Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Art et culture - Page 3

  • L'anguille... mystère, obscurité et solitude

    anguille.JPG

     

                   Etangs, mares à canard, ruisseau, estuaire...  saumâtres, douces ou salées, l'anguille est de toutes les eaux. Peu avenante avec ses yeux aveugles, peu engageante, personne ne souhaitera s'attarder sur ce poisson ; seule sa nage, une nage d'une élégance rare, sereine, sauve l'anguille de la vindicte populaire injuste et parfois superstitieuse, qui touche la plupart des espèces serpentiformes car, quoi que l'on puisse dire à son sujet, il y a définitivement quelque chose de mystérieux chez l'anguille ; quelque chose d'indéchiffrable aussi.

    D'ailleurs, le vocable "poisson" ne convient pas car il y a de l'animal chez ce poisson solitaire et hautain ; de plus, sa capacité à vivre et à survivre hors de l'eau, des jours durant, increvable, est surprenante ; et cette endurance force un questionnement admiratif.

     

    La nage de l'anguille argentée

     

                   Un instant captive, l'anguille ne se trompe jamais de direction lorsqu'elle vous échappe et qu'il est question pour elle de regagner l'eau, serpentant parmi les hautes herbes, très vite insaisissable. Elle ne se résout jamais une fois prise à l'hameçon, la gueule grande ouverte, se débattant, impuissante mais courageuse ; pour un peu on jugerait qu'on pourrait l'entendre hurler au supplice ; et pourtant, l’anguille est sans doute le plus silencieux de tous les poissons, et plus encore lorsqu'elle se déplace tout près du fond comme pour ne jamais perdre le contact avec la terre.

    Jusqu'à une profondeur qui s'évalue en milliers de brasses lorsque la mer des Sargasses l'accueille à nouveau, bien des années plus tard, dans l’océan Atlantique nord bordé par le Gulf Stream, c'est là que l'anguille se reproduit avant de mourir, devoir et destin accomplis, toujours silencieuse, à l'abri de tous les regards, car c'est là aussi qu'elle a vu le jour dans l’obscurité de profundis et des abysses – ne la nomme-t-on pas « anguille abyssale » ! -, avant de remonter nos cours d’eau douce ou saumâtre pour y vivre sa vie d'anguille adulte après un voyage de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres.

    Aujourd’hui, on parle de "mythe" à propos de ce voyage à la Jules Verne, l’anguille étant tout à fait capable, nous affirme-t-on, de frayer dans nos estuaires salés et vaseux, plus près, bien plus près donc du lieu où elle passera sa vie d’adulte.

     

                    Alors que la carpe avec ses yeux tout ronds, son regard tendre et ses lèvres charnues,  recherche  la main de l’homme qui la nourrit au pain, argentée, jaune, grise, l’anguille l’ignore superbement ; paisible, laissant à sa cousine de mer, la murène, l’agressivité propre aux prédateurs, indépendante, elle ne compte que sur elle qui ne sort de son trou que la nuit pour se nourrir avant de regagner l’obscurité... encore l’obscurité ! Faut bien dire que la lumière l'agresse et que les rayons du soleil sont une souffrance. Sans doute ne cesse-t-elle jamais de revivre sa naissance et le milieu marin qui a recueilli ses premières ondulations de civelle dans des eaux insondables.

    Alors que d'autres s'agitent, vont et viennent, montent et descendent, sautent, jaillissent, tout saumons qu'ils sont, du fond de sa cache toute la journée durant, trou vaseux et noir comme la nuit, immobile, détachée de tout, à quoi peut bien penser cette anguille à l'oisiveté aristocratique ?

    Mystère ! Encore le mystère !

     

    ***

     

                    Dégradation et fragmentation de son habitat, métaux lourds, dioxines, pesticides... bien que son espérance de vie soit évaluée à 25 ans, on dit l'anguille en voie d’extinction, menacée de toutes parts comme tant d’autres espèces.

                    La comtesse des eaux douces, saumâtres et salées, se laissera-t-elle décimer, impuissante, résignée puis définitivement vaincue ?

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Claude Nougaro : un pygmée occitan*

     Le 4 mars 2004, Claude Nougaro s’éteignait à l’âge de 74 ans

     

    _________________________________

     

    : claude nougaro,toulouse to win,toulouse,pygmée occitan,musique,artistes

     

                    Il a été et demeure notre meilleur auteur avec Léo Ferré, notre plus grande voix aussi et notre meilleur musicien (même s'il n'était pas instrumentiste... il y a des voix bien plus musiciennes encore !) - le plus complet, le plus authentique.

    "L'âme basanée", aucune musique ne lui résistait... aucune ne résistait à sa voix, à son verbe ; aucun rythme ne l'intimidait, aucune culture ! Preuve irréfutable d'un talent immense ; et peut-être aussi... de génie. 

    Alors oui, le "pygmée occitan" - tel il se définissait -, a bel et bien fini par grimper sur les cimes !

     

                        Un des textes les plus aboutis  de Nougaro : Toulouse to win, 30 ans après le Toulouse de l'enfance de l'artiste. C'est maintenant d'un Toulouse de la relégation, de la délinquance, du radicalisme religieux et de la drogue - la peste -, qu'il s'agit.

     

    La console du son nous console du reste
    Nous savons qu’il y a des bombes sous les vestes
    Et la misère sombre à couper au couteau
    Des colères qui luisent et des cames que testent
    Des enfants allumés par le feu de la peste
    Le monde est rempli de gangsters de Chicago
    Enfer et paradis entremêlent leurs tresses
    Je fabrique mes joies au prix de mes détresses
    Comme la môme Piaf je repars à zéro

     

     

    ***

     

                     A l'heure où des marchands de soupe nous donnent à consommer de la musique comme on boit un café au comptoir, on réalise trop souvent tout le chemin parcouru à fuir tout ce que cet artiste (avec Léo Ferré) a laissé en héritage : rigueur, intégrité et excellence... tout ce que doit, pourtant, tout artiste à son public : le respect en retour de ce que cet artiste reçoit... pour avoir, il est vrai, tant donné, même et surtout ce qu'on n'attendait pas de lui parce qu'on ne le soupçonnait pas encore en lui... ni l'artiste non plus, peut-être.

     

    _________________

     

     * Se reporter au titre "Toulouse to win".

     

    Pour prolonger... cliquez Le Rap au secours de la chanson française

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Humour, rire et justice

     

     

     ***

              Sortie par effraction de toutes les impasses, hors de l’espace et hors du temps, dans une autre dimension, les mécanismes du rire sont complexes ; ils se dérobent à l’analyse exhaustive car avec le rire, le talent et le génie, il reste toujours une part d’inconnu.

    Le rire est magique d’une magie blanche et noire ; quand il est gris, le rire est retournement et détournement de l’insupportable même s’il en garde la trace et la marque car il n’oblitère rien, ne répare rien mais il permet de souffler un peu, consolateur, avant de côtoyer à nouveau des oppresseurs têtus et insatiables.

    Le rire est libération quand il met en scène un dépeçage des conventions, des hypocrisies et des machinations ; il libère l'esclave ; il permet de sortir de l’enfermement.

               Bergson disait : « Le rire n’a pas plus grand ennemi que l’émotion. Le comique s’adresse à l’intelligence pure ». Coeur de pierre donc, mais source d’énergie radicale, il est une ouverture sans précédent vers l’inouï, l’inédit et la liberté.

              Rire, humour… humour et rire, il arrive aussi que le rire rende justice à ceux qui en sont privés. Belle revanche des déshérités alors !

     

    _________________________

     

                      

                      Dieudonné, parce que... le plus talentueux et le plus courageux, sinon le seul.

    Un Dieudonné Spartacus du rire, là où l'humoriste, ainsi nommé, cesse d'être un esclave et ce faisant, libère tous les autres humoristes de la malédiction d'un humour tiroir-caisse, un humour de flagorneur, et pour voie de conséquence, un humour affligeant  comme tout ce qui rabaisse l'homme à ce qu'il croit savoir de lui-même, qui n'est le plus souvent que ce qu'on a daigné lui enseigner ou bien ce qu'on a souhaité lui faire espérer de lui-même et des autres.

     

    Pour prolonger, cliquez : Dieudonné, le Spartacus du rire

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène 0 commentaire
  • Aimé Césaire, Le parti socialiste, la France et nous

    Billet de blog publié en 2014

     

     

                  « Les élus français, dont Ségolène Royal, demandent à ce que le poète martiniquais ait sa place au Panthéon. »

    _________________

     

    La gauche aurait donc proposé le Panthéon à Aimé Césaire !             

    Mais... de quelle gauche s'agit-il ?

    La gauche qui n’a eu de cesse de canaliser et de fédérer le ressentiment des laissés-pour-compte pour mieux s’empresser de l'exploiter à des fins électorales et seulement électorales ?

    Une gauche indifférente qui n’a rien résolu et qui refuse avec obstination de crever l’abcès de la question des français issus - pas seulement mais aussi - du colonialisme, de la traite et de l’immigration, tout en se désintéressant du sort qu’il leur est fait comparé à d’autres minorités et/ou catégories sociales.

    Ou bien, cette gauche qui s’est montrée incapable de rendre justice et d’accorder une vraie place à ce peuple de France qui n’a jamais pu ou su se rapprocher de la promesse d’égalité et de fraternité pour tous que la République française est supposée porter en elle, faute d’y être encouragés, aidés ou tout simplement, autorisés (sans oublier ce foutu travail qui, aujourd'hui, n’est plus là pour ceux qui n’ont jamais travaillé, et/ou ceux qui quittent notre Education Nationale sans qualification, sans formation, et nos Universités, sans les bons diplômes).

    Une gauche qui a joué l’épuisement et qui n’a pas d’autre issue à offrir à tous ceux qui remettent en cause les modes de fonctionnement, d’organisation et les grilles d’analyses de la République : une impasse en forme de cul de sac, le rejet et l'isolement avec pour seule consolation : un SOS racisme enfermé dans sa Tour d'Ivoire moralisante :dénoncer « les brûleurs de voitures » n'a jamais dissuadé qui que ce soit de les brûler. De même, dénoncer le racisme n'a jamais empêché qui que ce soit de s'y complaire.

    Après l'épuisement, le pourrissement qui donnera naissance au mouvement « Les indigènes de la République ».

    Nul doute ! Un job à plein temps avec retraite assurée, ce statut d’indigène auto-proclamé, avec ses officiels, ses titulaires et ses suppléants, sur le mode du "s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là", le discriminé développant une pensée discriminative à l'endroit de son discriminateur, jusqu'au rejet total, retrouvant ses plumes, ses peintures et son maquillage en bon indigène, fier et digne, alors que d'autres auront bougé et nous avec eux, et l'histoire aussi ; et le temps qui guérit bien des maux et vient à bout de bien des préjugés - évolution générationnelle et naturelle oblige ! Ce temps qui nous récompense de notre patience et de notre travail - pour peu qu'on s'y soit mis : travail sur soi, pour soi et les autres et avec eux.

    Et que dire d'un Dieudonné condamné à la surenchère permanente ; un Dieudonné qui n’a jamais cessé d’être le symptôme - comme des centaines de milliers d’autres avec lui - d’une maladie à l’origine de laquelle on trouvera un Etat et une classe politique incapables de nous proposer une France adulte, aux analyses honnêtes et courageuses, même au prix d’un froissement de l’orgueil national qui aurait pu donner lieu à un nouvel élan tout aussi national mais... fédérateur celui-là !

    Durant la période qui va de 1981 à 1995, on cherchera en vain des Rachida Dati, des Fadela Amara et des Rama Yade dans les gouvernements qui se sont succédés.

    Il faudra attendre un gouvernement de droite pour que les compétences de Madame Taubira soient reconnues, convoitées et sollicitées (parmi les candidats à la présidentielle de 2001, sans aucun doute... Madame Taubira était bien la meilleure, et de loin – souvenez-vous !)

     

    ***

    Dans les jours qui ont suivi le décès du poète - paradoxe suprême ! - c’est la droite qui adopte l’attitude, non pas la plus digne mais... l'attitude la plus honnête : profil bas et silence, laissant aux parents, aux proches d'Aimé Césaire, à ses administrés, à son peuple et à ses lecteurs le soin d’accompagner son départ.

    ________________

     

    Souhaitons que l’œuvre d'Aimé Césaire demeure irrécupérable ou bien, qu'elle le devienne ; aucune gauche ne pouvant prétendre se l’approprier, ni aucune droite, à bon compte et à moindre frais.

    Quant à réduire l’oeuvre de Césaire à l’anti-colonialisme...

    La domination, qui a toujours pour fin l'exploitation - exploitation intemporelle, sans visage, sans couleur et sans frontières - n'est-elle pas ce qui réussit le mieux à l'homme quand la nature et un savoir-faire éculé l'ont placé du côté de ceux qui ont le pouvoir d'ordonner et de contraindre ?

     

     ***

     

    On ne dira jamais assez qu'Aimé Césaire était loin de n’être qu’un poète anti-colonialiste même si son œuvre fait partie intégrante du patrimoine politique français.

    Une langue d’une invention égale à celle d’un René Char que celle d'Aimé Césaire ; René Char, une autre grande voix, résistante de surcroît, elle aussi... jusqu’à son dernier souffle.

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Politique et actualité 0 commentaire
  • Retour sur le cinéma de Claude Sautet

     

    claude sautet,cinéma,années 70,trente glorieuse,7e art

     

    Aujourd'hui, sommes-nous seulement encore à même de comprendre à quel point les films de Sautet nous rappellent que les années 70 ont reposé sur très peu de choses, trois fois rien qui aura néanmoins permis d'occuper, de combler, de remplir (de colmater ?) une vie, toute une vie d’hommes et de femmes : une bande de copains, un repas au restaurant, des maîtresses, quelques amants, des amours sages de cadres moyens et supérieurs aux carrières professionnelles ascendantes, aux métiers prestigieux ou plus simplement... métiers bien rémunérés qui permettent de changer de voiture tous les ans... 

    Films à l'image de leur époque ; la réussite de chacun se mesurera à l'aune de la réussite matérielle seule : pouvoir d'achat et pouvoir tout court.

    Aussi, est-ce réellement surprenant aujourd'hui le fait que tout soit remis en question et démantelé sans rencontrer une défiance farouche et déterminée : contrat de travail, rémunérations, protection sociale... santé et retraite, rapports sociaux (homme/femme inclus) et rapports de force ?

    Certes, on savait que les capacités d’adaptation des hommes sont nettement supérieures à leurs capacités de révolte ! Aussi, sur la durée, c’est bien dans l’indifférence quasi générale - à l'exception d'une infime minorité mobilisée, que le démantèlement de ces années-là s’impose à tous ; derrière cette indifférence, la résignation ; et derrière cette résignation n’y trouve-t-on pas le sentiment que tout ce qui a été acquis dans les années 60 et 70 jusqu’aux années 80, l’a été non seulement à crédit mais bien plus important encore… sur le dos de la vie, la vraie, dans un climat d’amnésie générale quant au passé, là d’où l’on vient, toute une génération étant portée par un confort à la fois matériel et moral sans précédent ?

                Et c'est alors qu'une culpabilité à caractère à peine refoulée, une culpabilité comme errant là, au bord, tout au bord de notre conscience d'être au monde - mais pour y faire quoi déjà ? -, une culpabilité qui peut emprunter des itinéraires surprenants, vous laisse sans réaction et sans voix au moment où il est question de tout reprendre de ce confort d'un matérialisme naïf et sans responsabilité : bien mal acquis - dans le sens de "bêtement" -, ne profite donc qu'un temps ?

             Chez Sautet, les épouses sont  le plus souvent comme... suspendues aux désirs de leur mari ou de leur amant, dans l'attente... à attendre...  très dépendantes sur un plan émotionnel ; les maîtresses, elles, sont souvent inconstantes.

    Alors que les hommes ne savent que faire des enfants dont ils sont pourtant les pères - il est vrai que les mères veillent - on ne manquera pas de remarquer la place qu'occupent ces enfants chez Sautet ; ces derniers étant cantonnés aux rôles de figurants, comme des biens meubles qui viennent compléter un cadre réservé en priorité aux adultes et à leurs histoires : métiers, carrières, coucheries, argent et loisirs.

    Autre symptôme d’une amnésie et d'un oubli dommageables : l’absence d’une France pourtant tout aussi présente qu’aujourd’hui : la France des Français issus de l’immigration - pas sûr que ce ne  soit qu'un détail ;  invisibles ils sont dans leurs conditions de vie reléguée.

     

             La bourgeoisie qui a longtemps voté PS et qui n’a pas fait d'enfants et n'en fait toujours pas - Télérama et les animateurs-journalistes de télés de cette époque - voue un véritable culte aux films de Claude Sautet. Faut dire que les films de ce réalisateur s'apparentent à des contes pour adultes car la trame du cours de l'histoire des années 70 relève du conte de Noël… et d'une négation : la négation d'une réalité qui engage l’avenir face et contre une autre réalité reflet d'un état en mouvement mais figé, un état propre à toutes les périodes agitées mais « stériles » (Jacques Tati a eu des choses à dire à ce sujet) qui ont la folle prétention d’arrêter le cours de l’Histoire qui, elle, finit toujours par trouver le temps long ; il faut alors qu'elle bouge : « Tout leur est donné, vous dites ?! Et si on leur reprenait tout ? »

             Les années 2000, et nous n'en sommes qu'au début, verront la décomposition des années 70 ; et c’est alors que les films de Sautet n’en prendront que plus d’importance : un véritable bain de jouvence hyper-matérialiste accompagné d’un confort moral de carton-pâte mais encore résistant et étanche, les films de Sautet !  

    Et c’est sans doute la raison pour laquelle ces films prennent toute leur saveur trente ans après, non pas comme peut le faire un bon vin, mais bien plutôt comme peut opérer le charme discret et pernicieux mais irrésistible de la nostalgie ; une nostalgie... dernier refuge contre le devoir d’affronter une nouvelle réalité qui semble vouloir, d’une main, rependre tout ce qu’elle a plus souvent accordé que cédé, de l’autre : "Avant, on n’avait pas à penser à l’avenir et moins encore à ce qui était important, à savoir : que deviendrions-nous si nous perdions tout ?"

    Perdre tout ? Un confort matériel, et seulement matériel, qui nous permet seul de tenir debout ?

     

    ***

     claude sautet,cinéma,années 70,trente glorieuse,7e art

             Hyper-matérialisme, cinéma sans dépassement, cinéma refermé sur lui-même et sur la sociologie de ses personnages...

                     et Dieu dans tout cela (1) ?

     

             Il semblerait que d’autres, en revanche, aient déjà anticipé cette question ; faut dire qu’ils ont eu tout le temps d’y penser, laissés sur le bord de la route comme ils l'ont été durant toutes ces années "à la Claude Sautet" au rythme du tic-tac d’une bombe à retardement, nous tous aujourd'hui sonnés et maintenant K.O.

     

     

    1 - Dieu ou la métaphysique... Dieu ou la transcendance ; quelque chose au-dessus de nous disons ; quelque chose qui serait plus grand que nous... qui nous dépasserait d’une tête, voire deux, et vers lequel lever les yeux.

                                 à ce sujet, merci de vous reporter au texte : Sonate d'automne

     

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Cinéma, cinéma...

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • Karl Lagerfeld à tout jamais

    karl lagerfeld chanel

     

                     Un génie à l'état pur... sans trucage, sans perfidie, sans "foutage de gueule" ; un Lagerfeld qui nous console d'un art contemporain truffé de tricheurs même si la Maison de couture qui l'employait - Chanel - a pour clients les pires de la société (Chanel et toute la haute couture en particulier) quand on sait que l'argent c'est le sang des pauvres aux conditions d'existence désastreuses, victimes des plus grandes injustices qui soient.

                     Mais n'est-ce pas le lot de tous les artistes célèbres et célébrés, et ce de tout temps : créer pour une classe supérieure, aujourd'hui hyper-classes mondialisées dont il n'y a plus rien à sauver ?

    Hélas oui.

     

    ___________

     

    Pour prolonger, cliquez : Art et culture

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Melman et Stiegler à l'ombre de Marx, Nietzsche, Freud et Lacan : un égarement sans limites...


                             

                  Bernard Stiegler ici et là, partout et ailleurs encore : Stiegler chez l' ALI:  Association Lacanienne Internationale

     

                          Nous sommes nombreux, depuis longtemps, à penser que la psychanalyse est de droite et les psychanalystes, tellement sociables, solidaires et soucieux du bien-commun, des Bourgeois de premier ordre.

     

    ***

     

                        Melman ? Vous avez dit Melman ? Autre psychanalyste...

                          Qu’il soit permis d'éclairer ce dernier, et ce afin qu'il ne meure pas idiot d'autant plus qu'il doit bien se trouver loin, très loin de penser qu'une telle calamité puisse lui arriver :

     

                          « Monsieur Melman, le fascisme ce n’est pas les Gilets Jaunes ni les réseaux sociaux avec ou sans smartphone ; le fascisme vous le trouverez dans ce « Il n’y a pas d’alternative » qui a vu le jour à la fin des années 70, incarné aujourd’hui par une Commission européenne au service d’un projet mondialiste sans honneur ni justice, destructeur des nations, des cultures et des Etats les plus socialement évolués, ceux de l’Europe, en termes de protection sociale et de liberté individuelle."

     

    Certes, le fait que ce psy manifestement non-défroqué (les pires de la profession ? ) soit sur un plan matériel à l'abri de ce fléau qu'est le mondialisme et ses conséquences (culturelles et psychiques pour commencer), n'est sûrement pas une raison pour lâcher la proie pour l'ombre.

    Aussi, forte est la tentation de demander à ce psy de s'occuper exclusivement de ce qui semble le concerner , à savoir... l'inconscient de ses patients, pour peu que ces derniers soient assez désorientés pour lui en reconnaître l'autorité à la fois morale et intellectuelle.

    Il est vrai que .... si la vieillesse est un naufrage, elle est aussi une noyade et plus encore un enterrement. Alors, empressons-nous de souhaiter de belles obsèques à Monsieur Melman.

     

                    Quant à Bernard Stiegler qu'on ne présente plus (énorme et affligeante cette "histoire" à propos d'une réunion à Saint-Denis autour de "la relation de la mère et de son bébé avec les smartphones" auprès d'une population vivant dans un des quartiers les plus pauvres de cette commune !), toujours en vadrouille, rappelons-lui ceci : il y a certainement plus urgent, plus utile et plus courageux que de sermonner les pauvres et les miséreux sur l’utilisation des portables par leurs enfants ; pour ne rien dire de la honte que, dans ce contexte, les donneurs de leçons nous inspire : la honte pour ces sermonneurs dévoyés et définitivement perdus pour la collectivité.

    Force est de constater que la pire chose qui puisse arriver à un être humain instruit, c’est de penser qu’il en sait plus sur la misère des miséreux que ces derniers sur leur propre misère et sur celui qui vient la leur expliquer.

    A ce sujet Monsieur Stiegler, savez-vous vraiment qui vous êtes pour vous permettre d’expliquer aux indigents qui ils sont ?

     

                   A propos du soi-disant nihilisme et fascisme des réseaux sociaux, des smartphones et de la "fourmilière" de leurs utilisateurs (puisque tel est grosso modo le sujet de cette rencontre), Stiegler qui connaît les classiques de ceux dont il souhaite recevoir l'onction, le milieu universitaire (lui l'autodidacte - orphelin ? -, un temps mauvais garçon-casseur- de-banque... à la recherche non pas d'un père mais de pairs), Stiegler mentionnera après Marx et Freud, Nietzsche comme penseurs majeurs du 20è siècle ; or, dans les écrits de Nietzsche, trois termes reviennent le plus souvent : décadence, nihilisme et dégénérescence ; et ce penseur y associe quatre maux... devinez lesquels ? Le féminisme, le Christianisme, le Socialisme et le Romantisme.

                   Mais alors, fascistes les réseaux sociaux ? Vous avez dit fascistes ? Vraiment ?

                   Voilà encore une histoire de paille, de poutre et d'aveuglement. 

     

    ___________

     


     

                       "La psychanalyse ne fait pas la charité. Sa fonction c'est de "dé-chariter".

                        La psychanalyse a donc les mains fermement enfoncées dans les poches, tout au fond - poches non trouées cela va sans dire-, même si elle sait tendre la main non pas pour donner mais pour tantôt recevoir, tantôt prendre. 

                        "La psychanalyse permet à l'analysant  de prendre toute la mesure de ce qu'il a à payer pour "se connaître".

                         Payer ! Encore payer ! Expiation et contrition.Tous coupables et sans excuses. 

                         Si l'avenir du genre humain dépendait de la psychanalyse, sans doute sa seule chance d'émancipation par la dés-aliénation et sa dé-chosification passerait-elle par le fait de ne jamais oublier de demander l'addition et de l'acquitter jour après jour.

                         Mais alors, seule la caste solvable aura droit à cette émancipation ?

                         Décidément, rien de nouveau sous le soleil avec la psychanalyse.

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Karl Marx, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Michel Legrand s'est tu mais pas son génie mélodique

    Michel Legrand s'est tu mais pas son génie mélodique

     

                     Saluons le génie de Michel Legrand dans sa maîtrise de l'association mélodie, voix et texte ; en particulier le "chanté-parlé" (1) des "Parapluies de Cherbourg" (1964) de Jacques Demy d'une audace sans précédent ;  Demy et Legrand prenant alors tous les risques ; risques  financier et artistique que peu de réalisateurs et de producteurs ont osés avant et après eux. Sans Michel Legrand, l'oeuvre géniale de Demy n'aurait jamais été ce qu'elle est aujourd'hui face à la postérité (2).

                    

     

     

    1 - Legrand et Demy connaissaient-ils "Le Sprechgesang" ?

    "....Un style de récitation à mi-chemin entre la déclamation parlée et le chant, créé par Engelbert Humperdinck, utilisé pleinement par Schönberg dans le Pierrot lunaire (1912) qui reste considéré comme la première œuvre "100% sprechgesang".  - Wikipédia

     

    2 -  Précisons tout de même, qu'en tant qu'orchestrateur, Michel Legrand n'avait pas la maîtrise de ceux qui ont orchestré les mélodies des compositeurs des comédies musicales "Un Américain à Paris", "Bang wagon" et "Chantons sous la pluie" en autres ; orchestrateurs aux noms méconnus injustement car ce sont eux qui ont porté les mélodies de ces comédies musicales à un niveau d'excellence inégalé.

     

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • "Le locataire" de Roman Polanski et la France des années 70...

    le locataire de polanski, topor le locataire chimérique

     

                 "Le Locataire chimérique" est un roman de Roland Topor, publié en 1964. 

                 "Le locataire" dans son adaptation cinématographique met en scène un jeune homme trentenaire, d'origine étrangère, qui emménage dans un petit deux-pièces parisien dont la locataire (Simone Choule) qui l'a précédé s'est suicidée ; il suscitera d'emblée l'hostilité du propriétaire et de ses voisins

                                                                   ____________________

     

                  Univers sournois, hostile, étouffant, à la fois sordide et morbide... délire de persécution, délire paranoïaque... c'est sûr, avec ce long métrage du réalisateur Roman Polanski, l'oeuvre de Kafka n'est pas loin.

    Laideur des lieux, laideur des visages (un casting sur mesure nous est présenté), laideur des comportements... seul le personnage confié à Isabelle Adjani - Stella - trouvera grâce aux yeux du réalisateur  ; un personnage attentionné, modeste et sans prétention aucune. 

                   Logé dans un immeuble de pétitionnaires et de délateurs (on pétitionne contre les plus faibles : une mère et sa fille paralysée âgée de 12 ans)...  dan sun appartement occupé par une Simone Choule qui l'on dit " ...ne pas aimer les hommes" (une Simone Choule très certainement lesbienne donc - et ça peut avoir son importance dans le contexte de cet immeuble hostile et les années 70), Le locataire  - le rôle titre est tenu par le réalisateur lui-même ;  ce qui n'est certainement pas anodin -, petit bonhomme au corps chétif, à la voix fluette et à l'accent étranger (le seul accent étranger du film même si le casting fait appel en partie à des acteurs anglophones dont les voix sont doublées), naturalisé français - il y tient ! -, ce locataire nommé Trelkovsky n'a de cesse de compenser en se montrant en toute occasion accommodant et serviable auprès d'un entourage composé principalement de ce qu'il faut bien nommer des "porcs" ( le personnage de Bernard Fresson et sa bande - collègues de bureau du Locataire)  et des "salauds" (les locataires et le propriétaire de l'immeuble).

    Laideur, encore la laideur ! 

    Force est de constater qu'il ne peut s'agir d'une simple coïncidence un tel parti pris à la fois sociologique,  esthétique et psychologique ! Ce choix délibéré a bel et bien sa raison d'être. Aussi, grande est la tentation de voir dans "Le locataire" l'expérience personnelle de Roman Polanski  à son arrivée ( et retour) dans l'hexagone ainsi qu' un portrait sans concession de la société française dressé par un "étranger" qui n'a pas oublié, dans les années 60 et 70 ( et l'auteur Roland Topor dans d'autres circonstances), cette expérience décevante et humiliante avec la France bien qu'il y soit pourtant né dans les années 20 avant de rejoindre la Pologne à l'âge de trois ans.

                  Portrait de la société française  "Le locataire" ? La France des années 70 et cet étranger qui n'a qu'à bien se tenir ?  Avec "Le locataire"... manifestement Polanski a gardé en mémoire  les années de "vaches maigres", l'ostracisme et le dédain de notre industrie du cinéma à son égard ; personne n'étant désireux de lui faire une place.

    Rappelons ceci : n'arrivant à rien, Polanski quittera la France pour Londres.

     

    roman polanski,le locataire chimérique est un roman de roland topor publié en 1,cinéma de serge uleski,kafka,nouvelle vague,école de cinéma de lotz,trouble de la personnalité de roman polanski

                    Certes, de "Polanski, le sur-doué", nos réalisateurs - en particulier ceux de "La nouvelle vague" aux grosses lacunes techniques et scénaristiques  -, avaient tout à craindre car leur cinéma à eux tous restera longtemps très très en deçà de tout ce que Polanski aura déjà produit ; formé en Pologne dans la célèbre Ecole de cinéma de Lotz à la sortie en salle du "Locataire" en 1976, Roman Polanski a plus de quinze années de cinéma derrière lui ; cinéma primé aux USA, à Berlin, à Venise et à Londres ;  lui si jeune encore : il a à peine 40 ans.

     

    *** 

     

                   Poli, faible, soumis, mal installé dans le monde, humilié et manipulé, dans cette parabole allégorique, la révolte du Locataire sera sa soumission à cette injonction qu'il a cru devoir faire sienne :  "Soyez Simone Choule" - comprenez : "Revivez le suicide de la locataire qui vous a précédé !" 

    Une révolte dans la soumission donc comme tant d'autres avant lui, qui ont choisi de dire "Non !" en hurlant "Oui !", se conformant, la rage au coeur, à la volonté d'un entourage sans vergogne jusqu'à surpasser ses attentes. La seule révolte que les êtes sans défense puissent s'offrir.

                    Conte macabre -  au cours d'une scène brève, dans le cadrage, et encore une fois, avec le choix de l'acteur dans le rôle d'un commissaire de police, c'est Vichy qui est là, présent, encore, comme à l'affût -, nous sommes en 1976, sous la présidence de Giscard d'Estaing,  et pourtant la période de la collaboration n'est pas loin ; on la sent tout près. C'est Polanski qui nous met la tête sous l'eau à propos d'un épisode de notre histoire pas encore contée ni élucidée dans ces années-là.

    Satire de la bêtise humaine et de sa cruauté, exploration de la folie et de son cheminement - trouble de la personnalité en particulier : thème récurrent chez le réalisateur -, la dernière réplique du locataire Trelkovsky  "Vous êtes tous des assassins !" n'est sûrement pas à mettre sur le compte de cette folie seule. Cette accusation sonne comme un verdict ; un verdict dans l 'excès, une sentence disproportionnée qui s'appuie sur l'émotion plus que sur la raison... - raison des faits historiques en particulier -, cependant,  il y a dans ce dernier cri comme une vérité après plus de deux heures passées au côté de ce Trelkovski sans histoire mais dont l'Histoire de toute sa vie,  brève et immense puisqu'il n'en aura pas d'autre, aura pour sortie, très théâtrale au demeurant, un saut dans le vide d'une existence devenue non-négociable et par voie de conséquence : inassimilable. 

                     Il faut bien dire, à la décharge de tous, que l'être  humain est sans rival lorsqu'il s'agit d'enfermer et de s'enfermer à double tour. Le personnage  de Polanski ne se sera, semble-t-il, accordé aucune chance d'éviter cette tentation qui lui ressemblait trop sans doute.

     

    ______________________

     Post-scriptum de janvier 2017

     

    A l'aune des accusations de viol portées contre le réalisateur - accusations le plus souvent avérées -, que l'on rappelle ici que tous les films de Polanski, les meilleurs de ses films, ne parlent que de ça : trouble de la personnalité, ligne rouge franchie sous l’emprise de pulsions irrépressibles ; pensez à Chinatown et la confession du personnage joué par John Huston  qui, soit dit en passant, vole la vedette à tous les acteurs masculins de la distribution ; confession comme suit : « Peu d’hommes savent qu’au cours d’une vie, dans certaines circonstances, n’importe qui peut commettre le pire » - référence à l’inceste et au viol en ce qui concerne Chinatown. Voyez  "Répulsion", "Tess" (encore le viol) ; La Jeune Fille et la Mort (confession d'un  tortionnaire-violeur sous le régime de Pinochet : « J’ai aimé le faire à ces femmes aux yeux bandés et terrorisées »......

    Hors de la fiction, dans la vie, la vraie, témoignage après témoignage, il semblerait bien que l’on s'oriente définitivement vers cette évidence : avec Polanski, il est manifestement question d'un pervers sexuel et violeur multirécidivistes d’adolescentes et de femmes très jeunes. 

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Cinéma, de salle en salle 

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • Beethoven : un compositeur en crue

                       Qu'il soit dit en passant ce qui suit :

                      Science et Art, la musique dite classique (musique écrite, lu et interprétée), c'est de la dialectique... dialectique et rhétorique musicales s'entend.

                      Musique-argument, musique-raisonnement, musique dite savante dont il faut pouvoir suivre le cheminement, le développement jusqu'à sa conclusion définitive ou provisoire, la science de cette musique est dans sa dialectique et son Art dans sa rhétorique ; elle est donc là, bien là, l'exigence de cette musique, de Bach à Debussy, de Wagner à Pierre Boulez ; cette exigence, c'est sans aucun doute ce qui la distingue de la musique dite "populaire" (musique de variété, music pop, rock et autres) ; d'où sa marginalité et son isolement.
     
                      Qu'à cela ne tienne !

     

    Claudio Arrau - Beethoven - Piano Sonata No 30 in E major, Op 109

     

                 Dans le troisième mouvement de cette sonate (vidéo à 6.54) composée en 1820, on trouvera tous "les pianos" à venir ; celui de Schubert, de Chopin, de Scriabine, de Debussy, de Rachmaninov - un piano symphonique, orchestral dans le finale de la sonate juste avant le retour du thème ; et puis... Ravel qui s'en fera l'écho avec sa "Pavane pour une infante défunte"  un siècle plus tard. Un mouvement qui, certes, annonce l'avenir mais qui n'oublie pas de saluer aussi le passé ; celui d'un J.S Bach presque totalement oublié du vivant de Beethoven.

    Un 3è mouvement en "forme variation" même si Beethoven semble ne plus y croire après trente années de pratique ; aussi on parlera bien plutôt de développement-variation ; développement en spirale comme dans un tourbillon en cercle concentrique qui s'enroule et se déroule.

    Un mouvement lent, cantabile, placé contre toute attente, à la fin de la sonate ; un 3e mouvement qui "avale" les deux précédents avec une fausse berceuse qui ne trouvera jamais un vrai repos ; Est-ce Beethoven en lutte avec ses insomnies, insomniaque et seul face à la nuit ?

    Six minutes pour les deux premiers  ; quatorze pour le 3è : une sonate en déséquilibre donc qui annonce la 9e symphonie (1822) avec dans les choeurs, ses aigus inattendus, voire... invraisemblables, décriés, hurlés... et sa forme éclatée... car pour Beethoven, tout était trop étroit, trop étriqué, toujours !


                                                 

                                                      (Grande Fugue  - opus 133 - année 1826)

     

                     Beethoven ne pouvait penser la musique qu'en crue, débordante... une musique réfractaire à toutes les camisoles stylistiques et formelles : c'est la "forme sonate" qui s'efface alors avant d'être proprement balayée tout comme la symphonie.

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu