Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

sionisme - Page 4

  • Gaza mon amour !

     

     

    gaza,palestine,hamas,judaïsme,colonialisme,palestinien,israël,ratonnade,justice,guerre,hollande,valls,fabius,ldj,licra,crif,sos racisme,ps,sionisme              

                       Trio de la honte, trio infernal dans le scandale d'une soumission totale et sans précédent aux desiderata des USA et d'Israël en violation de notre tradition humaniste et diplomatique d'indépendance et d'équilibre qui nous a longtemps permis de gagner le respect de nombre de nations.

                       Mais alors, qui, demain, nous respectera ?

                       Les salauds seuls ?

     

    ***

     

                  On approche les 1000 morts palestiniens : 74% de civils dont 120 enfants. 100 000 palestiniens déplacés ; des quartiers annihilés.

    Partout dans les médias, du Figaro au Nouvelobs, dans la classe politique, du FN au PS,  c'est tantôt le silence, un silence complice et sans doute honteux, tantôt un soutien éhonté, à ciel ouvert, à la soumission de la présidence et du gouvernement Hollande-Valls-Fabius à la politique d'Israël et à ses représentants ici en france : Le Crif, la Licra et la LDJ.

    Et comme un malheur n'arrive jamais seul : toute l'intelligentsia dite de gauche - acteurs, chanteurs, rappeurs, écrivains, artistes, intellectuels... -, garde toujours  le silence et regarde ailleurs... pendant que ça saigne, que ça hurle et que ça crève à Gaza !

    Il est vrai qu'il s'agirait là d'un tout autre engagement que celui des restos du cœur si par chance ils devaient tous se mobiliser. On peut y laisser des plumes. C’est vrai. Et quelles plumes ! Celle d'une carrière. Alors, vous pensez bien…

    Au moins nous apportent-ils tous la preuve de ce(ux) qu'il faut craindre aujourd'hui en France.

             

    gaza,palestine,hamas,judaïsme,colonialisme,palestinien,israël,ratonnade,justice,guerre,hollande,valls,fabius,ldj,licra,crif,sos racisme,ps,sionisme

     

     Relève la tête et serre les poings, enfants de Gaza !

     

    Ils sont tombés

     

    gaza,palestine,hamas,judaïsme,colonialisme,palestinien,israël,ratonnade,justice,guerre,hollande,valls,fabius,ldj,licra,crif,sos racisme,ps,sionisme

    Gaza : prison à ciel ouvert

     

     

     

    Politologue et historien américain Norman G. Finkelstein

     

     

     

    Les enfants de la guerre

     


    Dr Norman Finkelstein

     

     

                  Les données de l'analyse de ce qu'il faut bien appeler "le problème sioniste en France" sont maintenant claires : chacun devra choisir son camp.


    C'est la France de François Hollande et de Manuel Valls : la criminalisation du soutien à la cause palestinienne, orchestrée de longue date par les officines israéliennes que sont le Crif et la Licra, avec la complicité du PS, jour  après jour, année après année, culminant avec l'élection de François Hollande et la nomination de Manuel Valls à Matignon.

    A compter d’aujourd’hui, plus aucun parti politique, en campagne électorale ou pas, ne pourra faire l’économie de devoir clairement faire savoir ( aux électeurs d'y contraindre tous les partis) s’il soutient ou non, ici en France, et dans le cadre de la définition d’une politique étrangère, une idéologie de domination, d’humiliation, de spoliation, de ratonnade, de guerre et de chaos concomitante d'une mondialisation qui n'est qu'une guerre - encore et toujours la guerre ! -, contre les salaires, les droits sociaux, les Etats "providence", et la démocratie, notre démocratie : qui décide de quoi, où, comment et pour le compte de qui !

                Alors viens, Gaza mon amour ! Viens dans nos bras pour y trouver un peu de repos cette nuit, et pourquoi pas, le sommeil... à l'heure où, la France t'a abandonnée à la raison barbare du plus fort.

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Interdiction de manifester

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
  • Christiane Taubira : circonvolution cérébrale et débâcle morale

                     Alors que ce qu’il faut bien se résoudre à appeler « une ratonnade » continue de plus belle à Gaza - maintien de l'ordre colonial israélien oblige... plus 800 morts du côté palestinien, en majorité des civils -, on ne manquera pas cette intervention de la semaine dernière de J.J Candelier,  député PC du Nord à propos de l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie.      

     

     

                  Cette circulaire est la suivante : "Le 12 février 2010, la Garde des Sceaux de l'époque, Michèle Alliot-Marie signait une directive ordonnant aux procureurs de la République d'engager des poursuites pénales contre tout personne appelant les consommateurs à ne pas acheter les produits israéliens. Un simple texte interne à l'administration s'autorisait ainsi une interprétation de la loi pénale sanctionnant d'un an d'emprisonnement et 45.000€ d'amende le fait "d'entraver une activité économique ou d'inciter à le faire".

     

    Personne n’est dupe : cette circulaire a pour but de criminaliser l'action des militants anticolonialistes à propos de la politique d'Israël en Palestine.

     

               ChristianeTaubira s’adresse au député Candelier dans ces termes : « Vous savez que c’est un sujet difficile ».

     

    Et nous de lui répondre : « C’est sûr ! C’est un sujet qui demande du courage, un vrai courage ! »

     

    Courage pour courage, d’autres parleront d’héroïsme : en effet, il faudra lutter seul contre une poignée, une minuscule minorité puissante, agissante et impitoyable et un gouvernement à sa botte.

    Madame Taubira n’est décidément pas de cette étoffe-là.


               Dans les replis sinueux de son cortex cérébral, de circonvolution en circonvolution – faut croire qu'une fois nommé et en place, manifestement on apprend vite, et l'on prend le pli tout aussi rapidement ! -, Christiane Taubira n’a de cesse de creuse son sillon ; toujours le même depuis qu’elle a été nommée à son poste de garde des sceaux ; il a pour nom : solidarité gouvernementale.
    Hollande, Fabius et Valls veillent ; elle n'aura pas le droit à l'erreur, et elle le sait.

     

    Et c'est alors que... pas à pas, sans éclat ni tapage, par la petite porte, porte de derrière pour ainsi dire... mois après mois, année après année, on s’y traîne, debout mais couché, lentement mais sûrement, de flatterie en flagornerie, alléché par l’odeur d’une promesse de reconnaissance au sein du grand barnum politique et sociétal... et puis, esclave un jour, esclave toujours ! par un beau matin, on retrouve ses chaînes, le bruit de son cliquetis et son entrave, celle dont on croyait s’être débarrassé car l’abolition de la traite doit trop, beaucoup trop à une bourgeoisie blanche indisposée par le spectacle de l’humiliation, de la peur et de la terreur - la couleur de son sang, l’odeur de son urine, la crasse et la sueur de ses travaux pénibles -, et pas assez à elle-même et à ses enchaînés ; d’où ce retour, non pas du refoulé, mais à la case départ ; là d’où l’on vient et que l’on n’avait  jamais vraiment quitté faute d’avoir été l’acteur majeur de sa libération. Faut dire que l’esclave, la « bonne à tout faire » et « à servir à tout » a été engrossée par son maître qui aura la charité d’en faire sa concubine ; une concubine qui jamais ne pourra se hisser au rang d’une épouse ; il n’y aura pas de robe de mariée ; et c’est le ridicule qui accompagnera tôt ou tard son ascension au côté de son maître, entre deux tiges de canne à sucre ; sucre d’orge d’un orgueil et d’un fourvoiement - on parlera presque de forfaiture -, à la fois grotesque et laid, d’une rare laideur, qui nous inspirera néanmoins de la pitié… pitié face à cette erreur monumentale : coucher avec le mépris qui a décidé de tout… de votre condition d’être au monde, à peine humain en l’occurrence. 

     

    Et c'est alors que l'intéressée ira jusqu'à tenir le fouet qui punira ses congénères. Et c'est aussi l'indépendantiste guyanaise qui échange son lexique et son codex de militante des droits des Peuples à disposer d'eux-mêmes contre une langue de bois au service de la domination du plus fort sur le plus faible : l'élève a dépassé le Maître.

     

    « Django » le long métrage de Quentin Tarantino sur la traite, nous en donnera quelques exemples aussi hilarants et savoureux que pathétiques. 

    D’autre temps, d’autres mœurs… et quand on sait qu’aujourd’hui personne n’ est contraint à ce déshonneur  -  et sûrement pas Madame Taubira -… sinon par désoeuvrement, orgueil et vanité ; encore et toujours la vanité ! Que dire alors ?

     

    Une chose est certaine : Frantz Fanon,  Aimé Césaire et Edouard Glissant  (auteurs cravatés qui n’ont fait finalement que servir la langue de leurs maîtres) dont Christiane Taubira se réclame, ont donc échoué : leur littérature ne l’a pas aidée à penser les dangers de la compromission et le piège qui se referme sur la victime qui choisit de servir son bourreau : celui d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Celui qui est du côté du manche ; bourreau de toujours, qui vous domine des pieds à la tête, entre deux sourires, deux tutoiements, deux embrassades : Judas père et fils.  Car si un antisémite peut cacher un raciste, qu'il soit permis de dire ici que derrière un sioniste conquérant qui ne reconnaît qu’une seule existence digne de considération, la sienne propre et seulement la sienne avant toutes les autres, il se pourrait bien qu’un racialiste y ait trouvé un asile  plus que confortable.

    Autant pour la vigilance de Madame Taubira qui avait pourtant tous les atouts en main – intelligence, talent, culture -, pour démasquer un tel stratagème. Car si le pouvoir corrompt, le pouvoir « privé du pouvoir de dire non » rabaisse et avilit ; on quitte son fauteuil débiteur et sale… endetté à vie.


             
    Le malaise de Madame Taubira face au député PC, lui-même intimidé par le poids de la charge qui représente toute remise en cause du credo sioniste confirme une fois de plus nos soupçons : quiconque s'avise de dénoncer le laxisme scandaleux de l'Etat français vis à vis d'Israël, sa complicité, devra renoncer, ici en France, à un avenir professionnel qu'il soit politique, économique, médiatique ou universitaire, au plus haut niveau.

     

    Force est de faire le constat suivant :  il y a des chapes de plomb et des Epées de Damoclès qui, en un tour de main, forcent un esprit qui a pourtant mille fois prouvé sa combativité, à battre en retraite avant de s'adonner, le regard craintif et inquiet, à un exercice cocasse d'humilité et de timidité aussi inattendu que confus : souvenez-vous : Madame Taubira était une candidate remarquable à la présidentielle de 2002, sans doute la seule, hommes et femmes confondus.

     

    Il est vrai que le PS n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer. Prêtez-lui main forte, un bras, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y abandonnerez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : discrédité - d'une collaboration, même éphémère, avec un parti tel que le PS qui cultive comme aucun autre, le mépris courtois et sournois envers ceux qui le servent, sans doute à cause d'une trahison politique qui lui sied si bien depuis trente ans ! Mépris que l'on pourrait sans difficulté interpréter comme un transfert à des fins thérapeutiques : en effet.... c'est celui qui dit qui est, car enfin... n'est-ce pas une tâche insurmontable à la fois de se le dire et de constater qu'on l'est... parjure sans foi ni loi, le matin devant sa glace à l'heure où il faut en remettre une couche ?

     

    Après leur départ, reste alors pour tous ceux qui ont un jour succombé à l'appel du PS à se faire oublier au plus vite dans le confort d'une retraite rondelette ; et pour ceux qui auront gardé un minimum de conscience morale... retraite amère qui ressemble étrangement à une cavale : rompre tout contact avec son passé tout en renonçant à une vie sociale digne de ce nom.

     

    Mais alors... est-ce un hasard si ce destin sacrificiel qui ressemble fort à une crucifixion touche en priorité des Français qui appartiennent à des minorités visibles ?

     

                Ah ! Mépris quand tu nous tiens.....................   Harlem Désir (il sera le premier), Malik Boutih, Najat Vallaud-Belkacem et maintenant Christiane Taubira...

     

    Même en politique, on leur confie le sale boulot.

     

     

    ***

     

           Quittez ce gouvernement de la honte (1) Madame Taubira avant qu'il ne soit trop tard ! car pour y être restée, vous n’aurez aucune excuse.

     

     

    1 - On pourra se reporter à la lettre ouverte à François Hollande publiée de cette semaine par Edwy Plenel. Si la dénonciation dans la presse dominante de la soumission du gouvernement Hollande et Valls à Israël est suffisamment rare pour que l'article du patron de Médiapart soit ici salué, Edwy Plenel courageux mais pas téméraire, dans son réquisitoire, oubliera néanmoins l'usage d'un mot et l'association de trois autres : sionisme + "France, classe politique et médias" quand on sait que l'on retrouve le même parti pris et le même ralliement à la raison du plus fort de l'UMP au PS, du Figaro au Nouvelobs...

    Ce rapprochement aurait permis à Plenel d'expliquer pourquoi Hollande est acculé à faire autant d'erreurs qui n'en sont pas pour tout le monde, bien évidemment. Après tout, ne sommes-nous pas là pour comprendre et pas seulement pour condamner ?

    Les causes ! Attaquez les causes ! Car le courage est là : dans l'exposition des causes ! Le courage et les ennuis, certes, c'est vrai ! mais... dénoncer les effets, c'est à la portée de tout le monde ! Et puis, à sermonner sans péril, on triomphe sans gloire ! Aussi, à titre d'encouragement, on lancera à Plenel  : "Allez ! Encore un effort, vous y êtes presque !"

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez Pour l'abrogation de la circulaire Alliot- Marie

     

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Manifestation de soutien à Gaza interdite à Paris : le triomphe de la LDJ, du CRIF, de la LICRA et du gouvernement Valls

     

     

    leïla shahid,palestine,palestinien,israël,colonisation,guerre,gaza,hamas,justice,actualité,politique,géopolitique,bordure protectrice

     

    leïla shahid,palestine,palestinien,israël,colonisation,guerre,gaza,hamas,justice,actualité,politique,géopolitique,bordure protectrice

    leïla shahid,palestine,palestinien,israël,colonisation,guerre,gaza,hamas,justice,actualité,politique,géopolitique,bordure protectrice

                       

                       Trio de la honte, trio infernal dans le scandale d'une soumission totale et sans précédent aux desiderata des USA et d'Israël en violation de notre tradition diplomatique d'indépendance et d'équilibre qui nous a longtemps permis de gagner le respect de nombre de nations.

    Mais alors, qui, demain, nous respectera ?

     

    ___________________

     

         

           L'interdiction de la manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza qui devait se tenir aujourd'hui samedi 19 juillet, interdiction confirmée par le tribunal administratif, consacre le triomphe de la LDJ (largement responsable des violences de la manifestation de dimanche dernier), du CRIF, de la LICRA, SOS racisme (eh oui ! on ne peut pas longtemps cacher pour qui on roule !) qui étaient derrière cette demande d'interdiction, et du gouvernement Valls.


                  
    Mettez-y la main et c'est le bras, puis le corps tout entier que vous y laisserez !

    Cette interdiction en rappelle une autre - l'interdiction du spectacle de Dieudonné, à Nantes. Souvenez-vous ! -, et vient confirmer ce que l'on pouvait craindre : l'instauration d'un Etat liberticide à la tête duquel on trouvera un trio qui devra bien un jour rendre des comptes, et les élections à venir, comme les précédentes, s'y prêteront admirablement : qu'ils n'aient aucun doute à ce sujet.

     

                Aujourd'hui, et comme à regret, force est de constater que la liste tant décriée, portée par Dieudonné et Alain Soral, liste "anti-sioniste", aux élections européennes de 2009, aura eu le mérite d'une prémonition qui aujourd'hui, explique la détermination, voire la haine, avec laquelle toute la classe politique et médiatique combattra cette liste qui avait tout compris cinq ans avant ce dernier arrêté préfectoral d’interdiction de manifestation, une manifestation de soutien à un Peuple martyr : prémonition de la main mise d'une idéologie qui n'a fait qu'organiser - et qui s'est seulement montrée capable d'organiser - le malheur pour les Juifs d'Israël dans ses frontières reconnues par la communauté internationale, ses voisins, ainsi que les Juifs de la diaspora, et nous tous ici, en France ; main mise sur l'Elysée, Matignon, l'Assemblée nationale et les médias ; et ce sans que l'on puisse se consoler d'une seule exception.

     

                Les données de l'analyse de ce qu'il faut bien appeler "le problème sioniste" sont maintenant claires : chacun devra choisir son camp.

    A partir d'aujourd'hui, on pourra compter et nommer ceux qui auront décidé de soutenir la liberté d'expression et de manifestation contre un Etat aux ordres d'une idéologie dont il n'y a plus rien à sauver.

    A compter d’aujourd’hui, plus aucun parti, plus aucune élection ne pourront faire l’économie de devoir clairement se prononcer et faire savoir s’ils soutiennent ou non, ici en France, et dans le cadre de la définition d’une politique étrangère, une idéologie de domination, d’humiliation, de spoliation, de ratonnade, de guerre et de chaos concomitante avec une mondialisation qui n'est qu'une guerre - encore et toujours la guerre ! -, contre les salaires, les droits sociaux, les Etats dans leur version providentielle, et la démocratie - notre démocratie ! Qui décide de quoi, où, comment et pour le compte de qui.


               

     ____________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Porter la crise au coeur du PS et des Verts

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Saluons le courage des médias, de la classe politique française, de Netanyahou, d'Israël et puis surtout, de son armée !

     

                      Quatrième semaine de ratonnade  dans le cadre de l’opération de maintien de l'ordre coloniale israélien à Gaza.

    Secouée par d'intenses bombardements, la nuit dernière (28 juillet) fut l'une des plus violentes depuis le début de l'opération : on parle d'une soixantaine de morts du côté des Palestiniens : plus de mille morts depuis le début de l'intervention ; morts civils dans une écrasante majorité.

     

    cartes_israel_raye_Palestine.jpg
                  Il y a des cartes géographiques qui dévoilent tout : bas les masques !

     

                    Anéantir un des derniers foyers de la résistance palestinienne à la colonisation israélienne, Gaza - le blocus n'y suffisant pas -, ainsi que la composante religieuse de cette résistance, le Hamas, et maintenir la tête du Peuple palestinien sous l'eau jusqu'à l'asphyxie sur le modèle de la Cisjordanie, occupée et humiliée...  tel est le but affiché par Israël.

    Le CRIF, toujours à la pointe du combat pour la mort de toute idée d'un Etat viable pour les Palestiniens, tout en s'assurant qu'ici en France, l'Elysée, Matignon, l'Assemblée nationale, le Sénat et les médias exaucent chacun de ses voeux,  organisera une manifestation de soutien à Israël et à son armée jeudi prochain, sans doute en hommage à son dur labeur de ces trois dernières semaines : plus d'un millier d’hommes, de femmes et d’enfants de tous les âges passés par pertes et profits.

     

    ______________________

     

     

                     On ne compte plus les éditoriaux qui, dans le meilleur des cas et lorsqu'ils ne prennent pas ouvertement fait et cause pour Israël (1), renvoient dos à dos un "Israël extrémiste de Netanyahou" et le Hamas... comme si dans l'instrumentalisation du Judaïsme et du génocide juif à des fins coloniales depuis 1967, il y aurait de la place à la fois pour des modérés et des extrémistes.

    La palme reviendra à Jean Daniel du Nouvelobs qui écrit tout en s’écriant : "Si le droit de riposte (Israël) se révèle trop supérieur aux provocations de l'agresseur (Hamas), alors celui qui l'exerce et celui qui le subit ne valent pas mieux l'un que l'autre."

    Magie de l'internet ! Un internaute (Emilio Alba) vigilant et plein de bon sens, lui fera remarquer ceci :

     

                     "Cher Monsieur Daniel, si je vous comprends bien, au sujet d'Oradour-sur-Glane ( et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres sans doute - ndlr)  la Résistance française  (disons le Hamas... dans le contexte de l'occupation coloniale et du blocus israélien - ndlr) serait donc tout aussi responsable du massacre de la population de ce village que la division SS incriminée ?"

     

                     Et votre serviteur de proposer cette reformulation  : les maquisards ainsi que les habitants de ce village ne vaudraient pas mieux que cette division SS qui se serait finalement contentée de répondre aux "provocations" décidément intolérables de notre belle et noble résistance en punissant, faute de mieux, les habitants du village qui pouvaient ou non aider et abriter des résistants ?

    Et toujours dans le cadre de votre article, les SS, la Résistance française et les habitants d'Oradour-sur-Glane, c'est du pareil au même ?

                   Cette question, c’est à tous les éditorialistes qu’il nous faut la poser.

     

                  Comme un malheur n’arrive jamais seul et que le ridicule et l’indécence n’en ont  jamais assez - plus, toujours plus ! -, un président usurpera le prestige de sa fonction pour couvrir une tuerie, livrant le Peuple palestinien aux bombes israéliennes, en déclarant : « Israël a le droit de se défendre » ;

    Fermez le ban ! Y a rien à voir !

    Certes, les prochaines élections – comme pour les municipales et les européennes -, sauront rappeler à cet homme en dessous de tout de quel bois l’électorat de gauche est capable de se chauffer.

    N’empêche qu’en attendant…

     

                      Autre malheur, autre loi des séries… l'intelligentsia dite de gauche - acteurs, chanteurs, rappeurs, écrivains, artistes... -, garde le silence et regarde ailleurs (2) pendant que ça saigne, que ça hurle et que ça crève à Gaza ! Il est vrai qu'il s'agirait là d'un tout autre engagement que celui des restos du cœur si par chance ils devaient tous se mobiliser. On peut y laisser des plumes. C’est vrai. Et quelles plumes ! Celle d'une carrière.

    Alors non, ils n’auront pas un mot !

    Au moins savent-ils tous ce qu'il faut craindre ! Car leur  malaise à tous, leur gêne, confirment une fois de plus nos soupçons : quiconque s'avise de dénoncer le laxisme scandaleux de l'Etat français vis à vis d'Israël, sa complicité, devra renoncer, ici en France, à un avenir professionnel qu'il soit politique, économique, médiatique ou universitaire, au plus haut niveau. Et force est de faire le constat suivant : il y a des chapes de plomb et des Epées de Damoclès qui, en un tour de main, forcent un esprit qui a pourtant mille fois prouvé sa combativité, à battre en retraite avant de se réfugier dans le silence de l’indifférence ; autre manifestation de la banalité du mal, trou noir de l'âme.

     

                     Yeshayahou Leibowitz, (ICI) considéré comme l'un des intellectuels les plus marquants de la société israélienne avait compris que dans chaque culture, dans chaque Peuple, dans chaque civilisation, sommeille une indifférence non pas violente et chaude, mais paisible et froide à l’injustice, au droit, à la morale et pour finir… au crime... crime de masse, comme s’il ne pouvait en être autrement : Es muss ein : « Cela doit-il être ? Cela est ! »; ou bien encore : « Le faut-il ? Il le faut !»

                     Que l'on ne s'y trompe pas : la ratonnade de Gaza et l'indifférence qui l'accompagnent sont de cette étoffe sur laquelle naissent les pires cauchemars. Alors, sérieusement, à l’occasion de la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv, 72 ans après, y a-t-il encore du monde pour s’interroger : comment cela a-t-il été possible ?

    Valls si prompt à discourir sur les grandes catastrophes humaines du XXe siècle d’une voix qui se voudrait de stentor – il lui manque néanmoins « les graves », ceux de la profondeur -, un Valls qui sait mais qui n’a rien compris - à coup sûr, la marque des médiocres et des imbéciles -, Valls à la fois complice et soumis, ne répondra pas à cette question.

    Qu’à cela ne tienne ! La réponse, aujourd’hui, nous l’avons, là, sous nos yeux, dans le silence de ceux que l’on a coutume d’appeler « les leaders d’opinion » qui tout au long de l’année se répandent dans les médias… aujourd’hui absents… leaders d’opinions et puis… comme si de rien n’était, les autres, les saltimbanques de l’audiovisuel et des radios ou de la scène - spectacles vivants morts de trouille -, millionnaires aux frais des contribuables en ce qui concerne le service public… ou bien sur le dos d’une publicité jour après jour toujours plus dégradante pour l’être humain, sur les chaînes privées…tous se taisent... pas une déclaration, pas un mot. Rien.


                        Seuls ont pris la rue, pour le temps qu'il lui aura été donné de hurler sa colère face à la démission des médias et de toute la classe politique - de l'UMP au PS ; un PS digne de la SFIO de Guy Mollet -, le petit Peuple de France, les sans-grades, les anonymes, et le Peuple des associations engagées contre le cynisme d'une nouvelle barbarie ; une barbarie hautement éduquée : technologie et terrorisme intellectuelle.

     

                         Plus qu’une infirmité cette indifférence ! Du grain à moudre pour les sciences humaines – comportement, psychologie, sociologie et science politique -, et à la tonne en plus. Nul doute.

    A quelles périodes de l'histoire de France faut-il remonter pour retrouver un tel désarroi de la part des gens honnêtes et courageux ? Allez, pourquoi le cacher !  On y pense tous : il faut remonter à l'Occupation et à la guerre d'Algérie, bien évidemment.

     

     

    ***

     

                    A la rentrée de Septembre, une fois les vacances épuisées, et quand le bilan de l’opération coloniale israélienne s’élèvera à  plusieurs milliers de morts civils palestiniens, et même si Hollande, Valls et Fabius baisseront alors d’un ton, pour s’exprimer mezzo voce, Tartuffes comme il n’est pas permis, suffira-t-il seulement de s’en laver les mains pour effacer les taches de sang d'une telle démission et d'un tel parti pris affiché avec une arrogance inédite comme si République rimait avec impunité ?

    C'est à voir.

                     Mais alors, serons-nous autorisés à, et aurons-nous seulement l’opportunité de… leur adresser à tous, en face et bien dans la face, l’ultime manifestation de notre dégoût ?

    Rien n'est moins sûr, hélas !

     

     

     

    1 – A l’exception de Médiapart qui avait pourtant, dans les premiers jours, lui aussi, emboité le pas d’un « Netanyahou-Hamas tous pourris ! » avant de se raviser face à la levée de boucliers de ses abonnés. On pourra toujours se reporter ICI à cette « lettre ouverte à François Hollande » d’Edwy Plenel qui sauve in extremis la presse française.

    Et à son sujet, si la dénonciation dans la presse dominante de la soumission du gouvernement Hollande et Valls à Israël est suffisamment rare pour que l'article du patron de Médiapart soit ici salué, Edwy Plenel courageux mais pas téméraire, dans son réquisitoire, oubliera néanmoins l'usage d'un mot et l'association de trois autres : sionisme + "France, classe politique et médias" quand on sait que l'on retrouve le même parti pris et le même ralliement à la raison du plus fort de l'UMP au PS, du Figaro au Nouvelobs...

    Ce rapprochement aurait permis à Plenel d'expliquer pourquoi Hollande est acculé à faire autant d'erreurs qui n'en sont pas pour tout le monde, bien évidemment.

    Les causes ! Attaquez les causes ! Car le courage est là : dans l'exposition des causes ! Le courage et les ennuis, certes, c'est vrai ! mais... dénoncer les effets, c'est à la portée de tout le monde ! Et puis, à sermonner sans péril, on triomphe sans   gloire !

    Aussi, à titre d'encouragement, on lancera à Plenel  : "Allez ! Encore un effort, vous y êtes presque !"

     

    2 - A l’exception de Dieudonné ; ce qui n’étonnera personne : cet artiste, véritable Molière et Voltaire des temps modernes, connaît trop bien le lynchage et la ratonnade "médiatiques" pour les subir aujourd'hui comme personne d’autre avant lui.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gaza, mon amour !

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
  • Opération «bordure protectrice» : à votre bon coeur Messieurs Dames !

     

     Mais... n'oubliez pas d'en laisser un petit peu pour la prochaine fois !

                  
                Une femme emmène son enfant loin des décombres d'une maison détruite par l'armée de l'air israélienne, à Beit Hanoun, ville de 35 000 habitants, administrée par l'Autorité palestinienne dans la bande de Gaza. AFP / Mohammed Abed
        

     

    ***

     

                Intensifiant ses raids sur Gaza, le bilan s'alourdit d'heure en heure : plus de 210 morts dont 70% de civils (hommes, femmes et enfants) sont à déplorer côté palestinien, depuis le lancement par l'armée israélienne de l'opération «bordure protectrice».

    A l'heure où les bombes israéliennes ont re-commencé de parler pour venger la mort - imputée au Hamas par Israël -, de trois colons adolescents...

    A l'heure où tous les médias dominants refusent de présenter le point de vue palestinien - le petit Peuple, le Hamas et l'Autorité palestinienne...

    Et alors que l'Etat israélien jouit, ici en France, d'un soutien quasi inconditionnel de la classe politique en général et du PS en particulier, et ce jusqu'au sommet de l'Etat français -  il suffit pour cela de se reporter aux déclarations partisanes et scandaleuses de François Hollande qui abandonnent le Peuple palestinien aux bombes israéliennes -, en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif excessive de domination...

    A l'heure où des associations communautaires ont le pouvoir de bannir des médias et de persécuter tous ceux qui n'acceptent plus cette compromission de la France avec une idéologie mortifère - le sionisme...

    Une petite piqûre de rappel à propos de ce qu'il est convenu d'appeler "le sionisme" :

     

     
    Dr Norman Finkelstein

     

    _____________________________________

     

    leïla shahid,palestine,palestinien,israël,colonisation,guerre,gaza,hamas,justice,actualité,politique,géopolitique,bordure protectrice

     

    leïla shahid,palestine,palestinien,israël,colonisation,guerre,gaza,hamas,justice,actualité,politique,géopolitique,bordure protectrice

    leïla shahid,palestine,palestinien,israël,colonisation,guerre,gaza,hamas,justice,actualité,politique,géopolitique,bordure protectrice

                       

                       Trio de la honte, trio infernal dans le scandale d'une soumission totale et sans précédent aux desiderata des USA et d'Israël en violation de notre tradition diplomatique d'indépendance et d'équilibre qui nous a longtemps permis de gagner le respect de nombre de nations.

    Mais alors, qui, demain, nous respectera ?

     

    ***

     

                Sioniste ? Vous avez dit Sioniste ? Mais… sioniste de quel sionisme ?

     

    Herzl 2.jpg- Le sionisme qui condamne le Peuple israélien qui tente de vivre dans les frontières reconnues par la communauté internationale, à ne jamais connaître la paix ?

    - Le sionisme, idéologie millénariste qui promet La sécurité à tout un Peuple au terme d'un « Grand soir » toujours remis à demain, repoussant chaque jour son avènement à une date aussi ultérieure qu’indéfinie quand enfin, nous assure-t-on, tous les ennemis du Peuple juif auront été vaincus ; alors que dans sa pratique et dans son exercice, cette idéologie ne cesse de nourrir en haine et en ressentiment féroces ces mêmes ennemis ?

    - Ou bien le sionisme dont on se doit de rappeler la politique à l’égard du Peuple palestinien: assassinats, meurtres, bombardements civils, colonisation, occupation, humiliation ; faisant peser sur quiconque tente de s’opposer à cette politique, une menace de mort certaine entre deux massacres de quelques milliers d’entre eux...

     

                   Le dernier en date : Gaza (1), janvier 2009, devant des médias muselés et une Europe muette ou quasi indifférente : 1500 morts, 5000 blessés du côté des palestiniens. Au sujet de l'armée israélienne, d'aucuns ironisent : il semblerait que ses ''soldats'' (mercenaires ?) aient été trop occupés à tuer pour prendre le temps de mourir ; et puis, pas de temps à perdre ! Il fallait que tout soit terminé pour Shabbat.

                 Ce rapport de 0 pour 1500 dans l'évaluation des pertes humaines lors de la dernière intervention de Tsahal, prouve une bonne fois pour toutes, et à toutes fins utiles, la supercherie, voire l'énorme mensonge qu'est la menace que les Etats de la région feraient peser sur la sécurité et l'existence d'Israël.

     

    - Et pour finir : un sionisme qui, en France, divise, manipule, calomnie, ne reculant devant rien, jusqu'au chantage à l'anti-sémitisme.



     

    Dieudonné explique La guerre propre

     

     

               Le sionisme est, aujourd'hui, un mot « imprononçable » quand on a un minimum de conscience morale.

    Quant au traitement que les médias de masse réservent à ceux qui osent dénoncer la politique colonialiste cet Etat israélien qu’il nous faut bien qualifier de « voyou », on peut sans exagérer affirmer que l'on n'a pas connu en France un tel climat de chantage moral et de terrorisme intellectuel exercés sur les institutions et ces mêmes médias, leurs producteurs, animateurs et journalistes (télés, radios et journaux) depuis l’ère communiste et stalinienne - l’URSS, ses satellites et ses relais - le PCF en particulier, avec ses intellectuels et ses sympathisants -, des années 30 aux années 70.

    Car, à moins d'être aveugle ou partisan, difficile de ne pas admettre que leurs méthodes sont étrangement identiques : insultes, discrédit, intimidation, calomnie, procès d'intention, amalgames, chantage affectif, chantage professionnel...

     

                  Face à de tels agissements, nous n'avons qu'un devoir : les dénoncer sans relâche si nous voulons continuer de protéger notre démocratie déjà mise à mal par une mondialisation tentaculaire sans visage et sans morale.

     

     

     

    1 - Se reporter à l'ouvrage d'Esther Bebbassa - cliquez Etre juif après Gaza

     

     

    Stephane Hessel... de... 4'32" à 5'30

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Judith Butler: judéité et sionisme

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Alain Finkielkraut... contre toute raison

     

     

                  Alors qu'Alain Finkielkraut a été élu jeudi 10 avril à l'Académie française, au premier tour, par 16 voix sur 28 – 3 voix sont allées à Gérard de Cortanze, une à Athanase Vantchev de Thracy ainsi que Huit bulletins barrés d'une croix en signe de désaveu, après une polémique qui a échauffé les esprits...

     

    Revenons sur cet essayiste.

     

     

    ________________

     

     

     

     

                   Qui prendra le temps d'entreprendre la lourde tâche d’énumérer toutes les lacunes d’Alain Finkielkraut ? Lacunes qui, d’interventions en interviews, à la longue, année après année, deviennent sinon embarrassantes, du moins… franchement gênantes pour tout le monde ; et en premier lieu pour les auditeurs et téléspectateurs confrontés à un Finkielkraut rarement absent de nombre d’émissions dites d'information.

     

     

    Quant aux médias qui s’évertuent à lui tendre un micro avec ou sans caméra en guise de miroir - animateurs de télé ou radio ; ceux que d’aucuns auront la complaisance d’appeler « des journalistes » -, si immanquablement ils suspendent leur jugement à son sujet, et alors qu’ils sont capables des pires injustices à l’encontre d’autres figures du monde artistique ou intellectuel - exclusion, bannissement...-, sans doute est-ce dans le souci de respecter un usage qui veut que l’on ne tire pas sur ses propres invités comme d’autres… une balle dans le pied ou bien encore, une ambulance... animateurs et invités otages sanglés dans la même soute à bavardage pour le meilleur comme pour le pire.

     

     

    ***

     

     

     

                  Mais alors ! Qui est donc ce Finkielkraut perdu dans un "qu’est-ce que cette réalité que l’on me demande de vivre et de partager..." ?

     

     

     

    Incapable de penser le présent (un présent trop imparfait pour lui sans doute ?), mais homme de son temps, assurément, (n'allez surtout pas voir chez Finkielkraut un mécontemporain), Finkielkraut incarne à merveille la mort de la politique, avec pour conséquence compensatoire : l’explosion du communautarisme - religieux ou non -, aux tensions sans nombre et à l'humanité universellement perdue.

     

     

    Pourfendeur de ce qu'il croit être "La modernité" dont il n'y aurait rien à sauver, avec Finkielkraut, aucune cause n’est identifiée, jamais ! Il est vrai que cela demandera toujours plus d’intelligence et de courage de questionner les causes plutôt que de déplorer une réalité qui aurait pour unique origine la somme de ses effets. Les Durkheim et Max Weber auront beau s’agiter dans leurs tombes et sarcophages, panthéons et pyramides, et les sociologues du CNRS de s’arracher les cheveux…peu lui importe : tous n’ont qu’à bien se tenir.

      

    Ruines.jpgPrivé de culture historique, économique, sociologique et politique, grand admirateur de la  force de frappe d'Israël et des Etats-Unis, tout en conspuant les moeurs de la société américaine car, ignorant comme il n'est plus permis de l'être, Finkielkraut croit que les bombes de l'Oncle Sam sont gratuites et qu'elles n'engagent à rien - on retrouve là cet esprit bourgeois qui prend et qui ne rend rien -, il semblerait que Finkielkraut soit l’incarnation même du "mal" qu’il dénonce et combat sans relâche, à savoir : la défaite et la fin d'une pensée analytique et prospective, ainsi que la mort des intellectuels et des "philosophes", et celle d'une littérature élévation de la conscience humaine (d'où sa nomination à l'Académie Française ? Il suffit seulement de penser à un Jean d'Ormesson !).

     

     

     

    Gigantesque auto-mystification Finkielkraut ?

     

     

    A son sujet, on affirme que sa pièce favorite a pour nom « Tartuffe » - Mais alors... Tartuffe de la conscience humaine !

     


    ***

     

     

                   Adepte impénitent de l’indignation à sens unique (1) et fortement communautarisée, les obsessions-indignations les plus récurrentes de ce Monsieur sont les suivantes : les musulmans – de France ou d’ailleurs -, les français du Maghreb et d’Afrique noire, les droits-de-l’hommistes (terme péjoratif chez Finkielkraut),l’anti-sémitisme (tout en ayant aucune sympathie pour les mouvements anti-racistes), et tout ce qui de près ou de loin concerne la cause juive ou la communauté du même nom. Et pour finir : l’Etat d’Israël  (A chacun ses casseroles !).

     

     

    Plus intolérant qu’impatient avec la parole de l’Autre, et plus encore lorsqu’elle est… tout autre, plus infatué que passionné (il suffit de se reporter à ses prestations télévisées), qui peut nier que Monsieur Finkielkraut ait décidément beaucoup de mal avec tout ce qui n’est pas Alain Finkielkraut ?

     

     

    Et pourtant… il n'avait pas trop mal commencé avec Péguy, Arendt, Albert Camus, Lévinas... c’est vrai, ces derniers ont plutôt la réputation d'être d'une aide précieuse pour quiconque souhaite penser, s’affranchir et servir, non pas ses propres intérêts et ceux de sa "communauté", mais un intérêt bien supérieur : celui de la justice, puisque penser c’est fatalement penser... juste... parce que... altruiste, le cœur sur la main et sur la page d’écriture : raison, compassion et compréhension... un coeur intelligent donc... attributs et qualités dont l’absence doit être considérée comme une véritable infirmité ainsi qu’une catastrophe largement répandue depuis une trentaine d’années chez une élite médiatique (à ne pas confondre avec l’élite intellectuelle et morale qui, elle, a déserté les médias) arc-boutée à des allégeances à la fois ethnique, idéologique et culturelle, et qui, manchot(e), se comptent sur les doigts d’une seule main ; une main qui s’empresse de se refermer pour former un poing : étau et roc.

     


    ***

      

     

     

     

                Partisan d'une politique de la terre brûlée, derrière Finkielkraut, rien ne doit re-pousser, Jamais !


    Un Finkielkraut qui se voudrait très certainement aussi transparent qu’un verre opaque car, nul n’ignore que le prestige accordé à l’ambiguïté et au mystère, ambivalence énigmatique, est un atout non négligeable pour un auteur très certainement en quête d’une postérité qu’il doit bien vouloir imaginer généreuse à son endroit, même si, pour son malheur, chacune de ses interventions fait qu’il ne peut s’empêcher soit de donner sa langue au chat, soit de se trahir car, Alain Finkielkraut n’a de cesse de se dénoncer : en effet, on lit dans Finkielkraut comme dans un livre, même fermé, pour peu que l’on soit au fait avec la mauvaise foi, l’hypocrisie, les lapsus et autres actes manqués plus que révélateurs, même si, ignorés de lui-même par définition, il ne les reconnaîtra sans doute jamais comme tels.

     

     

    Ses difficultés lorsqu’il est question d’appréhender la réalité d’un fait dans toute sa complexité font de lui un grand petit bourgeois que tout effraie, et  par voie de conséquence, un bavard… puisque moins l’on comprend plus on commente et plus l’on s’agite, sans doute pour apaiser son angoisse ; en revanche,  une fois que l’on a saisi, on n’a qu’une envie : se taire et se mettre au travail…

     

    A ce sujet, bien qu'enseignant à l'Ecole Polytechnique, on ne saurait que trop recommander à Finkielkraut de prendre des cours du soir auprès d'Edgar Morin et de sa Méthode.

    .

     

    Grand vizir de tous ceux qui partagent ses préjugés et sa stratégie consciente ou inconscience de sabotage de nos efforts d’unité nationale autour de valeurs et d’une Histoire communes, même conflictuelles, maître à penser par excellence de tous ceux qui pensent contre lui…faites donc le test ! Enquérez-vous de l'opinion de Finkielkraut sur un sujet quel qu’il soit, et contentez-vous de penser le contraire, c'est à dire...  de voir plus grand, plus large… en un mot : plus complexe ;  ça marche à tous les coups ! Car, vous aurez alors fait un grand pas vers une pensée honnête et féconde, et qui plus est, une pensée altruiste, en lieu et place d'un vague sentiment apeuré ou bien d'une opinion socialement et ethniquement orientée (ce qui est toujours le cas chez Finkielkraut ! D’où sa charge régulière contre les Français issus de l’immigration du Maghreb et ceux  qui contestent ses jugements à l’emporte pièce, avec en toile de fond son soutien à la politique pourtant indéfendable de l’Etat d'Israël) ; une pensée qui vous rapprochera d’une meilleure compréhension d’une réalité qu’aucune vérité statistique ou factuelle ne pourra jamais contenir. Seule condition : être prêt, si nécessaire, à penser contre soi, contre sa caste, sa classe, contre son ethnie, tout en y mettant un peu de cœur (2) ; ce dont Finkielkraut est bien incapable.

     

    *** 

     

                 Producteur et animateur chez France Culture de l'émission Répliques qui se veut, sans rire, au cœur de la France, le choix de ses invités permet le plus souvent à Finkielkraut de leur faire dire tout haut ce qu’il ne peut aujourd’hui que se résoudre à penser tout bas depuis que son crédit que l’on nommera « anti-raciste » est épuisé.

     

     

    Jouissant sur cette radio publique d'une impunité refusée à tous les autres, les propos concernant les Français issus du colonialisme et de l’immigration d’Afrique noire et du Maghreb, vers lesquels les sujets qu'il traite ne manquent jamais de nous ramener - et quelque soit le sujet : un vrai tour de force de la part de Finkielkraut ! -, s’ils devaient prendre pour cible la communauté juive relèveraient sans l’ombre d’une hésitation de l’anti-sémitisme ; appliqués aux homosexuels, de l’homophobie ; aux femmes, de la misogynie de la pire espèce…

     

     

    Un Alain Finkielkraut pourtant né de parents étrangers, aux origines polonaises, et qui, face à ceux qui en auraient bien besoin - Français déshérités, naufragés de l’Histoire eux aussi ; et comme si cela ne suffisait pas : privés parfois d’une modernité émancipatrice -... semble déterminé à ne pas rendre, même en partie,  tout ce qu’il a reçu d’une France qui n’en était pourtant pas à son premier coup d'essai et à sa première intégration... sinon à ceux qui n’en ont guère besoin, à savoir : une classe qui, d’une Europe berceau, temple et tombeau, croule sous son héritage culturelle comme d’autres sous des milliards (3).

     

     

    Mais... ne prête-t-on pas qu’aux riches une attention à la hauteur de ses propres ambitions sociales ?

     

     

    Ingrat donc mais d'une ingratitude sélective car… charitable et généreux avec ses acolytes et camarades de combat, d’aucuns soupçonnent Finkielkraut de faire signer ses livres par les autres. Le dernier en date : « Réflexions sur la question blanche : du racisme blanc au racisme anti-blanc » ; ouvrage qui n’est qu’un procès de plus contre tout ce qui de près ou de loin ressemble à un Français d’Afrique ou du Maghreb, musulman ou non, rédigé par un dénommé Gilles-William Goldnadel pourtant bien incapable de construire à l’écrit comme à l’oral, une phrase ou un raisonnement dignes de ce nom, et ce bien qu’il soit avocat – avocat d’une seule cause, il est vrai : Israël (4).

     

      


    *** 

     

     


                    Anonyme.jpgIntraitable avec ses dis-semblables, toujours pusillanime avec lui-même, son clan et sa caste, on peut légitimement prédire que cet homme sans excuses qui n'est plus un "intellectuel" depuis longtemps déjà – pour peu qu’il l'ait été un jour -, mais bien plutôt un propagandiste (avec le soutien indéfectible des médias du service public, radios-télés, désespérément complaisants, lâches et veules), finira poisson rouge à tourner en rond dans son bocal : celui de ses obsessions et de ses indignations à la racine desquelles on trouvera un parti pris proche de la forfaiture et du parjure  (5) face à ceux qui ont fait, ici en Europe, la littérature et la philosophie, entre autres piliers de notre civilisation, pour ne rien dire de son incapacité à comprendre le monde tel qu’il est, faute d’être à même d’en interroger les causes, et alors que ce monde lui ressemble à tel point que, jamais, il n’osera en toute conscience le regarder en face.

     

     

               De là à soupçonner chez Finkielkraut une conscience aiguë et une peur panique de cette ressemblance…

     

     

     

     

     

     

    1– Tout en prenant soin de conspuer les indignations de ceux qu’ils considèrent ses ennemis idéologiques. A titre d’exemple : se reporter à son réquisitoire contre l’opuscule Indignez-vous de Stéphane Hessel ; réquisitoire qui se garde bien de nommer sa cible, la vraie : la charge d’Hessel dans la deuxième partie de son ouvrage contre la politique scélérate de l’Etat israélien à l’endroit des palestiniens.

     

     

    2 - De préférence à l’égard de l’Autre, même et surtout… lorsqu’il est tout autre ; ou du moins… lorsqu’il est perçu comme tel car, si l’on n’a pas la compassion, on aura les camps. Et on les a eus, et on les a encore (Palestine… )  ! Surprenant que Finkielkraut n’ait pas retenu cette leçon de l’Histoire ; il est vrai qu’elle ne concerne plus sa communauté.  Aussi, à chacun sa m…. ! Et les victimes seront bien gardées et les bourreaux protégés, voire… absous.

     

    3 - On retrouve le même symptôme, la même hostilité au détriment d’une entente et d’une association fécondes, chez un Zemmour dont l’histoire familiale a pour cadre le Maghreb ; ironie suprême : un Zemmour toujours prompt à distribuer des bons et mauvais points de francité à des compatriotes avec lesquels il partage pourtant, peu ou prou, la même histoire ; tout en sachant qu’à ce petit jeu, on trouvera toujours plus français que soi (et dans le cas de Zemmour et Finkielkraut, ça ne sera pas très difficile) qui donc fera comprendre à tous ces re-dresseurs inquisiteurs zélés et diviseurs irresponsables que la France ne leur en demandait pas tant ?

     

     

    4 – Qui peut nier le fait que la défense de la politique de l’Etat d’Israël, ça rend bête... bête et méchant ? Voyez donc ! Hier : Bergson, Chagall, Arendt, Lévinas… figures symboliques de l’excellence dans les domaines scientifique, artistique et philosophique. Aujourd’hui : Finkielkraut, BHL, Ivan Levaï, Enrico Macias et Patrick Bruel. Aussi… force est de reconnaître que la crise de la culture touche bien toutes les communautés ; la médiocrité et la bêtise aussi.

     

     

    5 - Difficile de ne pas penser à l'ouvrage de Julien Benda La trahison des clercs écrit en 1927, et dernièrement... à l'article de Séverine Labat.

     

     

    ____________________

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Finkielkraut - Uleski Nouvelobs

     

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
  • Université Paris 8 ou quand la France fait face...

     

               Ces jours-ci, le Huffingtonpost, dirigé par une ancienne "journaliste-animatrice télé" passeuse de plats,  Anne Sinclair, pour ne pas la nommer, a relaté tout en le déplorant, un incident qui a eu lieu à l'université Paris VIII  : "Un groupe d'étudiants juifs israéliens qui étaient venu pour engager le dialogue avec des étudiants de  l'université Paris VIII de Saint-Denis au sujet d'Israël dans le cadre d'un tour des universités françaises ayant pour but développer le dialogue entre cultures (la culture du colonialisme et de l'humiliation des Peuples en ce qui concerne Israël ? ndlr) s'est fait sortir de l'université par le personnel et par des militants anti-israéliens du Collectif "Palestine Paris 8".

     

    Ce même Huffingtonpost prendra soin d'accompagner son billet d'humeur d'une vidéo qui porte le titre suivant : "La France de la haine"

     

     

                A cet article qui fait une fois de plus le procès d'une France qualifiée "haineuse..." qu'il soit permis d'opposer ceci :

               Ce qui est réellement insupportable c'est qu'un groupe d'Israéliens qui soutient bec et ongles un Etat qui aujourd'hui n'a plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid pense qu'il peut en toute impunité et en toute tranquillité venir nous vendre des salades que plus personne ne veut acheter à l'heure où l'Etat israélien jouit, ici en France, d'un soutien quasi inconditionnel de la classe politique en général et du PS en particulier, et ce jusqu'au plus haut sommet de l'Etat français, en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force ; une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif de domination...


    A moment où des associations communautaires (CRIF et LICRA) ont le pouvoir de bannir des médias et de persécuter tous ceux qui n'acceptent plus cette compromission de la France avec une idéologie mortifère - le sionisme -, à propos de laquelle une petite piqûre de rappel s'impose :

               Là-bas : vol de la terre, assassinats, meurtres, bombardements civils, occupation, humiliation...


               Ici : bannissement, chantage professionnel, chantage à l'anti-sémitisme, racket sous la forme de procès sans nombre contre quiconque ose dénoncer la connivence au plus haut sommet de l'Etat français avec cette politique : journalistes, artistes, producteurs radio et télé...


    Et alors que des militants de la cause palestinienne sont interdits de réunion dans les universités.


                    Rappelons que cette France-là
    n'est certainement pas la France de la haine mais bien plutôt la France de Jeanne d'Arc, la France de Voltaire, la France des Cathédrales et de la Laïcité, la France de Victor Hugo, la France de Jaurès, la France de Jean Moulin et du Conseil National de la Résistance, la France des "Porteurs de valises" fiers et déterminés, la France des mosquées dignes et paisibles, et enfin... la France de Charles de Gaulle et de sa jeunesse étudiante...
    France éternelle, phare de l'humanité, celle que le monde entier réclame à cor et à cri et que seuls les salauds iront conspuer.

                  Alors oui ! N'en déplaise au Huffingtonpost : ce jour-là, ce sont bien toutes ces France qui se sont dressées à Saint-Denis, ville des Rois de France, un France intraitable à l'endroit d'une idéologie tyrannique qui sonne le glas de notre civilisation humaniste.

     

                 Que le personnel de l'université Paris 8 et le Collectif "Palestine Paris 8" soient ici salués, remerciés et célébrés.

     

                  Alléluia !!!

              

     

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Sionisme et sursaut moral

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Sionisme et sursaut moral

     

    Introduction

     

     

                    A l'heure où l'Etat israélien jouit, ici en France, d'un soutien quasi inconditionnel de la classe politique en général et du PS en particulier, et ce jusqu'au sommet de l'Etat français, en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force ; une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif excessive de domination...

    A l'heure où des associations communautaires ont le pouvoir de bannir des médias et de persécuter tous ceux qui n'acceptent plus cette compromission de la France avec une idéologie mortifère - le sionisme...

    Une petite piqûre de rappel s'impose bel et bien :


               Là-bas : vol de la terre, assassinats, meurtres, bombardements civils, occupation, humiliation...

                Ici : bannissement, chantage professionnel, chantage à l'anti-sémitisme, racket sous la forme de procès sans nombre contre quiconque ose dénoncer la connivence au plus haut sommet de l'Etat français avec cette politique : journalistes, artistes, producteurs radio et télé...

     

     

    _________________

     

    Exposition

     

                   Ce qu’il faut comprendre au sujet de l’engagement des européens en faveur de la cause palestinienne... c'est que cet engagement, nous le devons à nous-mêmes... et à tout ce que l’Europe tente d’incarner depuis la fin de la colonisation.

    Quant à ceux qui seraient tentés de nous opposer ce qui suit : "Les bonnes âmes qui se précipitent pour sauver la Palestine mais ignorent les crimes en Syrie, et n’ont jamais bougé pour le Rwanda, furent immobiles pour la Bosnie" ...
     
    Notre réponse ne se fera pas attendre :
     

    - Personne en France ne soutient (ou n’a soutenu) les génocidaires du Darfour, du Rwanda et de la Bosnie, et certainement pas notre classe politique, même en partie.

    - Il n'y a pas en France une classe politique pour laquelle le soleil se lève et se couche avec la Syrie de Bachar el-Assad ou tout autre Etat policier et autoritaire.
     

    - A la Coupe d'Europe de football, la Syrie ne participe pas à la compétition (ni à l'Eurovision).

     
    - Il n'y a pas en France d'associations, autres qu'indissociables d'Israël, subventionnées à hauteur de plusieurs millions d'euros par les contribuables, qui ne sont que des coquilles vides et pour lesquelles la promotion et la défense d'un Etat étranger qui n'a aujourd'hui plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid sont la seule préoccupation et la seule raison d'être...
     
    - Il n'y a pas autour d'une idéologie étrangère de surcroît, autre que le sionisme,  un tel climat de terrorisme intellectuel exercé sur les institutions et les médias, leurs producteurs, animateurs et journalistes (télés, radios et journaux) depuis l’ère stalinienne - l’URSS, ses satellites et ses relais, le PCF en particulier -, dont les méthodes sont étrangement identiques : insultes, discrédit, intimidation, calomnie, procès d'intention, amalgames, chantage affectif, chantage professionnel...
     

    - La Syrie n'est pas membre d'une coalition américano-israélo-saoudienne (la Grande Bretagne et la France comme supplétifs) qui a pour seul programme :  la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, sans oublier "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent...


    - La Syrie n'est pas une alliée de la France ni de l’Europe, contrairement à Israël ; alliance avec un Etat militaro-théocratique qui nous est imposée et qui nous salit chaque jour davantage ; une alliance qui ne nous rapporte rien sinon le déshonneur de devoir vivre dans une Europe complice d’une politique d’Etat, Israël, dont il n’y a rien à sauver depuis 1967.

     

    __________________

     

    Transition

     

     

     

     Un vibrant plaidoyer de Edwy Plenel en faveur de sanctions contre Israël

     

    ________________________________

     

    Développement et variations

     

     

    Sionisme et sursaut moral

    Les nouveaux "Justes"

     

                 Jeff Halper est le co-fondateur du Comité israélien contre les démolitions de maisons palestiniennes dans les territoires occupés.

     

     

                 Musicien et militant né en Israël, Gilad Atzmon est sans aucun doute aujourd'hui celui qui a le mieux analysé  "le problème sioniste" dans ses aspects tant religieux que politique ; le sionisme étant dans les faits le bras armé d'un Judaïsme de reconquête : retour à la terre promise, expansionnisme colonisateur et criminel au détriment des droits les plus élémentaires des autochtones.

    Gilad Atzmon a depuis trouvé refuge à Londres.

     


               Shlomo Sand est un historien israélien spécialisé dans l'histoire contemporaine. Il est professeur à l'Université de Tel Aviv.

     

    )

    Dr. Norman Finkelstein : fils de survivants du ghetto de Varsovie, il s'est fait connaître par ses écrits sur la critique de ce qu'il a appelé « l'Industrie de l'Holocauste » ; terme par lequel il désigne les organisations et les personnalités juives qui instrumentalisent le génocide juif dans un but politique (soutenir la politique colonialiste israélienne) et mercantile (obtenir des réparations financières).

     

     

    _____________________________

     

     Récapitulation et Conclusion

     

     

    Edgar Morin / Tariq Ramadan "L'éthique aujourd'hui, entre théories et pratique" le 29/10/2013


    Le CILE est le "Center for Islamic Legislation & Ethics"

     

     

    __________________________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Sionisme ? Vous avez dit sionisme ?

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Deux ou trois choses que je sais à propos de la blogosphère

     

            Dans la série « Les gens sont tolérants dans l’ensemble mais vaut mieux penser comme eux ! »

     

    _________________

     

                Ils ne ratent jamais une occasion de se plaindre et d'appeler à la censure. Leur préoccupation favorite... la dénonciation de l’antisémitisme, même et surtout fantomatique, ainsi que de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un Arabe ou à un Musulman (français ou non ), sans oublier ceux qui se refusent à une diabolisation scélérate et criminelle de l'Islam.

     

     

    Certes, cette dénonciation qui a le plus souvent pour but de calomnier un adversaire idéologique (les anti-sionistes), pour ne rien dire des cas de névrose obsessionnelle et de paranoïa aiguë et même et surtout lorsque le discernement fait cruellement défaut, ils ne sont pas les seuls à la conduire comme on conduit une chasse à l'homme car, il est vrai que les petits Serge Klarsfeld en herbe sont légion sur la toile : chasseurs d'antisémites pourtant maintes fois recalés à l’examen de l’obtention d’un permis (ils ne feraient pas la différence entre un faisant et une chèvre tout occupés qu’ils sont à faire feu coûte que coûte), sans oublier leur inaptitude aux maniements des armes (plus ils sont persuadés d’identifier une cible, plus ils sont sur le point de se tirer une balle dans le pied)...

     

       

    Rendez-vous sur leur blog à tous, pseudos sans visage et sans nom digne de ce nom ! Leurs tags les plus populaires sont les suivants : antisémitisme, Arabes, Musulmans, Islam, Islamistes, Juifs et Israël…

      

    Un anti-sémitisme qui n’est, dans les faits, qu’un anti-sionisme exacerbé sera l’objet de toute leur attention ; un anti-sionisme criminalisé par le cynisme de ceux qui, en secret, rêvent de faire de l’anti-sionisme un délit ; ceux-là mêmes qui n’ont qu’un souci : défendre mordicus la politique d’un Etat qui n'a, aujourd'hui, plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid dans une alliance qui nous salit un peu plus chaque jour... Israël ; un Etat pourtant étranger à la France et à l’Europe par ses moeurs politiques, et notamment, dans l’utilisation de sa force armée (on se doit de rappeler cette politique à l’égard du Peuple palestinien : assassinats, meurtres, bombardements civils, colonisation, occupation, humiliation ; faisant peser sur quiconque tente de s’opposer à cette politique, une menace de mort certaine).

      

    Et quand on sait que l’antisionisme n’est, le plus souvent, que la manifestation d’une désapprobation de la politique de cet Etat et non, la contestation de son droit à l’existence, la lutte contre l’anti-sémitisme (tout comme la lutte contre le racisme) ne peut être qu'un point de départ et certainement pas une fin en soi. Dans le cas contraire, ce sera un échec. Et si l’anti-sémitisme ne peut être qu’un point de départ, ce point de départ ne peut avoir qu’un seul point d’arrivée (pour peu que l’on se reconnaisse une obligation de résultats et pas simplement une obligation de mise en accusation) : le rapprochement des communautés autant que l’on puisse géographiquement, ethniquement et socialement les définir.

      

                Rappelons à toutes fins utiles ce qui suit : banaliser l’antisémitisme c'est discréditer la lutte contre l'antisémitisme ; discréditer cette lutte c'est commettre une erreur irréparable et une faute impardonnable. Aussi, nous devons tous veiller à ce que l’accusation d’antisémitisme (et de racisme) ne devienne,  pareilles aux incantations patriotiques et nationalistes, le refuge des crapules et des salauds.

      

    ***  

      

                Qu’il soit ici permis d’affirmer que tous ces blogueurs et blogueuses, petits soldats d’une cause aujourd'hui sans honneur et sans gloire... le sionisme, et ce depuis 1967, ne sont finalement qu’un gigantesque lapsus ; celui d'une identité juive qui les étouffe chaque jour davantage ; et quand on sait que cette appartenance n’est le fait que du hasard, celui de la naissance, cela en dit long sur leur capacité à tous à pouvoir choisir pour eux-mêmes qui ils souhaitent être en dehors de ce que le sort a pu décider pour eux. 

      

    On les imaginera sans peine derrière leurs écrans d’ordinateurs, éructant, gémissant, rageant ; faut dire qu’ils n’ont rien choisi ; ils ne font que subir cette appartenance qui les ronge, et qui, finalement, les noie un peu plus chaque jour. D’où, très certainement, cette obsession avec tout ce qui de près ou de loin touche à la question et à l’identité juives - tout ce qui leur a été imposé -, pour ne rien dire de leur obsession de l’antisémitisme comme s’ils n’avaient qu’un souhait : qu’on les haïsse mais… jamais assez !  

     

    Véritables trahisons républicaines que cette exacerbation identitaire et ce besoin d'appartenance qui mène à l'aveuglement et à l'indifférence face à la souffrance de l'autre - besoin qui exonère un être humain de faire ses propres choix, toute sa vie lui est alors servi sur un plateau... plateau religieux ou communautaire et sur lequel, il est bon de le rappeler, ont reposé et reposent encore aujourd'hui, tous les régimes totalitaires ; désir de toute puissance aussi face au vide ontologique et existentiel qui les taraude tous, jour après jour ! Car, sans remède ils sont face à cette appartenance dévorante du même avec le même, avec cette dévotion incestueuse et cannibale car, pas moyen de s’oublier quelques heures par jour ! Pas moyen de se ficher la paix ! On ne fait l'expérience que de ce besoin d'appartenance : soi-même matin, midi et soir, pour seule réalité, pour seul horizon, et encore et toujours soi-même, juif et seul !

      

    Pris au piège d’une névrose aussi maladive qu’obscène dans laquelle ils s’enlisent un peu plus chaque jour… ils rapetissent, leur vue baisse et pour finir, la saturation, le trop-plein, l'indigestion et le dégoût viennent les submerger avant de les engloutir ; et tout à fait vidés maintenant, et vides comme une coquille vide, c'est alors qu'un sentiment d'impuissance s'installe, et puis la rage aussi face à cette impuissance haïssable car, quand on a tout perdu, ou bien, quand on n’a rien acquis pour soi-même, toute sa vie durant...

    Notre origine, seule identité disponible... la seule à notre portée, et dont on n’est nullement responsable, n’est-elle pas alors tout ce qui nous reste... contre toutes les autres... et plus encore lorsqu’elles sont tout autres, et par conséquent, porteuses de tous les dangers : que l’on en vienne à réaliser, la mort dans l’âme, que l’on n’est rien, ou bien si peu, en comparaison ? 

     

    Face à ce désastre humain, et avant de les abandonner tous autant qu'ils sont à leur triste sort, on ne saurait que trop leur signifier ce qui suit : souffrez que l’on puisse encore célébrer le flair, le talent, l’intelligence et le génie d’un Dieudonné, d’un Soral, d'un Gilad Atzmon, d'un Jean Bricmont, d'un Etienne Chouard et de tant d’autres, garants d’une liberté d’expression qui maintient en vie la démocratie envers et contre tout... et en premier lieu, contre une sclérose à la fois humaniste et intellectuelle...

    Tout en leur rappelant au bon souvenir de ce Juif sorti du ghetto - pour peu qu’il y ait mis un jour les pieds car, quelque chose nous dit qu’il avait franchement mieux à faire : j'ai nommé George Steiner.

    Diamant d'intelligence, modèle de tous les modèles ce George Steiner ! Il ne se plaignait jamais ; faut dire qu’il ne se vautrait pas dans une appartenance ethnique qu’il savait de circonstance et auprès de laquelle il ne trouverait aucun mérite. Il était à l’affût non pas d’antisémites ou d’antisionistes à trucider, même derrière un écran d’ordinateur ; non, il était à l’affût, toute sa vie durant, de la moindre manifestation de talent et de génie ; à l’écoute, il était aussi d'une générosité et d'un désintéressement qui rendaient hommage à l’excellence d’où qu’elle vienne ; et avec lui, elle venait vraiment de tous les horizons.  

    Pour tout vous dire… tout ce qui n’était pas lui le fascinait, tout George Steiner qu’il était. Et vous savez quoi ?! On ne lui connaissait aucun ennemi excepté dans ce qui n’était pourtant déjà plus sa communauté depuis longtemps puisque George Steiner se tenait ailleurs, précisément là où il faut être quand on a l’ambition d’élever la conscience de ses contemporains, et de les ouvrir au monde.


    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser le monde aujourd'hui avec

     

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
  • Quand la Licra et le Crif soufflent le chaud et le froid, Manuel Valls en renfort


                  

                 A l’heure où l'humoriste Dieudonné dépose plainte en diffamation contre X - plainte qui concerne des propos du président de la Licra Alain Jakubowicz et Roger Cukierman président du CRIF, tous deux associant la « quenelle » - signe de ralliement contre un monde unipolaire issu d'une pensée unique d'une violence politique, sociale et culturelle sans précédent -,...  « au salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah »...

    Six jeunes de 18 à 22 ans ont été mis en examen à Lyon pour leur implication dans deux expéditions punitives contre des personnes qu'ils accusent d'avoir fait le salut de "la quenelle" sur Internet. Les six garçons ont été déférés au parquet, dans le cadre d'une instruction pour "violences en réunion, participation à un attroupement armé et infraction à la législation sur les armes". Leur mise en examen a été assortie par le juge d'un contrôle judiciaire, avec interdiction de rentrer en contact avec leurs victimes et de détenir une arme.


    ***


                   Difficile de ne pas voir là les conséquences d’une diabolisation de la « quenelle » à des fins purement politiques : tenter de circonscrire les élans de solidarité qui se portent sur la personne de Dieudonné, humoriste banni et persécuté depuis 10 ans pour tous les médias dominants, la classe politique et deux Présidents d’associations qui n’hésitent même plus, semaine après semaine,  à prendre en otage leur propre communauté, tels des agents provocateurs, dans une tentative de fragiliser la communauté juive, communauté paisible, en la radicalisant, prétexte d'une prochaine tentative d'interdiction des spectacles de Dieudonné pour « trouble à l’ordre public » à l’heure où un Manuel Valls envisage d'adresser des instructions dans ce sens aux préfets à l’occasion de chacun de ses spectacles.

    Ce ministre serait venu attiser le feu et souffler sur les braises qu'il ne s'y serait pas pris autrement.


                Nul doute : c'est l’étau qui se resserre autour de Dieudonné ; notre vigilance est donc plus que nécessaire.

    Auteur et docteur en philosophie, on pourra se reporter à Francis Cousin à propos de l’acharnement de la classe politique contre Dieudonné.



                 ***


              Pour rappel :

    "La quenelle" - un bras tendu vers le bas, de l'autre, une main vient en mesurer la longueur ou bien plutôt, la profondeur -,  est un geste subversif que l’on peut assimiler au doigt d’honneur contre l’ordre établi, "le système" et une pensée unique qui se déploie comme suit :


     - Dévastation des nations et des cultures au nom d'une mondialisation pour laquelle les êtres humains ne sont que des ventres à remplir (ou des Peuples à affamer, c’est selon... leur niveau de soumission ou de résistance !), et du temps de cerveau disponible à distraire jusqu'à l'abrutissement...


    - Mise en concurrence de tous les salariés à une échelle tant locale qu’européenne et mondiale...

     

     

    - Construction d’une Europe-instrument d’une mondialisation sans honneur ni justice qui n’est dans les faits qu’une guerre contre les salaires et les acquis sociaux...


     

    - Hégémonie d’une alliance américano-israélo-sunnite qui a pour seul programme : la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, et les bombes contre les gouvernements et:ou les Peuples qui s'y opposent...


    - Tentative de marginalisation de la Russie ; politique qui consiste à faire le choix de soutenir le dissident milliardaire Khodorkovsk aujourd'hui résident Suisse contre un Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...


    - Nouvelle guerre froide contre la Chine à venir, pour le plus grand profit du complexe militaro-industriel occidental...


    - Chantage à l’antisémitisme contre quiconque critique publiquement la politique d’Israël ; politique qui jouit ici en France du soutien et de la complicité de l’Etat français au plus haut niveau ; avec en prime l’exploitation du génocide juif à des fins économique et géopolitique...


    - Mise à mort subreptice, ici en Europe, de la liberté et de la démocratie, à grand renfort de technologie de la surveillance et du contrôle de millions de citoyens.  


          
    - Passivité de tous les médias dominants, et ce sans exception : de France Culture à RTL, de Charly Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte au sein desquels s’exerce sans vergogne un chantage au chômage contre quiconque s’opposerait à une telle soumission ; médias qui ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, sans altérité.      

           


    Mérée Drante : "La Quenelle" en chanson !


    ______________________


    Pour prolonger : cliquez La licra en question

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu