Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

antisémitisme - Page 2

  • Attentat à Bruxelles : récupération, amalgame et intimidation

     

    Bruxelles attentat.jpg

     

                "Une fusillade samedi après-midi contre le Musée juif de Bruxelles a fait quatre morts. L'attaque aurait été menée par un homme probablement seul et bien préparé." RTBF

     

                Suite à cet attentat, la récupération et l'intimidation ne se sont pas fait attendre :

     

    - Dès samedi, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait affirmé que cette attaque était le résultat de "l'incitation à la haine permanente contre Israël".

     

    - Philippe Mankiewicz, ancien président du CCOJB (équivalent du CRIF : une officine israélienne opérant sur le sol français) : « ce n’est pas la communauté juive uniquement qui est visée, c’est toute la démocratie belge. »

     

    - "Il y a eu une libération de la parole antisémite" déclare Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l'antisémitisme, (équivalent de la LICRA - le racisme en moins : autre officine israélienne) ; Rubinfeld nomme expressément l'humoriste Dieudonné, l'essayiste Alain Soral et un député dissident belge Laurent Louis.

     

    - Sur BFMTV, le représentant du l'UEJF (Union des étudiants juifs de France) saisit l'opportunité qui lui est offerte par ces assassinats pour régler ses comptes et accuser nommément Alain Soral, Dieudonné, l'Université française, la France et le monde entier.


    - Roger Cukierman, président du CRIF, qu'il ne faut manifestement pas tenter, se jette à corps perdu dans un plaidoyer anti-Dieudonné : "Quand nous avons critiqué Dieudonné, on nous a dit vous exagérez c'est pas si grave ! Si c'est grave parce qu'on passe de la parole antisémite, à l'acte antisémite, à l'acte terroriste !"

     

    Dick ANNEGARN - Bruxelles... à la dérive

    ______________________

     

     

              Israël ! Encore et toujours Israël !

     

              Face à ce qui ressemble fort au détournement d'un attentat, ne nous laissons pas intimider car, si rien ne peut justifier l'assassinat d'un être humain à cause de ses origines, pareillement, rien ne saurait justifier le recours à l' amalgame et à la récupération de cet attentat aux fins de museler toute contestation contre un Etat, Israël, au contact duquel l'Europe et la France en particulier, perdent leur âme ; une France  et une Europe qui, depuis la fin de la guerre d’Algérie, ont pourtant rompu avec la colonisation et ses crimes.


    Un Etat israélien qui jouit, ici en Europe, d'un soutien quasi inconditionnel de la classe politique en général et du PS en particulier, ici en France, et ce jusqu'au plus haut sommet de l'Etat, en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force ; une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif de domination.

     

                Quant à la démocratie (pour répondre à Philippe Mankiewicz), qu'il soit permis ici de rappeler que c'est aussi et surtout un mode de résistance contre la tyrannie exercée contre le droit à une critique sans concession des mécanismes de domination et la diffusion d’une telle critique car la liberté d’expression est une et indivisible ; elle est bel et bien la première des libertés, et parfois aussi, la dernière : celle des déshérités.

     

    ***

     

               Il est certainement grand temps que la communauté juive sorte de sa réserve et de son mutisme et qu’elle reprenne son destin en mains en se soulevant contre des "élites-activistes" qui servent un projet étranger à la France et à ses intérêts (1) - des agents qui n'ont aucune considération pour leur propre communauté, ici sur notre sol -, jusqu'à ne plus pouvoir distinguer un attentat anti-israélien d'un attentat antisémite : et c'est très certainement là le but recherché (2).

    Il est urgent que cette communauté refuse d'être plus longtemps les dindons d'une farce tragique et meurtrière, et finalement les otages et les victimes d'une politique dans laquelle il n'y a rien à sauver (3) car, cela n'a que trop duré pour eux comme pour nous tous !

     

     

    1 - A ce sujet, merci de vous reporter au communiqué du Bureau National de l’UJFP (union des Juifs français pour la paix) ICI ainsi que... le quotidien israélien Haaretz : Amir Oren, l’expert de Défense de ce journal, révèle que le couple israélien était lié au Mossad.

     

    2 - Les Juifs français devraient pourtant avoir le droit de savoir pourquoi on les tabasse ou bien pour(-)quoi ils meurent.

     

    3- Même à l'époque de l'apartheid en Afrique du Sud, on n'aura pas observé, ici en France un tel silence complice, un tel soutien - soutien à peine voilé -, d'associations, de ligues et de conseils dits prestigieux, d'hommes et de femmes politiques ou non, sans courage et sans honneur, communautarisés à un degré tel que, venant d'eux, toute condamnation aussi modérée soit-elle de la politique de cet Etat ne peut même plus être envisagée.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Montauban et Toulouse

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Deux ou trois choses que je sais à propos de la blogosphère

     

            Dans la série « Les gens sont tolérants dans l’ensemble mais vaut mieux penser comme eux ! »

     

    _________________

     

                Ils ne ratent jamais une occasion de se plaindre et d'appeler à la censure. Leur préoccupation favorite... la dénonciation de l’antisémitisme, même et surtout fantomatique, ainsi que de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un Arabe ou à un Musulman (français ou non ), sans oublier ceux qui se refusent à une diabolisation scélérate et criminelle de l'Islam.

     

     

    Certes, cette dénonciation qui a le plus souvent pour but de calomnier un adversaire idéologique (les anti-sionistes), pour ne rien dire des cas de névrose obsessionnelle et de paranoïa aiguë et même et surtout lorsque le discernement fait cruellement défaut, ils ne sont pas les seuls à la conduire comme on conduit une chasse à l'homme car, il est vrai que les petits Serge Klarsfeld en herbe sont légion sur la toile : chasseurs d'antisémites pourtant maintes fois recalés à l’examen de l’obtention d’un permis (ils ne feraient pas la différence entre un faisant et une chèvre tout occupés qu’ils sont à faire feu coûte que coûte), sans oublier leur inaptitude aux maniements des armes (plus ils sont persuadés d’identifier une cible, plus ils sont sur le point de se tirer une balle dans le pied)...

     

       

    Rendez-vous sur leur blog à tous, pseudos sans visage et sans nom digne de ce nom ! Leurs tags les plus populaires sont les suivants : antisémitisme, Arabes, Musulmans, Islam, Islamistes, Juifs et Israël…

      

    Un anti-sémitisme qui n’est, dans les faits, qu’un anti-sionisme exacerbé sera l’objet de toute leur attention ; un anti-sionisme criminalisé par le cynisme de ceux qui, en secret, rêvent de faire de l’anti-sionisme un délit ; ceux-là mêmes qui n’ont qu’un souci : défendre mordicus la politique d’un Etat qui n'a, aujourd'hui, plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid dans une alliance qui nous salit un peu plus chaque jour... Israël ; un Etat pourtant étranger à la France et à l’Europe par ses moeurs politiques, et notamment, dans l’utilisation de sa force armée (on se doit de rappeler cette politique à l’égard du Peuple palestinien : assassinats, meurtres, bombardements civils, colonisation, occupation, humiliation ; faisant peser sur quiconque tente de s’opposer à cette politique, une menace de mort certaine).

      

    Et quand on sait que l’antisionisme n’est, le plus souvent, que la manifestation d’une désapprobation de la politique de cet Etat et non, la contestation de son droit à l’existence, la lutte contre l’anti-sémitisme (tout comme la lutte contre le racisme) ne peut être qu'un point de départ et certainement pas une fin en soi. Dans le cas contraire, ce sera un échec. Et si l’anti-sémitisme ne peut être qu’un point de départ, ce point de départ ne peut avoir qu’un seul point d’arrivée (pour peu que l’on se reconnaisse une obligation de résultats et pas simplement une obligation de mise en accusation) : le rapprochement des communautés autant que l’on puisse géographiquement, ethniquement et socialement les définir.

      

                Rappelons à toutes fins utiles ce qui suit : banaliser l’antisémitisme c'est discréditer la lutte contre l'antisémitisme ; discréditer cette lutte c'est commettre une erreur irréparable et une faute impardonnable. Aussi, nous devons tous veiller à ce que l’accusation d’antisémitisme (et de racisme) ne devienne,  pareilles aux incantations patriotiques et nationalistes, le refuge des crapules et des salauds.

      

    ***  

      

                Qu’il soit ici permis d’affirmer que tous ces blogueurs et blogueuses, petits soldats d’une cause aujourd'hui sans honneur et sans gloire... le sionisme, et ce depuis 1967, ne sont finalement qu’un gigantesque lapsus ; celui d'une identité juive qui les étouffe chaque jour davantage ; et quand on sait que cette appartenance n’est le fait que du hasard, celui de la naissance, cela en dit long sur leur capacité à tous à pouvoir choisir pour eux-mêmes qui ils souhaitent être en dehors de ce que le sort a pu décider pour eux. 

      

    On les imaginera sans peine derrière leurs écrans d’ordinateurs, éructant, gémissant, rageant ; faut dire qu’ils n’ont rien choisi ; ils ne font que subir cette appartenance qui les ronge, et qui, finalement, les noie un peu plus chaque jour. D’où, très certainement, cette obsession avec tout ce qui de près ou de loin touche à la question et à l’identité juives - tout ce qui leur a été imposé -, pour ne rien dire de leur obsession de l’antisémitisme comme s’ils n’avaient qu’un souhait : qu’on les haïsse mais… jamais assez !  

     

    Véritables trahisons républicaines que cette exacerbation identitaire et ce besoin d'appartenance qui mène à l'aveuglement et à l'indifférence face à la souffrance de l'autre - besoin qui exonère un être humain de faire ses propres choix, toute sa vie lui est alors servi sur un plateau... plateau religieux ou communautaire et sur lequel, il est bon de le rappeler, ont reposé et reposent encore aujourd'hui, tous les régimes totalitaires ; désir de toute puissance aussi face au vide ontologique et existentiel qui les taraude tous, jour après jour ! Car, sans remède ils sont face à cette appartenance dévorante du même avec le même, avec cette dévotion incestueuse et cannibale car, pas moyen de s’oublier quelques heures par jour ! Pas moyen de se ficher la paix ! On ne fait l'expérience que de ce besoin d'appartenance : soi-même matin, midi et soir, pour seule réalité, pour seul horizon, et encore et toujours soi-même, juif et seul !

      

    Pris au piège d’une névrose aussi maladive qu’obscène dans laquelle ils s’enlisent un peu plus chaque jour… ils rapetissent, leur vue baisse et pour finir, la saturation, le trop-plein, l'indigestion et le dégoût viennent les submerger avant de les engloutir ; et tout à fait vidés maintenant, et vides comme une coquille vide, c'est alors qu'un sentiment d'impuissance s'installe, et puis la rage aussi face à cette impuissance haïssable car, quand on a tout perdu, ou bien, quand on n’a rien acquis pour soi-même, toute sa vie durant...

    Notre origine, seule identité disponible... la seule à notre portée, et dont on n’est nullement responsable, n’est-elle pas alors tout ce qui nous reste... contre toutes les autres... et plus encore lorsqu’elles sont tout autres, et par conséquent, porteuses de tous les dangers : que l’on en vienne à réaliser, la mort dans l’âme, que l’on n’est rien, ou bien si peu, en comparaison ? 

     

    Face à ce désastre humain, et avant de les abandonner tous autant qu'ils sont à leur triste sort, on ne saurait que trop leur signifier ce qui suit : souffrez que l’on puisse encore célébrer le flair, le talent, l’intelligence et le génie d’un Dieudonné, d’un Soral, d'un Gilad Atzmon, d'un Jean Bricmont, d'un Etienne Chouard et de tant d’autres, garants d’une liberté d’expression qui maintient en vie la démocratie envers et contre tout... et en premier lieu, contre une sclérose à la fois humaniste et intellectuelle...

    Tout en leur rappelant au bon souvenir de ce Juif sorti du ghetto - pour peu qu’il y ait mis un jour les pieds car, quelque chose nous dit qu’il avait franchement mieux à faire : j'ai nommé George Steiner.

    Diamant d'intelligence, modèle de tous les modèles ce George Steiner ! Il ne se plaignait jamais ; faut dire qu’il ne se vautrait pas dans une appartenance ethnique qu’il savait de circonstance et auprès de laquelle il ne trouverait aucun mérite. Il était à l’affût non pas d’antisémites ou d’antisionistes à trucider, même derrière un écran d’ordinateur ; non, il était à l’affût, toute sa vie durant, de la moindre manifestation de talent et de génie ; à l’écoute, il était aussi d'une générosité et d'un désintéressement qui rendaient hommage à l’excellence d’où qu’elle vienne ; et avec lui, elle venait vraiment de tous les horizons.  

    Pour tout vous dire… tout ce qui n’était pas lui le fascinait, tout George Steiner qu’il était. Et vous savez quoi ?! On ne lui connaissait aucun ennemi excepté dans ce qui n’était pourtant déjà plus sa communauté depuis longtemps puisque George Steiner se tenait ailleurs, précisément là où il faut être quand on a l’ambition d’élever la conscience de ses contemporains, et de les ouvrir au monde.


    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser le monde aujourd'hui avec

     

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Médiapart, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Stéphane Hessel et la calomnie

     

                

     

                  Ce Billet a pour objet la dénonciation du chantage exercé sur tous ceux qui ont le courage de s'opposer avec la plus grande fermeté  à la politique d'un Etat, Israël  qui, ici, en France, bénéficie d'un soutien jusqu'au plus haut niveau de la représentation politique, soutien d'associations communautaires et autres groupes d'activistes,  ainsi que de tous les médias privés inféodés à sa cause et d'autres encore... publics, contraints et forcés.

     

                   Stéphane Hessel fut, toute sa vie durant, l'un d'entre eux,

     

    _______________

     

                  Solidarité et compassion à l'égard d'un homme d'exception : Stéphane Hessel, ce vaillant patriote et soldat de l'honneur retrouvé d'une France qui ne renonce jamais !

     

                  Colère contre ceux qui ont tenté ce hold-up et ce viol de sa mémoire - sa vie, son action, son oeuvre -, en tentant de le traîner dans la boue de l'antisémitisme dès l'annonce de son décès.

                   Billet dédié à toutes les prochaines victimes de cette terreur exercée sur la conscience humaine et sur notre civilisation humaniste : le soupçon d'antisémitisme.

    12760_indignez-vous-hessel_440x260.jpg

     

                                Et parce que c'est dans ces moments-là qu'il faut répondre présent... 

     

                Ce billet s'élève contre le lynchage de Stéphane Hessel par des voyous de la conscience humaine.

     

    Jugez plutôt :

     

    Le jour de l'annonce du décès de Stéphane Hessel, Richard Prasquier, président du CRIF s'est empresser de publier le communiqué suivant : « S. H. fut avant tout un maître à ne pas penser , avec une volonté obsessionnelle de faire de Gaza l'épicentre de l'injustice dans ce monde, auteur d'un fascicule d'une indigente indignation et de qui le travail de déconstruction [...] sera effectué (entendre par-là : déconstruire l'image de grand homme attribuée, à tort selon lui, à S.H.).

     

    Le site JSSnews de l'extrême-droite juive titrait le 27 février : Hessel, il puait des bras, il pue le mort.

     

    Avec Prasquier, Pierre-André Taguieff sera le plus virulent. Déjà, en 2010, on pouvait lire sur son mur facebook la phrase suivante : «  …quand un serpent venimeux est doté de bonne conscience comme le dénommé Hessel, il est compréhensible qu'on ait envie de lui écraser la tête… »

     

    Très peu de temps après le décès de Stéphane Hessel, Taguieff déclarera ceci : « S. H. a bien été déporté politique- triangle rouge- à Buchenwald et à Dora, sa maîtrise de la langue allemande lui a permis [...] d'obtenir rapidement un emploi au sein de la hiérarchie au service des gardes-chiourmes du camp et il n'a partagé en aucune manière le sort des détenus juifs- triangle jaune- voués quant à eux à des tâches exténuantes jusqu'à leur extermination. Donc quand on le présente comme un rescapé de la Shoah c'est une imposture. »

     

    Le lendemain de la mort d'Hessel, Taguieff récidive sur son site Dreuz.info, dans un article intitulé S. H., le faux grand homme.

     

    Autre proche du CRIF (et même membre du comité directeur), Gilles-William Goldnadel, qui publie en 2012, Le vieil homme m'indigne, sous-titré « Les postures de l'imposture ». Dans ce pamphlet, pour déconstruire l'image de Stéphane Hessel, Goldnadel s'attaque à sa prétendue participation à la rédaction de la Déclaration des Droits de l'Homme.

     

                 Michel Warschawski de l'Union Juive de France pour la Paix ne leur trouvera à tous, et à Prasquier en particulier, aucune excuse un article : Honte à toi Richard Prasquier


                 Et sa conclusion sera la suivante : "Cette indignité, montrée par la LDJ et le CRIF ne pourra jamais effacer une belle vie de luttes et de combats, de résistance pour nous tous, l’humanité.  Cette indignité d’une poignée d’individus obsédés par leur patriotisme sioniste ne salira pas notre grande tristesse d’avoir perdu un guide, et notre chance de l’avoir vu partir à 95 ans comme il le souhaitait en nous laissant un héritage extraordinaire."

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Quand Joffrin, qui n'en portait sans doute pas, baisse quand même son pantalon...


    Dans l'Obs : "Antisémitisme, ce qu'on ne veut... par LeNouvelObservateur

     

     

                 Cette vidéo le confirme amplement. Tout y est : le ton, la voix et le regard ; ce regard propre à celui qui, sans se faire prier, vient remplir une mission qui lui a été assignée sans qu'il ait pu, de près ou de loin, y trouver à redire.

    Aussi, pour peu qu'il l'en ait un jour porté un, Joffrin a bel et bien baissé son pantalon. Au moins, ajoutera-t-on, Joffrin s'est débarrassé du souci de devoir, chaque matin, choisir un pantalon à porter ; il pourra même garder celui qui se trouve à ses chevilles puisque… se baisser pour le remonter serait à la fois trop risqué et représenterait très certainement un effort au-dessus de ses forces à la fois physiques et mentales.

    Car enfin... dire que le Crif, la Licra et BHL n’ont pas de pouvoir en France, n'est-on pas là, dans le négationnisme et la révisionniste  (1) ? A savoir : ce qui est n’est pas ; et ce qui a été non plus !

    Et même si à propos des agressions à caractère anti-sémite (pour peu que ce soit avéré), on ne trouvera aucune excuse à ceux qui agressent un homme ou une femme, enfant ou adulte, parce qu’il ou elle est juif, il est certainement grand temps que la communauté juive sorte de sa réserve et de son mutisme et qu’elle reprenne son destin en mains... que toute la communauté juive de France se soulève contre ses élites et refuse d'être plus longtemps les dindons d'une farce tragique et meurtrière ainsi que les otages et les victimes d'une politique dans laquelle il n'y a rien à sauver ; un président du Crif méprisant (2) et vindicatif et la connivence en France, jusqu'au plus haut niveau de la représentation nationale, d'une partie de la classe dirigeante avec l'Etat d'Israël et sa politique à l'encontre du Peuple palestinien - assassinats, meurtres, bombardements civils, colonisation, occupation, humiliation...

                    Cela n'a que trop duré pour eux comme pour nous tous car c'est bien notre République que l'on assassine jour après jour  !

     

    __________________________

     

    1 - Demandez donc à Dieudonné, Soral, Onfray, Taddéï... et tant d'autres !

    Mais alors... ne peut-on pas lutter contre l'antisémitisme sans avoir à nier la réalité ? Ce que d'aucuns ajouteront ... " sans pour autant... prendre les gens pour des imbéciles ?".

     

    2 - Même à l'époque de l'apartheid en Afrique du Sud, on n'aura pas observé, ici en France un tel silence complice, un tel soutien d'associations, de ligues et de conseils de toutes sortes, d'hommes et de femmes politiques ou non, sans courage et sans honneur, communautarisés à un degré tel (d'aucuns diront "tribalisés") que toute condamnation aussi modérée soit-elle de cette alliance qui nous salit tous au regard de la politique de cet Etat qu’il faut bien nous résoudre à qualifier de « voyou », ne peut même plus être envisagée.

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Onfray : cabale et antisémitisme

     

    Victime d’une cabale sur le thème de l’antisémitisme… Michel Onfray aurait eu le tort de soutenir un ouvrage de Jean Soler « Qui est dieu ?» aux éditions de Fallois.

    soler onfray uleski.jpgSoler, érudit méconnu, s’attaque aux trois religions monothéistes : une de trop manifestement. Un livre que l’on dit décapant et qui fera débat.

     

      Michel Onfray accusé d'antisémitisme... et d'amateurisme

     

                                                              

    ***

     

     

    onfray, soler,uleski.jpgQue Michel Onfray goûte un peu à la calomnie,  à la mauvaise foi des uns et des autres, aux procès d'intention aux intentions délibérées de lui nuire ! Qu'il tâte un peu de la condition du bouc-émissaire...  lui qui fut si prompt à condamner Dieudonné sans connaître "le dossier", et alors qu'on ne lui en demandait pas tant...

     

    Sans doute en sortira-t-il un peu plus adulte et mature, un peu plus mûr,  plus profond avec plus d'épaisseur et plus de hauteur aussi ... loin du confort d'une histoire de la philosophie qu'il faut bien se résoudre à qualifier d'anecdotique, bien en peine qu'elle est de projeter un peu de lumière consolatrice sur un réel qui nous étouffe tout en nous échappant, aussi évanescent que pervers, chaque jour un peu plus liberticide et criminogène.

     

    Il est temps qu'Onfray monte d'un cran, qu’il gravisse les quelques marches qui le séparent encore de ceux qui se moquent bien de revêtir les habits de celui qui bon an mal an, s’arrange toujours pour occuper le beau rôle... un Onfray aux origines prolétaires, casanier vivant en province... pendant d'un BHL parisien, globetrotteur et millionnaire (1).

     

    Et manifestement, seules l'injustice et la souffrance l'y aideront. Aussi, reste à espérer que Michel Onfray accueillera cette épreuve avec l'espoir d'en sortir plus fort, plus pertinent et plus talentueux encore.

     

     

                                             ***

     

    Finalement, Onfray était encore un peu puceau ; son ouvrage sur Freud lui a certes valu quelques agressions verbales et écrites... mais rien de physique et qui touche à l'âme, lui-même, encore un peu ado, se contentant, en ce qui concerne le réel, de lui chatouiller le clitoris alors qu'aujourd'hui, ce qu’il faut sans aucun doute... c’est lui éclater le cul à ce réel et à sa représentation par des prestidigitateurs intéressés, juges et parties...  hypocrites et méprisants.

     

    Aussi... espérons que cet épisode très certainement douloureux lui permettra de s’attaquer virilement à notre condition à tous pour mieux la dénoncer.

     

    _______

     

    1 - BHL, Onfray... deux faces d'une même pièce ? Si on oublie BHL démasqué depuis longtemps, qu'est-ce qu'Onfray depuis 20 ans apporte à notre compréhension du réel, lieu de tous les dangers pour un intellectuel ?

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Michel Onfray 0 commentaire
  • Montauban - Toulouse : pourquoi là, maintenant ?

     

                     A tout passage à l’acte correspond un élément déclencheur ; somme d’événements qui altère une situation et engendre une manifestation non plus mentale mais… physique.

    Réalisation d’un acte sans parole jusque là contrôlé, donc réprimé par son futur auteur, il est écrit que le passage à l’acte est un moyen d'entrer en relation avec la réalité, mais par excès, en force.

    « Il n’y d’acte que d’homme » nous dit Lacan. Et puis aussi : « tout acte au sens vrai est… un suicide du sujet, il peut en renaître, mais il en renaît différent… »

    Ou bien encore : là où le langage défaille, l’acte vient à la place de l’indicible.

     

    Montauban, Toulouse, pourquoi là, maintenant ?

     

                     Moment de rupture brutal, la décision de passage à l’acte est souvent empreinte d’ambivalence et mais elle reflète toujours une tension, une angoisse à son paroxysme, et donc intolérable.

     

          Mais... Montauban, Toulouse, pourquoi là, maintenant ?

     

                    Si la réponse à cette question est sans aucun doute complexe (multi- factorielle), est-ce faire preuve d’un opportunisme mal intentionné, voire fâcheux et malhonnête, est-ce intenté un procès d’intention à qui de droit, en attendant de les nommer tous autant qu’ils sont, que de refuser d’exclure de cette réponse les paroles d’hommes et de femmes politiques - pour partie occupant les plus hautes fonctions, sans oublier les sous-fifres de la provocation et de la polémique à la fois pompiers et pyromanes -, qui n’ont de cesse depuis quelques années maintenant, et avec une franche détermination depuis quelques semaines, de souffler le chaud et le froid - deux pas en avant, un pas en arrière -, sur des sujets qui touchent à cette autre France… une France composée de citoyens de nationalité française ou non manifestement dépourvus des titres de compétences et des accréditations qui devraient garantir à chacun la condition de vie suivante : qu’on lui fiche une paix royale…

    Car , si on ne prête – même fauchés -, qu’aux riches et aux puissants, que les penseurs et les acteurs d’une telle stratégie de la division et de la tension intercommunautaires ne se fassent aucune illusion : quand le cynisme politique nourrit la folie obsessionnelle de quelque désaxé, anonyme et très certainement isolé, qu’ils sachent tous que le passage à l’acte de ce dernier leur en donnera toujours pour  beaucoup plus que leur stratégie n’en provoquerait, à leur insu, dans le meilleur des cas, ou bien dans le pire… beaucoup plus que cette même stratégie n'en demandait  ou n’en réclamait sans toutefois oser y croire.

    Et la fusillade qui a pris pour cible une école juive, communauté jusqu’alors épargnée par cette stigmatisation et ce cynisme politique, semble le confirmer.

     

            Mais alors... Montauban, Toulouse, pourquoi là, maintenant ?

     

                    Qu'il soit permis ici de rappeler que la mort n'éteint rien ; bien au contraire : elle éclaire tout..

    Aussi... ne vous arrêtez jamais à la mort ! Et même si le nombre, le prestige des victimes, la mobilisation et les larmes sanctifient... continuez de scruter et de peser... la dégénérescence, le délitement jusqu’à la déchéance de cette partie de la société composée d'acteurs politiques, sociaux et communautaires sûrs de leur bon droit mais... le plus souvent en dessous de tout !

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie... 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu