Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

afrique - Page 2

  • Kemi Seba : Supra-négritude

     

     

               Un esprit clair, une démarche positive... une lucidité exigeante... bien que né en France, Kemi Seba a élu domicile en Afrique depuis dix ans.

               Trois axes guident aujourd'hui la pensée panafricaine de Kémi Seba  : l'autodétermination (à l'opposé de tout afrocentrisme), l'antivictimisation et le courage héroïque (ce qu'il nomme "la virilité des Peuples").

     

     

    ***

              
                 Lors de la venue en France de Kemi Seba début maià l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage "Supra-négritude", les agents de la DCRI [Direction centrale du renseignement intérieur] étaient présents.

              Que les services français surveillent Kemi Seba sous prétexte qu'il représenterait une menace potentielle pour la sécurité publique, alors qu'un Mohammed Merah connu de tous les services et vivant en France,  a pu assassiner sept personnes dont trois enfants, plusieurs jours durant (1), avant d'être neutralisé... il n'y a pas de mot pour qualifier "la raison de cet Etat-là" !

    Quant aux détracteurs  de Kémi Seba - sans doute lui reprocheront-t-ils de ne pas être membre du PS, de SOS racisme ou du CRAN.... (La bonne blague !) -, petite classe moyenne blanche de gauche comme de droite qui n'a pour seule conscience politique et humaine que  les informations qu'ils ingurgitent et digèrent pour mieux ne rien voir et ne rien entendre de ce qui ne leur a pas été encore accordé de savoir... on épargnera donc à tous ces détracteurs à la petite semaine, les affres d'un jugement trop sévère... à l'exception toutefois d'une caste politique et médiatique dont il n'y a déjà plus grand-chose à sauver.

     

    ***

     

             Qu'on le veuille ou non, Kémi Seba demeure bel et bien, avec Dieudonné, le leader de la dissidence noire francophone le plus talentueux, loin d'un Chamoiseau qui ferait bien de ne se soucier que de ce qui le concerne vraiment... pour ne s'en préoccuper qu'exclusivement, à savoir : la littérature, les prix littéraires, la brasserie Lipp et les studios de télé au service d'un charabia mystico-poético-pantoufle propre aux auteurs désengagés qui aimeraient pourtant nous convaincre du contraire. Car enfin, n'a-t-on pas qu'un seul devoir aujourd'hui : mettre les mains dans le cambouis et ras la gueule ?

     

    ______________________________

     

    1 Cette analyse peut signifier deux choses : 

    a) Nos impôts sont bien mal utilisés puisque la DCRI surveille celui qu'il faut ignorer et ignore celui qu'il faut surveiller.

    b)  L'Etat craint plus un Kemi Séba qu'un Mérah ; en effet, Mérah ne fait que tuer (avant d'être tué à son tour)..... Kemi Seba, lui,  explique les choses et sait se faire comprendre. Et c'est la raison pour laquelle, Kemi Seba est régulièrement jeté en pâture à la vindicte des journalistes et à une opinion publique médiatique unanime contre lui.

    Un activiste tel que Kémi Séba est très précieux à plusieurs titres car il permet aussi de révéler au grand jour une fausse gauche (majoritairement PS, mais pas seulement) incapable de penser l’autre, et plus encore lorsqu'à ses yeux, il semble tout autre : d'où parle-t-il, d'où vient-il, qui est-il, et qui sommes-nous face à lui ?

    Sans doute, cette fausse gauche conseillera-t-elle à Kémi Séba de prendre sa carte au PS et à SOS racisme et pour les plus imaginatifs de cette fausse gauche, de rejoindre le FDG ?

    Et c'est alors qu'on réalise à quel point des hommes comme Kémi Séba ne peuvent compter que sur leur propre force.

        
    Kemi Seba interviewé par une équipe de France 2 

     

     

     

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais, Afrique : convoitise exploitation déstabilisation 0 commentaire
  • République démocratique du Congo (RDC): trou noir de l'actualité et de la mémoire

     

                  Une partie de l'humanité se vide de son sang... comment plusieurs millions de morts peuvent-ils être placés sous silence médiatique ?

    actualité,société,congo,rdc,afrique,rwanda

                    "... En plein centre de l’Afrique, le Congo (RDC) est un pays riche, rempli de matières premières (diamants, or, étain, gaz, pétrole, uranium, coltan…), de forêts, d’eau, de femmes et d’hommes, d’une multitude de tribus rassemblées sous une nation dessinée par les colons, et qui ne correspond historiquement à pas grand-chose.

    Suite au génocide au Rwanda, les pays voisins ont de plus profité du flou politique et institutionnel au Congo (limitrophe du Rwanda) pour attaquer de toutes parts ce gigantesque pays rempli de trésors.

                  Et les Occidentaux dans tout cela ? La culpabilité des dirigeants américains et européens quant au génocide au Rwanda les a poussé à mener une politique pro-Rwanda, laissant les rebelles rwandais passés du côté congolais, libres de faire ce qu’ils voulaient, aidés par des alliés ougandais et du Burundi…"

     

                     La suite ICI

     

     

                    Le Conflit au Congo : "La Vérité Dévoilée" explore le rôle joué par les Etats-Unis et leurs alliés rwandais et ougandais dans le déclenchement de la plus grande crise humanitaire à l'aube du 21ème siècle.

     

     

     

                    PS : en astrophysique, un trou noir est un objet céleste si compact que l'intensité de son champ gravitationnel empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper. De tels objets ne peuvent ni émettre, ni réfléchir la lumière et sont donc noirs, ce qui en astronomie revient à dire qu'ils sont invisibles.

                  Dans le cas du Congo, la catastrophe humaine est telle que son ampleur empêche toute forme de dévoilement, tout espoir de parvenir à percer la carapace du secret qui la retient prisonnière ; pas moyen de s'échapper ; pas moyen de nous forcer à nous confronter à la réalité de son horreur dans toute son horreur. Une telle indifférence face à cette catastrophe est si difficilement justifiable qu'elle ne peut manifestement se résoudre à dévoiler quoi que ce soit de son caractère arbitraire jusqu'à en devenir tout simplement invisible, jusqu'à n'avoir jamais existé : on ne peut ni en parler, ni l'évoquer ; une catastrophe humaine comme avalée, aspirée par son propre horreur, engloutie ;  trou noir de l'actualité et de la mémoire.

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Des nouvelles de la Françafrique avec la Côte d'Ivoire

     
     
                   Alors que le "camp Gbagbo" est interdit de parole dans les médias français, avec Toussaint Alain et Habiba Touré, respectivement porte parole et avocate du président de la république de Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo (1) incarcéré auprès de la Cour pénale internationale à La Haye depuis le 30 novembre 2011, l'opportunité nous est donnée de revenir sur les évènements qui se sont produits en Côte d'Ivoire entre 2000 et 2011 : 
                "Le rôle tenu par la France dans cette affaire est de la plus haute importance et son implication au plus haut niveau de l'état n'est plus à démontrer dans son objectif d'imposer à la Côte d'Ivoire un gouvernement qui lui soit favorable."
     
    Une émission de metatv.org
     


     

    L'émission dans son intégralité ICI

     

     
                  C'est François-Xavier Verschave, décédé en juin 2005, qui a forgé et décrit le concept de « Françafrique » ; terme parodiant l’expression la "France-Afrique" de Félix Houphouët-Boigny. La « Françafrique » est ce volet occulte de la politique de la France en Afrique. Les deux principaux ouvrages qui traitent de ce sujet sont  : La Françafrique (Stock, 1999) et Noir silence (Les Arènes, 2000).
     
     

                           
     
     
     
     
     
    1 - Une bio de ce dirigeant peut être lue ICI sur Wikipedia avec, toutefois, toutes les précautions d'usage.
     
     
    __________________________
     
     
    Pour prolonger, cliquez : Françafrique
    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Malcolm X par Saïd Bouamama

     

     

                      Saïd Bouamama parcourt la vie et l'oeuvre de Malcolm X, né Malcolm Little (19 mai 1925 à Omaha, Nebraska - 21 février 1965 à Harlem, New York), également connu sous le nom d'El-Hajj Malek El-Shabazz.

                

    malcolm x, serge uleski, nation of islam,saïd bouamama,

                   Malcolm X... X comme le refus de porter le nom des esclavagistes...

     


                   Malcolm X aux USA, Aimé Césaire aux Antilles et en Afrique...

     





     

             Malcolm X ou quand Allah est noir et l'Islam la religion des opprimés : réaffirmation, fierté d'être noir... jusqu'à la rupture : Malcolm X abandonne l'Islam à la Mosquée et entre en politique.

     

             Nègre domestique (bien vêtu et bien nourri) contre Nègre de plantation (vêtu de haillons et mal nourri)...

    ou quand Le Nègre de maison tape sur le Nègre des champs : Malek Boutih, député PS contre Kemi Séba ?

     

    malcolm x, serge uleski, nation of islam, ségrégation,usa,

     

     

     

                Anti-impérialiste, anticolonialiste, Malcolm X déplace alors la conscience noire vers un positionnement universaliste à mesure que les nations colonisées tentent de se libérer : Afrique, Asie et Amérique latine.

     

     

     

    Saïd Bouamama, né en 1958 à Roubaix, est un sociologue, Docteur en socioéconomie, il est membre de l'IFAR, une association loi 1901 où il est chargé de recherche et formateur de travailleurs sociaux.

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : La chaîne du FRONT UNI DES IMMIGRATIONS ET DES QUARTIERS POPULAIRES

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Politique et actualité 0 commentaire
  • Dans la peau de Mouammar Kadhafi...

     

    kadhafi,bhl,sarkozy,

                ... l'homme qui, avec Nasser, a fait rêvé des millions d'Arabes et d'Africains ! Contrairement à ceux qui l'ont exécuté qui n'ont jamais fait rêver qui que ce soit, excepté, peut-être, le temps d'une campagne électorale de trois semaines pour deux d'entre eux (Cameron et Sarkozy). Quant au troisième larron, un sigle - BHL -, force est de reconnaître que nous sommes bien en peine, depuis quarante ans, de lui assigner un domaine de compétence et de lui reconnaître quelque mérite que ce soit (littéraire, intellectuel, artistique, journalistique) même si la question de savoir à quoi il sert et qui, est sans ambiguïté (1).

     

    kadhafi,yasmina khadra,libye,serge uleski,

     

                      On l'aura compris : Mouammar Kadhafi n'est plus.

    Qu'à cela ne tienne ! Dans son roman sorti en Août, "La dernière nuit du Raïs, l'auteur algérien, Yasmina Khadra, ressuscite Mouammar Kadhafi en se glissant dans sa peau : « J'ai écrit en état de transe. Il y a eu des effets secondaires purement physiques pendant l'écriture : j'étais vraiment Kadhafi ! » confie Khadra.

     

    Dommage toutefois que cet ouvrage n'ait pas été écrit dans la langue de Kadhafi qui est aussi celle de l'auteur (2) mais bien plutôt dans la langue de" l'ancienne" puissance coloniale de la région, ainsi que dans la langue de ses assassins doublement assassins soit dit en passant puisque... l'assassinat de Kadhafi a plongé la Libye qui n'est plus tout comme son leader, dans un chaos qui a pour conséquence tragique ce qui suit : ce qui reste de la Libye est aujourd'hui le principal tremplin de la migration vers l’Europe ; des populations que plus rien n'arrêtent, prennent tous les risques pour rejoindre la côte européenne.

     

    naufragés méditerranés,libye,

     

    Pas un mois n’a passé sans la découverte de centaines de cadavres à côté d’embarcations de fortune. L’année 2014 a battu un triste record : celui du nombre de migrants ayant trouvé la mort en tentant de traverser la mer Méditerranée. Au moins 3.419 migrants ont perdu la vie depuis janvier sur « la route la plus mortelle du monde », a annoncé l’agence des Nations Unies en charge des réfugiés, l’UNHCR.

     

     

     

    1- Se reporter à la page suivante : La Libye révolutionnaire de Françoise Petit Demange.

     

     

    2 - Yasmina Khadra, athlète littéraire coureur de prix et amateur de gastronomie française : la Coupole, Closerie des Lilas, café de Flore, Lipp et Flo ? Une chose est certaine : Khadra a une excellente mémoire : il n'a pas oublié qui sont les maîtres et leur langue !

     

    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : de la Lybie à la cour pénale

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Lampedusa : île témoin de milliers de noyés sans nom

                   

     

                   Des années 90 à aujourd'hui, l'île de Lampedusa (île située au Sud Ouest de la Sicile,  à mi-chemin entre la côte Est tunisienne et l'île de Malte, d’à peine 20km2) aura été le théâtre de nombreux naufrages de bateaux d'immigrants : 20.000 personnes auraient péri avant même de toucher les côtes européennes.

    Depuis le naufrage d'un bateau de migrants en octobre 2013, qui a coûté la vie à plus de 360 personnes, et le dernier en date, celui de cette semaine, qui a causé la mort de centaines de passagers, les réfugiés n'y sont plus accueillis : ils arrivent désormais en Sicile. Le nombre d’arrivées s'est élevé à 130.000 en 2014, contre 40 .000 en moyenne, chaque année, depuis l’an 2000.

                                             
    Pendant leur périple, les passeurs forcent les candidats à l'exil à changer au moins trois fois d'embarcation - femmes, enfant, bébés... -, d’où les risques de naufrage car les bateaux sont surchargés.
    La marine italienne patrouille en permanence. La Sicile arrive à saturation.

    Ces opérations de sauvetage coûtent neuf millions d’euros par mois à l'Italie. Combien de temps tiendra-t-elle encore ?

     vue_du_centre_de_mineo.jpg?itok=FhoDYl2g 

                           Le centre d'accueil pour migrants de Mineo, en Sicile © RF-Sébastien Baer

     

                "... à une heure de route de Catane (Sicile ionienne) se trouve le centre d’accueil pour migrants de Mineo. Avec ses 4.000 réfugiés qui vivent dans des maisons aux murs rose, ocre et orange, c’est l’un des plus grands d’Europe. De l’extérieur, c’est très coquet. S’il n’y avait pas les grillages, les barbelés et les militaires qui montent la garde, on dirait presque un village de vacances. La plupart des migrants sont là depuis plusieurs mois et attendent que leur demande d’asile soit examinée."

    France INFO

     

     

    *** 

    lampadusa,sicile,italie,tunisie,boo people  

                  Des voyages toujours très périlleux pour les candidats à l'exil et leur famille ; boat-people... voyages aux naufrages meurtriers : en 2014, 3.000 migrants ont perdu la vie entre les côtes libyennes et la Sicile.

    Sur l'île de Lampedusa, un musée leur est consacré : "musée des invisibles", "musée du silence"... des milliers de corps sans vie, sans nom repêchés et recueillis... car, s'il leur fallait une sépulture, ne fallait-il pas aussi qu'il en reste "quelque chose" de tous ces corps ?!  

                 lampedusa,photos,musée des invisibles,

                   Bagages, photos, objet usuels, objet du quotidien, vêtements de rechange, jouets de bébés et d'enfants, un biberon, un Coran, une image de la Vierge, des chaussures d’enfants, quelques pièces de monnaie retrouvées au fond d'une poche, un peigne, quelques apprêts féminins, ustensiles, petits outils... ce sont des centaines d’objets retrouvés sur les corps, d'autres rejetés par la mer sur le rivage; des centaines de fragments de vie que lampedusa,sicile,italie,boat peopleGiacomo Sferlazzo et les membres de l’association Askavusa ont collectés et conservés car, si tous ces objets ont quitté leurs propriétaires, avec cette collecte, dans ce musée, c'est par eux et avec eux que tous ces corps sans vie retrouvent une raison d'avoir appartenu, un jour, au monde des vivants.

                   Alors, oui ! Ils ont bien existé ! Oui, ils ont un jour croisé notre route et leur destin funeste  aussi. 


    ***

     

                  Mais alors, ne soyons pas dupes pour autant ! Avec cet exode, avec ces morts et ces réfugiés sans avenir, c’est toute l’Afrique qui vient nous rappeler des politiques économiques iniques qui affament celui qui cultive la terre, assoiffent celui qui apporte l'eau et réduisent à la misère celui qui voit passer entre ses mains des matières non seulement premières mais précieuses ; des politiques criminelles telles que la destruction de la Libye dont  90% des candidats à l'exil traversent ce qui n'est plus qu'un territoire sans Etat, sans police ni armée ; des politiques d’instrumentalisation des antagonismes qui plongent des régions entières dans le chaos ; vente d’armes, corruption passive et active pour le plus grand profit des multinationales et des Etats à leur merci : destruction des marchés locaux pour mieux les contrôler ; dépendance de millions d’êtres humains vis à vis d'importations alimentaires subventionnées comme "c'est pas permis" par les économies occidentales ;  aides destinées à asservir et à s’assurer de l'acheminement en bon ordre des ressources et autres richesses dont le sol africain regorge.

     

            Vous voulez savoir où en est l'Afrique et les politiques de domination, de vol et de spoliation des multinationales à son endroit ? Allez donc à Lampedusa et en Sicile, à Mineo, faire un stage en géopolitique et en économie dite mondialisée et interdépendante !

     

                En tout état de cause, le pire serait que nous acceptions  l'indifférence des institutions de notre pays et de celles de l'Europe, de tous ses lieux de décisions, face aux centaines de noyés venus d'Afrique car, n'ayons aucune illusion : notre indifférence face à l'indigence des mesures qui seront prises  par l'Europe pour sauver nos frères et soeurs en humanité pourrait bel et bien à terme encourager ces mêmes institutions à faire preuve de la même indifférence à l'endroit de nous tous, et en premier, les humbles, les sans-grades et les plus fragiles, face aux prochaines catastrophes sociales et environnementales qui ne manqueront pas de nous frapper dans les décennies à venir : l'histoire nous apprend à ne jamais encourager un Etat à ne pas agir face à une catastrophe humaine même si celle-ci semble nous concerner qu'indirectement et de loin.

    Ce qui en jeu aujourd'hui, c'est notre capacité à ne pas se satisfaire du cynisme des Etats et des Institutions internationales car, moins on humanise les problèmes, plus on court le risque d'une gestion inhumaine des catastrophes, jusqu'à une déshumanisation générale.

     

     

                                    

    Vivre libre ou mourir : salut à toi !

     

                __________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Une analyse de la situation en méditerranée par Amnestie internationale

                         Pour contrer les arguments et autres commentaires de blogueurs et d'une presse aussi ignorants que jean-foutre.

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Le Grand Faucheur

    220px-Henry_Kissinger.jpg

    3144fe51.jpget la Grande Faucheuse

     

    Seal_of_the_Central_Intelligence_Agency.svg

     
    Vous qui avez le malheur de croiser ma route, abandonnez là toute espérance !

    (...et faites votre dernière prière !)

     
     
     
    ***
     
     

               Sous le grand boucher de la Realpolitik.... tous tombèrent : hommes, femmes, enfants, vieillards... au Vietnam, au Cambodge, en Amérique du Sud, en Afrique... sous des tonnes de bombes, exécutions sommaires, pendaisons, tortures, corps jetés à la mer par avions ou hélicoptères... prétendument au nom d'un anti-totalitarisme curatifs et préventifs - c'était selon... l'humeur -, même si après le passage du Grand Faucheur,  la démocratie ne s'est jamais aussi mal portée (on n'en dira jamais autant, il est vrai, des multinationales et de leurs succursales dans les pays concernés).

     


    Henry Kissinger malmené par des manifestants au Congrès américain

    ____________________

     

    Devoir de mémoire

     

                   Diable ! Mais qui a dit que l'Histoire ne respecte et ne fait la part belle qu'aux  vainqueurs et aux salauds ? Car pour eux ce sera... honneurs et longévité.

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • La guerre : la faire ou ne pas la faire !

               

    On-a-compte-les-frondeurs-du-Parti-socialiste.gif

     

                     Les "frondeurs" du PS qui ont pourtant forcé le gouvernement à utiliser l'article 49-3 pour adopter la loi Macron - loi qui marque la sortie de la présidence et du gouvernement PS du camp de la Gauche -, tout en étant soulagés qu'ils n'aient plus... pour les uns, à voter contre, pour les autres, en faveur de cette loi, ces frondeurs ne voteront pas la motion de censure déposée par l'UMP et l'UDI ; les Ecolos non plus.

    Seul le parti communiste (15 députés) la votera.

    Faut dire que Valls et Cambadélis (Premier secrétaire du PS) ont menacé les frondeurs PS d'exclusion. Aussi, tous sont rentrés dans leur niche ; aucun d'entre eux n'a voulu prendre le risque de devoir jouer le député PS chez Pôle Emploi en 2017 ; en effet, c'est un salaire mensuel de près de 12 000 euros, dont la moitié net d'impôts, qui est en jeu pour tout ce beau petit monde.

    Dure dure la dissidence ! Dur le courage !

    ***

     


                Sur France info le mercredi 18 janvier, Jean-Luc Mélenchon est revenu sur l'utilisation de l'article 49-3 de la Constitution par le gouvernement ainsi que sur les conclusions d'une "étude" du directeur de la Fondation pour l’innovation politique, Dominique Reynié ; invité sur France Inter par un "journaliste", Philippe Cohen, coutumier du procès d'intention et de la diffamation, Reynié dresse le portrait d’un Parti de gauche antisémite ; ce Parti étudie une plainte en diffamation contre ce même Reynié.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : continuer de porter la crise au coeur du PS

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Radio France Internationale... la voix de la Françafrique ?

                  C'est François-Xavier Verschave, décédé en juin 2005, qui a forgé et décrit le concept de « Françafrique » ; terme parodiant l’expression la "France-Afrique" de Félix Houphouët-Boigny.

    La « Françafrique » est ce volet occulte de la politique de la France en Afrique. Les deux principaux ouvrages qui traitent ce sujet sont  : La Françafrique (Stock, 1999) et Noir silence (Les Arènes, 2000).

     

                 "... Dès son retour au pouvoir en 1958, De Gaulle comprend qu’il est acculé à accorder les indépendances africaines. Les discours décolonisateurs américain et soviétique renforcent en effet le mouvement des peuples. Il accorde donc ces indépendances : c’est la face émergée de l’iceberg, toute blanche, "la France amie de l’Afrique", etc. En même temps, De Gaulle demande à son bras droit Jacques Foccart de mettre en place un système de dépendance intégrale : il s’agit de conserver un cortège d’États clients, l’accès à des matières premières stratégiques, et la dîme pour son parti politique. Sous la légalité proclamée s’installe donc une illégalité de fait. Organiser cette illégalité sur quarante années n’a pu se faire que par des moyens illégaux, inavoués.

    Foccart commence par sélectionner des chefs d’État "amis de la France" - par la propagande, des fraudes électorales massives, et deux punitions exemplaires : l’épouvantable répression des indépendantistes camerounais, l’élimination du président togolais élu malgré la fraude, Sylvanus Olympio. Le seul rescapé de ses complots, Sékou Touré, en deviendra paranoïaque. Foccart tient son "pré-carré" par un contrôle économique, monétaire, militaire et barbouzard. La convertibilité du franc CFA permet tous les circuits parallèles d’évasion de capitaux, de la rente des matières premières et de l’aide publique au développement. Paris impose une série d’accords militaires léonins, largement secrets. Chaque chef d’État est chaperonné par un officier de la DGSE, qui en principe le protège, mais peut aussi favoriser son élimination, comme dans le cas d’Olympio. Les Services français recourent au besoin à des groupes de mercenaires ou des officines de vente d’armes... " - Association Survie

     

                          Jamais RFI (Radio France Internationale) ne vous comptera cette histoire-là !

     

    __________________

     

     

                    Jomo Kenyatta, Ruben Um Nyobè, Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Malcolm X, Mehdi Ben Barka, Amílcar Cabral, Thomas Sankara...

                   Jamais vous n'entendrez sur RFI les noms de ceux qui ont inspiré et dirigé les luttes d'émancipation et d'indépendance sur le Continent africain.  Quant à leur rendre hommage tout en validant leurs analyses et leurs actions... n'y comptez même pas !

     

     

    Saïd Bouamama : « Les figures de la révolution africaine »

     

     



    Francafrique par survivant

       

    Survie : cette association a trois objectifs principaux : ramener à la raison démocratique la politique de la France en Afrique (lutte contre la Françafrique et le néocolonialisme), combattre la banalisation du génocide et réinventer la solidarité internationale par la promotion des Biens Publics mondiaux.

    Se reporter à l'ouvrage : La gloire des imposteurs par Aminata Traoré, sociologue.

     

               Si en  20 ans, l'association "Survie" a pu une ou deux fois s'exprimer sur RFI, les analyses de ce collectif et les révélations du caractère scandaleux de cette Françafrique néo-colonialiste, surpassent de très loin et de très haut le moindre travail dit "journalistique" de la rédaction de RFI sur ce sujet comme sur tous les autres.

     

     

                La complainte, la révolte à peine contenue d'un Africain, Malick Noël Seck, exaspéré par une francophonie qui n'est que le bras armé de la Françafrique et une élite africaine tout au service des multinationales françaises : des autoroutes là où des hôpitaux sont attendus... des poulets d'exportation qui inondent le marché local contre l'indépendance alimentaire d'un pays, d'un continent...

     

                  Jamais il ne nous sera donné d'entendre cette complainte sur l'antenne de RFI.

     

    Kemi Seba : panafricaniste de nationalité française exilé pour les uns, de retour sur la terre de ses ascendants pour les autres : l'Afrique.

     

                   Une fois encore, jamais vous ne... etc... etc...

     

    ***

     


                 Là où le football - opium des Peuples africains francophones,  avec ses gladiateurs, ses forçats et ses mercenaires qui en Europe, assurent le spectacle, de Marseille (en 1ère division) à Le Poiré-sur-vie (en national) -, omniprésent sur l'antenne de RFI, semble servir d'exutoire à une information sous influence et sous conditions, celles dictées par l'Elysée - financement d'Etat oblige ! -, et les bailleurs de fonds et les stratèges d'un Continent finalement méprisé comme aucun autre, avec RFI c'est... jamais, jamais, jamais, jamais !

                   De là à conclure que RFI serait la voix de la Françafrique... grande est la tentation.

     

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : La Françafrique sous les présidences Sarkozy et Hollande

     

     

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Saïd Bouamama : une heureuse découverte

     

     

                 Absent des médias - lui aussi... un de plus ! -, Saïd Bouamama est sociologue et militant associatif. Engagé professionnellement et personnellement dans les luttes d'émancipation dans toutes leurs dimensions, il est notamment l'auteur de "Les Discriminations racistes : une arme de division massive" chez L'Harmattan en 2010 ;  "La France. Autopsie d'un mythe national" chez Larousse en 2008.

    Avec le Collectif Manouchian dont il est un des animateurs, il a établi un "Dictionnaire des dominations de sexe, de race et de classe" aux éditions Syllepse.

     

     

                  Saïd Bouamama , présente son nouveau livre « Figures de la révolution africaine » : Jomo Kenyatta, Aimé Césaire, Ruben Um Nyobè, Frantz Fanon, Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Malcolm X, Mehdi Ben Barka, Amílcar Cabral, Thomas Sankara... autour de l’apport théorique de ceux qui ont inspiré et dirigé les luttes d'émancipation et d'indépendance...  sur le Continent africain.

     

                   "... Durant la Traite et la colonisation, les résistances des peuples autochtones ou déportés n’ont jamais cessé ; des dizaines de formes de résistance en fonction du rapport de force ont vu le jour : avortement pour ne pas laisser d’enfants-esclaves au maître, se laisser mourir de faim, révolte dans les plantations, empoisonnement du bétail du maître...

    La résistance des Marrons construisaient dans leurs refuges au sein de communautés d’esclaves fugitifs des manières de vivre qui renouaient avec la tradition...

                  « Le grand facteur d’optimisme,  c’est que quand on est tout au fond du gouffre, au moment de la Traite, la culture a été le lieu dans lequel la dignité a été préservée ; se replier y compris sur des traditions qui peuvent nous apparaître comme réactionnaires était la manière de résister et de maintenir une dignité car quand je suis nié, je réinvestis totalement ce qui me semble être mon passé avant l’arrivée de l’agresseur." -  Amílcar Lopes Cabralhomme politique fondateur du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert."

                 Saïd Bouamama nous rappelle qu'il n’y  a pas de domination sans violence, il n’y a pas de domination douce ; et c’est le dominant qui contraint le dominé à la lutte armée : les peuples se transforment dans l’action. Le droit n’est que l’expression d’un rapport de force.

     

     

     

                  Ne pas rater la lecture : La tradition colonialiste  des socialistes : de la SFIO au PS par Saïd Bouamama

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser le néo-colonialisme avec la Françafrique

     

     

    Lien permanent Catégories : Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu