Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Présidentielle 2017 et après

  • "La malédiction Macron" ?

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes 

    notre dame en feu la flèche a sombré

    Photo FRANCOIS GUILLOT / AFP

     macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

     

     

    macron malédiction, arc de triomphe gilets jaunes

     

                      Aujourd'hui Notre-Dame en feu en pleine semaine sainte, après l'Arc de triomphe et Marianne, peut-on alors, doit-on évoquer une "malédiction Macron", ce mal-président, si mal élu, le président de trop d'une 5è République aussi discréditée qu’épuisée, dont il ne sortira plus rien de bon ?...

     

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

     

    la malédiction macron, arc de triomphe

     

                      Nombreux sont ceux qui ne manqueront pas de s’interroger d'autant plus que l'Histoire qui n’aime pas qu’on lui force la main, qu’on lui torde le bras, qu'on la méprise et qu'on la moque, ne manque jamais de se venger. En effet, la France, de par son rang, son rayonnement et son petit-peuple dont la classe politique et les médias ont cru pouvoir faire l'économie des années durant, méritait sans aucun doute, d'emprunter une autre voie sous la conduite d'un leader à sa hauteur.

     

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

    Une septuagénaire Gilet Jaune à terre : Geneviève Legay


     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Raphaël Glucksmann, tête de liste aux Européennes : le PS tombe enfin le masque

     

    Raphaël Glucksmann tête de liste aux européennes sous l'étiquette socialiste,

     

                  "Samedi, lors de son Conseil national, le PS a adoubé samedi Raphaël Glucksmann comme tête de liste pour les européennes, à une très large majorité, par 128 pour et 5 contre. L'essayiste mènera campagne "en tandem" avec la militante écologiste Claire Nouvian, cofondatrice du mouvement "Place publique" - un mouvement formé avec une vingtaine de personnalités de gauche, dont Raphaël Glucksmann, qui revendique 30 000 adhérents.  

    La résolution prévoit également la constitution d'une liste comportant pour moitié des candidats estampillés PS, pour moitié des candidats issus de "Place publique", de la société civile et des autres formations politiques engagées dans des discussions avec le PS et "Place publique." - L'Express  

     

    ***

     

                   Le mouvement « Place publique" créé voilà quelques mois, ne serait-il pas la continuation du PS sous un autre drapeau - faux en l 'occurrence  ? Ce mouvement n'aurait-il pas à voir avec le désir de poursuivre l’œuvre, pourtant moribonde de ce  PS qui a vu le jour en 1983 - corruption et compromissions idéologiques et politiques en tous genres - par un Raphaël Glucksmann qui n'est que le fils de son père ? Un père dit « nouveau philosophe » dans les années 70, au côté de Bernard-Henri Lévy (ICI) ; un philosophe sans oeuvre si l'on en croit la postérité aussi injuste et cruelle soit-elle.

    Aussi, grande est la tentation de s'adresser comme suit à cet éternel candidat à tout et à rien qu'est Glucksmann-fils, désoeuvré, toujours à la recherche d'un emploi : 

                       "Allez Raphaël ! Sois raisonnable ! Va bosser comme tout le monde ! Trouve-toi un vrai travail, pas une planque subventionnée par ceux qui se crèvent le cul tous les jours, et sûrement pas pour que des gens comme toi fassent le kéké et l'intéressant dans les médias ! D’autant plus tu es atlantiste (point de salut loin de la pax americana !), sioniste (soutien indéfectible à Israël et chantage à l'antisémitisme contre ses détracteurs ici en France)  et mondialiste (abolition des frontières, immigrationniste- fondamentaliste sans jugement ni jugeote). Décidément, tu as tout faux Raphaël ! Quant à ce PS qui n’est pas encore mort...sache que cela ne saurait tarder : on y travail élection après élection depuis plus de 10 ans maintenant !"

     

    ***

     

                 Glucksmann, PS et "Place publique" !

                 Qui va bien pouvoir et vouloir voter pour ça aux Européennes prochaines et à tout autre élection ? 

                 La réponse ne tardera pas car, déçu de la candidature de Glucksmann, l'économiste Thomas Porcher, qui a appelé à voter Jean-Luc Mélenchon en 2017, préfère quitter le mouvement qu'ils avaient fondé ensemble : "Je n'ai pas envie de servir de caution de gauche au PS, ni que Place publique soit le nouvel emballage d'un produit périmé.

    On ne saurait mieux dire. 

     

                Atlantisme, sionisme et mondialisme... avec Raphaël Glucksmann c'est bien le PS qui tombe enfin le masque après plus de 30 ans de louvoiements.  

     

     
    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Il était une fois un lundi 19 février 2019 place de la République...

     

                 Il n' y a pas plus - dans le sens "davantage" - d'antisémitisme qu'il n'y a de racisme, de haine de classe, de haine du club de foot adverse ( des centaines d'agressions tous les week-end, de haine des médias envers tous ceux qui refusent de se contenter de ce qu'on veut bien leur donner, haine de la classe politique pour ceux qui mettent en danger leurs plans de carrières, haine du monde des affaires pour les salariés qui n'acceptent pas les salaires obscènes qui leur sont versés... dans un contexte général de corruption (la France classée au 9è rang mondial) et d'une démocratie soi-disant représentative, une démocratie croupion (27è rang mondial)... 

    La haine est partout dans un monde dominé par un manque de solidarité et de compassion toujours plus patent que des politiques criantes d’injustices viennent sans cesse renforcer.

    La haine, encore et toujours la haine dans un monde qui n'a qu'un message à faire entendre : "Mort aux plus faibles et aux vaincus qui n'ont que ce qu'ils méritent !"

    Certes, certaines haines sont plus instrumentalisées que d'autres car plus propices à une instrumentalisation politiquement très rentable...

    N'empêche...

     

                 "Médias, classe politique et économique, show-business" maintenant indissociables, ainsi que les associations communautaires et religieuses… ce lundi 19 février 2019 à 19h, à une ou deux exceptions près, ce sont tous les organisateurs, maîtres d'oeuvre, de cette haine qui se sont réunis Place de la République ;  tous occupés à allumer les mèches de toutes les haines.

    Un monde décidément infréquentable ! Car, si l'émotion est le pire des mensonges quand il s'agit d'éclairer la vérité... on aura noté que toutes les Institutions étaient présentes ce soir-là, place de la République : de l’Assemblée nationale au Conseil d’Etat (en passant par Matignon, l'Elysée, le Sénat, le Conseil constitutionnel…). Or, nous sommes aussi et surtout en pleine crise institutionnelle en ricochet d'une crise majeure de type constitutionnelle avec pour conséquence une ultime remise en cause de tous ceux qui occupent ces lieux ; tous sans exception n’ont plus aucune légitimité ni autorité. Aussi, on peut déjà prédire que demain sera comme hier...

                   Mais l'important n'était-il pas de participer, d'y être vus sur cette place ce soir-là .... un 19 février 2019 ?

     

    place de la république le 19 février 2019, rassemblement contre l'anti-sémitisme

                            Place de la République pendant la canicule de 2013 - parents et enfants viennent y chercher un peu de fraîcheur

                                                  

    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Alain Finkielkraut et les médias : quand un tapis rouge cache une étoile jaune

     

     

    finkielkraut et gilets jaunes antisémitisme

     

            Alain Finkielkraut face à quelques Gilets Jaunes en colère, le 17 février 2019.

     

                                                                     ***

     

                  Pure provocation la présence de cet académicien près de la manifestation des Gilets Jaunes ce dimanche 17 février 2019 ? Un académicien producteur sur France Culture ( !!!) qui a épuisé depuis longtemps maintenant tout crédit anti-raciste, anti-négrophobe, anti-islamophobe et droit-de-l'hommiste...

    Assurément.

    Le scandale et le malheur c'est que ce sont les GJ qui sortiront perdants de cet incident car les médias en feront des choux gras contre ce mouvement héroïque dans sa détermination et la justesse de ses récriminations.

            Car enfin, après sa visite avortée à "Nuit debout" en 2016 sous la colère de ses membres, Finkielkraut aurait-il volontairement cherché à discréditer cet autre mouvement qu'est celui des Gilets Jaunes en allant à sa rencontre pour y récolter des insultes et peut-être aussi, une baffe ou deux avec caméras et micros au bon endroit et au bon moment ?

    Si c'est le cas, on peut parler d'une opération scélérate.

     

                            finkielkraut antisémitisme médias et gilets jaunes

     

                Reste que le délitement moral et intellectuel est à son apogée car si les médias font une haie d'honneur à un Finkielkraut complotiste (la menace du "grand remplacement musulman"), distillateur de haine contre les Arabes, les Musulmans, la Gauche la vraie, les Féministes, les quartiers populaires et les associations anti-racistes et droit-de-l'hommistes, c'est bel et bien pour la raison suivante : les médias ont fini par valider l'idée qu'aujourd’hui, en France, si vous n'êtes pas racistes et islamophobes, vous êtes antisémites.

     

               Dans les faits, Finkielkraut n'a qu'un reproche à adresser au mouvement GJ : c'est de ne pas avoir mis sur la table la question identitaire alors qu'il comptait dessus – d’où son soutien à ce mouvement dans les premières semaines - étant donné la composition "ethnique" des GJ, majoritairement européens de souche. Aussi....

                  "Vous refusez de "taper " sur les Musulmans ? Tant pis : on fera de vous des antisémites."

    C'est imparable et sans appel et sans doute aussi, d'une efficacité redoutable. L'avenir nous le dira.

     
               Si les médias n'ont de cesser de dérouler un tapis rouge à Finkielkraut, si ces mêmes médias refusent de s'adresser au "complotiste anti-musulman"( adepte de la théorie paranoïaque du « grand remplacement »), qu’il est, anti-droit-de-l'hommiste, anti-féministe, contre les associations anti-racistes qui défendent les Musulmans en particulier - une véritable boule de haine à leur sujet ce Finkielkraut -... c'est que ces médias, contraints et forcés, ne voient en Finkielkraut que "le Juif", par manque de courage aussi, car jamais ces médias ne pourront valider "qui et ce qu'il est" ni confondre l'intéressé à ce sujet ; reste alors une seule option : essentialiser ce prêcheur de haine en habit vert ; le réduire à son origine seule. 


    Flatté, choyé, adulé... orgueil et vanité, Finkielkraut n'a donc pas compris que toute cette commisération à son sujet, que ce tapis rouge déployé, c'est son étoile jaune ; une étoile jaune qu'il n'aura de cesse de porter... à son insu ; une étoile jaune maintenant gage de sa respectabilité qu'il est allé chercher sur les plateaux-télés auprès de médias trop contents de la lui remettre. 


    Ironie de l'Histoire.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

     
    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Antisémitisme et bouc-émissaire politique : l'arme fatale de tous les Présidents en difficulté, de Mitterrand à Macron

       

    antisémitisme mitterrand

     

                    Il n' y a pas plussss - dans le sens de "davantage" - d'antisémitisme qu'il n'y a de racisme, de haine de classe, haine du club de foot adverse, haine des médias, haine de la classe politique, haine du monde des affaires qui, eux tous, nous le rendent bien. 

    La haine est partout dans un monde dominé par un manque de solidarité et de compassion toujours plus patent ; un monde qui n'a qu'un message à faire entendre : "Mort aux plus faibles et aux vaincus qui n'ont que ce qu'ils méritent !"

    Certes, certaines haines sont plus instrumentalisées que d'autres car plus propices à une instrumentalisation politiquement très rentable...

    N'empêche...

     

    _________________

     

    castaner instrumentalisation de l'antisémitisme auprès des gilets jaunes

                         L'instrumentalisation de l'anti-sémitisme par l'Elysée a commencé ; ou bien plutôt "a re-commencé" devrait-on écrire car c'est un fait maintenant avéré : lorsque le locataire de l'Elysée est en difficulté, l’ennemi politique du moment devient alors le bouc-émissaire d'un procès en anti-sémitisme destiné bien évidemment à le discréditer moralement à défaut de pouvoir le faire politiquement.

     

    Frédéric Potier, délégué inter-ministériel, est chargé d'orchestrer cette instrumentalisation  ; le bouc-émissaire de cette campagne a pour nom devinez qui, devinez quoi !? Les Gilets Jaunes, bien évidemment !

     

    gilets jaunes et antisémitisme

     

    Le porte-parole de l’UEJF ( syndicat d'étudiants juifs, une officine israélienne chargée de rappeler aux Français juifs qu'ils sont d'abord juifs avant d'être français, et en tant que Juifs, ils doivent un soutien indéfectible à Israël, un pays étranger hors-la-loi  - faut-il le rappeler !) est venue prêter main forte à la campagne calomnieuse de l'Elysée dès le premier jour.

    Delphine Horvilleur, femme rabbin du Mouvement juif libéral de France, emboîte le pas : chez elle, l'amalgame "Gilets jaunes = antisémitisme"  sera sans réserve...

    Pierre-François Veil, fils de Simone Veil, s’inquiète d’une potentielle montée en puissance des actes antisémites avec les manifestations Gilets Jaunes (???)...

    De même, Emmanuelle Wargon du ministère de l'écologie qui sait au mot près ce qu'on attend d'elle, lie les violences dans les manifestations du Samedi avec les actes antisémites...

    Cette série d'interventions culminera avec un "auteur" de la communauté juive - auteur sans oeuvre digne de ce nom - , Marc Weitzmann, qui a manifestement vu dans cette campagne calomnieuse contre les Gilets Jaunes, l'opportunité de nous rappeler que lui aussi avait des choses à dire. En effet, cet "écrivain" n'hésitera pas à affirmer que la critique de "la banque" et des banquiers mène inévitablement à l'antisémitisme, ayant lui aussi fait sien, après l'avoir intériorisé, le préjugé ou stéréotype suivant : banquier = Juif.

    Faut bien dire que chez certains la bêtise n'a pas de limites et l'art de se tirer une balle dans le pied non plus. Et puis... " les imbéciles ça ose tout ; c'est même à ça qu'on les reconnaît." 

    Mais alors... pourra-t-on encore continuer de dire que le banquier est l'ennemi du bien-commun et qu'il nous doit tout et que l'on ne lui doit rien ? D'autant plus que c'est avec notre argent qu'il nous vole et qu'il prospère !

    Inutile de préciser que l'on ne manquera pas de se passer de l'autorisation de cet individu décidément bien mal inspiré : qu'il soit rappelé ici avec la plus grande fermeté que le banquier est sans l'ombre d'un doute, l'ennemi juré et mortel du bien-commun (1).

     

                     "Gilets jaunes et antisémitisme"... on peut parier sans difficulté que Castaner, homme sans scrupules et sans honneur, occupera le rang de chef de file de cette campagne abjecte d'autant plus qu'après l’échec de l’instrumentalisation de la violence par son exposition médiatique ad nauseam car le soutien de l'opinion public reste aujourd'hui encore très élevé en faveur des Gilets Jaunes, force est de constater qu'il s’agit maintenant, et à nouveau, pour l'Elysée, de plonger la France dans la boue de l’anti-sémitisme et d'y engloutir le mouvement Gilets Jaunes.

                    Aussi, les Gilets jaunes feraient bien de réagir dès maintenant en sollicitant les tribunaux à propos de ce qui s’avère être une "dénonciation calomnieuse" d’une nature diffamatoire plus qu'avérée.

     

    1 A propos de l'incident " Finkielkraut-Gilets Jaunes" du samedi 16 février 2019 : Pure provocation de la part d'un homme qui a épuisé depuis longtemps son crédit anti-raciste, anti-négrophobe, anti-islamophobe et droit-de-l'hommiste. Le scandale et le malheur c'est que ce sont les GJ qui sortiront perdants de cet incident car les médias en feront des choux gras. Finkielkraut a volontairement cherché à discréditer ce mouvement en allant à sa rencontre pour y récolter insultes et peut-être aussi, une baffe ou deux avec caméras et micros au bon endroit et au bon moment. Opération scélérate. Il n'y a définitivement plus rien à sauver chez cet individu sournois, chez ce Zemmour de l'Académie  Française ! 

                         

    ___________________

     

                            La vérité sur les événements du 9 février dernier près des grilles  de l'Assemblée

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Coup d’état médiatique de Macron avec la complicité involontaire de maires « bonne pâte »... mais alors, que compte faire le CSA ?

    Publié en janvier  

     

     

                     

                 Le témoignage de René Revol, maire invité du "Grand débat" à Souillac le 18 janvier 2018 :

                "Ce grand débat est "pour Monsieur Macron un moyen de faire campagne en utilisant les moyens de l’État ; des milliers de gendarmes, de policiers, tous les moyens de réception, toutes les autorités [...] présidents de région, ministres, députés de toute la région... Tous ces gens mobilisés pour entourer deux petites centaines de maires dont une toute petite partie a pu parler".

     

    ___________________

     

                    "Ce n’est qu’en conciliant des contraires que "le pouvoir" peut être indéfiniment reconduit. L’ancien cycle ( un coup le PS, un coup l'UMP) ne pouvait être brisé d’aucune autre façon. Pour que l’égalité humaine soit à jamais écartée, pour que l'oligarchie mondialiste se maintienne perpétuellement, la condition mentale dominante doit être la folie dirigée : sorte de schizophrénie douce et contrôlée. - inspirée par l'ouvrage de Geroge Orwell "1984" chap.10

     

    *** 

     

                      « Grand débat national » de diversion", l’Elysée cherche un second souffle et à gagner du temps ; il joue la montre, l’épuisement et la confusion ainsi que la désintégration du mouvement les Gilets Jaunes dans un grand tout appelé "Grand débat national" de diversion (GDND) afin de le noyer ou de l’asphyxier, lui et la crise sociale majeure auquel l’Elysée est confronté ; il est aussi question d’ôter de la bouche de ce mouvement le monopole de la parole contestataire, tout en se donnant une bonne conscience : « Vous voyez ! Nous n’évitons pas le débat ! Nous vous donnons la parole tout en la consignant dans des cahiers de doléances !».

    C'est sûr, avec cette diversion les gilets jaunes sont en danger ; danger d'être étouffés par le tapage diurne de ce débat ; danger d'être marginalisés ; danger face à un soutien très fragile (les classes moyennes sont très versatiles) dans ce risque que ce débat leur fait courir ; celui de paraître autiste et obtus en refusant de participer à ce vaste écran de fumée ; c'est ce qui est recherché par l'Elysée et c'est la seule raison d'être de ce vacarme qui s'annonce.

    Pour cette raison, sans doute doit-on recommander aux Gilets jaunes (1) de participer à ce débat même symboliquement pour ne pas être pris en faute tout en ne quittant pas le terrain  bien évidemment ; rues, routes et centres-villes.

     

                C’est maintenant clair : Macron est en campagne électorale : élection présidentielle - épisode 2 ! - jusqu’aux élections européennes ; c’est-à-dire, jusqu’en mai. Aussi un grave problème surgit : avec la retransmission par toutes les chaînes d'infos en continu de la rencontre de Macron avec les maires des régions, à raison de 2 rencontres par semaine et ce jusqu’au 15 mars - retransmission en intégralité des heures durant - ne doit-on pas alors dénoncer un véritable kidnapping des médias par l'Elysée à la grande satisfaction des kidnappés qui offrent ainsi à leur candidat une tribune « free of charge » ?

    Complicité des médias mais aussi complicité bien involontaire des maires ( et mairesses) de nos provinces qui risquent fort d’être les dindes et dindons de ce qui pourrait très vite s’avérer n’être qu’une farce politico-médiatique ?

    Car tous connaissent les revendications majeures du mouvement qui a décidé du lancement de ce débat national destiné à éviter une dissolution : plus de retraite à 900 ni de salaires à 1150 euros ; plus d’Assemblée nationale composée de députés godillots sous le contrôle d’un Président qui rafle la mise, toute la mise, sur la base d’un score qui s’élèvent, au premier tour, à 18% des inscrits.

    Mais alors, face à ces revendications, est-ce à dire que Macron aurait la volonté, la carrure de renverser la table et de reprendre ce que tous les pays européens ont perdu, à savoir : la main sur l’économie et la finance ? Bien sûr que non ! d’autant plus que ceux qui sont allés le chercher ne lui ont certainement pas confié comme mission de faire en sorte que les riches soient moins riches et les pauvres moins… sinon, plus pauvres du tout ! et puis, noublions pas cette Commission européenne qui veille au grain, à savoir : à toute velléité de justice sociale de la part d'une des Etats membres.

    D’où la mascarade de ce débat destiné non pas à cette France sans moyens dès le 10 du mois, mais uniquement à l’électorat LREM et celui de son allié servile, le Modem ( Bayrou qui doit bien attendre la place qui sera libérée par E.Philippe   prochainement) et fatalement… à terme, aux LR qui seront appelés à s'allier aux troupes de Macron d’ici 2020 ne serait-ce que pour éviter non pas une crise politique de plus mais bien plutôt une crise de régime et de notre démocratie non-représentative ( des études universitaires mentionnent une représentativité de 25% à l’Assemblée et dans les médias de tout ce qui se dit, de tout ce qui se pense dans la société) que nul ne pourra faire l’économie de traiter.

    coup d’état médiatique de macron avec la complicité involontaire,des pauvres bougres « bonne pâte »,que compte faire le csa,les gilets jaunes

     

                  Coup d’état médiatique, hold-up, kidnapping des médias, les partis d’opposition à cette heure n’ont pas encore réagi ; en revanche, nous tous sommes autorisés à exiger sans plus attendre que le CSA se penche dès maintenant  sur les conséquences de la couverture médiatique généreuse, complaisante et irresponsable de chacun des déplacements de Macron, chacun de ses meetings, sur notre « pauvre démocratie » déjà bien mal en point, en tenant compte du fait suivant : Jamais les propriétaires des médias n'ont traité avec un tel mépris le métier de journaliste !

     

     

     

    1 - Que les Gilets jaunes n’oublient surtout pas leur colère à la prochaine élection européenne (28 mai) et à toutes les élections car pour affaiblir d’avantage l’Elysée, il faut un vote massif en faveur du RN, des Insoumis, de l'EELV, l'UPR et du PS ; seul la chute de LREM et de LR provoquera la crise de régime nécessaire car c'est toute la démocratie non-représentative qu'il faut faire tomber. Ne pas voter c'est se démobiliser et permettre à Macron et aux médias de relativiser l'importance de la contestation dans les urnes. Ceux qui ne sont pas inscrits sur les listes ont jusqu'au 23 mars pour le faire.

     

    2 – Pour saisir le CSA : deux liens – la saisine https://www.csa.fr/Mes-services/Alertez-nous-sur-un-programme2 ou une alerte https://www.csa.fr/Mes-services/Vos-remarques-au-CSA : dans les deux cas, les formulaires sont faciles à remplir.

    Un président du CSA nommé par l’Elysée ; une gageure, un scandale, une insulte. Tous les pays de tradition démocratique ( "même si en Europe ils ne sont pas si nombreux que ça historiquement) dirait E. Todd, doivent hurler de rire lorsqu’ils se penchent sur le concept de  "la démocratie à la française" ; et c'est bien dommage que la plupart de nos concitoyens n’en fassent aucun cas. L’indifférence est bien la pire des calamités avec l'ignorance.

     

     ______________

     


                           

                          Gilets rouges... une certaine idée des électeurs de Macron

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets jaunes - le dossier

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • En finir avec un RIC qui lâche la proie de la mobilisation et de l'occupation pour l'ombre d'une jacasserie constituante sans avenir


     

     RIP ou RIC : RIC cul-de-sac ! RIC dont tous les médias se sont emparés car pour eux tous, cette revendication représente une diversion inespérée permettant à terme, de tuer dans l'oeuf la dynamique du mouvement des Gilets Jaunes qui lâche la proie de la mobilisation et de l'occupation pour l'ombre d'une avancée "constituante" aussi irréaliste que vaine car il ne peut s'agir alors que de la défaite du logos de la radicalité face à la jaccasserie constitutionnelle.             

     

    ***

     

     

                 Quelle que soit l’issue de ce soulèvement, rappelons que les Gilets jaunes - cette France abstentionniste (1) qui a compris qu’elle n’avait plus rien à attendre des médias, de la classe politique et des syndicats en ce qui concerne leurs luttes pour une vie décente car tout ce beau petit monde ne rechignerait pas à les laisser mourir ou bien plutôt crever, à petit feu, en silence et dans l’indifférence la plus absolue ( comme pour ces agriculteurs, faillite après faillite, suicide après suicide sous le regard indifférent de la FNSEA et d'une Confédération paysanne étrangement muette), assurés que les naufragés du continent africain seront à terme appelés alors à occuper leurs emplois mais à 60% du SMIC pour un plein temps, cela va sans dire ! Car, dans le cas contraire, à quoi bon !.....

    Force est de reconnaître que cette France Gilets Jaunes - alliance inédite du prolétariat, des classes populaires et des couches moyennes, des retraités, des chômeurs et de la petite bourgeoisie (commerçants et artisans) -, a bel et bien créé un précédent : elle a prouvé au plus grand nombre qu’il n’était plus nécessaire d’attendre quoi que ce soit de tous ces acteurs alliés et complices ( pour rappel : les médias, la classe politique et les syndicats) : alliés dans l’intérêt ; complice dans le crime pour non-assistance à foyers en danger ; même si à propos d'une de leurs revendications - "référendum d'initiative populaire et citoyen" - ce mouvement semble bien naïf.  

                      
                       

     

    Etienne Chouard qui réfléchit depuis des années sur l'état de notre démocratie - star d'internet, il défend le tirage au sort et le référendum d’initiative populaire (RIP) depuis 13 ans - obsédé par les lieux dits de "pouvoir" (l'Assemblée nationale en priorité) - a, pour son malheur, 50 ans de retard dans ses préconisations même si ses analyses et son diagnostic demeurent pertinents car ce professeur d'économie et de droit semble refuser de comprendre que le "pouvoir" n’est plus à l’Assemblée, et moins encore à Matignon, à l’Elysée ni au Sénat. Quant au conseil constitutionnel... et conseil d'Etat...

    On peut aussi soupçonner chez lui, qui ne vote pas, sa méconnaissance du corps électoral, sa psychologie, faute de se tenir près des urnes et de l'analyse de leurs résultats à chaque élection, enfermé qu'il est dans la cage d'orée d'un RIC fétichiste et chimérique. 

    N'empêche.... référendum d’initiative populaire en-veux-tu-en-voilà ! d'aucuns mentionnent la Suisse (2), pays longtemps considéré comme propre à l'extérieur (mais sale au-dedans) ; car, si comparaison n'est pas raison, rappelons ceci à propos des restrictions qui encadrent ce fameux référendum : toute initiative comme la « révision de la constitution » doit être validée, en dernier ressort,  par l’Assemblée fédérale composée d’élus au suffrage universel : l’équivalent de notre Congrès.

    En revanche, il est vrai que les Suisses peuvent proposer en toute liberté de voter à propos... par exemple... de l'interdiction ou non des minarets ou bien en faveur de "Six voies pour l'autoroute A1 entre Zurich et Berne". Pour le reste… des restrictions insurmontables protègent les leviers du pouvoir économique et financier. Pas folle la guêpe ! Pour preuve : aucun Suisse n’avait voté pour le "secret bancaire" et aucun Suisse n'a été autorisé à proposer sa levée...

    Secret bancaire qui a si longtemps permis aux  « plus riches » du monde entier de spolier le budget des Etats à la hauteur de centaines de milliards et plus des années durant... en échappant à l’impôt.

     

                Mais enfin, et pour revenir au débat français autour de ce référendum, tous les partisans de cette initiative n’auraient-ils alors jamais entendu parler du "mondialisme" (ou de la mondialisation) sous la contrainte duquel tous les gouvernements européens sont placés ? 

    Et puis aussi ceci : qui peut bien avoir besoin d’espérer que ceux qui ont pensé "cette mondialisation et ce mondialisme", que ces derniers n’ont qu’un désir : satisfaire nos désirs : plus de salaire, plus de qualité de vie, plus d’air pur, plus d’argent pour la santé, plus de justice et plus de fraternité, plus, plus, plus ! Alors que ce projet mondialiste sans honneur ni justice a pour coeur de cible l'Europe, là où les protections sociales sont les plus élevées avec la Commission européenne ( sans oublier la dictature de l'Euro) relais de ce mondialisme qui met en concurrence le travailleur de Clermont-Ferrand avec le travailleur roumain ; le travailleur roumain avec le travailleur chinois ; sans oublier l'Euro qui met toutes les économies européennes en concurrence avec celle de l'Allemagne et son mode production ainsi que son modèle social d'une nature masochiste et sacrificielle. 

    D'autant plus que si Macron est bien l'homme de ceux qui sont allés le chercher et qui lui ont permis d'être candidat (la banque BNP, les assurances AXA et les dix milliardaires qui possèdent les médias français : information ICI ; Macron est aussi l’homme de Bercy ; un Bercy sous l’œil scrutateur de la Commission européenne (la super-structure)…  une commission sous  contrôle des Marchés financiers (l’hyper-structure)… instrument qui fracasse les pactes sociaux européens.

    Et encore : qui donc a pu oublier que toutes les politiques menées depuis trente ans ne recueillent l’adhésion d’aucune majorité ? La seule majorité constatée est la suivante : abstention record et vote RN (FN). Et pour cause : il n’est question que de baisses des salaires, baisses des retraites, baisse du financement de tous les services publics, mise en danger de notre protection sociale et de notre liberté d’expression.

    De plus, ne nous faisons aucune illusion : dans les décennies à venir, les acteurs du mondialisme sauront gérer la fin de la croissance, le renoncement de l’utilisation des énergies fossiles faute de pouvoir les rendre inoffensives et un mode de production et de consommation tout autre pour le plus grand bénéfice d’une partie de l’humanité contre une autre ; aussi on peut prédire ceci  : ceux qui aujourd’hui vivent mal, vivront plus mal encore ; et ceux qui vivent relativement bien iront rejoindre les rangs de ceux qui, aujourd’hui, ne cessent de sombrer.

     

    ***

     

                   

               RIP ou RIC, dans le cas où ce type de référendum permettrait de reprendre le dessus sur notre Constitution et une représentation nationale qui ne représente plus qu'elle même, si possible sur des questions vitales et non périphériques, voire anecdotiques...

    - Aucune possibilité d'y parvenir sans une sortie de l'U.E et de l'Euro ainsi que le rétablissement de nos frontières douanières dans les domaines de notre économie marchande et de la finance. 

    - Aucun espoir de l'imposer sans un soutien et un vote massif des classes moyennes en faveur de ce retrait  ; or, ces classes ne risqueront rien et certainement pas ce grand saut dans l'inconnu. Quant aux actions qui pourraient être mises en place pour obtenir gain de cause (blocage  et autres) , ces mêmes classes auront tôt fait de demander que l'Etat et l'ordre reprennent toute sa place.

    - Commission européenne, marchés financiers et tous les acteurs du mondialisme (en sous-main)... tous feront la guerre à cette France sécessionniste ; une guerre sans merci que les classes moyennes refuseront de mener jusqu'à son terme : la défaite.

                 Est-il nécessaire de préciser qu'au Loto, nous aurions tous plus de chances de gagner le gros lot ?  

                 Mais alors, pourquoi faire très "compliqué" quand on peut faire plus "simple", plus réaliste et plus efficace ? Il faut cesser de se raconter des histoires, et de perdre du temps, un temps précieux qui concerne des vies gâchées, des vies sans horizon ni perspectives !

    Aussi, empressons-nous d'affirmer ceci : il n’y a qu’un modèle d'action pour ceux qui refusent la soumission : la mobilisation des « Gilets jaunes » sur le terrain, tous les terrains - ce petit peuple de Coluche insaisissable, impalpable mais très cohérent et conséquent - et bien évidemment «  Notre dame des Landes » (3) et les "bonnets rouges" ; du local (fermeture école, hôpitaux, entreprises, alerte environnementale) au national… car il semblerait que la rue et son occupation, soit le nouveau et le dernier lieu de l’expression des revendications d'aujourd'hui et de demain.

    Force est de constater, dans le contexte d'un monde globalisé, que tous les partisans du "référendum d'initiative populaire" ratent dramatiquement leur cible avant de tomber de haut et de se fracasser sur un réel qui ne pardonne rien, en passant à côté de l'établissement d'un rapport de force sans lequel aucune bataille ne peut être gagnée ; une bataille qui n'a qu'un seul objectif : "une vie décente pour des hommes et des femmes qui se donnent les moyens de se tenir debout", ici et maintenant face à une injustice sociale aveugle qui ne regardera jamais dans les yeux ses millions de victimes. 

                 Président(s), gouvernements, députés, sénateurs, maires, conseillers municipaux, départementaux, régionaux, syndicats et médias... encore une fois, rappelons ceci : les Gilets Jaunes ont révélé au plus grand nombre qu’il n’était plus nécessaire d’attendre quoi que ce soit de tous ces acteurs ;  dans les années à venir, les plus précaires des classes populaires et bientôt d'une grande partie des classes moyennes, devront tous s’organiser sans eux dans chacune de leur lutte tout en comptant sur un soutien mutualisé.

     

     

    1 - C'est cette France abstentionniste ( cette abstention que nous avions pris l’habitude de déplorer) qui a trouvé la solution, la seule qui vaille ; et l’ironie c’est qu’elle est venue de cette France-là cette solution et non de nous tous, hyper-politisés, mobilisés à chaque élection. 

    Sans doute est-ce dans l’ordre des choses ; des électeurs démissionnaires étaient tout désignés pour continuer d'exister en tant que citoyens en inventant d’autres gestes politiques contre un rituel électoral vide de sens.

     

    2 - La Suisse est vraiment le dernier exemple à prendre en considération ; en aucun cas ce pays  grand comme un mouchoir de poche ne peut servir d'étalon-démocratique pour les raisons suivantes : c’est un pays confidentiel sans rayonnement international ; il n’a aucun poids culturel, politique, économique, diplomatique et militaire  ; ce n’est pas une puissance nucléaire ; il n’a aucun passé historique de dimension mondiale ; il n’est le concurrent de personne et pour cette raison, il ne dérange personne, plus particulièrement depuis qu’il a été mis au pas au sujet du « secret bancaire », partiellement du moins  : il ne dérange les ambitions d’aucune puissance puisqu'il est sans ressources naturelles ; pour toutes ces raisons, et contrairement à la France, c’est un pays qui bénéficie donc d’une indépendance non négligeable dans l’organisation démocratique de ses institutions avec néanmoins des taux d'abstention proche de 60% lors des consultations référendaires ; aussi, se référer à la Suisse face à la France, c’est encore une fois passé totalement à côté de l'importance de la prise en compte de la réalité écrasante des rapports de force et de la réalité tout court : là on retrouve chez les partisans de ce fameux référendum d’initiative.... le déni au profit d’une utopie qui jamais ne doit connaître d’accomplissement : une utopie condamnée à l’errance ; aucun lieu où se poser, construire, bâtir : finalement, c’est un peu comme une religion cet engagement à caractère quasi-millénariste.

    La Suisse "pays sale à l’intérieur "... car sa prospérité a longtemps reposé sur le "secret bancaire" et sur l’accueil complaisant des milliards de la fraude fiscale qui ruine les budgets des Etats, ainsi que... le blanchiment des années durant de l’argent de toutes les mafias  : drogue et traite humaine.

    Soit dit en passant, on pourra s’interroger sur le fait qu’aucune initiative du type (RIC ou RIP) ne se soit attaquée à ce « secret bancaire » et ses conséquences à la fois immorales et anti-citoyennes  : le blanchiment de l’argent sale et le statut de la Suisse comme « pays refuge » du refus du consentement à l’impôt des élites financières étrangères.

    Pas folle non plus la guêpe citoyenne ?

     

    3 - A noter ceci : "Référendum pour Notre-Dame-des-Landes : le oui l’emporte à 55,17 %. Les électeurs de Loire-Atlantique se prononçaient, dimanche, sur le projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes : ICI.

    Le gouvernement passera outre : il n'y aura pas de transfert de l'aéroport. Qui s'en est ému ? Pas les partisans du RIC ou RIP (référendum d'initiative citoyen et populaire) qui était contre ce projet.

    Qu'est-ce à dire ? On est pour le RIC lorsqu'il vous donne raison. Dans le cas contraire, on préfère oublier la consultation qui a eu lieu ? 

     

    - Pour info, sachez que les zadistes sont fichés "fichier S" : info ICI

     

           ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets Jaunes - dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Medias, désinformation et ré-information, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Les figures médiatiques de la haine contre les Gilets Jaunes

     

                      La grande richesse de ce mouvement des Gilets jaunes, son apport inespéré, c’est son caractère épiphanique : la révélation de ce qui est, de ce que  les élus (si mal élus !) de toutes les pseudo-majorités minoritaires qui se sont succédé depuis trente ainsi que le personnel des médias de masse  avec leurs experts et autres éditorialistes sont devenus ; révélation de leurs motivations réelles et de leur niveau d'engagement à tous, pour quel profit et pour qui ; révélation du vrai visage de notre République : cette gueule cassée, borgne, énuclée de ses classes populaires et du souci d'une justice sociale pour tous ; révélations qui nous apportent  la confirmation, au-delà de toute erreur possible,  de ce que nous sommes nombreux à soupçonner depuis des années : l'organisation de notre société repose sur un seul et unique mensonge : la soi-disant recherche de la concorde et de la justice des conditions d'existence comme ultime projet commun... projet d'essence humaniste qui plus est.

    Et ce mensonge est arrivé en fin de vie. La catastrophe est maintenant proche puisque tous n'ont qu'un message à nous adresser : si c'était différent, ce serait pire encore. Toutes les paroles du côté des médias et de la classe politique cachent un seul souci  : défendre bec et ongle une rente de situation pour les uns, des salaires extravagants pour les autres (ceux des animateurs-journalistes, experts de tout poil, éditorialistes) et des ambitions de carrières qui se voudraient ascensionnelles, façon exponentielle.   

    Procès d'intention, mauvaise foi, indigence intellectuelle... même Rolant Cayrol (âgé de près de 80 ans) pourtant si brillant sur le service public, voilà quelques années, maintenant sur BFM-TV, a fini par sombrer.

    C'est vous dire !

     

                     Il faut bien reconnaître ceci à propos des médias : plus leurs clients sont mécontents (taux de confiance dans les médias entre 20 et 30% depuis plusieurs décennies) plus les patrons milliardaires de ces médias sont satisfaits et leurs "journalistes-animateurs" rémunérés.  

    Un vrai tour de force et de passe-passe !

     

    _____________

     

     

                        Quelques figures de proue de cette haine contre les Gilets jaunes

     

    Olivier Duhamel (le frère de l'autre)  arc-bouté contre le RIC comme s'il s'agissait de sa propre vie (ou niveau de vie ? ) ! Ce "on ne sait trop qui et quoi" situé un temps à gauche (!!), avoue à qui veut l'entendre, qu'il se méfie du peuple comme de la peste... brune ou pas ;  peuple qui n'est à ses yeux de bourgeois de centre-ville, qu'une plèbe inconséquente, irresponsable, incompétente, et par conséquent haïssable, qui a trouvé à s'incarner dans les Gilets Jaunes. 

    BHL et Cohn-Bendit s'adonnent depuis des semaines, et très tôt dans le mouvement, à un mépris irréversible dans le cadre d'un procès d'intention en antisémitisme et en homophobie à l'endroit des Gilets jaunes ...

    Faut dire qu'en France, il semblerait que ce soit bien plus grave de participer au mouvement Gilets Jaunes que de se vanter de s'être fait "tripoter" par des enfants de 3 et 4 ans - dixit Cohn-Bendit chez Bernard Pivot, Apostrophes 1982.

    Yves Calvi, un dénommé J.C Dassier, Pascal Praud...

    Christophe Barbier directeur du Point... hebdo sur-subventionné par les contribuables...

    Guillaume Durant : diffamatoire, cet individu n'hésitera pas à assimiler scandaleusement, en toute impunité, le mouvement Gilets jaunes aux Brigades rouges italiennes (extrême gauche), des années 70, dites "Années de plomb", ignorant du fait que le plomb ne venait pas de cette gauche extrême tant décriée mais bien plutôt de ce qu'on appelle "l'Etat profond" italien qui, avec l'aide de la CIA, s'opposait au projet du leader Aldo Moro du parti de la Démocratie chrétienne, d'une alliance de gouvernement avec le Parti communiste. 

    Personne sur le plateau ne relèvera l'amalgame scandaleux de ce personnage au QI de mollusque qu'est G. Durand, ce "Yves Mourousi" des années 2000, clown et bouffon qui a eu, un jour, le malheur de se prendre au sérieux.

    Maurice Szafran de la "bande à BHL", éditorialiste du magazine économique Challenge, groupe de presse Perdriel qui a soutenu le candidat Macron  ; un Szafran hystérique contre le mouvement, leurs mobilisations hebdomadaires, leurs revendications, en particulier à propos de la dénonciation d'une démocratie non-représentative.

     

                     Les figures médiatiques de la haine contre les Gilets jaunes Les figures médiatiques de la haine contre les Gilets jaunes

     

     

     

     

     

     

               Jannick Alimi du quotidien Le Parisien ; quotidien des comptoirs de nos brasseries que se partagent des salariés lève-tôt, devant un café... juste avant de se rendre sur le lieu de leur travail ;  à ce sujet, on peut affirmer que ce quotidien a laissé tomber toute une classe de salariés parmi les plus courageux et les plus besogneux... en la personne de cette Alimi qui ne sourit jamais, vêtue de noir, aussi sinistre dehors que dedans ;  depuis 12 semaines, elle ne trouvera aucune qualité au mouvement Gilets Jaunes et peinera à cacher une haine totale à leur endroit... une véritable pathologie... 

     

                                                   François Patriat...  sénateur LAREM... pour lequel un papatriat.jpgrti politique doit fonctionner comme une secte : des disciples et un gourou : Emmanuel Macron en l'occurrence. Caricature du sénateur ou du député godillot, abnégationniste,  jamais un homme ne se sera autant abaissé à soutenir et à soulever un président  comme on soulève un trophée avant de le brandir à la face du monde. En politique, Patriat incarne à merveille les petites mains de toutes les grandes erreurs dramatiques et historiques, de leurs chefs. En cela, Patriat, c'est l'incarnation de la perfectibilité de l'être humain dans la servitude et dans l'abjection.

    Sans des hommes comme Patriat, ce sont tous les espoirs qui auraient été permis en politique. 

    Dominique Jamet.jpg

     

     

    Dominique Jamet : vice-président de "Debout la France", sollicité par  LCI pour commenter chaque samedi les rassemblements du mouvement Gilets Jaunes ; alors que ces Gilets jaunes de la manifestation de Paris rendaient un hommage à leurs blessés de ces 12 semaines, Jamet aura "la géniale" idée ce samedi 3 février, de laisser entendre que les Gilets Jaunes ne seraient peut-être pas mécontents si l'on devait compter parmi eux non pas des blessés mais des morts, et ce dans l'espoir de recouvrer une popularité qui s'est un peu étiolée au fil des semaines.

    Personne, présent sur le plateau de LCI, ne s'en offusquera vraiment, excepté une journaliste de Paris Match.

    Qu'il soit permis de rappeler ceci : dans les années 90, Dominique Jamet était capable d'analyses plutôt pertinentes  à propos de notre soi-disant "démocratie représentative" et de notre liberté d'expression ; est-ce à dire que la France d'aujourd'hui serait plus démocratique et la liberté d'expression plus étendue ? Non. Mille fois non ! C'est seulement que... la vieillesse est un naufrage, un noyade puis un enterrement. Aussi, empressons-nous de souhaiter de belles, de très belles obsèques à Monsieur Jamet.

    Last, but not least : l'incontournable de la haine...  

    elkrief haine des gilets jaunes...

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets Jaunes - le dossier

     

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Macron à Bourg de péage : ce qu'il fallait répondre au locataire de l'Elysée

    macron dans la drôme.jpg

                        Macron face aux Français ? 

                        Mais alors, où était la France en colère dans cette assemblée ? Où étaient les questions qui fâchent vraiment... mais vraiment vraiment ?

                        Une Assemblée de "dégonflés" cette assemblée ou bien une assemblée pas si représentative du climat social et politique finalement ?

    Contrairement à ce qu'une presse en-dessous de tout prétend : Macron n'aime pas rencontrer ni parler aux gens : il aime les sermonner car il a une confiance en lui inébranlable. A l'origine de cette confiance, une pensée, une seule : "Je suis au-dessus de vous tous qui n'êtes que de pauvres hères égarés." 

     

    *** 

     

            « Justice sociale pour tous et une démocratie vraiment représentative ? Mais... les enfants*...  quand je suis arrivé c’était pas fait ; et si c’était pas fait c’est parce qu’on peut pas le faire. Alors, comment je fais moi ? »

     

                           Ce qu'il fallait répondre au locataire de l'Elysée 

     

            « Monsieur Macron, aujourd’hui on a besoin d’un de Gaulle et d’un Churchill, pas d’un Pétain défaitiste et gestionnaire de la défaite du politique depuis trente ans et plus, face à une construction européenne (Maastricht, l’Euro et le traité de Lisbonne) qui, non contente d’avoir placé tous les travailleurs européens en concurrence les uns avec les autres, a livré cette même force de travail à la concurrence internationale sur tous les Continents. Mais alors, Monsieur Macron, qu’est-ce que vous faites à l’Elysée ? D’autant plus que vous n’avez pas d’avenir politique en France et n’en souhaitez pas car votre carrière n’est pas politique mais professionnelle ; à l’Elysée, vous ne faites que conforter votre « employabilité » à l'international en étoffant votre CV ; vous savez que vous serez jugé sur vos capacités à mener à bien les réformes exigées par la Commission européenne et vos commanditaires que sont les Banques, les Compagnies d’assurances et  les milliardaires propriétaires de nos médias, à savoir  : paupérisation de l’Etat providence, réforme de la fiscalité au profit du Capital international, privatisation des retraites, réduction des libertés publiques et politiques. Finalement Monsieur Macron, vous n’êtes qu’un gestionnaire ; d’autres le diraient autrement : un larbin. Comme tous vos prédécesseurs, vous vous croyez flamme alors que vous n’êtes que la suie d’une bougie ; vous êtes ce dépôt qui reste après la combustion du courage parti en fumée car il n'y a de carrière que pour ceux qui leur disent "Oui !" à tous »

     

     

    * S'adressant à l'Assemblée, Macron utilisera bel et bien ce terme d'une condescendance sans précédent chez un locataire de l'Elysée au mépris tout aussi inédit. 

            


                                 

                                      Gilets rouges  : une certaine idée des électeurs de Macron

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Macron et ses troupes de choc... parlementaires en carton-pâte

     

                            Un rapide débriefing après 10 semaines de prestations télévisées des député(e)s LAREM, en particulier les nouveaux "élus" de 2017... à propos de mouvement Les Gilets jaunes.

       Un rapide débriefing après 10 semaines de prestations télévisées des député(e)s LAREM, en particulier les nouveaux venus... à propos de mouvement Les Gilets jaunes.

     

                  Des hommes… des gringalets spécialistes d’une rationalité idiote qui n’est que la marque de leur ignorance ; et pas n’importe laquelle d’ignorance ; celle qui a pour origine l’assurance du débutant qui a cessé d’apprendre à compter du jour où il était pourtant d’une importance vitale de connaître et de comprendre.

    Et des femmes bien évidemment ; des femmes en nombre ; des femmes d’un âge mûr en tailleur Chanel et d‘autres un peu moins mûres en blouson de cuir et col roulé ; pour toutes ces femmes, à quelques exceptions près, il semblerait que ce mandat de députée soit comme la « danseuse » que leurs souteneurs de maris leur ont offerte ; maris qui pourvoient bien au-delà de ce qu’il est requis aux besoins d’un ménage sans enfant maintenant puisqu’ils sont grands ou bien parce que leur couple a oublié d’en faire, tête en l’air, trop occupé qu’il est par ce standing qui est le sien et qu’il se doit d’entretenir et de pérenniser.

    Des femmes qui vous donnent le sentiment d’avoir fui l’ennui d’un intérieur sans joie…  des femmes désoeuvrées.

    On les écouter, à les regarder, tous autant qu’ils sont, rigides et comme absents face à leurs responsabilités, ces député(e)s aux ordres, au garde-à-vous, ont en commun une absente totale de culture historique et de sens politique : l’action et la parole qu’il faut au moment qu’il faut - roseau et chêne. Et tous prétendent ne pas en avoir besoin de ce sens politique qui n’est pas seulement de la roublardise ou de la ruse mais aussi une politesse et aussi une marque de considération, tout comme leur mentor et idole, Macron, Robin des bois des riches, enfant-roi, arrogant, orgueilleux et vaniteux.

     

                      D’une hostilité envers les Gilets Jaunes (surtout les députées femmes d'âge mûr… mais allez savoir pourquoi !) que des journalistes pourtant sans gêne et dévoyés ne peuvent se permettre ( bien qu’une grande partie d’entre eux peine à se retenir), partisans de l’ordre et de la résignation ou bien d’une patience pour attrape-nigauds (Ca coûte rien d’espérer !), mais pour les autres, toujours les autres ! cela va sans dire...

    A les entendre tous autant qu'ils sont… on jurerait vraiment que leur prospérité à tous a toujours dépendu de la pauvreté des autres : des retraités à 900 euros par mois et des salariés au SMIC horaire.

    Et bien…  savez-vous ? Il se pourrait que ce soit le cas.

     

                       Pour toutes ces raisons, et contrairement à tout ce que ce petit monde pourrait être tenté de croire, personne ne peut envier ce qu’ils sont et leur manière de vivre la vie qu’ils mènent, excepté peut-être leur tranquillité d’esprit, cette sérénité propre à ceux qui n’ont pas de soucis de fin de mois et ce tous les jours de la semaine.

     

                       Dans leur haine des Gilets Jaunes, et plus généralement de tous ceux qui refusent de se soumettre et de vivre une vie qui n'en est pas une, force est de  conclure ceci à propos des troupes du locataire de l'Elysée : tous ces député(e) sont à l’humanité ce que sont, dans la chaîne alimentaire du monde animal en général et de la savane en particulier, le lion, la hyène et le vautour tout à la fois, ou bien plutôt «en même temps» : avec eux, rien ne se perd car il ne doit rien rester ou si peu…

                      Il revient donc aux électeurs, il nous revient, de les mettre hors d'état de nuire. Et comme un fait exprès, les élections c'est aussi et surtout fait pour ça. 

                      

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquezLes Gilets jaunes - le dossier 

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu