Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

immigration - Page 2

  • Naufrage en méditerranée : dix jours se sont écoulés

     

     

                   Billet rédigé pour contrer les arguments et autres commentaires de blogueurs aussi ignorants que racistes et d’une presse jean-foutre ; une presse de porcs pour des porcs.

     

    ______________________

     

               Une semaine s’est écoulée depuis la plus grave tragédie en mer Méditerranée : le naufrage d’un chalutier qui a fait quelque 725 morts, après la disparition de 450 autres migrants la semaine précédente.

    Alors que L'ONU accuse l'UE de transformer la Méditerranée en «vaste cimetière», l’hécatombe a contraint les Européens à réagir.

    Au terme d’une réunion convoquée en urgence par l’U.E,  quelques moyens supplémentaires ont été dégagés ; un budget qui avait été divisé par trois en 2014, a été rétabli, soit 9 millions d’euros par mois ; une broutille pour les 27 membres de l’U.E.

    En dehors de l’Italie, de l’île de Malte et de l’Espagne, aucun pays ne s’est engagé à prendre en charge les migrants qui risquent leur vie en Méditerranée, alors que chaque jour, entre 500 et 1 000 personnes sont récupérées par les garde-côtes italiens ou des navires marchands. Plus de 11 000 l’ont été en une seule semaine. Originaires essentiellement d’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient, en particulier de Syrie, ces migrants s’efforcent de gagner l’Europe en traversant la Méditerranée sur des radeaux de fortune.

    La Libye, un pays sans Etat, sans armée, sans police, aujourd’hui détruit par l’intervention franco-américaine contre Kadhafi , est la plaque tournante des passeurs ; 90% des embarcations quittent un port libyen.

    Pendant leur périple, les passeurs forcent les candidats à l'exil à changer au moins trois fois d'embarcation - femmes, enfant, bébés... -, d’où les risques de naufrage car les bateaux sont surchargés. Des voyages toujours très périlleux pour les candidats à l'exil et leur famille ; boat-people... voyages aux naufrages meurtriers : en 2014, 3.000 migrants ont perdu la vie entre les côtes libyennes et la Sicile.

    Des années 90 à aujourd'hui,  20.000 personnes auraient péri avant même de toucher les côtes européennes.

    Le nombre d’arrivées s'est élevé à 130.000 en 2014, contre 40 .000 en moyenne, chaque année, depuis l’an 2000.

    Grillages, barbelés, des militaires qui montent la garde, la plupart des migrants attendent depuis des mois que leur demande d’asile soit examinée.

     

    ***

     

                    Ne soyons pas dupes pour autant ! Avec cet exode, avec ces morts et ces réfugiés sans avenir, c’est toute l’Afrique qui vient nous rappeler des politiques économiques iniques qui affament celui qui cultive la terre, assoiffent celui qui apporte l'eau et réduisent à la misère celui qui voit passer entre ses mains des matières non seulement premières mais précieuses ; des politiques criminelles telles que la destruction de la Libye ; des politiques d’instrumentalisation des antagonismes qui plongent des régions entières dans le chaos ; vente d’armes, corruption passive et active pour le plus grand profit des multinationales et des Etats à leur merci.

     

                   Et c’est alors que chaque zone de conflit, une fois sécurisée à la périphérie – la Capitale et les régions riches en ressources, le reste du territoire étant livré au chaos -, se voit dotée d’une base militaire (US massivement ; et la France dans les marges… le Mali dernièrement).

     

                       Vous voulez donc savoir où en est l'Afrique et les politiques de domination, de vol et de spoliation des multinationales à son endroit ? Allez donc à Lampedusa et en Sicile, à Mineo, faire un stage en géopolitique et en économie dite mondialisée et interdépendante !

                       La presse, les journalistes, la classe politique, les commentaires d'internautes ne cessent d'assener ouvertement ou bien à grand renfort de litotes : "On ne peut pas accueillir toutes la misère du monde !"

    La misère ? Mais... qu'est-ce que cette misère ? De quelle misère s'agit-il ?  Parlez-nous de cette misère africaine et mondiale alors !

    Si l’on prend en considération notre mode de développement et de croissance qui repose bel et bien sur le pillage des ressources, la guerre pour le contrôle de ces ressources et leur acheminement en bon ordre, la corruption pour s'assurer de la bienveillance des dirigeants des régions convoitées et l'asservissement du plus grand nombre, ici comme là-bas, il sera aisé pour tout un chacun de faire un lien avec les événements de ces dernières semaines en méditerranée.

    Les autres, les plus nombreux, à la fois jean-foutre et de loin, de très loin concernés, dans une compassion conditionnelle et intermittente qui n’est le plus souvent qu’un miroir – je compatis avec celui qui me ressemble, ou bien celui qui se soumet à l’idée que je me fais d’un être humain « civilisé », et encore, avec celui dont je contrôle peu pou prou l’existence par procuration, par le truchement d’un mode d’organisation de l’existence dont je suis le principal bénéficiaire sur le dos de ce dernier -, ces autres-là donc se contenteront des analyses des médias dominants qui les nourrissent en information comme on nourrit des porcs : consumérisme oblige !

    Médias dominants dont l’idéologie est celle de leurs propriétaires (armement, agro-alimentaire et industrie du luxe), sans oublier le volet politique de cette affaire : le racisme ou bien plutôt le racialisme : le Noir, l’Africain n’a pas vocation à être heureux puisqu’il ne connaît pas les raisons de son malheur : lui-même, lui et sa culture, lui et sa civilisation arriérée et la corruption de ses « élites ».

    A propos de cette corruption, la France est sur le point d’atteindre le dernier degré  ; les sommes volées, détournées, captées par la corruption sous l’œil complaisant, voire bienveillant du pouvoir politique et administratif jusqu’au niveau des procureurs, s’élèvent à 600 milliards d’euros, soit 1/3 du budget français.

    Les ventes d’armes représentent une partie importante de cette corruption ; le «Secret défense » invoqué à chaque fois qu’il est question de mener une enquête sur le versement de rétro-commissions n’a alors qu’un but : décourager quiconque de poursuivre les investigations.

     

                L’Afrique des indépendances formelles pour mieux assurer son aliénation culturelle, économique et politique… l’Afrique cet « arrière-monde d’un Occident repu », l’Afrique, puis la révolte d'un Africain, Malick Noël Seck, membre du front national de salut public, exaspéré par une francophonie qui n'est que le bras armé de la Françafrique et une élite africaine tout au service des multinationales françaises : des autoroutes là où des hôpitaux sont attendus... des poulets d'exportation qui inondent le marché local contre l'indépendance alimentaire d'un pays, d'un continent...

    Quant à cette aide qui permet de maintenir insidieusement une forme de domination occidentale qui perdure depuis l'époque coloniale.

    On pourra à loisir se promener dans les arnaques de cette aide au développement et de la dette ICI.

     

     ***

     

     

                   En tout état de cause, le pire serait que nous acceptions  l'indifférence des institutions de notre pays et de celles de l'Europe, de tous ses lieux de décisions, face aux centaines de noyés venus d'Afrique car, n'ayons aucune illusion : notre indifférence face à l'indigence des mesures qui seront prises  par l'Europe pour sauver nos frères et soeurs en humanité pourrait bel et bien à terme encourager ces mêmes institutions à faire preuve de la même indifférence à l'endroit de nous tous, et en premier, les humbles, les sans-grades et les plus fragiles, face aux prochaines catastrophes sociales et environnementales qui ne manqueront pas de nous frapper dans les décennies à venir : l'histoire nous apprend à ne jamais encourager un Etat à ne pas agir face à une catastrophe humaine même si celle-ci semble nous concerner qu'indirectement et de loin.

    Ce qui en jeu aujourd'hui, c'est notre capacité à ne pas se satisfaire du cynisme des Etats et des Institutions    internationales car, moins on humanise les problèmes, plus on court le risque d'une gestion inhumaine des catastrophes, jusqu'à une déshumanisation générale.

     

     

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Politique et actualité 0 commentaire
  • Autour des quartiers populaires : analyses et rebonds - 1

                    Pourquoi les quartiers populaires sont-ils impopulaires ? Une réponse du sociologue Saïd Bouamama

     

     

                    A la suite des révoltes de 2005, une rencontre avec Saïd Bouamama à l'occasion du tournage de "Ceci est notre quartier à 93°".

     

                    En 2005, un collectif a vu le jour sur le Blanc-Mesnil en vue d'analyser la flambée de violence de cette année-là. "Ceci est notre quartier à 93°" de Roland MOREAU a été réalisé avec le collectif des femmes du Blanc Mesnil -  Maison des Tilleuls

     
                    Extrait de Notre Monde, de Thomas Lacoste - 2013

                 Hourya Bentouhami est philosophe, ancienne élève de l'École Normale Supérieure de Lyon, agrégée et docteure en philosophie. Ses travaux portent sur la non-violence dans une perspective féministe et postcoloniale.

    Elle a participé à l'ouvrage collectif L'Autre campagne, 80 propositions à débattre d'urgence Ed. La Découverte, 2007.

     

     

     

                      "Garde à vue, garde à toi", documentaire de Roland Moreau.
    Les jeunes du Blanc-Mesnil ont réalisé en 2000 ce film sur les rapports entre les jeunes et la police, parti d'un état des lieux de la garde à vue - depuis les gardes à vue sont filmées, un avocat et un médecin sont présents dès la première heure.

    Retour du balancier, l'état d'urgence sous le gouvernement Valls a remis à nouveau en cause ces dispositions. La Constitution est convoquée ; il serait question de "constitutionnaliser" une grande partie des atteintes à la liberté et à la protection des individus.

                              A suivre.

     

                        Assemblée publique du Printemps des quartiers à Bagnolet en mars 2013 : les Présidentielles... Et le racisme ? Et les quartiers ? Et la Palestine ? Et la Françafrique ? Et les occupations militaires ? etc...

     

    ***

     

                2000, 2005, 2013... crise économique, mondialisme, des gouvernements aux ordres, mur de l'indifférence, surdité, ségrégation, discriminations... tous les problèmes demeurent.

     

    ____________

     

    Pour prolonger, cliquezSaïd Bouamama, sociologue

     

    Lien permanent Catégories : Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
  • Joris Hébrard à Pontet : FN, cantine et augmentation de salaire

    pontet fn hébrard.jpg

     

                            Regardez bien cet homme ... il s'agit de Joris Hébrard, maire FN d'une commune du Vaucluse : Pontet. Fraîchement élu, il a validé sans sourciller dans la soirée du mercredi 25 juin en conseil municipal la décision de supprimer la gratuité totale de la cantine pour les ménages les plus démunis : 65 enfants sont concernés. Les économies ainsi réalisées s'élève à 29 000 euros selon les dires de son directeur de cabinet :"Les petites rivières font les grands fleuves", ajoutera-t-il.

    Quant au maire de la commune, il s'en expliquera comme suit : "Nous agissons en gestionnaire soucieux des deniers publics." avant de regagner son véhicule : une grosse, une très gosse Mercedes.

     

              Ne cherchez pas plus loin : l'équipe municipale a très certainement identifié le fait que les enfants qui seront visés par cette mesure scélérate appartiennent à des familles  bénéficiaires de minima sociaux et puis aussi, et puis surtout... des familles issues de l'immigration africaine et maghrébine.

    Comme quoi, on ne se refait pas. Jamais !

     

                Qu'il soit permis de dire ceci : cette mesure aussi détestable  - et revancharde (2) - soit-elle, est sans doute un mal pour un bien car n'est-ce pas là le vrai programme du FN qui nous est révélé ? Et les électeurs devront assumer.

     

    ***

     

                Une dernière information. Oh ! Un détail, trois fois rien ! Joris Hébrard s'est octroyé une augmentation de salaire de 44% [en mai], soit 1 000 euros, qui aurait permis de financer 500 repas par mois.

     

    __________________

     

    1 - Commune du Vaucluse de 16700 habitants ; Hébrard a été élu avec 42.62% des suffrages aux dernières élections municipales : taux de participation de 64%,  l'UMP "équipe municipale sortante" le talonnera avec 42.52% ; une commune qui accorde donc 85% de ses suffrages en faveur "des droites".

     

    2 - La revanche des riches et des classes moyennes blanches et européennes, salariés et auto-entrepreneurs,  déclassées ou non... revanche sur les "mauvais pauvres", et puis, d'autres encore pour lesquels il n'y a pas de petite victoire dans la revanche, même déshonorante ; revanche sur l'Histoire : celle d'une décolonisation forcée ; décolonisation qui n'en finit pas de déféquer son ressentiment à propos de la perte d'un paradis esclavagiste ; défécation dont le Sud de la France s'est fait une spécialité : d'aucuns prétendent que de Menton à Perpignan, l'odeur est devenu insoutenable.

    Un Georges Frêche, entre autres élus et membre d'un PS qui n'est plus que l'anti-chambre du FN, ne nous démentira pas sur ce point puisqu'il en est mort : oui ! mort de cette odeur ! Faut dire qu'il s'agissait de la sienne et de celle d'une partie de ses électeurs.

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Leonarda contre Valls : fait divers, expiation et rédemption..

     

                       Leonarda, 15 ans, a été arrêtée lors d'une sortie scolaire dans le Doubs pour être expulsée vers le Kosovo, où elle se trouve désormais. Quelles sont les circonstances exactes de son interpellation ? Mercredi, Matignon a lancé une enquête administrative.


    Critiqué par des piliers du PS, Manuel Valls trouve un peu de réconfort auprès de la droite qui le soutient.

     

    _______________

    Noeud-de-pendu.jpg

                    Valls bouc-émissaire... Valls sacrifié...

     

    Valls, la dernière chance pour le PS d'afficher contre  le ministre de l'intérieur, quelques principes et valeurs de gauche avant les Municipales et la grande débâcle sociale : la vente sur le marché mondial de la traite des salaires de la population active et retraitée, jeunes et chômeurs inclus, au moins-disant social d'une mondialisation sans honneur et sans justice ; véritable guerre contre les salaires, les droits sociaux et les services publics.

     

                                                                                         

    ***

    valls.jpg

     


    Le départ éventuel de Valls...

    Une consolation bien maigre pour la gauche qui aurait sans doute préféré la démission de Hollande et de son gouvernement pour haute trahison.



    Qu'à cela ne tienne... 

    A défaut de grives, on tire sur des merles.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez Manuel Valls : los craignos et les fables de la Fontaine

     

    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Politique et actualité 0 commentaire
  • Un essayiste chez Taddéi : "Faites ce que je dis mais pas ce que je fais !"

     

                        Après le passage d’Alain Finkielkraut chez Frédéric Taddéi, vendredi 18 octobre - un passage de plus au cours d’une quinzaine très chargée qui aura vu  l'essayiste dans d’innombrables émissions de radios et de télévisions -, d’aucuns ont regretté ce qu’ils ont appelé le « bashing » de Finkielkraut par deux des invités de l’émission CSOJ : « Ce soir ou jamais » sur France 2.

    Qu’il soit ici permis de leur répondre.

     

    ***

     

                 Face à Finkielkraut, on doit être d'une sévérité sans merci ; un Finkielkraut qui n'hésite pas à s'arranger avec des  Renaud Camus et autres Richard Millet (tous deux partageant des thèses proches des suprématistes blancs et chrétiens) selon le principe suivant (1) : "Ce qui nous réunit est plus fort que ce qui pourrait éventuellement nous diviser" ; le tout sur le dos des communautés africaine et maghrébine de France qu'ils attaquent en permanence et auxquelles ils n'ont pas un mot décent à adresser...

    Quant à donner des leçons de "francité" à qui que ce soit...

    Entre celles qui affichent un voile et qui l'assument (le voile et l’Islam en France : une des nombreuses obsessions de cet essayiste et de ceux qui l'entourent) et des Finkielkraut qui n'assument rien de leurs engagements, tous plus indignes les uns que les autres - Israël, les thèses du FN à propos de l'immigration et des Français qui en sont issus, un soutien sans faille à la puissance militaire et meurtrière que sont les USA et sa main basse sur l’Europe ainsi que la haine de la compassion pour l'autre quand il est "autre" et plus encore... "tout autre"... -, un seul choix s'impose : le combat contre tous ces « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! » car il y a dans les têtes des kippas et des crucifix qui valent - de très loin -, toutes les femmes voilées de la terre, consentantes ou pas, majeures ou mineures, à cette différence près néanmoins : le voile concerne une communauté reléguée, dont la majorité de ses membres occupe des emplois « disgracieux », pénibles, à la limite de l’humiliation contre une élite médiatico-intellectuelle vorace, qui n’en a jamais assez :  jamais assez de pouvoir, jamais assez d’espaces de prise de parole et de contrôle de cette même parole – qui est autorisé à parler, de quoi, où et pour le compte de qui ; une élite impitoyable à l’encontre des dissidents, des faibles et des disgraciés.

     

     

                Aussi, qu’il soit permis ici de rappeler ceci : Finkielkraut ne s’intéresse qu’à lui-même (2) et à sa caste, son pouvoir, ses passe-droits et ses privilèges ... dans le seul souci de n'en céder aucun à qui que ce soit… et en premier lieu, à ceux dont la « candidature » n'aurait pas été au préalable validée par cette même caste médiatique qui dirige tout et qui ne représente plus personne ; une caste au service d’une seule loi :  la loi du plus fort : « J’ai raison parce que c’est moi qui parle à la radio et qui passe à la télévision… et pas vous ! »

                Qu’on ne s’y trompe pas : ces gens-là sont bel et bien le monde tel qu’il est ; et c’est la raison pour laquelle toutes les portes leur sont ouvertes car la France de Finkielkraut  c'est cette France qui, depuis trente ans, a cadenassé tous les médias dominants, les entrées comme les sorties ; la France de ceux pour lesquels tout est permis, une poignée, et les autres, des millions, pour lesquels tout est interdit.

     

    ____________________

     

    1 - Alliance judéo-brune, chacun signant un pacte de non-agression de l'autre. Finkielkraut devrait être plus avisé car il semble que Camus et Millet aient trouvé en lui leur bon Juif comme d'autres leur bon Noir, Arabe ou encore, leur bon Musulman.

    2 - Paradoxe  suprême, il se pourrait bien que notre donneur de leçons impénitent, français de première génération (les parents de Finkielkraut étaient de nationalité polonaise) soit, de tous nos essayistes issus de l’immigration, le moins assimilé des « Français » (avec BHL), sa référence à la culture française n’étant qu’un écran de fumée derrière lequel ses analyses se déploient, là où il fait le choix de ses cibles privilégiées : les Musulmans (Maghreb et Afrique noire), et les antisionistes ; car il faudra bien que l’on se décide à dire tout haut ce que tout le monde se garde bien d’expliciter : toutes les préoccupations de Finkielkraut ont une seule et même origine, à savoir son appartenance juive ainsi que… ce qui est sans doute sa véritable patrie… Israël, et son obsession de l’antisionisme indissociable à ses yeux de l’antisémitisme. En effet, n’est-il pas celui qui a proclamé : « L’antisionisme est le nouvelle anti-sémitisme » ?! Ce qu’aucun Français  ne se hasarderait à affirmer pour la simple raison que le sionisme et l’Etat d’Israël sont le cadet de ses soucis.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
  • Manuel Valls : los craignos et les fables de la Fontaine

     

     

                    La rumeur va bon train : le premier policier de France, le cul assis dans son fauteuil de la place Beauvau, déborde de son uniforme ; il est dit que Manuel Valls se voit déjà en tant qu'homme du recours d'ici trois ans, une fois Hollande au fond du trou.

     

                   Mais alors... qu'il soit permis de dire ceci : après Hollande, si par malheur Valls devait un jour se présenter à la présidence de la République, on n'aura qu’un souci et qu'une exigence : tout mettre en oeuvre pour qu'il ne soit jamais élu, et ce sous aucun prétexte et à n'importe quel prix !

     

                  Car la France ne sera pas un camp de colonies de vacances encadré par un animateur de centre aéré ! Grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf  et qui s'avèrera n'être qu’un moustique au service d’un nouvel ordre mondial qui n’a besoin pour tout ministre ou chef d'Etat... que d’auxiliaires (larbins ?) sans courage et sans honneur, interchangeables à souhait.

     

     

     

    _________________

     

     

    Manuel Valls et la motoculture de plaisance*

     

     

                   Enfant d'immigrés espagnol et italien, naturalisé français dans les années 80, ministre de l'Intérieur depuis le 16 mai 2012 à la suite d'un Besson, d'un Hortefeux et d'un Guéant, Valls de ses deux prénoms Manuel et Carlos, semble n'avoir qu'une préoccupation : couper l'herbe sous le pied du FN et de l'aile droite de l'UMP chaque fois qu'il est question d'un délinquant, d'un étranger, d'un Rom, d'un Tzigane ou d'un "Sans-papier".

     

    Roi de la tondeuse à gazon, on le dit "Sarkozyste de gauche" - autant dire... homme de droite membre d'un parti centriste ; et ceux qui ont foulé du pied la propriété de Valls sont unanimes : son gazon est impeccable, pas une herbe plus haute que l'autre, un peu comme sa coupe de cheveux de bon élève d'une classe de CM2 que Maman ne manquera de féliciter à la prochaine remise des prix. Cela ne surprendra personne puisque le loisir de prédilection de Valls sont le jardinage et la motoculture de plaisance ; il est un des meilleurs clients des marques John Deere et Husqvarna.

     

     

    505b26a4e3c41valls_petit.jpg

     

                 Sans vision, sans projet autre qu'une ambition personnelle aussi démesurée que risible, la Présidence de la République  - ambition sans originalité puisqu'elle est partagée par tout le personnel politique -, les yeux rivés sur les sondages de popularité, Valls, - et il le sait -, est le ministre le plus populaire à droite, un peu comme son mentor DSK à propos duquel il a longtemps déploré, sur les plateaux de télé et aux micros des radios, et ce jusqu’aux larmes, la persévérance (qualifiée par Valls de "acharnement judiciaire") d'une justice qui n'a eu de cesse de tenter de rendre justice (!) à ses victimes...

     

    Est-ce à dire que DSK ne s’intéressait pas seulement qu’aux femmes de son parti, les hommes jeunes et novices pouvant de temps à autre être aussi l'objet de toute son attention - les jours de vaches maigres peut-être ? Là, seuls les Renseignements Généraux (ou leurs successeurs... la DCRI) sauront, en particulier, nous renseigner. C'est sûr !

     

    Aussi, en attendant... faisons une pause musicale :

     

     

     

                   Dans cette popularité de Valls auprès de l'électorat de droite... on pourra y trouver une raison supplémentaire de désespérer d'un Parti socialiste cause de l'impossibilité pour un homme de gauche de se réconcilier avec un parti qui, avant même de formuler la moindre promesse, a déjà commencé de renier la gauche, trahissant plus vite que son ombre ; de là à penser que sa seule raison d'être, son seul talent, sa vraie vocation est la trahison..

     

    Car, si là d’où l’on vient ne saurait en aucun cas empêcher quiconque d’aller voir ailleurs et de s’y installer, en revanche, il n’est sûrement pas nécessaire, une fois arrivé à destination, de servir plus de plats qu’il ne vous en a été commandé aux fins de se protéger du danger et de conjurer la peur d’un éventuel retour à la case départ exigé par une classe qui n’aura pas oublié que l'Espagne n'est pas la France et qu'Evry dans laquelle - souvenez-vous ! -,  Valls aurait ouvertement aimé qu'il y ait plus de blancs, ne sera jamais Neuilly. 

     

    Et d’aucuns s’empresseront d’ajouter : combien de temps encore, les rescapés d’un déterminisme social le plus souvent impitoyable devront-ils donner des gages de bonne conduite et de fermeté d’âme (cachez donc toute cette compassion insupportable !) à ceux auxquels ils pensent devoir leur repêchage social, oublieux qu’ils sont de leurs droits et de leurs mérites ? Avant de se précipiter dans le camp des puissants, à droite de l’échiquier politique, comme pour mieux se persuader de la supériorité de la raison du plus fort (tripes sensibles mais coeur de pierre) sur les affects qui minent les plus faibles...

     

    Un Valls né de parents étrangers, et qui, face à ceux qui en auraient bien besoin - Français déshérités, naufragés de l’Histoire ; et comme si cela ne suffisait pas... Français privés parfois du secours d’une modernité émancipatrice -, semble déterminé à ne pas rendre, même en partie,  tout ce qu’il a reçu d’une France qui n’en était pourtant pas à son premier coup d'essai et à sa première intégration, pressé de se ranger du côté de ceux qui, bon an mal an et pour faire court... contrôlent, cognent et asservissent. 

     

                   Mais... ne prête-t-on pas qu’aux riches, riches puissants et forts, une attention à la hauteur de ses propres ambitions sociales ?

     

    ___________________

     

    * Billet rédigé en Septembre 2012

     

    Pour prolonger... cliquez : Porter la crise au coeur du PS et des Verts

    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Politique et actualité 0 commentaire
  • Manuel Valls : los craignos et les fables de la Fontaine*

     

                  Il y a des hommes en comparaison desquels on peut nourrir de hautes pensées sur soi-même jusqu'à parfois atteindre des sommets  - (inspiré par Hobbes)

     

    _________________

             

    Manuel Valls et la motoculture de plaisance* : le roi de la tondeuse à gazon

     

                   Enfant d'immigrés espagnol et italien, naturalisé français dans les années 80, fraichement nommé Premier ministre, Valls de ses deux prénoms Manuel y Carlos, semble n'avoir qu'une préoccupation : couper l'herbe sous le pied du FN et de l'aile droite de l'UMP chaque fois qu'il est question d'un délinquant, d'un étranger, d'un Rom, d'un Tzigane ou d'un "Sans-papier".

    Roi de la tondeuse à gazon, on le dit "Sarkozyste de gauche" - autant dire... homme de droite ; et ceux qui ont foulé du pied sa propriété privée sont unanimes : son gazon est impeccable, pas une herbe plus haute que l'autre, un peu comme sa coupe de cheveux de bon élève d'une classe de CM2 que sa Maman ne manquera de féliciter à la prochaine remise des prix. Cela ne surprendra personne puisque le loisir de prédilection de Valls sont le jardinage et la motoculture de plaisance ; il est un des meilleurs clients des marques John Deere et Husqvarna.

     

     

     

    valls,politique,actualité,hollande,immigration,sécurité,uleski

                 Atlantiste comme il n'est plus permis de l'être aujourd'hui (USA, Israël, Arabie Saoudite... même combat !), sans vision, sans projet autre qu'une ambition personnelle aussi démesurée que risible, la Présidence de la République  - ambition sans originalité puisqu'elle est partagée par tout le personnel politique -, les yeux rivés sur les sondages de popularité, Valls, - et il le sait -, est, à droite, le plus populaire des membre du PS, un peu comme son mentor DSK à propos duquel il a longtemps déploré, sur les plateaux de télé et aux micros des radios, et ce jusqu’aux larmes, la persévérance (qualifiée par Valls de "acharnement judiciaire") d'une justice qui n'a pourtant eu qu'un seul souci : tenter comme un fait exprès de rendre justice aux victimes de ce même DSK.

    Est-ce à dire que DSK ne s’intéressait pas seulement qu’aux femmes, les hommes jeunes et novices du PS pouvant de temps à autre être aussi l'objet de toute son attention - les jours de vaches maigres peut-être ?

    Là, seuls les Renseignements Généraux (ou leurs successeurs de la DCRI) sauront, en particulier, nous renseigner. C'est sûr !

    En attendant... faisons une pause musicale :

     

           
    ***
     

                    La rumeur va bon train : le cul assis dans son fauteuil de Matignon, ce Premier ministre déborde déjà de son uniforme ; il est dit que Manuel Valls se voit en homme du recours dans trois ans, une fois Hollande au fond du trou. Mais alors... qu'il soit permis de dire ceci : après Sarkozy et Hollande, si par malheur Valls devait un jour se présenter à la présidence de la République, on n'aura qu’un souci et qu'une exigence : tout mettre en oeuvre pour qu'il ne soit jamais élu, et ce sous aucun prétexte et à n'importe quel prix ! Car la France ne sera pas un camp de colonies de vacances encadré par un animateur de centre aéré acariâtre ! Grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf  et qui s'avèrera n'être qu’un moustique au service d’un nouvel ordre mondial qui n’a besoin pour tout Premier ministre ou chef d'Etat... que d’auxiliaires (larbins ?) sans courage et sans honneur, interchangeables à souhait.
     
             Dans la popularité de Valls auprès de l'électorat de droite... on pourra y trouver une raison supplémentaire de désespérer d'un Parti avec lequel tout homme de gauche qui se respecte aura la plus grande difficulté de se réconcilier ; un parti qui, avant même de formuler la moindre promesse, a déjà commencé de renier ses engagements, trahissant plus vite que son ombre. De là à penser que sa seule raison d'être, son seul talent, sa vraie vocation est la trahison...

    Car, et pour revenir à Valls, si là d’où l’on vient ne saurait en aucun cas empêcher quiconque d’aller voir ailleurs et de s’y installer, en revanche, il n’est sûrement pas nécessaire, une fois arrivé à destination, de servir plus de plats qu’il ne vous en a été commandé aux fins de se protéger du danger et de conjurer la peur d’un éventuel retour à la case départ exigé par une classe qui n’aura pas oublié que l'Espagne n'est pas la France et qu'Evry dans laquelle - souvenez-vous ! -,  Valls aurait ouvertement aimé qu'il y ait plus de blancs, ne sera jamais ni Neuilly ni Paris. 

    Et d’aucuns s’empresseront d’ajouter : combien de temps encore, les rescapés d’un déterminisme social le plus souvent impitoyable devront-ils donner des gages de bonne conduite et de fermeté d’âme (cachez donc toute cette compassion insupportable !) à ceux auxquels ils pensent devoir leur repêchage social, oublieux qu’ils sont de leurs droits et de leurs mérites, avant de se précipiter dans le camp des puissants, à droite de l’échiquier politique, comme pour mieux se persuader de la supériorité de la raison du plus fort (tripes sensibles mais coeur de pierre) sur les affects qui minent les plus faibles, pressés de se ranger du côté de ceux qui, bon an mal an et pour faire court n'ont qu'une seule politique : contrôler, asservir et cogner sur tous ceux qui de près ou de loin contrecarrent leur stratégie.

                   Mais... ne prête-t-on pas qu’aux riches, puissants et forts, une attention à la hauteur de ses propres ambitions sociale et politique ?

     

    ____________________

     

     

    Il était une fois... Manuel Valls...

    par Emmanuel Ratier

     

     

    * Billet publié en septembre 2012. Ré-actualisé depuis la nomination de Valls à Matignon.

     

    Pour prolonger... cliquez : Porter la crise au coeur du PS

     

     

    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Politique et actualité 0 commentaire
  • Identité française : un débat scélérat

     

                         Un débat sur l’identité nationale !

                         N'est-ce pas avec de pareils sujets que l’on prépare et gagne les élections quand on est de droite ?

     

    ***

     

                       L’identité nationale... à la fois litote et euphémisme, cache-sexe de la question de l’immigration, et par ricochet subliminal, des immigrés… noirs, musulmans, arabes et la menace qu’eux tous feraient peser sur l’identité française...

    Car vous trouverez toujours une majorité d’électeurs pour penser : «L’identité nationale, c’est l’immigration ; et l’immigration c’est l’intégration ; et l’intégration, ça concerne en premier lieu les noirs et les arabes, mais certainement pas la société française dans son ensemble ! »

    Et ça, la droite décomplexée le sait mieux que personne.

     

    ***

     

                 A l’initiative du gouvernement dont la légitimité ne s’étendra et ne durera guère au-delà du temps qu’il lui sera donné de représenter une majorité dite « présidentielle », elle-même sujette au bon plaisir et aux humeurs d’un électorat instable et taciturne...

    Ce débat dont il se propose d’assurer la coordination, maître d’ouvrage et maître d’œuvre, client et fournisseur tout à la fois, ainsi que la « synthèse » avant une conclusion qui, nul doute, étant donné les personnalités en présence et leur penchant idéologique (ministères de la justice, de l’intérieur et celui dit « de l’immigration, de  l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire ?!….. »  aux relents pétainistes), sonnera comme un avertissement, un coup de semonce adressé à tous ceux qui seraient tentés par une identité autre, ou bien tout autre, ou bien encore multiple, sans oublier ceux qui, abandonnés culturellement et économiquement, peinent à donner un sens à cette identité qu’on leur voudrait française quant à leurs devoirs et étrangère quant à leurs droits ou bien plutôt, quant à ce qu’il leur sera permis d’espérer pour eux-mêmes...

    Et d’autres encore qui ont déjà choisi l’option « cultuelle », avec ou sans transcendance, loin de toute considération de nationalité car, ailleurs ils sont, et leur retour au sein d'un credo républicain au coeur de pierre, gravé dans le marbre, plus idéologique que pragmatique, avec ses prêcheurs décidément toujours pas payeurs pour un sou, et qui ne se reconnaissent le plus souvent aucune obligation de résultats, ne se fera pas sans heurts ni déchirement.

                      Aussi, quiconque participe à ce débat sans prendre au préalable le soin de dénoncer la malhonnêteté d’une telle initiative, se fait le complice d’une gigantesque entreprise de manipulation des bonnes volontés - bonnes poires ? -, sans oublier les bavards qui verront là une opportunité supplémentaire de se montrer - Slama, Finkielkraut, Duhamel and Co.

     

                     Mais alors… que les bavards se taisent,  et que Besson, l’homme des basses besognes et son acolyte Hortefeux, celui qui ose dire tout haut ce que de son électorat il croit entendre tout bas, portent seuls le fardeau du déshonneur qui ne manquera pas, tôt ou tard, de retomber sur eux car, à aucun moment, il ne sera question - faute de volonté politique depuis deux  générations -, d'affronter la crise structurelle à la fois économique et culturelle qui frappe les classes populaires, et plus particulièrement les Français issus de l’immigration sur-représentés au sein de ces classes.

    Volonté politique sans laquelle, pourtant, tout débat autour de l’identité française se soldera par la marginalisation, le rejet et une ghettoïsation croissante de millions de Français...

    Que personne n'obligera à voter, il est vrai !

     

    ***

     

                     Tous les coups sont donc permis comme ce débat qui n'a pas lieu d'être puisque à son sujet, il est permis de soupçonner (oui ! le soupçon ! encore le soupçon !) des intentions bassement partisanes depuis qu’en politique on s’autorise tout, sans honte ni retenue.

    Alors non ! Il n’y aura pas de débat tout simplement parce qu’il n’y aura aucune volonté politique d’écouter et de comprendre qui que ce soit qui n’ait pas déjà été entendu et compris, et dont le vote de soutien sera assuré à ceux qui auront organisé ce débat-scélérat, prélude à une échéance présidentielle dont le candidat, faute de pourvoir afficher un bilan économique et social porteur d’espoirs pour le plus grand nombre, n’aura qu’un seul axe possible de compagne : le bon vieux recours au bouc-émissaire et au procès d’intention à l’égard de ceux qui dénonceront cette manœuvre déshonorante.

     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu