Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

ps - Page 2

  • Penser la société aujourd'hui avec Michel Clouscard

           

    Clouscard2.png

                L'oeuvre de Michel Clouscard s'étend sur quarante années, de mai 68 à nos jours  ; un mai 68 à ses yeux... contre-révolutionnaire du côté des étudiants ; un Mai 68  qui portera au pouvoir deux vichystes : Giscard d’Estaing (1) et François Mitterrand.

    Un Mai 68  peut en cacher un autre : celui des ouvriers, aujourd’hui passé sous silence. Seuls Cohn bendit et Bernard Kouchner tiendront le haut du pavé, et pour longtemps, et pour les autres ce sera : "Tout est permis mais rien n'est possible" (2).

     

    ***

     

     

                Homme du peuple, Clouscard reste un des rares penseurs des années 70 et 80 à prendre le réel à bras le corps ; ce qui explique sans doute la raison pour laquelle il est aujourd'hui ignoré. Sociologue marxiste proche du PC mais inclassable, originaire du Sud-Ouest dont il portera fièrement l'accent, à la tête d'une oeuvre à la parole socratique, une oeuvre transversale sur un plan disciplinaire, Clouscard avait comme référent Jean-Jacques Rousseau contre Foucauld et Deleuze : deux bourgeois mondains d'une gauche abstraite, fantasque et bavarde…deux fossoyeurs du rationalisme progressiste (3).

    Penseur de l'émancipation (désaliénation) individuelle - et collective par ricochet -, il est à l’origine en 1972 de la formule et du concept ravageur de « libéral-libertaire » ainsi que de cet autre concept : "l'inconscient de l'inconscient" : véritable code "génétique" historique de classe.

     

    ***


    Clouscard expliqué par des compagnons philosophes.

     

     

                 Pour prolonger cliquez : Clouscard et le capitalisme de la séduction.

     

     ________________________

     

    1 - Merci de vous reporter aux déclarations de Mendès France dans le documentaire "Le chagrin et la pitié".

    2 - Néo-fascisme et idéologie du désir - 1973 - réédition 2008  chez DELGA. Certes en 68 côté ouvriers, le capitalisme a lâché un peu de mou mais il a obtenu en échange le départ de Gaulle (l'homme qui savait dire "non !") et le déclin du PC qui avait en commun ce à quoi de Gaulle s'opposait, la route étant ouverte pour la Banque avec Pompidou et Giscard puis Mitterrand, Sylvester Stallone se voyant finalement remettre les insignes de chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres par un Jack Lang amusé.

    3 - Est-ce la raison pour laquelle ces deux discoureurs font l'unanimité du PS à la droite mais rarement chez les historiens ? 

      

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
  • Jean-Michel Ribes, l'iconoclaste de l'Etat PS

     

     

                    Jean-Pierre Ribes (1), directeur du théâtre du Rond point, à propos de la sortie de son ouvrage "Mille et un morceaux".

    Cinq cent dix pages soi-disant "bourrées d'anecdotes et de piques" ; la critique ose même parler "de réflexions" ... que personne ne lira en dehors du cercle de l'auteur et de quelques unes de ses têtes de turque.

               Pour sûr ! Encore du papier de perdu !

     

     

    ***

     

    jean-michel ribes, françois hollande

     

                Jean-Pierre Ribes ou la fausse gauche PS subventionnée ras la gueule avec les impôts de la classe ouvrière (Si, si ! Les classes populaires paient des impôts ! La TVA, premier revenu du budget de l'Etat) et dont l'anti-système se résume à l'anti-sarkozisme.

                C'est sûr ! De quoi faire trembler la bourgeoisie des centres-villes qui, depuis trente ans, reconduit des gouvernements de la "fausse gauche" et de la droite qui n'ont de cesse de précariser des millions de salariés tout en se faisant les complices d'une instrumentalisation du Front national destinée à garantir à cette même bourgeoisie mondialiste la continuité de sa domination.

     

    actualité, françois hollande, ps, ribes jean-michel,théâtre,subventions, théâtre subventionné,sarkozy,

     

                   Faut dire que Jean-Michel Ribes n'est jamais très loin d'un banquier non plus. Ici avec Pierre Berger, mécène de tous ceux qui pensent comme lui ; un Pierre Berger qui voit dans le corps humain en général, et dans celui de la femme en particulier, l'optimisation de la ressource humaine jusque dans l'accouchement pour autrui : le ventre travailleur, l'utérus productif ; et l'extraction de la plus-value par le vagin.

                   Encore un homme de cette nouvelle gauche, assurément ! Celle qui se situe tout simplement à droite.

     

    ***

     

                   Mais alors.. qui a dit : "On peint pour les pires de la société" comme on aurait pu le dire à propos du théâtre ?

     

     

     

    1 - Jean-Michel Ribes, né le 15 décembre 1946 à Paris, est un acteur, dramaturge, metteur en scène de théâtre, réalisateur, scénariste français et auteur de publicités. Il dirige actuellement le Théâtre du Rond-Point à Paris.

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Le nouveau Plouc de la conscience politique et autres...

       

                 Le nouveau Plouc est une sorte de concept "organique" ; concept appelé à se développer et à se métamorphoser.

    Attention à ne pas confondre le nouveau Plouc, tel que nous nous apprêtons à le définir, avec le Bobo qui, contrairement au Plouc, possède une sérieuse éducation supérieure, argent et pouvoir (trois attributs indissociables en ce qui le concerne) car dans les faits, ce nouveau Plouc n'appartient pas à la bourgeoisie, et par voie de conséquence, il ne peut pas être considéré comme un authentique Bobo.

    Les vrais Bobos sont finalement bien moins nombreux que les faux que sont les Ploucs qui fourmillent parmi les adhérents et les sympathisants de ce que l’on nomme depuis une bonne vingtaine d’années maintenant : la fausse gauche : PS et EELV.

              Faut-il rappeler que dans « Bobo » il y a « bourgeois » ? Or, un bourgeois occupe une place bien spécifique dans la société et en particulier, dans la chaîne de production des biens et des services ; production intellectuelle aussi (les universitaires), sans oublier le rentier-héritier ; et ce qui fait de ce bourgeois un bohème, c'est sa façon de dépenser son argent : où, comment et avec qui. Pour sûr ! Ce Bobo-là qui vote PS et/ou Ecolo est du côté de la domination car, en ce qui concerne la recherche, la production et le commandement (management), il est très proche de l’élaboration des process ainsi que de la redistribution des gains soit en tant que concepteur, ou bien en tant que maître d’oeuvre ou bien encore en tant qu’intermédiaire-parasitaire ou actionnaire.

    Quant aux faux-Bobos qui ne sont pas toujours de vrais nouveaux Ploucs pour autant, et qui oublient que pour être un Bobo il faut d’abord être un bourgeois, et que pour être un bourgeois il faut occuper une place spécifique dans la chaîne de production… ces faux-Bobos-là, souvent larbins aux ordres et simples exécutants… même bien payés, ne sont qu'une sorte de grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf Bobo... même sous régime bio.

    Et pour conclure, on se rassurera avec  ceci : on n’a jamais vu un authentique homme de gauche peiner à définir ce qu’est un Bobo : l’ennemi mortel de la gauche, une enculade assurée ;  et le nouveau  Plouc : l’idiot utile, sorte d'armée de réserve, des Bobos.

                   Mais trêve de commentaire : place au nouveau Plouc donc !

     

    ***

     

           Urbanisé et connecté, le nouveau Plouc se dit et se croit "de gauche". Bigot, ses indignations sont celles de tout le monde - indignations suscitées le plus souvent par des médias racoleurs. Sans imagination, d'une bêtise dévastatrice mais de bonne foi (1) - du moins pour la majorité d'entre eux -, courageux mais pas téméraire, la tripe sensible mais le coeur dur comme la pierre, très politisé mais moyennement informé tout en l’ignorant puisqu'il se croit au courant de tout, le nouveau plouc vote PS, EELV et quelquefois Bayrou ; il est chômeur ou cadre moyen, déclassé ou bien CSP+, universitaire (médiocre) ou ouvrier, homme ou femme, quoi qu'il en soit... le moment venu, face à ses propres contradictions, finalement bête et méchant, le nouveau Plouc, et c’est à cela qu’on le reconnaît, penchera toujours du côté de la censure et de la répression au nom même de la liberté et de la démocratie qu'il croit soutenir à bon compte et sans frais ; en effet, le nouveau Plouc ignore que soutenir la liberté d'expression est un véritable engagement et un   sacrifice : accepter ce qu'on n'aurait jamais osé ou bien désiré lire et entendre ; car... il n'y a pas de liberté, il n'y a que des preuves de  tolérance ; et le nouveau plouc en est incapable.

            Certes ! Difficile d’ignorer le fait que c’est avec de tels Ploucs que sur Internet, aujourd'hui -  et demain plus encore -, un  journal au contenu payant peut espérer prospérer (Libération, Marianne et une partie des abonnés de Médiapart) car, il faut le savoir : en France, il n'y a guère plus de 50 000 personnes déterminées à mourir debout tout en faisant face à ceux qui les exécuteront... et les exécutent chaque jour, en silence, jour après jour, dans une vie de chien ou le martyre, dans l'héroïsme et le sacrifice d'un voyage en RER à 5h30 du matin, rentré à 20h le soir, cinq jours par semaine, ou dans le retraité à 400 Euros par mois.

    Quel rapport demanderez-vous... ?

    Seul un Plouc osera poser une telle question !

     

    ***

     

                  Mais alors… qu’est-ce que pense un Plouc aujourd'hui ? La réponse, vous la trouverez dans l’énumération suivante (liste non-exhaustive établie en 2012 ; mise à jour aujourd'hui ; vous pouvez suggérer d'autres entrées qu'on ne manquera pas d'ajouter)...

                           C'est parti !

     

    Le nouveau Plouc pense qu'en dehors de l'Euro, point de salut !

    Le nouveau Plouc pense que Hollande est à gauche, Sarkozy à droite et Bayrou au centre…

    Le nouveau Plouc pense que le FN est un danger pour la République, oublieux du chômage, de la corruption, de la pauvreté et des discriminations …

    Le nouveau Plouc pense que si tout n’a pas été dit au sujet du 11 Septembre, néanmoins ce qui nous a été caché ne saurait en aucun cas remettre en cause la version officielle...

    Le nouveau Plouc pense que tous ceux qui pensent le contraire sont des conspirationnistes paranoïaques…

    Le nouveau Plouc pense que... "l'avenir ne dépend que de nous"...

    Le nouveau Plouc pense que Charlie Hebdo défend la liberté d’expression…

    Le nouveau Plouc pense que Dieudonné est antisémite ainsi que tous ceux qui vont à ses spectacles qui, soit dit en passant, n’ont jamais fait l’objet d’une interdiction légale…

    Le nouveau Plouc pense que Bernard-Henri Lévy est un philosophe...

    Le nouveau Plouc pense que l'Islam c'est bien mais que Tariq Ramadan c'est mal...

    Le nouveau Plouc pense que l’Irak d’aujourd’hui c'est quand même mieux que l’Irak d’hier tout en omettant de nous dire pour qui...

    Le nouveau Plouc pense que Daniel Cohn-Bendit est un écolo...

    Le nouveau Plouc pense qu'en Ukraine, il s'agit d'un soulèvement populaire en faveur de la liberté...

    Le nouveau Plouc pense que l'élection d'Harlem Désir à la tête du PS a fait avancer la cause des Français issus de l'immigration, de la traite et de la colonisation...

    Le nouveau Plouc pense que le Figaro est à droite et Libération à gauche...

    Le nouveau Plouc pense que l’Iran souhaite détruire Israël avec La bombe… tout en épargnant les palestiniens et le Hezbollah (une sorte de bombe atomique aux retombées aussi chirurgicales que sélectives) car le Plouc ignore que La bombe représente la seule chance pour l’Iran de ne pas finir comme l’Irak...

    Le nouveau Plouc pense que la France est la patrie des Droits de l'homme, ignorant l'Histoire de l'Angleterre et des Etats-Unis...

    Le nouveau Plouc pense que Chavez a été un affreux dictateur, bien qu’élu démocratiquement car il soutenait l’Iran…

    Le nouveau Plouc pense que Michel Onfray est un philosophe... qui plus est dissident...

    Le nouveau Plouc, surtout chômeur, pense que le mondialisme est inévitable et le protectionnisme un fléau ; même si toutes les économies "performantes" l'ont pratiqué et le pratiquent encore aujourd'hui...

    Le nouveau Plouc pense que la Libye d'aujourd'hui c'est mieux que la Libye d'hier, et là encore, sans toutefois préciser pour qui...

    Le nouveau Plouc pense que l'Afrique a souffert et souffre encore, mais que Kémi Seba est raciste...

    Le nouveau Plouc ne sait pas qu’il pense que tous ceux qui ne pensent pas comme lui doivent être censurés, bannis et interdits de communication et de diffusion... jusqu'au jour où...

    Le nouveau Plouc pense que la LICRA c'est la ligue internationale contre le racisme... et le CRIF, le représentant des institutions juives de France...

    Le nouveau Plouc pense que les Journaux de 20h c'est du journalisme...

    Le nouveau Plouc pense que l'Europe née de Maastricht et du traité de Lisbonne est la meilleure Europe possible...

    Le nouveau Plouc pense que si c'était différent ce serait pire encore...

    Le nouveau Plouc pense que Bernard-Henri Lévy (eh oui ! encore lui ! car le nouveau Plouc est un multi-récidiviste impénitent) est de gauche...

    Le nouveau Plouc pense qu’en Syrie il s’agit bel et bien d’un soulèvement populaire contre une dictature sanglante, et certainement pas de provoquer la chute d'un régime, voire... du Pays tout entier, qui n’aurait plus sa place dans le nouvel ordre mondial dominé par les USA, Israël, l’Arabie Saoudite et le Qatar...

    Le nouveau Plouc pense que le "pouvoir" est à l'Elysée et que... lorsqu'on s'y rend... on a de grandes chances d'y trouver un Président de la République...

    Le nouveau Plouc pense que Arte fait de la télé et du journalisme "autrement"...

    Le nouveau Plouc pense que sans le Hamas, Israël aurait consenti à la création d'un Etat palestinien, le favorisant même, depuis longtemps déjà...

    Le nouveau Plouc (journaliste ?) pense que l'élection présidentielle américaine c'est important...

    Le nouveau Plouc pense que la Russie c'est bien mais que Poutine c'est mal... car il a oublié que Poutine est russe....

    Le nouveau Plouc pense que François Hollande ne savait pas en mai 2012 ce qu'il sait aujourd'hui en mars 2015, notamment en ce qui concerne la finance et l'économie...

    Le nouveau Plouc pense que tous ceux qui, à gauche, ne pensent pas comme lui, sont dans les faits... des militants d'extrême droite infiltrés...

    Le nouveau Plouc pense que Laurent Fabius est le ministre des affaires étrangères de La France...

    Le nouveau Plouc pense qu'Obama c’est beaucoup mieux pour les pauvres en général et les Noirs en particulier, sans oublier les Palestiniens...

    Le nouveau Plouc pense que si la corruption c'est mal, elle ne concerne qu'une petite partie de la société en général et de la classe politique en particulier...

    Le nouveau Plouc pense que Christine Ockrent a été et qu'elle est encore une journaliste ; de même en ce concerne Anne Sinclair et de plein d'autres encore...

    Le nouveau Plouc pense qu’il n'est pas un Plouc...

    Le nouveau Plouc pense qu'il est de gauche et il est bien le seul...

    Le nouveau Plouc pense qu'il pense, et là aussi, on ne trouvera personne pour soutenir cette assertion...

    Le nouveau Plouc pense qu'on ne fait pas de la bonne littérature avec Sade, Céline et Drieu la Rochelle qu'il juge infréquentables car le Plouc mélange tout...

    Le nouveau Plouc pense que le Pop-art a quelque chose à voir avec l'Art...

    Le nouveau Plouc pense qu'on peut faire de la bonne littérature avec Christine Angot...

    Le nouveau Plouc pense que tous ceux qui ne sont pas de gauche sont de droite...

     

                     Et puis... en guise de conclusion toute provisoire... on l'aura maintenant compris :

              Ce nouveau Plouc n'a rien de commun avec l'ancien. Plutôt sympathique et loin d'être aussi crédule et ignorant, aujourd'hui, cet ancien Plouc force le respect.

     

    _____________________

     

    1 - Distinction majeure car cette bonne foi protège le nouveau Plouc de cet autre concept : le nouveau Salaud (ou le "faux plouc") de mauvaise foi et cynique, généralement proche de ce qu'on appelle l'Empire : une coalition deWall-Street, de la City, du FMI, de la Banque Mondiale, de la Commission européenne, USA, Israël, Qatar et Arabie Saoudite : racket, chaos, bombardement, intimidation et domination.

     


    Michel Fugain - Les gentils & les méchants

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • "Qui est Charlie ?" un ouvrage d'Emmanuel Todd

     

                   Le 5 Janvier 2015, un hommage a été rendu aux victimes de la rédaction de Charlie Hebdo en Janvier 2014 ; les commémorations se poursuivent cette semaine encore. Faut dire que... " Quand on ne fait plus l'Histoire, on la commémore" - Régis Debray

    _____________

     

     

    Billet de blog publié en mai  2015

     

     

              Que la stupeur et l’effroi des tueries de Janvier dernier nous aient privés d’analyses susceptibles de nous aider à sortir d’une confusion à la fois politique, sociale et intellectuelle, cela était plus que prévisible.

    Les médias, les premiers, ainsi que la classe politique, n’auront pas résisté longtemps à la tentation de faire taire ceux qui, héroïques, auront pris sur eux, au risque du mépris, de la relégation, voire de l’excommunication, de garder leurs capacités de discernement intactes, tripe sensible mais tête froide, face à des événements dramatiques et face à ce qui restera comme le plus important rassemblement de l’histoire moderne du pays : plusieurs millions de "Je suis Charlie" dans les rues des principales villes de France.

    Après les questionnements passés quasiment inaperçus dans les médias de masse de  Frédéric Lordon et d’Alain Badiou à propos de ces événements et du slogan "Je suis Charlie", c'est au tour d'Emmanuel Todd de "sortir du bois" avec son dernier ouvrage : « Qui est Charlie ? ».

     

    ***

     

             CQFD : "Ce livre, c’est aussi la révélation du rôle du PS dans la destruction de la République.”

     

              En ce qui concerne les causes qui ont conduit à la mobilisation massive du 11 Janvier 2015, Todd évoque une crise religieuse car, pour Todd, c’est lorsqu’une religion disparaît qu’il faut la prendre au sérieux : l’effondrement du catholicisme dans les années 60.

    Le spirituel, tout comme le temporel, a le vide en horreur. Chassez le spirituel et il revient au galop ! Mais sous quelle forme ? Todd évoque alors une France laïque, voire laïcarde, une France d'une classe moyenne privée de religion et de transcendance qui vote sans doute majoritairement PS unie autour d’un bouc émissaire : les classes populaires en général et les Musulmans en particulier sur-représentés au sein de ces classes ; et c'est l'assaut meurtrier des locaux de Charlie Hebdo qui servira d’exutoire contre l’Islam, une religion qui, en France, n'est pas que symboliquement la religion des dominés et des plus faibles économiquement ; une religion qui est sans doute la seule fierté d’une grande partie de ses pratiquants et des non-pratiquants issus de cette culture.

              "l'Islam, cette religion qui ne veut pas mourir !"  ; 'L'Islam cette religion qui menace notre identité !"

    Tout le monde s'y retrouvera donc ce jour-là : les athées, laïcs et laïcards qui n'ont plus de religion ; mais pas seulement car, comme on pourra le voir plus loin, il manque à ce bouquet garni quelques arômes, et pas des moindres.

     

     

     

              Todd oppose un contenu latent qui force une approche à la fois sociologique et psychologique à un contenu manifeste : ce qui est explicité par les intéressés eux-mêmes - les "Je suis Charlie" rassemblés dans les rues le 11 janvier dernier -, avec l’appui de tous les médias dominants et le grand cirque et barnum de la politique et du showbusiness.

    Dans sa traduction et sa transposition politiques, Todd nous donne à penser à une sorte d’union sacrée contre le Musulman et les classes populaires rurales et péri-urbaines - "les banlieues" en priorité -, absentes des défilés de ce 11 Janvier 2015. Ce qui s’avère être juste dans les faits puisque ce sont ces classes et ce Musulman en particulier qui souffrent le plus du mépris des médias et plus récemment du PS sous l'influence d'un Manuel Valls (1).

    Tous se retrouvent alors autour d’un projet anti-égalitaire ; la présence du PS dans ce projet est tout à fait cohérente : que l’on pense un instant que les inégalités ne se sont jamais aussi bien portées sous un gouvernement et une présidence PS depuis 1983) ; un PS composé de "catholiques zombies" ; comprenez : des "catholiques" privés de leur religion depuis deux générations.

     

    ***

     

             Si l’exposé de Todd se défend et se tient, reste que notre démographe-historien-sociologue oublie d’être un peu plus explicite. Courageux mais pas téméraire  Todd ? Car, cette union sacrée a pour point nodal un soutien électoral inconditionnel par le "vote PS" principalement, à toutes les politiques à la fois économiques et militaires développées par les USA et une Europe supplétive depuis les événements du 11 septembre 2001 ; ce qui se fait appeler "La guerre mondiale contre le terrorisme", de l’Afghanistan à la Libye, en passant par l’Irak, se soldera par près de 3 millions de morts Musulmans, embargo irakien non inclus. Bilan provisoire puisque cette "guerre" qui est loin d'être gagnée - et ce n'est pas le but non plus -, ne connaîtra sans doute aucune fin.

    Faut dire que le chaos a des vertus qu'une morale humaniste ignore.

    D'autre part, avec l'introduction du concept de "catholique zombie", là encore, Todd botte en touche pour ne pas avoir à nommer les choses et les gens ; Todd passe à côté des véritables enjeux car... en ce qui concerne l'islamophobie, sa mise en scène, son déploiement, son entretien et son écho dans les médias de masse, difficile de ne pas constater que cette campagne a pour principales têtes d'affiche un grand nombre, sinon la totalité, des "leaders" médiatiques juifs et/ou sionistes : E. Lévy, E. Badinter, E. Zemmour, Finkielkraut, BHL, Goldnadel, Prasquier, Cukierman, Klasfled-fils, Glucksman père et fils et Taguieff (2); tout en précisant qu'à ce sujet, il semblerait qu'un rapprochement se confirme entre ces leaders communautaires et le Front national ; rapprochement contre les Musulmans et l'Islam au service d'une islamophobie qui n'est dans les faits que le nouveau visage de la "vieille" haine raciste anti-arabe ; et c'est plus récent (une trentaine d'années) : haine envers les activistes pro-palestiniens issus de l'immigration arabo-musulmane ainsi que contre nous tous, d'origine européenne, occupés à soutenir cette cause.

     

     

     

     

    1 - Quand le PS vote les pleins pouvoirs à Manuel Walls, c'est l'histoire qui bégaie : celle d'un certain 10 juillet 1940.

    Après la tragédie, la farce... parce... bon, le niveau n'est pas le même non plus : Charles Maurras et le Front populaire... ensemble pour tenter de "modérer" et d'amadouer l'Allemand aux portes de Paris en leur offrant Pétain comme interlocuteur-sauveur, c'est quand même autre chose que le Maire d'une commune sans importance, aujourd'hui premier ministre... grenouille qui n'en finit pas de vouloir se faire aussi grosse que le boeuf.

     

    2 - Mais alors, qu'est-ce à dire ? L'islamophobie délirante et obsessionnelle chez ces "Juifs médiatiques" serait donc l'équivalent d'un antisémitisme tout aussi forcenée ? Sorte de haine-miroir ?

    _________________________

     

    "Je suis Charlie" : phénomène religieux ?

     

              Une conférence de Michel Drac à propos de l'ouvrage de Emmanuel Todd.

     

     

    Pour prolonger, cliquez : le PS doit mourir pour que la gauche renaisse

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • En attendant Tulle : Jarnac, cinq minutes d'arrêt !

     

     

    François Mitterrand : 20 ans déjà

    _______________________

     

             

                Paris, gare Montparnasse : nous sommes jeudi, il est 7h. Départ TGV en direction d’Angoulême avant un changement et un TER vétuste et bruyant. Et puis... quatre heures plus tard...

     

    actualité,politique,justice,ps,hollande,jarnac,mai 81,mitterrand,président,social,société,uleski

     

    Bienvenue à Jarnac ! 

    Ville d'origine contrôlée, côtés Cognac et Pineau, 5000 âmes à peine, et une Histoire comme toutes les autres communes de la région, et de beaucoup d'autres régions encore, de la pré-histoire à aujourd'hui.

    Un petit couac néanmoins : Jarnac rime avec arnaque ; quant à la truffe des Charentes… la truffe...

    Des truffes ?..................

     

    ***

     

     

                    Laissant la gare derrière moi, j'ai remonté à pied l'avenue Carnot par un temps froid et humide, puis tout droit après le pont de la Charente, fleuve calme et docile qui prend sa source là où on lui dit et, comme tout bon fleuve qui se respecte, termine sa course dans la mer : l’Atlantique pour ne pas la nommer. 

    J'ai réservé une chambre à l’hôtel Ligaro ; un hôtel situé dans une vieille maison charentaise à deux pas de la mairie. Je suis descendu seul, aussi je ne me refuse rien : pension complète à 300 euros-jour ; les repas seront servis au Restaurant du château, non loin de là, à 200m.

    Un détail néanmoins. Oh ! Trois fois rien ! De ce côté-ci de la ville, à mon arrivée, les rues étaient désertes : pas une âme qui vive.

    Avant d’aller là où je comptais me rendre comme tant d’autres avant moi, et comme tant d'autres après moi, plus nombreux encore, j’avais prévu un petit détour par le quai de l’Orangerie, au numéro 10 plus précisément. Un musée consacré à qui vous savez faisant face à la Charente m’y attendait. En revanche, personne n’était là pour m’accueillir à l'entrée et tout semblait abandonné : porte éventrée, volets fermés, pas d’électricité, pas de lumière mais une odeur. Oui ! Une odeur...

     

    actualité,politique,justice,ps,hollande,jarnac,mai 81,mitterrand,président,social,société,uleski

     

    A peine entré, j'en suis très vite resorti intrigué et déçu.

     

                D’un pas décidé, j’ai emprunté la rue du Chail, avant de me retrouver face à la maison natale de celui que l’on ne peut plus nommer sans éprouver une colère à peine maîtrisable, pour ne rien dire de la rage qui peut nous emporter tous autant que nous sommes, et ce à tout moment. Levant la tête, je me suis rendu compte que le toit de la maison avait été soufflé, les volets arrachés, les vitres brisées... et cette odeur, la même odeur, une odeur… mais comment dire ?

    Inquiet maintenant, faisant demi-tour avant d'emprunter la 2e rue à droite en direction du cimetière des Grands-Maisons situé dans le quartier du même nom, là où se trouve la sépulture de celui qui s’est fait un jour élire Président de la République française, c'était en Mai 1981, qu’elle n’a pas été ma surprise : une longue file d’attente obstruait les trottoirs et la rue qui mène au cimetière, ainsi que son entrée.

    Des centaines ils étaient ! Sortant de ma poche une fausse carte de presse, accompagné de la gardienne des lieux, j’ai pu me frayer un passage jusqu’à la sépulture tant convoitée ; et toujours cette odeur, la même, maintenant insupportable. Et devinez quoi ?

     

    actualité,politique,justice,ps,hollande,jarnac,mai 81,mitterrand,président,social,société,uleski

      

    Dans un défilé ininterrompu, jeunes, vieux, hommes, femmes, blancs, noirs, bruns, jaunes (rouges et verts !), chacun y allait de son crachat ! Oui ! Au passage, devant l’entrée du caveau, tous crachaient d’un crachat épais et lourd, du fond de la gorge, bien profond, après un raclement rhino-pharyngé de tous les diables. Et tous attendaient leur tour dans le froid et l'humidité, patiemment, anonymes, silencieux, mais déterminés.

    Des milliers de crachats depuis le début de la matinée m’a fait remarquer la gardienne ! « Sans doute, des millions de crachats en cumul depuis son décès », ai-je ajouté. Coloré, aqueux, gluant et muqueux, nez, gorge… tous mettaient un point d’honneur à le faire descendre ce crachat comme pour mieux le faire remonter . Poumons, bronches, de leurs crachats à tous, translucides ou opaques, seuls importaient le poids, la cible, la puissance d’expulsion et la force de projection : « Le glaire… contre le glaive de la finance, du profit sans retenue et de l’humiliation » m’a susurré à l’oreille un homme bien mis qui attendait calmement son tour.

    La gardienne du cimetière censée pourtant surveiller les lieux et veiller au respect du règlement me l'a confirmé : les crachats n'ont jamais cessé, et ce dès les premiers jours ; les médias en ont parlé un moment, puis plus rien afin d'éviter une trop grande publicité, sur instruction de l'Etat et d'un commun accord et puis... connivence oblige ! La SNCF, elle, a refusé de fournir les trains supplémentaires qui étaient demandés (une fois n'est pas coutume ! En 40, la SNCF se faisait moins prier !) ; la police quant à elle, a très vite renoncé à intervenir.

    C’est donc dans l’indifférence la plus totale que des centaines de milliers, d’hommes et de femmes - voire des millions -, faisaient ce voyage à Jarnac depuis des années ; voyage en train, en voiture, en autocar, à pied, en auto-stop, à moto, à vélo, à dos d'âne et charrette à bras ! Ils venaient de toute la France, seuls ou accompagnés, en famille parfois... le dimanche ; d'autres d'Afrique noire, d'autres encore, du Maghreb, et tous sans exception y crachaient tout leur saoul avant de quitter le cimetière et la commune discrètement sans demander leur reste car, si tous avaient soutenu l’entartage des années 80 et 90 destiné aux facétieux et aux tartuffes de la conscience humaine, tous étaient maintenant partisans d'une approche plus radicale.

     

                  « Un crachat sur la tombe de celui qui a démissionné devant les puissances de l’argent et de la guerre, et ce faisant… a abandonné l’idée que l’on se faisait de la Gauche ? » me suis-je aventuré à suggérer à l’un d’entre eux…

    D'un simple regard, un jeune homme acquiesça.

     

                   « Cent crachats sur 60 ans d'une vie politique au cours de laquelle on s'épuisera à chercher ne serait-ce qu'un seul acte courageux ? »

    Et puis encore...

                     "Mille crachats sur la sépulture de celui  qui a fait d’une gauche dite de gouvernement  qui ne se résume plus aujourd'hui qu'au PS et à quelques écolos égarés dans la poursuite d'une carrière sans honneur, un beau tas de lâchetés munichoises ? Vraiment, on ne peut pas cacher d'où l'on vient : après la Francisque !...» ai-je surenchéri…

     

    On me fit "oui" de la tête ; une jeune femme, jeune et bien mise.

     

                     « Des millions de crachats pour nous avoir tous livrés en pâture, traité après traité, à une Europe qui n'a jamais fait qu'un seul choix depuis Maastricht : celui d'un moins-disant social, culturel, intellectuel et moral ? »

    Pareillement, cette suggestion recueillit la même approbation mais d’un vieillard cette fois-ci ; un vieillard encore vigoureux de cœur et d’esprit.

     

                 Pour mon information, dans un souci d’exhaustivité qui l’honore, la gardienne a tenu à mentionner la présence d’un crachat dit « rectal » : assurément, la nuit, on fait le mur ; et au petit matin, on trouve les lieux souillés ; l'urine aussi semble y avoir trouvé toute sa place auprès de ce caveau. Inutile de préciser que la coupe était vraiment pleine pour cette gardienne de cimetière reconvertie malgré elle en Madame-pipi. « Ce n'est plus une sépulture mais une porcherie ! Et quelle porcherie ! Même les chiens viennent y faire leurs besoins ! Et cette odeur ! Ah ! Cette odeur, mon Dieu ! »

    Urine, excréments…cette odeur qui n'avait pas cessé de m'indisposer tout en me guidant, m'ouvrant pour ainsi dire la voie, c'était bien évidemment l'odeur du fumier ; ce qui explique un centre ville désert : les habitants de Jarnac se terrent chez yeux tout en se bouchant le nez depuis des mois sans doute.

    On ne le dira jamais assez : si d'aucuns meurent d'une mort qui les illuminent (Hugo, Jaurès), d'autres crèvent d'une mort qui n’a rien à envier à celle des rats quand ils descendent le fil de l'eau, le ventre à l'air, accompagnés d'une nuage de mouches et d’une odeur qui ne trompe maintenant plus personne. Terrassés d’effroi, un seul recours alors pour les croyants : se signer au plus vite. Pour les autres...

     

    *** 

     

                  En quittant les lieux, sur le chemin du retour, crachant tout du long (ne voulant pas être en reste, et puis... juste pour être sûr !), comme je rentrais à l'hôtel, une certitude est venue et ne m’a plus quitté : après Saint-Jacques-de-Compostelle, Lourdes - d'autres mentionneront la Mecque -, ce sont bien avec le pèlerinage de Jarnac ainsi qu'avec tous ces crachats-là qu’il faudra désormais compter ! Oui ! Chers frères et chères soeurs ! Notre salut à tous viendra de lui, et de lui seul ! De ce crachat car c’est toute notre dignité d'hommes et de femmes de gauche que l’on retrouvera alors à Jarnac, en attendant Tulle, pour y être allés, et plus important encore, pour y avoir craché tout notre mépris et notre colère, et puis aussi... la gorge en feu, la gorge desséchée, pour en être revenus assoiffés de justice, le coude bien haut ! 

               Alors oui, Jarnac ! Cinq minutes d'arrêt, et tout le monde repart : destination Tulle.

    ________________

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Le cas Taubira

     

    politique,actualité,société,christiane taubira,garde des sceaux,ministre de la justice,ps,élections présidentielles de 2017

            « Après avoir assuré mardi 22 décembre à la radio algérienne que la déchéance de nationalité ne serait pas retenue dans la Constitution, Christiane Taubira a subi l'humiliation du désaveu public ce mercredi 23 après le Conseil des ministres. La déchéance de nationalité est maintenue. Elle ne démissionnera pas. Mieux, elle la défendra devant le Parlement. »

                                  Médiapart le 23 décembre 2015

     

     

              Volte-face de François Hollande et de Manuel Valls... à cette pauvre Christiane Taubira, ils lui auront vraiment tout fait et elle aura tout avalé sans en perdre une goutte ! Alors qu'il y a une semaine, la non-introduction dans le projet de loi constitutionnelle de la déchéance de nationalité pour les personnes nées en France était acquise.

    Christiane Taubira garde néanmoins le sourire, à l'aise, Blaise ! La déchéance de nationalité est donc maintenue, Christiane Taubira devra la défendre devant le Parlement et vivre son naufrage politique et moral jusqu'à la noyade comme d'autres de boire leur vin jusqu'à la lie.

     

    ______________

     

                                 Le cas Taubira

     

                Brillante candidate à la présidentielle de 2002, une tête bien faite et bien pleine, des convictions qui ne sont pas simplement des humeurs (celles de tout le monde) ni un positionnement ethnique et démagogique ou plus simplement carriériste...

    Rapporteuse de la loi du 21 mai 2001 qui reconnaît enfin que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien constituent un crime contre l'humanité…

    Garde des Sceaux, star du gouvernement Ayrault, si Christiane Taubira est en politique un de nos derniers intellectuels engagés, dans les replis sinueux de son cortex cérébral, de circonvolution en circonvolution, Christiane Taubira n’a de cesse de creuse son sillon ; toujours le même depuis qu’elle a été nommée à son poste de garde des sceaux ; il a pour nom : solidarité gouvernementale.

    De la solidarité au renoncement, du renoncement à la soumission, de la soumission à l'asservissement, rappelons qu'il n'y a parfois qu'un pas... d'autant plus que le ministère de Madame Taubira se trouve tout près de l'Elysée et de Matignon, là où elle reçoit ses ordres.

    politique,actualité,société,christiane taubira,garde des sceaux,ministre de la justice,ps,élections présidentielles de 2017

                N'oublions pas ceci : bien avant les péripéties à propos du projet de loi constitutionnelle et de la remise en cause du "droit du sol" qu'il implique, on pouvait déjà assister aux manifestations de flics dans les rues, à des avocats faisant la grève de l'aide juridictionnelle ; plus tôt en février de cette année, des enfants et leurs parents ont été arrêtés à l'occasion d'une traque contre les "anti-Charlie" ;   une mineure de 14 ans a été mise en examen pour apologie du terrorisme ; un adolescent de 16 ans a été placé en garde à vue ; un homme de 34 ans, qui avait fait l'apologie des frères Kouachi lors de son arrestation en état d'ivresse ; ainsi que des dizaines de procédures ouvertes pour "apologie" du terrorisme.

    Vint ensuite la confirmation par la Cour de cassation du caractère illégal de la campagne BDS (boycott d'Israël) ; les persécutions judiciaires de Dieudonné et d'Alain Soral qu'aucune justice en Europe se cautionnerait ; des « affaires » qui n'avancent pas (comme si l'Etat PS gardait sous la main l'épouvantail Sarkozy avec celui de Marine le Pen) ; et toujours des policiers et des gendarmes acquittés à propos de bavures avérées, des prisons surchargées et toujours une justice sous financée ; des syndicalistes mis en examen, et aujourd'hui même : condamné pour contrôles au faciès, l'Etat se pourvoit en cassation alors que François Hollande s'était engagé à lutter contre ce type de contrôle lors de sa campagne présidentielle.

    Le ver était dans le fruit, très tôt.

    Aujourd’hui c’est l’état d’urgence décrété par Hollande dans la nuit du 13 au 14 novembre dernier qui vient assombrir le tableau avec des assignations à résidence d’écologistes considérés dangereux, des perquisitions par centaines sans résultats et des interdictions de rassemblements et de manifestation... Christiane Taubira, infatigable Garde des sceaux, la ministre "J'y suis bien, j'y reste !" persiste et signe : souriante et enjouée, elle demeure.

     

    politique,actualité,société,christiane taubira,garde des sceaux,ministre de la justice,ps,élections présidentielles de 2017

               Et c'est alors que... pas à pas, sans éclat ni tapage, par la petite porte, porte de derrière pour ainsi dire... mois après mois, année après année, on s’y traîne, debout mais couché, lentement mais sûrement, de flatterie en flagornerie, alléché par l’odeur d’une promesse de reconnaissance au sein du grand barnum politique et sociétal... et puis, par un beau matin, on retrouve ses chaînes, le bruit de son cliquetis et son entrave, celle dont on croyait s’être débarrassé.

    Et c'est alors que l'intéressée ira jusqu'à tenir le fouet qui punira ses congénères. Et c'est aussi l'indépendantiste guyanaise qui échange son lexique et son codex de militante des droits des Peuples à disposer d'eux-mêmes contre une langue de bois au service de la domination du plus fort sur le plus faible : l'élève a dépassé le Maître.

    politique,actualité,société,christiane taubira,garde des sceaux,ministre de la justice,ps,élections présidentielles de 2017

     

    Mais alors, esclave un jour, esclave toujours ?

    « Django » le long métrage de Quentin Tarantino sur la traite, nous en donnera quelques exemples aussi hilarants et savoureux que pathétiques car, dans ce monde de la traite, de l’esclavage et des plantations, "le nègre domestique", nègre de l'intérieur, qui bichonne le maître, le pomponne, s’assure de son bien-être, de la propreté des lieux et de l’excellence des mets qu’il trouvera dans son assiette, sait que la force est du côté des Blancs esclavagistes et négriers ;  sa sécurité et prospérité aussi quand il est promu au rang de Major d’homme. Dans ces conditions, mieux vaut, à ses yeux, être le domestique du Blanc au 19e siècle que son salarié "libre" cent ans plus tard, à trois dollars de l’heure.

     

                   D’autre temps, d’autres mœurs… soit !  Mais quand on sait qu’aujourd’hui personne n’ est contraint à ce déshonneur - et sûrement pas Madame Taubira -… sinon par désoeuvrement, orgueil et vanité ; encore et toujours la vanité ! Que dire alors ?

    Frantz Fanon, Aimé Césaire et Edouard Glissant  (auteurs cravatés qui n’ont fait finalement que servir la langue des maîtres) dont Christiane Taubira se réclame, ont donc échoué : leur littérature ne l’a pas aidée à penser les dangers de la compromission et le piège qui se referme sur la victime qui choisit de servir son bourreau : celui d'hier, d'aujourd'hui et de demain ; celui qui est du côté du manche ; bourreau de toujours qui vous domine des pieds à la tête, entre deux sourires, deux tutoiements, deux embrassades : Judas père et fils. 

    Autant pour la vigilance de Madame Taubira qui avait pourtant tous les atouts en main – intelligence, talent, culture -, pour démasquer un tel stratagème. Car si le pouvoir corrompt, le pouvoir « privé du pouvoir de dire non et de lui tourner le dos » rabaisse et avilit ; on quitte alors son fauteuil débiteur et sale… endetté à vie.

    Aussi, à propos de la relation du PS avec Christiane Taubira, force est de conclure ce qui suit : ce parti n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer.

    Prêtez-leur un bras et main forte, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y abandonnerez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : discrédité - d'une collaboration, même éphémère,  avec un parti qui cultive comme aucun autre, le mépris courtois et sournois envers ceux qui le servent, sans doute à cause d'une trahison politique qui lui sied si bien depuis trente ans !

    Après leur départ, reste alors pour tous ceux qui ont un jour succombé à l'appel du PS à se faire oublier au plus vite dans le confort d'une retraite rondelette ; et pour ceux qui auront gardé un minimum de conscience morale... retraite amère qui ressemble étrangement à une cavale : rompre tout contact avec son passé tout en renonçant à une vie sociale digne de ce nom.

     

    politique,actualité,société,christiane taubira,garde des sceaux,ministre de la justice,ps,élections présidentielles de 2017

              Mais alors... est-ce un hasard si ce destin sacrificiel qui ressemble fort à une crucifixion touche en priorité des Français qui appartiennent à des minorités visibles ?

    On pourra longtemps s'interroger sur le fait que le PS ait pu confier à Christiane Taubira un projet de loi aussi clivant et controversé que "Le mariage pour tous" ou bien une réforme pénale aussi ambitieuse que controversée. Doit-on y voir là, une fois encore, un désir du PS de gonfler les scores du vote FN avant de l'instrumentaliser à la prochaine présidentielle de 2017 ?

    Ah ! Mépris quand tu nous tiens.....................   Harlem Désir (il sera le premier), Malik Boutih, Najat Vallaud-Belkacem et maintenant Christiane Taubira...

    Même en politique, on leur confie le sale boulot.

     

    ***

     

    politique,actualité,société,christiane taubira,garde des sceaux,ministre de la justice,ps,élections présidentielles de 2017

                   La pire des choses pour un être humain c’est de mal vieillir car, on ne devrait jamais vieillir comme on ne devrait jamais cesser de hurler ! Tous devraient alors pousser leur cri puis mourir tout de suite après pour mieux laisser résonner ce cri.

    Attention des médias, confort matériel, prestige de la fonction, à ce sujet, on reprochera à ChristianeTaubira d’avoir tué ce cri pour une bataille de chiffonniers de mauvaise foi à l’Assemblée nationale le mercredi au moment des questions de gouvernement, tout en ayant la faiblesse ou la fourberie de croire que cette bataille valait une seconde d’attention et une seule journée d'investissement.

    Christiane Taubira, une authentique femme de gauche dans un gouvernement de droite aura accepté de gérer, durant cinq années, la pénurie d’un budget d’une justice à 60 Euros par tête d'habitant, le plus faible d’Europe…

    Une femme politique Christiane Taubira, faite pour le combat politique mais sûrement pas destinée à occuper un poste de ministre car, si la politique c’est un métier dans une démocratie squelettique, être ministre c’est la poursuite de cette carrière politique par d’autres moyens ; ne rien faire, attendre, sourire, s’agiter, ménager la chèvre et le chou puis frapper très vite et fort au bon moment : ascension assurée.

    Mauvaise fille, ChristianeTaubira n’a fait finalement que donner des coups de pieds dans les tibias de tout le monde, renonçant très vite à mener jusqu’au bout une réforme dès les premiers coups de sifflet de l'Elysée et Matignon qui annoncent la fin de la partie en attendant la prochaine.

    Ministre militante mais impuissante, c’est alors que l’on développe un comportement de petit chef, puis de capot, la boucle bouclée.

    Christiane Taubira avait une opportunité de quitter ce gouvernement d'une présidence de la honte et du ridicule, au moment de l’arrivée de Valls ; son erreur, sa faute sera d’être restée ; ce qui la condamne déjà. D’autres ministres avaient compris qu’il fallait quitter ce gouvernement de renégats ; elle s’est obstinée : la peur du désoeuvrement suite à un retour à la vie civile ?

     

               Dans ces conditions, comment alors ne pas souhaiter que Christiane Taubira se fasse oublier dès 2017. Un retour à la Guyane peut-être auprès d’une population qui n’a pour seule avenir que le RSA. Tout le monde a le droit à la rédemption. Espérons qu’elle ira la chercher et qu’elle trouvera cette rédemption auprès des déshérités de l'Outre-mer, abjecte dans son organisation économique, et par voie de conséquence, dans son organisation sociale.

     ____________

     

    Pour prolonger, cliquez : continuer de porter la crise au coeur du PS

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Déchéance de la nationalité : la volte-face électoraliste de François Hollande

     

                      Volte-face de François Hollande et de Manuel Valls...

                     A cette pauvre Christiane Taubira, ils lui auront vraiment tout fait et elle aura tout avalé sans en perdre une goutte ! Alors qu'il y a une semaine, la non-introduction dans le projet de loi constitutionnelle de la déchéance de nationalité pour les personnes nés en France était acquise.

    Christiane Taubira garde néanmoins le sourire, à l'aise, Blaise !

    La déchéance de nationalité est donc maintenue, Christiane Taubira devra la défendre devant le Parlement : elle devra vivre son naufrage politique et moral jusqu'à la noyade comme d'autres de boire leur vin jusqu'à la lie.

     

                     Avec cette volte-face qui peut être considérée comme une vraie légitimation du FN, un boulevard qui lui est maintenant ouvert, et d'une pierre deux coups, la continuation de la destruction du PS en tant que parti potentiellement capable de proposer une politique de gauche, Hollande et le PS de Valls jouent l’opinion : en effet, 95% des sondés soutiennent cette déchéance de la nationalité ; opinion auquelle Hollande donne rendez-vous au 2e tour de l'élection présidentielle si possible face à Marine le Pen.

    Reste à savoir qui, du front de gauche -  principalement communistes à l'Assemblée -, et des écolos, refusera de voter cette loi.

    On dit que l'aile gauche du PS est vent debout contre ce projet constitutionnel ;  l’ancien ministre Benoît Hamon, François Lamy proche de Martine Aubry, ou Anne Hidalgo, la maire de Paris, dénoncent cette mesure.

     

                 Ils ne sont pas les seuls. Médiapart et son patron Plenel trouvent  là matière à s'indigner : " L’introduction dans notre Constitution de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français serait un attentat contre la République, ruinant son principe d’égalité de tous les citoyens sans distinction d’origine. En portant ce projet, la présidence Hollande et le gouvernement Valls actent leur propre déchéance politique en signifiant leur ultime rupture avec le peuple de gauche qui les a élus."

     

    Jean-Luc Mélenchon aussi qui ne souhaite pas être en reste : " Le Père Noël gouvernemental est une ordure. Oui, cette fois-ci, c’est la fois de trop. Le point où commence davantage que l’indignation ou le dégoût. La nausée absolue. Ils auront tout démoli. L’État, l’indépendance, les acquis du Conseil National de la Résistance, la parole donnée, l’identité de gauche : tout ! Et maintenant la France elle-même. La France dans ce qui fait la peau qui l’enrobe, sa chair commune, le squelette qui la tient articulée. Soyez maudits pour cette ignominie sans précédent ! En créant de toute pièce la catégorie des « Français de souche » et des « étrangers de souche » Valls et Hollande ouvrent une boite de Pandore dont le pire est certains de sortir."

     

                Plenel, Mélenchon, et au PS, Aubry, Marie-Noëlle Lienemann, Hamont, Hidalgo... précisément ceux qui, en 2017, n'en doutez pas un seul instant ! nous demanderont de "voter François Hollande" pour barrer la route de l'Elysée au FN... tout FN qu'il est Hollande !

    Et parmi eux, particulièrement ceux qui, faute de courage, ont la lâcheté de se persuader, mandat après mandat, qu'ils dépendent du PS pour leur ré-élection : pensez simplement à M.H Lienemann : conseillère générale, ministre, député, maire, sénatrice ; 30 ans au PS, 30 ans de contestation du PS.

    Il ne viendra à l'idée d'aucun d'entre eux de travailler à une réelle alternative de gauche puisque leur indignation et leur contestation à répétition pourvoient amplement à l'entretien de leur bonne conscience et de leur carrière.

                 Aussi, aucun d'entre eux ne bougera, aucun, tétanisés par la peur des représailles de la direction du PS en 2017 et puis, confortés dans leur complaisance par une opinion publique qui, tel le nombre, sanctifie.

    Après tout, souvenez-vous : on a tout reproché à Pétain et rien à sa popularité.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Il faut que le PS meure pour que la gauche renaisse

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Quand Bernard Tapie vole au secours des médias

    bernard tapie de retour en politique, politique,actualité, ps,serge uleski

     

                       Bernard Tapie annonce son retour en politique : "Je reviens pour interdire le chômage" a-t-il déclaré (1).

    Avec cette déclaration de bonimenteur de foire, on est déjà au cinéma, dans un nanar à la sauce canular. Faut dire qu'il y a des hommes qui ne savent pas s'empêcher et qui ne perdent pas de temps non plus ! Chimère et clown, Tapie en fait partie, sans l'ombre d'un doute.

    Si quand on voit le remède on comprend le mal, avec cet homme-là, ne comptez sur rien ; ni sur la compréhension du mal ni sur la justesse du remède.

     

                         Mais alors, ce camelot qui a fait fortune sur l'échec de tous les autres (2), chercherait-il à faire oublier ses ennuis judiciaires ?

    Tapie qui n'aime pas perdre vient de se faire délester, sous la présidence Hollande et par une justice indépendante - cela va s'en dire ! -, de plus de 400 millions d'Euros qu'une autre justice, elle aussi indépendante, lui avait fait gagner sous Sarkozy.

    Dans ce contexte, Tapie veut-il prendre sa revanche sur le pouvoir socialiste ? Quand on sait qu'il est tenu responsable de la mort politique de Michel Rocard aux européennes de 1994, de Jospin à la présidentielle de 2002, de Royal en 2007, c'est sûr, François Hollande a toutes les raisons au monde de s'inquiéter du retour de ce bluffeur à large et grande gueule que des électeurs complaisants ont la fâcheuse habitude de plébisciter. Pensez simplement à un Pasqua, à un le Pen, à une Morano, à un Sarkozy...

     

                     Déjà, les médias se frottent les mains, ils se pourlèchent les babines... des médias condamnés, voilà quelques semaines encore, à assurer à leur corps défendant - même si rien n'est moins sûr après réflexion -, la promotion du FN - audience oblige ! -, car enfin, qui peut bien avoir envie d'écouter Juppé, Sarkozy (ringardisé en deux semaines après son retour), le pathétique Bayrou ou bien Cambadélis ?

    Personne.

     

                    Pour animer la campagne de 2017, les médias auront maintenant à leur disposition deux têtes d'affiche... l'une contre l'autre avec audience assurée.

    Finies les remontrances du CSA à propos d'une sur-exposition du FN ! Tapie viendra apporter la contradiction à la famille le Pen et aux lieutenants de leur parti sans pour autant plomber les indices d'audience et les recettes publicitaires.

     

                   Si l'on peut déjà affirmer que le scénario que l'on nous prépare accouchera d'un navet, ce retour de Bernard Tapie est sans aucun doute la meilleure des nouvelles pour ces médias. De là à penser que ce sont eux qui l'ont prié de reprendre du service...

     

     

    1 - Tapie en exclusivité sur le JDD

    2- Tapie, le génie des affaires avec Jean-Louis Borloo, avocat d'affaires juteuses !

    Tapie se porte acquéreur d' entreprises au bord de la faillite ; après avoir licencié la moitié du personnel, il leur remonte le moral le temps de les revendre à très bon prix, avant qu'elles ne dépriment à nouveau pour finir par s'effondrer emportant avec elles les quelques salariés qui avaient survécu à la première dépression.

    ___________

     

    Pour prolonger, cliquez : Continuer de porter la crise au coeur du PS

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • La Palestine en plein Paris : une immersion dans la vie quotidienne en Palestine

     

                     

     

     

                    Médecins sans frontières a créé une exposition inédite le temps d'une visite à la Maison des métallos, à Paris, comme si on était en Cisjordanie ou à Gaza :

                "Témoins directs de la brutalité de l'occupation, cette installation conduit le visiteur au cœur du quotidien des Palestiniens pour mieux comprendre la violence continuellement subie, une vie en sursis. À travers un parcours, vous êtes immergé dans plusieurs espaces faits de photographies, objets et témoignages sonores. En plongeant le visiteur dans le quotidien des patients, l’installation exprime le refus de contribuer à banaliser l'inacceptable."

     

                 Le Crif, une fois encore, une fois de plus, demande à la mairie de Paris d'arrêter une exposition sur la gestion coloniale israélienne des Palestiniens car, selon le CRIF cette exposition constitue "une apologie du terrorisme".

    Le maire de Paris, Anne Hidalgo qui a organisé l'été dernier un "Tel-Aviv sur Seine" indigne qui a sali notre capitale, aurait sans doute adoré obtempérer, seulement... elle sait qu'elle ne le peut pas.

     

              Avec cette nouvelle "sortie", le CRIF vient confirmer une fois de plus que ce Conseil n'a qu'une raison d'être :  défendre les intérêts israéliens en France en soutenant inconditionnellement la politique coloniale de gestion des territoires palestiniens occupés.

    Mais alors, à quand le bannissement de cette officine israélienne ? Officine qui déshonore notre pays, sans oublier la mise en danger de mort de nos Français juifs pris en otage par un Conseil qui ne les représente pas !

    Toulouse et Vincennes : Mérah et Kouachi.

    Combien d 'autres encore ?

    ____________

     

                        Avec Valls, Fabius et tout le gouvernement... François Hollande adresse un champ d'amour à Israël dans la résidence privée d'un Netanyahou ennemi juré de tout espoir de justice et de liberté pour le peuple palestinien.

     

    ***

     

                    A son arrivée à l'Elysée et à Matignon,  force est de constater que le PS a remis les clefs du quai d'Orsay aux USA, à l'Arabie Saoudite et à Israël : alliance contre-nature, alliance anti-européenne ; alliance en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre force car notre vocation c'est la paix et la diplomatie car nous n'avons aucunement besoin d'ennemis pour exister et nous imposer... il y a bien quelque chose de pourri au royaume de la diplomatie française ! Nul doute !
                   

                   Aussi, à ce mal-président, François Hollande, on lui donne rendez-vous en 2017, dès le premier tour de la Présidentielle, à lui donc et à son parti, le PS, aux Législatives qui s'ensuivront : on saura leur faire payer cette insulte faite à la Gauche, à la France et à l'Europe, à sa culture, à ses valeurs et à ses engagements.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : continuer de porter la crise au coeur du PS

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • "L'Alliance populaire" de Cambadélis : cachez ce PS que plus personne ne saurait voir sans un haut-le-coeur ?

    cambadélis,ps,union populaire,alliance populaire,élections régionales 2015, élections présidentielles 2017,

     

                        Au lendemain de la victoire-défaite du PS aux élections régionales, son chef, Jean-Christophe Cambadélis, propose de fondre le PS ( de le noyer ?) dans une "Alliance populaire" - sorte de mouvement écran comme les sociétés du même nom qui cacherait un PS que plus personne ne saurait voir sans un haut-le-coeur ?

     

                   Soupir de lassitude, c'est alors que...

     

    bâillement,alliance populaire, ps, cambadélis,élections présidentielles, hollande,

    Un bâillement irrépressible nous submerge.

    Un seul remède : un bon et long sommeil.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le PS doit mourir pour que la gauche renaisse

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu