Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Cinéma de film en film - Page 3

  • "High noon" de Fred Zinnemann

     

    high noon, le train sifflera trois fois

    "Le train sifflera trois fois" (High noon - Gary Cooper - Grace Kelly) de Fred Zinnemann -1952 

     

                    Une histoire de courage et de lâcheté, de responsabilité individuelle et collective, dualisme et ambivalence de notre nature humaine...

    Une histoire d'abandon...

    Une histoire d'amour aussi ; un amour qui force la remise en cause de principes que l'on croyait intangibles par amour et pour l'amour de l'autre ; cet autre tellement plus grand que soi et dont notre abandon provoquerait la mort ; cette mort qui annoncerait alors notre déchéance morale.

    Un western est un grand western lorsqu'il est bien plus qu'un western...

                   Un sans faute d'une heure vingt ce film  aux enjeux clairs d'une grande lucidité du réalisateur autrichien Fred Zinneman !

     

    Lien permanent Catégories : Cinéma de film en film 0 commentaire
  • En cas de malheur...



     

    Bardot et Gabin

     

                Ce sont Georges Simenon et Claude Autant Lara qui scelleront en 1957 sur un thème du compositeur René Cloërec, le destin de Brigitte Bardot et de Jean Gabin, dans la chambre d’un modeste hôtel de la rue Monsieur le Prince.

    Et si en cas de malheur, et juste avant qu’il ne frappe une dernière fois, on ne pourra compter que sur l’amour pour le temps qu’il lui sera donné de nous soutenir, de nous illuminer et de nous porter jusqu’aux nues avant l’abîme et une désolation qui nous laisseront sans voix…

    On pourra toujours se dire : « Décidément non ! Il ne pouvait pas en être autrement !» tout en ajoutant que Brigitte Bardot teint là un de ses plus beaux rôles, avant de se féliciter qu’il ait été donné à Jean Gabin de l’y accompagner jusqu’à son terme et son dernier souffle de vie.

     

    ***

     


     

     

                        Mais qui donc rendra au film ce plan volé par une censure brutale et imbécile, et dans lequel Brigitte Bardot, nue sous sa jupe, propose gracieusement son corps à un Jean Gabin subjugué ?

     

    _____________

     

    Pour prolonger... cliquez Cinéma ! De salle en salle...

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • "Le fils de Saul" : le retour du cinéma "expérimental" dans le palmarès du festival de Cannes en 2015

     

                       Le meilleur du cinéma est un rapport de force tantôt entre un réalisateur et ses producteurs, et tantôt entre ce même réalisateur et ceux qui fréquentent des salles de moins en moins obscures ; un rapport de force entre ce que ces derniers attendent, tout en sachant qu'ils ne sont aucunement en droit de l'attendre, et le réalisateur qui n'est pas un distributeur de friandises mais bien plutôt, un distributeur de coups de pied au cul et à la face.

                     "Alors, casse-toi spectateur ! Y a rien à voir !"

     

                     Pour sûr ! Le spectateur est l'ennemi mortel du cinéma.

     

    ______________________

     

    le fils de saul,laszlo nemes,festival de cannes

     

                  "Le Fils de Saul”, de László Nemes, réalisateur hongrois francophone, que je viens de découvrir cette semaine, soit un an après tout le monde, est ce long métrage qui a reçu le Grand prix du 68e Festival de Cannes en 2015.

    Ce film signe le retour du cinéma "expérimental" ou tout du moins, un cinéma qui se pose encore des questions de cinéma et cherche des solutions, dans le palmarès de Cannes après de longues années d'absence (1) ; le dernier film expérimental sélectionné fut Elephant de Gus Van Sant en 2003 ; là encore, bien des années après une longue absence de ce même cinéma expérimental ; Elephant recevra la Palme d'or ainsi que le Prix de la mise en scène.

     

                   Le sujet de "Le Fils de Saul", je vous le donne en mille ! Après "La liste de Schindler" (rien à voir avec les ascenseurs du même nom) de Spielberg en 1993 - film vulgaire d'une grossièreté qui s'ignore... parce que démonstratif et complaisant -, et "Le pianiste"  de Polanski - leçon de solfège de la part de néo-nazis hollywoodiens -, et tant d'autres, à raison d'un ou deux par an - films kleenex superfétatoires sans intérêt cinématographique, le plus souvent couronnés d'un échec commercial retentissant parce que... arrive un moment où "Bon, ça va bien comme ça aussi !"...

    "Le Fils de Saul", film d'abord flou puis franchement opaque dans le style "Cachez ces horreurs que je ne saurais voir même si je peux encore vous les entendre !" re-déroule lui aussi la même pelote de laine ; plus qu'un fil cette pelote : un vrai filon ! Faut croire.

    Le film et son sujet donc : "Octobre 1944, Auschwitz-Birkenau. Saul Ausländer est membre du Sonderkommando, ce groupe de prisonniers juifs isolé du reste du camp et forcé d'assister les nazis dans leur plan d'extermination..."

     

                  Sincèrement, il est vraiment dommage que le retour du cinéma dit " d'auteur " dans la sélection officielle se fasse sur un sujet aussi éculé (voire... discrédité - l'industrie de l'holocauste) jusqu'à la saturation et l'épuisement ; et quand on sait quel projet l'instrumentalisation de cet épisode dramatique de la seconde guerre mondiale a bien pu servir (Israël et la colonisation des terres palestinienne), et ici en France et partout ailleurs - chantage à l'antisémitisme), depuis des décennies... on pourra déplorer que ce cinéma n'ait pas trouvé d'autres réalités contemporaines à déchiffrer car enfin... le prix décerné au film de László Nemes, après tant d'autres à Cannes et ailleurs, et indépendamment des intentions du réalisateur, n'est-ce pas la récompense que l'on remet au petit soldat d'une cause brandie au-dessus de nos têtes, semaine après semaine, telle une épée de Damoclès, par des salauds voraces et sans scrupules, ici et puis... là-bas, là où vous savez ! Eux tous constituant une véritable insulte à toutes les mémoires ?

    Assurément.

                  Aussi, gardons-nous bien de fréquenter leurs cercles (CRIF) et leurs lieux de pèlerinages ( Auschwitz) et autres sanctuaires commémoratifs de recueillements obligatoires à grand renfort de couverture médiatique au nom d'une mémoire portée et entretenue le plus souvent par des individus qui sont autant d'atteintes à la justice et à la dignité humaines que le mensonge l'est à la vérité !

    Et puis, que les vivants foutent donc la paix aux morts ! Et plus encore lorsque leur appropriation, qui n'est dans les faits qu'une expropriation, ne sert qu'une exploitation éhontée sans précédent dans l'Histoire ; car, là seul réside bien le caractère exceptionnel de cette tragédie née d'une Seconde guerre mondiale aux 60 millions de morts :  son appropriation-expropriation-exploitation sans vergogne.

     

    ***

     

                   Si d'aucuns sortent leurs révolvers quand on leur parle de culture, d'autres, dès qu'ils entendent parler "justice contre le mépris, les discriminations et l'occupation à des fins d'expansion colonialiste - la Palestine" sortent l'artillerie lourde des crimes nazis dans l'espoir de faire taire ces voix de la révolte.

                   Mais alors, où est le rapport, on se le demande encore.

                       Faut dire que... la morale, quand elle est acculée, finit toujours par recourir au crime.

     

    1 - Absence et baisse de niveau dramatique avec des films récompensés en 2014 et 2015 tels que Carol, The lobster, Foxcatcher, Maps of the star...

                                                          __________________

     

                                                   Sinon... à propos du film... et sur le fond :

     

                     Qu’est-ce qu’un être humain ?

    C'est un être capable de se rendre complice et coupable des pires crimes pour rester en vie ne serait-ce qu’une heure de plus, et alors qu'il se sait condamné à mort (voir à ce propos les Sonderkommando), tout en continuant de prier un dieu introuvable car, la religion (avec le foot !), cette sangsue putassière, ne renonce pas facilement non plus.

     

                     Tel est donc le film que le réalisateur de  "Le Fils de Saul”aurait dû tourner alors que ce dernier choisira un autre film : nous montrer 1H47 durant, combien c'est éprouvant de faire partie d'un Sonderkommando.

    Faut dire que László Nemes est un cinéaste qui ne sait pas ce qu'il dit car "Le fils de Saul" force la conclusion suivante : décidément, il n'y a rien à sauver chez cet être dit "humain" - victimes d'aujourd'hui, bourreaux de demain... et vice-versa ! Et puis, faut dire que c'est tellement plus "acceptable et supportable" quand ce sont les autres qui passent à la trappe ! -, d'une lâcheté et d'une bêtise incommensurables. Dieu (ce concept !) qui sait tout de nous et voit tout, l'a toujours compris puisqu'il n'a sauvé, ne sauve et ne sauvera personne qui ne sache pas se sauver lui-même. 

    Certes, ce n'est pas là le propos du réalisateur qui semble chercher à provoquer auprès du public un élan à la fois admiratif et compassionnel à l'endroit du personnage de Saul. N'empêche !

    A ce réalisateur, on concèdera ceci : ce dernier n'aurait jamais obtenu de financement si tel avait été son projet (pour rappel : ces êtres humains qui se rendent rendre complices et coupables des pires crimes pour rester en vie !). Mais alors, ne vaut-il pas mieux être le non-cinéaste de films qui auraient dû être tournés plutôt que le cinéaste de films qui ne sont pas à faire et pour lesquels on obtient souvent un financement ?

                     Peu importe dirons-nous ! Que ce jeune cinéaste soit comme tant d'autres avant lui et d'autres après lui, le cinéaste de films qui ne sont pas à faire puisque telle semble être sa destiné... la sienne et celle de nombreux de ses confrères et consoeurs !

    __________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Claude Lanzmann pour le meilleur et pour le pire

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • Monsieur Klein, Franco Solinas, Joseph Losey et Alain Delon : ou quand un autre regard est possible

    monsieur Klein, losey, delon, solinas

                 En pleine Occupation de la France par une Allemagne victorieuse, Robert Klein, marchand d’art, rachète à bas prix des tableaux de maîtres à des Juifs qui tentent de fuir le territoire.

                 Quelques mois plus tard c'est la "Rafle du Vel-d'hiv" qui scellera le destin ce Monsieur Klein peu scrupuleux.

     

    ______________________

     

                     Encensé par tout ce qui ressemble de près ou de loin à un téléspectateur, à un cinéphile, à un critique… "Monsieur Klein" de Joseph Losey, produit par le rôle titre Alain Delon sur un scénario de l’écrivain italien Franco Solinas… ce long métrage sorti en 1976  a le prestige, le mérite ou bien, l'inconvénient de l’unanimité ; autant dire, un film culte "Monsieur Kein"!

    Aussi, bon courage à qui s’avisera de formuler quelques réserves à propos de ce monument d’un unanimisme moutonnier ! Grand mal lui en prendra, pour sûr !

    Et pourtant…

     

                    "Monsieur Klein" ne serait-il pas ce qu'on peut appeler un "film menteur", un de plus,  dont le cinéma est coutumier - et pas seulement Hollywood manifestement ? Car, en ce qui concerne la dernière scène et cette voix off qui l'accompagne - écho qui se voudrait sans doute à la fois ironique et moraliste dans le genre - "Bien mal acquis ne profite jamais !" - et puis aussi - "C'est bien fait pour Klein !" -   et contrairement à ce que le scénario semble affirmer,  il n'y a pas de justice : dans la vie, les méchants ne sont jamais punis  car il  n'y a pas de morale non plus  ; ou bien alors, il faudra admettre que ceux qui entourent Klein dans ce train, et  en particulier le personnage joué par Jean Bouise dans ce wagon (à bestiaux)… que tous sont donc tout aussi coupables que lui.

    Monsieur Klein, Franco Solinas, Joseph Losey et Alain Delon : ou quand un autre regard est possible

    Monsieur Klein, Franco Solinas, Joseph Losey et Alain Delon : ou quand un autre regard est possible

               (dernière scène du film : Klein définitivement à l'étroit dans le wagon d'un train en partance - supposément - pour l'Allemagne après une rafle dite "du Vel d'Hiv"  ; dans son dos,  le personnage de Jean Bouise, un Juif spolié par Klein quelques semaines plus tôt  ; personnage censé incarné une justice immanente hélas mensongère ; et c'est alors que  le piège d'une théorie aussi fumeuse que maladroite se referme sur le trio Solinas-Losey-Delon)

     

    Alors, tous coupables : Klein et tous les autres ? Il est vrai qu'il est tentant de faire le constat suivant au regard de notre histoire ; celle de tous  les massacres et autres liquidations de masse depuis la nuit des temps : Dieu ne sauve personne qui ne sache pas se sauver lui-même car Dieu qui sait tout sait qu'il n'y a personne à sauver. Et c'est alors que le scénario se referme, tel un  piège, sur tout le monde : le scénariste, le réalisateur, le producteur, les acteurs, la critique et le public.

                     Autre remarque à propos de ce film manichéen, moralement démagogique ( démagogie communautaire  - recueillir l’estime de la communauté juive ;  sans oublier la culpabilité du non-Juif à propos des événements de la Seconde guerre mondiale) et roublard par ignorance ou par bêtise (Solinas, écrivain et scénariste,  s'est sans doute laissé "abuser" par un Delon producteur du film ; un Delon qui n'a certainement pas la carrure intellectuelle - historique et philosophique non plus - pour "gérer" un tel sujet - 1) : ce "conte" qui, encore une fois, se veut moraliste aurait été bien plus proche de ce qu'est l'être humain, de sa nature, de ce dont il est capable et de ce qu'aura été aussi l'occupation  - et par conséquent,  le film bien plus riche et précieux artistiquement et intellectuellement - si Klein avait été juif (2).

                     Certes, tout ça n'enlève rien à la qualité de la réalisation de Losey ni au film dans sa forme même si le fond ressemble fort à une escroquerie destinée sans doute à assurer le succès du film sur un plan commercial car le public - et la critique ? - aime que le méchant soit sans ambiguïté - et les gentils aussi -...  et que ce méchant soit puni à la fin.

                     Il s'agit indubitablement d'un film destiné à faire l'unanimité ; unanimité que l'on doit toujours questionner ; la vigilance et la lucidité s’en trouvent alors renforcées ainsi que la raison du plus raisonnant par voie de conséquence.

                    Le débat est ouvert. Qui s‘en plaindra ?

     

     

    1 - A ce propos, il faut bien se résoudre à constater que  Delon a sombré le jour où il a cessé d'obéir au cinéma en produisant ses propres films et à ceux qui ont écrit et écrivent encore son histoire qui a maintenant plus de cent ans, en lettres d'or. 

     

    2 - Louis Malle avec son "Lacombe Lucien - 1974" (film a contrario puisqu'il s'agit d'un méchant qui "finit bien" : rédemption amoureuse oblige !) qui n'a pas fait l'unanimité - loin s'en faut -, est certainement bien plus près de la vérité ( vérité qui attire toujours autant d'ennuis manifestement, hier comme aujourd'hui) de notre nature, tous humains que nous sommes, et de cette période maintenant historique (l'Occupation sous la Seconde guerre mondiale), et donc bien loin du mensonge de ce "Monsieur Klein" de Losey-Solinas-Delon. 

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Cinéma, de film en film....

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • “Le Guépard” ou quand Visconti est en "panne" de cinéma

    le guépard de visconti, la mafia sicilienne et Le Guépard (Il Gattopardo) est l'unique roman de l'écrivain et aristocrate italien Giuseppe Tomasi di Lampedusa, paru en 1958 à titre posthume 

                     Le Guépard (Il Gattopardo) est l'unique roman de l'écrivain et aristocrate italien Giuseppe Tomasi di Lampedusa, paru en 1958 à titre posthume adapté pour le cinéma par le réalisateur italien Luchino Visconti en 1963.

    _______________

     

                   .... adulé par toute la critique, génération après génération, dans un mimétisme sans courage ni discernement... (le premier critique de cinéma qui dira du mal de ce film perdra son boulot, c'est à croire !) "Le Guépard" ne souffre donc aucun reproche, aucune critique.

    Et pourtant ! Avec ce long métrage de 3 heures qui a toutes les allures d'une longue cérémonie d'ouverture d'un festival de cinéma (Cannes, pour ne pas le citer), il se pourrait bien qu'il s'agisse là d'un des films les plus sur-évalués qui soit ; un film hyper-académique dans sa mise en scène - c'est-à-dire : sans dynamisme, sans volonté ni imagination -, même si Burt Lancaster crève l'écran car cet acteur crève tous les écrans de tous les films dans lesquels il tourne.
     
    Un détail néanmoins, oh... trois fois rien ! Claudia Cardinale, pseudo icône féminine, fait franchement "bonniche" ; Alain Delon, lui, n'a que son sourire et une interpellation sur le mode "Mon oncle ! mon oncle ! mon oncle !....."(Burt Lancaster) aussi récurrente que superfétatoire puisque les deux personnages n'ont rien à échanger ; rien à dire, Delon n'a pratiquement rien à faire non plus et c'est peut-être mieux comme ça.
     

    Le Guépard (Il Gattopardo) est l'unique roman de l'écrivain et aristocrate italien Giuseppe Tomasi di Lampedusa, paru en 1958 à titre posthume, burt lancaster visconti

    Cela étant posé, autres parenthèses : le meilleur de Delon, on le trouve dans "Plein Soleil" trois ans plus tôt ; le cinéma ne lui confiera jamais un si bon rôle (rôle identique à celui de "La piscine" soit dit en passant, même si Deray n'est bien évidemment pas Clément - à noter le fait que Delon "tuera" à ces deux occasions, un homme, un acteur tellement plus "intéressant" que son "meurtrier Delon", dans la vie comme dans le cinéma : Maurice Ronet).
     
    Le Guépard (Il Gattopardo) est l'unique roman de l'écrivain et aristocrate italien Giuseppe Tomasi di Lampedusa, paru en 1958 à titre posthume
       
    Mais... revenons au fond du film... tout au fond...
     
    Hormis le fait que "Le guépard" c'est "Visconti en panne de cinéma"... difficile néanmoins de contester le caractère historique de ce qui nous est donné à voir et à entendre puisque ce film cache un ouvrage qui nous rappelle une vérité tout aussi historique : alors que la révolution garibaldienne fait irruption en Sicile en 1860, c'est bel et bien la Mafia qui s'apprête à succéder à l'aristocratie et non une hypothétique République sortie d'un chapeau car rien ne prédispose cette société sicilienne  à un tel destin historique ; rien ne l'y a préparée ; ce qui n'a, là encore, rien de surprenant puisque la Mafia repose sur le vol de la propriété d'autrui, de son travail et de son savoir-faire via le racket et le blanchiment de capitaux issus d'activités criminelles (traite humaine et drogue), et  l'aristocratie, elle, repose sur l'oisiveté : on fait travailler les autres ( le vol, encore le vol et le détournement des richesses !).
     
    Dans ces deux modes d'organisation de l'existence - captation, paternalisme et dépendance totale -, l'individu ne compte pas en tant que tel ; il n'a aucun droit sinon un seul qui n'est qu'un devoir : servir un collectif indivisible et indifférencié. La Mafia supplantera et singera donc l'aristocratie (1) : et c'est le cinéma qui ne s'y est pas trompé puisque...  aux USA et au Japon,  les réalisateurs que sont Coppola et Kitano filmeront cette Mafia comme Visconti, 20 ans plus tôt,  le prince Fabrizio Corbera de Salina (Lancaster), à son arrivée dans son domaine : des hommes, des femmes, des enfants se sont rassemblés : c’est « la main d’œuvre du prince » encadrée par un maire aussi flagorneur que déférant, aussi déférant que craintif, de courbettes en courbettes ; tous sont venus accueillir le maître des lieux, intimidés et reconnaissants car, révolution garibaldienne ou non, tous sont manifestement incapables d'imaginer un autre sort pour eux-mêmes.
     
    Inutile de préciser que la Mafia mettra un point d'honneur à les y enfermer à double tour dans cette résignation qui est la leur.
     
     
     
    1 - " Nous sommes des léopards , des lions et les chacals et les hyènes nous substitueront et tutti quanti , les lions , les chacals , les moutons, continueront à croire au sel de la terre »...... ainsi prophétise le conte Salina. Ce n'est que le point de vue de l'auteur (et de Visconti) ; point de vue fort discutable puisqu'il s'agit d'un point de vue partisan ; celui d'une classe : l'aristocratie. Dans les faits, la Mafia s'appuiera sur l'Aristocratie, son mode de fonctionnement et d'organisation de l'existence des Siciliens pour se développer et prospérer sans rencontrer d'opposition notoire puisque tout était déjà en place ; il suffisait simplement de changer les Maîtres.
     
    Le personne de Delon, républicain garibaldien,  ne croit pas si bien dire lorsqu'il affirme, un rien cynique comme pour rassurer son oncle (le conte Salina) : "Il faut que tout change pour que rien ne change".... car ce personnage oublie un détail important : ce n'est pas la République qui servira de paravent mais la Mafia. Et dans ce contexte, le personne de Delon n'y aura pas sa place. Il sera balayé. 
     
    Ce que semble ignorer nombre de commentateurs de l'ouvrage de Giuseppe Tomasi di Lampedusa.
     
    _____________
     
    Pour prolonger, cliquez : Cinéma, cinéma, de film en film...
     
     
    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • Le cheval de Turin : Béla Taar ou le refus... envers et contre tous

     

     

     

                  Pour la petite histoire, face au grand artiste qu’est Béla Taar, réalisateur hongrois, Le cheval de Turin film sorti en 2011, a pour origine un incident qui bouleversera la vie d’un certain Friedrich Nietzsche :  le 3 janvier 1889, alors qu'il effectuait un trajet en calèche dans la ville de Turin, le cheval cessa d'avancer. Incapable de le remettre en marche, le cocher battit la bête, ce qui suscita chez le philosophe un élan de compassion irrépressible d'une intensité hors du commun :  Nietzsche se pendit au cou de l'animal et passa, prostré, les dix dernières années de sa vie dans un état de démence.

    De là à penser que Béla Tarr, qui aurait été présent ce jour-là, n’aurait trouvé rien de mieux que de rentrer avec ce cheval et son cocher jusqu’à cette ferme isolée battu par une tempête du diable, un père taiseux et sa fille, une charrette et ce même cheval qu'on attellera puis détellera, une fois, dix fois... avant de renoncer...

    Grande est la tentation !

     

                  Film frugal tout comme le repas qu’un père et sa fille partageront jour après jour - des pommes de terre cuites à l’eau au gros sel -, tandis que dans la grange, un cheval refusera bientôt toute nourriture ; et à propos de cet animal, on sera tenté de se dire que si ce cheval avait eu le don de la parole, nul doute, serait-ce sans un mot qu’il aurait mené sa vie...

     

              

     

                   Cinéaste au rythme cardiaque très lent, cinéma en apnée car, si d'aucuns savent retenir leur souffle, d'autres savent retenir le temps comme personne, tout comme cette musique musclée - organum et cordes dans le grave  -, véritable bombe à retardement lancinante et récurrente (en do mineur), destinée à porter et à accompagner 30 plans-séquences de cinq minutes chacun, plans contemplatifs pour l'uns, pour d’autres,  moins compréhensifs ou pusillanimes, plans interminables...

    Ces plans trouveront pourtant leur raison d’être, leur force, leur efficacité, leur caractère aussi rare que précieux (comme chacun sait, le cinéma ce n’est pas ce qui nous est montré mais ce qui nous est révélé !) dans le fait que, tous ces plans, sans exception, forceront le spectateur à quitter l’image et l'écran pour rentrer dans lui-même et y poursuivre deux heures et demie durant, même et surtout somnolent, sa propre œuvre que devient alors sa vie pour le temps qu'il lui sera donné d'être le spectateur de Béla Tarr.

    Pour cette raison, Le cheval de Turin se rêve autant qu'il se voit. Aussi, et vraiment ! on peut affirmer qu’avec le cinéma de Béla Tarr c’est autant le spectateur qui fait le film que le réalisateur. Et nous devrions tous demander à partager avec lui l’Ours d’argent que le film a reçu à l'occasion du dernier festival de Berlin.

                   Artiste d’une radicalité qui n’a besoin ni de discours ni de justification, fascinés nous sommes face à la volonté de fer de ce réalisateur pour lequel aucun compromis n’est une option ! Et si au cinéma, le noir-et-blanc reste bien le choix de ceux qui ont encore quelque chose à dire, et la couleur, celle de l’industrie cinématographique, avilissant tout ce qu’elle touche et recouvre…

    Le cheval de Turin restera un gigantesque bras d’honneur adressé à cette modernité cinématographique imbécile et veule, film après film - un film chassant l'autre -, d'un Béla Tarr ennemi public numéro un de tous ceux qui ont la faiblesse, la bêtise ou la naïveté de penser que le cinéma n’est qu’un divertissement destiné à nous faire vivre par procuration des vies au suspense insoutenable, dans la fureur, le bruit, le sang, les larmes et la sueur de coïts sans nombre...

    Mais alors... qu'ils passent donc leur chemin ! Le  prochain Eastwood (Eh oui ! Déjà le suivant ! Car, c'est bien connu : les gens qui n'ont pas idée en ont cinquante par jour), avec ses acteurs- tâcherons d’une industrie sans art, y pourvoira, car quelque part, dans une province hongroise, un réalisateur  attend les plus exigeants d'entre nous.

     

    ***

     

                  Après le passage d'un groupe de tziganes que personne n’a invité, chassé à la hache, l’eau du puits s’est tarie,  la tempête s’est tue, le soleil a fondu et l’aube ne s’est plus levée...

     

    (Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin le puits se vide)

     

    Après l'eau, c'est une lampe à pétrole, au réservoir pourtant plein, qui refusera définitivement d'éclairer la demeure d'un père et de sa fille, et bientôt l'écran car,  plus de lumière, plus de cinéma !

     

    ***

     

                  Béla Tarr écrase tout sauf le spectateur, et longtemps on pourra se demander avec lui qui n’en a aucune idée aujourd’hui encore, et même après plus de dix films, quelle peut bien être l’origine (quelle scène primitive au traumatisme fondateur ?) d'un tel parti-pris artistique, d’un tel refus proche d'un Bartleby, obstiné et têtu, d'une telle démarche hors du commun, même si une réponse semble s'imposer :

    A l'origine de cette radicalité sans doute trouvera-t-on le refus (encore le refus !) d'un monde dans lequel il n'est plus possible de vivre sans tuer l’autre ou dans le meilleur des cas, sans pourrir irrémédiablement la vie de son voisin avant de ruiner sa vie propre dans une lutte acharnée et cruelle pour une survie qui n’est déjà plus une vie mais un commencement de mort lente et sinistre. 

                     Et si l'on tend l’oreille, on pourra très certainement entendre de la voix de Béla Tarr nous signifier ceci : « Dans ces circonstances, ce sera sans moi ! ». En effet, Le cheval de Turin est l'ultime film d'un cinéaste qui abandonne le cinéma.

     

    _____________

     

    Pour prolonger... cliquez Cinéma ! De film en film

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • Polisse : le sans-faute de Maïwenn ?

                  

              Que du talent, de l'intelligence et du culot dans ce dernier opus de Maïwenn ? Très certainement.

    Un casting à vous couper le souffle (du plus petit intervenant aux acteurs principaux), une direction d'acteurs et une mise en scène d'une qualité aujourd'hui bien trop rare (parfois même... quasi inexistante) dans le cinéma français pour ne pas être saluée...

    C'est admiratif que l'on quitte ce film. Même si.... 

                 Deux bémols toutefois : 

                 - Il est vrai que l'on peut trouver plutôt détestable qu'un acteur quel qu'il soit, accepte de se voir attribuer le "beau rôle" ; un rôle sans ambivalence... un personnage à la "je suis vraiment un type bien ! Pas vrai ?" que sa compagne et réalisatrice ont réservé à Joey Star (la réalisatrice ne s'en cache pas ; elle a fait ce film pour son compagnon qu'est l'acteur)..... ça en devient même embarrassant après une heure ! Avoir placé Joey Star au centre du film, c'était finalement assez opportuniste sur un plan commercial et démago aussi. En revanche, les personnes joués par Karine Viard et Marina Fois sont bien plus riches, et puis surtout, bien plus près de ce que nous sommes tous : avec elles, la vérité reprend ses droits après le mensonge du personnage de Joey Star.

              - Plus proche du petit que du grand écran - génération télé oblige, sans doute ! -, avec Polisse, le cinéma (1)... tel qu'il est né avec Metropolis et tel qu'il a pu se développer avec Citizen Kane semble s'être fait la malle, même si Cassavetes n'est pas parti bien loin.

     

              Qu'importe ! Puisque l'on peut raisonnablement penser que l'oeuvre de Maïwenn n'en avait pas besoin.  

     

     

    1 - Ce qui tente une nouvelle fois à prouver que le cinéma, ce n'est pas que de la mise en scène et de la direction d'acteurs...

    ____________________

     

    Pour prolonger... cliquez Cinéma ! De film en film

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • "Blind shaft" de Li Yan

    blind shaft de li yang, cinéma chinois, les mines et les mineurs en chine, capitalisme chinois,

     " J'élimine tout obstacle à mon enrichissement" professe un mineur meurtrier.

     

               A l’autre bout du monde… avec Blind Shaft en 2003, le réalisateur chinois Li Yang met en scène une Chine issue du passage d’un communisme dur à un capitalisme sauvage d'Etat : individualisme forcené et a-moralité sont cultivés sans vergogne et contaminent les plus humbles et les plus fragiles, dans le contexte d’une mine de charbon illégale qui prospère grâce à la corruption des autorités locales.

    Un puits sans fond cette mine occupée par des migrants, loin de leur village et de leur famille, très loin, dans ce vaste territoire privé d’horizon, jusqu’à en devenir aveugle. Une mine "tonneau des Danaïdes" pour y engloutir des êtres humains qui ne valent que ce que la famille réclamera comme indemnité en cas de décès (accidentel ou pas !), et ce que le propriétaire sera disposé à verser comme indemnités : situation donnant lieu à des tractations indignes entre les intéressés ; une mort est vite indemnisée et le poste vacant très vite occupé.

                    Dans la dernière scène, un crématorium - le corps d’un mineur y est incinéré -, et son conduit de cheminée d’où une fumée épaisse et noire s’échappe, sont placés sous le regard figé d’un jeune mineur héros malgré lui d’un film sans complaisance ; son regard à la fois absent et hébété nous conduira sans équivoque à une prise de conscience d’une réalité dévoreuse de toute considération pour quelque vie humaine que ce soit.

    Cette dernière scène forcera la réflexion suivante : jamais dans aucun pays (sinon dans l’Europe des 18è et 19è siècles) de telles conditions ont été réunies pour un développement économique auquel on sacrifiera tout car, en son nom, tout sera permis : le capitalisme occidental l’avait rêvé - et en rêve aujourd’hui encore ! Le capitalisme chinois, lui, l’a fait.

     

    Pour prolonger, cliquez : Cinéma, de salle en salle

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
  • American sniper - American bastard

     

    american sniper,eastwood,bradley cooper,hollywood,irak

     

               "American sniper" de Clint Eastwood aura battu tous les records aux Etats-Unis dans les 2 premières semaines de son exploitation en décembre 2014 ; ce sera le plus gros succès commercial de la carrière du réalisateur.

     

    ***

     

              Sorti en France en février 2015,  American sniper "raconte" l’histoire de Chris Kyle de l’US Navy Seal aujourd'hui célèbre, et tout aussi célébré, pour sa remarquable efficacité durant son engagement en Irak ; efficacité en tant que sniper... bien entendu. 

    L’effet direct du film sur le public américain ne tardera pas à se faire sentir ; les retombées seront islamophobes et racistes :

    « Un p*** de bon film et maintenant je veux vraiment tuer certains de ces p*** d’enturbannés ! »

    ou bien encore...

    « Amerian Sniper me donne envie d’aller tirer sur quelques p*** d’arabes ! » déclare un autre spectateur.

     

    american sniper,eastwood,bradley cooper,hollywood,irak

            

     

                 Quant au réalisateur, ce pauvre Eastwood, il ne se sera décidément rien épargné durant sa longue, trop longue carrière (1) - un film tous les ans depuis trente ans -, puisqu'il signe là son film le plus affligeant ; un film d'une ignorance et d'une bêtise crasses, et par voix de conséquence, moralement (et politiquement... pour peu qu'Easwood et son public soient capables de comprendre ce que cet adverbe implique) abject.

    Comme quoi, on ne se refait pas ! Jamais ! Et plus encore lorsque l'on ne peut pas cacher très longtemps d'où l'on vient ! C'est sûr : Eastwood n'aurait jamais dû quitter le western spaghetti et s'effacer avec lui, ou bien encore, garder son costume d'inspecteur Harry, de triste mémoire, avant de prendre sa retraite dans l'oubli. Cela fait des années que nous sommes nombreux à tenter de convaincre la critique cinématographique à ce sujet, en particulier Télérama, les Inrocks, Positif (Michel Ciment en particulier qui ne jure que par lui - faut dire qu'ils ont le même âge et qu'aucun des deux n'a le courage de raccrocher)  et "Les cahiers" : en vain (1).

     

                  Car... mais faut-il le préciser ?... avec "American Sniper", le réalisateur et son public dont il n'y a définitivement plus rien à sauver, semblent avoir tout simplement oublié, eh bien... que les Irakiens sont chez eux. Eh oui !

     

                 Vous dites ? Les troupes américaines ont le soutien d'un gouvernement dit "irakien" de ce que l'on nomme encore l'Irak ? 

     

    Oui, sans doute, mais... ce gouvernement et sa proximité avec les troupes américaines ne vous rappelle pas un passé franco-français pas si éloigné ? Car enfin, ce gouvernement irakien sorti des urnes de Washington, n'est-ce pas un peu aussi, et surtout, Vichy et la collaboration avec l'occupant allemand ?

              

                      Comment ça ? Ca vous avait échappé ?

     

               Avec ce film qui a tous les attributs d'une commande du Pentagone, ainsi qu'à la lecture des commentaires de ceux qui l'ont vu dès les premières semaines, une pensée vient à l 'esprit : heureusement qu'Hitler était nazi et accessoirement antisémite, car, dans le cas contraire, ils lèveraient aujourd'hui tous le bras. Oui ! Bien haut le bras !

    D'ailleurs, ils le lèvent ce bras, même manchots ! tellement la connerie et la scélératesse ne connaissent plus, chez tout ce beau monde, de limites, de frontières, de retenue.

    Oui ! Ils le lèvent ce bras, à l'heure où ceux qui le baissent sont poursuivis en justice (voir la quenelle)... tous le lèvent, de Washington à Tel-Aviv en passant par l'Elysée et Bruxelles !  Et c'est la gerbe ! Encore et toujours la gerbe !

     

               Aussi, pour cette raison, on vous épargnera une analyse du film d'Eastwood puisque ce film, vous le connaissez tous, il a déjà été tourné mille fois : avant hier les Indiens, puis vinrent les Vietnamiens ; aujourd'hui, les Arabes et les Musulmans ; John Wayne, De Niro (The deer hunter) et un dénommé Bradley... dont on se fout, du reste ! Et cette fois-ci en pire : amalgame, manipulation, diabolisation, voire... déshumanisation de tout ce qui de près ou de loin ressemble à un Irakien, un Arabe, un Musulman, hommes, femmes et enfants sur fond de bonne conscience, bien évidemment ! Bonne conscience propre aux pompiers-pyromanes venus faire un tour pour constater l'ampleur de la dévastation (2).

    Faut dire qu'à huit euros la place, à ce tarif là, c'est donné ! On fait le voyage sans hésiter. Alors, pourquoi s'en priver ? Les occasions de passer un bon moment en cassant du bougnou** en toute impunité - encore et toujours le bougnou** ! -,  ne sont pas si fréquentes de nos jours !

     

                  Après le tourisme sexuel, voici le tourisme guerrier avec "American Sniper" ! Là encore, pour trois fois rien, et sur le dos de la vérité du plus faible. 

     

    ***

                     Il est vrai que  les films d'Eastwood ne sont  jamais très loin de son public et son public du réalisateur dont le cinéma se montre juste à la hauteur, et jamais au-dessus, jamais ! Cinéma qui n'a de cesse de flatter son public, le cinéma d'Eastwood n'élève la conscience et l'esprit de personne. 

                    Réalisateur le plus sur-évalué de la critique française avec Scorsese, nominé pour six Oscars dont celui du meilleur film, "American sniper", sera récompensé pour le "montage sonore" seul. Là, c'est Hollywood qui sauve la mise, et peut-être aussi son honneur car il était un temps question de remettre à cet "American sniper" l'Oscar du meilleur film.

     

     

    1 - Les réalisateurs qui comptent vraiment ont compris depuis plus de trente ans que les films de guerre n'ont aucun intérêt ; les films sur la guerre seuls importent : Apocalyspe now, les sentiers de la gloire et docteur folamour ( éventuellement " la ligne rouge" bien que le film repose sur un mensonge : la perte d'un paradis originel - sans doute n'a-t-il jamais lu Levi-Strauss), trouveront grâce à nos yeux. Que Easwood ne l'ait toujours pas compris, cela ne surprendra personne : il est un réalisateur pour lequel le cinéma s'est arrêté aux années 50. Tous les films de ce réalisateur ont déjà été tournés ; il est le seul à ne pas le savoir ; lui et son public.

    Easwood est cohérent : il a voté tour à tour Bush et Trump.

     

    Pour prolonger, cliquez : Eastwood par Serge ULESKI : rebond sur Agoravox

     

    2 - La politique conduite par les USA et ses complices, de la Libye à l’Afghanistan en passant par le Yémen et l’Afrique subsaharienne depuis septembre 2001 a fait près de 3 millions de morts... musulmans bien évidemment - embargo irakien inclus sous Saddam Hussein !

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Clint Easwood : quand la critique s'effondre

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Themroc de Claude Faraldo

                                         THEMROC (Claude Faraldo, 1973) from Spectacle Theater on Vimeo.

     

                    Les grands fauves de la subversion sont de  retour ; finis les prolétaires gentils - métro, boulot, dodo -...  

                    L'An 01 de Rivette, Guy Debord, Jean Eustache et Jean Yanne comme autant de témoins des premières années de la décennie 70, après "Bof", son premier long métrage, Themroc c'est  Claude Faraldo (un temps chauffeur livreur) qui  fait  la révolution sur les vestiges des barricades ouvrières de Mai 68 et de l'échec de toute une classe 5 années plus tard  ; le consumérisme a fait des ravages ; il a noyé les rêves d'indépendance et de liberté de la classe ouvrière dans le fétichisme d'une marchandise  qui s'autorise tout et qui ne laisse aucune terre, aucun cerveau en friche ; les herbes folles n'ont plus qu'à bien se tenir !

                    Themroc se veut un cri de guerre, un cri de ralliement. Son cri  aura pour écho féminin "Rocthem" ;  film parlant une langue totalement inconnue, une langue onomatopée, la langue de ceux qui n'ont plus rien à dire mais tout à hurler, c'est un ouvrier peintre en bâtiment  en rupture ( et c'est peu que de le dire!) qui donnera le tempo, mènera la danse, Michel Piccoli en l'occurrence  qui demeure, quoi qu'on puisse dire, l'acteur de sa génération (avec Michael Lonsdale) qui n'hésitera pas à prendre quelques risques avec sa carrière.

     

    themroc claude faraldo, piccoli serge uleski themroc

                  Révolte d'une détermination invincible de prolétaires maintenant révolutionnaires et anthropophages pour lesquels les CRS sont de la viande à méchoui... loups-garous irruptant,  corps exultant, gémissant, extasiés, hommes et femmes confondus,  ode libertaire sans vergogne, "Themroc" est irremplaçable.

                  Mais alors.... près d'un demi siècle plus tard, qu'en est-il de ce cri de guerre ? Qui peut encore le pousser et à quelle fin ?  

                 Et puis aussi, et puis surtout : qui s'en fera l'écho ?

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Art et culture, cinéma et littérature

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu