Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

france inter - Page 2

  • Pédophilie : Ecole, Eglise, Réseaux divers et le PS... circulez ! Y a rien à voir !

     

                

                 Contexte, Histoire et environnement : certitudes et perfidies... courage et lâcheté... idéologie et candeur complaisante - apôtres et démons - enfer et paradis.

     

    ________________

     


                 "Tous à poil", "Théorie du genre"… ou bien... "Etudes sur le genre"… belle confusion... savamment entretenue à l'occasion du programme pilote ABCD de l'égalité !

     

    Qu'à cela ne tienne... honneur à la littérature !

     

     

                  Selon les auteurs de "Tous à poil", ce livre apporte un regard décomplexé sur la nudité ; on peut aussi en faire un "usage pédagogique" ; les enseignants sont libres de son utilité.

     

                 Libres les enseignants ? Libres comme... demander aux enfants de se déshabiller pour mieux faire connaissance, peut-être ?

    Oui ? Non ?


                 Des modifications effectuées sur le site de l'ABCD de l'égalité montrent que le ministère de l'Education nationale n'est pas très à l'aise avec la polémique autour de ce livre et de son projet : c'est ICI.

    Mais des modifications effectuées sur le site de l'ABCD de l'égalité montrent que le ministère de l'Education nationale n'est pas très à l'aise avec la polémique sur le livre Tous à poil
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/tous-a-poil-toilettage-sur-le-site-des-abcd-de-l-egalite_1323974.html#Ke8lyQ0EW112JVtH.99
    Mais des modifications effectuées sur le site de l'ABCD de l'égalité montrent que le ministère de l'Education nationale n'est pas très à l'aise avec la polémique sur le livre Tous à poil
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/tous-a-poil-toilettage-sur-le-site-des-abcd-de-l-egalite_1323974.html#Ke8lyQ0EW112JVtH.99


    Une autre extravagance ?

    La programmation en classe primaire d'un film de Céline Sciamma Tomboy : ce film pour grand public évoque Laure, une fillette de 11 ans qui, à l'occasion d'un changement de domicile, décide de se présenter sous le prénom de Mickaël auprès de ces camarades d'école.

    L'avis des pédopsychiatres au sujet de cette programmation : ICI

     

     

    ***

     


    Najat Vallaud-Belkacem chez BFM :
    Vidéo à la 12e minute

     

                A propos de l'ouvrage "Tous à poil" la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud Belkacem s'exprime en ces termes  :"Ce livre montre aux enfants comment il ne faut pas avoir honte de son corps et que... filles ou garçons...  nous sommes tous des êtres humains..."

     

    Sans blague ! Parce que des enfants de 4 ans en doutent déjà ?

     

             La ministre mettra plusieurs minutes à se décider à répondre à la question : "Vous mettriez ce livre sous le nez de vos propres enfants ?"

     

    ***

     


    Ludovine de la Rochère
    à propos du projet ABCD de l'égalité 

     

                    On remarquera au passage l'assurance, l'arrogance et l'hostilité de la "journaliste" qui accueille Ludovine de la Rochegrave. A aucun moment, cette salariée de France Info au look bobo, désinvolte, couchée sur son micro, semble penser que son invitée puisse avoir une quelconque raison d'être inquiète à propos du projet ABCD de l'égalité

    Attitude symptomatique d'une industrie de l'information verrouillée à double tour.

    Néanmoins... on notera qu'aucune conviction dans le ton ne vient appuyer ce déni de légitimité à l'endroit de son invitée... le travail de cette salariée consistant simplement à balayer d'un revers de main les objections de Ludovine de la Rochegrave, tel un réflexe Pavlovien, devoir accompli... car elle sait ce que sa rédaction attend d'elle face à une "Ludovine de la Rochegrave" ainsi qu'à tout autre adversaire du projet ABCD-égalité.

     

                  Mais alors, qu'est-ce qui peut bien motiver cette salariée sinon le désir de garder son job et de prendre son chèque en fin de moins, invité après invité, un sujet chassant l'autre, semaine après semaine, routinière et détachée... un rien jeanfoutre !

     

    ***

     

    L'éducation sexuelle et l'OMS :


                 Voici un extrait d'un rapport de l'OMS de 2010 : pensé et écrit en Allemagne, ce rapport, intitulé “standard pour l’éducation sexuelle”, n’avait pas fait de remous en France avant sa traduction en 2013. Il y est évoqué le fait que “l’éducation sexuelle (et relationnelle) devrait être obligatoire”, ainsi que "les différents stades d’apprentissage pour chaque tranche d’âge". De plus, ce rapport invite les enfants à pratiquer dès le plus jeune âge “le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce”.

     

                    Mais alors... les équipes éducatives seront-elles invitées à accompagner tous ces petits enfants sur la route de la "masturbation enfantine précoce" ?

    La question est posée.

     


    On trouvera les différents rapports - OMS, Education nationale et ceux commandés par les différents ministères de tutelle... -,  touchant à l'éducation sexuelle - instructions et recommandations : ICI

     

     ***

     

     

    Journal Libération : toute une époque !

     

     

                 Complaisance oblige... déjà en 1977 paraissait dans le journal "Libération" ceci  :

     

    apprenons-l-amour-a-nos-enfants-censored.jpg

     

     


    Et inénarrable Cohn Bendit de s'y vautrer dans cette époque...

    Jeune et insouciant Cohn Bendit ? Ou plus simplement jouisseur opportuniste et insatiable selon le principe suivante  : "Y a pas de mal à se faire du bien" ?

     

     


              Et aujourd'hui encore avec maître Lévy qui déplore le fait que les relations sexuelles entre les enfants et les adultes puissent relever uniquement du code pénal.

     

     

    ***

     

    Pédophilie et Eglise

     

           AVT_Pape-Benoit-XVI_521.jpeg     Niés, ignorés, occultés depuis toujours... bien des années plus tard, Benoît XVI dénonce ICI les innombrables crimes des prêtres pédophiles jusqu'alors protégés, exfiltrés des paroisses lorsque leur situation à tous devient insoutenable... après une  presse locale alertée par des parents dégoûtés et en colère.

    Qu'en est-il aujourd'hui de ce qui a pu être mis en place pour lutter contre ce fléau dans l'Eglise catholique - entre autres églises ?

     

    ***

     

    Pédophilie et Ecole

     


                Il faut savoir que la recherche suivante effectuée sur Google "Pédophilie à l'école la colère des parents" recueille plus de 3 millions de réponses.

     

    Pour complément d'information... on se reportera à cet état des lieux effectué par le journal Libération : Ecole : Le tableau noir de la pédophilie - Affaires étouffées, laxisme administratif... un rapport accablant.

     


    ***

     

     

                Quiconque n'a pas lu ce document intitulé "La pédophilie vue par l' Association Protestante Néerlandaise du planning familiale" ne saura sans doute jamais ce à quoi les apologistes de la pédophilie nous confrontent et le challenge que cela représente que de s'y opposer. Voici un extrait :

     

            "Beaucoup de parents ont du mal à accepter la pédophilie. Il n'y a aucune raison de panique concernant l'amitié d'un pédophile et d'un enfant, même si dans cette relation il est question de rapports sexuels. 

     

    Ayez confiance en votre enfant. Si votre fils, ou votre fille, ressent cette relation comme agréable, ne détruisez pas ce lien. Votre enfant est parfaitement capable de savoir par lui-même ce qu'il aime. Votre enfant ne comprendra pas la destruction d'un tel lien."

     

     

    ***

     

     

    Ici, le journal Le monde nous communique un extrait de l'ouvrage de Frédéric Mitterrand " La mauvaise vie" de la page 293 à la page 307. L'article titre  : "La Mauvaise Vie" de Frédéric Mitterrand : les passages qui dérangent."

     

             Adepte de la prostitution auprès des mineurs, le plus souvent des pays déshérités... hier ministre de la culture, Frédéric Mitterrand anime aujourd'hui sur France Inter sa propre émission JOUR DE FRED du lundi au jeudi à 18h20, décomplexé, enjoué et avenant. 

     

    D'aucuns auraient été tentés de penser que cet ancien ministre aurait pu choisir de se faire oublier... poursuivant alors sans tapage une oeuvre littéraire pour laquelle il semblait avoir quelque disposition... tel un

    Gabriel Matzneff

    Mais non...rien n'y a fait.

    Et puis, qui aurait fortement recommandé à Frédéric Mitterrand cette discrétion ? Une hyper-classe politique et médiatique qui interdit et s'autorise tout ? On peut sincèrement en douter.

     

     

    ***

     

     

              Autre information à propos de la recherche suivante effectuée sur Google "Réseaux pédophiles l'impuissance de la police et de la justice" ; cette recherche recueille près de 400 000 entrées...

     

    Les difficultés que rencontrent (police, juges et journalistes) tous ceux qui enquêtent sur... et tentent de se faire entendre à propos de la pédocriminalité de réseaux... sont innombrables. Les uns renoncent, d'autres, en revanche, ne lâchent rien :

    Jacques Thomet, Marie-Christine Gryson (Psychologue  - expert judiciaire) Serge Garde et son documentaire : Outreau, l'autre vérité

     

    575575-elise-lucet-a-paris-le-29-decembre-620x0-1.jpgElise Lucet, journaliste de France 3, sera la première à révéler l'existence d'un réseau pédophile actif sur  toute la France contrairement à tout ce qui nous est asséné par les médias dominants avec son documentaire « Viols d'enfants : la fin du silence » en 1999

     

    _________________

     

     

                      Dans ce contexte et dans ces conditions...

     

                     A l'heure où, faute de moyens et de déterminationnous ne disposons d’aucune visibilité quant à la pédophilie à l’Ecole, quant aux réseaux pédocriminels - enlèvement, vente, exploitation sexuelle et assassinat d’une cible privilégiée parmi toutes les autres : les petites filles de 4, 6 et 8 ans…

    A l’heure où des milliers de parents sont dans l’obligation de descendre dans la rue pour obtenir un semblant de justice pour leurs enfants massacrés…  

     

    Qui peut sérieusement commettre la folie de confier la santé mentale et l’intégrité physique des plus fragiles de nos enfants… à une Najat Vallaud-Belkacem qui porte tout juste son âge, ministre béate, accueillant avec un enthousiasme jamais pris en défaut toutes les propositions de réformes sociétales d’un PS sous influence – groupes de pression à forte composante LGBT ; une composante cheval de Troie, infiltrée très certainement par d'autres "minorités sexuelles" aux objectifs inavouables...

     

    Une ministre d’une bonhomie aussi désarmante qu’inquiétante qui cache très certainement une absence totale de conviction, et plus grave encore : l'absence de compréhension des véritables enjeux pour la société dans son ensemble et la protection de ses tout petits en particulier… à l’heure où toutes les complaisances vis-à-vis des déviances dont toutes les mafias du monde savent tirer un profit colossal…ne cessent de nous scandaliser...

     

    Quant à ce Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale - un de plus ! - pour le temps qu’il lui sera donné de le rester après y être passé après tant d’autres, tous oubliés aujourd’hui ; ministres qui ont surtout brillé par leurs capacités à pousser soit les enseignants, soit les lycéens, soit les parents, ou bien un moitié de la France dans la rue… ministres aux outils pédagogiques qui condamnent à l’échec année après année toujours les mêmes catégories : les enfants des classes populaires...

     

    Un Peillon idéologue pour lequel - on serait tentés de le penser -, les enfants sont des souris de laboratoires ! Mais... ceux des autres de préférence… appartenant, comme un fait exprès, aux classes populaires (le PS sait protéger son électorat et faire payer très cher ceux qui se sont détournés de lui) ; les leurs demeurant bien à l’abri dans des cours privés de récréation élitaire et élitiste au sein d'un foyer qui sait chaque matin hisser les couleurs d'un héritage et communautaire et de classe.

     

                    Peillon, Najat Vallaud-Belkacem donc et autres gourdes et cruches, têtes éventés et cerveaux blessés... tous sans exception ont les attributs de ceux qui, tout au long de l’histoire, ont pavé l’enfer d’intentions irresponsables.

     

                  Qu'il soit permis de rappeler ici que la pédophilie ne renonce jamais… elle est patiente et déterminée ; elle est une, elle est plurielle ; elle est capable d’innombrables stratégies de contournement ; ministères, administrations, associations, médias… elle ne s’interdit aucun territoire ; la pédophilie a autant de visages qu’il y a de lois, de freins, de barrières… mais au moindre renoncement, au moindre relâchement, sachez-le : elle s’engouffre dans la brèche, impitoyable et vorace ! Elle ne se fixe qu'une priorité : approcher les enfants et légitimer d’une manière ou d’une autre… une pulsion sexuelle irrépressible à leur endroit et un passage à l’acte qui jamais ne se reconnaîtra pour ce qu’il est : une inversion de toutes les valeurs humaines dans la jungle d'une perversion sans conscience et d’un égoïsme criminel.

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Peillon ou la République de la matraque

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Mathieu Gallet... un bellâtre à la tête de Radio France

    gallet.jpg

     

                 Un jeune blanc-bec de 36 ans dirigera pendant cinq ans Radio France et devra se porter garant d'un pluralisme qui reconnaît et accepte la diversité des opinions et de leurs représentants ; pluralisme qui s'est pourtant fait la belle et la malle depuis une bonne trentaine d'années maintenant, dans le public (comme dans le privé)... faute de détermination et de courage.

     

                 Pour sûr, tous les groupes de pression - politiques, économiques et communautaires -, doivent se réjouir ! Car, ils ne feront qu'une bouchée de ce bellâtre ! Et c'est tout cru qu'ils le mangeront... haché menu... avant même qu'il ait eu le temps de parer la déflagration... explosé en vol... éparpillé façon puzzle.

    Et tous, à cette heure, doivent sabrer le champagne :

     

    "Allez David ! Fais péter la roteuse !

    - Tout de suite chef."

     

    ***

     

                   Sorti tout droit des valises de Frédéric Mitterrand qui n'aime rien tant que la jeunesse... jeune et fringante, actuellement Président de l'INA, ce jeune gringalet succède à Jean-Luc Hees, un patron en apnée, à la tension proche de zéro, et qui était à l'autorité, au charisme et à l'opiniâtreté journalistique ce qu'est un fast-food à notre longue et belle tradition culinaire.

     

               « Nous avons choisi une personnalité jeune, la plus jeune de l'histoire de Radio France  - notre choix est celui du dynamisme et de l'audace et une conscience aiguë des enjeux numérique" - précise le CSA.

     

    En d'autres termes, c'est un hyper-VRP de Google qui a été nommé, et un PDG avec un business plan (se reporter au commentaire ci-dessous).

     

     

                   Mais alors... comment le CSA a-t-il su que nous étions aussi nombreux à ne plus rien attendre de Radio France - entre autres groupes de médias ?

     

    Mystère.

     

     

    _______________________

     

    Commentaire d'un blogueur  :

     


    Le nouveau patron veut trouver de nouvelles ressources. Pour cela, il veut remettre en cause "la culture du tout gratuit". Concrètement, il veut rendre les podcasts payants au bout d'un certain temps -aujourd'hui, ils sont gratuits durant trois ans. Toutefois, son texte n'indique pas au bout de combien de temps, mais dit juste que cette durée sera fixée "en fonction des pratiques du marché".

    http://www.bfmtv.com/economie/exclu-bfm-business-projet-mathieu-gallet-radio-france-721868.html

     

    Ce n'est pas très social, tout cela, ni très socialiste!

    Seuls les riches pourront se cultiver, avec lui.

    Cela me semble aller dans le sens opposé à ce que l'on attend d'un service public, chargé d'élever le niveau culturel et réflexif des Français. Déjà que beaucoup de gens modestes ont souvent du mal à s'intéresser à la culture, alors ce n'est pas en rendant payant l'accès aux podcasts qu'il s'y intéresseront plus, bien au contraire...


    J'ajoute que rendre les podcasts payants aura un effet très négatif pour le rayonnement culturel de la France auprès des étrangers qui apprennent le français et se cultivent sur la culture française par le biais de podcasts. Notamment dans les pays où les gens ont peu d'argent. Et cela concernera également les gens des pays d'Afrique francophone, qui se désintéresseront de plus en plus de la culture française.

    Alors qu'ils pourront télécharger gratuitement des podcasts de radios allemandes ou anglophones, hispanophones, ou lusophones.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : France Culture à vau-l'eau

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 1 commentaire
  • La véritable liste noire de France Inter et d'un Patrick Cohen amnésique

     

               Ce matin-là, sur France Inter, Patrick Cohen (responsable de la tranche 7H-9H) qui est ce journaliste qui dévoilera une liste noire de personnalités du spectacle, des lettres et autres intellectuels bannies des médias pour "maladie mentale"... rétorquera à un auditeur qui lui reproche des propos qui dépassent de loin le cadre de sa fonction de journaliste... ceci : "Sur France Inter, nous ne limitons la liberté de parole de personne excepté de ceux qui ont été condamnés par la loi."

    dont acte.

     

     

              Alain Juppé, Jean-Christophe Cambadélis, Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo, Brice Hortefeux, Harlem Désir, Jean-Paul Huchon, Jean-Marc Ayrault, Bernard Tapie...

    Tous ont en commun d'être régulièrement invités par Patrick Cohen et tous ont fait l'objet de condamnations diverses et variées : prison avec sursis et fortes amendes pour prise illégale d'intérêt, recel, injures raciales, infraction à la législation du travail et escroquerie en banque organisée... véritable liste noire d'une classe politique qui ne s'interdit plus rien.


    ***


    Allez, encore un effort France Inter... tu as presque failli nous avoir !


    _______________


    Pour rebondir, cliquez : Penser les médias avec Pierre Carles

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Quand le journalisme s'effondre sur Dieudonné

     

                Injonction, oukase, édit ou fatwa - c'est au choix -, suite à la circulaire de Manuel Valls (1), (doux euphémisme) les arrêtés municipaux et préfectoraux se succèdent ; des salles annulent les représentations du satiriste Dieudonné et de son spectacle « Le mur »...

    Péril en la demeure : mobilisation générale qui vaut acceptation d’un Etat d’urgence d’exception ! C’est toute la classe politique et toute la France avec elle qui se lèvent contre le fasciste, le raciste et l'antisémite ; une France en armes, à coup d’arrêtés municipaux et préfectoraux... maires de nos villes et préfets de nos départements drapés d’une circulaire tricolore, écharpe en bandoulière pour une chasse à l’homme sans précédent, meute médiatique en renfort,  présentateurs et animateurs télés et radios rabatteurs…

    Belle unanimité ! Unanimité à vous tirer les larmes aux yeux ! La Nation enfin réconciliée avec elle-même !

    Beaucoup d'émotion donc même s’il est question d’une France qui, dans les faits, se résume à ce qu'on appelle l’Establishment... politique et médiatique ! Ce qui ne surprendra personne ; cette France-là qui prospère depuis de trente ans sans nous ne gouverne plus ; elle se contente de reverser des dividendes à ceux qui ont investi sur leur avenir à eux tous et qui leur ont permis d’occuper des places lucratives comme jamais auparavant.

                  Avec des journalistes qui, soit dit en passant, dans l’intimité, rient à gorge déployée à chaque nouveau spectacle de Dieudonné, que l'on ne s'y trompe pas : les aboiements et le vacarme de ceux qui battent la campagne ne nous feront pas oublier le silence assourdissant, de milliers d’artistes et de quelques centaines d’intellectuels muets et invisibles.

     
    Qui ne dit mot consent. Certes ! Mais… s’agit-il vraiment d’un consentement ?

    Intimidés, craintifs, la peur au ventre, terrifiés par une campagne de désinformation sans précédent à l’encontre d’un personnage public, tous ces artistes et intellectuels n'auraient-ils pas plutôt fait le choix de protéger, qui, une carrière universitaire, qui un avenir professionnel dans l’industrie du spectacle, qui une subvention du ministère de la culture (son ministre Aurélie Filippetti envisage de ne pas s’opposer à la fermeture du théâtre parisien de Dieudonné) en lieu et place de la dénonciation d’une véritable cabale qui, pour un peu, ferait passer le maccarthysme pour un jeu de société un peu pervers certes, mais bon enfant, et les procès de Moscou pour des joutes oratoires dignes de l’agora grecque ?

    Et à propos de ce lynchage d'un métis né d'une mère bretonne et d'un père camerounais dont le seul délit (et crime !?) aura été de mettre en scène en 2003
    un colon juif religieux extrémiste (excusez ce pléonasme !) après avoir précédemment dénoncé, sans essuyer la moindre contestation - c'est à noter ! -, l’intolérance et l’instrumentalisation des religions et des communautarismes catholique et musulman...

    Qui, parmi tous ces artistes et ces intellectuels, proposera de lancer un appel à la résistance et au soutien de Dieudonné, ce Voltaire des temps modernes contre cette tentative de coup d’Etat d’une caste vorace et fourbe qui n’a de cesse d’être aux ordres d’une organisation de l’existence qui n’a plus aucun souci de la liberté (d’information), de l’égalité (des chances), de la fraternité (intercommunautaire) et de la justice pour tous.  


                    Qu’il soit permis ici d’affirmer ce qui suit : si un seul danger nous guette aujourd’hui, c’est bien cette unanimité contre Dieudonné de l’Establishment qui, manifestement,  ne souffrira aucune contestation parmi ses employés, petites mains et petits bras ; unanimité qui, de tout temps, marche au son d’une musique et d’une seule ; une musique au verdict sans appel : le bruit des bottes, le brouhaha assourdissant des chars, et l’éclair des baïonnettes dressés à la verticale d’un "Soleil trompeur" et contre lequel tous les don Quichotte de la liberté et de la justice iront se brûler les ailes si d’aventure, il leur vient à l’idée de chercher une sortie honorable contre ce qui ressemble fort à un coup d’Etat d’une frange médiatico-politique qui est parvenue, après trente ans d’effort et de laisser-faire, à imposer une telle unanimité, aujourd'hui contre Dieudonné et son public après un hold-up et un  nettoyage politique, médiatique et culturel sans précédent.

     

                     Des médias aux ordres ont sciemment coupé les ponts, tué la communication, l’échange, voilà trente ans déjà, en tarissant toute relation aussi lacunaire soit-elle avec des pans entiers de la population de ce pays afin de contrôler toute contestation d'un projet tant national qu'européen et mondial aux conséquences économiques, sociales et politiques dévastatrices qui ne recueille l'adhésion d'aucune majorité digne de ce nom en Europe et au-delà.

    Des médias qui ne se reconnaissent plus qu'une seule obligation : complaire à leurs employeurs (actionnaires, annonceurs publicitaires et l’Etat) : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte ; médias qui, dans les faits, ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune qui devra marcher droit : dans le cas contraire, toutes les représailles seront à craindre : ici chômage, menaces physiques ; ailleurs les bombes.

    Et c’est bien sur ce quoi repose tout le discrédit de ces médias depuis trente ans : la certitude que si d'aventure les salariés et les intervenants de ces médias étaient capables de penser autrement, on est assurés qu’à aucun moment ils ne seraient en position de mener à bien cette ambition (pour ne rien dire de ceux qui s'autoriserait à le faire) car force est de constater que le recrutement de ces femmes et de ces hommes a pour premier critère non pas ce dont ils sont capables mais bien plutôt ce dont ils sont  bien incapables : oser penser la complexité du réel en y intégrant le poids de toutes les forces qui oeuvrent à sa mésinterprétation dans le meilleur des cas ; à sa disparition... dans le pire. Et manifestement, les recruteurs ne se trompent jamais ou bien rarement
    ou pas longtemps étant eux-mêmes très certainement recrutés selon le même critère : ils n'ont pas le droit à l'erreur dans leur nomination de celle ou de celui qui devra mener une barque médiatique qui ressemble étrangement à un bateau fantôme à la dérive, ersatz d’équipage qui n’a qu’une seule mission : la protection d'intérêts vitaux et partisans contre le bien commun ou l'intérêt général ; intérêts qui ne souffriront aucune mise en danger.

    Et l'unanimité contre Dieudonné ne peut s'expliquer autrement : l'absence de voix dissonantes laissent entrevoir un abîme de courage... un tombeau éthique, là où prospère non seulement l'indigence intellectuelle mais... la lâcheté aussi ; une lâcheté et une incompétence coupables de lèse-société.


                    Rappelons ceci : les propos tenus par Patrick Cohen, animateur de la matinale et du Journal de 8h de France Inter - propos qui n'ont fait l'objet d'aucune réprobation ni sanction -, et qui a reconnu, tout en la soutenant sans sourciller, l’existence d’une liste noire destinée à exclure du champ médiatique des voix dissidentes qu’il n’aura pas hésité à qualifier de « malades mentaux »... ses propos donc sont sans aucun doute bien plus dangereux pour la liberté et la démocratie que la réponse de Dieudonné à l’endroit de ce même
    Patrick Cohen qui a  pris pour cible notre humoriste (2) tout en l'incluant parmi les « malades mentaux » à bannir des médias et de la société... par voie de conséquence...

    Affadissement, déliquescence et terreur...

    Alors que des voyous tabassent le réel à coups de pied et de matraque, longtemps, on se souviendra du fait qu’il n’y ait eu personne, pas une seule voix, qui ait été autorisée à nous rappeler cette vérité immuable : la liberté et une véritable démocratie n’ont jamais fait le lit des dictatures, du racisme et de l’antisémitisme ; en revanche, les petits chefs auto-proclamés censeurs et médecins politique de l’âme… journalistes ou pas, appuyés par une classe politique complaisante et cynique… oui ! Mille fois oui !

    Pour preuve aujourd'hui : les régimes et les politiques qu'ils soutiennent ou ceux devant lesquels ils se couchent pour un rafale, un char ou un canon à vendre, la boucle bouclée avec les patrons de presse : banque et armement.

     

     

    1 - Un tel acharnement de Valls contre Dieudonné... une telle énergie dépensée... il doit bien y avoir au bout une sacrée carotte : la validation de sa candidature à la présidentielle de 2017, une fois Hollande au fond du trou ?

    2 - D'autant plus qu'au cours de ce repas télévisé de l'émission "C à vous", Patrick Cohen ne s'adresse pas à Taddéï en tant que journaliste (de journaliste à journaliste donc) mais bel et bien en tant que Juif sioniste lorsqu'il évoque des "malades mentaux".

    Toutes les cibles de ce salarié de France Inter ont en commun le fait d'être très critiques vis à vis de la politique d'Israël et du soutien de la France à cette politique. Et ce n'est pas un hasard, bien évidemment.

    Car, si les opinions de Patrick Cohen étaient celles d'un journaliste, jamais il ne se serait aventuré à insulter qui un Dieudonné, qui un Tariq Ramadan !

    Voilà où mène un communautarisme protubérant : à une catastrophe à la fois intellectuelle, éthique et morale.

    Journaliste et salarié du service public, dans ses commentaires, Taddéï a le mérite de s’en tenir à son métier même si depuis des années, lui aussi a fait sienne la liste noire des médias mentionnée par Patrick Cohen.

    Blessé par les propos de Patrick Cohen, Dieudonné s'est simplement contenté de lui répondre tout en gardant à l'esprit l'identité affichée par un détracteur aux propos insultants et diffamatoires.

    Et comme un fait exprès, Dieudonné est aujourd'hui dans l'obligation de hurler s'il veut se faire entendre, n'ayant accès à aucun des médias qui le diffament ; en effet, aucun droit de réponse ne lui est accordé là où la diffamation sévit ; d'où le sens que l'on doit donner à la remarque de Dieudonné en réponse aux attaques d’un Patrick Cohen ; car, enfin, qui s'en serait soucié si Dieudonné s'était contenté à propos de ce salarié de France Inter d'une saillie drolatique le temps d’un spectacle d’une heure trente ?

    Personne.

     ________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : un journalisme de toutes les intelligences

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Dieudonné interdit de représentation : quand la classe politique, l'Etat et les médias sont nus

    Nantes, Bordeaux, Tour, Limoges, Metz, Nancy, Caen…

     

              On ne compte plus les maires qui clament haut et fort leur intention d’interdire la venue du spectacle de l’humoriste Dieudonné dans leur ville.

    Injonction, oukase, édit ou fatwa - c'est au choix -, suite à la circulaire de Manuel Valls (1), (doux euphémisme) les arrêtés municipaux et préfectoraux se succèdent ; des salles annulent les représentations du satiriste Dieudonné et de son spectacle « Le mur »...

    Telle une réaction en chaîne, réaction au quart de tour, les annulations vont bon train ; et gare à aux maires et préfets qui, tête en l’air, oublieraient de suivre la ligne du « Parti de la lutte contre le fascisme, le racisme et l’antisémitisme » ! Sans oublier ceux qui refuseraient, un rien taquins, ou bien franchement rebelles car lucides et incrédules, de participer à ce lynchage sans précédent d’un artiste ; et pas n’importe lequel : le plus grand satiriste de langue française depuis Molière.

    Même le maire de Trifouilly-les-oies, commune de 750 habitants, qui ne souhaite manifestement pas être en reste, a tenu à faire savoir auprès de l’AFP que la salle des fêtes de sa commune ne saurait en aucun cas servir de « base de repli » au spectacle d’un Dieudonné en cavale, si d’aventure il lui venait à l’idée d’y chercher refuge.

     

                  Belle unanimité ! Unanimité à vous tirer les larmes aux yeux ! La Nation enfin réconciliée avec elle-même ! Beaucoup d'émotion donc.

    Péril en la demeure : mobilisation générale qui vaut acceptation d’un Etat d’urgence d’exception ! C’est toute la classe politique et toute la France avec elle qui se lèvent contre le fasciste, le raciste et l'antisémite ; une France en armes, à coup d’arrêtés municipaux et préfectoraux... maires de nos villes et préfets de nos départements drapés d’une circulaire tricolore, écharpe en bandoulière pour une chasse à l’homme sans précédent, meute médiatique en renfort,  présentateurs et animateurs télés et radios rabatteurs…

    Mais... une France qui, dans les faits, se résume à ce qu'on appelle l’Establishment... politique et médiatique ! Ce qui ne surprendra personne ; cette France-là qui prospère depuis de trente ans sans nous et loin de nous, ne gouverne plus ; elle se contente de reverser des dividendes à ceux qui ont investi sur leur avenir à eux tous et qui leur ont permis d’occuper des places lucratives comme jamais auparavant.

     

    Montand-Yves-Theme-Du-Film-L-aveu-Yves-Montand-Costa-Gavras-45-Tours-332519599_ML.jpg
     
     
     
     

                  Aussi, que l'on ne s'y trompe pas : les aboiements et le vacarme de ceux qui battent la campagne ne nous feront pas oublier le silence assourdissant de milliers d’artistes et de quelques centaines d’intellectuels !
     
    Qui ne dit mot consent. Certes ! Mais… s’agit-il vraiment d’un consentement ?
     
    Intimidés, craintifs, la peur au ventre, terrifiés par une campagne de désinformation sans précédent à l’encontre d’un personnage public (même le Pen père n’aura jamais eu à faire face à une telle offensive), tous ces artistes et intellectuels n'auraient-ils pas plutôt fait le choix de protéger, qui, une carrière universitaire, qui un avenir professionnel dans l’industrie du spectacle, qui une subvention du ministère de la culture (son ministre Aurélie Filippetti envisage de ne pas s’opposer à la fermeture du théâtre parisien de Dieudonné) en lieu et place de la dénonciation d’une véritable cabale qui, pour un peu, ferait passer le maccarthysme pour un jeu de société un peu pervers certes, mais bon enfant, et les procès de Moscou pour des joutes oratoires dignes de l’agora grecque ?

    Et à propos de ce lynchage d'un métis né d'une mère bretonne et d'un père camerounais dont le seul délit (et crime !?) aura été de mettre en scène en 2003 un colon juif religieux extrémiste (excusez ce pléonasme !) après avoir précédemment dénoncé, sans essuyer la moindre contestation - c'est à noter ! -, l’intolérance et l’instrumentalisation des religions et des communautarismes catholique et musulman... 
     
    Qui, parmi tous ces artistes et ces intellectuels, proposera de lancer un appel à la résistance et au soutien de Dieudonné, ce Voltaire des temps modernes ? Appel dont la teneur nous rapprocherait d’une date historique, un certain 18 juin – souvenez-vous ! Heures glorieuses d’un pays qui savait alors contrer avec la plus grande fermeté toute tentative de coup d’Etat d’une caste vorace, fourbe et intolérante et qui, depuis plus de trente ans, sert une organisation de l’existence qui n’a plus aucun souci de la liberté (d’information), de l’égalité (des chances), de la fraternité (intercommunautaire) et de la justice pour tous, et en premier lieu : pour les plus faibles et les plus démunis d’entre nous.  
     
    Caste qui, si elle a pu un jour se ranger du côté de l'honneur et du courage, a eu tôt fait de s'empresser d'aller "casser", une fois leur devoir accompli, de l'Indochinois, de l'Algérien, de l'Africain et du Palestinien.
     
    Mais... n'est-on pas toujours mieux servi par soi-même, et doublement, lorsqu'il est question de se servir  et de veiller à ses propres intérêts comme on veille son or de peur qu’il ne s’envole… car le sommeil favorise tous les cauchemars ?
     
     
     

    La France des droits de l'homme et de la liberté... la France maintenant éternelle ? Après Hugo, Zola, Jaurès, Mendès France et de Gaulle… la relève : Arno Klarsfeld (Non ! On ne se moque pas !)

               

                   Qu’il soit permis ici d’affirmer ce qui suit : si un seul danger nous guette aujourd’hui, c’est bien cette unanimité contre Dieudonné… unanimité qui ne connaît, de tout temps, qu’une musique : le bruit des bottes, le brouhaha assourdissant des chars, et l’éclair des baïonnettes dressés à la verticale d’un "Soleil trompeur" et contre lequel tous les don Quichotte de la liberté et de la justice iront se brûler les ailes si d’aventure, il leur vient à l’idée de chercher une sortie honorable contre ce qui ressemble fort à un coup d’Etat d’une frange médiatico-politique qui, après être montée maintes fois «au braquo », est parvenue, après trente ans d’effort et de laisser-faire, à imposer une telle unanimité, aujourd'hui, contre Dieudonné et son public : hold-up et nettoyage politique, médiatique et culturel sans précédent.

    C’est Icare qui sombre une nouvelle fois. Changement de lieu et de décor : la mer Egée a cédé la place à une mer gelée dont la surface est balayée par un vent glacial : celui qui annonce une nouvelle ère qui ne nous laissera qu’un seul lieu pour tout refuge : les latrines pour y vomir tout notre dégoût avant de nous décider à prendre le maquis.
     
     
     

     

    ***

     

                     Des médias aux ordres ont sciemment coupé les ponts, tué la communication, l’échange, voilà trente ans déjà, en tarissant toute relation aussi lacunaire soit-elle avec des pans entiers de la population de ce pays afin de contrôler toute contestation d'un projet tant national qu'européen et mondial aux conséquences économiques, sociales et politiques dévastatrices qui ne recueille l'adhésion d'aucune majorité digne de ce nom en Europe et au-delà.


    Certes ! Nous ne sommes pas dupes : le bannissement depuis 10 ans de Dieudonné a pour but, à la fois de réduire au silence un opposant mais aussi, et surtout, de le radicaliser (le forcer à hurler - métaphoriquement) et de le pousser à la faute afin de le marginaliser définitivement aux yeux d'un public somnolent car éreinté après une journée épuisante - et cette audience-là est bel et bien aujourd'hui l'unique cible des médias de masse ; public qui n'a, malheureusement, ni les facultés ni le temps de déjouer les intrigues de médias qui ne se reconnaissent plus qu'une seule obligation : complaire à leurs employeurs (actionnaires, annonceurs publicitaires et l’Etat) : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte ; médias qui, dans les faits, ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune qui devra marcher droit : dans le cas contraire, toutes les représailles seront à craindre : ici chômage, menaces physiques ; ailleurs les bombes.

    Et c’est bien sur ce quoi repose tout le discrédit des médias depuis trente ans : la certitude que si d'aventure tous les salariés et les intervenants de ces médias étaient capables de penser autrement, à aucun moment ils ne seraient en position de nous le faire savoir ( pour ne rien dire de ceux qui s'autoriserait à le faire) car force est de constater que le recrutement de ces femmes et de ces hommes a pour premier critère non pas ce dont ils sont capables mais bien plutôt ce dont ils sont  bien incapables : oser penser la complexité du réel en y intégrant le poids de toutes les forces qui oeuvrent à sa mésinterprétation dans le meilleur des cas ; à sa disparition... dans le pire. Et manifestement, les recruteurs ne se trompent jamais ou bien rarement ou pas longtemps, étant eux-mêmes très certainement recrutés selon le même critère : ils n'ont pas le droit de se tromper dans leur nomination de celle ou de celui qui devra mener la barque de ce qui ressemble étrangement à un bateau fantôme - équipage ersatz - à la dérive d'une seule préoccupation : la protection d'intérêts vitaux et partisans contre le bien commun ou l'intérêt général ; intérêts qui ne souffriront aucune mise en danger.

    Et l'unanimité contre Dieudonné ne peut s'expliquer autrement ; l'absence de voix dissonantes laissent entrevoir un abîme de courage... un tombeau éthique, là où prospère non seulement l'indigence intellectuelle mais... la lâcheté aussi ; une lâcheté et une incompétence coupables de lèse-société.

     

                   Rappelons ceci : les propos tenus par Patrick Cohen, animateur de la matinale et du Journal de 8h de France Inter - propos qui n'ont fait l'objet d'aucune réprobation ni sanction -, et qui a reconnu, tout en la soutenant sans sourciller, l’existence d’une liste noire destinée à exclure du champ médiatique des voix dissidentes qu’il n’aura pas hésité à qualifier de « malades mentaux »... ses propos donc sont sans aucun doute bien plus dangereux pour la liberté et la démocratie que la réponse de Dieudonné à l’endroit de ce même Patrick Cohen qui a  pris pour cible notre humoriste (2) tout en l'incluant parmi les « malades mentaux » à bannir des médias et de la société... par voie de conséquence...

     

                    Et longtemps, on se souviendra du fait qu’il n’y ait eu personne, pas une seule voix, qui ait été autorisée à nous rappeler cette vérité immuable : la liberté et une véritable démocratie qui protègent seules la vérité, n’ont jamais fait le lit des dictatures, du racisme et de l’antisémitisme ; en revanche, les petits chefs auto-proclamés censeurs et médecins politique de l’âme… journalistes ou pas, appuyés par une classe politique complaisante et cynique… oui ! Mille fois oui !

    Pour preuve aujourd'hui : les régimes et les politiques qu'ils soutiennent ou devant lesquels ils se couchent pour un rafale, un char ou un canon à vendre.

     

     

     

    1 - Un tel acharnement de Valls contre Dieudonné... une telle énergie dépensée... il doit bien y avoir au bout une sacrée carotte : la validation de sa candidature à la présidentielle de 2017, une fois Hollande au fond du trou ?

     

    2 - D'autant plus qu'au cours de ce repas télévisé de l'émission "C à vous", Patrick Cohen ne s'adresse pas à Taddéï en tant que journaliste (de journaliste à journaliste donc) mais bel et bien en tant que Juif sioniste lorsqu'il évoque des "malades mentaux".


    Toutes les cibles de Cohen ont en commun le fait d'être très critiques vis à vis de la politique d'Israël et du soutien de la France à cette politique. Et ce n'est pas un hasard, bien évidemment.

    Blessé, Dieudonné s'est simplement contenté de lui répondre tout en gardant à l'esprit l'identité affichée par son détracteur diffamatoire.

    Si les opinions de Patrick Cohen étaient celles d'un journaliste, jamais il ne se serait aventuré à insulter qui un Dieudonné, qui un Tariq Ramadan...

    Voilà où mène un communautarisme protubérant : à une catastrophe à la fois intellectuelle, éthique et morale.

    Journaliste et salarié du service public, Taddéï a le mérite du courage : il s'en tient au métier qui est le sien.

     

     ________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le phénomène Dieudonné

     

     

    Lien permanent Catégories : Dieudonné : le phénomène, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 2 commentaires
  • Quenelle : instrumentalisation, détournement et délire

     

                  ... à l'heure où la France est au 39e rang dans le classement mondial de la liberté de la presse en 2014 : 25 condamnations pour violation de la liberté d'expression... la France au 3e rang des condamnations loin devant la Russie à la Cour Européenne des droits de l'homme.

     

     

     

                 Ne sont-ils pas exemplaires et admirables tous ces médias dans leur condamnation unanime de "la quenelle" ? Au moins savent-ils ce qu'il faut craindre aujourd'hui. Or, l'idée de la quenelle, c'est précisément… de ne plus craindre quoi que ce soit ni qui que ce soit. 

     

    ***

     

     

                 Pour rappel : la quenelle est un geste subversif que l’on peut assimiler au doigt d’honneur contre l’ordre établi et une pensée unique qui se déploie autour d’un projet mondial qui ne souffrira aucune contestation : ici… la menace du chômage (d'où l'unanimité de médias et de leurs salariés précaires ou richissimes contre cette quenelle), ailleurs… celle des bombes contre quiconque s’y oppose : individus, peuples et Etats...

     

    - Dévastation des nations, des cultures, des coutumes, des usages et du contrat social et autres compromis au nom d'un mondialisme pour laquelle les êtres humains ne sont que des ventres à remplir (ou des Peuples à affamer, c’est selon... leur niveau de soumission ou de résistance !), et du temps de cerveau disponible à distraire jusqu'à l'abrutissement...

    - Diabolisation de tout individu qui refuse d'adhérer à l’univers conceptuel de ce mondialisme ; individu dissident qui se verra alors qualifier, au choix, de... fasciste, raciste, antisémite, complotiste paranoïaque, nationaliste, populiste, homophobe, démagogue anti-européen et anti-américain...

    - Instrumentalisation de la culture arabo-musulmane en générale et de l'Islam en particulier (foulard et pratiques religieuses) aux fins de condamner des quartiers entiers à une marginalisation irréversible, ici en France et en Europe.

    - Hégémonie d’une alliance américano-israélo-saoudienne (La Grande Bretagne et la France comme supplétifs) qui a pour seul programme : la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, sans oublier "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent...

    - Tentative de marginalisation de la Russie ; politique qui consiste à faire le choix de soutenir le dissident milliardaire Khodorkovski aujourd'hui résident en Suisse contre le lanceur d'alerte (héros ?) Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou, auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...

    - Chantage à l’antisémitisme et bannissement contre quiconque critique publiquement la politique d’Israël ; un Etat qui n'a rien à offrir au monde et qui n'a aujourd'hui plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid et dont la politique jouit ici en France du soutien et de la complicité de l’Etat français au plus haut niveau - une alliance qui nous salit davantage chaque jour -, avec en prime l’exploitation du génocide juif à des fins économique, politique et géostratégique...

    - Conditionnement des esprits à une nouvelle guerre froide dans un face à face USA-Chine pour le plus grand profit du complexe militaro-industriel occidental...

    - Construction d’une Europe-instrument d’un mondialisme sans honneur ni justice qui n’est dans les faits qu’une guerre contre l'Etat providence, les Etats nations, les salariés et les acquis sociaux...

    - Mise en concurrence de tous les salariés à une échelle tant locale qu’européenne et mondiale...

    - Mise à mort subreptice, ici en Europe, de la liberté d’expression et de la démocratie, à grand renfort d’instances tutélaires sans légitimité démocratique (fonds, banques, commissions, organisations) ainsi que de technologies de la surveillance et du contrôle de millions de citoyens.

    - Neutralisation de tout esprit critique en faisant peser sur ceux qui n'ont pas renoncé, le discrédit du ressentiment, de la jalousie, et pire encore : de l'envie.

    - Passivité de tous les médias dominants, et ce sans exception : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte au sein desquels s’exerce sans vergogne un chantage au chômage contre quiconque s’opposerait à une telle soumission ; médias qui ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune.

     

    ***

     

                  Qu'il soit permis ici de rappeler que des médias aux ordres ont sciemment coupé les ponts, tué la communication, l’échange, voilà trente ans déjà, en tarissant toute relation aussi lacunaire soit-elle avec des pans entiers de la population de ce pays afin de contrôler toute contestation d'un projet tant national qu'européen et mondial aux conséquences économiques, sociales et politiques dévastatrices qui ne recueille l'adhésion d'aucune majorité digne de ce nom en Europe et au-delà.

    Certes ! Nous ne sommes pas dupes : le bannissement depuis 10 ans de Dieudonné a pour but, à la fois de réduire au silence un opposant mais aussi, et surtout, de le radicaliser (le forcer à hurler - métaphoriquement) et de le pousser à la faute afin de le marginaliser définitivement auprès d'une audience aujourd'hui somnolente - audience radio-télé -, éreintée après une journée épuisante ; car, ce public-là est bel et bien aujourd'hui l'unique cible des médias de masse ; public qui n'a, malheureusement, plus le temps de déjouer les intrigues de médias qui ne se reconnaissent qu'une seule obligation : complaire à leurs employeurs ; d'où cette unanimité contre un Dieudonné contraint de hurler s'il veut se faire entendre, (en commettant ce fameux faux-pas tant recherché par ses détracteurs impitoyablement fourbes) n'ayant accès à aucun des médias qui le diffament ; en effet, aucun droit de réponse ne lui est accordé là où la diffamation sévit ; d'où le sens que l'on doit donner à la remarque de Dieudonné en réponse aux attaques d’un Patrick Cohen ; car, enfin, qui s'en serait soucié si Dieudonné s'était contenté à propos de ce salarié de France Inter d'une saillie drolatique le temps d’un spectacle d’une heure trente ? Personne.

    Réponse du berger à la bergère, après les insultes de Patrick Cohen et son coming out à propos d'une liste noire des médias... lesquels cherchent depuis dix ans à « tuer » professionnellement et socialement Dieudonné, on se doit toutefois de relativiser leurs succès à tous auprès des juges et des tribunaux qui condamnent l’humoriste depuis que les acteurs de ces médias (dits "journalistes" !?) ne jouissent plus d'aucun crédit auprès de la population ; et c’est sans doute là tout ce qui importe. Un Patrick Cohen payé pour recevoir la famille Le Pen ; et il la reçoit ! Tout comme il recevra Dieudonné si demain on le lui conseille très fortement. Car si cet animateur radio et télé qui a, comme beaucoup d'autres, la fâcheuse habitude de vouloir péter plus haut que sa morale et que son éthique (Patrick Cohen reçoit des ministres condamnés, y compris pour racisme), pouvait être au métier de journaliste ce que Dieudonné est à son Art, Prix Pulitzer en poche, nul doute que personne n’irait lui chercher des poux ! Même si Dieudonné n'a pas son pareil quand il s’agit de nous dévoiler le parti pris inavouable de ceux qui veulent l’abattre. Et c’est aussi là une des nombreuses qualités qui expliquent son succès : en effet, il y a une dizaine d’années encore, personne n’aurait pu soupçonner de tels parti pris et de tels agissements d’individus qui n’ont ni l’autorité ni la légitimité intellectuelles et morales pour agir de la sorte.

    Qu'à cela ne tienne ! Qui se souviendra de ce Patrick Cohen et de tous les autres qui ne représentent plus que ceux qui paient leurs salaires (actionnaires, Etat et annonceurs publicitaires), un garçon de courses des médias chassant l'autre, année après année ?

    Certes... on pourra néanmoins déplorer les dégâts sur les esprits et les consciences ! Mais... Internet n'est-il pas là pour réparer tous ces dégâts ? C'est déjà une consolation.  

     

               Et si Dieudonné était leur psyché à tous ? La psyché... cet ensemble de phénomènes psychiques qui constitue non pas leur individualité à tous indépendamment de tous les autres, mais bien plutôt tout ce à quoi ils sont soumis, tout ce à quoi il leur est demandé de souscrire. Aussi, chacune des paroles de notre humoriste, chacun de ses sketchs, chaque spectacle de Dieudonné leur apporte non pas tant la contradiction qu'une honte ingérable ; d'où la gêne des uns, la colère des autres, et la haine pour les plus affectés d'entre eux par cette entreprise de désindividuation dans laquelle tous se sont laissé entraîner comme on vend son âme au diable ; un diable au sourire angélique, car c'est là le prix à payer pour quiconque souhaite prospérer - donneurs d'ordres, exécutants et supplétifs confondus... tous au service d'un impératif qui frôle à terme l'anéantissement psychique -, par le truchement et pour le plus grand profit d'une solidarité ethnique, professionnelle ou de classe (c'est au choix ! et tous les choix sont possibles à la fois) aux intérêts bien compris et jalousement préservés. Véritable poison qui condamne une société à d'incessants conflits tantôt larvés, tantôt ouverts que cette démission de l'être... étant !

     

    ***

     

                 Ressentiment et guerre d'usure, pourrissement et instrumentalisation politique... à l’heure où Dieudonné dépose plainte en diffamation contre X - plainte qui concerne des propos du président de la Licra Alain Jakubowicz et Roger Cukierman président du CRIF, tous deux feignant d'associer la quenelle "au salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah", alors qu'il est question d'un signe de ralliement contre un monde unipolaire issu d'une pensée unique d'une violence politique, sociale et culturelle sans précédent -, six jeunes de 18 à 22 ans ont été mis en examen à Lyon pour leur implication dans deux expéditions punitives contre des personnes qu'ils accusent d'avoir fait le salut de "la quenelle" sur Internet. Les six garçons ont été déférés au parquet, dans le cadre d'une instruction pour "violences en réunion, participation à un attroupement armé et infraction à la législation sur les armes". Leur mise en examen a été assortie par le juge d'un contrôle judiciaire, avec interdiction de rentrer en contact avec leurs victimes et de détenir une arme.

    Difficile de ne pas voir là les conséquences d’une diabolisation de la « quenelle » à des fins purement politiques : tenter de contenir les élans de solidarité qui se portent sur la personne de Dieudonné, humoriste banni et persécuté par tous les médias dominants, la classe politique et deux Présidents d’associations qui n’hésitent même plus, semaine après semaine, à prendre en otage leur propre communauté, en véritables agents provocateurs, dans une tentative de la fragiliser en la radicalisant, prétexte d'une prochaine tentative d'interdiction des spectacles de Dieudonné pour « trouble à l’ordre public » : un Manuel Valls envisage déjà d'adresser des instructions dans ce sens aux préfets à l’occasion de chacune de ses représentations. Ce ministre serait venu attiser le feu et souffler sur les braises qu'il ne s'y serait pas pris autrement : c'est l’étau qui se resserre autour de Dieudonné ; notre vigilance est donc plus que nécessaire.

    Quant à celles et ceux qui ont la prétention de prendre en charge et de gérer le cas Dieudonné, ici et ailleurs sur Internet, chroniqueurs, modérateurs et animateurs de forum… avec quelle liberté, quel bagage, quelle formation, quelle culture, quelle indépendance d’esprit, quel courage, quel recul, quels précédents… compte-t-il s’armer avant de décider de ce qui nous sera donné à lire ou pas ? Car, si le débat est piégé, il l’est surtout pour les médias aux ordres et leurs salariés.

     

                  Et puis enfin... et puis surtout, que l’on nous montre un honnête homme, un seul, ou qu’il se fasse connaître dans les meilleurs délais, qui ne soit ni un politique aux arrières pensées inavouables ni juge et partie, ni un pleutre, ni un imbécile ou bien une gourde, un honnête homme donc qui soit d’avis qu’il n’y a rien à sauver chez Dieudonné… car on l’attend encore Et c'est bien là que tout soutien à Dieudonné trouve son sens.  

     

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le phénomène Dieudonné

    Lien permanent Catégories : Dieudonné : le phénomène, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Quand Schneidermann fait la leçon à P. Cohen


            La liste de Patrick Cohen ( "journaliste"- animateur à la matinale de France Inter)


                Par DANIEL SCHNEIDERMANN - Libération le 17 mars 2013 - extrait :


    "Eh bien, c’est dit. Il existe une liste noire d’invités sur France Inter. C’est l’animateur de la Matinale, Patrick Cohen, qui a benoîtement mangé le morceau. Cela se passe au micro de l’émission C’est à vous (France 5). Chroniqueur de cette émission, Patrick Cohen reçoit son collègue Frédéric Taddéï, animateur de Ce soir ou jamais, qui vient d’être transférée de France 3 à France 2. Et Cohen ne va pas le rater, Taddéï. A présent qu’il est passé sur France 2, chaîne amiral, Taddéï continuera-t-il d’inviter les maudits, comme il le faisait à l’abri de la (relative) confidentialité de France 3 ? «Vous invitez des gens que l’on n’entend pas ailleurs, mais aussi des gens que les autres médias n’ont pas forcément envie d’entendre, que vous êtes le seul à inviter.» Et Cohen cite quatre noms : Tariq Ramadan, Dieudonné, Alain Soral et Marc-Edouard Nabe.

     

    Un théologien, un humoriste, un publiciste inclassable, un écrivain : voici la liste des proscrits, des interdits, des bannis, dressée pour la première fois, tranquillement, sur un plateau de télé convivial et sympathique (...)

     

    Même si la liste Cohen mélange tout, quoi de commun entre les quatre : les quatre proscrits, sous une forme ou une autre, ont dit des choses désagréables sur les juifs, Israël, ou le sionisme.

     

    Qu’on s’entende bien : c’est parfaitement le droit de Cohen, de ne pas inviter Ramadan, Soral, Nabe ou Dieudonné. Aucun cahier des charges du service public ne l’oblige à le faire. On a le droit d’estimer que Dieudonné n’est pas drôle, ou que Nabe n’est pas un grand écrivain. Cohen serait parfaitement fondé à dire «j’estime qu’il existe des théologiens plus pertinents, des humoristes plus drôles». Manchettes, sujets, invités : être journaliste, c’est choisir, trier, hiérarchiser. Mais aucune raison d’en faire une question de principe, et de proclamer que même la baïonnette dans les reins, on n’invitera pas Bidule. En reprochant à Taddéï d’inviter les proscrits, Cohen dit en fait «ce n’est pas parce que je ne les juge pas intéressants, que je leur barre l’accès au micro de France Inter. C’est parce qu’ils ont contrevenu à un dogme».


                  Se priver d’invités intéressants parce qu’on n’est pas d’accord avec eux est, pour un journaliste payé par le contribuable, une faute professionnelle. Et non seulement c’est indéfendable, mais c’est contre-productif. Aujourd’hui, les dissidents n’ont plus besoin de Cohen et de ses homologues, pour trouver un écho sur Internet. Avant, il était possible de décider qui étaient les «cerveaux malades», et de les condamner pour crime de pensée, comme dans 1984. Mais aujourd’hui, pour un animateur en vue, déclarer qu’il n’invitera pas Bidule, c’est hisser Bidule sur le piédestal de victime de la censure. Le pré carré audiovisuel, s’il veut rester un lieu crédible de débat d’idées, n’a donc plus d’autre choix que de s’ouvrir aux paroles jadis bannies, quitte à leur opposer une contradiction vigoureuse et argumentée, ou à les prendre à leur propre piège de la dialectique. Et de s’en donner les moyens."


               Une précision quand même : Schneidermann n'a pas reçu (et n'a sans doute jamais reçu...) Dieudonné, Soral ou Nabe ces dix dernières années... depuis ce fameux soir de l'année 2003 sur France 3 !

     

    Ah ces tartuffes alors !


    _______________________________



    Clash entre Patrick Cohen et Frédéric Taddeï... par puremedias


     

    Cohen pousse, et pousse encore... Taddeï va-t-il basculer, céder et se soumettre ?

     

                Si, dans l'avenir, des "Patrick Cohen" sont seuls autorisés à ouvrir leur gueule alors que des artistes de la trempe d'un Dieudonné sont bâillonnés, qu'il soit dit ici que ce jour-là on prendra les armes.

     

    ______________________

     

    Publication de la chronique de Schneidermann dans son intégralité... ici : http://www.liberation.fr/medias/2013/03/17/la-liste-de-patrick-cohen_889214

     

                  Commentaire sur le commentaire de Cohen suite à la chronique de Schneidermann, ici : http://www.liberation.fr/medias/2013/03/18/patrick-cohen-juge-hallucinantes-les-critiques-de-daniel-schneidermann_889450

     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu