Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

  • Gérard Collomb : le "Javert" de la place Beauvau

    gérard collomb, javert de la place beauvau

     

                   Et dire qu'il a été membre du PS ! Vraiment, ce parti nous aura tout fait !

     

    ***

                  Indépendamment de sa fonction et de "ses" décisions, il y a bien quelque chose de laborieux chez cet homme-là - le ton, son timbre de voix, son élocution, son phrasé, tout semble y contribuer ; quelque chose qui relèverait d'un manque de sophistication comme un manque de culture... une lourdeur aussi... une épaisseur, un surplus de matière grasse qui serait venue se loger dans son cortex chez celui qui a été le maire de la 4è ville de France : Lyon.

    Profil de garçon de course aux ordres et fier de livrer toujours à l'heure Gérard Collomb ?

                 Sans charme, sans charisme, d'un seul bloc comme un seul tout d'une seule couleur et sans nuance dans une fatalité d'être au monde tel qu'il est... n'y pouvant rien, comme résigné, dans les faits cet homme sans joie n'a aucune manière d'être ce qu'il est (contrairement à... disons... un Pasqua en son temps ; et même s'il nous était insupportable)... aucun don : d'où cette fatalité qui semble l'accabler, finalement.

                Mais alors, comment les Lyonnais ont-ils pu passer à côté de ce qui pourrait bien être la vérité de ce personnage aussi fâcheux que "malheureux" durant toutes ces années à la tête de leur ville ? Surprenant et alarmant ! Est-ce parce qu'il leur a toujours promis de garder leur ville "propre" sur elle, même si... sale à l'intérieur ? Cette promesse d'ordre et de propreté serait donc la marque d'engagement de ceux dont le destin est de se vouer corps et âme à une médiocrité aussi banale que navrante - la définition même du larbin ?

                 Victor Hugo ne l'aurait pas renié : ministre l'intérieur rectiligne et dur à la tâche, Gérard Collomb est bien le "Javert" de la place Beauvau.

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 1 commentaire
  • Bombardier de la démocratie, démocrate à l'artillerie lourde, Serge Dassault est mort

    serge dassault est mort

     

                 Pilleur de fonds publics ( à propos du budget défense : tout pour son entreprise et rien pour une coordination des projets au sein des industries européennes de l'armement - projet Rafale aux dizaines de milliards gaspillés pour une indépendance nationale au service des intérêts des USA, d'Israël et des monarchies du Golfe)...

    Fraudeur électoral et fiscal...

    Corrupteur...

    Salué par toute la classe médiatique et politique (sans doute les a-t-il tous arrosés à un moment ou à un autre ) - une classe politique qui lui aura tout accordé et tout pardonné en retour - 

    Un grand homme, assurément ! Et tous ne s'y sont pas trompés :  on ne pourra pas leur reprocher de ne pas savoir ce qu'ils lui doivent même si Dassault est très certainement un homme à qui il est préférable de ne rien devoir.

    Mais... choisit-on toujours ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • "High noon" de Fred Zinnemann

     

    high noon, le train sifflera trois fois

    "Le train sifflera trois fois" (High noon - Gary Cooper - Grace Kelly) de Fred Zinnemann -1952 

     

                    Une histoire de courage et de lâcheté, de responsabilité individuelle et collective, dualisme et ambivalence de notre nature humaine...

    Une histoire d'abandon...

    Une histoire d'amour aussi ; un amour qui force la remise en cause de principes que l'on croyait intangibles par amour et pour l'amour de l'autre ; cet autre tellement plus grand que soi et dont notre abandon provoquerait la mort ; cette mort qui annoncerait alors notre déchéance morale.

    Un western est un grand western lorsqu'il est bien plus qu'un western...

                   Un sans faute d'une heure vingt ce film  aux enjeux clairs d'une grande lucidité du réalisateur autrichien Fred Zinneman !

     

    Lien permanent Catégories : Cinéma de film en film 0 commentaire
  • L'exigence du retour au Conseil National de la Résistance

      

     

            Victoire de Macron ; disparition du PS ; éclatement de l a droite dite "républicaine"... c'est sûr :  une nouvelle alliance s'impose ; un travail de refondation du projet politique et des pratiques militantes aussi.

              Sur le mode du Conseil National de la Résistance (CNR) de l'après guerre, cette nouvelle alliance devra réunir les souverainistes... Asselineau, Dupont-Aignan... le Parti Communiste, les Insoumis, les frondeurs qui se seront enfin décidés à quitter le PS, les Ecologistes (2) en rupture et l'extrême gauche.

    Il faut réorienter les finalités économiques et réinventer un processus de délibération collective, investir dans l'écologie, l'éducation, la culture, la santé et la vie associative et aller chercher l’argent de l’évasion fiscale car, plus il y aura de souveraineté et plus il y aura de gauche moins il y aura de FN.

     

    1

    Le CNR qui s’est réuni pour la première fois, le 27 mai 1943 à Paris, regroupait :

    • huit mouvements de RÉSISTANCE intérieure...
    • deux confédérations syndicales de l’époque : CGT (réunifiée) et CFTC...
    • six  principaux partis reconnaissant la France Libre : le parti communiste, le parti socialiste, les radicaux, la droite républicaine et les démocrates-chrétiens.

     

    2 - Loin des apparatchiks tel que ceux qui ont rejoint Macron en 2016 qui n'a d'écolo que le label et qui n'a jamais lu ni Illich, Gorz, Castoriadis, René Dumont, Murray Bookchin, Latouche, Paul Ariès et d'autres.

     

        

     

                    Documentaire sur le Conseil National de la Résistance de la seconde guerre mondial.

    ________

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
  • Jean Baudrillard et la société de consommation

    La_societe_de_consommation.jpg

     

                  Dans la continuité de Guy Debord avec sa "Société du spectacle" (1),  cinq années plus tard, c'est Jean Baudrillard * qui nous propose un portrait de notre  société de consommation ; nous sommes alors en 1972 et déjà, dans cet ouvrage, tout nous est conté ou presque. Viendra plus tard, du même auteur, un autre regard, celui de  "La disparition du réel" : il s'agira de cette même  société de consommation qui a fini par tout recouvrir, tout absorber...  pour ne plus rien nous rendre sinon une fiction sans réalité contre laquelle s'opposer puisque plus rien ne l'est (réel) dans sa représentation-célébration permanente, fiction  triomphante sans regrets ni remords d'aucune sorte et nous tous avec elle... enfin... presque car nous ne sommes plus dans les années 70 ni dans celles des années 90 ; le temps a passé, vite, très vite, nous sommes déjà, si l'on peut dire, en 2020... et il semblerait que l'on soit tous appelés à consommer de l'anti-consommation ;  et c'est sans doute et c'est encore une nouvelle "non-réalité", une autre fiction qui nous sera proposée, lucrative pour les uns, ludique pour les autres  pour un temps seulement, avant la venue d'une nouvelle  dépression collective. 

     

    ______________ 

     

                             « La consommation est là pour satisfaire la production »

     

    ".............. la circulation, l’achat, la vente, l’appropriation de biens et d’objets/signes différenciés constituent aujourd’hui notre langage, notre code, celui par où la société entière communique et se parle. Telle est la structure de la consommation, sa langue en regard de laquelle les besoins et les jouissances individuels ne sont que des effets de parole.

    Vorace de réalité, la chose vue, télévisée le plus souvent, c’est précisément que « je n’y étais pas ». C’est alors le plus vrai que le vrai qui compte ; le fait d’y être sans y être allé : c’est le phantasme ; pas de contexte, pas d’élucidation mais bien plutôt : la sidération.

    Le déclassement des produits est le fait que « le coût du progrès rapide dans la production de richesses est la mobilité de la main-d’œuvre et donc l’instabilité de l’emploi ; renouvellement, recyclage des hommes et des femmes qui a pour résultat une hantise générale de l’insécurité.

    Les dépenses privées ou collectives sont le plus souvent destinées à faire face aux dysfonctions plutôt qu’à accroître les satisfactions positives.

    Partout on touche à un point où la dynamique de la croissance et de l’abondance tourne sur elle-même. Les acteurs de ce système que sont les consommateurs s’épuisent alors à survivre.

    Des illusions comptables additionnent des facteurs visibles et mesurables, nuisances et éléments positifs dans l’illogisme le plus total mais pas du tout innocent. C’est l’aboutissement chiffré logique de la finalité de la production pour elle-même : toute chose produite est sacralisée par le fait même de l’être.

    La société de consommation a besoin de ses objets pour être et plus précisément elle a besoin de les détruire. C’est la raison pour laquelle la destruction reste l’alternative fondamentale à la production.

    Il est évident que la destruction ( et le recyclage – ndlr) est vouée à devenir une des fonctions prépondérantes de la société post-industrielle.

    Il n’y a de droit à l’espace, à la propriété, au travail… qu’à partir du moment où il n’y a plus d’espace, de propriété et de travail pour tout le monde. L’apparition de ces droits brandis comme slogans, est donc symptomatique du passage des éléments concernés (espace, propriété, travail, air pur, loisirs) au rang de privilèges de classe ou de caste ; y voir là la transformation progressive de toutes les valeurs en formes productives : profit économique et privilège social.

    Filière inversée par opposition à la « filière classique » où l’initiative est censée appartenir au consommateur, ici c’est l’entreprise de production qui contrôle les comportements des consommateurs, dirige et modèle les attitudes sociales  et les besoins. C’est la dictature totale de l’ordre de production.

    Cette filière inversée détruit le mythe fondamental qui est que, dans le système économique, c’est l’individu qui exerce le pouvoir : « L’homme n’est devenu un objet de science pour l’homme ( aujourd’hui le psycho- marketing – ndlr) que depuis que les automobiles sont devenues plus difficiles à vendre qu’à fabriquer ». Aucune stabilisation de la demande n’est alors plus possible.

    On ne se rend pas compte à quel point le dressage actuel à la consommation est l’équivalent et le prolongement du grand dressage du 19è siècle des populations rurales au travail industriel.

                         (Si l'oisiveté est la mère des vices, la non-consommation peut-être alors considérée comme une attitude asociale, voire… anti-sociale et hostile : « Qui êtes-vous pour ne pas consommer ? » - ndlr)

     

    La vérité de la consommation c’est qu’elle est non une fonction de jouissance mais une fonction de production et donc non pas individuelle mais immédiatement et totalement collective.

    La meilleure preuve que la consommation n’est pas la jouissance est que celle-ci est contrainte et institutionnalisée non pas comme droit mais comme devoir du citoyen : « Tu consommeras ! »

    La consommation peut donc se substituer à toutes les idéologies  et assumer l’intégration de toute une société, art et religions......" - Jean Baudrillard

     

                         ( Ces 20 dernières années, aujourd’hui et demain plus encore, les faits nous ont montré, nous montrent et continueront de montrer que si la consommation s’est belle et bien substituée à l’Art et aux idéologies, en revanche, elle ne peut en aucun cas se substituer aux religions, du moins... pas longtemps. A l'avenir, il faudra aussi compter avec elles  - ndlr

     

    1 - Baudrillard l'explicitera un peu plus clairement cette société, la prolongeant...  en nous présentant la société du spectacle de la consommation de la marchandise du tout marchand car  la marchandise c'est plus fort que nous, plus fort que tout.  

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le meurtre, moteur de la production humaine

     

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais 0 commentaire
  • L'hebdomadaire Marianne : harcèlement ad hominem et déchéance

    Maryam Pougetoux, élue de l'UNEF

    Maryam Pougetoux, élue de l'UNEF (Union Nationale des Etudiants de France) 

     

                  Jour après jour sur les réseaux sociaux, semaine après semaine, Marianne - hebdo créé en 1997 par Jean-François Kahn et Maurice Szafran destiné à des lecteurs de gauche - nous offre un exemple de harcèlement médiatique parfait ; sa cible : cette jeune femme musulmane voilée élue de l’UNEF sous couvert de mener un combat laïc et féministe, alors que cette jeune femme, Maryam Pougetoux, aspire simplement à ce que son identité "musulmane" soit connue et reconnue sans mauvais procès ;  seuls les imbéciles (un féminisme sans intelligence - on y reviendra) et les salauds conduiront ce procès aux arrières pensées bien identifiées en ce qui concerne ces derniers car, n'ayons aucun doute à ce sujet :  c'est encore, et c'est toujours...et c'est d'abord le Musulman, puis l'Arabe puis le Palestinien, incarné dans  une seule et même personne, qui est visé.

    Maryam Pougetoux, élue de l'UNEF (Union Nationale des Etudiants de France) charlie hebdo

     Marianne, Charlie Hebdo, Zemmour, MLP.... même combat ?  

     

    Maryam Pougetoux, élue de l'UNEF (Union Nationale des Etudiants de France), yassine bellatar

    Yassine Belattar n'y échappe pas :  Marianne ne manque jamais de nous faire savoir que les saillies drolatiques de cet humoriste contre  Manuel Valls (très proche d’Israël lui aussi) l'indispose au plus haut point : on retrouve là encore le procès d'intention contre le Musulman-Arabe-Palestinien.

                  (Soit dit en passant, on reconnaît la proximité d'un titre de presse  avec l'Etat d'Israël et tous ses relais ici en France (médias, milieux artistiques et classe politique) à sa manière de couvrir les événements qui touchent au traitement de "la question palestinienne" par ce même Etat - 1

     

                  Mais alors, dans cet acharnement ad hominem, est-ce que Marianne réalise seulement que sa rédaction court après, comme pour mieux les y rejoindre, les identitaires, le public de Zemmour, l'extrême droite et les fous d'Israël ?

    Comment Marianne en est arrivé à harceler les Musulmans hommes et femmes (ces dernières lorsqu’elles portent un voile) fiers de l'être et qui ne s'en excuseront pas ?

    Il n'y a pas  de hasard, simplement un parti pris tranché et indéfectible comme une maladie qui rejette toute thérapie : la haine de l'Arabe français solidaire du sort injuste et cruel d'un Peuple frère : les Palestiniens  à l'égard desquels on leur interdit tout élan public solidaire. 

    Aux uns tout est permis, aux autres... rien ; à moins de demander l'autorisation.

    Pour preuve le fait que les plus virulents et méprisants à l'endroit des Musulmans français (Finkielkraut, E. Lévy, Charlie Hebdo, Eric Zemmour, Taguief, Val, Bensoussan, Bruckner, Haziza, Habib Meyer, Fourest, A Badinter .... )  sont tous proches d'Israël et des officines qui le représentent ici sur notre sol : CRIF, UEJF et LICRA, entre autres. 

    Car enfin, Marianne se garde  bien de dénoncer et de stigmatiser un autre syndicat d'étudiants, communautaire celui-là - l'UEJF (Union des Juifs de France) véritable  officine israélienne qui ne s'en cache même plus et pour lequel kippa, Israël, Torah, sionisme, judaïsme... porte une identité et un projet uniques, indissociables - et ce sous prétexte que leurs élus et adhérents portent leur kippa non pas sur mais dans leur tête ; port de la kippa qui, lui, en revanche, exprime, affiche bel et bien, et sans ambiguïté, un soutien indéfectible à un Etat "hors la loi" Israël ; cet Etat et sa politique de colonisation ; un Etat qui est aussi une religion.

     

    maryam pougetoux,élue de l'unef (union nationale des etudiants de france)

                 Atlantico, qui n'est jamais qu'un Figaro 3.0 ( très complaisant à l'égard d'un  Israël considéré comme le meilleur allié de tous les islamophobes et autres racistes ici en France) ne souhaite pas manifestement être en reste ; il accompagne jour après jour, semaine après semaine, Marianne dans son harcèlement de la jeune élue. Et c'est alors que l'on assiste à la convergence islamophobe de la fausse gauche (Marianne - celle qui soutient Manuel Walls et Israël par ricochet) et la vraie droite... proche du FN.

    Et c'est maintenant Marianne  qui a bien du mal à cacher cette convergence

    Dur dur le maintien d'un cap à gauche  !

    Quant à ce féminisme sournois, malhonnête, pervers et méprisant ( dans le genre : "Certes les femmes qui portent le voile ont le droit de penser qu'elles sont inférieurs aux hommes mais sûrement pas en tant que féministes alors !" -  sur France Culture, le 25 mai 2018 dans l'émission animé par  Hervé Gardette "du grain à moudre" ; comprenez : "Les femmes ont le droit d'être connes et soumises !") à l'endroit des femmes musulmanes alors que dans les faits, il y a autant de raisons derrière ce voile qu'il y a de femmes qui choisissent de le porter...

    Que ce féminisme dévoyée, sans compassion ni empathie, sache qu'il nous trouvera au rendez-vous à chaque fois qu'il s'avèrera nécessaire de lui tenir tête et de le dénoncer pour ce qu'il est : un féminisme sans culture, sans nuances et sans intelligence ; un féminisme de gourdes et de crétins quand ce sont les hommes qui le soutiennent.

     

     

    1 - On remarquera sans difficulté le phénomène suivant : les commentaires des internautes sur tout ce qui touche de près ou de loin aux Musulmans et aux Palestiniens, dans la version Facebook de Marianne, ressemblent  un peu plus chaque jour aux commentaires que l'on peut trouver sur Causeur.fr et Atlantico. 

    _________

     

    maryam pougetoux,élue de l'unef (union nationale des etudiants de france)

     maryam pougetoux,élue de l'unef (union nationale des etudiants de france)

     

                     Force est de constater ce qui suit tout en le déplorant  : l'Etat, les médias, les Institutions et la quasi totalité de la classe politique, ne tolèrent que les "collabeurs" ( Malek Bouthi et Jamel Debbouze en tête ou la "nounou noire" des films américains des années 50) :  ceux qui feront tout pour faire oublier qu'ils sont aussi arabes et/ou musulmans ou africains (sympathisants de la cause palestinienne) dans l'espoir de se faire une place au soleil ; il est là le vrai racisme de l'Etat, des médias, des institutions et de la quasi-totalité de la classe politique : dans la condamnation et l'ostracisme du fils et de la fille des "colonisés" d'hier qui refusent aujourd'hui de se soumettre ; c'est à dire : acceptation des discriminations, acceptation d'un Zemmour présent dans tous les médias, des caricatures insultantes de Charlie Hebdo qui essentialisent l’Arabe et le Musulman semaine après semaine, d'un Finkielkraut sans retenue sur France Culture, de l'absence de débats autour de la question "immigration et colonisation"... etc...

                     La liste est longue ;  aussi longue que le mépris qui touche des populations sans voix, et ce dans l’indifférence la plus totale.

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Auteurs, critiques et littérature : Nabe et l'enculé

     

    l'enculé dsk, l'enculé marc édouard nabe,politique,actualité,dsk,nabe,uleski,livres,justice,littérature,auteurs

     

                  Les critiques boudant le dernier livre de Marc-Edouard Nabe à propos de l’affaire DSK, l’Enculé, je me suis dit qu'il fallait bien que quelqu’un s’y colle (1)...

    Et pour revenir à ces critiques (2), en attendant d'en venir à Nabe et à son ouvrage, critiques qui, et cela n’aura échappé à personne, ne découvrent le plus souvent, et parfois même exclusivement, la littérature qu'à travers le service de presse des éditeurs…

    En effet, on n’a jamais vu un critique acheter un livre ; et les livres de Nabe étant auto-édités, pas moyen de se les procurer à l’œil : faut raquer. Et un critique… ça raque pas !

    Dommage d’ailleurs, car, comme pour le cinéma, s’ils devaient débourser quelques euros pour faire leur métier, cela changerait du tout au tout la donne : pour commencer, ces critiquent liraient beaucoup moins de livres… moins et mieux ; et nul doute qu’ils seraient plus exigeants et donc, moins indulgents avec des livres pour lesquels il leur aura fallu débourser quelque argent !

    Aussi... soit dit en passant, et pour cette raison qui en vaut bien d’autres... un conseil : évitez de prendre pour argent comptant l’avis de ceux qui n’en dépensent jamais ! Et gardez-vous bien de côtoyer ces professionnels de la lecture - professionnel non pas dans le sens de « compétent » mais… dans le sens de… « qui tire un revenu de son activité » !

    .

    ***

    .

                    A la fois récipiendaires et garçons de course des services de presse, marathoniens de la lecture, compte-rendu après compte-rendu qu’ils appellent abusivement critiques… pour ne rien dire de ceux qui ne commentent que les livres qu’ils ont aimés (3) parmi ceux qui leur sont adressés par des éditeurs qui jettent leurs livres par les fenêtres comme d’autres leur argent...

    Tout bien considéré, et toute chose étant égale par ailleurs, même si on sera bien en peine de savoir qui et quoi…

    Curieux tout de même ce métier de critique, quand on y pense ! Car, tout comme les libraires dont on ne sait déjà plus quoi faire, difficile d'ignorer, quand on prend la peine et le temps d'y réfléchir un peu... le fait que tous ces tâcherons passeront finalement leur vie de lecteurs-critiques-professionnels à ne découvrir une littérature que  seuls les éditeurs auront bien voulu leur faire connaître… et pas n’importe quels éditeurs : une trentaine tout au plus, tous confinés, à quelques exceptions près, dans notre belle capitale que plus personne ne peut d’ailleurs s’offrir le luxe d’habiter, excepté en célibataire, ou à deux, couple stérile de préférence, ou bien franchement hostile à toute vie familiale, dans un 40m2 bien tassés.

    Un autre conseil alors : côté lecture, détournez-vous de ceux qui jamais ne choisissent les ouvrages qu'ils lisent ou vendent - critiques et libraires confondus.

    Une dernière chose avant d’en venir à Nabe : une idée... comme ça ! Et si demain on décidait d’interdire cette activité de critique, de toute façon ingrate et superflue (4), aux auteurs ? Oui ! Aux auteurs qui, le plus souvent, font de la critique comme d'autres font la plonge chez Mc Donald pour payer leurs études, tout en gardant à l’esprit ce qui suit : passer son temps à lire les livres des autres, quand on sait le temps que ça prend d'écrire les siens (5)...

    Alors oui ! A tous ces auteurs, si on leur interdisait de faire de la critique… la littérature s'en porterait beaucoup mieux, et puis aussi, cela permettrait, en partie, de mettre fin aux conflits d’intérêts que cette double identité-activité d'auteur-critique engendre inévitablement : complaisance à l’égard des auteurs appartenant au même éditeur que notre critique ; et plus sournois encore : critiques dithyrambiques comme autant d'appels du pied vers la maison d’édition que ce même critique meurt d’envie de rejoindre…

    Alors, combien de membres cette corporation perdrait-elle si cette interdiction devait être appliquée ?

    D’aucuns pensent qu’il ne resterait que le tronc pour une activité sans queue ni tête.

     

     

    1 - D'autant plus que je sais maintenant que j'ai plus de lecteurs que Nabe : lecteurs à la fois payants et non payants. Aussi, n’étant pas moi-même un enculé, je m’empresse de lui donner un petit coup de pouce.

    2 – Et les « critiques » du Nouvelobs aussi ; sans doute pour ne pas être en reste : rien donc sur le dernier ouvrage de Nabe.

    3 - La bonne blague ! Comme si cela nous importait qu’ils les aient aimés – ils feraient bien mieux de les comprendre et de se demander d’où vient leur rejet !

    4 - A quelques exceptions près – pour rester sur le Net, notre maison commune à tous… pensez à visiter le site STALKER

    5 – Un auteur qui se respecte ne lit que les livres dont il a besoin pour écrire les siens ; et ces livres-là, ne sont pas si nombreux !

     

    ***

    .

                   Mais trêve de bavardages ! Revenons à l'Enculé de Nabe, son dernier ouvrage. Et à ce sujet, laissons la parole à l’auteur...

     

     

      

    Bonne découverte et bonne lecture à tous !

     

    _________________

     

    Pour commander le livre : cliquez l’Enculé

    Pour prolonger : cliquez ... Marc-Edouard Nabe : le "no-mén !" de la littérature

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais, Marc Edouard Nabe 0 commentaire
  • L'anguille... mystère, obscurité et solitude

    anguille.JPG

     

                   Saumâtres, douces ou salées, l'anguille est de toutes les eaux. Peu avenante avec ses yeux aveugles, peu engageante, personne ne souhaitera s'attarder sur ce poisson ; seule sa nage, une nage d'une élégance rare, sereine, sauve l'anguille de la vindicte populaire injuste et parfois superstitieuse, qui touche la plupart des espèces serpentiformes car, quoi que l'on puisse dire à son sujet, il y a définitivement quelque chose de mystérieux chez l'anguille ; quelque chose d'indéchiffrable aussi.

    D'ailleurs, le vocable "poisson" ne convient pas car il y a de l'animal chez ce poisson solitaire et hautain ; de plus, sa capacité à vivre et à survivre hors de l'eau, des jours durant, increvable, est surprenante ; et cette endurance force un questionnement admiratif.

     

    La nage de l'anguille argentée

     

                   Un instant captive, l'anguille ne se trompe jamais de direction lorsqu'elle vous échappe et qu'il est question pour elle de regagner l'eau, serpentant parmi les hautes herbes, très vite aussi insaisissable qu'introuvable ; et si seul un papier journal l'immobilisera car elle ne se résout jamais une fois prise à l'hameçon, la gueule grande ouverte, se débattant, impuissante mais courageuse, pour un peu on jugerait qu'on pourrait l'entendre hurler ! Et pourtant, l’anguille est sans doute le plus silencieux de tous les poissons, et plus encore lorsqu'elle se déplace tout près du fond comme pour ne jamais perdre le contact avec la terre, sous l'eau, son refuge, dans un trou, d'une mare à canards, d'un ruisseau, estuaire...  jusqu'à une profondeur qui s'évalue en milliers de brasses lorsque la mer des Sargasses l'accueille, dans l’océan Atlantique nord bordé par le Gulf Stream, là où elle se reproduit avant de mourir, devoir et destin accomplis, toujours silencieuse, à l'abri de tous les regards, et là aussi où elle a vu le jour dans l’obscurité de profundis et des abysses – ne la nomme-t-on pas « anguille abyssale » ! -, avant de remonter nos cours d’eau douce ou saumâtre à la pleine lumière après un voyage de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres.

    Aujourd’hui, on parle de "mythe" à propos de ce voyage à la Jules Verne, l’anguille étant tout à fait capable, nous affirme-t-on, de frayer dans nos estuaires salés et vaseux, plus près, bien plus près donc du lieu où elle passera sa vie d’adulte.

     

                    Alors que la carpe avec ses yeux tout ronds, son regard tendre et ses lèvres charnues,  recherche  la main de l’homme qui la nourrit au pain, argentée, jaune, grise, l’anguille l’ignore superbement ; paisible, laissant à sa cousine de mer, la murène, l’agressivité propre aux prédateurs, indépendante, elle ne compte que sur elle qui ne sort de son trou que la nuit pour se nourrir avant de regagner l’obscurité... encore l’obscurité ! Faut bien dire que la lumière l'agresse et que les rayons du soleil sont une souffrance ! Sans doute ne cesse-t-elle jamais de revivre sa naissance et le milieu marin qui a recueilli ses premières ondulations de civelle dans des eaux profondes et insondables.

    Alors que d'autres s'agitent, vont et viennent, montent et descendent, sautent, jaillissent, du fond de sa cache toute la journée durant, trou vaseux et noir comme la nuit, immobile, détachée de tout, à quoi peut bien penser cette anguille à l'oisiveté aristocratique ?

    Mystère ! Encore le mystère !

     

    ***

     

                    Dégradation et fragmentation de son habitat, métaux lourds, dioxines, pesticides... bien que son espérance de vie soit évaluée à 25 ans, on la dit en voie d’extinction, menacée de toutes parts comme tant d’autres espèces.

                    La comtesse des eaux douces, saumâtres et salées, se laissera-t-elle décimer, impuissante, résignée puis définitivement vaincue ?

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Mai 68, 50 ans déjà : archive et témoignage

     

     

     

                  Cohn-Bendit par-ci, Cohn-Bendit par-là...

                  Le camelot de la construction européenne qui a fini chez Juppé puis Macron n'a de cesse d'intervenir dans les médias à propos de tout, de rien... et puis, à propos du cinquantenaire de Mai 68 ! Et quand on connaît le bilan politique et social de ce Cohn-Bendit face à tout un électorat de millions de gogos, élection après élection, année après année. …. difficile de cacher à quel point il est maintenant tout nu : sans argument, toujours sans projet et sans capacité d'analyse critique aucune : vide et vidé comme une coquille vide.

                De fausse gauche en fausse écologie, aujourd'hui on surnommera Cohn-Bendit non pas "Dany le rouge" mais bien plutôt "Dany le daltonien". Archétype du parasite en politique, et du parasite social plus généralement, Cohn Bendit n'aura finalement jamais travaillé ! Eternel redoublant de première année de FAC depuis quarante ans et plus, occupé principalement à prendre en main - et à deux mains ! - les nouvelles arrivantes, étudiantes toutes pimpantes, novices et autres ingénues de l'écologie et du baratin politique.

    Et comme il n'y a que 24 ans dans une journée, pour nous tous comme pour les médias, c'est la "parole" estudiantine qui prévaut - celles de toutes les trahisons 50 ans après -, contre  l'expérience ouvrière qui s'en trouve alors totalement ignorée. Ce qui, bien évidemment, ne surprendra personne.

     

    _________________

     


     

                    N'oublions pas cette partie des ouvriers qui a refusé le travail organisé autour du paradigme : métro, boulot, dodo ; ce monde ouvrier, affranchi de l'encadrement syndical - syndicats qui ne pouvaient que trahir leur aspiration pour une autre vie, n'aura de cesse de dénoncer " l'encasernement" des modes de production. Le monde paysan ne sera pas étranger non plus à cette aspiration : quelle production agricole, dans quelles conditions, à quel prix pour l'environnement et la vie des acteurs d'une agriculture de l'asservissement ?

    Tel était leur questionnement à tous : ouvriers et paysans.

    Une minorité d'ouvriers et d'étudiants ont fraternisé ; des étudiants des IUT issus de milieux très politisés : enseignants et syndicalistes.

     


                                  

     

                                          50 ans après, le témoignage d'un ouvrier très tôt mobilisé

     

     

    Lien permanent Catégories : Mai 68 ...., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • L'enfance : de celle dont on se souvient comme s'il s'agissait d'hier

     

     

     

     

                Nous naissons temple et sanctuaire... quasi... intouchable, à la naissance. Et puis, la vie nous passe dessus... et la mort, elle ! se contente de finir le travail : nous faire taire !!!

     

     

    ***

     

     

     

                 On a un jour. On a deux mois. C’est la vie éternelle. On dort et on ne rêve pas. On n'est de nulle part sinon de là où viendra le prochain réveil et le prochain regard : celui d’une mère, d’un père, d’une femme, d’un homme ; deux êtres immenses qui dépassent de loin notre vue

     

    On a six mois. On a tous les droits et personne ne viendra nous les contester puisqu’ils nous sont gracieusement accordés. Tout est permis. Tout est pensé à notre place et pour notre plus grand confort et notre plus grand bonheur.

     

    On a un an. Aucune ombre sur notre existence qui n’en est pas encore une. Aucun risque majeur, aucun danger non plus. Ils sont là : deux grandes figures qui sourient tout le temps. Deux sentinelles. Et puis des voix aussi : leurs voix ! Tantôt proches, tantôt lointaines ou bien, assourdissantes. Parfois ils viennent, ils accourent, ils nous apaisent, nous confortent alors qu’on n’a rien demandé. Parfois ils se font moins proches. Ils s’absentent sans qu’on les ait encouragés à le faire. On ne les voit pas, c’est qu’ils ne sont pas là. Ils disparaissent pour mieux réapparaître, plus présents encore.

     

    A deux ans, à quatre ans, on va, on vient de l'un à l'autre ou bien, ce sont eux qui vont et viennent de nous à nous. Parfois, on s’endort sur de drôles de genoux. Une main géante caresse sur notre petite tête toute ronde. Elle est pesante cette main même si, à la longue, on s'y fait : on n’y prête plus la moindre attention.

     

    Rien à rendre de tout ce qu'on reçoit. On brille, on s'impose sans avoir à livrer bataille. La vie éternelle, vraiment ! L'infiniment petit, l'infiniment grand, l'infiniment indéfini, emmaillotés d'inconséquences et d'impunité, livrés gratuitement au monde, merveilleusement insolvables et au dessus de tout soupçon.

     

    Et puis, le temps passe. C'est l'enfance.

     

     

                 Indéracinable, cette enfance qui ne vieillit jamais en nous. Elle est la dernière raison de se dire que tout n’a pas été vain ; elle n’est pas simplement utile, elle est le mensonge par omission et par excellence cette enfance qui nous tiendra longtemps en haleine face à demain, lieu de toutes les incertitudes : "L’avenir viendra-t-il confirmer la promesse ou bien, nous fera-t-il tomber ?"

     

    Enfant, on croit en Dieu. Quand on joue, on meurt aussi vite que l'on ressuscite et aucun témoin n'est là pour s'en étonner. Barbouillés de sons, d'images et de rires, nos cris recouvrent tous les bruits du monde. Il suffit de passer près d'une cours d'école à l'heure de la récréation pour s'en convaincre. Il est unique ce cri qui n'autorise aucune méprise : la joie existe bien. Et cette joie, on l'a portée même si jamais plus, une fois adultes, nous ne serons capables d'un tel brouhaha, d'une telle débauche d'énergie et d'imagination dans nos jeux.

     

    Plus l’avenir est incertain plus elle rayonne et gagne en intensité cette enfance qui nous éclaire d’un sourire lumineux, d'un rire imprévisible ou bien, qui nous plonge dans l'abîme.

     

    Enfance marquée au fer rouge, d’une parole odieuse, fruit d’une colère immense et qui prendra pour cible un innocent, faute de courage et de discernement. L’enfance ruinée d’un geste interdit et obscène sous l’emprise d’une folie soudaine qui ne s’expliquera pas ; pulsion ou bien, récolte de toute une vie avec loin derrière soi, jusqu’à en perdre la trace, l'ombre des fantômes qui nous reviennent en boomerang d‘un passé dont on ne peut décidément pas échapper.

     

    Dans tous les cas de figures, une vie minuscule que celle d’un enfant comparée au poids écrasant d’une vie d’adulte chargée d'une histoire accablante, telle un dépôt âpre et épais qui n'en finit pas de s'étendre au fil des ans, tout au fond de nous : ressentiment et douleur. Une ombre ce dépôt, une ombre de nuit comme de jour ce limon : ombre de notre propre ombre que cette part d'ombre privée de lumière.

     

     

     

     

    ***

     

     

     

               L'enfance ! Elle est là jusqu'à la fin des temps cette blessure d'où nous venons tous. Maladie incurable, de rechute en rechute, on n'en guérit jamais de cette enfance qui nous habite, nous hante, nous domine, nous dirige à notre insu ou bien, en toute conscience ; et l'âge adulte n'en viendra pas à bout. Quant à la vieillesse, elle est tout aussi incapable de la conjurer.

     

    L’enfance, on y revient parfois comme on revient chez soi et… pour ce qu’il en reste de l’idée qu’on s’en fait, on y revient toujours, à tort ou à raison car, c’est le seul lieu qui nous donne envie d'y revenir, allègre ou bien, à jamais meurtris. On y revient comme un assassin sur le lieu de son crime. Mais quel meurtre y avons-nous commis ? Son propre meurtre ? On aurait donc tué cette enfance en nous sur laquelle on se penche maintenant comme un meurtrier sur la tombe de sa victime ? Un meurtre particulier que ce meurtre ; un meurtre qui ne défrayera aucune chronique ; un meurtre sans histoire puisque son histoire est semblable à toutes les autres.

     

    L’enfant invente. L’adulte, lui, s’applique et ment dans l’espoir de conjurer l’amertume et la grisaille dans lesquelles sa négligence et les contraintes de l'existence l'ont plongé : à la disparition de soi. Et dans le miroir un regard : celui de l’évitement et de l’errance, incapable ce regard de se poser bien en face de sa propre image.

     

    L’enfance, c’est un duvet de lumière ou bien, un fil à plomb tout à la verticale comme dans un gouffre. Mais l’enfance reste l’enfance dans la brûlure de l’âge adulte comme dans la fraîcheur de son souvenir - même mensonger -, car on retrouve dans le travail de cette mémoire à l'œuvre, vingt ans après, la force de l’imagination propre à l’enfance.

     

    Finalement on n’a qu’un chez soi : son enfance. Ensuite, c’est un autre lieu qu’on habitera et ce lieu sera rarement celui qu’on aurait choisi si d’aventure on avait eu cette chance.

     

    Enfant, on subit. Mais c’est dans l’ordre des choses : on subit un lieu dans lequel notre enfance se déploie. Adultes, rien ne nous prépare à ce lieu imposé. C’est sans doute la raison pour laquelle on est si peu fiers d’y demeurer contraints car, une fois qu’on en est partis, combien sommes-nous à y retourner dans ce lieu qui nous a - non pas vus naître - mais qui nous a accompagnés jusqu’au douzième étage d’un bâtiment fermé à double tour, tout comme la vie verrouillée qu’on y aura acheminée matin et soir dans des villes fatiguées, aux quartiers épuisés.

     

    De là à ne plus lui accorder le moindre soin à ce lieu étranger à tout ce qu'on aurait pu souhaiter pour soi et pour ceux qui nous sont proches...

     

     

                    Maintenant sourd et aveugle, on n'aura plus qu'un désir : qu'on nous fiche la paix.

     

     

     

    ____________________

     

    Extrait du titre  : "La consolation

    A propos de l'ouvrage... cliquez La consolation

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu