Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Medias, désinformation et ré-information - Page 5

  • George Soros, toute critique interdite...

     

                      Valeurs actuelles a publié une enquête (ICI) le 9 mai sur l’homme d’affaires hongrois George Soros. Pour le magazine, « l’empire » de George Soros, « n’hésite pas à employer sa fortune pour influencer la société » avec sa fondation "Open society ( budget annuel : 1 à 2 Md de dollars). Enquête qui a fortement déplu à certains intellectuels français, juifs majoritairement et/ou proches d'Israël ; et d'autres encore, ni juif ni rien... sans doute pour que l'on ne puisse pas leur reprocher d'avoir rater le coche : celui du chantage à l'antisémitisme. 

     

    ________________

     
     
                      Peut-on critiquer Soros ? La question est posée car elle se pose bel et bien.
     
                      Autre question : Soros est-il au-dessus de la critique parce que juif ?
     
                      Et puis encore : Soros est-il d'abord juif avant d'être un acteur sur la scène mondiale critiquable comme tout un chacun ?
     
     
                                                       
     
                      Celle-ci aussi : qui peut bien avoir besoin de savoir que Soros est juif avant de dénoncer ce mondialiste cet "homme d'Etat sans Etat" (tel il se définit) qui prône la fin des frontières et des nations ? Un milliardaire généreux avec l'argent des autres - il a fait et continue de faire fortune en spéculant ( la Livre Sterling pour commencer puis les matières premières) faute d'être capable d'inventer quoi que ce soit ou de contribuer intellectuellement à l'élévation de la condition et de la conscience humaines).
     
                      Et puis enfin : qui a systématiquement recours au chantage à l'antisémitisme à l'endroit de ceux qui contestent la légitimité de l'influence de Soros sur les Etats et sur, entre autres, leur intégrité territoriale ?
     

    plenel et glucksmann fils au secours de george soros

                Glucksmann Raphaël (qui n'est  jamais que le fils de son père) volant au secours de George Soros
     
     
                           La tentative de neutraliser et de discréditer toute critique, toute hostilité à l'égard de George Soros en la qualifiant d'antisémite doit impérativement être dénoncée tout en nous incitant à suivre de près les agissements de cet homme. Censurez, diffamez, plus virulente encore sera la critique !
     

    plenel et glucksmann fils au secours de george soros

                      Idem pour Plenel qui souhaitait sans doute ne pas être en reste
     
     
    Aussi, face au chantage à l'antisémitisme (procédé crapuleux) c'est aujourd'hui devenu une nécessité de mener une investigation exhaustive quant aux finalités de l'action du personnage Soros.
     
     
     

     
     
     
     
    1 - A ce sujet, merci de vous reporter au billet de blog suivant : ICI
     
     
    Pour prolonger, cliquezSoros connection
     

                               
     
     
    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Paroles d'honneur - QG décolonial : rebonds

     

                       Après la publication du billet Les Présidentielles 2017 au "QG Décolonial" : paroles de militants des quartiers populaires sur Agoravox (ICI) un complément d’argumentation s’est très vite imposé.

                                           ________________                                                 

     


                Chez ces intervenants réunis au "QG décolonial", intervenants de tous les âges, de tous les sexes, de toutes les conditions sociales, du prof d’université au chômeur ou salarié précaire -  notons au passage le nombre très réduit de femmes voilées présentes à cette soirée, et parmi elles, leur non-intervention, et sans que cela soit remarqué et souligné - à propos de cette France dite "monstrueuse composée d’islamophobes, de racistes et de fascistes qui a placé le FN et Macron au 2è tour de la présidentielle de 2017", tout en n’épargnant pas Mélenchon non plus du soupçon d’islamophobie et de racisme…

    Les analyses qui nous sont proposées sont à ce point irrévocables, sans appel donc, qu’un tel raccourci doit inévitablement cacher un « univers émotionnel » d’une ambivalence et d’une complexité inouïes, quasi ingérable par les intéressés eux-mêmes, jeunes de préférence : d’où une simplification à outrance des raisons de leur mal-être au monde - oui, au monde ! puisqu’un retour vers une « patrie » des origines n'est pas une option et donc une solution non plus.

    Précisons au passage ceci : à propos des discours tenus par des adultes matures cette fois-ci, discours identiques dans ses conclusions à ceux des adolescents, on n'hésitera pas à faire intervenir la notion de responsabilité dans la transmission de grilles d'analyses qui condamnent l’adolescent ou le jeune adulte à une interprétation aussi désespérée que mortifère de son environnement social présent et à venir. Ces adultes, universitaires le plus souvent, auraient été bien avisés de nuancer des conclusions empreintes de déception, de dépit et de colère, tout en rappelant ceci : jeter le bébé avec l'eau du bain, c'est se condamner à ne jamais trouver de remède au mal.

                   Dans leur refus de nuancer leurs diagnostics et leurs conclusions à propos de la France, doit-on y voir un lapsus qui nous donnerait à comprendre ce qui suit : l’ambivalence chez tout citoyen français issu de la colonisation et/ou de l’immigration, indépendamment de la présence de discriminations avérées, de ses sentiments à l’égard de son pays d’adoption - pays autre que celui de ses origines, ou bien celui d'une partie d'entre elles ; pays d’accueil d'un de ses parents, sinon les deux, pays de rapatriement ou de secours tel une roue, faute de mieux et par crainte du pire…

    Citoyen français qui peut aussi avoir été lésé, sinon abandonné, par l’histoire culturelle de cette autre identité dont il lui faut assumer l’histoire - pour ne rien dire de cette appartenance culturelle et affective multiple, double, triple, voire quadruple dans le cas de figure d'un français algérien musulman chômeur (qui peut bien vouloir s’y coller à cette quadruple identité dans le contexte de la France ?) - et la difficulté de cet héritage à la racine de laquelle on trouvera un pays des origines dont les mœurs lui sont quasi étrangères ; et parfois même, pays de la honte car entaché de non-droit, corruption, injustices, massacres de masse, pauvreté et parfois misère que des médias impitoyables ne manqueront pas, sans retenue ni nuances, de relayer jour après jour ; médias qui ne s’occupent que des crimes et châtiments de l’Homme qui n’est qu’un loup pour quiconque a la faiblesse de se montrer brebis…

    Et alors que ce Français du Maghreb ou d’Afrique noire aura pour principal référant appartenant à une ethnie et une histoire ultra-majoritaire, la figure tutélaire d’un homme blanc au passé colonial couvert d’opprobre - du moins telle est le plus souvent la représentation qui lui sera faite de ce passé détestable -, mais qu’il ne peut haïr qu’au prix de ce qui pourrait bien s'avérer représenter un préjudice psycho-affectif important, tout en restant confronté, encore et toujours, à cette identité des origines

    Français à qui il peut être donné de réussir, ici, dans ce pays auquel il se trouvera bien en peine de rendre quoi que ce soit, d'autant plus que ce pays, la France, refusera très certainement ce don au prix, là encore, d'un malaise identitaire préjudiciable pour la société tout entière…

    Prenant en compte tous ces éléments et d'autres encore, qui pourra nier le fait suivant : derrière chaque adoption il y a toujours un abandon ; et rien ni personne, jamais, ne peut remplacer ce qui aurait dû être sa famille, qu’elle ait été absente ou bien, écrasée par le poids culturel d’une autre famille dite d’accueil,  et plus encore lorsque l’histoire et la culture de cette famille des origines sont jugées par une grande partie de la société infréquentables jusqu’à… l’irreprésentable (1).

                      Aussi, ne finit-on pas par mordre la main qui vous a accompagné bon an mal an quand le destin vous a refusé une autre main qui aurait dû, elle aussi, contribuer à faire de vous un adulte autonome et responsable ? Une main qui, pour votre malheur, n’aura ni su ni pu le faire…

    Reste alors ce verdict qui pourrait bien s'avérer n'être dans les faits qu'un lapsus compensatoire : « La France monstrueuse qui vote FN, Macron et Mélenchon » sans autre formalité.

     

    1 – Reconnaissons en toute bonne foi et en toute lucidité…  qu’il est très certainement plus facile de se lever le matin quand on est un Français-italien avec pour références la grandeur de Rome et la splendeur de la Renaissance, ou bien un Français-juif avec Marx, Freud et Einstein.

    Ne sommes-nous pas aussi tout ce que nos prédécesseurs et nos contemporains ont tenté d'accomplir ? Pays, Etats, régimes, nations, continents, cultures, individus, seuls ou bien en grappes indissociables, tous... n'héritons-nous pas de leurs échecs comme de leurs réussites ?

     

    ***

     

                   A contrario… suite aux réactions que ces vidéos ont suscitées… apportons les précisions suivantes :

                    - Parler négativement de multiculturalisme c’est déjà faire, et c’est encore faire, le procès de ceux qui, discriminés et relégués, souhaitent trouver des solutions pour eux-mêmes en l’absence d’un engagement ferme en leur faveur de la part de la communauté nationale : Etat, partis de gouvernement et électeurs.

    Parlons de "repli et rejet" et traitons bien plutôt la tentation isolationniste dont on pourra distinguer deux sources :

    - "Vous ne voulez pas de nous, eh bien, nous on ne veut pas de vous !" - notons qu’il a bien été question un temps de désir d’intégration - d’être acceptés et de se fondre dans la masse - de ceux qui optent en désespoir de cause, épuisés et désillusionnés, pour l’isolement et le repli qui ne peut être que communautaire puisqu’à l’origine de cette décision, on trouvera une communauté ethnique et historique facilement identifiable victime de cette discrimination, voire du racisme - c’est donc une lapalissade qui n’explique rien et ne rend compte de rien que de parler de repli communautaire.

    - "Vos valeurs occidentales, pour ne rien dire de votre hypocrisie constante à notre égard, nous n’en voulons pas. Nous ne vous demandons rien d’autant plus que nous n’avons pas choisi de naitre en Europe. Simplement : ignorez-nous... nous on s’occupe de nous" – Dans ce cas figure, on peut en déduire qu’aucun désir d’intégration ne s’est jamais manifesté ; un désir d’appartenance à la communauté nationale majoritairement européenne de culture n’est pas à l’ordre du jour. Reste à savoir si derrière ce refus catégorique, on ne trouvera pas un peu de dépit. Un refus d’origine religieuse simplifiera l’analyse ; aucun doute possible alors, il s’agit bien d’une remise en cause des valeurs de la majorité.

    Indépendamment de ces deux cas, précisons ceci : nos sociétés occidentales sont multiculturelles : Europe, Afrique Asie sont les trois continents qui les composent à la hauteur de près de 15% de leur population. Aussi, comment pourrait-il en être autrement ? Qu’on nous l’explique.

    Si on peut parler d’échec à une intégration citoyenne « pleine et entière » tout en établissant des responsabilités multifactorielles, à la fois exclusives et inclusives, responsabilités tantôt partagées, tantôt non-mutualisables, on ne peut factuellement ni moralement parler « d’échec du multiculturalisme » sans tomber dans une essentialisation d’une mauvaise foi consommée de cet échec puisque nos sociétés sont devenues depuis les années 70 des sociétés multiculturelles de fait.

                      - La « discrimination positive » est évoquée négativement ici et là ; précisons ceci à son sujet : quiconque est vraiment sérieux, vraiment soucieux de combler le retard accumulé par des populations discriminées, ne pourra pas s’y opposer d’autant plus que les bienfaits surpassent de loin les inconvénients pour les intéressés et la société dans son ensemble. Le procès fait à la "discrimination positive" cache le plus souvent une indifférence, voire une complaisance coupable, à propos du sort injuste et cruel des discriminés dans les sociétés occidentales.

     

                     - Affirmer que prendre le parti de présenter les discriminations raciales  « comme la conséquence des préjugés qui traversent la société » empêcherait toute critique sociale c’est oublier un peu vite que la dénonciation des préjugés reste une nécessité absolue car... avec le FN, la question de l’immigration post-coloniale et des Français qui en sont issus est au cœur de la rhétorique de ce parti ; il est donc bien question aussi d’une responsabilité individuelle en tant que citoyen et électeur et pas simplement de s’en prendre au "système social" lui-même ; de plus, dénoncer ces préjugés et l’indifférence à leur sujet c’est aussi et c’est encore faire de la critique sociale ; celle du pouvoir des médias dans la propagation de ces préjugés par exemple. 

    Car, avec ce souci de vouloir coller au plus près de la critique sociale, s’il doit être encore question d’un "Classes populaires (travailleurs !) unissez-vous !", il serait bon qu’on n'oublie pas le fait que le chômage touche parfois jusqu’à 30 à 50% de ces "populations".

    Aussi : "Dure, dure l’unité des luttes sur les lieux de travail auprès d’une population qui en est absente !"

     

     ***

     

                     C'est sûr : ces deux vidéos de « QG décolonial » doivent nous alerter car elles nous révèlent comment au fil des ans la fêlure s'est accentuée pour devenir une véritable rupture du lien, rupture d'appartenance, notamment chez les plus jeunes - jeunes filles en particulier - qui font usage d’une rhétorique sans nuance, d'un verdict sans appel (notez que les interventions des universitaires n’arrangeront rien !) d'une virulence qui ferme toutes les portes et qui les condamne à plus de rejet et à plus d’isolement et de discrimination.

    Certes, il s’agit là d’intervenants hyper-conscients socialement ((j’allais dire à tort... hyper-politisés) des mécanismes de l’exclusion alors même qu’il existe encore, sur un plan individuel, des possibilités de rejoindre la communauté nationale... il est vrai qu’il ne peut s’agir pour l’heure que de tenter individuellement sa chance ; aussi, à la lecture de ces vidéos, il se pourrait bien qu'il nous faille arriver au constat suivant : les sœurs refusent maintenant de s’en sortir sans les frères ; et les frères sans leurs parents ; ce qui complique singulièrement le problème.

                       Après avoir visualisé ces deux vidéos, parviendrons-nous  à déchiffrer, comprendre et accepter finalement les discours qui nous sont "jetés" à la figure avec une injustice et une violence rares ?

     

    ________________

     Pour prolonger, cliquez : Quartiers populaires et conscience de classe

     

     

     

                    

    Lien permanent Catégories : Islam, Coran et Musulmans, Medias, désinformation et ré-information, Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
  • Slate.fr : un journalisme de Tartufe

    erdogan la turquie les musulmans français slare.fr

                Le sujet de cet article de Slate.fr n'est pas Erdogan, tout le monde l'aura compris, et en particulier, les lecteurs de bonne foi et vigilants qui savent décrypter un article de presse, qui plus est...  issu de la rédaction de Slate.fr .

    Cet article c'est bien évidemment la continuation par d'autres moyens - sans doute pour ne pas être en reste -, de la campagne de dénigrement systématique à l'endroit des Musulmans français au côté des Unes insultantes de Charlie Hebdeo semaine après semaine et de tous ceux qui s'en donnent à coeur joie depuis des années quand il s'agit de stigmatiser toute une communauté.

    En effet, force est de constater que... tout ce que la rédaction de Slate souhaite faire passer comme "message" à ses lecteurs - plus groupies que lecteurs soit dit en passant (se reporter aux commentaires sur Facebook) c'est bel et bien celui-ci : "Regardez ces Musulmans français qui préfèrent la Turquie d'Erdogan à la France qui a tant fait pour eux tous !".  Car, plus faux-cul que Slate.fr (webzine atlantiste, mondialiste et très proche d'Israël - cherchez l'erreur dans cette coincidence pour peu qu'il y en ait une.... et ça, c'est pas sûr du tout !)... vous ne trouverez pas !

    Mais... qu'à cela ne tienne ! Jouons le jeu des questions et des réponses.

     

    ***

    "Pourquoi Erdogan séduit tant de jeunes musulmans franco-maghrébins ? "

     

                  Pourquoi, demandez-vous ? Tout simplement pour retrouver un peu de fierté, de considération (la Turquie musulmane est un pays qui compte sur la scène internationale) et  reprendre un peu de "pouvoir"... avec Erdogan à la tête de la Turqui, même si la seule question qui vaille devrait être  : pourquoi nos Musulmans français en sont "réduits" à regarder du côté de la Turquie pour retrouver un peu de dignité ?

    Question qui en appelle une série d'autres : de quoi un Musulman français peut-il bien être fier en ce qui concerne ce qui aurait dû être son pays, la France ? De la destruction de la Libye, de la Syrie, de l'Irak et de l'Afghanistan ? Des Unes de Charlie Hebdo semaine après semaine ? Des sorties médiatiques d'un Zemmour et d'un Finkielkraut ? Et de la lâcheté incommensurable de l'Europe vis à vis d'Israël et de sa politique envers leurs "frères palestiniens" ? Pour ne rien dire, car beaucoup a déjà été dit, du passé colonial de la France, de l'Europe et l'humiliation de l'Afrique et du Maghreb ?

    Et comme un malheur n'arrive jamais seul : des années durant, depuis leur plus jeune âge... les cas psychiatriques d'une délinquance multirécidiviste, une délinquance de délinquants sans solution pour eux-mêmes et nous pour eux, ont trouvé une résolution et une sortie définitive, hors du monde qui plus est : l'Islam.

    Sales temps pour cette religion !

                  Mais alors, que Slate.fr assume ses partis-pris ; que ce webzine nous dise qu'il n'en a rien à battre du ressenti des Franco-musulmans ; mais surtout, que Slate.fr ne vienne pas nous faire croire qu'il n'y comprend rien  à ce "désamour" d'une partie des Français Musulmans pour la France ou plus simplement des Français issus de la culture arabo-musulmane.

     

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Coupe du monde de football 2018 oblige !

             Billet de blog publié en 2016 

     

     Karim Benzema ou la dénonciation du racisme mise à la portée des opportunistes, des imbéciles et des voyous

     

    france-s-national-soccer-team-players-benzema-and-valbuena-warm-up-during-a-training-session-in-clairefontaine_5458760.jpg

             Une affaire de "tentative d'extorsion de fonds" aux dépens de Mathieu Valbuena -basée sur l'existence présumée d'une sextape d'images d'ébats avec sa compagne - a valu à Karim Benzema une mise en examen, comme quatre autres co-accusés dont un ami d'enfance. De fait, l'attaquant vedette "n'est plus sélectionnable"en équipe de France, a prévenu la Fédération française de football, à six mois de l'Euro 2016 en France.

     

    ***

     

    5 mois plus tard...

     

                 Bien que dans l'équipe de France de Football le Maghreb et l'Afrique noire ont toujours été représentés, voire... sur-représentés, ce que des individus comme Finkielkraut et d'autres ont pu lui reprocher à l'occasion du Mondial de 1998 - "Pas assez blanche cette équipe !"...  et alors que la critique suivante : "La sur-représentation de l'Afrique en équipe de France caractérise une société seulement capable de proposer à ses minorités visibles le sport comme unique voie d'expression et d'excellence" eut été bien plus constructive...

    Karim Benzema a déclaré mercredi dernier, dans une interview à un média espagnol que s'il n'a pas été pas sélectionné dans l'équipe de France "c'est parce que Didier Deschamps a cédé à la pression d'une partie raciste de la France".

    Dont acte.

     

    ____________

     

     

                       Benzema est à l'image de ce qu'est devenu le football à un point tel qu'aucune étude au sujet de ce sport ne pourra se passer d'analyser la personnalité, le caractère et les agissements d’individus tels que ce joueur  : Benzema est un archétype ; porteur d'aucune valeur, qu'elle soit sportive ou autre, il n'a certainement pas sa place dans une équipe nationale ; et c'est une bonne chose  que Deschamps l'ait compris très tôt car enfin, le cynisme dans les affaires a ses limites. Or, dans les Coupes du monde et d'Europe il est aussi question de business.

     

                   Pour nombre d'entre nous, ça fait un bail que la conclusion suivante s'impose : il n'y a plus rien à sauver dans le sport professionnel en général et dans le football en particulier : ni les joueurs, ni les supporters, ni le ballon car, tout y est pourri dans ce sport, tout y est gâté, comme un fruit tombé de l'arbre : déchéance éthique et morale.

    Aussi, que le joueur international de nationalité française et d'origine algérienne qu'est Karim Benzema qui se dit algérien et non français, puisse penser que sa non-sélection dans l'équipe de France... "C'est du racisme !", ne nous y trompons pas : il s'agit tout simplement d'un Benzema qui n'assume rien à propos de sa mise en examen pour tentative de chantage crapuleux. Quant à y voir autre chose, en ce qui concerne la déclaration de ce joueur, comme par exemple"... une sorte de piège identitaire des racismes réciproques" (le journal Le monde), là, c'est vraiment mettre à la portée des opportunistes, des imbéciles et des voyous la dénonciation du racisme et celle de l'antisémitisme avec, à ce sujet, le réalisateur-acteur Yvan Attal : et bonjour la confusion et la mauvaise foi alors !

    Il est vrai que sous le règne d'un argent roi, pris dans la nasse du code pénal, au fond de son entonnoir, Benzema se dé-bat (et se venge) comme il peut car, comme beaucoup d'autres avant lui, Benzema a très vite appris puis compris ceci : "Je suis millionnaire ; par conséquent, tout m'est permis comme à tous les autres !"...

    Arrogance, recherche d'impunité et d'immunité... seulement, le malheur veut que Benzema n'a pas l'autorité "morale" d'un Thuram car, à la lumière de sa mise en examen pour "tentative d'extorsion de fonds", Benzema, c'est aussi et c'est surtout "The wrong guy at the wrong place at the wrong time" sur un sujet tel que le racisme que ce joueur aurait, semble-t-il, découvert la semaine dernière ; en effet, durant toutes ces années, contrairement à Lilian Thuram qui a eu des choses à dire à ce propos, Benzema s'est montré plutôt laconique.

                    Qu'à cela ne tienne ! Rappelons ceci : sur un sujet comme la dénonciation du racisme, il faut vraiment être capable d'afficher une rectitude et une éthique professionnelles et relationnelles au-dessus de tout soupçon tout en sachant choisir son heure - celle d'un racisme avéré -, car, avec le racisme, avant l'heure ce n'est pas l'heure, et après, ça ne l'est déjà plus. Et c'est alors que le discrédit vient ternir cette lutte qui n'en a vraiment pas besoin.

     

    ***

                    Albert Camus n'a-t-il pas écrit : "Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois ». Il s'agissait à n'en point douter d'une autre époque car aujourd'hui, force est de conclure toujours à propos de cette morale du football : l'homme, joueurs et supporters confondus, est menteur, tricheur, insultant et sans morale". 

     

     
    Thuram sur Benzema  par FranceInfo

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Aquarius : les tartuffes de l'Europe donnent de la voix contre l'Italie

                              

     

               Edouard Philippe, après Macron, s'achète une bonne conscience en fustigeant l'Italie dans son refus d'accueillir le bateau chargé de réfugiés : Aquarius (1).

     

    ***

     

                         A boulet rouge contre l'Italie donc... alors qu'une partie de l'Europe ( dont la France) s'est pourtant suffisamment moquée de ce pays et de la Grèce (pays exsangues) des années durant, se sachant "couverte" par une  convention signée en Irlande (cette convention stipule ceci : le pays dont les côtes sont concernées par un afflux de réfugiés est seul responsable du traitement de ces réfugiés en détresse) qui fait que les pays les plus riches et les moins exposés peuvent se laver les mains de leur obligation de participer à la prise en charge du secours apporté aux naufragés ou aux bateaux en perdition ainsi que de la suite à donner à cette prise en charge !

    Convention scélérate  d'une U.E du "chacun pour soi" car c'est bien ça leur Europe finalement : une perpétuelle fuite devant les responsabilités... une Europe de tartuffes patentés ; une Europe du « démerde-toi avec tes problèmes ! » - chômage, pauvreté, violence, terrorisme, réfugiés, politique d'immigration...  mais gare à ton déficit ! Une Europe-tremplin pour des carriéristes qui n'oublient jamais de se coucher devant cette Commission garde-chiourme d'un modèle mondialiste qui n'accepte aucune remise en cause : pas d'adhésion, pas de carrière... tous le savent.

    Or, c'est là leur seul projet finalement : la carrière ! Jamais ils n'ont fait avancer quoi que ce soit d'autre ; jamais ils n'ont  travaillé à l'éveil d'une conscience européenne chez tous les Peuples de ce Continent moralement à terre, pourri par un cynisme éhonté et consommé : l'intervention de Edouard Philippe et de Macron contre l'Italie en est une illustration parfaite : l’important c’est de charger l’autre de tous les maux : c’est au plus rapide ; c’est donc le premier qui s'y colle qui sauve sa mise… morale en particulier.

     

    1 - Quelle est cette ONG propriétaire du  navire ? Qui la finance ? D'où viennent ces réfugiés ? A quel moment ont-ils été chargés sur ce bateau ? 

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Affaire Bertrand Cantat : difficile de trouver qui que ce soit dont on pourra louer le comportement

    bertrand cantat, trintignant nadine, censure cantat annulation concerts,

     

    Bertrand Cantat a-t-il encore droit à une vie publique ? Sans aucun doute mais sûrement pas comme si de rien n'était.

    Dans la vie,  pour tout le monde à de rares exceptions près, il y a un avant et un après, tôt ou tard ; ce qui n'est pas acceptable c'est qu'un Bertrand Cantat puisse penser, et les médias avec lui qui ont assuré, en sa compagnie, la promotion de son dernier album (les Inrocks), qu'en ce qui le concerne, il ne saurait y avoir un après qui fasse que plus rien ne sera comme avant.

    A propos de la mobilisation très marginale à l'agitation très bruyante contre Bertrand Cantat, rappelons que ce dernier a bel et bien été jugé  en 2004 pour le meurtre de sa maîtresse : Marie Trintignant ;  tout en bénéficiant d'une remise comme tout un chacun, il a purgé sa peine. Or, cet individu pour lequel il sera difficile d'éprouver de la sympathie (son attitude face à la contestation,  féministe notamment,  n'arrange rien ;  il semblait amusé, affichant un sourire pour le moins déplacé ; manifestement, il ne se reconnaît aucun devoir : ni retenue ni empathie), cet individu a pour métier la chanson ; aussi, rappelons cette autre évidence : personne n'est autorisé au nom de quelque principe que ce soit, de tenter de tuer socialement un individu condamné qui a purgé sa peine ; a fortiori un artiste de scène ; d'autant plus que ceux qui tentent aujourd'hui de priver Bertrand Cantat de son art et de ses moyens d'existence, n'ont aucune légitimité morale, intellectuelle et judiciaire pour le faire ; qu'ils en soient tentés est purement indéfendable et par conséquent : intolérable.

                   En revanche, au sujet de la  couverture médiatique du retour sur scène de Bertrand Cantat, on conseillera vivement aux médias de se montrer discrets.  Quant à solliciter la famille de la victime -  les Trintignant - : c'est non seulement maladroit mais indécent ; on aimerait pouvoir espérer que les parents et les proches sachent résister  à la « tentation médiatique » qui ressemble fort à un acharnement et à une incitation au lynchage de ce chanteur. 

    Buzz, buzz, buzz,buzz.... il est vrai que l'audimat (on retrouve encore BFM-TV et Elkrief à la pointe de l’exploitation éhontée de ce fait-divers) justifie toutes les bassesses et tous les opportunismes ! 

                            Décidément : dans cette "affaire Bertrand Cantat", difficile de trouver qui que ce soit dont on pourra louer le comportement.

                            Personne à sauver donc ?

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Internet et dissidence : grandeur et misère - 2

                                    ....ou quand la dissidence ne cesse de manger ses enfants et les dissidents de tuer le père.

     

    ______________

                                                                                  

     

                       C'est la fête à Soral (Alain de son prénom) ! Des snipers youtubers ont pris pour cible l'essayiste...

    ***

                       Si la critique est facile et permise à tout le monde -  dans le sens de "accessible" à tous car personne ne saurait se tenir au-dessus - comme à l'abri - d'un tel exercice,  recenser puis  exposer au grand jour les contradictions d'un essayiste qu'il réponde du nom de Soral ou pas... ne délivrera jamais quiconque de l'obligation de rester au plus près de l'œuvre de celui que l'on prend pour cible et de s'y coller ;  d'autant plus que l'œuvre d'un auteur - ou sa contribution intellectuelle - ne se mesure jamais à la somme de ses contradictions qui n'est que l'écume de l'œuvre, à moins de s'adonner à une philologie de trou de serrure, un peu  comme celui qui choisit délibérément de lire une œuvre dans non pas ce qui a été publié mais de ce qui a fini dans la poubelle de l'auteur.

    A rechercher la facilité contre le travail qu'est  la lecture - rigueur et discipline - on passe à côté de l'essentiel, à savoir :  comment et pourquoi l'œuvre d'un essayiste rencontre son époque ; ce qui est manifestement le cas en ce qui concerne Alain Soral. Quant à nous dire que nombre d'auteurs sont rarement à la hauteur de ce que leur oeuvre offre comme promesse,  c'est un peu comme nous dire, une fois encore, que la vérité de l'œuvre se trouve dans la poubelle de l'auteur et dans sa chambre à coucher.


                                         

                                               Une des dernières prestations de l'essayiste à la télé

                                                                       avant son bannissement - 2003

     

     

                      Personne n'ignore, excepté les groupies, que Soral, après son bannissement des médias  - bannissement auquel il n'a jamais pu se résoudre ( comment aurait-il pu alors qu'il se savait tellement plus doué que tous ceux qui s'y vautraient semaine après semaine - et aujourd'hui, comme jamais !)  -, a sombré  dans un comportement pathologique fuit d'un souffrance psychique qu'une exposition répétée auprès des internautes a pu révéler ; trente ans plus tôt, personne n'en aurait détecter toute la pertinence faute d'en avoir été le témoin ; ce qui n'enlève rien à sa contribution : exposer au grand jour les lignes  de force qui, de la fin de la Seconde guerre mondiale à  nos jours, ont conduit notre société là où elle ne se trouve plus aujourd'hui, faute de cohésion et de réconciliation : confusion, ressentiment, culture de l'ignorance, soupçon généralisé, instrumentalisation des plus faibles, désir sécessionniste, revanche et vengeance ... face à une classe politique et médiatique, bien plutôt  une clique, totalement absente d'une prise de conscience de l 'urgence qu'il y aurait à rendre justice autant aux uns qu'aux autres, sans angélisme...

    C'est  sûr ! nombreux sont ceux qui y laisseront leur dernière illusion de pouvoir en réchapper.    

     

     

    1 - Pour Soral et d'autres (Onfray - même génération) qui s'est fait connaître dans les années 90 grâce à ses passages-télé, seule la reconnaissance des médias de masse et d'autres plus élitistes ( qui sait... France Culture ?) est susceptible de valider sa légitimité et son identité et la légitimité de cette identité (plus encore pour un autodidacte): celle d'un essayiste avec lequel il faut compter.

    Télé, radio, presse - les médias donc ! et puis aussi ses pairs... essayistes et intellectuels ; pairs terrorisés à l'idée de valider publiquement une partie de son œuvre car, comme pour Dieudonné (celui qui trouve cet humoriste drôle perd son emploi), tout intellectuel qui viendrait soutenir certaines des thèses de Soral ( celles de l'ouvrage "Comprendre l'Empire") se trouverait lui aussi ostracisé sous 48h... jusqu'à ce que Zemmour - un des meilleurs clients des médias de masse -, ne vienne piller une partie de son travail tout en se gardant bien de la lui rendre publiquement. 

    Et jamais la notoriété que lui apporte internet ne comblera ce manque et ce regret éternel vécus comme un échec ( avec Internet, le plus souvent, on ne peut que vaincre sans péril et  triompher sans gloire, sans profit donc, auprès d'obscurs anonymes) car Soral a besoin de se confronter à des "contradicteurs", non pas à sa hauteur, mais dont la notoriété renforce son exploit et son prestige lorsqu'il parvient à les remettre à la place qui est la leur dans la médiasphère du débat intellectuel : un strapontin derrière un pilier. 

    Que les youtubers concernés gardent à l'esprit cette spécificité générationnelle qui touche Alain Soral.

     

    ***

     

                   Plus largement maintenant, et pour revenir à ces youtubers ados, pré-adultes et adultes à peine confirmer (dans la tranche d'âge des 15-25 ans - 35 au grand maximum) qui n'ont de cesse de s'énerver et de s'époumoner, non sans talent, à longueur de vidéos aussi denses que tendues contre les féministes, la culture gay, les Musulmans, les Ecolos, les Réfugiés, Mélenchon, la GPA, la PMA, les femmes youtubers et les autres... jeunes diplômés de nos centres ville au look de fils et filles de bonne famille, la CGT, les activistes des minorités visibles (surtout femmes !), les banlieues infréquentables, les bobos anti-Trump, Obama, les humoristes, Nuit debout, les Zadistes.......

                     Et puis ce  "Y'en a marre des Arabes !", leitmotiv en forme de supplique reprise en cœur par ces mêmes youtubers et leurs lecteurs qui se situent, de leur propre aveu, à la droite de Marine le Pen (sans rire !) car à leurs yeux à tous  cette dernière se situe à gauche (bonjour la confusion !), cri non pas de guerre mais de collégiens - certains sur le retour, comme un renvoi de cour d'école et son préau, bien des années plus tard dans le souvenir d'humiliations sans nombre face à des  "beurs" haineux  -, qui semble bien incapable de représenter ne serait-ce qu'un début de pensée aussi sommaire et lacunaire soit-il  ; quant à évoquer l'élaboration d'un système d'analyse et de contre-analyse dans le genre : qui fait quoi, à qui, comment, où, pour(-)quoi et pour le compte de qui...

    Ne rêvons pas. 

    Et pourtant : les  effets vous éblouissent  ; alors que les causes, elles, vous  éclairent car l'émotion (affects : ressentiment, colère, haine) est bien le pire des mensonges quand il s'agit d'éclairer la vérité.   

                    "Y'en a marre des Arabes !" ..............................ce cri sans queue ni tête poussé sur YouTube recueille alors 500 000 vues. Une véritable consécration, d'autant plus que, comme chacun sait : le nombre sanctifie. Aussi, à quoi bon... (s'emmerder.....?), nous répliqueront ces mêmes youtubers. 

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Internet et dissidence - grandeur et misère - 1

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Alain Soral condamné à des peines de prison avec sursis

    le sionisme cet anti humanisme,soral alain condamné avec sursis,dieudonné spartacus de rire

    le sionisme cet anti humanisme,soral alain condamné avec sursis,dieudonné spartacus de rire

     

                     L’essayiste avait diffusé en 2017 sur son site Egalité et Réconciliation, deux dessins jugés antisémites. Il a été condamné à deux peines de quatre mois avec sursis et 5 000 euros d’amende.

     

    ***

     

                Si on doit continuer de dénoncer l'influence sur la politique et les médias aussi néfaste que condamnable de l'idéologie sioniste au service d'un pays, Israël, dont il n'y a plus rien à sauver depuis 1967, ainsi que le chantage à l'antisémitisme et son instrumentalisation (1) auprès de ceux qui refusent de se taire à propos de cette influence - sans oublier,  de cette idéologie, son racisme anti-Arabe et Musulman (Zemmour, Finkielkraut, E Levy, Fourest, Taguieff, Goldnadel avec la complicité ou la complaisance des médias...) qui jouit d'une impunité totale - ......... 

    lI faut néanmoins que tous apprennent à le faire sans risquer une condamnation par une justice terrorisée à l'idée de relaxer l'un d'entre eux car, nul besoin, vraiment ! d'être antisémite pour dénoncer et condamner ceux qui ont importé ici, sur notre sol, cette idéologie profondément anti-humaniste, porteuse, par essence, d'injustices et d'inégalités inqualifiables, de tensions, de discordes et de guerres sans fin. 

               D'autant plus que...

               Qu'on le veuille ou non, condamnation après condamnation, difficile de se passer de l'intelligence d'Alain Soral ; il est depuis quinze ans celui qui, aujourd'hui en France, développe le plus souvent, les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : "... sur ce qui est arrivé à la France...") de la fin de la Seconde guerre mondiale à nos jours ; et ce dans de nombreux domaines : l' économie, la politique, le social et le culturel. 

    Finalement, Soral n'a qu'un seul tort,  c'est de ne pas "s'en prendre" aux Musulmans car force est de constater ceci : toutes les Unes de Charlie Hebdo de ces dernières années qui prennent pour cibles les Musulmans et les Arabes, si elles devaient être transposées auprès de la communauté juive, homosexuelle ou les femmes, toutes auraient été condamnées pour antisémitisme, homophobie et incitation à la haine.

    Minute, journal d'extrême droite dans les années 70, n'aurait pas fait pire.

    Mais alors : avec Charlie Hebdo et la complicité des médias, où finit la liberté d'expression, où commence le harcèlement et le lynchage monomaniaque : l'Arabe derrière le Musulman ? A chacun de s'interroger.

    C’est Philippe Val, un temps leur patron à tous chez Charlie, qui a conduit le virage idéologique de cet hebdo ;  virage qui rapprochera l'hebdomadaire d'une idéologie mondialiste, atlantiste, sioniste et islamophobe : un cocktail meurtrier.



                     Après Soral..... 

                     Dieudonné, un autre client récurrent, un bon client, des tribunaux pour le CRIF, l'UEJF et la LICRA. 

    Dieudonné, son public, ses détracteurs et tout ce qu’un gouvernement est capable de mettre en oeuvre pour tenter de le faire taire hurlent à la politique. Même le silence de ceux qui ne pipent mot, terrés et terrorisés à l'idée de rendre justice à son immense talent, hurle politique, hurle à la politique.

    Un Dieudonné Spartacus du rire, là où l'humoriste, ainsi nommé, cesse d'être un esclave et ce faisant, libère tous les autres humoristes de la malédiction d'un humour tiroir-caisse, un humour de flagorneur, et pour voie de conséquence, un humour affligeant comme tout ce qui rabaisse l'homme à ce qu'il croit savoir de lui-même, qui n'est le plus souvent que ce qu'on a daigné lui enseigner ou bien ce qu'on a souhaité lui faire espérer de lui-même et des autres.

    Persécuté, maintes fois condamné, Dieudonné demeure le plus grand satiriste-activiste français depuis DADA, les surréalistes, Alphonse Allais, Jarry... et plus tôt, bien plus tôt : Molière. 

     

     

    1 - Il n'y a plus d'hommes ni de femmes ni de Français ni de Françaises qui tiennent mais que des Juifs quand ils sont juifs. Aussi, si vous voulez, insulter ou frapper un salaud, pour vous en défendre, une fois excédé, assurez-vous surtout qu'il n'est  pas juif. 

    Lien permanent Catégories : Alain Soral, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Bombardier de la démocratie, démocrate à l'artillerie lourde, Serge Dassault est mort

    serge dassault est mort

     

                 Pilleur de fonds publics ( à propos du budget défense : tout pour son entreprise et rien pour une coordination des projets au sein des industries européennes de l'armement - projet Rafale aux dizaines de milliards gaspillés pour une indépendance nationale au service des intérêts des USA, d'Israël et des monarchies du Golfe)...

    Fraudeur électoral et fiscal...

    Corrupteur...

    Salué par toute la classe médiatique et politique (sans doute les a-t-il tous arrosés à un moment ou à un autre ) - une classe politique qui lui aura tout accordé et tout pardonné en retour - 

    Un grand homme, assurément ! Et tous ne s'y sont pas trompés :  on ne pourra pas leur reprocher de ne pas savoir ce qu'ils lui doivent même si Dassault est très certainement un homme à qui il est préférable de ne rien devoir.

    Mais... choisit-on toujours ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • L'hebdomadaire Marianne : harcèlement ad hominem et déchéance

    Maryam Pougetoux, élue de l'UNEF

    Maryam Pougetoux, élue de l'UNEF (Union Nationale des Etudiants de France) 

     

                  Jour après jour sur les réseaux sociaux, semaine après semaine, Marianne - hebdo créé en 1997 par Jean-François Kahn et Maurice Szafran destiné à des lecteurs de gauche - nous offre un exemple de harcèlement médiatique parfait ; sa cible : cette jeune femme musulmane voilée élue de l’UNEF sous couvert de mener un combat laïc et féministe, alors que cette jeune femme, Maryam Pougetoux, aspire simplement à ce que son identité "musulmane" soit connue et reconnue sans mauvais procès ;  seuls les imbéciles (un féminisme sans intelligence - on y reviendra) et les salauds conduiront ce procès aux arrières pensées bien identifiées en ce qui concerne ces derniers car, n'ayons aucun doute à ce sujet :  c'est encore, et c'est toujours...et c'est d'abord le Musulman, puis l'Arabe puis le Palestinien, incarné dans  une seule et même personne, qui est visé.

    Maryam Pougetoux, élue de l'UNEF (Union Nationale des Etudiants de France) charlie hebdo

     Marianne, Charlie Hebdo, Zemmour, MLP.... même combat ?  

     

    Maryam Pougetoux, élue de l'UNEF (Union Nationale des Etudiants de France), yassine bellatar

    Yassine Belattar n'y échappe pas :  Marianne ne manque jamais de nous faire savoir que les saillies drolatiques de cet humoriste contre  Manuel Valls (très proche d’Israël lui aussi) l'indispose au plus haut point : on retrouve là encore le procès d'intention contre le Musulman-Arabe-Palestinien.

                  (Soit dit en passant, on reconnaît la proximité d'un titre de presse  avec l'Etat d'Israël et tous ses relais ici en France (médias, milieux artistiques et classe politique) à sa manière de couvrir les événements qui touchent au traitement de "la question palestinienne" par ce même Etat - 1

     

                  Mais alors, dans cet acharnement ad hominem, est-ce que Marianne réalise seulement que sa rédaction court après, comme pour mieux les y rejoindre, les identitaires, le public de Zemmour, l'extrême droite et les fous d'Israël ?

    Comment Marianne en est arrivé à harceler les Musulmans hommes et femmes (ces dernières lorsqu’elles portent un voile) fiers de l'être et qui ne s'en excuseront pas ?

    Il n'y a pas  de hasard, simplement un parti pris tranché et indéfectible comme une maladie qui rejette toute thérapie : la haine de l'Arabe français solidaire du sort injuste et cruel d'un Peuple frère : les Palestiniens  à l'égard desquels on leur interdit tout élan public solidaire. 

    Aux uns tout est permis, aux autres... rien ; à moins de demander l'autorisation.

    Pour preuve le fait que les plus virulents et méprisants à l'endroit des Musulmans français (Finkielkraut, E. Lévy, Charlie Hebdo, Eric Zemmour, Taguief, Val, Bensoussan, Bruckner, Haziza, Habib Meyer, Fourest, A Badinter .... )  sont tous proches d'Israël et des officines qui le représentent ici sur notre sol : CRIF, UEJF et LICRA, entre autres. 

    Car enfin, Marianne se garde  bien de dénoncer et de stigmatiser un autre syndicat d'étudiants, communautaire celui-là - l'UEJF (Union des Juifs de France) véritable  officine israélienne qui ne s'en cache même plus et pour lequel kippa, Israël, Torah, sionisme, judaïsme... porte une identité et un projet uniques, indissociables - et ce sous prétexte que leurs élus et adhérents portent leur kippa non pas sur mais dans leur tête ; port de la kippa qui, lui, en revanche, exprime, affiche bel et bien, et sans ambiguïté, un soutien indéfectible à un Etat "hors la loi" Israël ; cet Etat et sa politique de colonisation ; un Etat qui est aussi une religion.

     

    maryam pougetoux,élue de l'unef (union nationale des etudiants de france)

                 Atlantico, qui n'est jamais qu'un Figaro 3.0 ( très complaisant à l'égard d'un  Israël considéré comme le meilleur allié de tous les islamophobes et autres racistes ici en France) ne souhaite pas manifestement être en reste ; il accompagne jour après jour, semaine après semaine, Marianne dans son harcèlement de la jeune élue. Et c'est alors que l'on assiste à la convergence islamophobe de la fausse gauche (Marianne - celle qui soutient Manuel Walls et Israël par ricochet) et la vraie droite... proche du FN.

    Et c'est maintenant Marianne  qui a bien du mal à cacher cette convergence

    Dur dur le maintien d'un cap à gauche  !

    Quant à ce féminisme sournois, malhonnête, pervers et méprisant ( dans le genre : "Certes les femmes qui portent le voile ont le droit de penser qu'elles sont inférieurs aux hommes mais sûrement pas en tant que féministes alors !" -  sur France Culture, le 25 mai 2018 dans l'émission animé par  Hervé Gardette "du grain à moudre" ; comprenez : "Les femmes ont le droit d'être connes et soumises !") à l'endroit des femmes musulmanes alors que dans les faits, il y a autant de raisons derrière ce voile qu'il y a de femmes qui choisissent de le porter...

    Que ce féminisme dévoyée, sans compassion ni empathie, sache qu'il nous trouvera au rendez-vous à chaque fois qu'il s'avèrera nécessaire de lui tenir tête et de le dénoncer pour ce qu'il est : un féminisme sans culture, sans nuances et sans intelligence ; un féminisme de gourdes et de crétins quand ce sont les hommes qui le soutiennent.

     

     

    1 - On remarquera sans difficulté le phénomène suivant : les commentaires des internautes sur tout ce qui touche de près ou de loin aux Musulmans et aux Palestiniens, dans la version Facebook de Marianne, ressemblent  un peu plus chaque jour aux commentaires que l'on peut trouver sur Causeur.fr et Atlantico. 

    _________

     

    maryam pougetoux,élue de l'unef (union nationale des etudiants de france)

     maryam pougetoux,élue de l'unef (union nationale des etudiants de france)

     

                     Force est de constater ce qui suit tout en le déplorant  : l'Etat, les médias, les Institutions et la quasi totalité de la classe politique, ne tolèrent que les "collabeurs" ( Malek Bouthi et Jamel Debbouze en tête ou la "nounou noire" des films américains des années 50) :  ceux qui feront tout pour faire oublier qu'ils sont aussi arabes et/ou musulmans ou africains (sympathisants de la cause palestinienne) dans l'espoir de se faire une place au soleil ; il est là le vrai racisme de l'Etat, des médias, des institutions et de la quasi-totalité de la classe politique : dans la condamnation et l'ostracisme du fils et de la fille des "colonisés" d'hier qui refusent aujourd'hui de se soumettre ; c'est à dire : acceptation des discriminations, acceptation d'un Zemmour présent dans tous les médias, des caricatures insultantes de Charlie Hebdo qui essentialisent l’Arabe et le Musulman semaine après semaine, d'un Finkielkraut sans retenue sur France Culture, de l'absence de débats autour de la question "immigration et colonisation"... etc...

                     La liste est longue ;  aussi longue que le mépris qui touche des populations sans voix, et ce dans l’indifférence la plus totale.

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu