Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Gilets Jaunes - Page 3

  • Antisémitisme et bouc-émissaire politique : l'arme fatale de tous les Présidents en difficulté, de Mitterrand à Macron

       

    antisémitisme mitterrand

     

                    Il n' y a pas plussss - dans le sens de "davantage" - d'antisémitisme qu'il n'y a de racisme, de haine de classe, haine du club de foot adverse, haine des médias, haine de la classe politique, haine du monde des affaires qui, eux tous, nous le rendent bien. 

    La haine est partout dans un monde dominé par un manque de solidarité et de compassion toujours plus patent ; un monde qui n'a qu'un message à faire entendre : "Mort aux plus faibles et aux vaincus qui n'ont que ce qu'ils méritent !"

    Certes, certaines haines sont plus instrumentalisées que d'autres car plus propices à une instrumentalisation politiquement très rentable...

    N'empêche...

     

    _________________

     

    castaner instrumentalisation de l'antisémitisme auprès des gilets jaunes

                         L'instrumentalisation de l'anti-sémitisme par l'Elysée a commencé ; ou bien plutôt "a re-commencé" devrait-on écrire car c'est un fait maintenant avéré : lorsque le locataire de l'Elysée est en difficulté, l’ennemi politique du moment devient alors le bouc-émissaire d'un procès en anti-sémitisme destiné bien évidemment à le discréditer moralement à défaut de pouvoir le faire politiquement.

     

    Frédéric Potier, délégué inter-ministériel, est chargé d'orchestrer cette instrumentalisation  ; le bouc-émissaire de cette campagne a pour nom devinez qui, devinez quoi !? Les Gilets Jaunes, bien évidemment !

     

    gilets jaunes et antisémitisme

     

    Le porte-parole de l’UEJF ( syndicat d'étudiants juifs, une officine israélienne chargée de rappeler aux Français juifs qu'ils sont d'abord juifs avant d'être français, et en tant que Juifs, ils doivent un soutien indéfectible à Israël, un pays étranger hors-la-loi  - faut-il le rappeler !) est venue prêter main forte à la campagne calomnieuse de l'Elysée dès le premier jour.

    Delphine Horvilleur, femme rabbin du Mouvement juif libéral de France, emboîte le pas : chez elle, l'amalgame "Gilets jaunes = antisémitisme"  sera sans réserve...

    Pierre-François Veil, fils de Simone Veil, s’inquiète d’une potentielle montée en puissance des actes antisémites avec les manifestations Gilets Jaunes (???)...

    De même, Emmanuelle Wargon du ministère de l'écologie qui sait au mot près ce qu'on attend d'elle, lie les violences dans les manifestations du Samedi avec les actes antisémites...

    Cette série d'interventions culminera avec un "auteur" de la communauté juive - auteur sans oeuvre digne de ce nom - , Marc Weitzmann, qui a manifestement vu dans cette campagne calomnieuse contre les Gilets Jaunes, l'opportunité de nous rappeler que lui aussi avait des choses à dire. En effet, cet "écrivain" n'hésitera pas à affirmer que la critique de "la banque" et des banquiers mène inévitablement à l'antisémitisme, ayant lui aussi fait sien, après l'avoir intériorisé, le préjugé ou stéréotype suivant : banquier = Juif.

    Faut bien dire que chez certains la bêtise n'a pas de limites et l'art de se tirer une balle dans le pied non plus. Et puis... " les imbéciles ça ose tout ; c'est même à ça qu'on les reconnaît." 

    Mais alors... pourra-t-on encore continuer de dire que le banquier est l'ennemi du bien-commun et qu'il nous doit tout et que l'on ne lui doit rien ? D'autant plus que c'est avec notre argent qu'il nous vole et qu'il prospère !

    Inutile de préciser que l'on ne manquera pas de se passer de l'autorisation de cet individu décidément bien mal inspiré : qu'il soit rappelé ici avec la plus grande fermeté que le banquier est sans l'ombre d'un doute, l'ennemi juré et mortel du bien-commun (1).

     

                     "Gilets jaunes et antisémitisme"... on peut parier sans difficulté que Castaner, homme sans scrupules et sans honneur, occupera le rang de chef de file de cette campagne abjecte d'autant plus qu'après l’échec de l’instrumentalisation de la violence par son exposition médiatique ad nauseam car le soutien de l'opinion public reste aujourd'hui encore très élevé en faveur des Gilets Jaunes, force est de constater qu'il s’agit maintenant, et à nouveau, pour l'Elysée, de plonger la France dans la boue de l’anti-sémitisme et d'y engloutir le mouvement Gilets Jaunes.

                    Aussi, les Gilets jaunes feraient bien de réagir dès maintenant en sollicitant les tribunaux à propos de ce qui s’avère être une "dénonciation calomnieuse" d’une nature diffamatoire plus qu'avérée.

     

    1 A propos de l'incident " Finkielkraut-Gilets Jaunes" du samedi 16 février 2019 : Pure provocation de la part d'un homme qui a épuisé depuis longtemps son crédit anti-raciste, anti-négrophobe, anti-islamophobe et droit-de-l'hommiste. Le scandale et le malheur c'est que ce sont les GJ qui sortiront perdants de cet incident car les médias en feront des choux gras. Finkielkraut a volontairement cherché à discréditer ce mouvement en allant à sa rencontre pour y récolter insultes et peut-être aussi, une baffe ou deux avec caméras et micros au bon endroit et au bon moment. Opération scélérate. Il n'y a définitivement plus rien à sauver chez cet individu sournois, chez ce Zemmour de l'Académie  Française ! 

                         

    ___________________

     

                            La vérité sur les événements du 9 février dernier près des grilles  de l'Assemblée

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Quand France Culture s'attaque au "complotisme" avec Karl Popper et la fondation Jean Jaurès conter les Gilets Jaunes

     

    complotisme, complot, france culture décortique le complotisme, conspirationnistes

               Le philosophe des sciences Karl Popper et les théories du complot.

     

                   « Il existe une thèse, que j’appellerai la thèse du complot, selon laquelle il suffirait, pour expliquer un phénomène social, de découvrir ceux qui ont intérêt à ce qu’il se produise. Elle part de l’idée erronée que tout ce qui se passe dans une société, guerre, chômage, pénurie, pauvreté, etc (...). Je ne nie évidemment pas l’existence de complots. Ceux-ci se multiplient même chaque fois que des gens croyant à leur efficacité accèdent au pouvoir.»

                                Karl Popper, La société ouverte et ses ennemis [1962-1966]

     

    ________________

     

     

                     Complotiste ? Vous avez dit "complotiste"...
     
                    ... Là, c'est France culture qui joue, non pas à se faire peur, mais à se faire du bien (ICI) car c'est bon pour la carrière, toutes les carrières, que de ranger sous l'épithète disqualifiant de "complotiste" tous ceux qui refusent de croire que tout ce qu'on nous dit est tout ce qu'il faut savoir.
     
     
    ***
     
                    "Je ne nie évidemment pas l’existence de complots. Ceux-ci se multiplient même chaque fois que des gens croyant à leur efficacité accèdent au pouvoir." - dixit notre philosophe Popper, le roi du popcorn.
     
    Reste maintenant à FC d'être capable de dire quand il y a complot et quand il n'y a pas complot. N'attendez pas : FC en est incapable. Cette incapacité et cette impuissance sont la condition sinequanone du maintien de tous ceux qui y travaillent : en priorité sa rédaction et ses journalistes.
     
                     Un conseil tout de même : FC ferait bien de s'abstenir de participer à ce qu'on nommera " le complot de la dénonciation calomnieuse de complotiste "... dénonciation aux fins de discréditer un adversaire idéologique et politique ; en particulier tous ceux qui, comme un fait exprès, auraient le tort d'être très critiques à l'endroit du " mondialisme", de la construction européenne, de l'Otan, des USA, d'Israël ainsi que de la relation qu'entretiennent l'Europe en général et la France en particulier, avec les Monarchies du Golfe.
     
    De plus, tous savent qu'il n'y a pas de carrière politique, médiatique et artistique digne de ce nom, sinon à la marge et dans la marge, pour quiconque s'avise de se faire l'écho de toutes ces critiques car aucun d'entre eux ne peut souhaiter partager le sort de ceux que l'on disqualifie à coups d'épithètes tels que "populiste", "complotiste", "rouge-brun", fasciste...
     
    Et puis : antisémite - jackpot !... euh... à l'envers :  là, tu perds tout.
     
    Soit dit en passant... on notera l'étrange l'oubli de l'épithète "raciste"...
     
     
                    Rappelons à toutes fins utiles ceci : il y a toujours eu des complots ; il y a toujours eu des complotistes ; l'erreur des médias( une de plus) c'est d'affirmer qu'il n'y a pas, qu'il n'y a jamais eu de complots. La montée du complotisme va de paire avec l'effondrement du journalisme car le complotisme avait un nom dans les années 70 : journalisme d'investigation ; aussi, est-ce un hasard si une rédaction comme celle de Médiapart qui fait encore ce travail d'investigation (ou bien un Denis Robert - affaire clearstream), n'utilise jamais ce vocable diffamatoire ?
     
    Dans les faits, le complotisme est la mauvaise conscience des rédactions aux ordres de leurs patrons milliardaires qui possèdent les 2:3 de nos médias presse, télé et radio.
     
     
                       Alors, vraiment : force est de constater que le maccarthysme des années 50 n'aurait rien à envier à celui des années 2000.

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Coup d’état médiatique de Macron avec la complicité involontaire de maires « bonne pâte »... mais alors, que compte faire le CSA ?

    Publié en janvier  

     

     

                     

                 Le témoignage de René Revol, maire invité du "Grand débat" à Souillac le 18 janvier 2018 :

                "Ce grand débat est "pour Monsieur Macron un moyen de faire campagne en utilisant les moyens de l’État ; des milliers de gendarmes, de policiers, tous les moyens de réception, toutes les autorités [...] présidents de région, ministres, députés de toute la région... Tous ces gens mobilisés pour entourer deux petites centaines de maires dont une toute petite partie a pu parler".

     

    ___________________

     

                    "Ce n’est qu’en conciliant des contraires que "le pouvoir" peut être indéfiniment reconduit. L’ancien cycle ( un coup le PS, un coup l'UMP) ne pouvait être brisé d’aucune autre façon. Pour que l’égalité humaine soit à jamais écartée, pour que l'oligarchie mondialiste se maintienne perpétuellement, la condition mentale dominante doit être la folie dirigée : sorte de schizophrénie douce et contrôlée. - inspirée par l'ouvrage de Geroge Orwell "1984" chap.10

     

    *** 

     

                      « Grand débat national » de diversion", l’Elysée cherche un second souffle et à gagner du temps ; il joue la montre, l’épuisement et la confusion ainsi que la désintégration du mouvement les Gilets Jaunes dans un grand tout appelé "Grand débat national" de diversion (GDND) afin de le noyer ou de l’asphyxier, lui et la crise sociale majeure auquel l’Elysée est confronté ; il est aussi question d’ôter de la bouche de ce mouvement le monopole de la parole contestataire, tout en se donnant une bonne conscience : « Vous voyez ! Nous n’évitons pas le débat ! Nous vous donnons la parole tout en la consignant dans des cahiers de doléances !».

    C'est sûr, avec cette diversion les gilets jaunes sont en danger ; danger d'être étouffés par le tapage diurne de ce débat ; danger d'être marginalisés ; danger face à un soutien très fragile (les classes moyennes sont très versatiles) dans ce risque que ce débat leur fait courir ; celui de paraître autiste et obtus en refusant de participer à ce vaste écran de fumée ; c'est ce qui est recherché par l'Elysée et c'est la seule raison d'être de ce vacarme qui s'annonce.

    Pour cette raison, sans doute doit-on recommander aux Gilets jaunes (1) de participer à ce débat même symboliquement pour ne pas être pris en faute tout en ne quittant pas le terrain  bien évidemment ; rues, routes et centres-villes.

     

                C’est maintenant clair : Macron est en campagne électorale : élection présidentielle - épisode 2 ! - jusqu’aux élections européennes ; c’est-à-dire, jusqu’en mai. Aussi un grave problème surgit : avec la retransmission par toutes les chaînes d'infos en continu de la rencontre de Macron avec les maires des régions, à raison de 2 rencontres par semaine et ce jusqu’au 15 mars - retransmission en intégralité des heures durant - ne doit-on pas alors dénoncer un véritable kidnapping des médias par l'Elysée à la grande satisfaction des kidnappés qui offrent ainsi à leur candidat une tribune « free of charge » ?

    Complicité des médias mais aussi complicité bien involontaire des maires ( et mairesses) de nos provinces qui risquent fort d’être les dindes et dindons de ce qui pourrait très vite s’avérer n’être qu’une farce politico-médiatique ?

    Car tous connaissent les revendications majeures du mouvement qui a décidé du lancement de ce débat national destiné à éviter une dissolution : plus de retraite à 900 ni de salaires à 1150 euros ; plus d’Assemblée nationale composée de députés godillots sous le contrôle d’un Président qui rafle la mise, toute la mise, sur la base d’un score qui s’élèvent, au premier tour, à 18% des inscrits.

    Mais alors, face à ces revendications, est-ce à dire que Macron aurait la volonté, la carrure de renverser la table et de reprendre ce que tous les pays européens ont perdu, à savoir : la main sur l’économie et la finance ? Bien sûr que non ! d’autant plus que ceux qui sont allés le chercher ne lui ont certainement pas confié comme mission de faire en sorte que les riches soient moins riches et les pauvres moins… sinon, plus pauvres du tout ! et puis, noublions pas cette Commission européenne qui veille au grain, à savoir : à toute velléité de justice sociale de la part d'une des Etats membres.

    D’où la mascarade de ce débat destiné non pas à cette France sans moyens dès le 10 du mois, mais uniquement à l’électorat LREM et celui de son allié servile, le Modem ( Bayrou qui doit bien attendre la place qui sera libérée par E.Philippe   prochainement) et fatalement… à terme, aux LR qui seront appelés à s'allier aux troupes de Macron d’ici 2020 ne serait-ce que pour éviter non pas une crise politique de plus mais bien plutôt une crise de régime et de notre démocratie non-représentative ( des études universitaires mentionnent une représentativité de 25% à l’Assemblée et dans les médias de tout ce qui se dit, de tout ce qui se pense dans la société) que nul ne pourra faire l’économie de traiter.

    coup d’état médiatique de macron avec la complicité involontaire,des pauvres bougres « bonne pâte »,que compte faire le csa,les gilets jaunes

     

                  Coup d’état médiatique, hold-up, kidnapping des médias, les partis d’opposition à cette heure n’ont pas encore réagi ; en revanche, nous tous sommes autorisés à exiger sans plus attendre que le CSA se penche dès maintenant  sur les conséquences de la couverture médiatique généreuse, complaisante et irresponsable de chacun des déplacements de Macron, chacun de ses meetings, sur notre « pauvre démocratie » déjà bien mal en point, en tenant compte du fait suivant : Jamais les propriétaires des médias n'ont traité avec un tel mépris le métier de journaliste !

     

     

     

    1 - Que les Gilets jaunes n’oublient surtout pas leur colère à la prochaine élection européenne (28 mai) et à toutes les élections car pour affaiblir d’avantage l’Elysée, il faut un vote massif en faveur du RN, des Insoumis, de l'EELV, l'UPR et du PS ; seul la chute de LREM et de LR provoquera la crise de régime nécessaire car c'est toute la démocratie non-représentative qu'il faut faire tomber. Ne pas voter c'est se démobiliser et permettre à Macron et aux médias de relativiser l'importance de la contestation dans les urnes. Ceux qui ne sont pas inscrits sur les listes ont jusqu'au 23 mars pour le faire.

     

    2 – Pour saisir le CSA : deux liens – la saisine https://www.csa.fr/Mes-services/Alertez-nous-sur-un-programme2 ou une alerte https://www.csa.fr/Mes-services/Vos-remarques-au-CSA : dans les deux cas, les formulaires sont faciles à remplir.

    Un président du CSA nommé par l’Elysée ; une gageure, un scandale, une insulte. Tous les pays de tradition démocratique ( "même si en Europe ils ne sont pas si nombreux que ça historiquement) dirait E. Todd, doivent hurler de rire lorsqu’ils se penchent sur le concept de  "la démocratie à la française" ; et c'est bien dommage que la plupart de nos concitoyens n’en fassent aucun cas. L’indifférence est bien la pire des calamités avec l'ignorance.

     

     ______________

     


                           

                          Gilets rouges... une certaine idée des électeurs de Macron

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets jaunes - le dossier

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Gilets Jaunes - quand Macron n'a qu'un désir : leur retour à leur invisibilité et à leur silence.

     

     

    _______________________

     
                     Rappelons à toutes fins utiles à ceux qui seraient tentés de l'oublier sciemment ou non, que le coeur des revendications des Gilets Jaunes bat autour de retraités qui ne veulent plus survivre avec 900 euros et souvent moins encore ; de  salariés rémunérés à 1200 euros pour un plein temps,  et un électorat qui ne veut plus d'une Assemblée nationale composée de députés godillots sous le contrôle d'un locataire de l'Elysée qui a raflé la mise, toute la mise, sur la base d’un score qui s’élève à 18% des inscrits  dans le cadre d'une élection dont le second tour est tué dans l'oeuf depuis trente ans.

                  Depuis un mois, des heures durant, Macron occupe les médias dans le contexte d'une crise sociale et institutionnelle ; discours sans fin destiné, jour après jour, à noyer le débat, tous les débats ! qui n'auront finalement jamais lieu selon le principe suivant : plus vous mettez de temps à répondre à une question tout en répondant à toutes les autres par anticipation, moins l'on vous en posera.

    Selon son bon plaisir truffé d'arrière-pensées, Macron rencontre et convoque maires, lycéens, associations ; la France dite en colère y est absente ; les revendications autour du pouvoir d'achat sont englouties par l'énumération de mille autres revendications comme autant de problèmes à résoudre...

    Le débat dit national n'aura servi qu'à ça : reléguer les Gilets Jaunes, eux et leurs revendications autour de l'absence de pouvoir d'achat, à la portion congrue ; celle que l'on accorde à ceux dont on souhaite vaincre la volonté.

    Marginalisés dans leurs revendications, ringardisés, intimidés face à cette marée de problèmes à résoudre ( "C'est vrai après tout : qui sommes-nous avec nos problèmes de fin de mois qui nous reviennent sept jours par semaine !"), culpabilisés... les Gilets jaunes, cette France qui n'a plus eu peur ni honte, baisseront-ils à nouveau la tête, rentreront-ils chez eux, retourneront-ils au silence et à la résignation avec pour seule perspective : une mort sociale aussi cruelle que lente ?

    Entre 10 et 15 millions de nos compatriotes sont concernés, voire 20 millions ; non pas des "poches de pauvreté" mais des millions de foyers pour lesquels un billet de 20 euros qu'on n'attendait pas, c'est un sourire qui ne nous quittera pas toute une semaine.

    Aussi, quand un locataire de l'Elysée se propose de leur prendre celui que se trouve dans leur porte-monnaie et pour lequel ils ont travaillé... vous pensez bien !

                      N'ayons aucune illusion : c'est bel et bien sur ce retour au silence des Gilets Jaunes qui ne le seraient alors plus, ni gilets, ni jaunes, mais à nouveau invisibles en revanche, toute humiliation bue  - encore l'humiliation ! – sur lequel Macron et son équipe comptent ; sur une défaite silencieuse qui jamais n'osera dire son nom car, faut pas croire mais… même les salauds savent se montrer magnanimes, et plus encore lorsqu’ils jugent leur victoire totale et irréversible ; non pas une bataille gagnée mais une guerre qui aura été "d’usure' ; une guerre conduite par des usuriers qui ont frôlés la déconfiture politique ; un peu comme le retour du printemps après un rude hiver.

                      L'étouffement, l'extinction des revendications autour du pouvoir d'achat et du refus d'une existence sans joie ni consolation, une existence bouchée, sans horizon, sans espoir digne de ce nom,  un peu comme l'extinction d'un feu, ne peut être que souhaiter par un locataire de l'Elysée qui joue son avenir professionnel (et non politique) à une échelle internationale. En effet, il y a bien longtemps, depuis disons 1983, que nos hommes dits "de pouvoir" n'ont plus la main sur l'économie et la finance. L'U.E s’en charge, la Commission veille au grain que représenterait une véritable action politique au service des Peuples - de leur bien-être et de leur autonomie individuelle pour chacun de leurs membres -, les marchés financiers aussi, les Banques et les multinationales, sous la dictature  d’un projet mondialiste sans honneur et sans justice. 

                      Tenez ! Posons-nous la question de savoir où se trouvent aujourd'hui un Gerhard Shröder et un Tony Blair ! "Pourquoi ces deux-là ?" demandez-vous. Mais... parce que lorsque ces deux individus ont quitté leur fonction, ils ont laissé derrière eux plus de pauvres qu'ils n'en ont trouvés lors de leur investiture  contrairement à la supplique affichée dans les toilettes à propos d’un endroit qu’il faudrait quitter, au pire, dans l’état où… etc... etc...

    Jugez donc : Shröder est « directeur indépendant » chez Rosneft, société d’État russe spécialisée dans l’extraction, la transformation et la distribution de pétrole ; Tony Blair conseille les sociétés (banques) JP Morgan et Zurich Financial.

    Tout est dit. 

     

    ***

     

    gilets jaunes - quand macron n'a qu'une espérance :  leur retour

                     "Gilets Jaunes" mobilisés ou Gilets Jaunes par procuration, et bien qu’ils ne soient pas imposable, même si les taxes s’en chargent, la TVA en particulier, ce peuple-là c’est le peuple du travail qui s'y prépare dès 5h le matin ; c'est ce peuple que l’on trouve dans les RER et dans les trains de banlieue de nos mégapoles dès 6h ; c’est le peuple qui permet au « pays France » de fonctionner, tout simplement : voirie, hôpitaux, Ehpad, transports, secours, déchets à ramasser et à traiter, centrales électriques, eau potable, maintenance, manutention, bâtiment et TP été comme hiver, l'électricité à rétablir par mauvais temps, entretien et nettoyage, chauffeurs-livreurs, et livreurs tout court, celle qui vous sert votre café content ou pas… 

                   Quel que soit le destin de ce mouvement Gilets jaunes, cette partie émergée du Peuple du travail (1) même retraités, longtemps invisible, de cette France submergée qui aura vaincu la peur - peur du mépris et du ridicule, peur des coups, peur de ne recueillir le soutien que d’une infime minorité de nos compatriotes -, qu’il soit dit ici avec la plus grande solennité et la plus grande sincérité que tous demeurent aujourd’hui les seuls que l’on puisse accueillir à notre table sans état d’âme, sans doute aucun quant à leur respectabilité, leur légitimité et leur autorité...

     

                   Car cette France n'aura jamais besoin du déclassement, de la paupérisation de son voisin pour continuer de prospérer ou se maintenir à flot sur le dos des classes populaires ou bien, pour ne pas déchoir ; une France pour laquelle la vitrine fracassée d'une boutique des Champs Elysée ou celle d'une banque, ne décidera jamais du chemin que prendra son bulletin de vote ni son opinion en réponse à un sondage...

                  Alors, oui ! Cette France-là, France incarnée par la mobilisation des Gilets Jaunes, est bien la seule France fréquentable aujourd’hui ... et pour longtemps encore !

     

     

    1 -  Bien qu’il ne soit pas toujours imposable, même si les taxes s’en chargent, la TVA en particulier, ce peuple du travail, c'est le peuple qui bosse vraiment et qui s'y prépare dès 5h le matin ; c'est ce peuple que l’on trouve dans les RER et dans les trains de banlieue de nos mégapoles dès 6h ; c’est le peuple qui permet au « pays France » de fonctionner : voirie, hôpitaux, Ehpad, transports, secours et sécurité civile, déchets à ramasser et à traiter, électricité quelle que soit la météo, eau potable, maintenance, manutention, bâtiment et TP été comme hiver, entretien et nettoyage, chauffeurs-livreurs, et livreurs tout court, celui qui vous sert votre café content ou pas… et combien d'autres tâches essentielles qui ne doivent rien à une quelconque complaisance : bien au contraire ! Et plus elles sont primordiales toutes tâches,  plus elles sont sous-rémunérées et leurs acteurs méprisés. 

     

     ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets jaunes - le dossier

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • En finir avec un RIC qui lâche la proie de la mobilisation et de l'occupation pour l'ombre d'une jacasserie constituante sans avenir


     

     RIP ou RIC : RIC cul-de-sac ! RIC dont tous les médias se sont emparés car pour eux tous, cette revendication représente une diversion inespérée permettant à terme, de tuer dans l'oeuf la dynamique du mouvement des Gilets Jaunes qui lâche la proie de la mobilisation et de l'occupation pour l'ombre d'une avancée "constituante" aussi irréaliste que vaine car il ne peut s'agir alors que de la défaite du logos de la radicalité face à la jaccasserie constitutionnelle.             

     

    ***

     

     

                 Quelle que soit l’issue de ce soulèvement, rappelons que les Gilets jaunes - cette France abstentionniste (1) qui a compris qu’elle n’avait plus rien à attendre des médias, de la classe politique et des syndicats en ce qui concerne leurs luttes pour une vie décente car tout ce beau petit monde ne rechignerait pas à les laisser mourir ou bien plutôt crever, à petit feu, en silence et dans l’indifférence la plus absolue ( comme pour ces agriculteurs, faillite après faillite, suicide après suicide sous le regard indifférent de la FNSEA et d'une Confédération paysanne étrangement muette), assurés que les naufragés du continent africain seront à terme appelés alors à occuper leurs emplois mais à 60% du SMIC pour un plein temps, cela va sans dire ! Car, dans le cas contraire, à quoi bon !.....

    Force est de reconnaître que cette France Gilets Jaunes - alliance inédite du prolétariat, des classes populaires et des couches moyennes, des retraités, des chômeurs et de la petite bourgeoisie (commerçants et artisans) -, a bel et bien créé un précédent : elle a prouvé au plus grand nombre qu’il n’était plus nécessaire d’attendre quoi que ce soit de tous ces acteurs alliés et complices ( pour rappel : les médias, la classe politique et les syndicats) : alliés dans l’intérêt ; complice dans le crime pour non-assistance à foyers en danger ; même si à propos d'une de leurs revendications - "référendum d'initiative populaire et citoyen" - ce mouvement semble bien naïf.  

                      
                       

     

    Etienne Chouard qui réfléchit depuis des années sur l'état de notre démocratie - star d'internet, il défend le tirage au sort et le référendum d’initiative populaire (RIP) depuis 13 ans - obsédé par les lieux dits de "pouvoir" (l'Assemblée nationale en priorité) - a, pour son malheur, 50 ans de retard dans ses préconisations même si ses analyses et son diagnostic demeurent pertinents car ce professeur d'économie et de droit semble refuser de comprendre que le "pouvoir" n’est plus à l’Assemblée, et moins encore à Matignon, à l’Elysée ni au Sénat. Quant au conseil constitutionnel... et conseil d'Etat...

    On peut aussi soupçonner chez lui, qui ne vote pas, sa méconnaissance du corps électoral, sa psychologie, faute de se tenir près des urnes et de l'analyse de leurs résultats à chaque élection, enfermé qu'il est dans la cage d'orée d'un RIC fétichiste et chimérique. 

    N'empêche.... référendum d’initiative populaire en-veux-tu-en-voilà ! d'aucuns mentionnent la Suisse (2), pays longtemps considéré comme propre à l'extérieur (mais sale au-dedans) ; car, si comparaison n'est pas raison, rappelons ceci à propos des restrictions qui encadrent ce fameux référendum : toute initiative comme la « révision de la constitution » doit être validée, en dernier ressort,  par l’Assemblée fédérale composée d’élus au suffrage universel : l’équivalent de notre Congrès.

    En revanche, il est vrai que les Suisses peuvent proposer en toute liberté de voter à propos... par exemple... de l'interdiction ou non des minarets ou bien en faveur de "Six voies pour l'autoroute A1 entre Zurich et Berne". Pour le reste… des restrictions insurmontables protègent les leviers du pouvoir économique et financier. Pas folle la guêpe ! Pour preuve : aucun Suisse n’avait voté pour le "secret bancaire" et aucun Suisse n'a été autorisé à proposer sa levée...

    Secret bancaire qui a si longtemps permis aux  « plus riches » du monde entier de spolier le budget des Etats à la hauteur de centaines de milliards et plus des années durant... en échappant à l’impôt.

     

                Mais enfin, et pour revenir au débat français autour de ce référendum, tous les partisans de cette initiative n’auraient-ils alors jamais entendu parler du "mondialisme" (ou de la mondialisation) sous la contrainte duquel tous les gouvernements européens sont placés ? 

    Et puis aussi ceci : qui peut bien avoir besoin d’espérer que ceux qui ont pensé "cette mondialisation et ce mondialisme", que ces derniers n’ont qu’un désir : satisfaire nos désirs : plus de salaire, plus de qualité de vie, plus d’air pur, plus d’argent pour la santé, plus de justice et plus de fraternité, plus, plus, plus ! Alors que ce projet mondialiste sans honneur ni justice a pour coeur de cible l'Europe, là où les protections sociales sont les plus élevées avec la Commission européenne ( sans oublier la dictature de l'Euro) relais de ce mondialisme qui met en concurrence le travailleur de Clermont-Ferrand avec le travailleur roumain ; le travailleur roumain avec le travailleur chinois ; sans oublier l'Euro qui met toutes les économies européennes en concurrence avec celle de l'Allemagne et son mode production ainsi que son modèle social d'une nature masochiste et sacrificielle. 

    D'autant plus que si Macron est bien l'homme de ceux qui sont allés le chercher et qui lui ont permis d'être candidat (la banque BNP, les assurances AXA et les dix milliardaires qui possèdent les médias français : information ICI ; Macron est aussi l’homme de Bercy ; un Bercy sous l’œil scrutateur de la Commission européenne (la super-structure)…  une commission sous  contrôle des Marchés financiers (l’hyper-structure)… instrument qui fracasse les pactes sociaux européens.

    Et encore : qui donc a pu oublier que toutes les politiques menées depuis trente ans ne recueillent l’adhésion d’aucune majorité ? La seule majorité constatée est la suivante : abstention record et vote RN (FN). Et pour cause : il n’est question que de baisses des salaires, baisses des retraites, baisse du financement de tous les services publics, mise en danger de notre protection sociale et de notre liberté d’expression.

    De plus, ne nous faisons aucune illusion : dans les décennies à venir, les acteurs du mondialisme sauront gérer la fin de la croissance, le renoncement de l’utilisation des énergies fossiles faute de pouvoir les rendre inoffensives et un mode de production et de consommation tout autre pour le plus grand bénéfice d’une partie de l’humanité contre une autre ; aussi on peut prédire ceci  : ceux qui aujourd’hui vivent mal, vivront plus mal encore ; et ceux qui vivent relativement bien iront rejoindre les rangs de ceux qui, aujourd’hui, ne cessent de sombrer.

     

    ***

     

                   

               RIP ou RIC, dans le cas où ce type de référendum permettrait de reprendre le dessus sur notre Constitution et une représentation nationale qui ne représente plus qu'elle même, si possible sur des questions vitales et non périphériques, voire anecdotiques...

    - Aucune possibilité d'y parvenir sans une sortie de l'U.E et de l'Euro ainsi que le rétablissement de nos frontières douanières dans les domaines de notre économie marchande et de la finance. 

    - Aucun espoir de l'imposer sans un soutien et un vote massif des classes moyennes en faveur de ce retrait  ; or, ces classes ne risqueront rien et certainement pas ce grand saut dans l'inconnu. Quant aux actions qui pourraient être mises en place pour obtenir gain de cause (blocage  et autres) , ces mêmes classes auront tôt fait de demander que l'Etat et l'ordre reprennent toute sa place.

    - Commission européenne, marchés financiers et tous les acteurs du mondialisme (en sous-main)... tous feront la guerre à cette France sécessionniste ; une guerre sans merci que les classes moyennes refuseront de mener jusqu'à son terme : la défaite.

                 Est-il nécessaire de préciser qu'au Loto, nous aurions tous plus de chances de gagner le gros lot ?  

                 Mais alors, pourquoi faire très "compliqué" quand on peut faire plus "simple", plus réaliste et plus efficace ? Il faut cesser de se raconter des histoires, et de perdre du temps, un temps précieux qui concerne des vies gâchées, des vies sans horizon ni perspectives !

    Aussi, empressons-nous d'affirmer ceci : il n’y a qu’un modèle d'action pour ceux qui refusent la soumission : la mobilisation des « Gilets jaunes » sur le terrain, tous les terrains - ce petit peuple de Coluche insaisissable, impalpable mais très cohérent et conséquent - et bien évidemment «  Notre dame des Landes » (3) et les "bonnets rouges" ; du local (fermeture école, hôpitaux, entreprises, alerte environnementale) au national… car il semblerait que la rue et son occupation, soit le nouveau et le dernier lieu de l’expression des revendications d'aujourd'hui et de demain.

    Force est de constater, dans le contexte d'un monde globalisé, que tous les partisans du "référendum d'initiative populaire" ratent dramatiquement leur cible avant de tomber de haut et de se fracasser sur un réel qui ne pardonne rien, en passant à côté de l'établissement d'un rapport de force sans lequel aucune bataille ne peut être gagnée ; une bataille qui n'a qu'un seul objectif : "une vie décente pour des hommes et des femmes qui se donnent les moyens de se tenir debout", ici et maintenant face à une injustice sociale aveugle qui ne regardera jamais dans les yeux ses millions de victimes. 

                 Président(s), gouvernements, députés, sénateurs, maires, conseillers municipaux, départementaux, régionaux, syndicats et médias... encore une fois, rappelons ceci : les Gilets Jaunes ont révélé au plus grand nombre qu’il n’était plus nécessaire d’attendre quoi que ce soit de tous ces acteurs ;  dans les années à venir, les plus précaires des classes populaires et bientôt d'une grande partie des classes moyennes, devront tous s’organiser sans eux dans chacune de leur lutte tout en comptant sur un soutien mutualisé.

     

     

    1 - C'est cette France abstentionniste ( cette abstention que nous avions pris l’habitude de déplorer) qui a trouvé la solution, la seule qui vaille ; et l’ironie c’est qu’elle est venue de cette France-là cette solution et non de nous tous, hyper-politisés, mobilisés à chaque élection. 

    Sans doute est-ce dans l’ordre des choses ; des électeurs démissionnaires étaient tout désignés pour continuer d'exister en tant que citoyens en inventant d’autres gestes politiques contre un rituel électoral vide de sens.

     

    2 - La Suisse est vraiment le dernier exemple à prendre en considération ; en aucun cas ce pays  grand comme un mouchoir de poche ne peut servir d'étalon-démocratique pour les raisons suivantes : c’est un pays confidentiel sans rayonnement international ; il n’a aucun poids culturel, politique, économique, diplomatique et militaire  ; ce n’est pas une puissance nucléaire ; il n’a aucun passé historique de dimension mondiale ; il n’est le concurrent de personne et pour cette raison, il ne dérange personne, plus particulièrement depuis qu’il a été mis au pas au sujet du « secret bancaire », partiellement du moins  : il ne dérange les ambitions d’aucune puissance puisqu'il est sans ressources naturelles ; pour toutes ces raisons, et contrairement à la France, c’est un pays qui bénéficie donc d’une indépendance non négligeable dans l’organisation démocratique de ses institutions avec néanmoins des taux d'abstention proche de 60% lors des consultations référendaires ; aussi, se référer à la Suisse face à la France, c’est encore une fois passé totalement à côté de l'importance de la prise en compte de la réalité écrasante des rapports de force et de la réalité tout court : là on retrouve chez les partisans de ce fameux référendum d’initiative.... le déni au profit d’une utopie qui jamais ne doit connaître d’accomplissement : une utopie condamnée à l’errance ; aucun lieu où se poser, construire, bâtir : finalement, c’est un peu comme une religion cet engagement à caractère quasi-millénariste.

    La Suisse "pays sale à l’intérieur "... car sa prospérité a longtemps reposé sur le "secret bancaire" et sur l’accueil complaisant des milliards de la fraude fiscale qui ruine les budgets des Etats, ainsi que... le blanchiment des années durant de l’argent de toutes les mafias  : drogue et traite humaine.

    Soit dit en passant, on pourra s’interroger sur le fait qu’aucune initiative du type (RIC ou RIP) ne se soit attaquée à ce « secret bancaire » et ses conséquences à la fois immorales et anti-citoyennes  : le blanchiment de l’argent sale et le statut de la Suisse comme « pays refuge » du refus du consentement à l’impôt des élites financières étrangères.

    Pas folle non plus la guêpe citoyenne ?

     

    3 - A noter ceci : "Référendum pour Notre-Dame-des-Landes : le oui l’emporte à 55,17 %. Les électeurs de Loire-Atlantique se prononçaient, dimanche, sur le projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes : ICI.

    Le gouvernement passera outre : il n'y aura pas de transfert de l'aéroport. Qui s'en est ému ? Pas les partisans du RIC ou RIP (référendum d'initiative citoyen et populaire) qui était contre ce projet.

    Qu'est-ce à dire ? On est pour le RIC lorsqu'il vous donne raison. Dans le cas contraire, on préfère oublier la consultation qui a eu lieu ? 

     

    - Pour info, sachez que les zadistes sont fichés "fichier S" : info ICI

     

           ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets Jaunes - dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Medias, désinformation et ré-information, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Une certaine idée des Foulards rouges et d'une partie de l'électorat du locataire de l'Elysée

     

                   

                Les Foulards rouges, cette France qui n'a qu'un seul besoin :  un besoin  d'ordre, toujours plus d'ordre et puis aussi, un besoin de silence de la part de ceux qui refusent de se taire  à propos de leurs difficultés quotidiennes  ; une France qui n'a besoin de rien d'autre.

              Ils étaient 10 000 à défiler dans les rues de Paris selon la préfecture de police (autant dire 5000)... et c'est une bonne nouvelle car cette mobilisation plus que modeste confirme le fait que personne ne descendra dans la rue pour ce locataire de l'Elysée élu par défaut tout comme tous ses prédécesseurs depuis le "quinquennat Chirac". 

    ***

     


                                   

     

                 

                   Ventriloques des chaînes d'information en continue, les propos confusionnistes des Foulards rouges  (vidéo à 16:30) recueillis par Vincent Lapierre, prouvent sans l'ombre d'un doute que ces médias ont bien travaillé depuis 12 semaines : les Gilets jaunes ne seraient donc que violence ; une violence qui met en danger les Institutions de la République. 

    C'te bonne blague !

     

                Âges, tenues vestimentaires, le profil de ceux qui se sont mobilisés ce dimanche 27 janvier 2019 suscitent quelques réflexions : couvrant tout le spectre de l'ancienne droite ( de l'ex-RPR à l'ex-FN), sous le prétexte de vouloir condamner les violences qui accompagnent les rassemblements Gilets jaunes, ces hommes et ces femmes ne sont-ils pas ce que l'on pourrait appeler "le fond du panier d'une conscience sociale et politique" d'une France profondément anti-sociale, à la limite de la "socio-pathie", dans leur absence, tout aussi irréductible, de compassion pour la colère de ceux qui refusent de survivre avec des revenus humiliants ? 

    Sorte de "France Thénardier" dans leurs moralité et mentalité, France  qui se serait invitée chez les classes moyennes supérieures après s'en être donnée les moyens, composée ou non d'héritiers, une France d'exécutants qui a manifestement su tirer, en silence, en catimini, au fil des ans, les marrons du feu, l'ironie n'est-elle pas que cette France est finalement tout aussi invisible que celle des Gilets Jaunes même si on soupçonnait son existence car la littérature anti-bourgeoise (on pensera à Léo Bloy - "Exégèse des lieux communs" et" La femme pauvre") n'a pas cessé de nous la décrire pour mieux la conspuer et n'y trouver rien à sauver, à juste titre ?

    Car enfin, chez ces Foulards rouges, sur leurs visages, dans leurs propos... on ne peut pas ne pas être frappés par le fait qu'on cherchera en vain la trace d'une intelligence capable de désintéressement et d'un quelconque talent contrairement aux Gilets jaunes ; en effet, élever une famille avec 1200 Euros, cela demande de la  débrouillardise qui elle-même exige du talent, de l'intelligence et une volonté de fer. 

    Néanmoins on préférera la vérité brute, sans fard, de ces Foulards rouges au mensonge de ceux qui n'ont pas assez de mots pour exprimer leur compréhension envers cette colère qui est la leur, dans l'attente de pouvoir leur taper sur les doigts à tous (le personnel des médias avec eux) à la première vitrine fracassée d'une boutique des Champs Elysées car...  "Dites ! Il y a des limites tout de même !"

                 Alors oui ! la recherche de la vérité quelle qu'elle soit, sera toujours plus souhaitable que le mensonge d'une tartuferie vraiment désespérante. 

     

    _______________

     

                 A propos de Vincent Lapierre et de sa technique ou absence de technique en tant que reporter...

    Il semblerait qu'il n'ait toujours pas compris à quel point c'est important de préparer un reportage, dans ses fins et ses moyens :  avec ce reportage, qu'est-ce que je cherche à révéler ? Qu'est-ce que je dois obtenir de mes interviewés ? Quelles questions poser ?... 

    Et plus particulièrement face aux Foulards rouges ; une population sans visage ni visibilité. 

    Poser les bonnes questions et attendre patiemment les réponses : Lapierre ne connaît pas "l'écoute active" ni la "reformulation", la "découverte" non plus... découverte succincte qui permet de "créer le lien" ; il est vrai que... pour y parvenir, il ne faut en aucun cas être "dans le jugement".  Or, Lapierre commet cette erreur fatale ; erreur coutumière chez lui.

    D'autant plus qu'en ce qui concerne les Foulards rouges, il est important de leur permettre à tous d'expliciter jusqu'où ce qu'ils croient être "un raisonnement avisé, informé, objectif ou honnête), est susceptible de les emmener et nous tous avec eux. Souhaitent-ils y aller ? Ont-ils réfléchi aux conséquences ? les assumeront-ils ? Comment ?

    Haine du pauvre qui refuse sa condition ? Haine de tous ceux qui usent de leur droit de manifester ? Méconnaissance de ce qu'est une République ? De ce qu'est une véritable démocratie ? Liberté d'expression... quel usage, dans quel cadre ?  De ce monopole de la violence qui est le sien, quel usage l'Etat doit-il en faire ? Et jusqu'où ?... 


    Même si l'on peut en  partie déjà soupçonner les réponses qui seront apportées à toutes ces interrogations, l'important, ce n'est pas ce qui est pensé mais pourquoi "ça l'est pensé" et plus important encore : est-ce que ce qui est pensé l'est vraiment ou bien s'agit-il d'une simple opinion dépourvue de raisonnement ? Explicitant à haute voix ses opinions, maintenant audibles par tous, l'interlocuteur en viendra-t-il alors à réaliser qu'il n'a, dans les faits, même pas encore commencé de penser ? Car derrière une opinion, l'on peut très bien ne rien trouver, et certainement pas "le début d'un raisonnement qui maîtrise son sujet".  

    Faire accoucher un esprit, c'est lui permettre de se re-trouver face à lui-même dans la pleine exposition de ses contradictions, de ses affects, de ses insuffisances... disons.... intellectuelles ; face à ses blessures aussi, celles de l'existence : haine de soi, haine de l'autre, haine du "social", haine de l'humanité en tant que communauté. 

    N'oublions jamais que les opinions, quelles qu'elles soient, ne sont jamais portées par des individus tout à fait respectables ou tout à fait indignes car les êtres humains ne sont jamais aussi mauvais ou louables que ce que l'on serait tentés de penser à leur sujet - à quelques exceptions près ; celles d'individus qui seraient alors entièrement "tout bon" ou "tout mauvais."

    C'est la typologie d'une population en particulier, aujourd'hui retraités ou encore en activité... sans soucis matériels, incapable d'empathie envers ceux dont ils ne partagent pas le sort injuste, qu'il nous faut cerner même et surtout si par leurs opinions, cette population se situe à des années lumières des nôtres.

           

    ____________

     

    Pour prolonger cliquez  : Gilets jaunes - le dossier

                  

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • François de Closets alias inspecteur Javert ou le syndrome d'une soumission aveugle

     

    françois de closets

     

                    « François de Closets est issu d'une dynastie d’ingénieurs qui a fait fortune dans la vie coloniale aux Indes. Fils d’un artiste-peintre dont le métier de professeur d'anglais ne permet pas de subvenir à sa famille de huit enfants, il a pour mère Antoinette, femme sévère issue de la bourgeoisie catholique, qui lui apprend la frugalité3. » dixit Wikipédia

     

    ***

     

                     Il est partout de Closets, BFM-TV, C-News, Europe 1… à toutes les heures du jour et de la nuit…et jamais aussi présent depuis le mouvement Gilets Jaunes.

    Aujourd’hui comme hier... de toutes les télés, comme de tous les journaux, âgé de 86 ans… homme diurne et nocturne… monomaniaque, sa réputation et sa renommée se sont forgées depuis les années 70 sur le leitmotiv suivant : « L’état dépense trop et taxe trop ! »

    Graphomaniaque à la hauteur de dizaines d’ouvrages, tous ses écrits auront pour sujet le gaspillage de l’Etat, voire son incompétence ; un Etat dont il n’y aurait rien à sauver excepté,  bien évidemment car on ne se refait pas, en ce qui concerne ses fonctions régaliennes réduites, il est vrai, à sa plus simple expression mais avec un maximum d’efficacité : police, justice, prison : pour de Closets, le gnouf étant l’alpha et l’oméga d’un Etat sûr de lui, bien ordonné, droit dans ses bottes, à droite toute !

                   Pauvrement diplômé (un peu de droit ici et là), n’empêche..... de Closets se pique d’économie, de politique, de finance depuis des décennies; il est intarissable sur l’Etat, ses tares et ses vices  ; cet Etat sur lequel il aura pourtant vécu, grassement rémunéré 50 années durant par les contribuables…

    Jugez plutôt :

    AFP en 1961, TF1 des années 70, Antenne 2 puis France 2 ;  il présidera la commission Efficacité de l'État dans le cadre du Commissariat général au Plan  ; et enfin la chaîne parlementaire LCP car de Closets est insatiable lorsqu'il s'agit de pomper les deniers de cet Etat qui pourtant dépense et prélève trop, beaucoup trop. De là à penser que ce « journaliste vilipendaire et jaculatoire » jusque tard dans la soirée (quelle santé !) était Gilet Jaune avant l’heure, et ce à son insu…

    Ne rêvons pas : ses prestations télévisuelles de ces deux derniers mois ne laissent aucun doute. Jugez donc : « Gilets jaunes retraités, salariés et chômeurs, apprenez à vivre avec ce que vous avez et cessez de vous plaindre ! »

    Quand un Gilet jaune proposera que l'on taxe les GAFAM, de Closets interviendra en ces termes : "Vous pouvez toujours espérer, vous pouvez toujours attendre : c'est impossible. Ils sont trop puissants".  

    Circulez ! Y'a rien à voir !

     

                    Bernanos, Céline, Victor Hugo  et d’autres encore, sans oublier les fables de la Fontaine (Closets est un très bon client pour ce fabuliste), ont écrit de nombreuses pages sur ce type de personnage car enfin, de Closets face à la crise sociale et le mouvement Gilets jaunes -  retraités, artisans, salariés, chômeurs, commerçants qui ne veulent plus se contenter de survivre avec des revenus indignes -, n'aurait-il pas revêtu  les habits de l’Inspecteur Javert (V.Hugo : les Misérables) face à tous les Jean Valjean de la contestation sociale ?

     

     

    ***

     

                    Si de Closets fait partie de ces gens qu'il vaut mieux rencontrer à jeun, dernièrement sur C-News, à propos de la hausse annoncée des produits alimentaires dans le contexte d'une crise sociale aiguë, auprès d'une interlocutrice membre de LFI qui s'en désolait, la réplique de de Closets résumera sans doute toute son existence : « Comment ça ? Vous ne voulez donc pas que les agriculteurs et  les producteurs reçoivent une juste rémunération de leur  travail ?»

    Vous savez quoi ? ! A propos des groupes Casino et Auchan - enseignes aux salariés payés au SMIC horaire - fort de plus de 90 milliards d’euros de CA à eux deux, et qui ne connaissent pas la crise (taux de croissance entre 4 et 9%), eh bien, à aucun moment de Closets a-t-il été capable d'envisager que ces mastodontes de l’alimentaire puissent être contraints de réduire leur marge et que l’Etat les taxe à la hauteur de leur bénéfice !  

    Non, de Closets n’y a pas pensé. En revanche, il s’est félicité que ce soient les consommateurs qui paient l’addition.

     

                     Et c’est alors qu'un syndrome pourtant très courant mais volontairement ignoré, syndrome de toutes les hontes qu'un entourage préférera ne pas relever par charité et à propos duquel ce même entourage refusera de poser un diagnostic sans appel, éclata au grand jour bien que de nuit (en effet, il était dans les 23h30), et dans toute sa laideur et dans toute son abjection... 

     

    h

     

     

    ________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Hyper-violence policière : un service d'ordre sur le mode de la terreur

    castener et les violences policières

     

                      Lynchage, tabassage gratuit, autant d'actes infâmes commis par une police maintenant indigne de toute considération dans le silence assourdissant des médecins, des corps intermédiaires, des avocats, de la ligne des droits de l'homme, de la classe politique...

    Mains arrachées (5), visages éborgnés (14), mutilations, les blessés s'élèvent à près de 2000 dont plus d'une centaine de blessés graves avec séquelles à vie. Les médias mettront 8 semaines à en parler sans doute parce que leurs propres journalistes seront plus tard eux aussi la cible des forces de l'ordre : plus de 25 blessés chez ces journalistes. 

     

     

                    Avec l'échec du pourrissement, est arrivé alors le choix du recours à l'ultra-violence policière par le locataire de l'Elysée et ses hommes de main (Castaner entre autres - homme sans honneur, véritable voyou de la politique) ; une ultra-violence destinée à dissuader les GJ qui, pour une grande majorité d'entre eux, n'étaient jamais sortis manifester, de "revenir" la semaine suivante une fois terrorisés ( traumatisme physique et psychique) ; car c'est bel et bien un service d'ordre sur le mode de la terreur qui sévit depuis la mi-décembre. 

    Les femmes gilets jaunes se sont retirées des manifestations du Samedi sur Paris de peur d'être les victimes indiscriminées de blessures et de mutilations irréversibles.  Premier succès stratégique de cette hyper-violence.

     

     
                             

                                        Compte Twitter de David Dufresne journaliste "qui fait en partie le job" - un des derniers de sa profession.

     

                        David Dufresne, journaliste indépendant, a l'immense mérite de tenir, depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes, le compte de chaque personne blessée par les forces de l'ordre.

    Reste à expliquer pourquoi l'Elysée a mis en place ce que l'on peut qualifier de "service d'ordre de la terreur" ainsi que la nature de cette terreur ainsi que les raisons derrière la décision d'y avoir recours car il est aujourd'hui nécessaire d'être capable d'expliciter ceci : "les Gilets jaunes" ne doivent en aucun cas faire "école" ; ils ne doivent pas non plus obtenir gain de cause en ce qui concerne le volet "pouvoir d'achat" de leurs revendications, à savoir : la fin des retraites à 900 euros et des salaires à 1150 euros pour un temps plein.

    Le RIC oui... mais après mille ans de négociation ! La fin de la pauvreté, non ! Mille fois non ! Et ce dès maintenant !

    Car après les Bonnets rouges et les zadistes de notre Dame des Landes qui ont obtenus gain de cause  - rappelons-le -, le mouvement Gilets jaunes (le mouvement de trop pour le Système ?), son mode de fonctionnement, son caractère imprévisible, la nature composite de ceux qui s'y retrouvent (retraités, salariés, artisans, commerçants, agriculteurs et chômeurs, tous pauvres, soit entre 10 et 15 millions de personnes), cette France de l'abstention pour une grande partie, sa détermination, son utilisation des réseaux sociaux, a fait , sans doute à son insu, que l'on devra parler maintenant d'un "avant et d'un après Gilets jaunes" en ce qui concerne tous les modes de contestation à venir.

    D'autant plus que... force est de reconnaître que ce sont le militantisme et le syndicalisme qui ont pris un sacré "coup de vieux" avec le surgissement de ce mouvement ; d'où leur quasi absence ou du moins, leur mobilisation laborieuse auprès des Gilets Jaunes, soit par leur présente à leur côté, soit par leurs déclarations de soutien : il faudra attendre près de 6 semaines. 

    Avec cette répression d'une violence sans précédent, n'est-ce pas l'Elysée qui plébiscite aussi le retour d'un syndicalisme qui sait se contenter de manifester en ordre (d'aucuns diront "... en rang d'oignons") de République à Bastille dans le cadre de revendications de bouts de chandelle ( dites raisonnable et réalistes), ce qui a toujours eu les faveurs des gouvernements qui se sont succédé depuis les années 80 ? 

                       Autre nécessité : se décider à exposer les enjeux véritables derrière cette tentative "de faire un exemple" avec le mouvement Gilets Jaunes car comprendre ces enjeux c'est inévitablement questionner la personnalité de Macron, son agenda économique et social et son ambition sur les vingt prochaines années ainsi que la nature du système que ce dernier sera appelé à continuer de servir à l'international cette fois-ci, une fois son travail de destruction de notre modèle social achevé car avec les Gilets jaunes, Macron joue là son avenir non pas politique mais professionnel : s'il recule face à la contestation (sur le volet "pouvoir d'achat" principalement et sur le retour de l'ISF d'un enjeu plus symbolique), c'en est fini de son avenir, tout enfant roi, pourri, gâté, orgueilleux et vaniteux qu'il est...

                                    ... un locataire de l'Elysée qui "ne coche aucune case" si l'on en croit tous les sondages de ces 2 derniers mois.

    Nul doute : cette violence d'une nature terroriste qui se veut dissuasive "à tout jamais" est à rapprocher du projet mondialiste qui guide la construction européenne depuis Maastricht, l'Euro et le traité de Lisbonne ; projet d'une violence sociale digne du 19è siècle, à savoir : la mise en concurrence de tous les salariés européens entre eux, puis de tous ces salariés avec le reste du monde. Un seul objectif ici, chez nous, en Europe : la baisse des salaires, la paupérisation de l'Etat régalien et de l'Etat providence et la fin d'une liberté d'expression  et d'information avec la mainmise des médias de masse par des milliardaires qui ont un intérêt direct à ce que ce projet mondialiste triomphe sans conteste.  Oui ! L'Europe est le coeur de cible de ce projet  ; rien de surprenant à cela puisque c'est en Europe que les protections et les droits sont les plus développés. 

    Or, en faveur ce projet, on trouvera qu'une minorité d'Européens ; en effet, ce projet ne recueille l'adhésion d'aucune majorité et ce depuis trente ans ;  tous le savent : les Etats, les gouvernements, les partis politiques et la Commission, ce gendarme en chef, cette superstructure au service de l'hyper-structure mondialiste ; cette Commission dictatoriale le sait mieux que quiconque ; elle connaît son image désastreuse au côté d'un Parlement européen composé principalement de figurants qui ont trouvé là le moyen de se rémunérer en tant qu'élus de leur parti respectif, en attendant que leurs ambitions purement nationales à tous, soient exaucées, en particulier chez les petits partis ; pour la France : RN, Ecolos, LFI et UPR qui ne bénéficient pas d'un soutien financier à la hauteur de leurs ambitions. 

    Un projet qui ne saurait souffrir aucune remise en cause, même indirecte telle que les revendications des Gilets Jaunes qui représentent une véritable menace sur une Europe ploutocratique (le RIC) et sur les politiques de paupérisation des Etats  (hausses des salaires les plus faibles et retour aux investissements dans les services publics).

     

                   Terreur dans la gestion de la contestation, terreur sur les salariés, terreur d'un projet contre-nature car amoral et anti-humaniste.... tout se tient : ce siècle qui est le nôtre qui est déjà celui de la terreur avec le terrorisme internationale, terrorisme dit islamiste qui cache des manipulations et des instrumentalisations sans nombre et qui n'est qu'un des volets de cette terreur qui nous est promise à tous, ce siècle sera bien celui de toutes les terreurs ; siècle conduit par des hommes et des femmes au-dessus de tout soupçon, propres sur eux, le temps d'une campagne électorale seulement - suivez notre regard ! -, filles et fils de bonnes familles, dignes salauds d'une incarnation du mal d'une banalité et d'une irresponsabilité d'un cynisme diabolique. 

                   Mais alors, nous sera-t-il seulement donné de les juger tous un jour dans le cadre d'un tribunal non pas des vainqueurs mais bien plutôt d'un tribunal des victimes d'un mondialisme criminel ?

    Rien n'est moins sûr, hélas !

     

    _______________

     


                         

                          La condition policière avec A. Langlois du syndicat Vigi

     

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Une courte réflexion sur la relation Etat et Police 

                               ainsi que Gilets jaunes - le dossier

                               

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • Etienne Chouard en direct sur BFM-TV... une première !

     

    Etienne Chouard en direct sur BFM-TV... une première !

     

                Etienne Chouard, diabolisé par les médias de masse et la classe politique, star d'internet depuis 12 ans, considéré comme étant à l'origine de la relance de l'idée du Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC), Etienne Chouard en direct sur BFM-TV... dialoguant avec un ministre de Macron... une première !

    Mais alors....

    Chouard par-ci, Chouard par-là (un débat avec Raphaël Enthoven, un historien des idées qui a eu son heure de gloire sur France Culture), le Système n'essaierait-il pas de noyer les revendications des Gilets jaunes à propos du pouvoir d'achat dans un débat stérile à propos d'un RIC révocatoire totalement irréaliste autant dans son contenu que dans son application ; vous pensez : droit de veto sur toute l'activité du parlement, révocation des députés !...

    Car le vrai danger pour ce Système, n'est-ce pas plutôt le retraité qui ne veut plus vivre avec 900 euros par mois et le salarié à 1150 euros pour un temps plein et qui semblent déterminés à se donner les moyens d'obtenir gain de cause ? Assurément oui ! D'autant plus que le locataire de l'Elysée semble vouloir éluder ce volet "pouvoir d'achat" en mettant en avant des questions institutionnelles aux répercussions constitutionnelles très complexes comme en d'autre temps, le PS abandonnant les classes populaires au profit d'un "sociétal" destiné à cacher son retrait des questions économiques et sociales. 

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
  • « Liste Gilets Jaunes » aux Européennes : Macron et les médias en rêvaient, un groupe de Gilets Jaunes l’a fait

     

    « Liste Gilets Jaunes » aux Européennes : Macron et les médias en rêvaient, un groupe de Gilets Jaunes l’a fait  

     

                   Une liste intitulée « Ralliement d’initiative citoyenne » devrait être déposée en vue des élections. européennes du 26 mai. La tête de liste pressentie serait Ingrid Levavasseur, Gilet jaune aide-soignante qui élève seule ses deux enfants, qui avait bien failli être embauchée comme chroniqueuse chez BFM-TV voilà quelques semaines. Hayk Shahinyan, qui avait annoncé son intention de lancer une liste en décembre dernier, ne sera pas candidat mais directeur de campagne.

    Dix inscrits étant déjà présents dans la liste, 79 étant requis, il leur faut donc recruter 69 candidats supplémentaires et trouver entre 700 000 et 900 000 euros pour se qualifier.

    Où trouver une telle somme ? Certainement pas auprès des Gilets jaunes qui semblent condamner majoritairement cette initiative !

    Attendue, vivement souhaitée par tous les médias dont une partie du personnel a tout à redouter d'une crise non pas politique, mais d'une "crise de régime", médias au côté de LAREM car tous ont bien compris que cette initiative d’un groupe de GJ permettra de limiter l’impact d’un vote massif anti-Macron (1)  principalement sur le parti RN (et dans les marges, celui de Mélenchon), cette liste sera-t-elle alors discrètement financée à l’insu de ses membres par l'Elysée ? Un généreux donateur anonyme peut-être ? Ou bien, les banques partenaires de Macron ? 

    Les médias, pour sûr, vont réserver à cette liste un accueil plus que favorable. Ce sera « RIC » matin, midi et soir et le tri entre les bons et les méchants Gilets jaunes -  le bon grain de l'ivraie ; ceux qui refuseront de soutenir cette liste se verront alors qualifiés de « Gilets jaunes obtus, négatifs et extrémistes ».

    A suivre.

     

     1 - Vote tout aussi hostile sur LR car il n'est pas difficile de prévoir à propos de ce parti "croupion" qui ne peut pas se tourner vers le RN, la signature d’un accord d’union de gouvernement avec le locataire de l'Elysée en guise de « sortie de crise » d'ici 2022.


                                                 ______________

     

     « Qu'il était bleu, le ciel, et grand, l'espoir !
    L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.
    Tels ils marchaient dans les avoines folles,
    Et la nuit seule entendit leurs paroles.
     »

                     Paul VERLAINE (1844-1896)

     

                    Un, voire... deux députés GJ au Parlement européen à l’issue des élections européennes…  alors que le parlement européen n’a aucun pouvoir en général et en particulier sur le pouvoir d’achat et la révision de l’architecture constitutionnelle et institutionnelle d’une démocratie non représentative d'un pays membre de l’U.E... pourquoi se présenter et être élu ? Pour quelle audience, pour quel impact, pour quel écho et pour quel résultat ?

     

    « Liste Gilets Jaunes » aux Européennes : Macron et les médias en rêvaient, un groupe de Gilets Jaunes l’a fait

    (Merci de rajouter aussi, le remboursement des titres de transport)


             C’est sûr ! pour un député européen la soupe est bonne, très bonne même ! A ce tarif-là, l'heureux élu(e), c'est tous les jours qu'il se présentera au Parlement européen, et même quand il fera « relâche » ! C'est sûr qu'à ce prix-là, ça va changer sa vie à ce député et plus encore s’il était smicard ou bénéficiaire du RSA ! Sa vie à lui, celle de sa famille et celle de son entourage à raison de près de 200 000 euros ( 4000 + 6000 + 6000 x 12) d’enveloppe budgétaire par an, soit  1 000 000 sur 5  ans !

    Finalement, c’est un peu comme gagner au loto, à ceci près que l’on vous verse votre gain sous forme de rente mensuelle.

    On imaginera alors l’ambiance lors du conseil de famille qui ne manquera pas d’être convoqué à l'annonce de la nouvelle : papa ( ou maman) élu député européen. Quelle affaire !

    Tenez : imaginons notre député style FDJ (Française des jeux) avec une épouse et deux enfants de… disons 10 et 12 ans :  Océane et Maxime.

     

        « Les enfants ! Venez les enfants ! Votre père à une bonne, une très bonne nouvelle à nous annoncer !

    • Qu’est-ce que c’est encore Maman ?
    • Votre père a été élu « député européen ».
    • Député ? Pourquoi faire ?  
    • Comment ça "pourquoi faire" ? Un peu de respect pour la fonction, Maxime s’il te plaît !
    • Mais alors, Papa, tu abandonnes les ronds-points ?
    • Pas vraiment ma fille. Je vais simplement porter la parole et les couleurs des Gilets jaunes dans un autre endroit, là où toute l’Europe va entendre parler de notre cause.
    • "Porter les couleurs" ? Mais votre couleur, c'est la couleur jaune... c’est tout.
    • C’est une façon de parler Maxime. Ne commence pas à faire le difficile !
    • Oui Maman.
    • Mais combien vous serez de gilets jaunes ?
    • Je serai sûrement seul pour commencer. Mais…
    • Seul contre tous qui n’en ont rien à battre de vos histoires ?!
    • Maxime, Océane... pensez donc que... avec l’élection de votre père au Parlement européen ( nb : délocalisé en Albanie - ndlr), notre vie va changer du tout au tout.
    • T’es sûre Maman ?
    • Oui Océane. Ton père va multiplier par 10... que dis-je... par 100 son salaire.
    • Par 100 ?! Fonce Papa ! Fonce ! Mets le turbot ! Tu devrais être déjà parti, merde alors ! 
    • Maxime !!!!».

     

     

    Cinq ans plus tard…


     « Dis Roger, les élections c'est pour quand ?

    - Dans quatre mois.

    - Et tu comptes repartir en campagne quand ? Après le jour du scrutin, une fois que les dés pipés seront jetés ?

    - Comment ça ?

    - Comment "comment ça" ? Rassure-moi vite : tu comptes bien te représenter ?

    - Ben... c'est à dire que...

    - Quoi ?
    - ……

    - Fais pas l'idiot ! Tu me fais le plaisir de rempiler ! 

    - Oui mais… le mouvement, qu’est-ce qui va dire ?

    - Le mouvement ? Pour ce qu'il en reste !

    - lls font déjà la gueule depuis 5 ans... 

    - La gueule ?

    - Oui, toi et tes dépenses somptuaires... tout le quartier…

    - Débrouille-toi ! Va alors chez LR ou RN... ou chez Mélenchon… non pas Mélenchon, c’est un looser. Démerde-toi mais représente-toi ! Tu vas pas retourner chez Castorama à 800 euros par mois à raison de 25H par semaine ! Et moi, j'ai pas envie de retourner faire des ménages. On ne crache pas dans la soupe ! Ca ne se fait pas.  Et puis, pense à nos enfants. Les études c'est pas gratuit et...Maxime passe son permis cette année ; il lui faudra un véhicule ; et tu le connais : il ne jure que par les voitures de sport... voitures très sportives... alors...  

    - N’empêche, le travail ça me manque ; les copains, tout ça... j'aimerais bien... 

    - Le travail ? Non mais… t’es sûr que ça va bien dans ta tête ? Retourner travailler ? Et puis quoi encore ! Tu te représentes ... sinon je me casse avec les enfants !

    - Chérie !

    - Y’a pas de « Chérie » qui tienne ! Je vais pas rester avec un looser ».

     

           Notre député rempilera-t-il au risque de devenir un professionnel de la politique au grand désespoir des Gilets Jaunes purs mais pas sans reproches à son endroit ? Qu’en est-il de ce RIC révocatoire qui stipule aussi le non-renouvellement des mandats des élus ? 

    Sera-t-il alors révoqué en toute légalité ? Qualifié de traître à la cause, lui feront-ils la peau, virtuellement sur les réseaux sociaux à grand renfort de montages photos amateurs mais sanguinolents avec l'aide de l'incontournable Photoshop dans une version piratée et obsolète ?

                   Dans tous les cas, on ne pourra guère reprocher à l’épouse de notre député maintenant bien embarrassé de ne pas avoir cherché à assister son conjoint dans cette nouvelle épreuve : en être ou ne pas en être... à nouveau !

     

     _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets jaunes - dossier 

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu