Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Gilets Jaunes - Page 2

  • J'veux du soleil ! en salle le 3 avril - road movie dans la France des Gilets jaunes réalisé par Gilles Perret et François Ruffin

                  

     

                    Road movie dans la France des Gilets jaunes réalisé par Gilles Perret et François Ruffin ou quand la honte doit changer de camp !


                                 

     

                                          Le site du Film : J'veux du soleil !

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : dossier Gilets Jaunes

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Militant LCR hier, enseignant HEC aujourd'hui, Stéphane Rozès : renégat ou repenti ?

     

     stéphane rozès sur les gilets jaunes

     

                   Fils d'un directeur commercial et d'une directrice d'école, né le 22 avril 1957 à Paris, Stéphane Rozès militera à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) du milieu des années 70 au milieu des années 80, puis au Parti socialiste (1).

    Un temps patron de BVA et de la Sofres, Stéphane Rozès, omniprésent dans les médias, enseigne à HEC et Science-po tout en étant à la tête d'un cabinet privé de consultants.

                   Très courtisé par les chaînes d'info en continu, depuis quelques semaines Rozès croit manifestement parler des Gilets Jaunes quand il a prétention d' analyser les tenants et les aboutissants, le comment et le pourquoi, de ce mouvement ; il aimerait sans doute aussi que l’on croit qu’il s’en soucie.

    Dans les faits, cet homme au ton très professoral, incapable de sortir de son rôle d'enseignant, n'a qu'une seule préoccupation tout comme ses confrères des plateaux de télé : est-ce que Macron va pouvoir continuer, et le système avec lui ; ce système qui a permis à ce même Macron d'occuper l'Elysée avec 18% des inscrits au premier tour ; ce système qui a fait de Rozès, l’ancien gauchiste, le prof des riches et de leurs enfants.

    Or, pour parler des gilets jaunes et être un peu près certain de ne pas trop se tromper, encore faut-il avoir quitté l'école à 16 ans et être condamné à organiser son existence et celle de ses proches, sa famille, autour d'un budget mensuel qui s'élève entre 900 et 1200 euros ; en d'autres termes, il faut avoir besoin de tout ou bien encore : être privés de tout.

    A propos de ce commentateur qui n'a besoin de rien et qui a la naïveté ou la vanité de se dire ou de se croire professionnel, objectif et dépourvu de préjugés (de classe) dans ses analyses - c'est du moins ce qu'il prétendait récemment chez Aude Ancelin  -,  grande est la tentation de lui demander, tout comme à ceux qui n'ont rien à dire, de se taire, tout simplement, même s'il est vrai que l'on pourrait tout aussi bien conseiller vivement à cet analyste d'écouter et puis aussi, de partager un peu de la vie de ceux dont il se croit autorisé à leur expliquer qui ils sont et où ils vont.

                  Qu’il soit permis de rappeler à cet ancien gauchiste de la LCR, ceci : « Monsieur Rozès, ces Gilets Jaunes sont tout ce que vous ne serez jamais pour n'avoir jamais rien partagé avec eux : frustration, humiliation, colère et doute quant à leurs chances d'obtenir gain de cause car pour eux tous, c'est aussi et surtout une question de vie ou de mort sociale. »

                    A bon entendeur...

     

                   

                                                

    1 - Stéphane Rozès et le syndrome mai-68 : Gauchiste à 20 ans, membre du PS à trente, puis à la tête d' entreprises spécialisées dans  la manipulation de l'opinion publique (instituts de sondage), entre deux leçons dans des Ecoles de bourrage de crâne et une omniprésence dans les médias mainstream pour nous dire à demi-mot "Si c'était différent, ce serait pire encore !"... comment alors interdire à tout individu âgé de moins de 50 ans, un engagement à l'extrême gauche quand on sait ce qui reste de cet engagement une fois retombée la fièvre d'une jeunesse avide d'utopie ? 

    Parce que... bon, arrive un moment où ça va bien comme ça !

     

    ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets Jaunes - le dossier

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Election européenne : quand les abstentionnistes se réveilleront, toute la classe politique et les médias trembleront

    élections européennes 2019,les gilets jaunes,lrem,macron et castaner violonces policières

                           Nice, samedi 23 mars 2019 : Geneviève Legay, 73 ans, militante d’Attac, a été grièvement blessée lors d’une charge de policiers, dans le cadre de la 19e journée de mobilisation nationale des Gilets jaunes.

     

     

                   La violence qui s’abat sur les Gilets Jaunes depuis trois mois, cette violence-là a trente ans ; c’est la violence d'un « Il n’y a pas d’alternative !»

                   Si l'on peut considérer que c'est une erreur de personnaliser cette violence, et même si Castaner est bel et bien un voyou de la politique et Macron un garçon de course de l'oligarchie mondiale qui joue là, avec ce mouvement GJ, son avenir professionnel à l’international pour les 20 prochaines années car s’il cède,  il se condamne à l’oubli...

    Personnaliser à outrance cette violence de l’Etat, c’est ignorer ou bien c'est oublié que cette violence s’exerce sur toute la société depuis la rupture de 1983 et le virage du PS en direction de Maastricht, de l’Euro, puis avec Sarkozy et le traité de Lisbonne ; et si cette violence policière maintenant incontestable - violence condamnée par nombre d'institutions (de la France à l'U.E jusqu'à l'ONU) -, s'est exercée dès les premières semaines sur un "mode terreur" - dissuader à jamais les manifestants de revenir -, c’est pour la raison suivante : depuis Mai 68, jamais la rue n’a été occupé comme elle l’est aujourd’hui par les Gilets Jaunes tant dans la manière que sur la durée.

    Les Zadistes de Notre dame des Landes en savent quelque chose : cette violence, ils l'ont subie durant des mois même s'il s'est agi d'une violence moins médiatique parce que géographiquement circonscrite à propos d’une lutte « marginale » : celle de l’extension d’un aéroport de province.

     

    ***

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "bulletin de vote et urne"

       ......................A voté !

     

     

                  Fin du Grand débat national... de diversion, gardant à l'esprit qu'aucune des revendications des Gilets Jaunes ne sera satisfaite ( augmentation significative des petites retraites et des petits salaires ; refonte de notre constitution), à l'occasion des Européennes, une nécessité semble s'imposer : le retour de tous les abstentionnistes vers les urnes avec à l'esprit, cet impératif : "Tout sauf Macron !"

                 Les Gilets jaunes, les Bonnets rouges, les activistes de Notre dame des Landes ont apporté la preuve que le lieu de l'expression d’un rapport de force en faveur de la justice sociale, de l'écologie et d'une vie décente n'est plus à l'Assemblée avec ses députés godillots ni au Sénat avec des sénateurs  somnolents, peinards, confortablement installés dans leur rémunération dès l'âge de trente ans.  

    Aussi, reste à espérer que les Gilets Jaunes dans leur ensemble sauront évaluer à sa juste valeur, mais sans complaisance ni relâchement, l’importance de cette révélation car, ce qui ne doit pas pour autant être remis en cause ce sont la nécessité et l'exigence suivantes : que les Gilets jaunes n’oublient surtout pas leur colère à toutes les élections : que ceux qui ne votaient plus, reviennent vers les urnes ! 

    Les Européennes sont une élection pour les classes moyennes (plutôt le haut de cette classe) et les classes supérieures ; d'où un fort taux d'abstention scrutin après scrutin ; or, depuis trente ans, le "Système" compte sur les abstentionnistes  pour continuer de détruire tout ce qui a été construit depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.        

    Affaiblir le locataire de l’Elysée, et ceux de Matignon, passe par un vote massif anti-LAREM, anti-LR aussi à titre préventif en ce qui concerne ce parti, dans l'impossibilité de se tourner vers MLP, il sera inévitablement appelé, tôt ou tard, à servir de force d'appoint à un Macron en difficulté.

    N'oublions pas non plus de "finir le travail" commencé voilà dix ans contre le PS qui bouge encore alors que l'on pouvait raisonnablement penser qu'il était mort.

    Seule la peur chez les élus LAREM les forcera à faire pression sur Matignon et l'Elysée : peur de cette sanction électorale qui ne se relâchera pas ; des centaines de mandats en danger... locaux, nationaux et européens. 

    Gardons à l'esprit cette peur qui est la leur : ne pas pouvoir faire "carrière" en politique, de devoir y renoncer.  

    Il est vraiment temps de brandir la menace du "licenciement" pour tous ces élus ( primo-élus en grande partie) alors que nous semblons oublier que nous sommes leur patron à tous. Aussi, pour cette raison, ne pas voter c'est se démobiliser et permettre au locataire de l'Elysée et aux médias de relativiser l'importance de la contestation dans les rues depuis trois mois, et demain dans les urnes.

     

    élections européennes 2019,les gilets jaunes,lrem,macron et castaner violonces policières

     

                   A tous, il faut leur infliger la plus grande des sanctions qui soit : la sanction électorale qui provoquera d'ici deux ans, une crise de régime sans précédent (et non plus "une crise politique", une de plus ! sans conséquence sérieuse que la classe du même nom s'empressera de gérer sans difficulté), car quand les abstentionnistes de ces 20 dernières années se réveilleront, ce sont la classe politique et les médias qui trembleront.

    Soyez-en assurés !

    ________________

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

     

    Lien permanent Catégories : Europe et U.E, Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Gilets Jaunes : une militante d'Attac, âgée de 73 ans, a été grièvement blessée lors d'une charge de la police

     

    gilets jaunes : une militante d'attac,âgée de 73 ans,a été grièvement blessée à la tête lors d'une charge de la polic

     

                     Nice, samedi 23 mars 2019

                  Geneviève Legay, 73 ans, militante d’Attac, a été grièvement blessée lors d’une charge de policiers, dans le cadre de la 19e journée de mobilisation nationale des Gilets jaunes.

     

    gilets jaunes : une militante d'attac,âgée de 73 ans,a été grièvement blessée à la tête lors d'une charge de la polic

     

                       Verbatim Macron : "Quand on est fragile, on ne se met pas dans des situations comme celle-ci ..."

                                         

    Gilets Jaunes : une militante d'Attac, âgée de 73 ans, a été grièvement blessée à la tête lors d'une charge de la police

                         

                 "Elle l'a bien cherché cette Geneviève !" - allez, dis-le Macron !

     

     
                             

          

    ______________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Une proposition de sociologie des Gilets Jaunes avec Raphäel Challier

     

     

                             sociologie des gilets jaunes raphaël challier

                Raphaël Challier est docteur en sociologie (Cresppa Gtm) et Ater en science politique à l’Université de Mulhouse (Sage). Ses recherches portent sur les recompositions des classes populaires rurales et urbaines, les séparations politiques entre ces groupes et les classes aisée ainsi que sur les fractures entre professionnels et profanes du champ politique. sociologie des gilets jaunes avec raphaël challier

           

                       "... Le groupe des gilets jaunes reste majoritairement blanc et, à de rares exceptions, inclut peu les habitants membres des minorités, indice des limites potentielles de la solidarité produite. L’évolution du mouvement apparaît d’autant plus imprévisible qu’il s’est déroulé largement en dehors des réseaux militants constitués et repose en premier lieu sur la rencontre entre une dynamique (nationale) de mobilisation et une mise en commun d’expériences (au niveau local), qui active des micro-dispositions politiques chez des primo-engagés membres pour la plupart des classes populaires. "

                   "... Vue du terrain, la mobilisation des gilets jaunes traduit avant tout une réelle aspiration à la justice sociale et à la reconstruction de liens civiques. Pourtant, la faible présence des forces politiques, syndicales et associatives à même de consolider les potentialités constructives du mouvement en rend l’issue hautement incertaine. Si le regroupement massif d’acteurs populaires sur les ronds-points prouve que certains membres de ces groupes aspirent à une citoyenneté active, il rappelle aussi, par contrecoup, leur invisibilité très générale dans l’espace politique institué." 

     

    Article à lire ICI

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • L'après "Grand Débat... de diversion" : quelles mesures ? Quand et comment ?

    l'après grand débat, macron, les gilets jaunes

     

                     L’après débat...


                     Les mesures...


                     Mais alors, quelles mesures dans le cadre et dans le contexte d'un Système que l’équipe Macron sert, et tous les autres avant lui, qui ne laisse aucune marge de manœuvre financière ?
    Système qui, pour l’heure, est seul capable d’offrir une carrière à celles et ceux qui n’ont qu’un désir : échapper au salariat en se reposant sur les revenus de la politique, et ce à tous les niveaux et de revenus et d'ambitions, les uns se contentant d’un poste de député… (à vie si possible) ;  d’autres, plus ambitieux : Matignon, voire l’Elysée ; et d’autres plus ambitieux encore (Macron) ; un poste à la tête d’une institution internationale : Commission européenne, FMI et autres.

    Côté contestation et impatience, reste l’écologie et ses troupes que l’Elysée compte bien « balader » encore deux ans en attendant la prochaine élection présidentielle et la présence de MLP au second tour, histoire de rafler la mise sans avoir à livrer bataille une fois de plus… mais une fois de trop ?

                     Les Ecolos soit ! En revanche, satisfaire les revendications des Gilets Jaunes - la fin des retraites à 900 euros, la fin des salaires à 1150  euros pour un travail à plein temps au SMIC horaire et la refonte complète de la 5è république, de notre constitution et de nos institutions par voie de conséquence -,  ça, c’est "une autre paire de manches" !

    Un fait est certain : Macron ne pourra pas répondre aux exigences des GJ qu'elles soient d'ordre financier et/ou constitutionnel, pour les raisons explicitées plus haut.

    Un cauchemar pour Macron ces exigences ! D'autant plus qu'il est bon de garder à l'esprit ceci : plus vous aurez libéré la parole, plus grande sera la frustration et la déception si cette parole n'est pas entendue ni suivie d'effets.

                    Aussi, les mois qui sont devant nous seront d’un intérêt rare : comment Macron va-t-il « endormir les Gilets Jaunes» ? Comprenez : comment va-t-il parvenir à les dissuader de continuer d’occuper le terrain ?

    Face à des sondages incitatifs car maintenant majoritairement défavorables au mouvement des GJ, doit-on s'attendre à une répression accrue avec le soutien des médias, des partis LAREM, LR, PS et de l'opinion publique afin de dissuader définitivement la quasi totalité des Gilets Jaunes de revenir le samedi suivant ? Ou bien, résignation des Gilets Jaunes ? Ou bien encore, récupération, absorption et intégration du plus gros des troupes par quelques partis d’opposition ?  

                    Bien malins sont ceux qui peuvent, aujourd'hui, prédire l'avenir des Gilets Jaunes, celui de Macron et le nôtre à tous.

     

    ______________

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Gilets Jaunes et le grand silence des Marseillais

     

    Marseille gilets jaunes silence jean claude Godin

     

                        2è ville de France à la tête de laquelle sévit un maire "grande gueule" qui cultive ad nauseam l'auto-satisfaction et l'auto-célébration depuis 1995, et dont l'action est sans solutions ni résultats probants...

    Marseille gilets jaunes silence

    ... un stade de football de 35 000 places plein à craquer à chaque match ( Allez l'OM !)... musique et bals musette à la sauce Rap...

    Mais aussi, mais surtout... misère, pauvreté, chômage, des immeubles qui s'effondrent, des "quartiers ghetto", taudis en veux-tu-en-voilà, drogue, délinquance, assassinats mafieux...

    Week-end après week-end, les médias peinent à nous montrer un seul Gilet Jaune mobilisé déambulant de l'avenue de la Canebière jusqu'au vieux Port face à la méditerranée ; même Bordeaux fait mieux, beaucoup mieux... c'est dire  !

     

              Mais alors, comment interpréter cette absence de mobilisation (retraités, auto-entrepreneurs, chômeurs, salariés au SMIC horaire, artisans et commerçants...), ce silence déroutant, semaine après semaine alors que seule l'occupation des centres villes (et des ronds points) par les Gilets Jaunes, permet à ce mouvement d'exister ?

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Franck Lepage : éducation populaire, Macron et les Gilets Jaunes avec Le Comptoir.org

     

     

      un-conferencier-marathonien-aussi-pertinent-que-drole.jpg

    Franck Lepage avec la revue Comptoir.org

     

               Franck Lepage est le cofondateur de la coopérative d’éducation populaire "Le Pavé" et de l’association L’Ardeur, ancien directeur du développement culturel à la Fédération française des maisons des jeunes et de la culture, développe et propage depuis des années le modèle de la conférence gesticulée, dont il est à l’origine.

     

    *** 

     

     

    Entretien du 

     

     

    A propos du mouvement Les Gilets Jaunes :

     

                 "... la seule chose qui oblige le patronat à reculer, ce n’est pas la violence, c’est l’arrêt de la production. La grève générale. Dans ces cas-là, le patronat (et les gouvernements - ndlr) cesse de rigoler et lâche tout. Tout en imaginant qu’ils récupéreront tout ça derrière, mais sur le moment, ils ne veulent qu’une chose : lâcher, et que la production reparte.

    Là, on manque de ça, de la grève. Ils ont désamorcé instantanément la grève des routiers en leur donnant tout de suite ce qu’ils exigeaient parce que les routiers ont le pouvoir de paralyser le pays et de bloquer la production. Le mouvement des Gilets jaunes est donc un mouvement où le pouvoir politique a toutes les cartes en main pour réprimer de façon extrêmement violent…"

     

                  Un point de vue lucide et courageux sur la violence dans le cadre d'une crise sociale et institutionnelle incarnée par les Gilets Jaunes :

     

                   "Macron est quelqu’un de très dangereux. Le fait qu’il ait défilé le jour de son élection dans un véhicule militaire en dit long. Le petit numéro qu’il a joué à Verdun, cette espèce de réhabilitation de Pétain, tout ça, c’est pour se mettre l’armée dans la poche. Je pense que ce mec est d’autant plus dangereux qu’il est bête. J’ai lu un petit bouquin il n’y a pas longtemps, Comment la non-violence protège l’État. On a aucun exemple de droits sociaux conquis sans violence. D’autant qu'il faut aussi ( et surtout - ndlr) parler de la violence policière, de la violence d’État.

                  La violence n’est pas une pathologie, c’est un facteur de l’Histoire. La gauche ( disons plutôt le PS, cette fausse gauche - ndlr) est non-violente. Je suis d’accord pour dire que la violence, c’est mal. Mais c’est un peu court car la violence sociale est énorme : des gens se suicident, merde ! On ne parle jamais des milliers de morts du travail."

     

                                              La France, le pays le plus répressif d'Europe : 

     

                   "Ce qu’il faut aussi comprendre, c’est que la France est un pays extrêmement répressif, probablement l’un des pays “développés” les plus répressifs. Il suffit de regarder ce qui se passe dans les entreprises pour le comprendre. J’ai une amie qui est médecin à l’hôpital de Paimpol – un médecin c’est pas un prolo, quand même – et elle pète les plombs. Ce qu’elle raconte de ses conditions de travail, c’est de la folie furieuse. Et ça, tu le retrouves partout, que l’on parle de ceux qui font de la recherche ou des profs…" 

     

                         La suite ICI

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

     

    Lien permanent Catégories : Franck Lepage : les conférences gesticulées, Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Alain Finkielkraut et les médias : quand un tapis rouge cache une étoile jaune

     

     

    finkielkraut et gilets jaunes antisémitisme

     

            Alain Finkielkraut face à quelques Gilets Jaunes en colère, le 17 février 2019.

     

                                                                     ***

     

                  Pure provocation la présence de cet académicien près de la manifestation des Gilets Jaunes ce dimanche 17 février 2019 ? Un académicien producteur sur France Culture ( !!!) qui a épuisé depuis longtemps maintenant tout crédit anti-raciste, anti-négrophobe, anti-islamophobe et droit-de-l'hommiste...

    Assurément.

    Le scandale et le malheur c'est que ce sont les GJ qui sortiront perdants de cet incident car les médias en feront des choux gras contre ce mouvement héroïque dans sa détermination et la justesse de ses récriminations.

            Car enfin, après sa visite avortée à "Nuit debout" en 2016 sous la colère de ses membres, Finkielkraut aurait-il volontairement cherché à discréditer cet autre mouvement qu'est celui des Gilets Jaunes en allant à sa rencontre pour y récolter des insultes et peut-être aussi, une baffe ou deux avec caméras et micros au bon endroit et au bon moment ?

    Si c'est le cas, on peut parler d'une opération scélérate.

     

                            finkielkraut antisémitisme médias et gilets jaunes

     

                Reste que le délitement moral et intellectuel est à son apogée car si les médias font une haie d'honneur à un Finkielkraut complotiste (la menace du "grand remplacement musulman"), distillateur de haine contre les Arabes, les Musulmans, la Gauche la vraie, les Féministes, les quartiers populaires et les associations anti-racistes et droit-de-l'hommistes, c'est bel et bien pour la raison suivante : les médias ont fini par valider l'idée qu'aujourd’hui, en France, si vous n'êtes pas racistes et islamophobes, vous êtes antisémites.

     

               Dans les faits, Finkielkraut n'a qu'un reproche à adresser au mouvement GJ : c'est de ne pas avoir mis sur la table la question identitaire alors qu'il comptait dessus – d’où son soutien à ce mouvement dans les premières semaines - étant donné la composition "ethnique" des GJ, majoritairement européens de souche. Aussi....

                  "Vous refusez de "taper " sur les Musulmans ? Tant pis : on fera de vous des antisémites."

    C'est imparable et sans appel et sans doute aussi, d'une efficacité redoutable. L'avenir nous le dira.

     
               Si les médias n'ont de cesser de dérouler un tapis rouge à Finkielkraut, si ces mêmes médias refusent de s'adresser au "complotiste anti-musulman"( adepte de la théorie paranoïaque du « grand remplacement »), qu’il est, anti-droit-de-l'hommiste, anti-féministe, contre les associations anti-racistes qui défendent les Musulmans en particulier - une véritable boule de haine à leur sujet ce Finkielkraut -... c'est que ces médias, contraints et forcés, ne voient en Finkielkraut que "le Juif", par manque de courage aussi, car jamais ces médias ne pourront valider "qui et ce qu'il est" ni confondre l'intéressé à ce sujet ; reste alors une seule option : essentialiser ce prêcheur de haine en habit vert ; le réduire à son origine seule. 


    Flatté, choyé, adulé... orgueil et vanité, Finkielkraut n'a donc pas compris que toute cette commisération à son sujet, que ce tapis rouge déployé, c'est son étoile jaune ; une étoile jaune qu'il n'aura de cesse de porter... à son insu ; une étoile jaune maintenant gage de sa respectabilité qu'il est allé chercher sur les plateaux-télés auprès de médias trop contents de la lui remettre. 


    Ironie de l'Histoire.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

     
    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Antisémitisme et bouc-émissaire politique : l'arme fatale de tous les Présidents en difficulté, de Mitterrand à Macron

       

    antisémitisme mitterrand

     

                    Il n' y a pas plussss - dans le sens de "davantage" - d'antisémitisme qu'il n'y a de racisme, de haine de classe, haine du club de foot adverse, haine des médias, haine de la classe politique, haine du monde des affaires qui, eux tous, nous le rendent bien. 

    La haine est partout dans un monde dominé par un manque de solidarité et de compassion toujours plus patent ; un monde qui n'a qu'un message à faire entendre : "Mort aux plus faibles et aux vaincus qui n'ont que ce qu'ils méritent !"

    Certes, certaines haines sont plus instrumentalisées que d'autres car plus propices à une instrumentalisation politiquement très rentable...

    N'empêche...

     

    _________________

     

    castaner instrumentalisation de l'antisémitisme auprès des gilets jaunes

                         L'instrumentalisation de l'anti-sémitisme par l'Elysée a commencé ; ou bien plutôt "a re-commencé" devrait-on écrire car c'est un fait maintenant avéré : lorsque le locataire de l'Elysée est en difficulté, l’ennemi politique du moment devient alors le bouc-émissaire d'un procès en anti-sémitisme destiné bien évidemment à le discréditer moralement à défaut de pouvoir le faire politiquement.

     

    Frédéric Potier, délégué inter-ministériel, est chargé d'orchestrer cette instrumentalisation  ; le bouc-émissaire de cette campagne a pour nom devinez qui, devinez quoi !? Les Gilets Jaunes, bien évidemment !

     

    gilets jaunes et antisémitisme

     

    Le porte-parole de l’UEJF ( syndicat d'étudiants juifs, une officine israélienne chargée de rappeler aux Français juifs qu'ils sont d'abord juifs avant d'être français, et en tant que Juifs, ils doivent un soutien indéfectible à Israël, un pays étranger hors-la-loi  - faut-il le rappeler !) est venue prêter main forte à la campagne calomnieuse de l'Elysée dès le premier jour.

    Delphine Horvilleur, femme rabbin du Mouvement juif libéral de France, emboîte le pas : chez elle, l'amalgame "Gilets jaunes = antisémitisme"  sera sans réserve...

    Pierre-François Veil, fils de Simone Veil, s’inquiète d’une potentielle montée en puissance des actes antisémites avec les manifestations Gilets Jaunes (???)...

    De même, Emmanuelle Wargon du ministère de l'écologie qui sait au mot près ce qu'on attend d'elle, lie les violences dans les manifestations du Samedi avec les actes antisémites...

    Cette série d'interventions culminera avec un "auteur" de la communauté juive - auteur sans oeuvre digne de ce nom - , Marc Weitzmann, qui a manifestement vu dans cette campagne calomnieuse contre les Gilets Jaunes, l'opportunité de nous rappeler que lui aussi avait des choses à dire. En effet, cet "écrivain" n'hésitera pas à affirmer que la critique de "la banque" et des banquiers mène inévitablement à l'antisémitisme, ayant lui aussi fait sien, après l'avoir intériorisé, le préjugé ou stéréotype suivant : banquier = Juif.

    Faut bien dire que chez certains la bêtise n'a pas de limites et l'art de se tirer une balle dans le pied non plus. Et puis... " les imbéciles ça ose tout ; c'est même à ça qu'on les reconnaît." 

    Mais alors... pourra-t-on encore continuer de dire que le banquier est l'ennemi du bien-commun et qu'il nous doit tout et que l'on ne lui doit rien ? D'autant plus que c'est avec notre argent qu'il nous vole et qu'il prospère !

    Inutile de préciser que l'on ne manquera pas de se passer de l'autorisation de cet individu décidément bien mal inspiré : qu'il soit rappelé ici avec la plus grande fermeté que le banquier est sans l'ombre d'un doute, l'ennemi juré et mortel du bien-commun (1).

     

                     "Gilets jaunes et antisémitisme"... on peut parier sans difficulté que Castaner, homme sans scrupules et sans honneur, occupera le rang de chef de file de cette campagne abjecte d'autant plus qu'après l’échec de l’instrumentalisation de la violence par son exposition médiatique ad nauseam car le soutien de l'opinion public reste aujourd'hui encore très élevé en faveur des Gilets Jaunes, force est de constater qu'il s’agit maintenant, et à nouveau, pour l'Elysée, de plonger la France dans la boue de l’anti-sémitisme et d'y engloutir le mouvement Gilets Jaunes.

                    Aussi, les Gilets jaunes feraient bien de réagir dès maintenant en sollicitant les tribunaux à propos de ce qui s’avère être une "dénonciation calomnieuse" d’une nature diffamatoire plus qu'avérée.

     

    1 A propos de l'incident " Finkielkraut-Gilets Jaunes" du samedi 16 février 2019 : Pure provocation de la part d'un homme qui a épuisé depuis longtemps son crédit anti-raciste, anti-négrophobe, anti-islamophobe et droit-de-l'hommiste. Le scandale et le malheur c'est que ce sont les GJ qui sortiront perdants de cet incident car les médias en feront des choux gras. Finkielkraut a volontairement cherché à discréditer ce mouvement en allant à sa rencontre pour y récolter insultes et peut-être aussi, une baffe ou deux avec caméras et micros au bon endroit et au bon moment. Opération scélérate. Il n'y a définitivement plus rien à sauver chez cet individu sournois, chez ce Zemmour de l'Académie  Française ! 

                         

    ___________________

     

                            La vérité sur les événements du 9 février dernier près des grilles  de l'Assemblée

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu