Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Israël : judaïsme, sionisme et colonisation - Page 8

  • S'habituer à la menace terroriste ?



    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • E. Levy, A. Finkielkraut et RCJ : le passage à l'acte

     

     

                Ils évoqueront Le grand remplacement cher à Renaud Camus, suprémaciste blanc ; ils soutiendront l'opinion d'un sondage qui place la complainte "Trop d'immigrés en France !" en tête de gondole...

    E. Levy et A. Finkielkraut franchissent le pas : dans l'émission Esprit d'escalier de la radio RCJ (radio de la communauté juive), ils n'auront de cesse durant une bonne vingtaine de minutes, de rendre hommage à Marine Le Pen, jouant la fille contre le père. 

    Et c'est alors que l'on se dit :"Heureusement que le père est considéré comme "anti-sémite" ! Dans le cas contraire, on aurait pu craindre le pire."

     

               Un rapprochement semble, jour après jour, se confirmer entre les "leaders" médiatiques juifs (E. Lévy, Zemmour, Finkielkraut, BHL, Goldnadel, Prasquier, Cukierman, Klasfled-fils...) et le Front national contre les Musulmans et l'Islam, nouveau visage de la "vieille" haine raciste anti-arabe ; et c'est plus récent (une trentaine d'années) : haine envers les activistes pro-palestiniens issus de l'immigration ainsi que contre nous tous, d'origine européenne.

              Si le poisson pourrit par la tête... il semblerait, en ce qui concerne RCJ et ses animateurs débridés, qu'on en soit arrivés aux pieds.

    Mais alors ? Que reste-t-il à sauver ? Une amputation est-elle encore envisageable ? Ou bien, jeter le bébé avec l'eau du bain ?

     

                  A suivre...

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Sionisme et Front national : un rapprochement imminent ?

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Alain Soral au tribunal : quenelle et lobbying ou quand l'indépendance de la justice est KO dès le premier round

     

                L’essayiste comparaissait devant le tribunal correctionnel de Paris, jeudi dernier,12 mars, pour une photo publiée sur Facebook où il apparaît en train de faire une "quenelle" au Mémorial de l’Holocauste de Berlin.

    Depuis que la Licra et le Crif ont décidé que le geste de la quenelle était un salut nazi inversé (1), les tribunaux leur ont allègrement emboité le pas, condamnant de pauvres bougres à des amendes lourdes et à de la prison avec ou sans sursis.

               La Licra et le Crif décrètent, l'Etat régalien se soumet, obéit, obtempère ! Comme quoi, on ne se refait pas. Jamais ! Quand ce n'est pas le bruit des bottes...

    Le créateur de la quenelle était présent ; il s'est constitué "partie civile" : Dieudonné n'accepte pas que la quenelle soit malhonnêtement (crapuleusement devons-nous dire ?) associée au nazisme.

     

                     Qu'à cela ne tienne : le combat continue contre l'asservissement et la désinformation.

     

     

    1 - L'inverse d'un nazi, ou un salut nazi inversé ou bien encore, un nazi inversé les pieds en l'air et la tête en bas, tout cela ne serait-il pas plutôt le signe d'un ralliement à un idéal démocratique épris de liberté et de fraternité ?

     

    _____________

     

     

    quenelle,soral,dieudonné,licra,crif,justice,politique,actualité,société

     

     


                 Pour rappel : la quenelle est un geste subversif que l’on peut assimiler au doigt d’honneur contre l’ordre établi et une pensée unique qui se déploie autour d’un projet mondial qui ne souffrira aucune contestation : ici… la menace du chômage (d'où l'unanimité de médias et de leurs salariés précaires ou richissimes contre cette quenelle), ailleurs… celle des bombes contre quiconque s’y oppose :individus, peuples et Etats :

     

    - Dévastation des nations, des cultures, des coutumes, des usages et du contrat social et autres compromis au nom d'un mondialisme pour lequel les êtres humains ne sont que des ventres à remplir (ou des Peuples à affamer, c’est selon... leur niveau de soumission ou de résistance !), et du temps de cerveau disponible à distraire jusqu'à l'abrutissement...

     

    - Diabolisation de tout individu qui refuse d'adhérer à l’univers conceptuel de ce mondialisme ; individu dissident qui se verra alors qualifier, au choix, de... fasciste, raciste, antisémite, complotiste paranoïaque, nationaliste, populiste, homophobe, démagogue anti-européen et anti-américain...

     

    - Instrumentalisation de la culture arabo-musulmane en générale et de l'Islam en particulier (foulard et pratiques religieuses) aux fins de condamner des quartiers entiers à une marginalisation irréversible, ici en France et en Europe...

     

    - Hégémonie d’une alliance américano-israélo-saoudienne (La Grande Bretagne et la France comme supplétifs) qui a pour seul programme : la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, sans oublier "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent...

     

    - Tentative de marginalisation de la Russie ; politique qui consiste à faire le choix de soutenir le dissident milliardaire Khodorkovski aujourd'hui résident en Suisse contre le lanceur d'alerte (héros ?) Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou, auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...

     

    - Chantage à l’antisémitisme et bannissement contre quiconque critique publiquement la politique d’Israël ; un Etat qui n'a aujourd'hui plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid et dont la politique jouit ici en France du soutien et de la complicité de l’Etat français au plus haut niveau - une alliance qui nous salit davantage chaque jour -, avec en prime l’exploitation du génocide juif à des fins économique, politique et géostratégique...

     

    - Conditionnement des esprits à une nouvelle guerre froide dans un face à face USA-Chine pour le plus grand profit du complexe militaro-industriel occidental...

     

    - Construction d’une Europe-instrument d’un mondialisme sans honneur ni justice qui n’est dans les faits qu’une guerre contre l'Etat providence, un modèle sociale, les salaires et le droit du travail... au nom d'une recherche de compétitivité alibi...

     

    - Mise en concurrence de tous les salariés à une échelle tant locale qu’européenne et mondiale...

     

    - Mise à mort subreptice, ici en Europe, de la liberté d’expression et de la démocratie, à grand renfort d’instances tutélaires sans légitimité démocratique (fonds, banques, commissions, organisations) ainsi que de technologies de la surveillance et du contrôle de millions de citoyens...

     

    - Neutralisation de tout esprit critique en faisant peser sur ceux qui n'ont pas renoncé, le discrédit du ressentiment, de la jalousie, et pire encore : de l'envie.

     

    - Passivité de tous les médias dominants, et ce sans exception : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte au sein desquels s’exerce sans vergogne un chantage au chômage contre quiconque s’opposerait à une telle soumission ; médias qui ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune.

    ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Quenelle : unanimité des médias

     

     

    Lien permanent Catégories : Alain Soral, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • "Au nom du Temple" : un reportage de Charles Enderlin

                     

                      ... ou quand un Judaïsme fanatique n'a rien à envier à tous les autres fanatismes religieux...

     

     

                 Dans ce documentaire, Charles Enderlin, correspondant de France 2, nous livre une courte histoire de la colonisation de la Cisjordanie par Israël, de 1967 à nos jours (1).

    Mosquée Al Aqsa ou Mont du Temple, sionisme religieux et messianique ; fanatisme qui n'a rien à envier à tous les autres : 500 000 colons en Cisjordanie en toute illégalité internationale, rabbins, chefs de bandes, illuminés, terroristes, adultes et enfants, hommes et femmes... tous perdus pour la raison...

    Imaginez un milliard de ces énergumènes tels qu'ils nous sont présentés dans ce reportage, et c'est une guerre de mille ans qui nous est déclarée et un retour à la pire des barbaries - la barbarie religieuse -, un soleil noir sur toute notre humanité.

     

                 Aussi,

                 Que le droit international (à défaut de Dieu qui n'a de cesse de regarder ailleurs pendant que le droit et la justice sont bafoués) et des chefs d'Etat couillus renvoient tout ce petit monde fanatisé, calotte-sombrero sur le cuir chevelu (Olé !), à leurs chères études ; celles qu'ils n'ont jamais faites manifestement : les humanités ; ce qui devrait les rapprocher de cette humanité qui est la nôtre : droit et  justice pour tous ! et pour Dieu : des miettes.

     

     

     

    1 - On pourra déplorer que Charles Enderlin n'ait pas insisté sur le cynisme de toute la classe politique israélienne, des travaillistes au Likoud, dans son instrumentalisation du Judaïsme ; une classe qui, jamais, n'acceptera de rendre justice au Peuple palestinien. Enderlin préférant renvoyer dos à dos le Hamas et les fanatiques juifs.

    Aussi, qu'il soit permis d'adresser les encouragements suivants à ce journaliste : "Allez, encore un effort Charles ! T'y es presque !"

    _______________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Sionisme, vous avez dit sionisme ?

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Deux mois de prison avec sursis : le prix de la liberté d'expression pour un métis franco-camerounais

     

                Dieudonné a été condamné, mercredi 18 mars, à deux mois de prison avec sursis en raison d'un message posté sur Facebook après les attentats djihadistes qui avaient fait dix-sept morts au début de janvier en France.

     

    ________________

     

             Précédemment...

     

                

    dieudonné,walls,moscovici,liberté,justice,humour,satire,molière,uleski,ayrault,hollande,actualité,spectacle

     

              Interpellé mercredi 15 janvier à 7 heures à son domicile en Eure-et-Loir par dix policiers, Dieudonné a été placé en garde à vue. Il sera jugé en correctionnelle pour « apologie du terrorisme », après avoir déclaré sur Facebook qu’il se sentait "Charlie Coulibaly " : Charlie car Dieudonné est l'humoriste  le plus proche de l' esprit Charlie Hebdo des années 70 et 80  ; Coulibaly, car depuis 13 ans, Dieudonné est la victime d'une chasse à l'homme qui ressemble fort à une traque menée contre un tueur-fou.

     

     

                   Le parquet de Paris a décidé de le convoquer « à une audience ultérieure » à l’issue de sa garde à vue, en cours d’achèvement mercredi en début de soirée".

              

    ***

     

     

                 " Par l’obscénité que constitue l’arrestation d’un comique métis populaire et talentueux, pour une phrase, au moment même où l’on prétend mener un combat sans concession pour la liberté d’expression, cette opération policière, politique et médiatique nous place effectivement face à une réelle opération de terreur. 

    Une opération de terreur policière, politique et médiatique menée par le sionisme international et l’impérialisme américain, dont tous les analystes sérieux, muselés par les médias dominants, démontrent depuis des années qu’ils sont in fine les seuls bénéficiaires d’un « terrorisme islamiste » dont ils sont aussi, via diverses médiations, les machiavéliques commanditaires…" - Alain Soral

     

     

     

             Plus gros vendeur de billets de spectacle...

     

    Que l'on ait donc la présence d'esprit de se poser la question suivante : qui aujourd'hui en France fait vivre la démocratie et la liberté d'expression - si par démocratie et liberté d'expression on entend autre chose qu'un débat télévisée entre... Mélenchon et Copé, arbitré par un Pujadas -, Dieudonné ou ceux qui tentent de le faire taire ?

     

              "Le premier qui trouve Dieudonné drôle perd son job : journalistes, artistes, producteurs, animateurs, presse, radios et télés."

     

                  Dieudonné "vient" de l'anti-racisme et de l'anti-communautarisme. Aujourd'hui encore, à ses spectacles, on y rencontre toute la France et toutes les France. Qu'il soit permis ici de rappeler ce qui suit : si dans les années 40, cela demandait sans aucun doute beaucoup plus de courage d'être un résistant (communiste ou gaulliste, juif ou pas) que d'écrire dans "Je suis partout", aujourd'hui, force est de reconnaître qu'il faut un courage sans limite pour être Dieudonné plutôt qu'un représentant du CRIF et de la LICRA, un Zemmour, un Finkielkraut ou un Philippe Tesson.

     

               Avec ces nouvelles menaces contre Dieudonné, ce Django de la liberté d'expression, c'est bien le plus grand humoriste de langue française et le plus grand satiriste que l'on tente de censurer et de bâillonner.

    Aussi, ne cessons jamais de dénoncer cette vendetta de plus de dix ans et de soutenir l'artiste Dieudonné.

     

    ____________________________

     

     


    Tesson chez Morandini

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Dieudonné, Molière et l'Art contemporain par

    François-Laurent Balssa

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • 22 500 Euros : le prix de la dignité pour un métis franco-camerounais

     

                       L'humoriste Dieudonné a été condamné à 22 500 euros d'amende ce jeudi 19 mars 2015 par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris après ses propos sur un "journaliste" de France Inter.


     

    L'arrivée de Dieudonné à l'occasion de la première audience en février de cette année, la presse, les télévisions, les photographes et Sanjay Mirabeau, l'avocat de l'humoriste-activiste.

     

                   

    ***

     


                      "Je ne laisserai personne m'insulter. A chaque fois, je répondrai."

     

    22 500 euros, c'est là le prix à payer pour un métis déterminé à vivre debout en répondant à l'insulte d'un "journaliste".

    Souvenez-vous de l'expression de ce "journaliste"qui n'en était déjà plus un lorsqu'il a qualifié Dieudonné de "cerveau malade" en commissaire politique médecin de l'âme.

    22 500 Euros, c'est là le prix de la dignité pour un métis franco-camerounais. Pour les autres, c'est gratuit.
     
               Quand on vous dit que rien ne change, jamais... jamais vraiment !

     

     ____________________

     Pour prolonger, cliquez : Le phénomène Dieudonné

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Saïd Bouamama : Palestine, islamophobie, to be or not to be Charlie

     

    Les bons et les mauvais Musulmans

     

    Sur la question palestinienne et l'importation du conflit.

     

     

    Une conséquence de l'islamophobie

     

     

    Que faire face à l'unité nationale de l'après-Charlie

     

     

     

    Saïd Bouamama, né en 1958 à Roubaix, est un sociologue, Docteur en socioéconomie, il est membre de l'IFAR, une association loi 1901 où il est chargé de recherche et formateur de travailleurs sociaux.

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Saïd Bouamama

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Politique et actualité, Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
  • Homeland... quand la CIA fait son cinéma

     

                 Homeland, une série télévisée américaine créée par Howard Gordon et Alex Gansa en 2011, attaque sa 4e saison. Bien que cette série, y compris ses derniers épisodes, soient téléchargeables sur Internet sans difficulté (en VF et en VOST), c’est Canal+ qui a l'exclusivité de sa diffusion.

     

                  Mais alors… qu’est-ce que c’est que cette série Homeland ? Que peut-on écrire à propos de cet objet si facile à identifier !

    La question mérite d’être posée.

     

                  Homeland, c’est d’abord et avant tout, une histoire américaine d’agents américains de la CIA qui, du Pakistan à l’Afghanistan en passant par l’Irak, passent le plus clair de leur temps à jouer aux gendarmes et aux voleurs, flingue d’une main (ou aux commandes d’un drone), et l'Ancien testament de l’autre ; en effet, une seule loi dicte leur conduite : la loi du talion.

    La spécificité de Homeland en tant que « chroniques d’une cour d’école de niveau primaire à l'heure de la récré», est la suivante : tout ce beau petit monde agents de la CIA joue le plus souvent seul ; par conséquent, ils sont à la fois les gendarmes et les voleurs, policiers et voyous, sauvages et barbares.

     

               Sans projet, ni stratégie (comment du reste pourraient-ils en avoir !), et bien que les cibles à abattre par ces pompiers-pyromanes professionnels - cibles qualifiées d’enfoirés et de salopards ou d’encul.., c’est au choix, à longueur d’épisodes -  soient remplacées dans l’heure qui suit leur exécution punitive, avec Homeland, c’est l’Amérique qui rend une justice quasi divine… transcendantale, assurément ! Pour preuve : cette justice vient d’en haut, toujours ! Du haut d’un drone ou d’un F16 !

    Malhonnête sur le fond, hystérique dans la forme, Homeland serait une série « commandée et financée » par la CIA, qu’elle ne s’y prendrait pas autrement pour nous expliquer à quel point nous devons tous notre sécurité (entre deux attentats bien sentis quand même, et quelques otages exécutés !), nous les Occidentaux et les autres aussi, les quelques sept milliards d’être humains que compte notre planète, à cette Agence car Homeland est un véritable hymne à la CIA, à son personnel, leur sacrifice et leur engagement sans faille.

    Oui la CIA, cette Agence qui depuis les années 50 a violé toutes les lois internationales qu’il est possible de violer ainsi que toutes les constitutions et toutes les règles les plus élémentaires de la démocratie… comme respecter le résultat des élections dans un pays tiers ; responsable aussi cette agence d’un nombre incalculable d’atteintes aux droits de l’homme - assassinats, torture d’opposants - et autres crimes de guerre.

     

                 Al-Qaïda, Talibans, services secrets pakistanais... tout le monde est là : il ne manque personne ! Homeland est un thriller d'un nouveau genre - genre "géo-politique" -, qui vous explique le plus sérieusement du monde, avec des acteurs bien décidés à vous en convaincre, que les USA sont allées en Afghanistan pour sauver la veuve et l’orphelin ; défendre le droit des petites filles d’aller à l’école et plus globalement et généralement, dans le but de venir en aide à une population (qui n’avait pourtant rien demandé) dirigée à coup de fouet d’un bras ferme et d’une main qui jamais ne tremble : le fouet de la Charia.

    Homeland vous invitera avec insistance (des fois que …) à comprendre ceci : la sécurité des USA repose sur ses capacités à assassiner ici et là, des opposants férocement hostiles à l’occupation de leur pays, et plus encore lorsque les occupants sont des occidentaux.

    Quant aux acteurs qui sévissent dans Homeland, et deux d’entre eux en particulier, deux farfadets sortis tout droit d’un lavage de cerveau dans un centre de formation de la CIA :

    27ce6694b6e00cd0afd5047d6d9b56c253dcc4b4ebbfd.jpg

               Mandy Patinkin alias Saul Berenson (à gauche) : transfuge de la série « Esprits criminels », Berenson c’est la main qui tue et qui ferme les yeux de celui qu’elle vient de tuer, et qui, avec un regard de chien battu sorti de sa niche pour prendre un peu l’air, prépare déjà son prochain forfait…

              Claire Danes alias Carrie Mathison (seconde à partir de la gauche) : bi-polaire, langage châtié, ne doutant de rien, jamais ! Il lui arrive de tomber amoureuse même si elle offre volontiers son cul pourvu que la cause en vaille la peine, hésitant toutefois à noyer son chérubin âgé de quelques mois dans une baignoire au moment du bain…

    Face à ces deux protagonistes piliers sans lesquels tout l’édifice de la CIA s’effondrerait à en juger par ce qui leur est demandé comme implication et ce que ces deux acteurs acceptent de nous donner à voir et à entendre, force est de conclure ceci : seuls les acteurs américains sont capables d’un tel investissement, d’une telle empathie avec un sujet qui impliquerait ce que tous croient relever sérieusement de la sécurité des Etats-Unis d’Amérique (The United States of America – il faudrait pouvoir l’écrire avec l’accent américain !) 

    Voyez Clint Eastwood, Morton Friedman, Mel Gibson, Denzel Washington ! Et puis Harrison Ford, sans doute le pire de tous quand il s'agit de porter le monde sur ses épaules alors que ce monde ne lui avait rien demandé. Car, plus patriotique qu’un acteur américain, vous ne trouverez pas ! Et quand on sait qu’il n’y a pas de sécurité possible aujourd’hui pour les « salauds d’Etat » au nom de la raison du même nom, qui a dit qu’après les journalistes, les plus c… et les plus veules sont les acteurs de cinéma et de télé, américains de préférence (1)?

     

               Dans Homeland, chaque action meurtrière (assassinats, enlèvements, manipulations) de nos héros agents de la CIA que la morale et une tête bien faite réprouveraient sans hésiter, est contrebalancée par un acte commis par « le camp d’en face » jugé très certainement plus répréhensible encore par un téléspectateur moyen, très moyen, quidam de l’audiovisuel. Chaque acte « hors la loi » trouve, côté CIA,  sa justification dans l’argument du moindre mal ou encore « d’un mal pour un bien » (2). C’est à la fois le procédé utilisé par tous les criminels acculés car démasqués (dans la vraie vie : souvenons-nous des arguments d’un Papon ou d’un général Aussaresses, combattant de la guerre d’Algérie… et d’autres encore), et c’est aussi (dans les fictions) un procédé perfide qui permet de s’acheter une bonne conscience et de l’afficher auprès d’un public constitué de pauvres bougres (3) qui n’ont pas idée, européens de préférence, si on oublie le premier public de cette série : une audience américaine.

     

                 Si le triomphe public et critique "at home" de Homeland (cinq Emmy awards, 2 Golden globes) ne surprendra personne, en revanche, ici en France, l'enthousiasme (même relatif) qui accompagne la diffusion de la série sur Canal+ et sa rediffusion sur la TNT, montre le niveau d’ignorance auquel l’immense majorité des clients des chaînes privées (et publiques) est parvenue ; désinformée, dépolitisée, dé-conscientisée, cette population en revanche people-isée comme jamais, incarne toutes les raisons au monde de désespérer de l’avènement d’une quelconque prise de conscience à la fois humaniste et politique - géo-politique, devrions-nous dire ! - qui verrait les responsables des politiques de l’Otan sous commandement américain des 20 dernières années dans cette région (bientôt l’Europe avec l’Ukraine ?) traînées devant une cour pénale internationale pour crime de guerre, voire… crime contre l’humanité.

     

                    Homeland peut s’apprécier à l’aune de deux ou trois critères ; ou pour le dire autrement : « Dites-moi qui vous êtes et je vous dirai quelle idée vous vous faites de Homeland ! ».

    Quel est votre niveau de conscience ? Etes-vous informé ? Beaucoup, un peu ou pas du tout ? Etes-vous capable d’établir un lien de cause à effet ? Avez-vous une bonne mémoire ?

    Selon les réponses, pour un Américain, un sioniste, un Juif, un Israélien et/ou un imbécile, c’est à l’ombre de la bannière étoilée ou du drapeau israélien planté au beau milieu de son salon, qu’il regardera, exalté, cette série Homeland aux cris de « Israël vaincra ! » et  « God bless America ! », un pack de bière à ses pieds.

    En revanche, un Musulman, un Arabe, un téléspectateur affectivement et culturellement proche d'une région qui s’étend disons de la Libye à l’Afghanistan… prendra très vite la décision de jeter son téléviseur par la fenêtre aux cris vengeurs de : « Bande d’encul.., allez donc tous vous faire foutre ! » avant de lancer à la cantonade : « Allahou akbar ! »

    Et les autres, ni Arabe, ni Juif, ni Musulman, ni Américain, ni rien, c’est-à-dire tout, entre deux éclats de rire et une grimace, n'hésiteront pas à adresser un doigt d’honneur ou une quenelle à cette série, et ce dès les premiers épisodes, avant d’aller se ressourcer auprès d’un Kubrick ou d’un Coppola ; deux réalisateurs qui ont toujours su que le patriotisme d’Etat est le refuge des crapules, et plus encore, lorsque ce patriotisme vit et prospère sur le dos de la justice et du droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes.

     

    ***

     

                    Un détail, un dernier. Oh, trois fois rien !

                    Homeland est inspirée d’une série… israélienne : Hatufim (en hébreu : « Enlevés »), créée par Gideon Raff et qui a fait, dit-on, couler dans les chaumières d'Israël (colonies incluses) des larmes abondantes et chaudes comme ces eaux thermales au pied des volcans.

                    Décidément, on ne se refait pas. Jamais !

     

     

    1 - La série nous accordera toutefois un ou deux moments d’émotion purs, profonds, aux ressorts indiscutables, lorsque, par exemple, le personnage de Carrie, sous LSD, croit reconnaître hallucinée, Brody, l’être aimé décédé, auprès d’un gradé pakistanais ; un vrai moment d’émotion où la raison des sentiments triomphe, authentique, propre, dissociée même de ce à quoi cette série exige que nous adhérions ; une émotion dont les producteurs de cette série n’auront jamais besoin d’avoir honte car pour le reste...

     

    2 - Le bien ? Oui, le bien ! Comme continuer de décider qui vivra, où, comment et dans quelles conditions : sous une tonne de bombes ou bien les pieds en éventail au bord d’une piscine.

     

    3 - Génération Canal+ : haussement d’épaule, dérision et déculturation. L’ignorance ce n’est pas le retour de la barbarie mais bien plutôt le retour insidieux d’une bêtise insondable ; c’est Sacha Guitry parodié par Jamel Troisbouzze : et là, on touche le fond du fond… tout au fond.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Coalition Obama pour l'Irak : les pompiers-pyromanes.

     

    Lien permanent Catégories : Cinéma de film en film, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Front national et PS : les deux faces d'une même pièce

     

    lepen-hollande.jpeg

                  Fréjus, Villers-Côteret, Beaucaire, Mantes-la-ville - des vitrines de ce que pourrait être le Front national une fois au pouvoir ? -, comme pour une dizaine d'autres villes qui ont basculé dans le giron frontiste le 30 mars dernier lors des élections municipales, on assiste, impuissants à la diminution des subventions pour le bus scolaire, la cantine, pour les associations municipales des sports, pour les centres sociaux, et plus encore lorsqu’ils sont situés dans des quartiers populaires à forte présence d’immigrés ou de Français issus de l’immigration.

    Ces baisses de subventions vont de – 20% à la quasi-totalité des sommes allouées : au Pontet, la cantine qui était gratuite pour les familles pauvres, ne l'est plus ; à Villers-Cotterêts, le prix a été largement augmenté pour les familles les plus modestes.

    Certes, la remise en question des subventions aux associations figure en toutes lettres dans le guide de l'élu municipal FN ; c’est le b.a.-ba de la gestion municipale d’une équipe frontiste : asphyxier lentement celui qui manque d’air, à petit feu, jusqu’à ne plus vider ses poubelles dans son quartier. Après une ségrégation imputable à de graves manquements républicains, c’est l’Apartheid (1) que l'on impose en toute conscience, ici et là, au rythme des victoires des candidats FN qui, une fois élus, n’oublient jamais de recruter de nouveaux policiers municipaux, de renforcer les dispositifs de vidéosurveillance, les maires et leurs équipes municipales s’octroyant au passage une augmentation de leurs indemnités car, s’il n’y a pas de petites économies, il n’y a pas non plus de petits profits.


               Si historiquement le FN et ses idéologues nous renverront toujours au pétainisme, au colonialisme, à l’intégrisme catholique, à l’anti-parlementarisme, au nationalisme discriminatoire, à l'anti-syndicalisme, au monarchisme revanchard, à l'homophobie ; et plus près de nous dans l'actualité, à l'islamophobie et au racisme, sans oublier les vieilles lunes du racialisme et de l’eugénisme social, sa gestion des villes ne laisse plus aucun doute : le FN c’est bien la haine de la redistribution, la haine des solidarités, la haine du faible, la haine de celui qui a besoin d’être socialement soutenu, la haine de l’indigent qui n’a que ce qu’il mérite, c'est-à-dire rien, et moins encore, si celui qui décidera de son sort est du FN.


                  Détruire le tissu associatif de la ville, isoler les plus démunis souvent associés à une France de l’immigration, en s’attaquant au financement d’associations qui permettent seules d’offrir encore un peu de respiration à des quartiers en grandes difficultés -  des associations qui maintiennent quelques unes des dernières protections contre les conséquences dévastatrices des choix politiques et économiques nationaux, européens et mondiaux endossés par les deux partis dits "de gouvernement", UMP et PS, depuis trente ans -, telle est la finalité de la gestion municipale d’un maire FN : « On ne peut pas virer, vous les pauvres, vous les parasites, vous les étrangers… qu’à cela ne tienne ! Au moins peut-on vous reléguer et vous faire vivre comme des chiens ! »

    Nous sommes donc encore libres mais prévenus.

    Dont acte.

     

    ***

     

     

    hollande mlp.png


                Si, comme on a pu le voir, le FN c’est la haine du pauvre, qu’en est-il du PS, cette autre face de la même pièce ?

    Le PS ce n’est pas la haine, c’est l’amour… l’amour de la carrière, de la « réussite personnelle », l'amour de l'avancement et de l’auto-promotion : grosses berlines allemandes avec chauffeur, costumes bien coupés, salaires ronflants sur le dos du monde du travail - mais fallait-il le préciser ?

    Aux bras de concubines, de maîtresses ou d’épouses qui pourraient être leur fille, parfois même à peine sorties de l’adolescence, tous occupent des postes dits prestigieux - Lamy, DSK, Moscovici -, en larbins d’un exécutif mondialisé sans visage et sans responsabilité ni légitimité ; d’autres encore sont au service d’une politique étrangère entièrement sous influence atlantiste - Fabius ; Védrine et son cabinet international de conseil. Toujours entre deux avions, ils négocient sans sourciller, avenants, la reddition de notre contrat social - tous les acquis du CNR, socle de notre pacte républicain depuis la fin de la seconde guerre mondiale - et l’abandon de l’indépendance de la France en matière de politique étrangère ; abandon qui nous vaut aujourd’hui dans le monde d’être méprisés - dans le meilleur des cas ! -, et dans le pire, d'être l'objet d'actions de terrorisme politique certes ciblées mais qui ne sont sûrement pas faites pour nous rassurer tous autant que nous sommes.

    Tous sont membres du PS ! Et tous se croient mèches alors qu’ils ne sont que suif après une fumée aux desseins noires !

    Pour toute consolation : le RSA. Merci Monsieur Michel Rocard ! Aumône que le PS ne nous contestera certes pas, contrairement aux maires FN à propos des aides allouées aux cantines scolaires, et pour cause : au sujet du chômage de masse de longue durée aux 14 000 morts par an selon une étude de l'Inserm,comme variable d’ajustement de l’économie et de la masse salariale, c’est bien aussi et surtout du côté du PS qu’il faut aller chercher les responsabilités.


                 Si  le FN ne doit encore rien à personne, ne pouvant être tenu responsable de la débâcle sociale et politique de ces 20 dernières années à l'exception de quelques fiascos de gestion municipale dans les années 90 (Toulon, Marignane, Vitrolles) qui se sont terminés au tribunal correctionnel, et si le FN peut dans ses analyses donner l’illusion de rejoindre une partie de la gauche à propos de la condamnation du mondialisme ou de ce qu’on appelle à tort « la mondialisation » (2), ne soyons pas dupes : ce qui gêne le FN dans ce mondialisme ce n’est pas la mise au pas des salariés et la guerre faite à l'Etat providence mais bien plutôt le caractère apatride de ce mondialisme servi par des hommes sans frontières, sans nationalité, sans identité autre que le poste qu’ils occupent, sans oublier tous ces milliards de profits insaisissables, évanescents et instables, parfois dans la minute même, un jour là, un jour ailleurs, car ne nous trompons pas d'analyse et de diagnostic : le FN n’aime rien tant que le patron maître chez lui, dans sa PME privée de syndicats et d’instances représentatives des salariés ; une PME livrée à elle-même à l’abri des inspecteurs du travail, aux chefs d’ateliers trousseurs d’ouvrières et de jeunes stagiaires à peine pubères car pour un militant FN, tout comme un ponte du PS, là où il y a de la gêne - morale, éthique -, il n’y a pas de plaisir ! Plaisir de contraindre, d’humilier, de  contrôler et de posséder la volonté de l’autre livrée à l’arbitraire d'un environnement dans lequel le droit est réduit à sa plus simple expression : tout pour moi, rien pour vous.


    Qui peut bien s'en étonner : la politique ça sert aussi et surtout à prendre du plaisir, non ?


                Le FN en campagne, c’est le  coup de pied sur l’homme qui gît à terre juste avant l’arrivée du SAMU, le temps de déguerpir. Mais quand le FN ratonne et rackette les pauvres, les exclus, les précaires dans les municipalités ou bien lorsque la (pseudo)-menace de le faire à l’échelon national se précise à grand renfort de campagnes orchestrées par des pompiers-pyromanes hilares, c’est le PS qui rafle la mise.

    C'est sûr, depuis les années 80 et la volte-face de la présidence Mitterrand et de ses sbires qui, aujourd'hui encore, lui doivent tout, le PS a l'oreille du FN ; il est son oxygène, sa respiration ; et leur sort à tous deux est inextricablement lié car le FN est l’enfant du PS et il mourra avec lui.

    Pour cette raison, débarrassez-vous du PS en oeuvrant à la re-construction d’une vraie gauche appuyée par des souverainistes prêts à en découdre avec la construction européenne, le mondialisme et le monopole de la force et de l’intimidation de l’Otan ; une gauche déterminée à sortir la France de l’étau anglo-allemand : ultra-libéralisme et paupérisation de l’Etat providence ; une gauche disposée à nouer des alliances susceptibles de contrer l’hégémonie chaotique (crise financière, déferlement militaire) des USA qui n’a plus d’alliés, même vassalisés, mais des complices d'une organisation criminelle ; alliances constituées dans le but de partager le monde avec d’autres acteurs à l’identité forte (Russie, Chine, Afrique, Amérique du Sud)...

                  Construisez cette gauche-là, et d’une pierre deux coups, vous vous débarrasserez et du PS et du FN.

     

    ***


     

    2667141-jpg_2306637.jpg


              Le croirez vous ?

              Déjà, on dit que Hollande ne considère plus la lutte contre le chômage et la pauvreté comme prioritaire, après sa remontée en flèche dans les sondages.

    Déjà, Hollande se prépare et nous prépare à un second tour contre le FN à la prochaine élection présidentielle car les classes moyennes dépolitisées et pusillanimes par voie de conséquence, volontairement amnésiques, serrant les fesses, la peur au ventre face à un endettement qui demeure quoi que l’on dise, le meilleur outil de contrôle social, une garantie de soumission et de docilité à toute épreuve... même des faits ! Ces classes moyennes sauront alors regarder ailleurs quand le moment sera venu de faire le bilan social des politiques de ces 20 dernières années : chômeurs et pauvres par millions ; des jeunes désoeuvrés ou bien stagiaires sur-exploités, là aussi par millions.

    Et déjà, Hollande et le PS savent qu’ils gagneront car il suffira simplement d’être présent au second tour. Même si…abstention record, dépit, écoeurement… cette ré-élection de Hollande, et le maintien du PS au pouvoir représenteront le dernier coup de poignard porté à la démocratie comme système de représentation et de délibération : le dernier clou dans son cercueil aussi.


                 On dit que le poisson pourrit par la tête ; l’odeur sera alors irrespirable, et le FN au zénith. Aussi, en ce qui concerne ce parti, il est vraiment tant que l’on s’attaque à son sponsor, à sa tête pensante, à la fois maître d’ouvrage et maître d’œuvre : le PS, cette entreprise de sabotage de tout ce qui est beau et noble, et de tout ce vers quoi on serait tous tentés de lever les yeux, à la fois forts, admiratifs et fiers de nous et de tous les autres avec nous.

     

    1 - A ce sujet, on pourra se reporter à ceci : FN et sionsime, une alliance imminente ?

    2 - La mondialisation, c'est de la technique. Si la mondialisation (la technique) a permis le mondialisme... le mondialisme c'est une idéologie... une idéologie de guerre : la guerre faite aux salaires, aux droits sociaux, à l'Etat providence et in fine, à la démocratie par la mise en concurrence de tous contre tous.

     __________________


     

    Pour prolonger, cliquez : Législative partielle dans le Doubs : le PS n'est pas mort, il bouge encore !

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • "Le grand barnum victimaire" : un sketch de Dieudonné

    Indiens d'Amérique ; Afrique : déportation et traite négrière ; aborigènes d'Australie ; Juifs d'Europe...


    "Championnat de la victimisation" avec Elie Wiesel en maître de cérémonie


    Extrait du spectacle Foxtrot de 2013

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : 70e anniversaire de la libération des camps nazis

     

    Lien permanent Catégories : Dieudonné : le phénomène, Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu