Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

l'Elysée, Matignon, Castaner et le syndicalisme policier : l'esprit républicain en question

Le gouvernement a promis de "faire toute la lumière" sur la mort de Steve Maia Caniço, disparu il y a plus d'un mois lors de la Fête de la musique à Nantes. Selon le rapport de l'IGPN publié mardi, "il ne peut être établi de lien entre l'intervention de la police (...) et la disparition" du jeune homme.

 

              Pour rappel : il est ici question de la mort de Steve Maia Caniço, âgé de 24 ans, disparu il y a plus d'un mois lors de la Fête de la musique à Nantes qui aurait nécessité une intervention des forces de l'ordres tard dans la nuit. Selon le rapport de l'IGPN publié mardi 30 juillet, "il ne peut être établi de lien entre l'intervention de la police (...) et la disparition" de Steve. 

Les analyses dentaires ont confirmé l’identité du corps retrouvé dans la Loire, plus d’un mois après la disparition du jeune homme.

 

_____________

 

Gilets jaunes maltraités, d'autres grièvement blessés et d'autres encore mutilés, lycéens humiliés et terrorisés, écolos gazés... des mois durant dans l'indifférence générale d'une opinion publique complaisante et des médias réticents à l'idée de se faire l'écho des questions et des critiques soulevées par un bon nombre d'acteurs, ici en France et à l'Etranger, à propos des méthodes d'un maintien de l'ordre placé sous la direction d'un Christophe Castaner qui bénéficie depuis son entrée en fonction d'un soutien inconditionnel du Matignon et de l'Elysée... 

 

lallemand.jpg

Une répression qui se déploie à grand renfort de mercenaires, de voyous du maintien de l’ordre, de miliciens aux comportements crapuleux et sadiques… tout un dispositif répressif dont l’âme boueuse cache difficilement un parti pris assumé pour un maintien de l’ordre sur le mode de la  terreur dans une défaite morale accomplie que "le régime de Macron" devra boire jusqu'à la lie.

A l'heure de tous ces disfonctionnements, il est bon de rappeler ce qui suit à propos de cette police dite républicaine en toutes circonstances ; police censée être la nôtre : 

                Il n'y a pas a priori de police républicaine (reportez-vous à son histoire : répression dans le sang des luttes ouvrières du19è et une partie du 20è siècles ; collaboration, arrestations, exécutions sous le régime de Vichy, répression et assassinats des militants opposés à la guerre d’Algérie...) ; il n'y a qu'un Etat, qu'un gouvernement et qu'une chaîne de commandement républicains ou non.

 

***

 

               La raison pour laquelle l’Etat couvre à chaque fois qu’il le peut, les bavures d'une police qu'il méprise (salaires indignes, commissariats infestés de rats et de punaises, suppression de milliers d'emplois, des véhicules vétustes, des policiers dans l'obligation de financer leur matériel et leurs vêtements de protection, des milliers d'heures sup non payées, des syndicats complices... (ICI un billet à ce propos), est la suivante : cette complaisance à son égard permet à cet Etat d’éviter que cette même police comprenne enfin qu'il la méprise au plus au point, sans toutefois pouvoir s'en passer car force est de constater ceci : plus l’Etat flatte et couvre les policiers, entre deux suicides, plus l'Etat se protège d’une prise de conscience qui remettrait en cause la servitude du policier vis à vis de son maître qu’est cet Etat méprisant.

Les victimes des bavures tout au long de l'année (à propos des Gilets jaunes, des milliers de vidéos et de témoignages sur internet peuvent en témoigner), c'est l'exutoire auquel les deux partis, le couple Etat-Police, ont recours :  l'une pour éviter de rendre des comptes à sa police ; l'autre, pour trouver un peu de consolation face à leur humiliation que représentent leurs conditions de travail et leur rémunération, la lâcheté de leur hiérarchie et de syndicats indigents (1), dans l'exercice d'une violence dite "légale" car lorsque le faible est sans courage face au fort qui l'humilie, c'est alors qu'il prend pour cible un plus faible que lui. 

                En dehors de cette complicité dans un maintien de l'ordre à la limite du droit, voire dans sa violation pure et simple, reste à comprendre la raison pour laquelle cette police qui n'est plus la nôtre,  utilise cette souplesse avec le droit qui leur est accordée implicitement, avec autant de zèle, un tel engouement et sans se faire prier. Il est temps de se poser la question du recrutement : quelles sont les personnalités et les pathologies qui se cachent derrière un désir affiché de rejoindre la police dite nationale ? Quels sont les filtres, les garde-fous qui permettent de détecter des personnalités instables, sournoises, perverses et sadiques ou bien, soumises à toute autorité d'où qu'elle vienne ? Quel est le niveau de complaisance de l'Etat à ce sujet ?

L'Etat aurait-il précisément besoin de ces pathologies pour, en cas de crise, obtenir de ses forces de l'ordre une adhésion totale dépourvue de la moindre conscience critique ? 

Les preuves de cette interrogation plus que légitime sont à chercher aussi dans le "casier historico-judiciaire" et le parcours d'une police au républicanisme  très friable, à la tentation de l'arbitraire et de l'abus de pouvoir récurrente ; et pire encore, comme cela a déjà été évoqué plus haut :  dans la répression sanglante des grèves ouvrières du 19è siècle, des insurrections de 1848  et de la Commune de Paris de 1871 à la période de l'Occupation et de la Collaboration, de la torture en Algérie au Métro Charonne et aux massacres du 17 octobre 1962... 

               ... comme autant d'actes, de délits et de crimes de générations de policiers qui se suivent et n'ont de cesse de se ressembler, mimes et ventriloques ;  un corps de métier étranger, semble-t-il,  à toute perfectibilité autre que dans la répression, et plus particulièrement dans le sens où Jean-Jacques Rousseau l'entendait :  tout ce qui distingue moralement l'homme de l'animal au cours de la longue histoire de son développement. 

 

 

1 - A propos d'un syndicalisme policier et de son soutien quasi systématique envers sa hiérarchie ( jusqu'au ministre) à chaque fois que l’action de la police fait l’objet de critiques plus que fondées, on se permettra les constat et diagnostic suivants : la lie de l'action syndicale et de l'histoire de celle-ci dans sa morale et son efficacité ce syndicalisme policier ! Si, par morale et efficacité, on entend : la défense d'une police au service de l'égalité de traitement et de la juste utilisation de la force et sa capacité à s'opposer à toute violation de ces deux exigences... ainsi que de l'amélioration des conditions d'exercice de son travail.

Pour preuve de cette déchéance de la tradition syndicale, le fait qu'il n'existe aucune histoire édifiante du syndicalisme dans ce corps de métier ( seules des individualités font exceptions ; le plus souvent confidentielles) car encore une fois, rappelons-le : le syndicalisme policier c'est le fond de la bouteille de l'action syndicale, plus encore... le fond du panier, celui des caddies de supermarché en particulier, avec ces tickets de caisse froissés et ses feuilles de salade desséchées.

Une véritable insulte à la noblesse de l’action syndicale (tenir têtes aux puissants ; défendre les faibles et leurs droits), à son histoire et à ses conquêtes, ce syndicalisme de police entièrement dédié à la défense des voyous de ce corps de métier qui semble avoir fait sécession (à l’instar des classes politique, médiatique, moyenne-supérieure et supérieure) à l’endroit des classes populaires en particulier et contre tout mouvement de contestation en général, aussi pacifique soit-il !  

Sécession après sécession, c’est maintenant l’esprit républicain qui est menacé et notre république qui est mise en danger.

 

_______________

Pour prolonger : Etat de droit et police - la sécession

Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu