Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

nouvelobs - Page 2

  • Revue de presse : les Une du Nouvelobs

     

     

     

    logo-nobstr.svg

     

     

     

     

     

     

     


                   La France est passée en cinq ans, dans le classement de Reporters sans frontières, du 11e rang au 44e rang de la liberté d'informer. Finira-t-on alors derrière la Chine ?

                    25 condamnations pour violation de la liberté d'expression... la France au 3e rang des condamnations loin devant la Russie à la Cour Européenne des droits de l'homme.

    ________________

     

     Notre fidélité par Jean Daniel

              « J'avoue que relire ce texte m'émeut par l'incitation qu'il contient à retrouver la ferveur et l'énergie de nos premiers numéros. Je me souviens que nous avions écrit dès novembre 1964 : "La gauche existe, mais elle ne sait plus qui elle est"formule qui enchanta Foucault et qui reste d'une irréfutable actualité. »


         Ah Monsieur Jean Daniel, vous êtes admirable ! Toujours là, dans vos chroniques, où ça n'a vraiment plus aucune espèce importance d'être aujourd'hui.

     

    ***

                  Si cela peut vous rassurer, la gauche sait parfaitement qui elle est et où elle n’est pas : dans ce gouvernement PS-Verts et cette présidence que l’on se fera un plaisir de culbuter par-dessus le balcon de ses appartements cossus des beaux quartiers à toutes les élections à venir.

     

    Organiser un débat Dieudonné/Zemmour à la télé : le terrifiant projet d'Eric Naulleau

    Par Bruno Roger-Petit - commissaire politique rémunéré avec des bons d'achats de la Samaritaine à chaque fois qu'il tape sur Dieudonné.

     

                   "Organiser un débat Dieudonné/Zemmour à la télé : le terrifiant projet d'Eric Naulleau"


    Plus terrifiant encore : l'interdiction d'un tel projet par Bruno Roger-Petit et quelques autres.


    Dieudonné : Edwy Plenel se trompe de combat en s'attaquant à Manuel Valls

     Re...

     

                   Médiapart a inventé un concept : l'info-abonné :" Quelle info me rapporte des abonnés, quelle info m'en fait perdre ?"

    C'est là la seule véritable ligne éditoriale de ce journal ; d'où le choix de botter en touche en ce qui concerne, entre autres, "l'affaire Dieudonné" car, sur un plan marketing, il n'y a aucun gain à attendre d'une telle affaire.

    Si ce journal est critique, il n'a, en revanche, aucune culture politique ni d'esprit d'analyse (critique, s'entend). La moraline et le refuge dans des figures de style poético-pantoufle d'auteurs brillant sur le papier mais indigents quant à la capacité de leur prose à appréhender le réel dans toute sa complexité, perfidie et perversité (des auteurs qui en leur temps, et à propos de l'élection d'Obama,  ont parlé de miracle ! C'est vous dire... c'est... tout dire !) sont sa seule marque de fabrique : d'où les éditoriaux interminables de son directeur comme autant de prêches qui là encore, tentent de réconcilier l'irréconciliable : le courage, la lâcheté, l'enfumage et l'attentisme.

    Journal qui, auprès de ses abonnés... jugés indésirables ou bien "à risque"...  ne recule devant rien comme... les censurer, les intimider, les lyncher avec l'aide de ses salariés, les dissuader de "réagir" dans la partie journal et dans la partie Club, jusqu'à les dé-référencer en douce de Google sans toutefois remettre en cause la publication de leurs contributions car celles-ci ne contreviennent que rarement à sa charte ... sans doute aussi de peur de révéler au grand jour des agissements indignes.

    Car rien ne doit transpirer... on règle ses comptes en interne : Médiapart est une famille... famille tuyau de poêle (Ah ! Prévert !), on emmanche et on s'emmanche, à l'enfilade, même si tout le monde "ne couche pas" avec tout le monde au nom de cet autre concept : "Quelles contributions des abonnés risquent de m'en coûter de nouveau (abonnés)... pour ne rien dire des risques de départ des anciens ?"

    L'indépendance de la presse, c'est aussi ça.

     

    Dieudonné, passé de comique à antisémite en 10 ans : les raisons de sa popularité

     Par Pascal Boniface Directeur de l'IRIS

     

                 "Croit-on que c’est en inculpant d’apologie de crime contre l’humanité deux lycéens de 17 ans ayant fait une quenelle que l’on va apaiser les esprits ? Quelle peut être leur réaction et celle de leurs amis ? Quelle va être l’ambiance dans le lycée ? Croit-on que c’est en virant un animateur de centre aéré qui a fait une quenelle qu’on va dégonfler l’effet Dieudonné ? On risque au contraire de lui donner plus d’ampleur et attiser rancœurs et même haine."

     

    Rien de sérieux ne sera accompli aussi longtemps que l’on pensera pouvoir faire l'économie d'analyser jusque dans les bas fonds de la politique - là où se terre "l'état profond - des choses " - le pourquoi de tels réflexes-panique de milliers d'anonymes la terreur au ventre à l'idée de ne pas avoir fait ou pensé ce qu'ils croyaient qu'on attendait d'eux… que cette attente ait été confirmée ou pas.

                   Allez, encore un effort Monsieur Boniface, vous y êtes presque.

     

    MALI. Serval, une opération pas si réussie

     

             La bonne blague ! Si seulement vous aviez, dès les premiers jours de l’intervention, fait votre travail de journaliste, tout en assurant un suivi sur le moyen terme, au lieu de vous contenter des dépêches AFP et d’assister muet aux points presse du ministère des armées avant d'enregistrer les déclarations d'un Président juge et partie !

             Mouillez donc le maillon pendant les matchs (et pas à la mi-temps ni dans les vestiaires) si vous vous voulez notre argent en tant qu'abonnés !

    Quant à l'augmentation des décès de "journalistes" (plus de deux cents l'année dernière !)... elle n'explique rien, sinon ceci :  plus l'information se porte mal... moins on nous informe, plus les journalistes meurent. On n'admettra que c'est cher payé quand on connaît la qualité de l'information qui nous est communiquée, son indépendance et sa profondeur de pénétration du réel. Une information qui, aujourd'hui, repose six pieds sous terre dans le silence de tout ce qui nous est tu.

     

    Soral à son tour visé pour ses propos sur les chambres à gaz

     

               Alain Soral ou la raillerie nietzschéenne !

               Difficile de se passer de l'intelligence d'Alain Soral ! Il est celui qui, aujourd'hui en France, avec l’aide de Rousseau, de Marx, de György Lukács, de Lucien Golmann, de Philippe Muray, de Michel Glouscard et de Jean-Claude Michéa , développe les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes, les plus intelligentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : "... sur ce qui est arrivé à la France...") de la fin de la seconde guerre mondiale à nos jours.

    Mais il est vrai qu’il lui arrive de se disperser et de s’éparpiller un peu trop parfois car, quand on est sûr, avec raison, de son talent, on peut facilement être tenter de croire que tout ce que l’on fait ou dit relève de ce même talent, alors qu’il peut très bien s’agir tout simplement d'une bêtise sans nom.

    Que celui qui n'a jamais péché - péché d'orgueil -, lui jette la première pierre !

     

    Dieudonné remplace "Le Mur" par "Asu Zoa", sur l'Afrique : encore un piège détestable

    Par Patrick Lozès - Militant associatif... et coopératif bien au-delà de ce qu'il est raisonnable d'attendre d'une militant associatif et coopératif.

     

    Ah Monsieur Patrick Lozès, vous êtes exemplaire !

    Toujours là où l'on trouve tous les autres. C'est plus du courage... c'est comment dire... de l'abnégation.

    Mandela et ses 27 ans de prison...  c'est rien, ou bien si peu en comparaison.

    Respect Monsieur... enfin... pour peu qu'il me vienne à l'idée de saluer au passage ceux qui baissent "leur rideau" avant même qu'on ne leur demande. Toutes les fables de La Fontaine ne parlent que de ça finalement : Voyez celle-ci - chercher le soutien d'un plus fort que soi pour vaincre ce qu'on croit être un adversaire, fait courir le risque d'être dévoré au passage par cet allié de circonstance qui, d'une pierre deux coups, vient satisfaire un appétit d'ogre.

     

    Patrick Lozès, vous voyez, vous êtes sans doute déjà immortel même si votre attitude explique très certainement la raison pour laquelle la classe politique mettra deux semaines à soutenir Christine Taubira face aux attaques racistes. Quant à expliquer pourquoi les populations antillaise et africaine sont considérées comme des populations de seconde zone, ici en France... là où personne ne les prend au sérieux ; d'où le retard au démarrage  - comparé à d'autres départs sur les chapeaux de roues ceux-là -, contre tout ce qui les humilie et les blesse jour après jour, jusqu'à désespérer un Kemi Seba enfant d'une République sur le modèle de "La France soit tu l'aimes soit tu la quittes ! ".

    Il la quittera cette France qui l'a vu naître, et ceux qui auraient dû le soutenir ne piperont mot.

                   "Tu es antillais ou africain : baisse la tête si tu veux le soutien des leaders autoproclamés de ta communauté."

     

    On ne peut qu'avoir honte pour eux tous quand on entend des "leaders" parler ou bien plutôt se taire... en leur nom à tous.

    A chaque fois qu'un membre du Cran (anciennement Patrick Lozès ou son président actuel) s'exprime, on a mal à la communauté africaine et antillaise, alors que quand un Jacubowicz de la LICRA ou un Cukierman du CRIF s'exprime... c'est la peur qui mobilise notre attention.

    Un véritable travail de sape d'une recherche d'un rapport de force sans lequel aucune justice n'est envisageable cette soumission mêlée d'incompétence à la racine desquelles l'on trouvera sans doute la validation inconscience d'un discours multi-centaine à propos des minorités visibles.

    On ne peut qu'espère une chose : que tous ces hommes soient grassement payés pour ne rien faire. Parce que dans le cas contraire... à quoi bon !


                Qu'il soit permis ici de rappeler ceci : ce n’est pas le monde qui est mal foutu ou la vie qui est mal faite… ce sont des gens qui choisissent sciemment de baisser les bras pour avoir la paix tout en prospérant sur le dos d'une dignité
    congédiée au prétexte que peu d'entre nous est capable de mourir debout tout en faisant face à ceux qui les exécuteront... et les exécutent chaque jour, en silence, jour après jour, dans une vie de chien ou le martyre, dans l'héroïsme et le sacrifice d'un voyage en RER dès 5h30 le matin, rentré à 20h le soir, cinq jours par semaine pour un salaire de misère, ou dans le retraité à 400 Euros par mois.

             Mais alors... qui réhabilitera le combat salutaire pour la liberté et la justice ?

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Quand Pierre Jourde souhaite protéger ses "antisémites"

     

     

                       « Quoi qu’il en soit, toute interdiction d’un texte ou d’un spectacle est une atteinte à la liberté de pensée et d’expression, qui cessent d’exister dès lors qu’on leur assigne la moindre limite. Que Soral continue à publier et à répandre ses logorrhées incohérentes sur internet, en se targuant de l’intelligence qu’il s’attribue et des victoires qu’il s’accorde à lui-même avec une forfanterie de vieux gosse. Que Dieudonné continue à rigoler bien gras sur les cadavres squelettiques de Bergen Belsen. Il faut se battre pour qu’ils en aient le droit. Je le trouve d’ailleurs un peu mou du genou, Dieudonné, avec sa pauvre « quenelle » censée sodomiser le « sionisme ». Dieu que c’est petit, timide, hypocrite, tout ça ! Très jeune fille catholique, finalement, qui glisse un mot osé après le verre de muscat.

    Allons, messieurs les juges, messieurs les préfets, permettez-leur de continuer, d’abord parce que la liberté d’expression ne se fractionne pas, ensuite parce qu'on n'interdit pas les clowns navrants. Laissez-nous les contempler comme on contemple, avec un mélange de dégoût et de pitié...» 

     

                             Pierre Jourde dans son intégrité intégrale...  ICI

     

    Un Pierre Jourde en service commandé assurant le minimum syndical : insultes et anathèmes, avant de regagner son logis devoir accompli.

     

    ***

     

              Cher Monsieur Jourde,

     

              Essayez donc une fois, juste une fois d'être du côté de la lame et non du manche, même si tout porte à croire que vous ne le pourriez pas même avec la meilleure volonté du monde.

              Etre du côté de la lame, c'est à la fois une malédiction et une grâce ; une calamité et un don. Et là encore, on peut douter que vous ayez été appelé.

    A l ‘heure où la chirurgie esthétique fait des miracles, l'erreur c'est de penser que c'est un commerce comme un autre que celui de la balafre (quand on est du côté de celui qui la reçoit, bien évidemment !), sans doute parce que précisément c'est le talent, voire le génie, de vos contemporains qui vous aveugle avant de vous éblouir à regret ou bien, qui vous force à l'exercice d'une mauvaise foi dont on peut sans doute sortir indemne, certes !  mais rarement grandi : à savoir... plus libre et plus avisé.

     

               Céline avait un problème avec les Juifs avant de vomir sur toute l'espèce humaine. Dont acte. Heidegger avait sa carte au parti nazi en 1943 ; et il pensait que Hitler était la meilleure chose qui soit arrivée à l’Allemagne et à l'Europe. C'est vrai.

    Aujourd’hui, Céline est une figure mondiale de la littérature admirée, respectée qui en a formé plus d'un.

    Heidegger a formé tous nos "philosophes" ; aujourd'hui, on le commente jusqu'à plus soif, colloques après colloques, dans toutes les langues, et sans animosité ni procès d’intention ; bien au contraire : on lui tresse des lauriers comme à personne d’autre.

    Apprenti auteur en 1930, qui aurait bien pu souhaiter passer à côté de Céline ?

    Apprenti philosophe, à la même période, là encore, qui aurait bien pu souhaiter passer à côté de Heidegger ?

    C'est sûr : ces gens-là, et d’autres, ont troué le cul de leur époque et de ceux qui devaient sans doute vous ressembler...  avant de s'installer dans la postérité sans demander l'avis à quelque Académie que ce soit.

    Aussi... force est de constater que Dieudonné et Soral ont encore de la marge ; une sacrée distance à parcourir et à combler pour peu que ce soit là leur projet : trouer le cul de notre époque.

     

              Un auteur, un artiste... ce n'est pas un OPJ chargé d'enregistrer les plaintes des bourgeois des beaux quartiers qui ne supportent pas le "tapage nocturne" d'un jeune ménage...

    Un auteur, un artiste c'est un voyou balafré avec un coeur gros comme ça ! et ce voyou sait que ceux qui le jureront demain n'auront qu'un seul mérite : être du côté du manche parce que leur nature, les circonstances de leur naissance et les choix qui ont été les leurs tout au long de leur vie – allégeances et soumission -, les y auront conduits : juger les autres et obtenir leur tête, de leur vivant si possible.

    N'allez surtout pas croire que ces juges seraient investis d'une mission quasi divine, forts d’un droit imprescriptible, et qu’ils appartiendraient tous à une sorte d’aristocratie du châtiment, en l’occurrence : châtier les salauds.

    Si toute fortune repose sur un tas d’immondices, et aujourd’hui plus encore mais moins que demain… quand on sait à quel prix pour les autres l’argent se gagne… sur le dos de tous les autres, il se pourrait bien que toute autorité morale et intellectuelle, surtout morale, et a fortiori dans les trente dernières années, soit dépourvue de légitimité (les intentions de cette "autorité" seraient loin d'être "pures") et qu’elle repose elle aussi sur ce même tas ;  tas de fumier mitoyen donc, ce qui facilite les échanges : une pelletée de l’un dans l’autre et vice versa, dans une réciprocité propre à toute collusion  (soit dit en passant… c’ est ce que Céline avait pressenti bien avant tout le monde).

    Après tout, personne n’est là pour écouter leurs ricanements à tous une fois la chose faite et plier, verdict rendu, le dos tourné.

    De plus, pour juger les autres il faut avoir été au moins une fois accusé et être capable de se tenir droit devant ses juges. Et quand on sait le sort que l'on réserve à ceux qui s'y collent, courageux et téméraires... à cette tâche qui consiste à juger de la légitimité des juges patentés et certifiés tels...

     

    Et si cet auteur, cet artiste doit avoir mal, il mettra un point d'honneur à avoir mal en priorité pour ceux pour lesquels ceux qui demain le jugeront n'ont jamais eu aucun souci puisqu'il y a fort à parier que leur prospérité à eux repose sur leur douleur à tous.

    Aussi, il semblerait que Bartleby se soit décidé à vider son sac. 

    Quant à identifier les domaines de prédilections d’une domination éhontée et arrogante, sûre de son impunité plus que de son bon droit, car personne n’est dupe même  et surtout ceux qui ont toutes les raisons au monde de parier sur l’inertie de corps  sans tête épuisés et malmenés par des campagnes d’abrutissement et d’abêtissement déterminées, récurrentes et humiliantes… rien de plus facile donc de les identifier tous ces « centres de décisions » en faveur d’un jugement sans appel qui vaut excommunication... relapse.

     

                  Qui  a dit qu’un chef d’œuvre c’est ce qu’on est à peu près assuré de rater surtout s’il se trouve sous nos yeux ?

    Aussi , Monsieur Jourde, donnez-vous donc le bénéfice du doute : le doute est salutaire, il protège de la bêtise, il n’évite pas les regrets mais… il nous tient loin des  remords.

    Et puis… ils sont tellement nombreux à aboyer. Une voix en plus, une voix en moins…

    Imaginez donc un instant... votre silence, pour un peu, pourrait passer pour de la circonspection, voire même, pour une forme de sagesse bien bien supérieure à la normale saisonnière. 

    Non....................................................................................................... ?

     

    ***

     

                 Ah oui, je voulais vous dire : Dieudonné c'est l'Histoire qui se répète : après la tragédie, est venue la comédie.

    A vous de chercher de quelle tragédie il est question.

     

                  Et puis enfin... que l’on nous montre un honnête homme, un seul, ou qu’il se fasse connaître dans les meilleurs délais, qui ne soit ni un politique aux arrières pensées inavouables ni juge et partie, ni un pleutre, ni un imbécile ou bien une gourde, un honnête homme donc qui soit d’avis qu’il n’y a rien à sauver chez Dieudonné… car on l’attend encore !

    Et c'est bien là que le bât blesse et que tout soutien à Dieudonné trouve son sens car là réside le noeud du problème : qui êtes-vous et qui sont-ils pour..........................

     

                  Si toutefois, tel un colibri, vous souhaitez éteindre l'incendie et contribuer au rétablissement d'une légitimité aussi souveraine qu'incontestable de ceux qui seront appelés à nous juger demain...  soyez le bienvenu !

    Mais attention ! Préparez-vous à y abandonner, dès maintenant, à l'entrée...  tout espoir d'une vie pénarde !

    ________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Liberté chérie !

     

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais, Dieudonné : le phénomène 0 commentaire
  • Revue de presse : les Une du Nouvelobs, ici et ailleurs

     

     

    logo-nobstr.svg

     

     

     

     

     

     

     

    Christiane Taubira refuse de débattre avec Marine Le Pen : une erreur stratégique ?

                 La politique ayant horreur du vide, et les partis « siphons » aussi, qu'il soit permis de noter ceci : aujourd'hui, près de 50% du discours du FN, c'est celui que devrait tenir la gauche. Et Christine Taubira le sait mieux que personne. Elle n'a donc rien à gagner à débattre, sinon reconnaître publiquement qu'elle appartient bel et bien à un gouvernement que l'on peut sans difficulté, et avec regret, qualifier de "gouvernement de la 2e droite" ; gouvernement à la solde d'une oligarchie mondiale sans honneur ni justice ; un gouvernement occupé à
    reverser des dividendes aux actionnaires qui ont investi leur avenir sur un François Hollande maintenant redevable ; retour sur investissement qui ne souffrira aucun retard.


    Aussi, force est de conclure ce qui suit : le PS n'a vraiment pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer.

    Prêtez-leur un bras et main forte, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y laisserez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : rincé et discrédité - d'une collaboration avec le PS.

     

    Dieudonné : mes 3 conseils à Valls et Taubira pour stopper la contagion antisémite

    (de Thierry de Cabarrus, chroniqueur politique)

     

                "... il s’agit, tout bonnement, de protéger notre société fragilisée contre la tentation abjecte de se trouver des boucs émissaires responsables de la crise qui la frappe."

      

                 Entre temps, Dieudonné, lui, a certainement besoin de se protéger de quelques élites communautaires et de leurs supplétifs qui depuis dix ans cherchent à abattre celui qu'il faut bien se résoudre à considérer comme notre plus talentueux humoriste satirique de langue française depuis Molière, fils de Voltaire, sans aucun doute le plus grand anti-tartuffe de la société du spectacle médiatique et politique. 

    Quant à Monsieur Thierry de Cabarrus... s'il souhaite que l'on prenne au sérieux ses interventions écrites, il lui faudra intervenir dans des médias qui acceptent parmi ses chroniqueurs agréés et autres blogueurs associés toutes les opinions à propos, entre autres, de Dieudonné.

    Or, il se trouve que sur le Nouvelobs comme sur tous les médias mainstream, une seule opinion prévaut : il faut faire taire cet activiste politique.

    En d'autres termes, si d’aventure Monsieur Thierry de Cabarrus devait penser qu'il faut soutenir Dieudonné, à aucun moment il ne pourrait le faire savoir. C’est la raison pour laquelle, sauf le respect qu’on lui doit, à lui et à tous les intervenants accrédités par le Nouvelobs, nous préférons accorder bien plus d'attention aux commentaires qui sont postés (même après le couperet de la censure), d'autant plus que ces commentaires qui émanent d’intervenants qui ne doivent rien à personne, soutiennent dans une immense majorité des cas, la démarche de Dieudonné.

    ***

    Ne jamais renoncer !

    Dénoncez ! Dénoncez ! Il en restera toujours quelque chose !

     

    Mikhaïl Khodorkovski est arrivé en Suisse

                  Longtemps on se souviendra d'une Europe et de médias qui auront préféré Mikhaïl Khodorkovski à Snowden faisant le choix de soutenir le dissident milliardaire aujourd'hui résident Suisse contre un Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou, auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...

                   Après ça, vous irez déplorer le divorce croissant entre les Français et les médias, la politique et l'économie.

    Assurer la pérennité du "Nouvel Observateur"

                    Préoccupons-nous plutôt de la pérennité du métier de journaliste qui part à vau-l'eau sur tous les sujets qui touchent, entre autres, à la société française ; et que ce soit avec le Nouvelobs ou sans, importe peu ; seule importe l'information : profondeur et hauteur.

    Et là, quelque chose me dit que l'on est loin du compte.

     

    Dieudonné : non, il n'est pas interdit d'interdire

    (de Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur)

     

              Des médias aux ordres ont sciemment coupé les ponts, tué la communication, l’échange, voilà trente ans déjà, en tarissant toute relation aussi lacunaire soit-elle avec des pans entiers de la population de ce pays afin de contrôler toute contestation d'un projet tant national qu'européen et mondial aux conséquences économiques, sociales et politiques dévastatrices qui ne recueille l'adhésion d'aucune majorité digne de ce nom en Europe et au-delà.


    Certes ! Nous ne sommes pas dupes : le bannissement depuis 10 ans de Dieudonné a pour but, à la fois de réduire au silence un opposant mais aussi, et surtout, de le radicaliser (le forcer à hurler - métaphoriquement) et de le pousser à la faute afin de le marginaliser définitivement aux yeux d'un public somnolent car éreinté après une journée épuisante - et cette audience-là est bel et bien aujourd'hui l'unique cible des médias de masse ; public qui n'a, malheureusement, ni les facultés ni le temps de déjouer les intrigues de médias qui ne se reconnaissent plus qu'une seule obligation : complaire à leurs employeurs (actionnaires, annonceurs publicitaires et l’Etat) : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte ; médias qui, dans les faits, ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune qui devra marcher droit : dans le cas contraire, toutes les représailles seront à craindre : ici chômage et menaces physiques ; ailleurs les bombes.

    Et c’est bien sur ce quoi repose tout le discrédit de ces médias depuis trente ans : la certitude que si d'aventure les salariés et les intervenants de ces médias étaient capables de penser autrement, on peut être assurés qu’à aucun moment ils ne seraient en position de mener à bien cette ambition (pour ne rien dire de ceux qui s'autoriserait à le faire) ; car force est de constater que le recrutement de ces femmes et de ces hommes a pour premier critère non pas ce dont ils sont capables mais bien plutôt ce dont ils sont  incapables : oser penser la complexité du réel en y intégrant le poids de toutes les forces qui oeuvrent à sa mésinterprétation dans le meilleur des cas ; à sa disparition... dans le pire. Et manifestement, les recruteurs ne se trompent jamais ou bien rarement ou pas longtemps, étant eux-mêmes très certainement recrutés selon le même critère : ils n'ont pas le droit à l'erreur dans leur nomination de celle ou de celui qui devra mener une barque médiatique qui ressemble étrangement à un bateau fantôme à la dérive, ersatz d’équipage auquel il a été fixé un seul objectif  : malmener et tabasser le réel à coups d'articles aussi indigents que malhonnêtes, et ce afin d'assurer la protection d'intérêts partisans contre le bien commun ; intérêts qui ne souffriront aucune mise en danger.

    L'unanimité contre Dieudonné ne peut s'expliquer autrement : l'absence de voix dissonantes laisse entrevoir un abîme d'incompétences... un tombeau éthique, là où prospère non seulement l'indigence intellectuelle mais... la lâcheté aussi ; une lâcheté et des manquements coupables de lèse-société.

     

    Dieudonné : à Nantes, entre "pro" et "anti", un dialogue sans haine

              "Les uns manifestaient contre l'antisémitisme. Les autres ont leur billet pour le spectacle de jeudi soir. Ils ont su se parler. C'était impossible à prévoir."

     

                A force de publier des articles qui maltraitent et tabassent  le réel à coups de pied, de poing et de matraque, cela n'a rien de surprenant : les propriétaires des médias dominants finiront par faire du métier de journaliste, un métier qui ne veut plus rien souhaiter savoir ni comprendre.

    Dieudonné, Soral, Zemmour et la haine des autres

     

                   Décidément, jamais vous ne renoncez !

    ***

    Alain Soral ou la raillerie nietzschéenne !

                Difficile de se passer de l'intelligence d'Alain Soral ! Fervent soutien, dans l’esprit, au conseil national de la résistance, il est celui qui, aujourd'hui en France, avec l’aide de Rousseau, de Marx, de György Lukács, de Philippe Muray, de Michel Glouscard et de Jean- Michel Michéa , développe les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes, les plus intelligentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : "... sur ce qui est arrivé à la France...") de la fin de la seconde guerre mondiale à nos jours.

     

    Quant à Zemmour...

    Pauvre de lui ! Victime, il n'aura rien choisi pour lui-même, se contentant de porter, comme on porte un fardeau, une histoire familiale qui a fait de lui un être verrouillé à double tour : ressentiment, aveuglement et anti-humanisme forcené.

    On ne peut que le plaindre. Il a toute notre commisération et notre compassion (enfin... jusqu'à un certain point parce que... faut pas pousser non plus !).



    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Quand Joffrin, qui n'en portait sans doute pas, baisse quand même son pantalon...


    Dans l'Obs : "Antisémitisme, ce qu'on ne veut... par LeNouvelObservateur

     

     

                 Cette vidéo le confirme amplement. Tout y est : le ton, la voix et le regard ; ce regard propre à celui qui, sans se faire prier, vient remplir une mission qui lui a été assignée sans qu'il ait pu, de près ou de loin, y trouver à redire.

    Aussi, pour peu qu'il l'en ait un jour porté un, Joffrin a bel et bien baissé son pantalon. Au moins, ajoutera-t-on, Joffrin s'est débarrassé du souci de devoir, chaque matin, choisir un pantalon à porter ; il pourra même garder celui qui se trouve à ses chevilles puisque… se baisser pour le remonter serait à la fois trop risqué et représenterait très certainement un effort au-dessus de ses forces à la fois physiques et mentales.

    Car enfin... dire que le Crif, la Licra et BHL n’ont pas de pouvoir en France, n'est-on pas là, dans le négationnisme et la révisionniste  (1) ? A savoir : ce qui est n’est pas ; et ce qui a été non plus !

    Et même si à propos des agressions à caractère anti-sémite (pour peu que ce soit avéré), on ne trouvera aucune excuse à ceux qui agressent un homme ou une femme, enfant ou adulte, parce qu’il ou elle est juif, il est certainement grand temps que la communauté juive sorte de sa réserve et de son mutisme et qu’elle reprenne son destin en mains... que toute la communauté juive de France se soulève contre ses élites et refuse d'être plus longtemps les dindons d'une farce tragique et meurtrière ainsi que les otages et les victimes d'une politique dans laquelle il n'y a rien à sauver ; un président du Crif méprisant (2) et vindicatif et la connivence en France, jusqu'au plus haut niveau de la représentation nationale, d'une partie de la classe dirigeante avec l'Etat d'Israël et sa politique à l'encontre du Peuple palestinien - assassinats, meurtres, bombardements civils, colonisation, occupation, humiliation...

                    Cela n'a que trop duré pour eux comme pour nous tous car c'est bien notre République que l'on assassine jour après jour  !

     

    __________________________

     

    1 - Demandez donc à Dieudonné, Soral, Onfray, Taddéï... et tant d'autres !

    Mais alors... ne peut-on pas lutter contre l'antisémitisme sans avoir à nier la réalité ? Ce que d'aucuns ajouteront ... " sans pour autant... prendre les gens pour des imbéciles ?".

     

    2 - Même à l'époque de l'apartheid en Afrique du Sud, on n'aura pas observé, ici en France un tel silence complice, un tel soutien d'associations, de ligues et de conseils de toutes sortes, d'hommes et de femmes politiques ou non, sans courage et sans honneur, communautarisés à un degré tel (d'aucuns diront "tribalisés") que toute condamnation aussi modérée soit-elle de cette alliance qui nous salit tous au regard de la politique de cet Etat qu’il faut bien nous résoudre à qualifier de « voyou », ne peut même plus être envisagée.

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu