hédoniste des moments de bonheur  telle que Lefebvre l’envisageait. Privilégier les moments passionnels et fonder sur eux la critique radicale du vieux monde, c’était donner ses assises à une société enfin soucieuse de s’humaniser. Construire des situations favorisant la qualité et la diversité de ces exposantes fixes de l’éclat passionnel dont parlait Breton, dépassait de loin le propos de subvertir l’ordre dominant. Il offrait à  la société sans classes dont nous avions vu le drapeau se teinter de sang une substance vivante et inaltérable. En rupture avec ce militantisme issu du militarisme où se sacrifier à une cause autorisait à égorger ses plus proches amis, la construction des situations fondait, surle jeu et l’affranchissement des désirs, un projet social où, pour la première fois dans l’histoire, la volonté de vivre se substituait à la volonté de puissance, et où pour la première fois, l’analyse et le procès de la fatalité, du hasard, de l’aléatoire ouvraient la porte à une science poétique des destinées. La construction des situations annule tous les sens interdits ou autorisés, prescrits par cette réalité économisée que nous tenons pour unique parce que nous sommes condamnés à y travailler, languir et mourir ».

    _________________

     

     

             Le Chevalier, la Dame, le Diable et la mort... ou quand l’homme se transmute en être humain

     

    ***

     guy debord,vaneigem,situationniste,la société du spéctacle,littérature,essais,mai 68,révolution,politique,actualité

    Désire tout, n’attends rien !

     

    De la sensibilité…

     

                 « La présence d’un seul être qui souffre est une atteinte à mon bonheur car la sensibilité est la conscience épidermique du vivant. Elle frisonne de son plaisir, frémit aux périls qui la guettent, irise de ses luminescences intuitives l’irrésistible marée qui, montée des profondeurs humaines, brisera les grandes murailles derrière lesquelles les femmes, les enfants, les hommes aux désirs multicolores ont vécu de grisaille. La sensibilité est le seul chemin que la volonté de s’affranchir offre à l’innocence opprimée. 

    Il est temps que la sensibilité soit reconnue comme la valeur la plus sûre de notre humanité, car elle est source de toute vie ».

     

    De l’animalité affinée…

     

                 « L’affinement de la vie est le véritable progrès humain. La conscience que le bonheur de chacun s’accroît du bonheur de tous est plus utile à la révolution de la vie quotidienne que toutes les objurgations éthiques de l’intellectualité militante.

    La cruauté exercée à l’encontre des animaux procède du discrédit de l’homme pour la bête qui remue en lui. Il envie sa liberté sexuelle, son absence de dissimulation, son comportement que n’embarrassent pas les contraintes (morales et éthiques), et il la hait d’autant. Il tire orgueil de l’esprit qui entrave son corps et l’astreint au travail. Esclave d’un système social qui l’opprime, il se venge en opprimant les plus faibles. »

               Et Vaneigem de conclure que l’homme aurait transcendé son animalité au lieu de la dépasser. L’animalité spiritualisé a fourni à l’homme sa carte d’accréditation auprès d’un Dieu vengeur, sanguinaire, assoiffé de domination : « L’économie d’exploitation aura été la malédiction des hommes, des bêtes, des plantes et de la terre. Certes, le crime perpétré contre les bêtes procède du crime perpétré par les bêtes entre elles. Mais, de la loi de prédation qui caractérise le règne animal, l’économie de concurrence et de compétition a fait une loi qui dénature l’homme alors que l’être humain se distingue précisément de l’animal par sa capacité de dépasser l’instinct prédateur et de créer une abondance révoquant la quête quotidienne, avilissante et laborieuse des moyens de subsistance.»

     

    Du bonheur…

     

                   « Soyez heureux ! est le slogan excrémentiel qui flotte dans le sillage de l’Enrichissez-vous ! Pourtant, l’économie a eu beau imposer un prix à la jouissance, quiconque l’a vécue authentiquement  sait qu’elle n’en a pas.

    Le bonheur qui cesse d’être un combat se résigne au malheur du monde qui le tue. L’avenir que me révéleraient de nébuleuses prophéties m’indiffère. Seul m’intéresse l’avenir que je me forge dans les lueurs fuligineuses ou opalines du présent.

    Aussi, j’incline à penser que les moments heureux nous échoient parce que, quelque part en nous, ils ont été voulus du fond du cœur. »

     

    De l’âge…

     

                  « Il existe une distinction fondamentale entre une vie résignant les incessants bonheurs qui lui ont conféré sa plénitude et une mort provoquée par une carence croissante de plaisirs, de passions, de vraie vie. Goûter aux émerveillements du vivant, telle est la vraie jeunesse, la seule qui bondisse au-delà des âges.

    Nous appartenons à une société prédatrice où le regard mercantile apprend à estimer d’un coup d’œil le prix des êtres et des choses. Il faut trancher vite et selon les apparences, de peur de se perdre et de dissiper avec soi les avantages de l’argent et du temps. Il n’est question que d’efficacité, de rendement, de durée. L’éthique et l’esthétique participent des règles de l’efficience. L’aventure amoureuse s’adapte au profil des profits escomptables. La taille, la démarche, les seins, les fesses, le visage, la dignité des braguettes, les jouissances supputées sont soupesés en termes d’intérêts, de comportements fiduciaires, de plaisirs à tempérament.

    La civilisation marchande a dénaturé l’âge en le mesurant à l’aune du profit et en l’identifiant à une fonction hiérarchique. »

     

    De l’argent…

     

                « Perdre ne serait-ce que trois sous est un acte immoral.

    Si l’argent excédentaire et l’argent déficitaire sont un désert où rien ne pousse, où la vie dépérit, je n’ai rien éprouvé de plus indigne et de plus éloigné des préoccupations humaines que la quête incessante de l’argent, érigée en impératif catégorique par la nécessité de survivre. De la garantie d’en être  pourvu, je n’ai tiré qu’amertume comme je n’ai ressenti qu’angoisse et rage à la perspective d’en manquer.

    Le fétichisme de l’argent fait la loi, celle qui s’arroge le droit de transgresser toutes les autres.»

     

    De la peur…

     

                « Avons-nous d’autre choix que de restaurer dans son innocence (son optimisme ?) la vie qui s’enfante d’elle-même ?

    Le pire danger, c’est de désirer ce que l’on redoute, c’est de marier le désir à la crainte qu’il s’accomplisse à revers. La peur est l’ombre mortelle du désir, l’ombre des désirs morts. Les vœux les plus chers de l’homme ont été si ordinairement tués dans l’œuf qu’ils ne naissent plus qu’apeurés et en attente de l’échec. C’est comme si le bonheur, sesouvenant de tant de bonheurs avortés, renonçait à la vie. Parfois, il ne veut plus se souvenir mais le souvenir est là, comme un ver rongeur.»

     

    Du labyrinthe…

     

               «Par un enchevêtrement de couloirs dont les multiples issues s’ouvrentet se ferment à loisir, nous montons et descendons, avançons et reculons, nous nous heurtons aux obstacles que nous avons élevés par négligence.

    Le labyrinthe du moi et le labyrinthe du monde sont un seul et même lieu.»

     

     

    De l’amitié…

     

               «L’hédonisme gâte le corps  (surcharge pondérale et obésité) et l’esprit gâte la radicalité (plus on pense, moins on agit pour soi et les autres et contre le regard unique d’une domination sans équivoque). La racine de l’homme est dans l’animalité qui s’affine et s’humanise au feu de la conscience.

    Nous souffrons le moins chez les autres les défauts qui sont nôtres. La plupart de nos colères sont dirigées contre nous-mêmes. Qui terrasse son ennemi n’y survit pas, le vainqueur ne fait qu’accomplir la tortueuse volonté de son adversaire. L’on n’est jamais vaincu que par soi-même.»

     

     

    De la poésie et de l’amour…

     

                « La poésie vient des origines du corps et elle l’humanise. L’esprit naît du corps au travail et elle le fait esclave à l’égal de la bête.

    La pensée séparée de la vie la dessèche et la tue. C’est pourquoi la poésie n’obéit à aucune de ses règles. Elle est la fleur qui crève le bitume et fleurit au milieu de la chaussée. Il suffit que le banal se fissure pour que la vie se fraie un chemin et explose en silence.

    Nous avons mal perçu cet art du discontinu par lequel la vie se manifeste à l’encontre de l’ennuyeuse répétition qui règle l’écoulement du temps de survie. L’enfant excelle à aborder les univers  les plus disparates dans cette passion de jouer que, bientôt, la nécessité lucrative refoulera, écrasera, comprimera et enrôlera dans les jeux morbides du pouvoir et de la mort.

    Avant que les ravages de l’éducation mercantile ne le réduisent en poussières d’amertume, l’émerveillement ludique ne connaît pas de frontières, un baquet fait un bateau, une cave un palais, trois bouts de bois un continent.»

     

    __________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Serge ULESKI : Essais et littérature

     

     

     

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais 0 commentaire
  • L'ère du bonheur avec Raoul Vaneigem

     

    Raoul-Vaneigem-Quotes-5.jpg


                      "... dans le royaume  de la consommation, le citoyen est roi ; une royauté démocratique : égalité devant la consommation, fraternité dans la consommation, liberté selon la consommation. La dictature du consommable a contribué à l’effacement des barrières de sang, de lignage ou de race ; il conviendrait de s’en réjouir sans réserve si elle n’avait interdit par la logique des choses toute différenciation qualitative, pour ne plus tolérer entre les valeurs et les hommes que des différences de quantité.

     

    Entre ceux qui possèdent beaucoup et ceux qui possèdent peu, mais toujours davantage, la distance n’a pas changé, mais les degrés intermédiaires se sont multipliés, rapprochant en quelque sorte les extrêmes, dirigeants et dirigés, d’un même centre de médiocrité : être riche se réduit aujourd’hui à posséder un grand nombre d’objets pauvres.

     

    Les biens de consommation tendent à n’avoir plus de valeur d’usage. Leur nature est d’être consommable à tout prix. Et comme l’expliquait très sincèrement le général Dwight Eisenhower, l’économie actuelle ne peut se sauver qu’en transformant l’homme en consommateur, en l’identifiant  à la plus grande quantité possible de valeurs consommables, c’est-à-dire de non-valeurs ou de valeurs vides, fictives et abstraites. Après avoir été le « capital le plus précieux », selon l’heureuse expression de Staline, l’homme doit devenir le bien de consommation le plus apprécié. L’image, le stéréotype de la star, du pauvre, du meurtrier par amour, de l’honnête citoyen, du révolté, du bourgeois, va substituer à l’homme un système de catégories mécanographiquement rangées selon la logique irréfutable de la robotisation.

     

    Déjà la notion de teen-ager (l’ados) tend à conformer l’acheteur au produit acheté, à réduire sa variété à une gamme variée mais limitée d’objets à vendre : on n’a plus l’âge du cœur ou de la peau, mais l’âge de ce que l’on achète. Le temps de production qui était, disait-on , de l’argent, va devenir en se mesurant au rythme de succession des produits achetés, usés, jetés, un temps de consommation et de consomption, un temps de vieillissement précoce.

     

    Le concept de paupérisation trouve aujourd’hui son éclatante démonstration non, comme le pensait Marx, dans le cadre des biens nécessaires à la survie, puisque ceux-ci, loin de se raréfier, n’ont cessé d’augmenter, mais bien dans la survie elle-même, toujours antagosniste à la vraie vie. Le confort, dont on espérait  un enrichissement  de la vie déjà vécue richement par l’aristocratie féodale, n’aura été  que l’enfant de la productivité capitaliste, un enfant prématurément destiné à vieillir sitôt que le circuit de la distribution l’aura métamorphosé en simple objet de consommation passive. Travailler pour survivre, survivre en consommant et pour consommer, le cycle infernal est bouclé. Survivre est, sous le règne de l’économie, à la fois nécessaire et suffisant. C’est la vérité première qui fonde l’ère bourgeoise. Et il est vrai qu’une étape historique fondée sur une vérité aussi antihumaine ne peut constituer qu’une étape de transition, un passage entre la vie obscurément vécue des maîtres féodaux et la vie rationnellement et passionnellement construite des maîtres sans esclaves. Il reste une trentaine d’années pour empêcher que l’ère transitoire des esclaves sans maître ne dure deux siècles."

     

                    L'ère du bonheur - 1967  Raoul Vaneigem, l’un des leaders, avec Guy Debord, du mouvement situationniste des années soixante.

    _____________________


    Pour prolonger, cliquez : Le chevalier, la Dame, le Diable et la Mort

     

     

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais 0 commentaire
  • Dieudonné, la France, le FN et nous : la volte face de l'humoriste

     

     

    Billet rédigé et publié en juin 2007 - Révisé en 2009

     

    __________________

     

     

    dieudonné,fn,le pen,politique,actualités,actualité,livre

                    Artiste engagé, humoriste talentueux, à force de se cogner la tête contre les murs d’une République qui n’a pas cessé de lui adresser une fin de non recevoir, Dieudonné semble s'épuiser à rendre les coups qu’il reçoit en exposant au grand jour les contradictions ou les hypocrisies de ses détracteurs et adversaires, parfois puissants et souvent de mauvaise foi.

    Cherchant désespérément à reprendre la main, Dieudonné semble opter pour une volte-face qui surprendra très certainement à la fois ses partisans comme ses adversaires.

    En effet, sous le couvert d’une affirmation d'indépendance d’esprit, loin des anathèmes, le ralliement de Dieudonné à Le Pen ressemble fort au coup de pied de l'âne de Dieudonné à cette partie de notre société qui n’a pas d’autre issue à offrir à tous ceux qui remettent en cause ses modes de fonctionnement, d’organisation et ses grilles d’analyses, qu'une impasse en forme de cul de sac : rejet et isolement.

     

                      Certes ! Dieudonné exerce avec courage une vocation d’humoriste satirique à tendance corrosive ; vocation d’équilibriste qui a ses exigences : on doit être capable de prendre son public à rebrousse poil. Le sel de la profession cette capacité : ne jamais être là où l’on vous attend pour vous y avoir maintes fois trouvé.

    Baroud d’honneur la volte-face de Dieudonné ? Une stratégie de substitution, ce ralliement qui n’en est pas un, tout en l’étant mais... sans vraiment l’être et qui ouvre, à dessein, la porte à toutes les analyses et tous les commentaires possibles ?

    Ne nous y trompons pas ! Faute de mieux, cette volte-face n’a qu’un seul objectif : continuer de conspuer les partisans du politiquement correct au mépris courtois, et puis cette gauche - celle du Parti Socialiste - qui n’a eu de cesse de canaliser, de fédérer et d’exploiter le ressentiment des laissés-pour-compte à des fins électorales et seulement électorales. Une gauche indifférente qui n’a rien résolu et qui refuse avec obstination de crever l’abcès de la question des français issus - pas seulement mais aussi - du colonialisme, de la traite et de l’immigration, tout en se désintéressant du sort qu’il leur est fait comparé à d’autres minorités et/ou catégories sociales.

    Quoi de plus efficace alors que de courtiser le Front National et son chef dont le discours de Valmy (plume de l'essayiste Alain Soral), à l'occasion de la campagne présidentielle de 2007, porterait, de l'avis de Dieudonné, un nouvel éclairage sur cette formation politique - éclairage positif, s’entend -, feignant d'ignorer qu'il ne s'agit là que d'un discours de plus, racoleur et sans lendemain, de campagne électorale ; discours que Dieudonné a toujours su dénoncer quand c'était la gauche qui les tenait auprès des Français issus de l'immigration.

    N'en déplaise aux partisans indéfectibles du FN, ce parti et ses idéologues nous renverront toujours - et Dieudonné le sait mieux que quiconque : au pétainisme, au colonialisme, à l’intégrisme catholique, à l’anti-parlementarisme, au nationalisme discriminatoire, à l'anti-syndicalisme, au monarchisme revanchard, à l'homophobie - et plus près de nous dans l'actualité, et comme un fait exprès -, aux vieilles lunes du racialisme et de l’eugénisme social.

    Car, qui peut croire que Dieudonné pense sincèrement que le FN est capable de rendre justice et d’accorder une vraie place à ce peuple de France qui n’a jamais pu ou su se rapprocher de la promesse d’égalité et de fraternité pour tous que la République française portait en elle, faute d’y être encouragés, aidés ou tout simplement, autorisés.

     

    ***

     

               Dieudonné est bien le produit de cette France qui a délibérément misé sur l’épuisement des forces revendicatrices en partie issues de la traite, du colonialisme et de l’immigration, avec pour seule consolation un SOS racisme enfermé dans sa Tour d'Ivoire moralisatrice ; car, si le fait de dénoncer « les brûleurs de voitures » n'a jamais dissuadé qui que ce soit de les brûler ; de même, se contenter de dénoncer le racisme n'a jamais empêché qui que ce soit de s'y complaire...

    Et plus encore lorsque cet "anti-racisme" affiché n'est qu'un cache misère soit intellectuel, soit politique, autour de questions que l'on ne posera pas, sans oublier les cas où l'intelligence fait cruellement défaut, et les cyniques qui n'ont aucun intérêt particulier à ce que les bonnes questions soient posées faute de volonté ou de possibilité d'y répondre efficacement car, si tout est dans l'exécution, quand on ne peut plus agir, notamment sur le plan social, une fois que l'on a déserté le terrain économique sans lequel aucune action digne de ce nom n'est possible, et que l'on est tout nus...

    Vers qui, vers quoi peut-on alors se tourner ?

    Aussi, l'anti-racisme ne peut être qu'un point de départ et sûrement pas un point d'arrivée. Dans le cas contraire, ce sera un échec. Et d'ailleurs : c'est un échec !

    Après l'épuisement, le pourrissement qui donnera naissance au mouvement : « Les indigènes de la République ». Un job à plein temps avec retraite assurée, ce statut d’indigène auto-proclamé, avec ses officiels, ses titulaires et ses suppléants, sur le mode "S'il n'en reste qu'un(e), je serai celui ou celle-là !" le discriminé développant une pensée discriminatoire jusqu'au rejet total, retrouvant ses plumes, ses peintures et son maquillage en bon indigène, fier et digne.

     

              Dieudonné n’a jamais cessé d’être le symptôme - comme des millions d’autres avec lui - d’une malaise à l’origine duquel on trouvera un Etat et une classe politique incapables de nous proposer une France adulte, aux analyses honnêtes et courageuses, même au prix d’un froissement de l’orgueil national qui aurait pu donner lieu à un nouvel élan tout aussi national mais... fédérateur celui-là.

     

    ________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Dieudonné saint et martyr

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Internet et dissidence : grandeur et misère

        

    alain soral, dissidence, serge uleski, radicalité,politique, actualité

     

    Billet rédigé en 2015

    ________________ 

     

          A l’heure où l’essayiste Alain Soral, co-fondateur de l'association et du site de ré-information "Egalité et reconciliation" est la cible privilégiée des quotidiens et des hebdos d'une presse subventionnée par l'Etat et les contribuables, ainsi que des éditeurs avec la publication de «  Le système Soral – enquête sur un facho business »  écrit par des journalistes de secondes mains – ceux de Streetpress, un "pure player" sans lecteurs ; plus récemment sur Internet  : « Alain Soral, la fin d’un mythe »  ; et encore : « Alain Soral démasqué » ; puis un autre ouvrage maintenant : « Le mythomane : la face cachée d’ Alain Soral » de S. LAÏBI, un temps proche de l’essayiste comme tant d'autres avant lui,  tentons de comprendre le comment du pourquoi d'un tel intérêt pour Alain Soral ainsi que les responsabilités dans ce qui ressemble fort à un combat au finish au sien de "la dissidence".

     

    _____________

     

     

               Avec Soral, les mots dépasseront-ils toujours sa pensée ?

               Les violents conflits internes qui le traversent font de cet essayiste talentueux un homme de confrontation et de division et non de concorde. Il est sans aucun doute aussi son pire (ou meilleur) ennemi. Son enfance, pour ce qu’il a pu nous en dire publiquement, aurait dû l’alerter et l’aider à prendre très tôt conscience de sa difficulté d’être au monde qui serait malheureusement la sienne d’autant plus que Soral ne connaît pas la résilience ni le pardon que l’on s’accorde à soi-même comme une faveur et que l’on accorde aux autres comme un cadeau.

    Soral est, sans doute à regret, porteur d’une illusion : sa capacité à entreprendre, à construire … alors qu’il froisse, déchire, piétine tout ce qu’il touche et puis, fatalement, tous ceux qu’il rencontre, avant de s’en séparer : tantôt maître et tantôt esclave, il domine tout en subissant une incapacité à pouvoir "s'empêcher".

    N’est pas André Breton qui veut ; de plus, les talents qui entouraient cette figure légendaire ne lui devaient rien, et tous formaient à la fois le tronc, les branches et les feuilles de ce mouvement qui a su un temps représenter une rupture radicale : le surréalisme.

                   Ne pouvant rien construire de concret et de durable, seul un refuge dans la sphère de "l’essayiste polémiste dissident ", permet à Soral de trouver une place et de se stabiliser un temps. Flair, instinct, esprit de synthèse d’une rare efficacité qui a pour base, en partie, une reformulation et un recoupement de ce qui, épars, a été dit et écrit ailleurs, en d’autres temps… le mérite d'Alain Soral reste entier d’autant plus que son attention s’est portée sur une tradition et une approche intellectuelles délibérément ignorées - on pense à Clouscard entre autres -, car potentiellement révélatrices d’un système d’oppression qui a placé la censure et le mensonge par omission au cœur de la représentation de la société, tout en faisant oublier qu’hier, nombreux sont ceux qui ont su non seulement démasquer ce système mais aussi, le forcer à battre en retraite.

     

                 Avec son association "Egalité et reconciliation" censée rassembler les Français de souche et les Français issus de la colonisation et/ou de l'immigration de travail, autour d'un projet à forte connotation patriotique, Alain Soral semble avoir oublié ceci : pour être un homme de réconciliation, il faut être plutôt en paix avec soi-même ; il faut aussi avoir une connaissance de soi plutôt bonne. Or, avoir placé au centre de son action « la réconciliation »…  vous pensez bien ! C’était vraiment faire l’aveu d’une méconnaissance de soi surprenante ou bien pire encore : c’était faire naître auprès d’une population désireuse de sortir d’une existence qui jusqu'alors se déployait dans le ressentiment au sein d’une victimisation qui finalement vous rabaisse - à ne pas confondre avec la revanche sociale à la fois fertile et on ne peut plus respectable -, un espoir qui ne pouvait qu’être déçu.

    Alain Soral n'est capable d’aucune réconciliation. Il fallait le savoir. Nous l’avons toujours su, nous qui savons voir, entendre, écouter, lire et faire la part de ce qu'il faut prendre et puis laisser : les esprits un peu échauffés exigent cette précaution. De plus, une disposition à l’empathie ne se décrète pas ; d’aucuns pensent même qu’elle est un don, un cadeau des fées qui se sont penchées sur le berceau de l’heureux élu dès les premières heures ; de même pour la compassion. Quant à l’amour pour le genre humain, amour a-priori… là, on touche à la sainteté.

     

                Sociologue de tous les sujets interdits de scrutation (les universitaires de notre pauvre université française qui ignorent les travaux de l'essayiste ne s'y sont pas trompés) ou bien plutôt - interdits qui permettent au mensonge de prospérer -, Soral n’est jamais aussi lucide que lorsqu’il passe au crible les manquements et les motivations souvent cachées de ses ennemis idéologiques qui sont aussi les nôtres pour partie. Il connaît et comprend d’autant mieux la réalité des motivations d'une seule et même classe à la fois médiatique, politique et économique aujourd'hui quasiment inextricable ainsi que son impact sur les consciences... qu’il ignore ou néglige la sienne… de réalité.

    Compensation… décidément, tout n’est que compensation !


    Banni des médias depuis plus de dix ans - ces mêmes médias qui ne supportaient plus son talent et son courage dans l'analyse et la dénonciation du mensonge, - du Grand mensonge généralisé -, avec ce projet de "réconciliation", bien des années plus tard, il semblerait que Soral ait voulu « s’élever » plus haut que sa capacité à souffrir pour et avec l’autre ; plus haut  donc que son humanisme tout relatif ; et plus haut encore que ses capacités réelles à conduire un projet qui implique les autres, a fortiori la multitude. Avec son projet de réconciliation, Soral s’est fixé une tâche impossible un peu comme un objectif irréalisable, au-dessus de ses aptitudes ; un objectif pour lequel il n’avait aucune disposition.

    Pourquoi cet objectif de réconciliation alors que rien ne l’y prédisposait ?  Car, Soral n’est pas un animal politique solitaire qui a refusé la solitude ; c’est un loup qui a souhaité fréquenter une bergerie, croyant pouvoir faire copain-copain avec les moutons et les brebis avant de réaliser qu’il les dévorerait tous à terme, sans joie certes ! mais à plein crocs… quand même ! Car aucun loup ne résiste bien longtemps à cette tentation. Et pour gâter son affaire, Soral est aussi chasseur de loups, même si, curieusement, chaque balle tirée, lui revienne et le touche de plein fouet comme par ricochet ; c’est l’effet boomerang.

     

                       "Soral un loup, vous dites ? Mais alors, le ver était donc dans le fruit, - Assurément !"

    Si Soral finit toujours par manger tout cru les moutons et les brebis qui l'entourent sans sourciller, Soral semble plus patient, plus tolérant ou tout simplement moins sûr de lui, moins entrain dirons-nous, l'estomac noué, face aux "bergers européens de souche et diplômés " comme Pierre Hillard, Michel Drac en autres ; en revanche, il sera sans pitié contre Farida Belghoul, une franco-algérienne que Soral a fini par "dévorer" ; de même, avec Mathias Cardet, un franco-camerounais. Le loup a aussi ses préférences :  "le plus faible" car le plus isolé ; celui ou celle qui court moins vite. Quant aux traîne-la-patte (Ahmed Moualek ?)… alors là, pas de cadeau ! 

    Dure dure la réconciliation, soit dit en passant !

    Avec Pierre Hillard, il semblerait donc que les palmes académiques fassent encore leur effet auprès des autodidactes ; et Soral en est un. Mais alors, si seulement ces autodidactes savaient la médiocrité qui entoure tous ces diplômés (99% d’entre eux !) un peu comme ces millions de chauffards munis de leur permis de conduire que les recalés ne peuvent s’empêcher de leur envier ! Dans un cas comme dans l’autre, le talent d’un Soral aurait été très certainement étouffé, voire tué dans l’œuf, par un diplôme et un statut de fonctionnaire qui font de vous, à de rares exceptions près, un frileux, un paresseux et un lâche patenté face à tout ce qui appellerait le courage à la rescousse : "Entre la vérité ou la justice et ma mère, je choisis ma carrière. Sorry folks !"

                Doit-on alors rappeler aussi ceci : « Connais-toi toi-même ! » n’est pas simplement  une recommandation de psychologie de comptoir le coude bien haut ; c’est surtout la seule manière de rester en contact avec sa propre réalité, cette réalité-ci en particulier : qu’est-ce que je peux me permettre comme ambition ?

    Soral est donc d’autant plus perspicace avec les autres qu’il est non pas aveugle mais impuissant à se corriger.

    Re-compensation !

    L’analyse d’autrui lui évite l’auto-analyse. Mais… pourquoi pas après tout ! D’autres peuvent s’en charger. Dans les milieux de la dissidence, ils ne s’en privent pas avec plus ou moins de bonheur et d’honnêteté.

     

                  Si l’amertume et le ressentiment peuvent être un puissant moteur, le statut somme toute précaire de Soral n’a rien arrangé ; l’insécurité matérielle conduisant soit à l’agressivité soit à l’opportunisme, Soral a choisi l’agressivité et le « rentre-dedans » tous azimuts, faisant feu de tout bois sur tous les canaux encore ouverts à l'analyse et aux remises en cause les plus radicales.

                  On peut soupçonner Dieudonné, ce gladiateur du rire, de partager nombre des défauts de Soral. Sans doute est-ce là la raison pour laquelle tous deux s’entendent si bien, semble-t-il, jusqu’au jour où…

    Outre son flair, son esprit d’analyse et de synthèse, son courage quand il s’agit de nommer et les choses et les gens, tout comme pour Dieudonné, la force de Soral ce sont ses ennemis qui sont, là encore, aussi les nôtres, en partie. Car, tous sont du côté de la domination et de l’humiliation : donneurs d’ordres, exécutants, larbins et d’autres encore qui se sont égarés puis perdus (Taubira)… sans talent le plus souvent, sans morale, sans éthique, d’un cynisme ravageur, d'une bêtise sans nom - Manuel Valls ; médias dominants et leurs propriétaires et salariés obscènes de lâcheté…

    Carriéristes, tous savent qu’il n’y a pas d’avenir en politique même en tant qu’animateur de télé, car tout est politique, pour ceux qui veulent briser le joug de l’oppression et du mensonge par omission.

               Si on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments, de même, l’incapacité à s’en tenir à une conduite vertueuse - Soral est loin semble-t-il de remplir toutes les conditions nécessaires à une telle conduite -, n’a jamais empêché qui que ce soit de contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes de manipulation, de domination et d’exploitation de l’être humain aux seules fins de le saigner à blanc, tout en partageant avec le plus grand nombre les fruits de ses recherches. Et en ce qui concerne Soral, il se pourrait bien que ses « manquements » ou « dérapages » comme autant de lapsus révélateurs – chasser ce que l’on est revient tel un fantôme nous rappeler au bon souvenir de ce que l’on ne sera jamais -, soient consubstantiels à son travail d'essayiste. Car, toute proportion gardée, et même si comparaison n’est pas raison… n’empêche : pas de Céline, figure majeure de la littérature mondiale, sans ses pamphlets antisémites et sa haine du genre humain en général ; pas de Jean-Paul Sartre sans un aveuglement au stalinisme et ses millions de morts ; pas de le Corbusier sans son goût plus que prononcé pour les défilés militaires au pas de l'oie ; pas de Sacha Guitry ou de George Simenon sans une indifférence regrettable au malheur de la France en 1940  ; pas de Picasso sans une misanthropie ( et une misogynie) féroce; pas de Dali sans un irrésistible penchant pour le spectacle d’une société d’une trivialité et d’une complaisance inouïes.

     

    ***

     

                  Qu’il soit permis ici d’affirmer que rien n’a été perdu avec cette nouvelle fragmentation (ou implosion) de ce qu’on appelle « La dissidence » ; dissidence qui n’a jamais représentée, même en creux, même potentiellement, une quelconque force politique. N'empêche, malgré les tumultes, son projet demeure intact pour peu qu’elle garde la tête froide et qu’elle ne perde jamais de vue que sa mission, sa tâche principale, consiste en une entreprise de ré-information que nous sommes nombreux à soutenir. Dans cette entreprise, tout le monde doit pouvoir y garder ou y tenir sa place tout comme hier.

    Ce que les uns peuvent penser des autres importe peu, excepté lorsque ce qui est explicité renforce la dissidence et affaiblit ceux qui souhaitent la détruire car l'urgence est ailleurs : aujourd'hui, ce qui importe n'est pas ce que l'on pense (y compris des uns et des autres) mais bien plutôt ce qu'il faut penser dans le contexte d'une société rongée par le mensonge comme jamais, par la corruption et une liberté d'expression réduite à néant par une mafia sans frontières pour laquelle la démocratie c'est une consultation électorale avec 50% d'abstention et les félicitations des médias au candidat victorieux aussi bien élu que mal assis dans le fauteuil d'une légitimité partie à vau-l'eau ; légitimité qu'un enfant de cinq ans pourrait sans difficulté remettre en cause.

    Aussi, que tous continuent ce travail de ré-information pourvu que la vérité y trouve son compte et que le mensonge recule ! Qu’ils soient de plus en plus nombreux non seulement à le faire reculer mais aussi à partager ce travail de ré-information, impératif absolu et sans doute, la seule ambition à notre portée. Et là, un peu de réalisme et de modestie n’a jamais nui au talent ni à la motivation. La réconciliation prendra la place qui doit être la sienne le jour où plus personne n'aura quoi que ce soit à gagner mais tout à partager avec tous les autres, et ce sans arrière-pensée.

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Alain Soral

     

    Lien permanent Catégories : Alain Soral, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Affaire Daval : presse et pompe policière et judiciaire...

                    

     

    Conférence de presse de la procureure, intervention des enquêteurs...

    A propos de  l’affaire Patrick Dils (1), on retrouvera dix ans plus tôt, chez les intéressés la même auto-satisfaction, l’absence de doute et l’auto-congratulation quant à la manière dont l’enquête a été menée et les aveux obtenus.

    Plus près de l'actualité  avec l’affaire d'Alexia Daval (tout comme dans l'affaire Dils), une question qui ne sera jamais posée par une presse tout acquise, une presse moutonnière, une presse aveuglée par la pompe policière et judiciaire... cette question-ci en l’occurrence : dans quelles conditions les aveux de Jonathann Daval ont-ils été obtenus ? Combien d’interrogatoires ? Quelle fréquence ? Quelles durées ? Son avocat était-il présent ? 

    Que Jonathann Daval soit coupable ou pas (si cela peut en rassurer plus d'un,  votre serviteur penche en faveur de sa culpabilité), cette question, ces questions s’imposaient pour toutes les fois où un tel optimisme, une telle confiance en soi de l’appareil policier et judiciaire – juge et parquet compris-, une femme, un homme innocents auront été reconnus coupables puis condamnés.

    Pour ces médias-là, médias de masse, médias dominants et puis finalement médias-dominés, force est de constater que les erreurs judiciaires ne leur sont d’aucun enseignement, alors que... si cette question relative à l’obtention d’aveux avait été posée, cela aurait permis à cette presse tant décriée par ceux qui savent ce qu’ils sont en droit d’en attendre (et pas seulement pour la subventionner des années durant en tant que contribuables) qu’elle était encore capable de résister à la parole de l’uniforme de gendarmerie et à celle d’un « Procureur » au titre ronflant dans le souvenir de cette affaire Dils qui restera longtemps une tâche à la fois policière et judiciaire.

    Là encore, les médias auront prouvé leur absence de recul, de courage et de vigilance. Faut croire qu’il y a deux catégories de journalistes : ceux qui se font les porte-parole des enquêtes et des instructions - parole policière et judiciaire - et ceux que l’on retrouve bien des années plus tard au moment de la libération du coupable maintenant innocent parce qu’ils y ont contribué.

     

     

     

    1 - On notera au passage à propos de cette affaire comme pour tant d'autres que la justice se trompe rarement lorsqu’elle commet une erreur : elle cible le plus souvent les classes populaires ; des foyers sans moyens financiers et relationnels (pas de réseau d’influence) pour faire face et se défendre ; puis, dans un de ces foyers, celle ou celui en particulier le moins instruit, le moins articulé, le plus fragile psychiquement. C’est une constante dans les erreurs judiciaires les plus préjudiciables : des années de prison à tort. 

     

    2Quant à l’utilisation du terme « féminicide »(un quasi concept aujourd’hui) à propos de l’affaire Daval et à tout propos en ce qui concerne les « crimes passionnels » dont les victimes sont des femmes (dans les médias, des militantes contre la violence faite aux femmes affirmeront ceci : « Alexia Daval est morte parce qu’elle était une femme ! » -, c’est sûr.... toute l’histoire judiciaire des  "crimes passionnels" et ceux qui l’accompagnent (avocats, psychiatres, procureurs, juges d’instruction, historiens) doivent hurler à la bêtise face à une telle affirmation qui a pour origine un discours militant - le pire des discours ; discours aveugle et mensonger - car si les crimes "conjugaux" prennent pour cibles les femmes c'est d'abord et surtout parce que 99% des unions sont hétérosexuelles et dans cette union, l’homme est généralement le plus fort d’un point de vue physique.

    Bien évidemment, il en va tout autrement lorsqu’il est question de crimes commis par un tueur en série qui prend pour cibles les femmes et seulement celles-ci.

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu