Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

mondialisation - Page 3

  • Les enjeux du mondialisme avec Michel Drac


    Le Mondialisme : Enjeux et perspectives par E&R - Aquitaine

     


                 Économie de la géopolitique, géopolitique de l'économique, le mondialisme est un impérialisme ; son but : l’accroissement sans fin d’une domination économique, militaire et culturelle sans partage afin de consolider et  de pérenniser les profits colossaux des oligarques.

     

                La libre circulation des capitaux, des marchandises et sous certaines conditions, des hommes – comprenez : de la main d’œuvre -, y contribue largement, avec pour conséquence une attaque frontale contre les sociétés les plus développés, tout en offrant un avantage comparatif sans précédent et déloyal à des économies dites "émergentes"... émergentes de sociétés inégalitaires, voire quasi féodales dans leur organisation. Ce qui, dans les faits, se solde par une guerre contre les salaires, les acquis sociaux et les libertés démocratiques  (1) des pays les plus développés, et ce pour le plus grand profit d'un capital sans frontières avec des classes supérieures en soutien et au service des oligarques et des actionnaires de firmes pas simplement trans-nationales mais aussi...  trans-mondiales, voire trans-planétaires : en effet, pour celles-ci, il semblerait que la planète terre ne soit jamais assez grande.

    Dans ce contexte, tout gouvernement mondial n'est que la consécration de cette domination impérialiste.

     

                Pour cet impérialisme, s’il se sent menacé, "la montée aux extrêmes" est toujours une option, comme "faire la guerre pour la guerre",  jusqu'à développer des comportements quasi suicidaires : ce qui à terme peut provoquer sa chute.

    On pensera bien évidemment à la Pax Americana, à ses provocations contre la Russie, et sa gestion d'un chaos programmé qui s'étend de la Libye à l'Afghanistan, aux enjeux énergétiques indépassables tant en production qu'en acheminement.

    Nul doute que d'autres régions seront prochainement prises pour cibles.

     

    ***

     

                 "Notre espèce a énormément de mal à penser sur plusieurs générations car il y a trop de paramètres qui interagissent, trop d’incertitudes. Quant à un monde totalement intégré, il n’y a pas de capacités de pilotage adaptées à la complexité d’un tel monde.

    Derrière l’idée de gouvernement mondial on trouvera une réduction de l'humanité au "machinal" : la planète est une machine avec des milliards de pièces (êtres humains) ; éléments que la machine doit intégrer pour fonctionner ; d’où la nécessité d’une super machine pour une intégration totale de la population mondiale intégrale et indifférenciée.

    Illusion démiurgique derrière laquelle on trouvera des pathologies très connues (désir de contrôle total sur les sociétés humaines) ici exprimées à une échelle exceptionnelle dans le contexte de la mondialisation : chaos, déracinement... un crime sans précédent." - Michel Drac - Vers le chaos



     

    1 - liberté d'expression, de réunion, de contestation et d'information ;  arrestation arbitraire, intimidations, juridiction d'exception pour verrouiller toute contestation organisée et empêcher toute publicité autour de cette contestation.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
  • Quand Mélenchon accueille Jérôme Kerviel à la Fête de l'Humanité


                 A peine sorti de prison, l'ancien trader Jérôme Kerviel était à la Fête de L'Humanité samedi 13 septembre à La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Il y a été invité par Jean-Luc Mélenchon et le Parti de gauche, qui comptent parmi ses plus fidèles soutiens depuis le conflit qui l'oppose à la Société générale.


    __________________


    kerviel, mélenchon,banque,finance,mondialisation


                    Cette invitation prête vraiment à rire, ou bien à sourire pour le moins ! Car, si Jérôme Kerviel ne s'était pas...  disons " fait pincer", jamais il n'aurait eu un seul regard pour quiconque ne roule pas en Porsche, une Rolex au poignet.

    Aussi, contrairement à ce qui est dit, Kerviel n'est certes pas une victime ; Kerviel est  un individu qui a mis l'argent au centre de son existence et qui avait une confiance aveugle dans le système financier international, confiance d'ignorant... incapable de voir un peu plus loin que ses gains et ceux de son employeur... ignorance à l'origine de laquelle on trouvera très certainement un aveuglement qui cache une volonté de puissance et la recherche d'une invincibilité au sein d'un environnement d'impunité.

    Non. Décidément, Jérôme Kerviel est bien plutôt un pompier-pyromane, un de plus... et même s'il ne  s'agit que d'un pompier de troisième ordre et d'un incendie de prairie... n'empêche !


    ***


                    Kerviel n'en espérait sans doute pas tant !

                    Pauvre Mélenchon donc qui accueille les bras ouverts cette grenouille de trader qui voulait se faire plus grosse que son employeur, la banque... après un Mélenchon qui n'a pas manqué de s'apitoyer sur le sort d'une Valérie Trierweiler...

    Aussi, on sera tentés d'interpeller Mélenchon (il faudrait pouvoir l'écrire avec l'accent de Marseille, un peu à la Raimu) en ces termes !: "Couillon va !"


    ___________________


    Pour prolonger, cliquez : Comprendre la banque avec Etienne Chouard

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Pas de fleurs pour Kémi Seba

     

     

                  A l'heure où des députés peuvent des années durant, et sans être inquiétés, être exonérés de l'impôt sur le revenu faute de déclaration, si d'autres peuvent en toute impunité financer leur campagne électorale avec de l'argent des puissances étrangères ou bien avec des rétro-commissions de vente d'armes, là encore, sans être inquiétés... pour ne rien dire du blanchiment de ceux qui oeuvrent au sein des réseaux pédo-criminels et autres - notables, élus, magistrats, policiers, industriels -, sans oublier toutefois une complaisance de tous les jours vis à vis de la LDJ (ligne de défense juive) et ses coups de force...

                 En revanche, à l'endroit de Kemi Seba, auteur et activiste panafricaniste né en France, la justice sera  d'une rigueur sans faille et d'une exactitude à toute épreuve, avec ou sans Christiane Taubira garde des sceaux !

    Indépendance de la justice à la solde du pouvoir économique et politique oblige, sans doute !

     

                   En effet, Kemi Seba a été incarcéré samedi soir ; il a été placé en détention selon des sources judiciaire et policière. Kémi Séba était en France (Kemi Seba réside depuis 3 ans au Sénégal) pour présenter son dernier livre : Black nihilism. En octobre 2009, cet auteur avait été condamné à deux mois de prison avec sursis, avec mise à l’épreuve, par la cour d’Appel de Paris, pour violences en réunion. Le sursis avait été révoqué en octobre 2011, car Kémi Séba n’avait pas respecté les obligations de sa mise à l’épreuve. Il doit donc exécuter cette peine.

     

    ***

     

                  Jour après jour, les agissements de la présidence Hollande et du gouvernement Valls nous confirment un ralliement sans esprit de justice à la raison du plus fort... raison qui ne souffrira aucune contestation !

    L'étau se resserre donc autour de ce qu'on pourra appeler la dissidence :

     

                  Pour rappel : une dissidence qui a pris pour cible une pensée unique qui se déploie autour d’un projet mondial qui ne souffrira aucune contestation : ici… la menace du chômage (d'où l'unanimité de médias et de leurs salariés précaires ou richissimes contre cette quenelle), ailleurs… celle des bombes contre quiconque s’y oppose : individus, peuples et Etats :

     

    - Dévastation des nations, des cultures, des coutumes, des usages et du contrat social et autres compromis au nom d'une mondialisation pour laquelle les êtres humains ne sont que des ventres à remplir (ou des Peuples à affamer, c’est selon... leur niveau de soumission ou de résistance !), et du temps de cerveau disponible à distraire jusqu'à l'abrutissement...

     

    -  Diabolisation de tout individu qui refuse d'adhérer à l’univers conceptuel de cette mondialisation ; individu dissident qui se verra alors qualifier, au choix, de... fasciste, raciste, antisémite, complotiste paranoïaque, nationaliste, populiste, homophobe, démagogue anti-européen et anti-américain...  

     

    - Instrumentalisation de la culture arabo-musulmane en générale et de l'Islam en particulier (foulard et pratiques religieuses) aux fins de condamner des quartiers entiers à une marginalisation irréversible, ici en France et en Europe.

     

    - Hégémonie d’une alliance américano-israélo-saoudienne (La Grande Bretagne et la France comme supplétifs) qui a pour seul programme :  la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, sans oublier "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent...

     

    - Tentative de marginalisation de la Russie ; politique qui consiste à faire le choix de soutenir le dissident milliardaire Khodorkovski aujourd'hui résident en Suisse contre le lanceur d'alerte (héros ?)  Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou, auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...

     

    - Chantage à l’antisémitisme et bannissement contre quiconque critique publiquement la politique d’Israël ; un Etat qui n'a aujourd'hui plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid  et dont la politique jouit ici en France du soutien et de la complicité de l’Etat français au plus haut niveau - une alliance qui nous salit davantage chaque jour -, avec en prime l’exploitation du génocide juif à des fins économique, politique et géostratégique...

     

    - Conditionnement des esprits à une nouvelle guerre froide  dans un face à face USA-Chine pour le plus grand profit du complexe militaro-industriel occidental...

     

    - Construction d’une Europe-instrument d’une mondialisation sans honneur ni justice qui n’est dans les faits qu’une guerre contre les salaires et les acquis sociaux...

     

    - Mise en concurrence de tous les salariés à une échelle tant locale qu’européenne et mondiale...

     

    - Mise à mort subreptice, ici en Europe, de la liberté d’expression et de la démocratie, à grand renfort d’instances tutélaires sans légitimité démocratique (fonds, banques, commissions, organisations) ainsi que de technologies de la surveillance et du contrôle de millions de citoyens.

     

    - Neutralisation de tout esprit critique en faisant peser sur ceux qui n'ont pas renoncé, le discrédit du ressentiment, de la jalousie, et pire encore : de l'envie.


    - Passivité de tous les médias dominants, et ce sans exception : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte au sein desquels s’exerce sans vergogne un chantage au chômage contre quiconque s’opposerait à une telle soumission ; médias qui ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune.

    __________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Supra-négritude

     

     

    Lien permanent Catégories : Afrique : convoitise exploitation déstabilisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Un Président normal et ordinaire : scooter et baise

    hollande casque et scotter.jpg   Julie-Gayet-et-Francois-Hollande.jpg


                 A l'heure où la fonction présidentielle a comme palais de l'Elysée... Matignon, et Matignon... un appartement sous-loué quelque part dans Paris... président-premier ministre comme n'importe quel autre ministre interchangeable à souhait... fonction qui ne vous offre qu'une seule perspective, sinon qu'un seul droit : rejoindre le club des supplétifs gestionnaires intérimaires des pays européens...


                  Certes ! Ne confie-t-on pas le sérail à l'eunuque... eunuque politique s'entend ?


    Dans l'attente des prochaines remontrances (semonces ?) de la commission européenne ou de la note que des agences de notation daigneront accorder à tel ou tel pays, juste avant le prochain coup de fil de l'Otan qui vous demandera d'aller casser la gueule à un pays qui aura tout juste de quoi se défendre pendant 48H... et au retour à la maison, de faire face aux prochaines exigences du MEDEF avant d'y consentir...

    Que reste-t-il à tous ces sous-fifres d'une mondialisation qui n'est qu'une guerre contre les salaires et les acquis sociaux, contre les particularismes nationaux, et autre exception culturelle, pour ne rien de dire de nos chances de parvenir à une vraie démocratie ? Que leur reste-t-il donc ?


    Devinez quoi ?

    La baise bien sûr ! Oui, la baise ! La baise, l'enrichissement, et encore la baise... en attendant le gueuleton suivant et la prochaine baise, avec pour tout public... des gogos qui tiennent la chandelle devant le journal de 20H, entre deux magazines people, - tout le spectacle du  monde ! -, avant de leur laisser croire à tous qu'il va se passer quelque chose ou que... quelqu'un quelque part fera que quelque chose se passera... quelque chose d'imprévu, d'inédit... qui fera que l'Histoire sera à nouveau en marche.  


              Car enfin, ne nous dites pas que tous prennent leur pied avec les chiffres du chômage, avec ceux de la précarité et de la pauvreté, avec les dernières fermetures d'usines, avec la dernière note d'une agence de notation auquelle on n'a pourtant rien demandé ! Avec les prochains 50 milliards d'économie à trouver ? Avec la réforme d'une retraite à la saint-glinglin payée moins que rien ! Ou bien encore, avec la déstabilisation d'un pays par des services très très spéciaux... déstabilisation pour un chaos ad vitam aeternam... aux dizaines de milliers de victimes !

    Alors oui, une seule explication s'impose : la baise ! La baise, bien sûr !


    Tenez ! Madame Trierweiler avait choisi un mec moche, Hollande (se reporter à son tweet du 10 janvier), un homme disgracieux, sans charme ni classe, pas sexy pour un sou, et ce pour pas qu'on lui fauche... oublieuse du fait suivant : le poste de Président n'a pas son pareil quand il s'agit de faire oublier que l'on est précisément moche et imbaisable. Valérie Trierweiler l'apprend aujourd'hui à ses dépens.


               Car, vous n'allez tout de même suggérer que tous s'envoient en l'air avec les paluches qu'ils serrent de chefs d'Etats qui ne sont, le plus souvent, que des enflures, des serpents ou bien... des pauvres d'esprit sans projet autre qu'une balance commerciale excédentaire : dernièrement... un chant d'amour à un Netanyahu et à son pays imbuvable ; plus récemment encore, un sourire de soumission à Obama ; et là maintenant, une confidence à l'oreille d'une Merkel pourtant sourde et aveugle...


    Alors... oui ! Mille fois oui ! La baise ! Encore et toujours la baise ! La baise... de nuit de préférence, à l'heure où tous les baiseurs, où tous les rois de la baise sont gris...

    La baise donc. Mais aussi... la baise du monde du travail bien sûr ! Là où tout le Kamasutra n'y suffirait pas... la baise... notre baise à tous quand on est tous "de la baise" ! La baise de tout ce qui vie, marche et crève et... 

     

    Soudain... une image, une séquence... un film...


                Imaginez maintenant... disons... Charles de Gaulle ! Oui ! Un Charles de Gaulle à mobylette qui se rend nuitamment chez sa maîtresse, une actrice ou une chanteuse de variétoche : disons... Nicoletta ou Georgette Lemaire ?


    C'est inimaginable, bien sûr ! Et savez-vous pourquoi ? Car les hommes de cette trempe-là tirent, non pas tout ce qui bouge et tout ce qui ressemble à un cul, mais les rênes... oui ! les rênes ! Ils tirent les rênes du pouvoir... celui qu'ils se sont donné et qu'ils ont arraché des mains de ceux qui souhaitent très certainement faire d'eux des marionnettes et des valets - leurs valets !

    Les rênes du pouvoir ! Bien plus encore : les rênes d'un projet, d'une vision à la racine de laquelle on trouvera l'amour pour un peuple, un pays, son rang et son rayonnement... au service d'un monde plus sûr car plus juste et moins outrageusement cynique.

     

                 Imaginez maintenant Hollande, ces prédécesseurs récents, et ces successeurs (Juppé, Valls, re-Sarkozy ?)... tous à la tête d'un projet porteur d'une telle ambition et d'une telle exigence ?

    Inenvisageable, bien sûr ! Car, vous savez, nous tous savons, que c'est plié : double vie, double langage... qui a baisé baisera et ne cessera jamais de baiser... comme d'autres de trahir !


    ***


                 Ambition et exigence... une détermination éprise de justice et de liberté...


    Mais alors, qui nous aidera à faire aussi ce deuil-là ?


    _________________________  


    Pour prolonger, cliquez : Porter la crise au coeur du PS et des Verts

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Géopolitique avec Aymeric Chauprade...

     

                         A l'occasion de la ré-édition de son best-seller " Chronique du choc des civilisations"...chronique du choc des civilisations.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                

                   Docteur en sciences politiques en 2001, diplômé de Sciences Po Paris en 1993, Aymeric Chauprade est conférencier en géopolitique, directeur de la Revue française de géopolitique et directeur de plusieurs collections aux éditions Ellipses à Paris. Il fut de 2003 à 2009 chargé de cours à l'université de Neuchâtel en Suisse (histoire des idées politiques). Il enseignait au Collège interarmées de défense (CID) depuis 1999 et il y fut directeur du cours de géopolitique de 2002 à 2009

     

     

     Anti-Védrine par excellence, lucide et courageux, loin des conférenciers millionnaires au service d'une Oligarchie mondiale qui ne reconnaît qu'un seul monde, celui qui sert ses intérêts seuls, Aymeric Chauprade nous propose, sans langue de bois, un monde multipolaire et une France puissance de médiation et d'équilibre.

     

     

     

    _______________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Pensez la géopolitique aujourd'hui avec Aymeric Chauprade

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • L'anti-fascisme de théâtre et la dictature de la marchandise par Francis Cousin

     

                  "La conscience révolutionnaire est d'abord un acte d'intelligence et d'élucidation"

     

     

    (courtesy of... Cercle des volontaires)

     

     

             Marx, Orwell, Guy Debord et... last but not least... le Christ

    contre la dictature mondiale des marchands

    et retrouver la communauté humaine du "produire" humain.

     

    __________________

     

    Pour prolonger, cliquez  À propos de « L’Être contre l’Avoir » de Francis Cousin

     

    Francis Cousin, L’Être contre l’Avoir. Pour une critique radicale et définitive du faux omniprésent…, Le retour aux sources, 2012.

    Lien permanent Catégories : Francis Cousin philo-analyste, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • La France en face : documentaire, service public et mondialisation

     

     

     

    La France en face documentaire de 87' diffusé  le 28-10-2013  par France 3

     

                 "Résultat de trente ans de changements, la France a aujourd'hui deux visages. Dans les 25 métropoles qui totalisent 40% de la population sont concentrés les cadres, les techniciens spécialisés et l'essentiel des immigrés. C'est là que 80% du PIB du pays est produit. Hors de ces villes, dans le reste de la France, se retrouvent des millions d'employés et d'ouvriers, qui constituent la «France des fragilités». Ils vivent dans la précarité et constatent le fossé grandissant qui les sépare des urbains entrés dans l'ère numérique. A travers des rencontres, des témoignages et l'étude de travaux de spécialistes, c'est le portrait d'une France oubliée qui apparaît."

     

    Documentaire dans son intégralité ICI

     

    ***

     


                  Contrairement à ce qui nous est présenté dans le synopsis, ce documentaire joue manifestement la carte de la mondialisation. En effet,  combien de fois nous est-il asséné le fait que seuls ceux qui sont dans la mondialisation s'en sortent  - comprendre : ceux qui résident dans les métropoles (1) -, et pas les autres, oublieux du fait que dans tous ces bassins d'emplois les salaires ne permettent ni de se loger ni d'avoir des loisirs.

     

    En dehors de la mondialisation et une UE totalement dédiée à son déploiement, point de salut donc ! Alors que c'est précisément cette mondialisation qui condamne 60% de la population française (et plus encore) à l'isolement, à la précarité, sans possibilité de faire le moindre projet : une vie au jour le jour.

     

    Sans doute est-ce là le point de vue qu'il faut afficher pour que France télévision achète ce documentaire qui n'analyse rien et ne nous apprend pas grand-chose de
    nouveau ; et bien évidemment : aucune remise en cause de ce nouvel ordre ni de ceux qui servent un système qui, depuis trente ans, détruit les Peuples, les Nations, les métiers et les conditions de vie.

     

    Voix off compatissante, que personne ne soit dupe ! Démonstratif, ce documentaire n'explique rien. Pour un peu, il prendrait même les effets pour les causes.

     

    ***

     

     

                    Allez France 3, encore un effort !

     

    ______________

     

    1 - Assomption somme toute puérile à propos de la place des métropoles dans la mondialisation, et plus près de nous, dans l'UE.

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Dîner du siècle : circulez, y a rien à voir !

     

                     

                Ou quand le collectif "Le cercle des volontaires" se mêle de ce qui nous regarde.


               

               D'aucuns cherchent à éviter le micro tendu, embarrassés, d'autres sourient, d'autres encore baissent la tête et feignent d'être en ligne avec un interlocuteur sur leur mobile.... et tous se taisent : no comment !


    Le Cercle des Volontaires est allé à la rencontre des invités du Siècle, devant l’Automobile Club de France, haut lieu de la collusion des élites françaises.

     

                 

     

     

                
                   "En France comme dans la plupart des démocraties libérales, les membres de la classe dirigeante constituent un groupe social conscient de lui et séparé des autres. Mais l’intégration à ce monde ne s’opère pas spontanément. Entamée au moment des études, elle se prolonge au sein de cercles élitistes, tel Le Siècle, et de réceptions mondaines où se coudoient les vedettes issues de divers horizons professionnels." - Le Monde diplomatique

     

    _________________________

     

    Pour prolonger, cliquez Penser le monde aujourd'hui avec Pierre Carles


     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • France Culture : complaisance, parti-pris et censure

     

     

                Ci-après, un commentaire qui ne sera jamais validé par France culture sur la page de l'émission "l'Economie en question"présentée par Dominique Rousset.

     

                   Thème de la première partie de l'émission : accord de libre-échange Union européenne-Canada-USA.

     

     

    ***

     

     

     

    "Dans l'émission de ce matin, samedi 26 octobre à 11h...

    A propos des accords de libre échange à venir avec l'UE, le Canada et les USA, tous vos invités ont reconnu explicitement ou implicitement que toutes les normes sanitaires et sociales européennes sont négociables (comprenez : à brader). Aucun d'entre eux n'a exposé ( sinon très furtivement, à une exception près... tout en s'excusant presque) les dangers d'un tel accord.

    Aucune voix divergente comme à l'accoutumée.

    Avec cette émission, c'est toute la crédibilité de France Culture en tant que média d'information et de débat qui est une nouvelle fois en cause. Dans le contexte d'un média financé par les contribuables, cette absence de débat contradictoire est inacceptable."

     

                 Ce commentaire ne sera pas non plus validé sur le site des auditeurs de Radio France à la page "S'adresser au médiateur" selon le principe qui veut que plus ils aboient au nom des grands principes, plus ils reculent en tartuffes de la liberté d'expression et d'un participatif qu'il faut bien se résoudre à qualifier de "fantomatique".

     

     

    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : France Culture, remboursez !

    ainsi que France Culture à hue et à dia

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Philippe Corcuff et la réal-sociologie : nouvelle science humaine de l'omission

     

     

    Pour mémoire et pour rappel…

               Dans une conférence sur « La profession et la vocation de politique » de 1919, Max Weber, distingue « éthique de conviction » (ou « éthique absolue ») et « éthique de responsabilité ». Selon Weber, « l’éthique absolue ne s’interroge précisément pas sur les "conséquences" », là où  « le devoir de vérité » y « est inconditionnel ». Á l’inverse, pour l’éthique de responsabilité, « on doit assumer les conséquences (prévisibles) de son action ». Ce qui sépare ces deux éthiques, c’est donc l’attention ou pas aux effets de ce qui est dit et fait


                       Philippe Corcuff - Médiapart... c'est ICI.


    ***

     

               Il n’en fallait pas davantage pour que d’aucuns se précipitent et saisissent la balle au bond : après la realpolitik (1) voici donc la réal-sociologie (2)!

     

    Merci Monsieur Weber !

    Dorénavant, qu’on se le tienne pour dit : « Ce qui est… n’est pas… ou plus ! » Désormais, ce qui importe n’est pas ce qui est mais ce qui doit être même si dans le contexte qui est le nôtre aujourd'hui, on pourra légitimement soupçonner cet appel vibrant à la responsabilité de n'avoir qu’un souci : faire en sorte que celui qui le dise puisse continuer de prospérer socialement et professionnellement  : qu’il n’ait pas d’emmerdes !

     

    Réal-sociologie… sociologie responsable qui, si elle n’en pense pas moins, taira la partie qui pense… et ce afin de conjurer les démons de la tentation d’un soi-disant fascisme toujours à l’affût… vieille lune d’un faux-gauchisme soucieux de ne pas faire le jeu d’un « tous pourris » dévastateur… et cela va sans dire mais mieux en le disant : sociologie de la soumission au moins-pensant et au moins-disant ; et comme un malheur n’arrive jamais seul… sociologie  pusillanime et finalement complaisante à l'encontre tous les acteurs, hommes et institutions, d’une mondialisation sans scrupules (3), et ce au détriment de la vérité des conditions de vie de millions d’êtres humains qui, privés d’échappatoire, sont dans l’obligation d’assumer toute leur vie durant ce qu’on appelle « le principe de réalité »… le tout empaqueté dans  une sociologie d’Etat qui n’est qu’un gigantesque euphémisme car, si à mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde, à ne plus rien nommer du tout ni personne, c’est sans aucun doute ajouter non seulement à l’incompréhension de ce même monde mais c’est aussi ajouter à toute la lâcheté dont un être humain est capable face à sa responsabilité vis-à-vis de ses frères humains qui, eux, triment dans des emplois sans avenir et sans âme et qui, à terme, auront raison de leur santé mentale et physique comme autant de sang versé par le travail au capital ; responsabilité donc qui a pour objet : qui fait quoi, où, à qui,  pourquoi, comment et pour le compte de qui.


    Pareils à ces oiseaux dont on crève les yeux pour qu’ils chantent toute la journée,  jour et nuit… nuit qu’ils sont condamnés à ignorer pour toujours ainsi que le sommeil qui va avec, dans ces conditions, quel refrain nous demandera-t-on d’entonner ? L’Internationale ? Le chant des partisans ? Ou bien plutôt un « Réjouissez-vous bonnes gens ! Si c’était autrement, ce serait pire encore ! »


    Ne déranger personne et surtout pas ceux qui ne vous pardonneront pas de les avoir sortis de l’ombre dans laquelle ils se complaisent à l’abri des regards indiscrets de leurs victimes qui se comptent par dizaines de millions...

     

                  Mais alors, aujourd’hui, où finit l’éthique de responsabilité et où commence, en sociologie comme dans d’autres disciplines (l’histoire ?), la quête d’une réussite sociale aux titres universitaires ronflants, aux postes prestigieux, aux invitations sans nombre dans les médias, aux publications estampillées « PUF » ou "Presses de sciences-po", sans oublier le « must » absolu : les grandes et prestigieuses écoles étasuniennes réservées aux fils de millionnaires. 

     

    En ce qui concerne le dernier né de cette réal-sociologie, nouvelle science humaine de l’omission, plus aucun doute n'est permis à propos d'un dénommé Philippe Corcuff adepte de cette sociologie dite « de responsabilité » : son éthique de conviction finit bien là où son éthique de responsabilité dont il recommande vivement la pratique, commence ; éthique qui cache mal le désir d’intégrer, en ce qui le concerne… passé le cap de la cinquantaine d’une bonne espérance qui ne cesse d’espérer en des jours meilleurs, voire… prospères, le gratin des discoureurs et des bavards médiatico-universitaires. Car enfin… dites-moi dans le domaine de l’analyse critique quelles sont vos cibles et je vous dirai quel avenir social et professionnel vous convoitez !

     

    Or, notre Corcuff, pour lequel toutes les critiques qui lui sont adressées sont systématiquement rangées dans la case « ressentiment »(4), a la fâcheuse habitude de prendre pour cibles les essayistes Michéa et Badiou, le mensuel Le Monde diplomatique, Chomsky, Acrimed (analyse critique des médias), les dissidents qualifiés par les médias dominants de « conspirationnistes », Mélenchon et le FdG, les pourfendeurs de l’alliance PS-EELV, le péril fasciste pourtant fictif et savamment orchestré par le PS depuis trente ans ainsi que les anti-Européens du traité de Lisbonne, tous autant qu’ils sont… grands exploiteurs du monde salarié – cela ne nous aura pas échappé ! -, figures de proue et suppôts haïssables et acteurs d’une idéologie du profit et de la guerre des salaires, têtes pensantes d’un marché mondialisé triomphant qui aura bientôt tout emporté : Etats, démocratie, nations, peuples, liberté, indépendance ; des milliards d'êtres humains livrés à la logique d'un monde économique, un monde sans morale et sans esprit autre que mercantile et qui, à terme, n'habiteront plus aucun monde.


    Et comme un fait exprès, l’attaque de ces cibles - tous les Corcuff d’une prétention intellectualisante le savent -, sont la condition sinequanone pour quiconque souhaite s’intégrer dans le paysage  intellectuel et médiatique, comme, par exemple, voir ses « papiers » acceptés par Libé et le Monde ( La Banque et les marchands de canons), hauts lieux de la dissidence et de la critique d'une mondialisation sans honneur ni justice comme chacun sait… tentation auquelle notre Corcuff de référence résiste rarement. Car enfin, dites-moi quels  lecteurs vous cherchez à toucher et je vous dirai quelle conscience pénétrante accompagne chacune de vos publications.

               

                        Ramasse-miettes d’un système qui a pour seule exigence... la soumission, en péripatéticienne d’une sociologie aux fesses écartées, pour une meilleure exposition, orifice grand ouvert, sociologie buccale aussi… jusqu'à la garde... et quand elle avale… alors là… mon Dieu, là ! Cette réal-sociologie ne connaît pas de repos : on la sollicitera jour et nuit, dimanches et fêtes...


    Un temps au NPA, aujourd’hui membre de la fédération anarchiste, notre Corcuff maintenant emblématique se dit «  libertaire internationaliste » (5) ; autant dire que cet individu qui n’a de cesse de singer ses pairs  - « monkey see, monkey do » -, leur syntaxe et leur vocabulaire indigent et désincarné, a  fini comme tant d’autres, par botter en touche avant d’aller à la pêche à la ligne, maintenant inoffensif, voire… anecdotique et trivial, tout en mettant dans le mille socialement : en effet, rien n’est plus sympathique qu’un anar ! Il suffit de penser à la popularité d’un Brassens (6).


    Soutien inconditionnel, servile et béat en tant qu’abonné passe-plats au journal Médiapart qui le lui rend bien, groupie opportuniste, Philippe Corcuff  se dit proche de la philosophie de comptoir d’un Onfray...

    corcuff,réalsociologie,realsociologie,sociologie,mondialisation,politique,économie,uleski,actualité,justice,société,connivence,soumission,dominationqui sait mieux que personne jusqu’où ne pas aller trop loin, un peu à l’image d'un Philippe Corcuff et avec lui... de tous les Corcuff membres d'un lumpenprolétariat-intellectuel tâcheron d’une sociologie croupion et absconse à dessein ; en effet, leurs analyses et publications à tous n’ont qu’une seule raison d’être : la carrière, la carrière, la carrière, encore et toujours la carrière… une carrière en forme de trou de balle pour une intellectualité de mange-merde, de schtroumpfs et de nanars au service d’une organisation de l’existence qui ne récompense que la soumission même et surtout libertaire et anarchisante.

                   Mais alors... qui demain, dans une sociologie sans compromis ni compromission, acceptera  de se coltiner le réel, lieu de tous les risques, de tous les dangers et parfois aussi, lieu de tous les interdits et tous les refus, là où l’on ne vous remettra aucun palme pour l’avoir fait, là où il n’y a que des coups à prendre et là aussi où tous les coups sont permis de la part des détracteurs d’une lecture vertigineuse du réel.

     

                     Qui donc trouera la peau et le cul de ce réel-là ? Car… tout ce que nous voulons c’est la vérité… toute la vérité… oui ! La vérité bien en face ! La vérité… rien que la vérité de marchands du temple cannibales et voraces, négriers de leur état, barbares hautement civilisés… porteurs d’une seule destination : l’acheminement de nos dernières illusions de résistants jusqu’à l’abattoir d’une mondialisation sans honneur ni justice ; et une seule promesse : un monde sans hauteur ni profondeur, un monde insortable et inhabitable, un monde cadenassé pour leur seul profit de marchands de malheur.


    ________________________________



    1 - Tout ce qui ne nous sera pas accordé d'espérer ni de vivre et que l'on n'arrachera pas non plus à une organisation de l'existence dont le contrôle nous échappe pour le plus grand bonheur d'une oligarchie mondiale vorace qui n'en a jamais assez de notre sueur, de nos  larmes et de notre sang.

    2 - Réal-sociologie : copyright Serge ULESKI, le 6 Août 2013 : tout ce qui ne nous sera pas accordé de connaître et de comprendre et qu’on ne pourra pas non plus exiger de la sociologie rebaptisée pour l’occasion : science de l’omission.

     

    3 – On a caché les crimes staliniens et les conditions de vie en URSS à une classe ouvrière qui votait communiste... pour "ne pas désespérer Billancourt", aujourd’hui, aux sociologues, il est fortement conseillé de cacher un fascisme taillé sur mesure et dans le marbre, jour après jour, nation après nation, culture après culture, être humain les uns après les autres… à savoir, le fascisme d’une mondialisation soutenue par toute la classe politique du PS à l'UMP en passant par les centristes et les Verts ; une mondialisation contrôlée par les multinationales et la pègre ; un fascisme loi d’airain du fric et du pilonnage permanent des humbles et des relégués au nom d’une justice sociale emballée dans les cartons d’une science économique sans visage, sans morale et sans honneur ; loi qui ordonne la fin des toutes les controverses et de tous les débats.

     

    Il est vrai que les historiens, eux, n'ont pas attendu les sociologues pour pratiquer cette éthique dite "de responsabilité" qui n'est dans les faits, et là encore, qu'une porte ouverte au mensonge par omission car l'Histoire, ce punching ball qui permet d’éliminer la mauvaise graisse des Nations - en effet, on se sent tellement plus léger après, aérien presque.... quand à son passé -, c'est la guerre et c'est aussi la lutte des classes.


    4- Dites-moi où vous placez le ressentiment et je vous dirai si oui ou non vous avez déjà commencé de vous vautrer dans une éthique de responsabilité qui n’est dans les faits que de l’arrivisme sociale et professionnelle.

    Et à ce sujet, on ne questionnera sans doute jamais assez comment en trente ans on est passé de la critique légitime et reconnue comme salutaire, une critique au service de la justice sociale, à ce qu’il est maintenant convenu d’appeler  «  le ressentiment » pour disqualifier toute analyse critique de ces mêmes rapports sociaux ? Détournement pratiquée en priorité par cette "gauche" qui toujours trahit et par ses pique-assiettes.

    Et puis ceci encore : comment Nietzsche, penseur profondément et essentiellement anti-politique, voire a-politique, a-t-il pu servir de référence et point d’appui dans ce domaine ?

    Concomitance troublante, on ne manquera pas de noter que ce détournement concerne aussi le terme « conspirationniste » pour discréditer toutes les tentatives d’investigations d’une réalité que l’on voudrait nous cacher.

    Ressentiment contre justice sociale, conspiration paranoïaque contre investigation... la boucle est maintenant bel et bien bouclée. A quelle fin ? Devinez !


     

    5 –  Né à Oran (Algérie), vllle et pays qui vous condamnent à l'exil... que l'on ne peut donc que quitter une fois l'Histoire en marche, Corcuff, comme tous ces individus sans terre, sans racine ni patrie autres que leur engagement de sociologue révolutionnaire fonctionnarisé (il enseigne à l'IEP de Lyon) ... compense comme il peut avec un internationalisme désincarné et imbécile, sans queue ni tête, et pire encore, sans réalité tangible, sorte de passion à rebours, juvénile voire infantile, un peu comme ces enfants abandonnés très tôt qui se figurent que tous les adultes sont leurs parents, ou bien plutôt... qu'aucun d'entre eux jamais ne le sera face à ceux qui auraient dû l'être et qui ne l'ont pas été.



    6 - Lire le penseur Michel Clouscard à ce sujet.


     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu