Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

ps - Page 3

  • Résultats des Elections régionales de 2015 : la gauche est morte ce soir

                               paca, estrosi, serge uleski, élections régionales 2015; alliance PS/LR

                 Victoire d'Estrosi en PACA contre le FN grâce au report massif des voix PS et EELV

     

                               régionales 2015, ps, écolos, eelv,front de gauche,

                     Bartolone, candidat PS pour l'île de France, entouré de EELV et du Front de gauche, les deux dindons de la farce républicaine à la sauce PS.

    Echec, la droite rafle l'Ile de France.  Faut dire qu'au second tour, il y avait un absent, une vraie gauche de gauche et écologiste et deux partis en trop, le FN et un PS qui s'est bel et bien brûlé les doigts sur une stratégie qui date des années 90 : un FN le plus haut possible pour forcer une mobilisation dite "républicaine" en faveur de son candidat.

    Le PS a simplement oublié, dans le cadre des élections régionales, l’éventualité d’un second tour à trois.

                   Saluons au passage le pugnacité de Jean-Pierre Masseret désavoué par la rue de Solférino, l'Elysée et Matignon, tête de liste socialiste en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne qui a refusé de se désister face au risque d'une victoire FN : le Front est battu et il conserve son score du premier tour. Une partie des conseillers présents sur sa liste siègera au Conseil régional.

     

    ***

     

                    Le FN, ce parti quasi-révolutionnaire (2), échoue et Valls triomphe. La gauche est donc morte ce soir avec un électorat dit "de gauche" qui a voté PS au premier tour puis à droite au second contre le FN pour le plus grand profit de la droite et du PS de Valls.

                    La gauche paiera très cher la victoire de Valls soutenu par une "bourgeoisie de centre-ville" qui, tout en pratiquant un vote critique en faveur du PS, ne risquera jamais rien, et sûrement pas son grand confort matériel et son petit confort moral de donneuse de leçons qui n'en a retenu aucune au profit de la gauche.

     

     

     

    1 -  Pour une analyse autre que celle du ministère de l'intérieur, c'est ICI

     

    2 - Révolutionnaire dans le sens de... "seul capable de mettre en danger le système".

    Soit dit en passant, le trio infernal "Friedman,Thatcher, Reagan" était lui-aussi révolutionnaire. Il suffit de constater ce qu'est devenue l'économie mondiale sous les recommandations monétaristes de ses théories.

    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : alternative politique et mondialisme : quel paradigme ?

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Elections régionales : la pêche à la ligne

    élections régionales pêche à la ligne, second tour des élections régionales, ps, fn

     

    Election présidentielle de 2017 : répétition générale !

     

                        Les élections régionales de décembre 2015 confirment un tripartisme durable PS, FN, LR-UDI...

    Valls appelle à un soutien massif en faveur des listes LR-UDI contre le FN au second tour, sans doute dans l'espoir d'obtenir le même soutien de la droite au second tour de la présidentielle de 2017 contre Marine le Pen - si tant est que le candidat Hollande passe le premier tour.

    Le PS se maintiendra donc dans les Régions grâce au score élevé du FN, et LR-UDI gagnera grâce au retrait du PS.

    Bonjour le brouillage politique !

                   

                 Avec un Etat PS dont la stratégie présidentielle de 2017 repose sur la guerre, le terrorisme, un FN à 40% et une abstention record (1)... la gauche étant absente de ce second tour, recommandons sans l'ombre d'une hésitation, la pêche à la ligne dimanche prochain : qu'une abstention massive de la gauche inflige une 5è défaite électorale à l'Etat PS.

     

                   Car... le PS doit mourir pour que la gauche renaisse !

     

     

    1 -  Avec, en cadeau pour la droite, plusieurs millions de chômeurs...  aussi, si cette droite n'est pas capable de gagner la présidentielle de 2017, alors.. c'est vraiment à désespérer. Cependant, elle n'aura pas le droit de se tromper de candidat contre Hollande.

    Pour une autre analyse des résultats du premier tour des Régionales de 2015, c'est ICI  et LA

    __________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Alternative politique : un nouveau paradigme

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Malek Boutih à la mode Chandeleur : le repenti converti et retourné comme une crêpe

     

    Elections régionales 2015


    Mélenchon refuse de "trancher entre des nuances de gris"

     

    _______________

     

     

                  Malek Boutih ou la nouvelle gauche ! Celle de Valls, dans le cadre d'une répétition générale de l'élection présidentielle de 2017, qui demande à l’électorat de la gauche et du PS de voter LR-UDI pour faire barrage au FN.

    Pas si nouvelle que ça cette gauche-là ! C'est la fausse gauche PS du mois d'Avril 2002... le 21 plus précisément qui a vu Le Pen père au second tour de la présidentielle contre Jacques Chirac ; et Jospin de nous demander de barrer la route au FN ; un FN qui clôturera les élections à 20%.


    Aujourd'hui, le PS a retenu la leçon et demandera en 2017 le même élan « républicain » de solidarité à la droite car… devinez quoi ! Quinze ans plus tard, le PS travaille à un second tour de la présidentielle qui verra cette fois-ci, un François Hollande face à la fille le Pen.

     

     

                  On est le 9 décembre, Malik Boutih fait le job que lui demande Valls ; en service commandé, le député socialiste réagit violemment à l'annonce de Jean-Pierre Masseret, candidat PS : arrivé 3è, il a décidé de se maintenir au second tour des élections régionales dans le Grand Est contre le FN et l’UDI-LR ; i refuse cet élan républicain de 2002 (1).

    Il semblerait donc que la gauche, la vraie, pour Malik Boutih (2) c’est celle qui est cause du FN et qui demande à son électorat de voter à droite.

    Dont acte.

     

    ***

     

                Le 16 novembre, sur France Inter, à la matinale, heures tapantes, à la fraîche, c’est Malek Boutih l’invité : ICI .

    Autre sujet, même registre. La chasse est ouverte ! Député PS, Malek Boutih franchira le Rubicon allègrement. Imaginez-vous ça : 80% de ses interventions, ce matin-là, conviendront à toute la droite, du FN aux centristes :


    « Il faut en finir avec la sociologie, la pleurniche et les soi-disant causes sociales qui seraient responsables de la radicalisation de Français musulmans !»


    « J'en ai marre du procès d'intention qui dit que la France est toujours raciste et les autres toujours victimes" – après 20 ans de militantisme à SOS Racisme et une culpabilisation de chaque instant du « Français de souche », quel retournement !


    « Je suis républicain parce qu'il y avait une bibliothèque en bas de chez moi (Neuilly-sur- Seine – ndlr), et pas une salle de rap » - le Rap rendrait anti-républicain ? Ou bien alors, Boutih essaie de nous dire que le Rap est l’expression d’une prise de conscience du fait suivant : des millions de Français des « quartiers » sont privés de la promesse républicaine et de ses valeurs ?


    « La fameuse séparation entre les quiétistes, ceux qui veulent prier et ceux qui passeraient au terrorisme est artificielle. » Mais alors : tous terroristes potentiels ces Musulmans quiétistes ?


    « Des jeunes issus de ces quartiers n’en peuvent plus, ils ont envie d’être engagées, qu’on leur donne une chance de combattre ces gens-là. Nous avons une armée républicaine potentielle sur le territoire. » - Apologie d’une guerre intestine sur notre territoire entre Français issus de la colonisation et de l'immigration autour de la religion musulmane : croyants hirsutes contre les croyants modérés et les non-croyants ?


           Et puis, last but not least : « On ne peut pas considérer que le port du voile est normal »

                             N'en jetez plus, la poubelle est pleine Monsieur Boutih.

     


             Comme quoi... des attentats, une centaine de morts, et tout le monde rentre se mettre au vert au côté d'une droite expéditive ; c'est l'Assemblée nationale issue du Front populaire qui, un certain Juillet 40, vote les pleins pouvoirs à qui on sait. Heureusement pour Boutih que la "fausse gauche" est à l'Elysée et à Matignon ! Il peut encore faire illusion même s'il s'agit bel et bien d'un ralliement aux idées de droite : l'affirmation de l'absence de déterminisme social dans le destin individuel de chaque être humain.


                  Anti-Musulman, anti-rap, anti-sociologie, Boutih récidivera quelques jours plus tard sur BFMTV face à Finkielkraut avec lequel il finira par faire « risette » : ICI

    Là, Elkrief et BFMTV boivent du petit lait. Faut dire que depuis quelques semaines, au côté de Marine le Pen, Malek Boutih et son biais franchement anti-Musulman - véritable sésame pour quiconque souhaite faire son entrée dans les médias -, a son fauteuil chez BFM : c'est "table ouverte" pour Malek ! "Open bar" aussi ! C'est quand il veut à l'heure qu'il veut. Car enfin... comment dire tout le mal que l'on pense des Musulmans - " antisionistes, antisémites, anti-français, violents, ringards et sous-éduqués" selon la grille de lecture des médias atlantistes et proches d'Israël, sans l'aide de ce qu’on appelle " le beur de service » car si tous les antisémites ont « leur Juif » ( Renaud Camus et Richard Millet… Finkielkraut), tous les racistes ont « leur Arabe » qui dira tout haut ce que vous pensez tout bas... et qui le dira tellement mieux que vous, avec tellement plus de force, décomplexé, dans la mesure où il ne saurait être accusé de racisme ou d'islamophobie.


                  Des millions de chômeurs, des départements et des régions sinistrés, crise du logement, précarité, relégation, des dizaines de millions de salariés qui sont passés par la case chômage et la case SDF en trente ans - divorces, suicides, maladies, pauvreté ; des inégalités qui ont explosées, un mondialisme rapace et vorace qui veut la peau de notre système social européen - véritable civilisation en soi -, et qui n'a qu'un modèle à proposer : travailler plus, gagner moins, baisser la tête et consommer - mal-bouffe et abrutissement !


    Aucun rapport avec un FN à 40% et une abstention à 50  ?

    Que nenni ? Jamais de la vie ?


                Malek Boutih a une autre explication : seule la complaisance de la "gauche" - complaisance à l'endroit de la religion musulmane et des entorses à la laïcité -, est responsable nous dit le député PS aux analyses de droite.

    Et voilà les Musulmans responsables et sans excuses et l'Islam cause de tous les maux !


                   A la tête de SOS-racisme, officine PS pour Français issus des minorités visibles qui savent apprendre à marcher au pas et à la cadence du parti pré-cité, vingt années durant, avec son « touche pas à mon pote – (musulman) » aujourd’hui le même Malek Boutih nous explique que le pote ne l’est plus, et que la condamnation du racisme ordinaire du petit blanc européen de souche cachait une complaisance coupable, voire criminelle, à l’endroit de la menace de l'Islam sur la laïcité.

    Là, c'est Boutih qui rejoint l'analyse du FN à propos de la période "SOS racisme" des années 80 et 90.

    Cherchez l'erreur !

     

    ***

     


                Enthousiaste et pressé, chez BFMTV ou à France Inter... droit et enjoué, Boutih c’est l’élu qui n’en revient pas, qui n’en est jamais revenu, et qui connaît sa chance : la députation ; et tous savent à son sujet que le soupçon d’ingratitude peut être écarté. C'est sûr ! Malek Boutih affiche une loyauté sans bornes pour un système électoral qui privilégie depuis près de 20 ans, des individus falots, des individus gestionnaires de commandes, des chargés de clientèles électorales et d’affaires, selon le principe qui veut que ce soit celui qui paie et qui distribue les récompenses qui décide ; Malek Bouthi le sait mieux que quiconque car la gauche PS c’est la gauche qui n’a jamais donné sa chance à un seul émigré : en ce qui concerne Boutih, le PS mettra vingt ans à accepter qu’il soit député car les petits blancs du PS n’aiment pas partager et moins encore, céder leur place (3).


    Alors, vous pensez bien : Boutih qui est à la politique ce que les Harkis sont à l’histoire de la dé-colonisation, sait ce qu’il doit au PS et au système ; manifestement, les mots ne lui manquent pas quand il s'agit de renvoyer l'ascenseur : l’ingratitude n’est pas de mise chez Boutih !

     

    malek boutih, serge uleski, islamophobie,ps,

    Et d'un !

     

     

    ***


                  Dans les replis sinueux de son cortex cérébral, de circonvolution en circonvolution – faut croire qu'une fois nommé et en place, manifestement on apprend vite, et l'on prend le pli tout aussi rapidement ! -, Malek Boutih n’a de cesse de creuser son sillon. Et c'est alors que... pas à pas, sans éclat ni tapage, par la petite porte, porte de derrière pour ainsi dire... mois après mois, année après année, on s’y traîne, debout mais couché, lentement mais sûrement, alléché par l’odeur d’une promesse de reconnaissance au sein du grand barnum politique et sociétal... et puis, par un beau matin, on retrouve ses chaînes, le bruit de son cliquetis et son entrave, celle dont on croyait s’être débarrassé car la décolonisation doit trop, beaucoup trop à une bourgeoisie européenne indisposée par le spectacle de l’humiliation, de l’exploitation et du mépris - la couleur de son sang, l’odeur de son urine, de sa crasse et de sa sueur ; d’où ce retour, non pas du refoulé, mais bien plutôt, un retour à la case départ ; là d’où l’on vient et que l’on n’avait jamais vraiment quitté faute d’avoir été l’acteur majeur de sa libération. Faut dire que le colonisé esclave « bon à tout faire » et « à servir à tout » a été promu par son maître qui a eu la charité d’en faire son « camarade » de parti ; et c’est le ridicule qui accompagnera tôt ou tard son ascension grotesque.

    Orgueil et fourvoiement, on parlera alors de trahison, d’une rare laideur, qui nous inspirera néanmoins de la pitié… pitié face à cette erreur monumentale : coucher avec le mépris qui a décidé de tout, de votre condition d’être au monde, à peine humain, en l’occurrence.

    A ce sujet, on pourra se reporter aux analyses de Saïd Bouamama : La tradition colonialiste  des socialistes : de la SFIO au PS.


                 Et c'est alors que l'intéressé ira jusqu'à tenir le fouet. Et c'est aussi celui qui a participé à "La marche des beurs pour l’égalité" qui échangera son lexique et son codex de militant du droit et de la justice pour tous contre une logorrhée au service de la domination du plus fort sur le plus faible : encore une fois, le dominé se soumet à son Maître qui l'a en partie affranchi... dans le sens de "mettre au parfum" dans le contexte d'une liberté de parole étroitement surveillée.


    « Django » le long métrage de Quentin Tarantino à propos de l'Esclavage, nous en donnera quelques exemples aussi hilarants et savoureux que pathétiques avec Samuel Lee Jackson incarnant un personnage pitoyable et cruel : « le nègre domestique » ICI.

    Frantz Fanon,, un des penseurs de la colonisation et de la décolonisation avait un nom pour ces gens-là, les repêchés du système qui n’en croient pas leur chance tout en sachant qu'on ne leur en donnera pas une seconde.


    Il est vrai que le PS n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer. Prêtez-lui main forte, un bras, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y abandonnerez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : discrédité - d'une collaboration, même éphémère, avec un parti tel que le PS qui cultive comme aucun autre, le mépris courtois et sournois envers ceux qui le servent, sans doute à cause d'une trahison politique qui lui sied si bien depuis trente ans ! Mépris que l'on pourrait sans difficulté interpréter comme une sorte de un transfert à des fins thérapeutiques : en effet.... c'est celui qui dit qui est, car... n'est-ce pas une tâche insurmontable à la fois de le dire et de constater qu'on l'est... parjure sans foi ni loi, le matin devant sa glace à l'heure où il faut en remettre une couche ?


               Harlem Désir (il sera le premier chronologiquement), Najat Vallaud-Belkacem, puis Christiane Taubira et maintenant Malek Boutih... même en politique, on leur confiera le sale boulot. Mais alors... est-ce un hasard si ce destin sacrificiel qui ressemble fort à une crucifixion touche en priorité des Français qui appartiennent à des minorités visibles ?

    Manifestement, personne n’a aidé Boutih à penser les dangers de la compromission et le piège qui se referme sur la victime qui choisit de servir son bourreau : celui d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Celui qui est du côté du manche ; bourreau de toujours, qui vous domine des pieds à la tête, entre deux sourires, deux tutoiements, deux embrassades : Judas père et fils. Car si le pouvoir corrompt, le pouvoir « privé du pouvoir de tenir tête » rabaisse et avilit ; on quitte son fauteuil débiteur et sale… endetté à vie.


                  Au sujet de Malek Boutih, difficile de ne pas penser à ce qui suit : si là d’où l’on vient ne saurait en aucun cas empêcher quiconque d’aller voir ailleurs et de s’y installer, en revanche, il n’est sûrement pas nécessaire, une fois arrivé à destination, de courber l’échine aux fins de conjurer le danger d’un éventuel retour à la case départ, défait et humilié pour la seconde fois, par une classe qui ne vous fera jamais oublier d’où vous venez et quel nom vous portez. Toute l’Histoire de France, depuis l’esclavage et la colonisation, plaide contre cette classe. Car... le front encore couvert de sueur, rien n’enhardit le rescapé, ou l'échappé-belle, comme la soumission aux diktats des puissants ! Et d’aucuns s’empresseront d’ajouter : combien de temps encore, les rescapés d’un déterminisme social le plus souvent impitoyable (Souvenons-nous de Bérégovoy et de son CAP de mécanique-auto faisant la première de couverture de Time magazine avant de recevoir un satisfecit du Wall Street journal pour son action en tant que premier ministre-gestionnaire), devront-ils donner des gages de bonne conduite et de fermeté d’âme à ceux auxquels ils pensent devoir leur repêchage social, oublieux qu’ils sont de leurs droits et de leurs mérites ?

    Si les anciennes victimes font d’excellents bourreaux, de même, les anciens fauchés, un peu moins fauchés maintenant - pour ne rien dire de ceux qui le sont restés -, semblent faire d’excellents garçons de course recouvreurs pour le compte de créanciers pressés de rentrer dans leur argent : aussi, Malek Boutih n'a pas fini de rembourser sa dette ; il en est qu'aux premières échéances.

     

    ***


              Ce qui suit pourrait bien être une tentative d’explication, du moins… une piste de réflexion non négligeable : la tentation de la soumission et le syndrome du larbin ICI - empathie avec celui qui vous a longtemps fait marcher et qui vous a fait les poches aussi ;  le syndrome de Stockholm (empathie avec celui qui vous séquestre) n'y suffisant plus manifestement.  

           

                 La faute de Malek Boutih c'est d'avoir oublié d'assumer les origines du nom qu'il porte, et ce à quoi ces origines obligent avec pour conséquence une compromission auprès de ceux qui, en aucun cas, ne peuvent être considérés comme des interlocuteurs dignes de confiance et ce faisant, des interlocuteurs capables de vous aider à porter avec fierté cette histoire de vos origines car toutes leurs allégeances et l'histoire dont ils sont les produits contredisent cette possibilité.

    Pour vous, ils n'accepteront qu'un rôle : que vous soyez l'instrument de leur histoire et non de la vôtre.

    Derrière cette "compromission" nichent la recherche d'une intégration-acceptation à n'importe quel prix, chienne de la soumission, ainsi que la peur du rejet et la fatigue de son vécu, année après année, épuisement après épuisement. Plus profond encore, on trouvera une honte, celle de ses origines - encore et toujours cette honte ! -, cause d'une intériorisation à la fois consciente et inconsciente de tous les discours, au mieux "dépréciatifs", au pire "racistes" qui sont rattachés à cette "origine semelles de plomb" quand sa valeur intrinsèque, qui ne doit faire l'objet d'aucun débat, est niée de part et d'autre.

     

     

    1 - Pour une autre analyse des résultats du premier tour des Régionales de 2015, c'est ICI  et LA

    2 - Il participe en 1983 à la Marche pour l'égalité. Il entre à SOS Racisme en 1984, en devient le vice-président de 1985 à 1992 puis président  de 1999 à 2003 ; secrétaire national du PS de 2003 à 2008, il est membre du bureau national et député de l'Essonne depuis juin 2012.

    3 – Salaire d’un député : Indemnité mensuelle : 7 100,15 € bruts par mois. 

    Indemnité représentative de frais de mandat : 5 770 € bruts par mois, pour faire face aux diverses dépenses liées à la permanence parlementaire.

    Les députés disposent de 9 504 € bruts par mois sous forme de crédit destiné à rémunérer leurs collaborateurs, d'un accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF en 1re classe, du remboursement des forfaits de cinq lignes mobiles et d'un abonnement Internet.

    Un député ne peut cumuler son indemnité parlementaire et les indemnités d'autres mandats électifs que dans la limite d'une fois et demie le montant brut de l'indemnité parlementaire de base, soit 8 272,02 €. Un parlementaire ne peut donc percevoir plus de 2 757,34 € au titre de ses mandats locaux.

     

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS, Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
  • Elections régionales : continuer de porter la crise au coeur du PS

    6805407-voeux-de-hollande-pathetique-dans-le-style-et-sur-le-fond-rien.jpg   

                     Défaites électorales consécutives pour le PS... il faut continuer d'ouvrir une crise majeure et un nouveau front : culbuter le système électoral, obtenir la dissolution du PS en attendant la refonte d'une véritable gauche de gouvernement à l'échelle de la France et de l'Europe contre un François Hollande qui a mené une campagne présidentielle sur un programme envers lequel il ne se sentait aucune obligation de mise en œuvre, roulant dans la farine du mensonge et de la démagogie des millions d'électeurs, tout en pensant aujourd’hui qu’il peut, en toute impunité, échapper à une sanction à la fois morale et électorale.

                     Dans le contexte d'une Europe qui sera dans le meilleur des cas une succursale de l’hyper-puissance étasunienne (terrorisme, guerres régionales, crise économique, crise financière, suprématie militaire et politique du chaos), et dans le pire, la victime collatérale d’un "mondialisme" qui n'est qu'une guerre contre les salaires, les droits sociaux et la démocratie...

    Parti d'élus, privé de militants, au moment où le PS semble avoir besoin à nouveau d'un FN fort pour se maintenir, à l'heure de toutes les capitulations et de tous les reniements au service d'une politique étrangère abjecte, il n'est plus possible d'entretenir par nos votes des carrières de députés, de députés-maires, de conseillers généraux, de sénateurs, de ministres et autres secrétaires d'Etat, de présidents de région, de département, tout un personnel politique PS au service d'une représentation qui n'arbore plus que les couleurs de carrières et d'ambitions sans projets et sans courage.

     

                   Une seule stratégie s’impose : porter la crise au cœur du patronat PS.

    Porter la crise c’est faire vivre à ce patronat PS (1) qui depuis plus de trente ans exploite sans vergogne nos aspirations pour une société de justice et de liberté... ce que vivent des millions de foyers  : la menace de la relégation pour les uns, la chute pour les autres et le terrorisme pour tous.

                  Un impératif catégorique commande de renverser les conditions au sein desquelles le PS n'a pas cessé depuis trente ans d'asservir l'électeur dit "de gauche". Aussi... aux prochaines élections, et à toutes les élections... sans exception, un vote destiné à affaiblir le PS dès le premier tour s'impose (2).

    Il faut mettre à terre ce parti de la non-gauche qu'est le PS  ! Ceux qui, élection après élection, ne se reconnaissent aucune obligation d’honorer leur programme de campagne quitteront alors très vite le navire d'un parti ne leur offrira plus aucune perspective de carrière  ; et les autres aussi, ne pouvant s'y maintenir, une fois discrédités.

    Toute autre stratégie sera inefficace car, ce n’est pas un nouveau parti qu’il faut créer mais un parti qu’il faut mettre en danger sans délai ! Seule condition  - avec l'addition d'un large soutien de la rue -, de l’avènement d'un nouveau contrat social à une échelle tant nationale qu'européenne.

                  Aussi, ne vous laissez pas piéger par ceux qui comptent sur une démobilisation massive pour triompher ! A vos bulletins de vote citoyens !

     

                            Le PS doit mourir pour que la gauche renaisse !

     

     

    1 - Ce patronat PS a tout voté de cette Europe qui n’est qu'un instrument de plus au service d’une mondialisme sans honneur et sans justice.

    2 – Que les droites ne se réjouissent pas trop ; elles-aussi seront balayés car, appuyés par la rue, seuls les partis et les stratégies de rupture survivront : ceux qui proposeront un nouveau projet européen pour la France dans une mondialisation d’alliances multi-polaires et pas simplement avec l’ogre américain et israélien qui s’avèreront très vite n’être qu’un boulet sans avenir excepté dans la perpétration d’un chaos planétaire. Que les USA et Israël emportent l’Europe avec eux dans ce chaos est plus que certain.

    De plus, la gauche ne s'est jamais aussi bien portée que sous une présidence de droite : grèves, mobilisations massives, occupation de la rue.

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Quand François Hollande et le PS s'appuient sur la guerre pour se maintenir

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Attentats parisiens : Marc-Edouard Nabe nous revient...

     

                         ... et c'est alors que Daesh prend en otage notre mauvaise conscience, jusqu'à l'éclairer : "Mais... qui et que sommes-nous devenus que diable ?"

                         Art de vivre sans art de mourir ? Sinon bêtement à une terrasse de café ou bien, à l'occasion d'un match de football ou d'un concert de rock ?

     

                Avec quelques autres, trop peu nombreux, sans doute Nabe est-il le seul à pouvoir poser les questions qui fâcheront vraiment à propos des tueries du 13 novembre 2015.

    Nabe reste fidèle à sa réputation car, si d'aucuns se demandent encore à quoi sert la liberté d'expression, avec Nabe, ils sont servis : Nabe c'est tout ce à quoi tous ces trous de balles n'auraient jamais pu ni jamais osé penser, faute de talent, de maturité, de flair, de conscience, d'honnêteté et de courage : c'est selon.

    On laissera de côté bien évidemment l'homme de la rue du journal de 20H ainsi que l'internaute antimusulman et anti-arabe, petit soldat de sa propre connerie et d'une cause déjà perdue, membre d'une clique communautaire qui a depuis longtemps franchi le point de non-retour ; poissons rouges, ils se sont condamnés à tourner en rond dans leur aquarium ; un ressassement qui n'a rien à envier à tous les intégrismes religieux, les dévorent de l'intérieur car ce sont des religieux purs et durs : ne vous y trompez pas ! Ils en ont tous les attributs : bornés, perdus ils sont pour la raison, l'entendement et la justice !

    Et tous se tiennent les coudes tels des chiens qui se mordent la queue ; derviches tourneurs aux semelles de plomb, un épuisement mental les guette.

                 Mais... comme on l'attend cet épuisement ! C'est sûr ! Car alors, tous, nous respirerons tellement mieux.

     

    ***

               Qu'à cela ne tienne !

                  Laissons la parole à Marc-Edouard Nabe  :

     

            "Des nobody sont tués par des "nobody. On ne les connaît pas ; leurs noms non plus ni leurs visages. Bientôt, on les aura tous oubliés : les victimes comme les tueurs. Les réseaux ? On s'en moque ! Puisqu'ils sont tous morts."

                 D'autant plus que d'autres réseaux seront constitués dans un an, dans un mois, dans deux ans, lorsque le moment sera à nouveau venu d'infliger une punition à la France ou à tout autre pays occidental.

    Nabe évoque le sursaut salutaire, quasi immédiat, des Espagnols lors des attentats de mars et d'avril 2014 : « le problème c’est pas Al Quaïda, c’est Aznar ! »

               Et puis, comment ne pas se moquer d'un titre tel que "La génération Bataclan" de l'inénarrable Libé ou les Inrocks...

     

               Nabe poursuit : la France négation de toute énergie : « Les attentats auront été le moment le plus vivant malgré les cadavres. La mort, c’est après : dans le corps à la morgue qu’un parent ne peut pas voir ; les prières, les bougies, le drapeau et les commémorations… »


                « Ces tueries du 13 novembre c’est une rencontre entre deux écoeurements : des francophones européens djihadistes et nous tous confrontés à l’incurie d’un projet de société dégueulasse et affligeant.»

                Abrutissement, marchandisation et monétisation de tout ce qui touche à l'existence humaine, voire au pré-natal, et sans doute demain... au post-humain.

                Une autre suggestion de Nabe : « Vous voulez arrêter le terrorisme ? Ouvrez durant une semaine, tous les médias à la libre parole - presse, radios, télés - sans l’intervention des journalistes. »

                A titre de conclusion provisoire Nabe confie : « Je vois des milliers, des millions de morts depuis Bush dans cette région du Moyen-Orient. Et ces morts-là m'empêchent de voir une centaine d’autres, à Paris, et les millions de Français ignorants et pénards pour lesquels, qu’ils le veuillent ou non, tous ces Irakiens, Afghans, Syriens, Libyens, Libanais et Palestiniens sont morts.»

     

                  Les terroristes leur ont-ils ouvert les yeux à tous ? On peut en douter. Voyez : Hollande a gagné 20 points de popularité. Le porte-avion Charles- de-Gaulle a fait route vers la Syrie. Et tout est à recommencer pour les uns comme pour les autres.

                  Aussi, tenons-nous éloignés du trou que cette présidence et ce gouvernement commencent déjà à creuser à nouveau pour nous, tout fossoyeurs qu'ils sont, et levons la tête vers les étoiles...

     

                                              Une oeuvre cathédrale.

    ____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le PS doit mourir pour que la gauche renaisse

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Michel Onfray se dégonfle : il quitte les médias

                  

                  C'est quand on est attaqué qu'il faut faire face, se défendre et contre-attaquer ! Et non, battre en retraite !

    ______________

     

     

    actualité,politique,société,terrorisme,daesn,daech,attentats,bataclan,islam,michel onfray,tweet de michel onfray,houellebecq sur les attentats du 13 novembre à paris,ps,valls,hollande,fabius,michel onfray quitte les médias

                    Michel Onfray annonce son retrait du paysage médiatique

                                      ainsi que...

    "Penser l’islam" son dernier ouvrage chez Grasset, ne sortira pas en librairie comme prévu le 27 janvier 2016. Son auteur, en a décidé ainsi, faisant valoir qu’« aucun débat serein n’est plus possible en France au sujet de l’islam dans le contexte actuel ». Cette décision, l’essayiste l’accompagne d’un autre geste, la fermeture de son compte Twitter, et d’un engagement : celui d’une diète médiatique. Son apparition dans l'émission de Thierry Ardisson, samedi 28 novembre sur Canal+, a été la dernière.

                 Cette volte-face illustre si besoin était, toute l’ambiguïté d’un Michel Onfray assis le cul entre deux chaises : la chaise « L’islam porte en lui l’intolérance, la conquête et la guerre » et l'autre chaise : « L’Occident est responsable : c’est lui qui n’a de cesse depuis trente ans de bombarder les Etats musulmans et de les détruire ».


    A vouloir ménager la chèvre et le chou, on finit au piquet avec un bonnet d’âne, les deux pieds dans le caca, à la merci des loups car Michel Onfray n’a jamais voulu choisir ; les médias et la classe politique, notamment ceux de la fausse gauche, atlantistes et sionistes, ont donc choisi pour lui : d’eux, il ne connaîtra aucun répit aussi longtemps qu’il restera sous les feux de la rampe médiatique, à faire le grand écart. D’où son retrait.

    Et à ce sujet, difficile de faire un autre constat que celui-ci : le fils d’ouvrier, quand il réussit, sera toujours tenté, même après quelques années de défiance et d'indépendance, de rallier in fine un ordre social et à une organisation de l’existence auxquels il croit devoir son « repêchage » ; et c’est bien ce à quoi Onfray avait fini par se résoudre avant les attentats du 13 novembre.


    D’aucuns ajouteront : "Après tout, si ce sont les bourgeois qui font les révolutions, c’est bien parce qu’il n’y a personne d’autres pour les penser, les organiser et les mettre en œuvre à leur place, toutes ces révolutions !"


                 En un tweet, Onfray a cru pouvoir reprendre sa liberté, oublieux du fait qu’il était enchaîné à des médias qui n’aiment pas qu’on tente de leur glisser une quenelle, surtout par surprise, même une petite ; faut dire qu'ils ont l’arrière-train sensible. En effet, Michel Onfray fut le premier à twitter le 13 novembre au soir, peu de temps après les tueries de Paris : « Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l'islam politique récoltent nationalement la guerre de l'islam politique. »

    Les médias et la classe politique ne lui pardonneront pas ce tweet qui a dit la vérité : Onfray a raison, et tous les autres avec lui dont Houellebecq qui, dans un quotidien italien à propos des attentats du 13 novembre 2015, place Hollande, Fabius et Valls en tête des responsables, responsables et coupables. Car enfin, depuis quand est-ce dans l'intérêt de la France de jouer Israël contre les Palestiniens, l'Ukraine contre la Russie, les USA contre Poutine, l'Arabie Saoudite contre l'Iran, Boko Haram contre Khadafi, Daech né de la destruction de l'Irak, financé par l'Arabie Saoudite contre Bachar al-Assad...

    Et bien, depuis que nous avons remis les clefs du quai d'Orsay aux USA, à l'Arabie Saoudite et à Israël : alliance contre-nature, alliance anti-européenne ; alliance en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre force car notre vocation c'est la paix et la diplomatie ; nous n'avons aucunement besoin d'ennemis pour exister et nous imposer.

                 Apeuré, incapable de tenir tête Michel Onfray quitte un Paris qui a eu raison de son courage ; il quitte les médias de la Capitale et regagne sa province sans doute pour se cacher et soigner ses blessures.
     
    Orgueil et culpabilité ?

    Onfray n’a pas tenu la distance ; et si les chiens ne font pas des chats, de même est-il préférable d’être né du côté du manche plutôt que du côté de la lame quand on souhaite dire la vérité.  De plus, n’est pas Dieudonné qui veut ; Dieudonné, le métis qui porte en lui la révolte de l’esclave et l’assurance du maître. Onfray rentrera dans sa "case" dès les premiers aboiements et silhouettes armées.

                 Le retrait de Michel Onfray confirme une personnalité fébrile d’autant plus que l’on savait Michel Onfray un peu mou des genoux, fuyant la controverse sur Internet et le débat avec les internautes pour chercher un abri auprès des médias qui ont fait de lui l'essayiste préféré des Français de ces vingt dernières années - et non "le philosophe préféré" comme on s'évertue à le nommer : Onfray est un historien des idées, ce qui ne fait pas de lui un philosophe, tout au plus un intellectuel quand il lui arrive d'interroger et de traiter "les causes" ; trop rarement le plus souvent puisque son immersion dans l’actualité est plutôt récente.

                  D’aucuns vous avoueront en privé qu'ils avaient de plus en plus de mal avec Onfray depuis son : "Les services secrets doivent s'occuper de Dieudonné !" C'était à l'occasion des élections européennes, alors que Dieudonné se présentait sur une liste anti-sioniste. Ce jour-là, Onfray s’est révélé être un libertaire et un gauchiste d'un nouveau type : de type petit flic, adepte de l'assassinat politique d'Etat. Sans doute avait-il besoin de donner des gages de bonne conduite à ceux qui font la pluie et le beau temps dans les médias, après ses récentes prises de positions sur le sort injuste et cruel qui est fait aux Palestiniens...

                  Le retrait de Michel Onfray de la controverse à propos de son tweet ressemble fort à de la panique : pas de nerfs Onfray, aucun sang froid ! Si ça barde un jour, faudra pas compter sur lui ! On est prévenus. Faudra pas dire qu’on ne savait pas !

    Reste à espérer que de cette nouvelle cabale lancée par le gouvernement Valls, le Nouvelobs et Libé - après quelques autres  comme lors de la publication de son ouvrage sur Freud ainsi qu'à propos de son soutien à Jean Soler et son ouvrage « Qui est dieu ?» -, qu'Onfray en sortira plus avisé, un peu plus mûr, un peu plus profond aussi, plus large, avec plus de hauteur.
     
    Véritable révolution géométrique pour Onfray : celle des volumes et des espaces !

    Que Michel Onfray goûte un peu à la calomnie, à la mauvaise foi des uns et des autres, aux procès d'intention aux intentions délibérées de lui nuire ! Qu'il tâte un peu de la condition du bouc-émissaire ne peut que lui être profitable car, reste à espérer que Michel Onfray accueillera cette épreuve avec l'espoir d'en sortir plus fort et plus courageux intellectuellement.


    ______________

     
    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Cette classe politique qui s'appuie sur la guerre...

     

             Après Margaret Thatcher, Bush-fils, Tony Blair...

                                           François Hollande.

     

     

                       Après une gestion de l'Etat d'urgence à la "Plus sécuritaire que moi, tu meurs !" (ICI), voici maintenant le volet : "Plus compassionnelle que moi, vous ne trouverez pas !" 

                        "Je vous promets solennellement que la France mettra tout en œuvre pour détruire l'armé de fanatiques qui ont commis ses crimes. Elle agira sans répit pour protéger ses enfants", a déclaré François Hollande lors de l'hommage national aux 130 victimes des attentats du 13 novembre, rendu ce vendredi aux Invalides.

     

    ________________

     

     

    Etats-Unis, Arabie Saoudite et Isräël

     

                      Le "trio Daech" : hommes sans lesquels le terrorisme serait vaincu faute d'instrumentalisation et de soutien financier et idéologique

     

     

                   Militarisation croissante de la société, tous au garde à vous… tous à la même heure, le même jour, enrégimentés sur le modèle des USA, d’Israël et des républiques bannières où l'Etat à la main mise sur le rapport émotionnel que chacun doit entretenir avec un événement quel qu'il soit...


    Sans surprise nous sommes face cette boursouflure étatique qui a tous les attributs d'un chantage émotionnel, un de plus, puisque ceux qui nous tiennent lieu de dirigeants et qui ne sont que des commis voyageurs et des garçons de courses, sont à la merci des Etats précédemment cités. Tout se tient, inexorablement. Aussi, finiront-ils par nous demander d’épouser les mœurs de tous ces Etats dont l’existence repose sur le crime et l’exploitation du plus faible.


                   Pensez donc ! Tous ces Etats si prompts à la guerre, si doués pour le chaos, si talentueux lorsqu’il est question d’enterrer leurs morts - à 1 contre 1000 soit dit en passant. Cela va sans dire ! - devant de pauvres hères manipulables à souhait censés former une nation ; une humanité, des millions si prompts à baiser la main qui les a tués, les tue et les tuera encore demain car avec ces clowns tragi-comiques, nous n’en finissons jamais de mourir. Et si ces hommes-là sont à gerber, cette humanité consentante que l’on mène à l’abattoir est à déplorer car, qui s’opposera à l’idée d’un être humain qui trouve son humanité dans sa révolte contre ceux qui comptent, se reposent et s’appuient sur la guerre pour se faire élire ou ré-élire ? Même si, en ce qui concerne celui qui nous occupe ici, tout en gardant à l’esprit qu’il n’a ni les attributs ni le poids ni la dimension ni l’autorité qui justifieraient le fait qu’il puisse prétendre à un renouvellement de son mandat, on ose encore espérer que la conscience de cet individu-là aura le courage de reconnaître qu’il n’aura droit à rien qui ne nous soit pas arraché, rien qui ne soit pas extirpé de notre volonté, de notre pauvre volonté, comme dans un viol car on peut déjà soupçonner chez ce personnage sinistre à force d’incompétence une réflexion qui n’en finit sans doute pas de nourrir une espérance putride : « Pourquoi pas moi, après tout ! Hein ! Moi à nouveau puisque celui qui me remplacera ne sera pas plus à la hauteur que moi ! »

    On ne trouvera pas meilleur éloge de la médiocrité.

     

                   Camelots, joueurs de bonneteau bonimenteurs, finalement, tous ces preneurs d'ordres que l'on nomme "chefs d'Etat" ne sont-ils pas devenus des marchands d’armes ? Regardez : ne prospèrent-ils pas tout comme eux sur la guerre et la mort ?


    Joueurs de bonneteau partis de rien à marchands d'armes... certes, on peut estimer qu’il s’agit là d’un saut à la fois qualitatif et quantitatif non négligeable, c’est sûr ! Une promotion pour ainsi dire ! Mais n’empêche !

     

    ***

     

                   Dans son discours de ce vendredi 27 novembre 2015, à l’occasion de l’hommage de la nation rendu aux victimes des tueries du 13 novembre, ce même individu que l’on nomme « Président » a parlé comme suit : « Je vous promets… je vous promets… je vous promets… »

    Dans la vie, ce qui tue c'est l'espoir : on ne vit pas d'espoir, on en meurt. Et si les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, alors, le malheur a voulu qu’aujourd’hui, ils aient été nombreux, trop nombreux, à tendre l’oreille et à chercher dans cette voix-là, la pire des voix, la voix de ceux qui comptent sur la guerre pour survivre, eux et leur parti, un peu de réconfort et de sécurité.

    Et ce malheur-là nous recouvre déjà tous telle une ombre âpre à la mort comme d’autres… au gain.

                   Tâchons d'être dignes de ce malheur qui nous frappe et dont nous sommes les spectateurs privilégiés, pour ne pas, surtout pas, en être les victimes.

     

                    Alors, tais-toi Hollande ! Et puis surtout : ne promets rien ! Surtout pas !

     

    ____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Appel au boycott de la journée d'hommage national

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Appel au boycott de l’hommage national rendu aux victimes des attentats du 13 novembre 2015

     

    986784966_B977156184Z.1_20151125111820_000_GM95M21SR.1-0.jpg

     

              Emma Prévost, la sœur de François-Xavier Prévost, tué au Bataclan le 13 novembre 2015 au soir, appelle au boycott de l’hommage national qui sera rendu par l'Etat français le 27 novembre 2015.

              Les raisons de cet appel ? Les motifs ?

              Emma Prévost s'en explique ICI

     

    actualité,société,politique,ps,hollande,daech,isis,état islamique,terrorisme,israël,usa,turquie,arabie saoudite,emma prévost,françois-xavier prévost,bataclan,boycott de l'hommage national

              Quant à  nous.... qui refusons que l'Etat soit à la tête de l'hommage national rendu le 27 novembre... nos motifs sont les suivants :

                           Dix années d'allégeance à une politique moyen-orientale dont il n'y avait déjà plus rien à sauver depuis 20 ans ; politique scélérate qui a fait la preuve de son échec.


                          Compromissions honteuses et mercantiles pour quelques rafales et frégates vendus à l'Arabie Saoudite, au Qatar et à l'Egypte...

                          Une soumission totale aux USA et à une politique de destruction de l'Afghanistan, destruction de l'Irak qui a donné naissance à Daech, destruction de la Libye qui a vu Boko Haram s'implanter au Mali, destruction de la Syrie, déstabilisation de l'Ukraine...

                          Dix années de soumission à l'Otan dans la conduite d'une politique étrangère totalement soumise à l'axe américano-israélo-saoudien responsable de près de trois millions de morts musulmans...

                               Dix années d'une politique menée en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force ; une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif excessive de domination...

                          Dix années d'un ralliement au plus criminel...

                          Dix années passées à envoyer tous les mauvais signaux possibles à une région du monde que l'on a volontairement plongée dans le chaos...

     

                           Et ce sont des millions de nos concitoyens qui se trouvent aujourd'hui livrés à une mort révoltante au nom d'une realpolitik abjecte et lâche et qui en rien ne nous ressemble... nous et notre pays : la France !

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : de quoi Daech est-il le nom ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Crise des réfugiés : une supercherie infâme

     

                        Publié en Septembre 2015

     

    ____________________

     

     

    Guerre en Syrie

    Crise des réfugiés en Europe

    Escroquerie et hypocrisie occidentales

    Une jeune syrienne témoigne

     

              

                «... Je me tiens devant vous en tant que citoyenne syrienne fière, pour vous parler de la situation dans mon pays. Nous étions un peuple aimé et respecté. Avant cette guerre, nous voulions résoudre de petits problèmes par rapport à ce que nous affrontons aujourd’hui : la bureaucratie et la corruption dans certains secteurs. Nous ne connaissions pas le terrorisme ou la criminalité. Nous avons beaucoup travaillé durant ces dix dernières années ; et nous avions fait de gros progrès (à propos de la lutte contre les manquements à la démocratie et à un état de droit pour tous  en Syrie – ndlr). La chose la plus importante est qu’avant cette guerre, il n’y avait pas de réfugiés syriens. Nous avions une identité nationale forte. A propos de ceux que vous voyez aux portes de l’Europe, et qui sont en route pour l’Allemagne ou les Pays-Bas, laissez-moi vous poser une question : si l’Occident ne veut pas de ces réfugiés, ou ne veut pas qu’ils périssent en mer, pourquoi ne lève-t-il pas les sanctions contre le peuple Syrien, qui ont déjà coûté 143 milliards de dollars à la Syrie ? Si ce n’est pas l’agenda de l’Occident, pourquoi n’aide-t-il pas les Syriens à rester pour aider l’armée syrienne à se débarrasser des terroristes et rendre la Syrie de nouveau sûre ? Pourquoi n’aide-t-il pas à reconstruire les maisons détruites avec l’argent qu’il dépense pour les réfugiés ? Les Occidentaux ont dépouillé la Syrie des gens qui pouvaient reconstruire le pays. Ils veulent briser la Syrie et le peuple Syrien. D’un côté, ils veulent prendre les docteurs syriens et leurs meilleurs étudiants, et cela entraînera une fuite des cerveaux. Et d’un autre côté, les multinationales veulent une main-d’œuvre bon marché pour faire baisser les salaires. Nous avons perdu jusqu’à présent cent mille soldats dans le combat contre les extrémistes. Je n’entends pas l’Occident pleurer sur leur sort, sur ceux qui ont donné leurs âmes pour défendre la nation en laissant derrière eux des familles, qui ont besoin d’aide. Une autre tendance ces derniers temps est de faire sortir les chrétiens de Syrie, pour vider l’une des premières terres chrétiennes de ses chrétiens. Ils ciblent notre identité, notre unité et notre souveraineté. Chers amis, tout ce que je vous demande aujourd’hui, c’est d’être à nos côtés en tant que peuple, nous qui vous défendons en même temps que nous nous défendons nous-mêmes. Soutenez notre armée et notre juste cause parce que, si nous perdons cette guerre, ça ne s’arrêtera pas à la Syrie ! »

     

     

     

                                                       Autre témoignage...

     

     

     

    ***

     

             

                                     Onfray pose les responsabilités en ce qui concerne la Libye

     

                   Avec l'appui de Valls et de Hollande, Jean-Claude Juncker a appelé les Européens à l’audace et à l’humanité pour accueillir 160 000 réfugiés.

    Belle opération !

    En effet, c'est tout bénef ! Devinez pour qui ?

    On détruit les conditions d’existence de millions d’êtres humains puis l'on accueille en grande pompe sous le silence des médias déterminés à ne jamais poser les responsabilités, une poignée de "réfugiés" qui ont eu la chance de passer à travers des tonnes de bombes dans le cadre d’opérations de déstabilisation et de destruction de toute une région conduites par les pays d'accueil eux-mêmes et leurs alliés : c'est la main qui tue et l'autre qui soigne ceux que l’autre main n’a pas pu tuer.

     

               On estime à près de trois millions de mort musulmans, embargo irakien inclus, le vrai bilan de la fausse guerre dite "contre le terrorisme"  lancée par les USA depuis 1990, dont 1.3 million après les attentats du 11 septembre 2001 ; guerre qui n'est dans les faits qu'une vaste ratonnade, une de plus : régions dévastées, des millions d’êtres humains déplacés, abandonnés, "laissés" sans frontières, sans Etat, sans droits, sans armée, sans secours, sans police (en dehors des sociétés privées américaines de mise à disposition de mercenaires) à la merci de prédateurs voraces…

    Chair, viande, corps sans bras, sans jambes, sans tête, par centaines de milliers sous l'aviation étasunienne, israéliennes, françaises et anglaises (on retrouve toujours les mêmes depuis la fin de la seconde guerre mondiale agissant sur tous les continents), corps ouverts comme des sacs, hommes, femmes, enfants, sans âge et de tous les âges... ces peuples-là ne meurent pas : ils crèvent !

    Pour seul programme : la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, et "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent.

                 Vraiment, il n'est pas possible, à terme, qu'une telle supercherie infâme puisse échapper à un retour de bâton dévastateur. La morale l'interdit. Tout l'interdit et pour commencer l'histoire qui ne manquera pas de se venger...

     


    Onfray charge Hollande : bricolages et... par LePoint

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Naufrage en méditerranée

      

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Il faut soutenir Michel Onfray

     

                 Après Houellebecq (ICI) et quelques autres parmi l'establishment, trop peu nombreux, et alors que partout ailleurs l'opposition fait rage, Michel Onfray se joint à ceux qui refusent cette guerre contre le terrorisme déclarée par un gouvernement et une Présidence aux abois. Un (P)président qui court après son fonction depuis son élection, une fonction dont les habits se sont très vite avérés trop grands, bien trop grands pour lui,  et un premier ministre dont l'assurance, voire l'arrogance, a tous les attributs d'une bêtise crasse qui représente aujourd'hui un véritable danger pour la démocratie, la paix et la concorde intérieures, et ce... sur tous les fronts : social, politique et culturel.

    Sermonneur comme il n'est pas permis, on peut légitimement douter des capacités de jugement, de discernement et de sang froid dans les situations qui l'exigent, de ce premier ministre bouffi d'ambition, qui n'a manifestement aucune idée des conditions à réunir pour que la société française puisse retrouver un peu de sérénité sur une nouvelle base : l'inclusion de tous dans le processus de socialisation fraternelle et égalitaire.

    Les médias dominants ne sont pas les derniers à contribuer au lynchage de Michel Onfray ; en priorité la presse et les médias qui soutiennent l'Etat PS : Nouvelobs, Libé, BFMTV, Le Huffington Post et des "journalistes vedettes" chroniqueurs et  interviewers du public comme du privé.

                   Aussi pour toutes ces raisons, on ne peut que soutenir Michel Onfray et le faire savoir partout où c'est nécessaire.

    ______________

    Pour prolonger, cliquez : de quoi Daech est-il le nom ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu