Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

medias - Page 4

  • Claire Chazal à 120 000 euros par mois...

    chazal.jpg

    Remerciée par son employeur, TF1, Claire Chazal négocierait une prime de départ de 2 millions d'euros

     

                 Est-ce une fatalité le fait que ces gens-là ne puissent rien gagner d’autre que de l’argent ? Argent dont ils n’auront jamais assez d’une vie pour le dépenser ?

     

    ***

     

               120 000 mensuels pour une prestation de quatre week-ends par mois…

    Mais alors, à ce prix-là, qu'est-ce qu'on achète ? De qui, de quoi devient-on le propriétaire ?

    Et bien... de tout ! de cette salariée à 120 000 euros par mois ! De son cul, de ses fesses, de ses seins, de ses yeux dont on décidera éventuellement de la couleur, de ses rides (attention au jour où la chirurgie esthétique n’y pourra plus rien !), de sa prochaine tenue aussi...

                  Tout ! Absolument tout ! Ses culottes (propres et sales), ses tripes et ses entrailles, ce qu'on trouvera au fond de ses toilettes juste avant de tirer la chasse (si si !),  son cerveau, ses neurones, son libre arbitre, son bon vouloir... son silence quant à l'indigence de ce qui nous est donné à voir et à comprendre !

     

    "Ca aussi c'est à nous ! Tu gardes rien ! Allez, tu donnes !

    - Même ça ?

    - Tu permets !!!!"

     

                Tout vous dis-je ! Tout ! Son sourire, sa bêtise, sa chambre à coucher, son lit et son prochain gigolo ! Son regard de caniche sorti tout droit d'un salon de toilettage, regard compatissant et contrarié aussi quand elle annonce, mezza voce, une nouvelle catastrophe, sans manifestement en saisir quoi que ce soit... car, quand on sait ce qui est donné à comprendre aux téléspectateurs…

                  Alors oui ! A 120 000 euros mensuels, à ce prix-là, on achète tout...  et on prend tout ! Tout et le reste, une fois qu'on lui a tout pris et que l'on ne lui a rien laissé (si toutefois j'ai oublié quelque chose, merci de compléter) ! Ou bien plutôt, une fois que cette salariée a accepté de se dessaisir, de se lester, de se défaire, de se décharger, de se débarrasser de tout, et de ne rien préserver pour elle-même... car, franchement, à ce prix-là, on aurait tort de se priver ! Vraiment !

     

                Mais alors...

               ... qu'est-ce qui lui reste à cette Claire Chazal à 120 000 euros mensuels ?

    Ben rien. La bonne blague !

    Ah si...

    Devinez...

    Claire-Chazal-l-echappee-belle_article_landscape_pm_v8.jpg

    Le magazine Gala ! Elle sur une plage avec un gigolo ou un partenaire qui aura vingt ou trente ans de moins qu'elle !

     Et puis, Voici aussi !

    chazal et son coup de jeune.jpg

    ***

     

              En début de semaine, un sondage a révélé que 70% des sondés se moquent comme d'une guigne du départ de cette présentatrice du journal de 20H... un journal risée de toutes les rédactions d’Europe… celui de TF1 comme celui de France 2 dont il n'y a rien à sauver. 

    Qui a dit que les téléspectateurs étaient des veaux ? Car, à la lumière de ce sondage, il semblerait que les téléspectateurs soient en bonne santé mentale : lucidité et vigilance. Tous les espoirs sont donc encore permis !

    Quant aux 30% restant qui ont versé une larme sur cette liseuse de prompteur évincée par son employeur TF1 auquel, on l'aura compris, elle avait tout cédé en échange d'un salaire qui n'est pas un salaire mais le prix d'un simulacre aujourd'hui de moins en moins capable de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, on pourra sans difficulté, s’en accommoder.

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Pour une information au service de toutes les intelligences

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Deux ou trois choses que je sais à propos de la blogosphère : ici et ailleurs…

     

            Dans la série : Les gens sont tolérants dans l’ensemble mais vaut mieux penser comme eux ! C'est quand même plus sûr !

    _________________

     

             "Chacun tourne en réalités autant qu'il peut, ses propres songes : l'homme est de glace aux vérités ; il est de feu pour les mensonges " - Jean de la Fontaine : le Statuaire et la Statue de Jupiter. 

     

    *** 

                Ils ne ratent jamais une occasion de se plaindre et d'appeler à la censure. Leur préoccupation favorite :  la dénonciation de l’antisémitisme, même et surtout fantomatique,  un acharnement contre tout ce qui ressemble de près ou de loin à un Arabe ou à un Musulman (français ou non ), et contre  ceux qui se refusent à une diabolisation scélérate et criminelle de l'Islam.

     

    Cette dénonciation qui a le plus souvent pour but de calomnier un adversaire idéologique (les anti-sionistes ou plus simplement ceux qui s'opposent à la présence de cette idéologie mortifère dans tous les lieux de la représentation nationale française  et dans les médias), pour ne rien dire des cas de névrose obsessionnelle et de paranoïa aiguë, même et surtout lorsque le discernement fait cruellement défaut ; cette dénonciation, ils ne sont certes pas les seuls à la mener comme on conduit une chasse à l'homme car, il est vrai que les petits Serge Klarsfeld en herbe sont légion sur la toile ; chasseurs d'antisémites pourtant maintes fois recalés à l’examen de l’obtention d’un permis : en effet, ils ne feraient pas la différence entre un faisant et une chèvre tout occupés qu’ils sont à faire feu coûte que coûte ; sans oublier leur inaptitude aux maniements des armes : plus ils sont persuadés d’identifier une cible, plus ils sont sur le point de se tirer une balle dans le pied.

       

    Rendez-vous sur leur blog à tous - blogs sans visage, sans nom digne de ce nom et sans culture ! Leurs tags les plus populaires sont les suivants : Arabes, Musulmans, Islam, Islamistes, antisémistisme…

    Un anti-sémitisme qui n’est, dans les faits, qu’un anti-sionisme exacerbé, sera l’objet de toute leur attention  ; un anti-sionisme diabolisé par le cynisme de ceux qui, en secret, rêvent de faire de l’anti-sionisme un délit ; ceux-là mêmes qui n’ont qu’un souci : défendre mordicus la politique d’un Etat qui n'a, aujourd'hui, plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid ; plus qu'un Etat,  une alliance qui nous salit un peu plus chaque jour... Israël ; un Etat pourtant étranger à la France et à l’Europe par ses moeurs politiques, et notamment, dans l’utilisation de sa force armée : à  ce sujet, on se doit de rappeler la politique de cet Etat à l’égard du Peuple palestinien : assassinats, meurtres, bombardements civils, colonisation, occupation, humiliation ; faisant peser sur quiconque tente de s’opposer à cette politique, une menace de mort certaine. 

    Et quand on sait que l’antisionisme n’est, le plus souvent, que la manifestation d’une désapprobation de la politique de cet Etat et non, la contestation de son droit à l’existence, la lutte contre l’anti-sémitisme (tout comme la lutte contre le racisme) ne peut être qu'un point de départ et certainement pas une fin en soi. Dans le cas contraire, ce sera un échec. Et si l’anti-sémitisme ne peut être qu’un point de départ, ce point de départ ne peut avoir qu’un seul point d’arrivée, ici en France, pour peu que l’on se reconnaisse une obligation de résultats et pas simplement une obligation de mise en accusation : le rapprochement des communautés autant que l’on puisse géographiquement, ethniquement et socialement les définir et la dissolution de toutes les officines israéliennes qui, sous couvert d'associations et de conseils dits "représentatifs", influencent notre classe politique et nos médias déjà sous la dépendance du monde des affaires.

      

                Rappelons à toutes fins utiles ce qui suit : banaliser l’antisémitisme c'est discréditer la lutte contre l'antisémitisme ; discréditer cette lutte c'est commettre une erreur irréparable et une faute impardonnable. Aussi, nous devons tous veiller à ce que l’accusation d’antisémitisme (et de racisme) ne devienne,  pareilles aux incantations patriotiques et nationalistes, le refuge des imbéciles, des crapules et des salauds.

      

    ***  

     

      

                Qu’il soit ici permis d’affirmer que tous ces blogueurs et blogueuses, petits soldats d’une cause aujourd'hui sans honneur et sans gloire... le sionisme, et ce depuis 1967, ne sont finalement qu’un gigantesque lapsus ; celui d'une identité juive qui les étouffe chaque jour davantage ; et quand on sait que cette appartenance n’est le fait que du hasard, celui de la naissance, cela en dit long sur leur capacité à tous à pouvoir choisir pour eux-mêmes qui ils souhaitent être en dehors de ce que le sort a pu décider pour eux.   

    On les imaginera sans peine derrière leurs écrans d’ordinateurs, éructant, gémissant, rageant ; faut dire qu’ils n’ont rien choisi ; ils ne font que subir cette appartenance qui les ronge, et qui, finalement, les noie un peu plus chaque jour. D’où, très certainement, cette obsession avec tout ce qui de près ou de loin touche à la question et à l’identité juives - tout ce qui leur a été imposé -, pour ne rien dire de leur obsession de l’antisémitisme comme s’ils n’avaient qu’un souhait : qu’on les haïsse mais… jamais assez !  

    Véritables trahisons républicaines que cette exacerbation identitaire et ce besoin d'appartenance qui mène à l'aveuglement et à l'indifférence face à la souffrance de l'autre (1); exacerbation qui exonère un être humain de faire ses propres choix ; et c'est alors que toute leur vie à tous, leur est servie sur un plateau... plateau religieux ou communautaire ; aveuglement sur lequel pourtant, il est bon de le rappeler, ont reposé et reposent encore aujourd'hui, tous les régimes totalitaires, pour ne rien dire de ce désir de combler ce vide ontologique et existentiel qui les taraude tous, jour après jour ! Car, sans remède ils sont ! face à cette appartenance dévorante du même avec le même et cette dévotion incestueuse et cannibale !

    Pas moyen de s’oublier quelques heures par jour ! Pas moyen de se ficher la paix ! On ne fait l'expérience que de ce besoin d'appartenance : soi-même matin, midi et soir, pour seule réalité, pour seul horizon, et encore et toujours soi-même, juif et seul ! 

    Pris au piège d’une névrose aussi maladive qu’obscène dans laquelle ils s’enlisent un peu plus chaque jour… ils rapetissent, leur vue baisse et pour finir, la saturation, le trop-plein, l'indigestion viennent les submerger avant de les engloutir ; et tout à fait vidés maintenant, et vides comme une coquille vide, c'est alors qu'un sentiment d'impuissance s'installe, et puis la rage aussi face à cette impuissance haïssable car, quand on a tout perdu, ou bien, quand on n’a rien acquis pour soi-même toute sa vie durant, notre origine, seule identité alors disponible n’est-elle pas tout ce qui nous reste... contre toutes les autres identités... et plus encore lorsqu’elles sont tout autres, et par conséquent, porteuses de tous les dangers ; celui-ci en particulier : qu'ils en viennent tous à réaliser, la mort dans l’âme, qu'ils ne sont rien, ou bien si peu, en comparaison ? 

               Face à ce désastre humain, et avant de les abandonner tous autant qu'ils sont à leur triste sort, on ne saurait que trop leur signifier ce qui suit : souffrez que l’on puisse encore célébrer le flair, le talent, l’intelligence (et parfois même... le génie) et le courage d’un Dieudonné, d’un Alain Soral, d'un Gilad Atzmon, d'un Jean Bricmont, d'un Etienne Chouard, d'un Asselineau et de tant d’autres, garants d’une liberté d’expression qui maintient en vie la démocratie envers et contre tout... et en premier lieu, contre une sclérose à la fois humaniste et intellectuelle ! Et que tous cessent de se vautrer dans une appartenance ethnique qui signe la mort de la culture ; car la culture c'est l'autre... toujours ! et plus encore lorsqu'il est tout autre. 

     

               

    1 - Le communautarisme, c'est le niveau zéro de la pensée ; à quelques exceptions près, exceptions qui confirment la règle donc, parmi les penseurs les plus talentueux, tous ceux qui s'y sont baignés s'y sont intellectuellement et moralement noyés. Alors, on peut facilement imaginer ce qu'il en est du quidam internaute qui s'y vautre : parlez-lui de culture (parlez-lui de l'autre), il sortira très vite son révolver : insultes, procès d'intention, chantage.


                         

                                                L'hystérie des procès de l'antisémitisme

    _______________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Qui fait vivre la liberté d'expression... pour en avoir besoin ?

     

     

    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Médiapart, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Un entretien de Julian Assange au Spiegel...

     

     

    https://allainjules.files.wordpress.com/2015/07/julian_assange1.jpg?w=594

                    Wikileaks est de retour publiant des documents prouvant  la surveillance US du gouvernement français, des câbles diplomatiques saoudiennes et affichant la preuve de la surveillance massive du gouvernement allemand par les services secrets américains. 

     

     

    ***

     

    SPIEGEL: Quelles sont les raisons de ce retour ?

     

    Assange: WikiLeaks publie beaucoup de matériel au cours des derniers mois. Nous n'avons jamais cessé de publier, mais parfois, il a été question de pièces qui ne concernait pas l'Occident et les médias occidentaux - des documents sur la Syrie, par exemple. Mais vous devez prendre en compte qu'il y a  conflit avec le gouvernement des États-Unis, qui a commencé pour de bon en 2010 après le commencement de la publication d' une série de documents américains classés.

     

    SPIEGEL: Qu'est-ce que cela signifie pour vous et pour WikiLeaks ?

     

    Assange: Le résultat a été une série d'affaires juridiques, les blocus, les attaques de relations publiques et ainsi de suite. Avec le blocus bancaire, WikiLeaks a été coupé de plus de 90 pour cent de ses finances. Le blocus est arrivé d'une manière totalement extrajudiciaire. Nous avons pris des mesures juridiques contre le blocus et nous avons été victorieux dans les tribunaux, afin que les gens puissent nous envoyer des dons à nouveau.

     

    SPIEGEL : Quelles difficultés avez-vous dû surmonter ?

     

    Assange : Il y avait eu des attaques sur notre infrastructure technique. Et notre personnel a dû accepter une réduction de salaire de 40 pour cent, mais nous avons été en mesure de nous en sortir ensemble sans avoir à se séparer de qui que ce soit, ce dont  je suis assez fier. Nous sommes devenus un peu comme Cuba, en travaillant sur des façons de contourner ce blocus. Divers groupes comme la Fondation Wau Holland Allemagne ont recueilli des dons pour nous pendant le blocus. Ils nous ont permis de payer pour de nouvelles infrastructures, ce qui était nécessaire. J'ai publié des pièces datant de presque 20 ans sur la surveillance de la NSA, dont je connaissais la surveillance de masse NSA et le GCHQ. Nous avions besoin d'un système de protection nouvelle génération afin de protéger nos sources.

     

    SPIEGEL: Et est-il en place maintenant ?

     

    Assange: Oui, il y a quelques mois, nous avons lancé un système d'acquisition de nouvelle génération et également intégré nos publications. Nous croulons sous l'information maintenant. Economiquement, le défi pour WikiLeaks est de savoir si nous pouvons intensifier nos revenus en proportion de la quantité de matériels que nous avons à traiter.

     

    SPIEGEL: Il y a neuf ans, lorsque WikiLeaks a été fondé, on pouvait lire sur son site Internet: « L'objectif est la justice. La méthode est la transparence». Ceci est la vieille idée des Lumières né au 18ème siècle. Mais si vous regardez les régimes politiques brutaux et grandes entreprises impitoyables, ne sont ce pas un  slogan trop idéaliste ? La transparence, c'est suffisant ?

     

    Assange: Pour être honnête, je n'aime pas le mot de  transparence; le verre est transparent. Je préfère celui d'éducation ou de compréhension, qui sont plus humains.

     

    SPIEGEL: Le travail de WikiLeaks semble avoir changé. Au début, il a publié des documents secrets. Plus récemment, vous avez également fourni le contexte des documents.

     

    Assange: Nous avons toujours fait cela. J'ai écrit des milliers de pages d'analyse personnellement. WikiLeaks est une bibliothèque géante de documents parmi les plus persécutées du monde. Nous donnons asile à ces documents, les analysons, les promouvons et nous en obtenons de plus en plus. WikiLeaks a plus de 10 millions de documents et analyses connexes maintenant.

     

    SPIEGEL: l'usage de votre bibliothèque est elle toujours interdite techniquement pour le personnel du gouvernement américain et de l'armée américaine ?

     

    Assange: WikiLeaks est encore un objet tabou pour certaines parties du gouvernement. Les pare-feu ont été mis en place. Chaque employé du gouvernement fédéral et de chaque entrepreneur a reçu un e-mail indiquant que s'ils lisent quelque chose de WikiLeaks, y compris par le site du New York Times, on leur supprime alors leur ordinateur immédiatement et un auto-rapport est établi. Ils n'ont plus qu'à avouer. Voilà une nouvelle hystérie McCarthyste.

     

    SPIEGEL: Savez-vous quelque chose de vos lecteurs ?

     

    Assange: Pas beaucoup, nous ne les espionnons pas. Mais ce que nous savons c'est que la plupart de nos lecteurs viennent de l'Inde, suivie de près par les États-Unis. Nous avons aussi un certain nombre de lecteurs qui font des recherches sur des personnes. Par exemple quand la sœur se marie et que quelqu'un veut en savoir plus sur le marié. Ou quelqu'un est en train de négocier un accord d'entreprise et veut savoir quelque chose au sujet de son partenaire potentiel ou un bureaucrate.

     

    La suite ICI

     

    ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Des nouvelles de Edward Snowden

    Lien permanent Catégories : Lanceurs d'alterte : les wikileaks 0 commentaire
  • Quand Drucker parle de Delpech pour mieux parler de Drucker

     

                     Au festival "Plumes de stars" d’Aix-en-Provence où il présentait un extrait de son one-man-show qui a pour sujet... devinez ?!... ses 50 ans de carrière à la télévision, Michel Drucker, shooté aux médias, sous perfusion depuis un demi siècle - il est dit qu'il ne partira pas ! (1) -, a donné des nouvelles de Michel Delpech qui souffre d'un cancer ; avec beaucoup d’émotion dans la voix, il annonce : "Michel Delpech s’éteint doucement ; il fait face avec beaucoup de courage."

                    Sur les réseaux sociaux, le "communiqué" de Drucker fait un tabac : ils sont des milliers à souhaiter "bon courage" à Michel Delpech. Et là, difficile de refréner le désir de leur répondre à tous ceci :

     

                    " Bon courage aux 100 000 anonymes qui meurent du cancer chaque année... tout aussi courageusement ????? Comme si c'était une question de courage ! Et puis, comme si c'était plus dur de mourir du cancer quand on s'appelle Delpech que quand on a pour prénom ou nom Mohamed ou Dupont. Vous verrez ! Vous finirez tous par vous cotiser pour payer aux millionnaires des enterrements de première classe ; ce sera autant d'argent économisé par leurs héritiers."

     

                 Vraiment, la people-isation de la société est à son comble ! Abjecte et crétine tout à la fois cette people-isation esclavagiste ! Il est vrai que l'esclave finit toujours par se soucier de la santé de son maître... cet horizon indépassable de tout ce qu'il n'aurait jamais pu espérer pour lui-même.  

     

     

    1 Encouragés par un environnement d’affairistes voraces - argent roi, trahisons et corruption -, dès les années 80, nombreux sont ceux qui n’hésiteront pas à se servir de la télévision pour assurer leur propre ascension et prospérité professionnelles dans la durée car, après l’argent, c’est la longévité qui sera la mesure de toute chose.

    Viendra alors l’ère des animateurs parasites qui s'appuieront sur la notoriété de leurs invités pour faire carrière et asseoir leur légitimité, sans aucune prise de risques, sans esprit de découverte puisque pour « passer  chez eux » il faudra être impérativement « connu », voire célèbre.  L’animateur Michel Drucker sera et reste la figure archétypale de "l'animateur parasite", un CD dans chaque main, en VRP de SONY, d’Universal et de la FNAC,  un sourire complaisant pour accompagner des questions d’une flagornerie niaise, véritable insulte non seulement à l’intelligence mais plus important encore … à la dignité humaine.

    Avec Delpech, Drucker, aujourd'hui, va jusqu'à accompagner "les vedettes" qui ont fait de lui une vedette jusqu'à leur dernière demeure, recueillant leurs dernières volontés sur leur lit de mort-vivant. Mais qui accompagnera Drucker jusqu'à la sienne le jour venu, et quand ?

     

    _______________________

     

                  Liège 2007 - Enregistrement amateur d'un Michel Delpech qui, s'il n'était pas parmi les meilleurs, était loin d'être le plus mauvais.

    Comme pour le Tour de France, c'est le public, ce peuple de l'ombre, leur enthousiasme souvent touchant, qui peut quelquefois nous faire aimer ces chanteurs de variétés.

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • 11 Janvier 2015 : quand les langues se délient enfin - 3

     

                Après l'attaque de janvier qui a décimé la rédaction, Charlie Hebdo a récolté entre 4,3 et 4,5 millions d’euros de dons. Le journal a réalisé 12 millions euros de marge brute depuis les attentats. Les deux actionnaires de l'hebdomadaire prévoient de finir l’année avec un excédent de 10 à 15 millions d’euros.

     

                   Qu'à cela ne tienne ! Depuis que Charlie Hebdo croule sous le cash, rien ne va plus.

                      Une tribune dans Le Monde  en mars dernier au titre de "Pour une refondation de Charlie hebdo" chagrinera les patrons de l'hebdomadaire ; en effet, maintenant hors de danger sur un plan financier, des journalistes de l'hebdo militent pour une forme de société coopérative qui se situerait dans la droite ligne de l’économie sociale et solidaire que Charlie est censé prôner depuis toujours en lieu et place d'un journal au statut d’entreprise commerciale contrôlée seulement par deux actionnaires qui possèdent la totalité du capital du journal.

    Bientôt un courrier fuité dévoilera le contenu de la lettre de convocation à un entretien préalable de licenciement pour faute grave envoyée par l'hebdomadaire à Zineb El Rhazoui, journaliste signataire de la tribune qui en appelle à une refondation de Charlie Hebdo.

     Zineb El Rhazoui ne se laissera pas intimider pour autant : elle dénoncera l'accaparement des dons recueillis par les actionnaires.


                     « Ces millions ne sont absolument pas gérés par les journalistes. Nous ne savons pas ce qu'il est prévu d'en faire. La plupart des grandes décisions qui concernent Charlie sont le fait d'avocats. »

     

     

                Jeannette Bougrab, - la Yoko Ono de l'hebdomadaire -, ancienne compagne de Charb (ou non... car là encore,  la confusion règne) qui ne souhaitait pas être en reste, qualifiera Luz de caricaturiste médiocre et lâche...

     

     

                 Premier épilogue : Luz qui avait perdu une occasion de se taire à l'occasion des obsèques de Charb avec son "Qu'est-ce qu'on a pu s'encu*** toi et moi !" annonce qu'il quitte le journal.

     

    ***

     

                 Charlie Hebdo ne semble pas se relever depuis l'attentat de janvier. Faut-il y voir là le pourrissement d'une contradiction majeure ?

    Un journal au contenu libéral, atlantiste, sioniste et islamophobe au coeur d'une tradition libertaire ; tradition des Wolinski et Choron qui ne se reconnaissaient ni responsabilité ni devoir.

     

                    Le beurre et l'argent du beurre ; mariage de la carpe et du lapin... embrasement, conflagration et implosion : c'était assuré, et c'est arrivé.

    ____________________

     

                  Pour prolonger, cliquez : Siné explique Charlie Hebdo

     

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Caroline Fourest... de digressions en diversions

    Samedi 2 mai 2015

     

    ________________________

     

     

    Fourest par ULESKI 3.jpg

     

                  La mâchoire serrée et la dent dure, les lèvres pincées, des yeux de laborantin (et de souris de laboratoire car les  chercheurs finissent toujours par ressembler à leurs cobayes), le regard droit et déterminé qui annonce des procès d'intention sans nombre…

    Sourire aussi rare qu'introuvable, privée d'humour, sèche, une coupe de cheveux qui fait que rien ne dépasse car, rien ne doit dépasser, jamais ! Une tenue vestimentaire unisexe - chemise grande taille aux manches retroussées et jeans, dans la plus pure tradition des sorties du vendredi soir, à l’heure où il nous faut tous remplir un cadi chez Auchan (même les magasiniers de chez Leroy Merlin l’enchanteur sont mieux vêtus)…

    Sans goût donc (plus généralement, d’aucuns diront : « sans appétence »), mais forte de ses études d’Histoire, de sociologie et de communication, Caroline Fourest n'a qu'une seule  idée en tête : nous mettre tous à l’abri de trois fléaux imminents :

    - Le catholicisme intégriste omniprésent dans les médias, à la propagande ravageuse, et aux effets sociétaux dévastateurs…

     - Un Front national… non pas variable d’ajustement de la vie politique et des laissés-pour-compte de la société française (copyright Serge ULESKI), tout comme le chômage en économie… mais bien un FN sur le point de conquérir tous les postes clés du pouvoir - L’Elysée, Matignon, le Parlement, télés, journaux, radios, banques, multinationales...

    - Et pour finir : Tariq Ramadan… de la religion du même nom ; un Tariq Ramadan entouré de ses troupes de choc, Musulmans déchaînés, véritables bombes vivantes d’un feu de Dieu, par millions, à la tête d’un complot national aux ramifications internationales : la conquête de l’Europe par des Arabes en bivouac à Poitier et dont les têtes pensantes ont élus domicile en Suisse dans l’attente de l’assaut  final.

     

    ***

                     Passionaria de la lutte contre les extrêmes, surtout quand ils sont minoritaires  – mais… ne le sont-ils pas toujours par définition ? -, le courage étant la qualité la moins bien répartie chez les êtres humains, Fourest prend pour cibles, non pas les causes mais les effets ; en d’autres termes… les petits poissons plutôt que les gros.

    Rien de surprenant en la matière car, en ménageant les puissants, n’a-t-on pas la garantie d’une évolution, ou bien plutôt… d’une prolifération de carrières jusqu’aux confins de l’ubiquité : salaires mirobolants, voyages voyages ! partenaires très certainement bedonnant et gras (ou bien grasses, c’est selon) mais riches et influents - compensations qui en valent bien d’autres !

                       Manifestement, l’Histoire que Caroline Fourest a étudiée à l’EHESS et une solide méconnaissance du réel - ses véritables causes et enjeux -, lui a enseigné que, dans les années à venir, le fascisme et l’intégrisme religieux sont bel et bien les deux périls en la demeure ; fléaux qui nous menacent tous autant que nous sommes… et plus encore si nous ne sommes ni d’extrême droite ni musulman ni sympathisant ni rien…

    Voyez où en sont aujourd'hui les Grecs et les Espagnols pour avoir ignoré les alertes de Fourest ? Et demain… qui d’autres ?

    « Les Grecs ? Les Espagnols ? De quoi parlez-vous ? Quel rapport ?!

    – Ben… aucun justement ! »

    .

                  La sociologie quant à elle, aura permis à Fourest de réaliser à quel point des pans entiers de notre société étaient sous l’emprise démoniaque  – surtout dans les beaux quartiers -, de barbus racistes, anti-républicains, machistes et antisémites. Et la communication qu’elle a étudiée en Sorbonne... combien il est urgent d’opposer à tous ceux qui contrôlent nos chambres à coucher, nos quartiers, nos villes, nos départements, nos régions, notre pays et notre continent, la diffusion d’une information à la fois offensive et dissuasive.

    "Et devinez quoi ?

    - .................

    - Allez ! Faites un effort !

    - Euh... Fourest est omniprésente dans les médias ? C'est ça ?

    - Bravo ! Vous voyez quand vous voulez !"

    .

                Télés, radios, journaux… Caroline Fourest est chroniqueuse au Monde, à France 24, à France Culture et à France Inter.

     

    ***

    . 

                 Approximative et sans scrupules,  - et si tant est qu’elle soit intellectuellement capable d’identifier nos vrais ennemis... à titre d'exemples : ceux qui nous préparent une organisation de l’existence liberticide et dégradante pour l’immense majorité de l'espèce humaine -, alliée objective de l’extrême droite (1) dans sa victimisation de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un Musulman ; Imbécile ô combien utile ! Fourest n’occupe-t-elle pas son temps de cerveau disponible à prendre pour cibles des catégories qui ne sont en aucun cas une menace pour la liberté, la justice sociale et notre cohésion nationale, et ce pour le plus grand bonheur de ceux qui n’ont qu’un seul programme : la remise en cause des trois piliers de notre république : la liberté, l’égalité et la fraternité ?

    Pour peu que l’on ait encore la folie et le courage d’allumer un poste de télé, une radio, ou bien de lire un journal, n’en doutons pas un seul instant : en larbin de toutes les stratégies de diversion (en a-t-elle seulement conscience ?), avec Caroline Fourest qui voyage dans les valises de BHL, en nouveau faussaire de l’intelligence et de la lucidité, on en prend pour trente ans ! Oui, pour trente ans ! Car, dans les années à venir, ce sont les Fourest, Clark, Morandini et consorts, (après les Elkabbach et les Duhamel), véritables nains de l’existence et de l’engagement, individus sans colonne vertébrale autre que celle que peut leur offrir le confort du dos du fauteuil dans lequel ils posent chaque jour des fesses tièdes et maigrichonnes (à force de les serrer ?)… ce sont bien eux qui nous feront la leçon et qui rendront tous les verdicts…

    Et c’est alors que tous ces acteurs de la diversion viendront donner à la représentation du réel le coup de grâce ; libre ensuite au mensonge de régner sans entraves ; mensonge qui donne au pouvoir et à l’argent toutes les clés de l'avenir mais… sans nous puisque cet avenir se passera de notre consentement... puisque telle elle est la finalité de ce mensonge.

    .
    ___________________

     

     1 - Avec des détracteurs comme Fourest, le FN, qui en a connus bien d'autres - pensons à un certain Karl Zéro, blaireau pur jus dans le style Canal+ dont l'action anti-FN culminera avec la présence de le Pen au second tour de la Présidentielle de 2002 -, le FN peut donc dormir tranquille ; ses jours sont assurés et ses nuits aussi.

     

    .

    Pour prolonger - cliquez : Fourest, documentariste pour une audience somnolente

     

    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo 0 commentaire
  • Des nouvelles de l'Amérique

                  

                      Il n'y a pas mieux que les Américains pour nous parler de l'Amérique

     

     

     

               Auteur prolifique et anarchiste autoproclamé, à 86 ans l‘âge ne semble pas le ralentir. Professeur émérite de linguistique au Massachusetts Institute of Technology où il a enseigné toute sa carrière, Noam Chomsky, en collaboration avec l'universitaire Edward Herman, a contribué à la naissance des travaux consacrés à « l'économie politique » (« political economy ») des médias de masse. Leur  ouvrage La Fabrication du consentement (1988), étudie comment, dans le contexte américain, les principaux médias participent au maintien de l'ordre établi.

     

    ***

     

    Les meilleurs moments de cette interview :


                "Les États-Unis sont considérés comme la plus grande menace à la paix mondiale, par une majorité écrasante. Il est assez intéressant que les médias américains aient refusé de publier cela."


                "Dans les 40 dernières années, la plus grande menace pour Israël a été sa propre politique."


                "Rappelez-vous que la pire campagne terroriste dans le monde est de loin, celle qui est orchestrée à Washington même. C’est une campagne mondiale d’assassinat. Il n’y a jamais eu de campagne terroriste de cette échelle."


               "Décrire Poutine comme un monstre fou qui souffre d’une maladie du cerveau et qui est atteint d’Alzheimer, une créature maléfique, c’est un standard de fanatisme orwellien. Je veux dire, quoi que vous pensiez de ses politiques, elles restent logiques. L’idée que l’Ukraine puisse rejoindre une alliance militaire occidentale serait inacceptable pour tout dirigeant russe.


              "L’Etat-Providence est l’une des contributions majeures de l’Europe à la société moderne"

     

    ______________

     

                     

     

               Abby Martin à propos d'Hillary Clinton, candidate à l’élection présidentielle américaine de 2016 : "Hillary Clinton a voté en faveur de la guerre en Irak, c’est une criminelle de guerre. De même en ce qui concerne la Libye, la Syrie... au total près de 3 millions de morts civils depuis 2003. Je ne voterais pas pour une s***** comme elle."
     
     
     
             Sénateur, candidat démocrate aux primaires de la présidentielle de 2016, challenger d'Hillary Clinton, la candidate des lobbies militaro-industriel, agroalimentaire, bancaire et sioniste (pour ces raisons, on peut parier que les médias français ne manqueront pas de la soutenir)... Bernie Sanders souhaite imposer un débat au sein de son parti à l'occasion de cette primaire : "La réalité des salariés américains est la suivante : ils travaillent plus et gagnent moins malgré des gains de productivité records ; ils n'ont pas les moyens de payer des études à leurs enfants. Il n'y a aucun parti qui ait réellement pris conscience  de l'effondrement écologique à venir. Le chômage est à 11% et non à 5% ; 1% des revenus les plus élevés équivaut à 99% de la totalité des revenus ; ce sont nos billionaires qui achètent l'élection présidentielle, et ce n'est pas tolérable !"
     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser le monde aujourd'hui avec Noam Chomski

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Benjamin Dormann : médias et omerta

     


    Interview de Benjamin Dormann par Enquête&débat

     

     

     

                 C'est un fait établi depuis longtemps : la presse des uns s’interdit d’enquêter sur celle des autres ! En effet, un journaliste réfléchira à deux fois avant d’enquêter sur un de ses confrères.

    Quant à ceux qui, courageux et téméraires, s'y risqueraient... impossible de se faire inviter sur les plateaux-télés.

     

    ***

     

                 Qu'à cela ne tienne...

     

                 De Médiapart au Figaro, en passant par l’Humanité, Benjamin Dormann dans son ouvrage « Ils ont acheté la presse »

    dormann,médias,presse,niel,pigasse,

    passe au scanner les mœurs financières de cette caste, de ses dirigeants et de ses actionnaires :

    - Médiapart déposerait le bilan s’il devait acquitter sa dette au fisc : plusieurs millions d’euros de TVA…

    - L'Etat annule régulièrement la dette du journal l’Humanité…

    - Des journaux (sans lecteurs) sont organisés en association de loi 1901 tout en ayant des intérêts dans des sociétés commerciales...

    - On déplore des conflits d’intérêts sans nombre au sein de cette profession : un journaliste interviewe dans l’ignorance la plus totale des auditeurs, des téléspectateurs ou des lecteurs, l’actionnaire, majoritaire de surcroît, de son employeur.

     

              Aussi, la presse ressemble fort à une caste intouchable dont la classe politique et économique a acheté le silence, la complaisance et la connivence ; il est vrai que l'on ne mord pas la main qui vous nourrit ou qui vote des subventions à hauteur de 2 milliards et demi par an de fonds publics.

     

     _______________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Médias et journalisme - un lecteur témoigne

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Les frondeurs... dégonfleurs !

               

    On-a-compte-les-frondeurs-du-Parti-socialiste.gif

     

                     Les "frondeurs" du PS qui ont pourtant forcé le gouvernement à utiliser l'article 49-3 pour adopter la loi Macron - loi qui marque la sortie de la présidence et du gouvernement PS du camp de la Gauche -, tout en étant soulagés qu'ils n'aient plus... pour les uns, à voter contre, pour les autres, en faveur de cette loi, ces frondeurs ne voteront pas la motion de censure déposée par l'UMP et l'UDI ; les Ecolos non plus.

    Seul le parti communiste (15 députés) la votera.

    Faut dire que Valls et Cambadélis (Premier secrétaire du PS) ont menacé les frondeurs PS d'exclusion. Aussi, tous sont rentrés dans leur niche ; aucun d'entre eux n'a voulu prendre le risque de devoir jouer le député PS chez Pôle Emploi en 2017 ; en effet, c'est un salaire mensuel de près de 12 000 euros, dont la moitié net d'impôts, qui est en jeu pour tout ce beau petit monde.

    Dure dure la dissidence ! Dur le courage !

    ***

     


                Sur France info le mercredi 18 janvier, Jean-Luc Mélenchon est revenu sur l'utilisation de l'article 49-3 de la Constitution par le gouvernement ainsi que sur les conclusions d'une "étude" du directeur de la Fondation pour l’innovation politique, Dominique Reynié ; invité sur France Inter par un "journaliste", Philippe Cohen, coutumier du procès d'intention et de la diffamation, Reynié dresse le portrait d’un Parti de gauche antisémite ; ce Parti étudie une plainte en diffamation contre ce même Reynié.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : continuer de porter la crise au coeur du PS

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Charlie Hebdo versus Dieudonné…

     

                   "Avec Charlie Hebdo c'est toujours drôle ; avec Dieudonné, jamais ! Cherchez l'erreur ! Cherchez qui dérange et tape sur qui et quoi ? Et qui ne dérange personne sinon les petits, les humbles et parfois même les plus faibles de notre société, les dominés."

     

    ____________

     

     

               A la question "Pourquoi Charlie Hebdo c'est bien et Dieudonné c'est mal " les titres dans la presse se succèdent.

     

                  « Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” sur la religion » ?

    La question revient, lancinante, depuis la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo. A en croire cette même presse, elle correspondrait à une interrogation d'une partie des lecteurs.

     

                     « Pourquoi cette différence de traitement entre Dieudonné et Charlie Hebdo ? »

               Ironie de la situation : cette question met en cause un Dieudonné dont on peut affirmer, sans trop risquer de se tromper, qu’il est celui qui, de la scène humoristique, est le plus proche, dans l’esprit, de Charlie Hebdo, celui des années 70, avant l’ère Philippe Val. A ce propos, Dieudonné a travaillé un temps avec l’un d’entre eux.

     

                 « Que recouvre la formule « liberté d'expression », et pourquoi s’arrête-elle à Dieudonné ?»

                 Inutile de préciser que tous répondent à cette question en mettant en cause Dieudonné : « Les caricatures de Charlie visent une idéologie et non pas une communauté en tant que telle ; c'est ce qui distingue Charlie Hebdo des discours de Dieudonné. Il y a une tolérance quand il y a un second degré et la volonté d'amuser sans intention de nuire à autrui. »

            Ce juriste n’a sans doute jamais vu une caricature de Charlie Hebdo et n’a jamais assisté à un spectacle de Dieudonné.

     

           Qu'à cela ne tienne ! Libé, Nouvelobs, Médiapart, l’Express, le Figaro, tous s’y sont frottés à cette question - Pourquoi Charlie Hebdo c’est bien et Dieudonné c’est mal -, comme si l’on pouvait en toute impartialité y répondre à l’heure où il est maintenant prouvé depuis le bannissement des médias de l’humoriste en 2003 à la suite d’un sketch sur France 3 qui mettait en scène un colon juif des territoires occupés de Palestine… que quiconque manifeste de la sympathie à l'égard de Dieudonné se verra sanctionner : chômage (des salariés licenciés, des lycéens renvoyés à la suite de la publication de quenelles), menace physique, procès en sorcellerie, perte de la possibilité d’une carrière dans les domaines suivants : la politique, le divertissement et les médias.

            Juristes, chroniqueurs, rédacteurs en chef, tous nous expliquent que … avec Charlie Hebdo, ça part toujours d’un bon sentiment mais qu’en revanche, avec Dieudonné, c’est bel et bien un humour haineux qui nous est proposé : un humour antisémite, raciste et négationniste.

    Or, jamais Dieudonné n’a été condamné pour négationnisme. A juste titre, il ne l’est pas. Bien au contraire, il n’a cessé de dénoncer l’utilisation à des fins commerciales et politiques de domination du génocide des Juifs au détriment, ici, en France, d’une histoire nationale qui accorderait à tous les crimes et à toutes les souffrances la même importance, la même audience et la même représentation ; et par voie de conséquence : la même reconnaissance et empathie en dehors de toute recherche d’un traitement d’exception en faveur d’une communauté en particulier.

    De plus, jamais Dieudonné n’a été condamné pour racisme. Quant à son antisémitisme supposé, Dieudonné n’a jamais eu que deux cibles : le CRIF et la LICRA, tous deux responsables depuis 2003 de son bannissement des médias et d’un véritable acharnement que l’on peut à juste titre comparer à une chasse à l’homme comme on peut en mener contre des délinquants, voire des terroristes : d’où le « Je suis Charlie Coulibaly » de Dieudonné ; comprenez : « Tout comme Charlie Hebdo, je suis un  transgressif mais que l’on traque comme un terroriste ».

     

                    Froisser la mémoire des uns est un délit. Froisser la Foi des autres est un délice - Le journal de Personne

             A propos de Charlie Hebdo et sa représentation du prophète Mohamed, des pays comme l’Iran ont su renvoyer la balle ; ils proposeront de répondre aux provocations en organisant un concours international de caricatures sur le génocide juif des Nazis.

    C’était une idée ; elle avait le mérite de l’intelligence ; elle ne manquait pas d'esprit non plus.

    En revanche, ici, en France, face à Dieudonné, seule la répression est de mise. De là à penser que pour les uns tout est permis et que pour les autres rien ne l’est… deux poids, deux mesures…

    Cette initiative conduite par l’Iran, non reprise ici en France, a permis de démontrer "… que le pouvoir occidental ment quand il prétend que les démocraties avancées mettent la liberté au-dessus du blasphème et du sacré, alors que c’est un interdit quasi religieux qui frappe quiconque souhaite caricaturer le génocide juif (dans sa version et son instrumentalisation à des fins commerciales et politiques... s'entend)".

    Moquerie, insultes, représentations obscènes, voire pornographiques du génocide juif ? N'y pensez même pas ! On hurlera alors au blasphème et à la transgression antisémite ; le mot magique est lâché ; il ferme toutes les portes et n’en ouvre qu’une seule : celle des tribunaux qui prononceront alors des condamnations qui ruineront socialement et économiquement tout individu qui serait jugé coupable, même au nom du droit à l’humour, au blasphème, à la transgression ou plus simplement à la liberté d’expression. 

            On ajoutera ceci à propos de la fausse interrogation qui oppose Charlie Hebdo (ou Zemmour pour l'occasion) à Dieudonné : lorsque l’on s’interroge un instant sur le curriculum vitae de ceux auxquels on s’adresse pour trancher cette question  - juristes et avocats pénalistes ,entre autres -, très vite on ne peut pas ne pas s'apercevoir que ces derniers ont pour clients - mais est-ce un hasard ? -, Charlie Hebdo justement ! Ou bien le CRIF et la LICRA ; d'autres défendent qui un Houellebecq, qui les FEMEN, qui un Eric Zemmour lorsque ces derniers font l’objet de poursuites pour « incitation à la haine » ou pour « diffamation » car, dans les faits, en dehors de tout ce beau monde, vous ne trouverez aucune autorité morale et intellectuelle au dessus de tout soupçon pour condamner Dieudonné sans réserve.

    Et comme un fait exprès, on peut menacer ou injurier l’humoriste sans pour autant prendre le risque d’un procès ou d'une condamnation :

    -      « A quoi voulez-vous vous attendre avec Dieudonné ? C’est jamais qu’ un nègre » (animateur de télé québécois)

    -      « Les services secrets devraient s’occuper de Dieudonné » (Michel Onfray)

    -      « Dieudonné devrait être  fusillé séance tenante » (Philippe Tesson)

     

     

    ***  

       

           La problématique « pourquoi Charlie Hebdo c’est bien et pourquoi Dieudonné c’est caca » s’articule avec, d’un côté, un journal (Charlie Hebdo) qui prend pour cible la religion d’une population la plus faible et la plus discriminée en Europe - une population appartenant massivement aux classes populaires (1)  -, et de l'autre, un Dieudonné qui, dès 2003, a pris pour cible non pas une communauté mais une idéologie, le sionisme, d’une brutalité sans équivalent dans l’histoire récente, représentée ici en France par le CRIF, la LICRA, l’UEJF et la LDJ. Une idéologie qui a ses entrées non pas dans les foyers de la Sonacotra, ni dans les quartiers relégués ou chez les salariés des multinationales du BTP aux travaux pénibles et sous-payés, mais bien plutôt à l’Elysée, à Matignon, au Parlement, au Sénat et dans tous les médias de masse soit en tant qu’actionnaires, soit en tant que chroniqueurs, journalistes, directeurs et directrices de l’information : si vous avez un doute, merci de vous reporter à la liste des invités au dîner du CRIF chaque année ou plus simplement de passer une semaine en compagnie de France 2, Europe 1 et BFM-TV à l'heure de "l'information".

     

     

              Satire et droit à l’humour, un si long combat judiciaire contre Dieudonné

     

             Oui, tous ces journaux tentent d’expliquer à leurs lecteurs pourquoi « Charlie Hebdo c’est bien et Dieudonné ça pue » : or, à la lecture des commentaires postés, il semblerait qu’ils n’y parviennent que difficilement. Cela ne surprendra personne car rien n’est plus convaincant que la vérité ! Rien ne recueille autant l’adhésion du plus grand nombre que la vérité ! Dites la vérité, non seulement vous ferez rire le monde entier mais tout aussi salutaire : personne ne la contestera car, en ce qui concerne le sujet qui nous occupe plus spécialement, cette vérité sera porteuse d’une exigence à la fois intellectuelle, factuelle, morale et humaniste ; pour cette raison, la vérité est belle, égalitaire et fraternelle ; le mensonge est laid ; il salit tout ce qu’il recouvre. Il est destiné à la domination de quelques uns sur le plus grand nombre, toujours !  Et par les temps qui courent, la vérité… donc la beauté, n’a pas de prix et c’est la raison pour laquelle ils sont si peu nombreux à pouvoir se l’offrir.

              La vérité ? C’est la recette de Dieudonné : dites la vérité et tout le monde éclate de rire comme libéré d’un poids immense, celui du mensonge auquel nous sommes tous tenus… et c’est alors que l’on en redemande car rien n’est plus lourd à porter que le mensonge imposé qui se sait mensonge contre le meurtre de la vérité.

    Par conséquent… si Charlie Hebdo avait tenté de prendre pour cible un colon juif des territoires occupés ou un certain Moïse - ou bien encore... tenez ! Pire ou mieux, c’est au choix ! -, les présidents du CRIF les plus récents (Prasquier et Cukierman...) - et il y a de quoi ! - eh bien, vous pouvez parier que le premier procès que ce journal aurait perdu l’aurait ruiné en quinze jours et toute l'équipe de Charlie serait encore de ce monde aujourd'hui ; morte socialement et professionnellement mais vivante quand même, cette équipe qui n'en serait plus une !

    A ce sujet, on peut se reporter au témoignage du caricaturiste Siné, licencié par Val pour antisémitisme qu'aucun tribunal n'a validé : c'est ICI.


                Alors : "Pourquoi Charlie Hebdo c’est bien, et pourquoi Dieudonné est un terroriste ?"

            Charlie Hebdo prend pour cible les locataires des foyers Sonacotra et des quartiers relégués (2). Dieudonné ceux de l’Elysée, de Matignon et de l’Assemblée nationale, le CRIF et la LICRA.

    Les uns ont les moyens de se défendre. Et comment ! Les autres pas ; d’où, après des années infructueuses d’indignation face à la surdité de la société, le recours au terrorisme car si l’humour est la forme supérieure du désespoir, le terrorisme, comme chacun sait, est l’arme de dominés pris au piège d’une injustice que rien ne semble pouvoir réparer.

    Aussi, on peut sans se tromper affirmer que la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo marque l’impuissance de la communauté musulmane de France à imposer, contrairement au CRIF avec le soutien de la Licra (ou bien, les associations homosexuelles - par exemple), le cadre dans lequel il sera permis de se moquer d’elle, de la ridiculiser, de la caricaturer ou de l’attaquer frontalement. Et c’est cette incapacité-là, dans une société aux préjugés tenaces contre cette population, contre son histoire, sa religion, ses mœurs et sa langue (3)… à propos de laquelle nous devons tous nous interroger : peut-on encore longtemps dénier à l’Islam de France le droit de se défendre et d'imposer dans un cadre républicain des limites à ceux qui veulent "s'en prendre à elle" ? Sans pour autant donner dans une intolérance qui n'aurait plus rien à envier à un terrorisme moral et politique.

               Voyez plutôt ! Tout rapport de force aussi modeste soit-il lui est tellement défavorable, voire impossible à imposer, qu’à l’aune des tueries de Paris et de Vincennes, des voix s’élèvent sans honte ni gêne pour demander ceci  : « Il serait temps qu’à l’école on puisse enseigner aux enfants des quartiers l’antiracisme et la tolérance »...

    Et quand on sait que l’on s’adresse là aux Français issus de la culture arabo-musulmane et/ou africaine, c'est à dire aux deux groupes les plus discriminés en Europe - éducation, travail, logement et reconnaissance citoyenne -, c'est dire tout le chemin qu'il nous reste à parcourir pour accorder toute l'attention nécessaire à ceux qui en auront le plus besoin dans les années à venir.

     

     

    1 - Charlie Hebdo, une analyse de l'intérieur ICI

    2 - ou bien le Catholicisme, une religion à terre en Europe.

    3 - La France qui a "marché" ce dimanche 11 janvier 2015, c'est la France de souche majoritairement européenne ; une France moyennement éduquée à très éduquée ; la France des centres de nos villes et de la proche périphérie ; c'est la France qui vote. Alors que la France qui ne s'est pas mobilisée dimanche, c'est la France des quartiers dits "sensibles", la France issu de la colonisation et de l'immigration ; France de culture arabo-musulmane et d'Afrique noire, la France discriminée, la France rurale aussi, abandonnée à son triste sort ; la France qui ne vote pas ou plus. Or, c'est cette France-là qui aura besoin de toute notre attention, de tous nos soins dans les années à venir.

    Pour son malheur, la classe politique s'intéresse en priorité à ceux qui votent, et la police à ceux qui cassent. Aussi, on peut être pessimistes quant aux capacités de cette classe politique à tirer les leçons adéquates des tueries de ces derniers jours.

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le phénomène Dieudonné

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Dieudonné : le phénomène, Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu