Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

medias - Page 9

  • Requiem

     

    deux journalistes tués au mali.jpg

     

                   "Deux journalistes français ont été enlevés et tués samedi dans le nord du Mali. Ghislaine Dupont et Claude Verlon, envoyés spéciaux de Radio France Internationale (RFI), se trouvaient à Kidal."

     

    ***

     

                   A l'heure où la perte de confiance de la population envers les journalistes et la grande presse en général est presque totale... jamais on n'a eu à déplorer autant de morts dans le rang de ceux qui, manifestement, sont chargés de ne plus nous informer, ou si peu ou bien si mal.

    Doit-on alors parler de l'augmentation des décès de "journalistes" (plus de deux cents l'année dernière !) dans le cadre du non-exercice de leur profession ? Augmentation directement proportionnelle au mensonge par omission ou par ignorance dans le meilleur des cas - mensonge dénoncé par tous les médias alternatifs depuis trente ans -, et dans le pire : désinformation et manipulations délibérées dans tous les médias dominants (1)

    Connivences, consensus et  conformisme (2)… il est vrai que  la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir politique  ; médias à la tête desquels on trouvera de véritables épurateurs et pourfendeurs impitoyables depuis plus de 40 ans de toute pensée économique et politique alternative d’où qu’elle vienne.

                   Mais alors... est-ce à dire que plus l'information se porte mal... moins on nous informe, plus les journalistes meurent ?

     

    C'est à croire !

     

    Dans tous les cas, on n'admettra que c'est vraiment cher payé quand on connaît la qualité de l'information qui nous est communiquée, son indépendance et sa profondeur de pénétration du réel : ce qui nous est montré autant que ce qui nous est caché.

     ______________________

     

    1 - Ou bien alors... doit-on exonérer tous les journalistes au sein d'une organisation de l'information sans lien de causalité, sans chaîne de responsabilités, sans hiérarchie, dans une dilution entière de l'action journalistique, dans un flou sinon artistique, du moins, décisionnel complet... sans responsable ni coupable ou bien alors..  l'actionnaire qui a bon dos et qui paie rubis sur ongle.

    Nombreux sont ceux qui critiquent les médias dominants ; et ces mêmes médias ne se font pas de cadeau entre eux, face à la concurrence féroce sur le marché de la "non-information" pour la captation-répartition de la manne publicitaire sans laquelle ils ne peuvent compter survivre. Mais rares sont ceux qui sont disposés à demander à l'individu "journaliste" de faire face à sa responsabilité personnelle dans son travail de sape d'une information honnête, intelligente et audacieuse : intuition et flair.

     


    2 - Flics, journalistes, matons, enseignants... tous sont méprisés (voyez leur niveau de formation et leur salaire !) car pour le système... ces métiers ne produisent rien sinon la nécessité encore et encore d'un contrôle et d'une prise en charge de centaines de millions d'individus qu'il faut sans cesse rappeler à l'ordre d'un ordre moral et social aux ordres et qui, très tôt, a déjà choisi et nommé ses chefs.


                   Pour prolonger, cliquez  Le journalisme d'investigation

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • La France en face : documentaire, service public et mondialisation

     

     

     

    La France en face documentaire de 87' diffusé  le 28-10-2013  par France 3

     

                 "Résultat de trente ans de changements, la France a aujourd'hui deux visages. Dans les 25 métropoles qui totalisent 40% de la population sont concentrés les cadres, les techniciens spécialisés et l'essentiel des immigrés. C'est là que 80% du PIB du pays est produit. Hors de ces villes, dans le reste de la France, se retrouvent des millions d'employés et d'ouvriers, qui constituent la «France des fragilités». Ils vivent dans la précarité et constatent le fossé grandissant qui les sépare des urbains entrés dans l'ère numérique. A travers des rencontres, des témoignages et l'étude de travaux de spécialistes, c'est le portrait d'une France oubliée qui apparaît."

     

    Documentaire dans son intégralité ICI

     

    ***

     


                  Contrairement à ce qui nous est présenté dans le synopsis, ce documentaire joue manifestement la carte de la mondialisation. En effet,  combien de fois nous est-il asséné le fait que seuls ceux qui sont dans la mondialisation s'en sortent  - comprendre : ceux qui résident dans les métropoles (1) -, et pas les autres, oublieux du fait que dans tous ces bassins d'emplois les salaires ne permettent ni de se loger ni d'avoir des loisirs.

     

    En dehors de la mondialisation et une UE totalement dédiée à son déploiement, point de salut donc ! Alors que c'est précisément cette mondialisation qui condamne 60% de la population française (et plus encore) à l'isolement, à la précarité, sans possibilité de faire le moindre projet : une vie au jour le jour.

     

    Sans doute est-ce là le point de vue qu'il faut afficher pour que France télévision achète ce documentaire qui n'analyse rien et ne nous apprend pas grand-chose de
    nouveau ; et bien évidemment : aucune remise en cause de ce nouvel ordre ni de ceux qui servent un système qui, depuis trente ans, détruit les Peuples, les Nations, les métiers et les conditions de vie.

     

    Voix off compatissante, que personne ne soit dupe ! Démonstratif, ce documentaire n'explique rien. Pour un peu, il prendrait même les effets pour les causes.

     

    ***

     

     

                    Allez France 3, encore un effort !

     

    ______________

     

    1 - Assomption somme toute puérile à propos de la place des métropoles dans la mondialisation, et plus près de nous, dans l'UE.

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • "La quenelle" expliquée

     

    quenelle,dieudonné,égalité et reconciliation,quenelle d'or,dissidence,subversion,médias,politique,actualité,société

    Dieudonné et Tony Parker

     

               "La quenelle" est, dans un premier temps, un mime du « Fist Fucking » (pénétration d’un partenaire ou d’une partenaire sexuel avec le poing) ; c’est la raison pour laquelle ce geste s'accompagne souvent de l’expression « Dans ton cul !»

    Geste de ralliement de tous les dissidents, "la quenelle" est bel et bien un geste de subversion contre l’ordre établi, contre le système et la pensée unique. On peut l’assimiler au doigt d’honneur.

               A propos de la « quenelle » un indice de mesure est établi comme suit :


     - Quenelle de 175 qui indique la profondeur de la pénétration (on ne sait pas si ce sont des mm, cm, pouce, etc.)
     - Quenelle de 300
     - Quenelle épaulée
     - Quenelle tétée

    .... et autant de grades : le grade ultime étant celui de «Maître quenellier »

     

    Chaque année, une cérémonie de remise de prix nommée « La Quenelle d’Or » récompense, à l’instar des Oscars, Césars ou autres 7 d’Or, ceux qui ont « glissé » les plus grosses quenelles au système. Ce prix récompense plusieurs catégories de quenelles : politique, sport, art contemporain, littérature, essais...

                        Déjà, on lui prédit un brillant avenir. Aussi... longue vie à "La quenelle" !

     

                         

    Mérée Drante : "La Quenelle" en chanson !

     

    __________________                  

     

    Merci à Fabrizio sur Agoravox à qui l'on doit toutes ces précisions.

     

    Lien permanent Catégories : Dieudonné : le phénomène, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Dîner du siècle : circulez, y a rien à voir !

     

                     

                Ou quand le collectif "Le cercle des volontaires" se mêle de ce qui nous regarde.


               

               D'aucuns cherchent à éviter le micro tendu, embarrassés, d'autres sourient, d'autres encore baissent la tête et feignent d'être en ligne avec un interlocuteur sur leur mobile.... et tous se taisent : no comment !


    Le Cercle des Volontaires est allé à la rencontre des invités du Siècle, devant l’Automobile Club de France, haut lieu de la collusion des élites françaises.

     

                 

     

     

                
                   "En France comme dans la plupart des démocraties libérales, les membres de la classe dirigeante constituent un groupe social conscient de lui et séparé des autres. Mais l’intégration à ce monde ne s’opère pas spontanément. Entamée au moment des études, elle se prolonge au sein de cercles élitistes, tel Le Siècle, et de réceptions mondaines où se coudoient les vedettes issues de divers horizons professionnels." - Le Monde diplomatique

     

    _________________________

     

    Pour prolonger, cliquez Penser le monde aujourd'hui avec Pierre Carles


     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Un essayiste chez Taddéi : "Faites ce que je dis mais pas ce que je fais !"

     

                        Après le passage d’Alain Finkielkraut chez Frédéric Taddéi, vendredi 18 octobre - un passage de plus au cours d’une quinzaine très chargée qui aura vu  l'essayiste dans d’innombrables émissions de radios et de télévisions -, d’aucuns ont regretté ce qu’ils ont appelé le « bashing » de Finkielkraut par deux des invités de l’émission CSOJ : « Ce soir ou jamais » sur France 2.

    Qu’il soit ici permis de leur répondre.

     

    ***

     

                 Face à Finkielkraut, on doit être d'une sévérité sans merci ; un Finkielkraut qui n'hésite pas à s'arranger avec des  Renaud Camus et autres Richard Millet (tous deux partageant des thèses proches des suprématistes blancs et chrétiens) selon le principe suivant (1) : "Ce qui nous réunit est plus fort que ce qui pourrait éventuellement nous diviser" ; le tout sur le dos des communautés africaine et maghrébine de France qu'ils attaquent en permanence et auxquelles ils n'ont pas un mot décent à adresser...

    Quant à donner des leçons de "francité" à qui que ce soit...

    Entre celles qui affichent un voile et qui l'assument (le voile et l’Islam en France : une des nombreuses obsessions de cet essayiste et de ceux qui l'entourent) et des Finkielkraut qui n'assument rien de leurs engagements, tous plus indignes les uns que les autres - Israël, les thèses du FN à propos de l'immigration et des Français qui en sont issus, un soutien sans faille à la puissance militaire et meurtrière que sont les USA et sa main basse sur l’Europe ainsi que la haine de la compassion pour l'autre quand il est "autre" et plus encore... "tout autre"... -, un seul choix s'impose : le combat contre tous ces « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! » car il y a dans les têtes des kippas et des crucifix qui valent - de très loin -, toutes les femmes voilées de la terre, consentantes ou pas, majeures ou mineures, à cette différence près néanmoins : le voile concerne une communauté reléguée, dont la majorité de ses membres occupe des emplois « disgracieux », pénibles, à la limite de l’humiliation contre une élite médiatico-intellectuelle vorace, qui n’en a jamais assez :  jamais assez de pouvoir, jamais assez d’espaces de prise de parole et de contrôle de cette même parole – qui est autorisé à parler, de quoi, où et pour le compte de qui ; une élite impitoyable à l’encontre des dissidents, des faibles et des disgraciés.

     

     

                Aussi, qu’il soit permis ici de rappeler ceci : Finkielkraut ne s’intéresse qu’à lui-même (2) et à sa caste, son pouvoir, ses passe-droits et ses privilèges ... dans le seul souci de n'en céder aucun à qui que ce soit… et en premier lieu, à ceux dont la « candidature » n'aurait pas été au préalable validée par cette même caste médiatique qui dirige tout et qui ne représente plus personne ; une caste au service d’une seule loi :  la loi du plus fort : « J’ai raison parce que c’est moi qui parle à la radio et qui passe à la télévision… et pas vous ! »

                Qu’on ne s’y trompe pas : ces gens-là sont bel et bien le monde tel qu’il est ; et c’est la raison pour laquelle toutes les portes leur sont ouvertes car la France de Finkielkraut  c'est cette France qui, depuis trente ans, a cadenassé tous les médias dominants, les entrées comme les sorties ; la France de ceux pour lesquels tout est permis, une poignée, et les autres, des millions, pour lesquels tout est interdit.

     

    ____________________

     

    1 - Alliance judéo-brune, chacun signant un pacte de non-agression de l'autre. Finkielkraut devrait être plus avisé car il semble que Camus et Millet aient trouvé en lui leur bon Juif comme d'autres leur bon Noir, Arabe ou encore, leur bon Musulman.

    2 - Paradoxe  suprême, il se pourrait bien que notre donneur de leçons impénitent, français de première génération (les parents de Finkielkraut étaient de nationalité polonaise) soit, de tous nos essayistes issus de l’immigration, le moins assimilé des « Français » (avec BHL), sa référence à la culture française n’étant qu’un écran de fumée derrière lequel ses analyses se déploient, là où il fait le choix de ses cibles privilégiées : les Musulmans (Maghreb et Afrique noire), et les antisionistes ; car il faudra bien que l’on se décide à dire tout haut ce que tout le monde se garde bien d’expliciter : toutes les préoccupations de Finkielkraut ont une seule et même origine, à savoir son appartenance juive ainsi que… ce qui est sans doute sa véritable patrie… Israël, et son obsession de l’antisionisme indissociable à ses yeux de l’antisémitisme. En effet, n’est-il pas celui qui a proclamé : « L’antisionisme est le nouvelle anti-sémitisme » ?! Ce qu’aucun Français  ne se hasarderait à affirmer pour la simple raison que le sionisme et l’Etat d’Israël sont le cadet de ses soucis.

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
  • Mediapart et le déférencement sur Google des contributions de ses abonnés

     

                    Là encore, c’est imparable : plus le maître des lieux aboie au nom des grands principes, plus le maître se dit déterminé face à ce qu’il considère être une exigence, plus il aboie fort donc, et plus dans les faits, il recule. Et d’ailleurs, n’ayez aucune illusion : s’il aboie aussi fort c’est aussi et surtout parce qu'il sait qu'il est sur le point de battre en retraite.

     

    | Par utopart

     

    Une affaire fait grand bruit (sur médiapart, parmi les abonnés - ndlr), à raison me semble-t-il.

    Certains abonnés qui tiennent à voir leurs blog et billets être accessibles de l'extérieur de Médiapart par moteurs de recherche ou réseaux sociaux interposés ont vu ces derniers jours cette possibilité, qui leur était accordée depuis le premier jour de leur abonnement, être supprimée, la recherche sur leur pseudo chez Google par exemple, ne donnant aucun résultat en relation avec Médiapart, le site ayant choisi de les "déréférencer" ce qui les rend invisibles et rend inaccessibles tous les billets qu'ils publient sur leur blog.

    Outre le fait que la rédaction a dans un premier temps prétexté des problèmes techniques, elle n'a pas eu une attitude très glorieuse.

    Sous les questions pressantes des abonnés concernés et d'autres qui cherchent à comprendre, Géraldine Delacroix a fini par avouer:

    ***

     

                 Acculé par ses abonnés, Médiapart vient enfin de reconnaître par la voix d'une dénommée Géraldine Delacroix ( un mi-temps salariée de Médiapart, en charge du Club des abonnés) que ce journal a pris la décision de déréférencer tous les contenus - billets de blogs et commentaires - qui appartiennent à ce qu'on pourrait appeler "la mouvance dissidente", tout en maintenant sournoisement ces mêmes contributions sur son site, dans la partie CLUB tel un recours à une censure tout aussi sournoise. La raison de ce déréférencement est la suivante : ces blogs et ces contributions ne respecteraient pas la charte de Médiapart.

     

    Or, quand on sait avec quelle facilité Médiapart a toujours su censurer les billets de blogs qui ne lui convenaient pas - jusqu'à la résiliation des abonnements -, on ne peut, encore une fois, que déplorer la tartufferie de la politique éditoriale de ce journal (se reporter à La Fontaine et à Molière à ce sujet), car dans les faits, un seul constat s'impose : tout doit être sacrifié, et en particulier et surtout la liberté d'expression, sur l'hôtel de la conquête de nouveaux abonnés.

     

    Surtout, pas de vagues !  

     

     

              Aussi, force est de conclure ce que l'on soupçonnait déjà depuis quelque temps : Médiapart n'est plus aujourd'hui qu'un site de commerçants âpres au gain.

     

    ______________________  

     

    Pour prolonger, cliquez : Médiapart a cinq ans : un abonné témoigne

    Lien permanent Catégories : Médiapart, Politique et actualité 0 commentaire
  • Huffington Post : censure et bannissement

     



                 A propos de l'article "Serge Ayoub demande l'exclusion du journaliste Frédéric Haziza, des élus du PS et de l'UMP condamnent" publié par le Huffington Post début Août, article qui mentionne  en passant un de mes billets publié en février (1) de cette année, j'ai souhaité réagir sous la forme d'un commentaire.


    Or, la censure et le bannissement à mon endroit sont la seule réponse apportée par la rédaction d’un "journal" qui ne validera aucun commentaire dissonant ou dissident à propos de son article ; car tous les commentaires convergent vers une condamnation sans appel d'une pétition dont l'auteur Damien Chauveau n'a, soit dit en passant, aucun lien avec Monsieur Ayoub.


                     Aussi, je reproduis ici le commentaire refusé par la rédaction de Huffington peu de temps avant que mon compte ne soit fermé définitivement par cette même rédaction :


              A propos de votre article "Serge Ayoub demande l'exclusion du journaliste Frédéric Haziza, des élus du PS et de l'UMP condamnent" qui mentionne un billet que j’ai  publié en février de cette année, je souhaite apporter le commentaire suivant :


    Le billet dont il est question - billet publié, entre autres, sur lemonde.fr, médiapart et RFI atelier des médias -, a pour titre et sujet "LCP-Public Sénat, BFM et i-Télé : récupération, lessivage et recyclage" - un regard sur ceux qui, bien que remerciés et parfois même... discrédités, ne connaissent jamais le chômage ou la crise ou bien encore, la retraite !" (2)


    Il prend pour cibles une dizaine de journalistes dont Monsieur Haziza.


    Et à son sujet... ma position reste inchangée :   journaliste sur LCP, et puis aussi... à Radio J, radio de la communauté juive dont il est le chef du service politique, Monsieur Haziza doit choisir : soit il sert le service public, soit il sert sa communauté et ses intérêts partisans bien compris - intérêts incompatibles avec l’exercice du métier de journalisme dans ce même service public -, mais certainement pas les deux, et qui plus est... aux frais des contribuables.


    Ce cumul de fonction "privé-communautaire/public" est inacceptable.


     

                                                                        ***

     

                  La censure et le bannissement des médias à l’endroit de toutes les voix dissonantes et dissidentes, voire… radicales, ne font que confirmer, jour après jour,  tout ce que l'on peut dénoncer depuis trente ans : des médias qui ont définitivement tourné la page de la liberté d’expression même si ces médias n’ont jamais vraiment adhéré à cette liberté ; l'unité de l’UMP et du PS contre une pétition argumentée, le prouve une fois encore, car enfin, aucun candidat n’a jamais gagné une campagne électorale quelle qu’elle soit sans l’appui des médias dominants et toute la complaisance qui les accompagne : conflits d’intérêts sans nombre et connivence mortifère pour la qualité de l’information… une information que plus personne ne nous envie ;  une information risée du monde entier.


    Si  seulement c’était risible et drôle !


    ____________________

     

     

     

    1 – Monsieur Haziza est coutumier des menaces de procès pour antisémitisme à l’endroit de ceux qui jettent un regard critique sur ses activités de « journaliste ».


    Merci de vous reporter à tous les liens qui vous sont proposés en bas de page ; ils ont pour sujet la tentative de Monsieur Haziza de censurer un billet de blog rédigé par votre serviteur ICI : billet qui ne le concernait pourtant pas exclusivement, loin s'en faut. Monsieur Haziza a fait état d'antisémitisme... délit derrière lequel il semble se cacher afin de neutraliser toute critique à son égard, sûr de lui et de son pouvoir sur les hébergeurs de contenu quand il s’agit d’obtenir que l’on censure un blogueur qui l’indispose.


    L'arrogance de Monsieur Haziza est sans aucun doute symptomatique d'un climat propre aux médias : impunité pour tous ceux qui y travaillent ; journalistes ou pas, tout y est donc permis ; et tous auraient sans doute bien tort de se retenir.

     

    Cliquez :


    - LCP-Public Sénat, BFM et i-Télé : récupération, lessivage et recyclage

     


    - http://www.blogg.org/blog-103844-date-2013-02-10-billet-medias__service_public_et_communautarisme___complaisance__cooptation_et_predation-1437331.html

     

    - http://pensetouseul.unblog.fr/2013/02/08/frederic-haziza-voit-des-antisemites-partout-serge-uleski-en-serait-un/


    - http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2013/02/13/sale-temps-pour-les-blogueurs-au-nouvelobs-et-a-mediapart-13.html


     

    2 - On nous aura vraiment tout fait et tout servi sur le service public : on a connu le journalisme de droite (Elkabbach), le journalisme PS (Levaï), le journalisme de cirque et de foire (Mourousi), le journalisme passeur de plats  - droite et gauche sans distinction -, avec Ockrent et Sinclair, et enfin le journalisme agent de sa propre cause : PPDA...

    Avec Haziza, voilà maintenant que l'on nous sert du journalisme communautaire : radio J défend une communauté et des intérêts forcément partisans – sinon, à quoi bon ! -, (intérêts économiques, politiques, religieux et culturelles...) incompatibles avec l'exercice du métier de journalisme dans le service public. 

    Que l'on suggère donc à Monsieur Haziza, puisque manifestement son poste à Radio-J ne lui suffit pas, de déposer un CV chez BFMTV ou chez i-télé.


                

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
  • Edward Snowden demande l'asile à l'Equateur

     

    Véritable héros...

     

            Que tous les asiles lui soient accordés !

     

    Edward_Snowden-2.jpg

     

                 Edward Snowden, un employé de 29 ans d'un sous-traitant américain de la défense, est la source qui a révélé au "Guardian" des informations confidentielles sur les programmes de surveillance des communications menés par les Etats-Unis.

    Paix et liberté aux hommes de courage !

     


    Snowden : "Même si vous ne faites rien de mal... par lemondefr

     


                 Dans une interview vidéo accordée au quotidien britannique, Snowden explique le fonctionnement du système de surveillance ainsi que les raisons qui l'ont poussé à le rendre public. 

     

    ____________

     

    Pour prolonger : cliquez Derive techno-totalitaire

     

    Lien permanent Catégories : Lanceurs d'alterte : les wikileaks, Politique et actualité 0 commentaire
  • L'idéologie de la domination pour les nuls

     

     

    Rappel des fondamentaux avec,  dans l'ordre d'apparition :

    Harendt, Weil (non pas elle, l'autre), la Boétie, Marx, Alain, Clouscard, Pasolini et Freud.



    Par Adrien Abauzit, auteur et jeune "cadre" dynamique de la dissidence


     

    Démocratie réelle - démocratie formelle…


    Aliénation - déracinement…


    Double dynamique de destruction  de la réalité et des institutions sociales afin de réduire le Peuple à l’état de masse indifférenciée, sans volonté propre, ni personnalité ; à l’individu on enlève  tous ses référents culturel, politique, civique, religieux et spirituel avec comme armes :


    - La sous-culture anglo-saxonne mercantile – culture hédoniste de masse


    -  La propagande en faveur de l’idéologie dominante qui n’a qu’un projet : défendre les intérêts de l’oligarchie contre l’intérêt général avec l’appui de la classe politique (UMP et PS) et des médias qui ne recrutent alors que ceux qui sont en accord avec cette idéologie.


    L’idéologie dominante est de gauche dans ses mœurs, et de droite sur le plan économique (UMPS).


    Cette idéologie dominante produit une déstructuration du sens, de tous les sens, et de la réalité et de sa perception : qui fait quoi, à qui, où, comment, pour(-)quoi et pour le compte de qui.


                    Et cette idéologie n’a aujourd’hui pas plus de compte à nous rendre que pouvait en avoir Louis XIV


    ________________________


                Pour prolonger, cliquez : comprendre le monde aujourd'hui avec...


     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
  • Serge ULESKI interdit de publication sur Médiapart

     

                Sans notification ni explication... sachez que je ne peux plus publier ni commenter sur le site de Médiapart depuis vendredi 14 juin 2013 à 17h alors que mon abonnement, dûment acquitté, court jusqu'en Septembre 2013.

    C'est dans l'ordre des choses sans doute... 

    Après ce bâillonnement précédé d'un lynchage en bonne et due forme de près de 352 commentaires sur le billet d'un abonné qui me prend pour cible (c'est ICI), Médiapart est enfin à sa place, là où l'on lynche, censure, bannit et finalement... on exclut.

    A propos de ce lynchage par billets et commentaires interposés, j'ai pu leur répondre à tous ceci : 

                   "Je suis ici sur Médiapart et ailleurs, celui qui ouvre la plus grande des fenêtres et la plus grande des portes à des points de vue et à des intervenants dont vous n'auriez sans doute jamais entendu parler si je ne vous les avais pas présentés, et ce dans tous les domaines : cinéma, peinture, littérature, politique, société, musique....

    Les narcisses sont ceux qui se sont donnés rendez-vous ici sur ce billet sans consistance qui me prend pour cible ; tous tentent d'exister un peu, puis renoncent après un tour de piste, réalisant sous doute, très vite, que pour retenir l'attention des lecteurs, il faut de la poigne intellectuelle, de la fermeté d'âme et du métier aussi... il faut avoir répété longtemps, longtemps ; l'intelligence c'est aussi et surtout un sport : discipline, rigueur et sacrifice. C'est aussi une quête que seuls les hommes honnêtes et indépendants, des hommes capables de penser contre eux-mêmes et en dehors d'eux-mêmes peuvent se permettre de mener.

    Les autres doivent se contenter de n'être que ce qu’ils sont qui n'est que la somme de tout ce qu'ils n'ont jamais choisi d'être, se contentant le plus souvent d'une naissance dont la genèse et l'effort ne leur appartiennent même pas... aussi, ethnies, classes, nationalités... tous subissent et c'est la haine que vous leur inspirerez si jamais vous n'en êtes pas... avec eux soumis à vous-même, esclave d'une identité qui éclaire un manque de volonté et de courage... de tout temps."

     

                    Encore une fois, Internet le confirme chaque jour :  c'est pas demain la veille que notre monde cessera de nous ressembler... nous en général... et de leur ressembler, eux en particulier... car... plus ils sont le monde tel qu'il est, plus ils donnent de la voix, et jamais ils ne sont les victimes d’aucune censure tellement ils sont, encore une fois, le monde tel qu’il est ; et leur anonymat à tous (utilsation d'un pseudo) n'aura rien changé ; il ne leur aura rien apporté, ni courage, ni tolérance, ni intelligence ; bien au contraire : lâcheté, indigence morale et intellectuelle, flagornerie et insultes triomphent ici comme partout ailleurs. 

    Il est vrai que le mal a besoin de la nuit et le bien de la lumière du jour car le bien a besoin de se faire re-connaître - dans le cas contraire, à quoi bon ! -, tandis que le mal... lui, préfère frapper en toute impunité. D'où l'utilisation par tous de pseudos.

                 Suite à cette décision de m'interdire de publication, reste à espérer qu'à l'avenir  les dirigeants de Médiapart cesseront de "péter" plus haut que leur éthique, que leur morale...  et la vérité au sujet de l'engagement de ce journal  s'en portera alors beaucoup mieux.

    Quant à ceux qui seraient tentés de penser ceci : "ULESKI l'a bien cherché après tout !"...

    Qu'ils sachent que dans toute l'histoire des auteurs censurés, tous ont dû affronter des censeurs qui pensaient tous avoir de bonnes raisons de les bâillonner.

     

           J'en profite pour saluer les quelques abonnés qui m'ont toujours ouvertement soutenus.

     

               Pour prolonger.... voici quelques liens  : comment fonctionnent Médiapart vis à vis de ses abonnés (journalistes inclus), ainsi que les abonnés proches de la rédaction vis à vis des autres abonnés beaucoup moins proches : 

     

    - Médiapart a cinq ans, un abonné témoigne 

    - Faut-il sauver l'abonné soldat groupie de Médiapart ? 

    - Deux ou trois choses que je sais de nous sur Médiapart - 

    - Deux ou trois choses que je sais de nous sur Médiapart - 1

    - Billets de blog ignorés par le Club - demande de création d'une Edition 

    - Pot d'accueil avec discrimination à l'entrée - Bienvenue chez Médiapart

     

    Lien permanent Catégories : Médiapart 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu