Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Présidentielle 2017 et après

  • Elections européennes : Macron ré-élu en 2022

    élections européennes - les résultats : Macron ré-élu en 2022

                    Bien que la participation soit en hausse d'un peu plus de 7 points comparée à 2014, dans ces résultats, on peine à voir ce que l'on pourrait appeler "l'effet Gilets jaunes" ? Où donc s'est-il manifesté ?  Le RN fait un score identique à 2014 ; les Ecolos continuent à siphonner ce qui reste du PS, Macron maintient son score du premier tour à l'élection présidentielle grâce à une désertion massive du camp LR en sa faveur.  Dans tout l'ouest parisien, le score de Macron s'élève entre 38 et 48% des suffrages. 

    Il serait donc là, l'effet Gilets Jaunes ? 

    La question demeure.

     

    __________________

     

                    C’est une erreur de penser que le monde d'aujourd’hui est là pour toujours. Sans doute que dans 20 ans rira-t-on à gorge déployée de cette U.E et de ses prétentions prédatrices sur les Nations européennes.

     

    ***

                  Nombreux sont ceux qui attendaient une défaite franche et incontestable du camp Macron avec cette élection européenne. Or, cette défaite n'est pas venue. Ce plébiscite anti-Macron qu'aurait dû être cette élection a bel et bien avorté.

     

    Résultat de recherche d'images pour "macron vainqueur"

    Pire encore...

    Avec ce face-à-face Macron-Lepen - face-à-face que LREM ne manquera pas d'exploiter jusqu'à en abuser pour les 3 années à venir -, le candidat de l'Oligarchie, de la Haute fonction publique - Bercy en particulier - et des médias est assuré de remporter la prochaine élection présidentielle... certes, avec une abstention sans doute à la hausse au 2è tour en 2022... en comparaison avec 2017 ! Mais n'empêche, Macron (ou un autre si le "système" estime que Macron n'est plus présidentiable d'ici là) est assuré d'un duel qu'il ne peut pas ne pas gagner.

    A ce sujet, on ne cessera jamais d'aller cracher sur la tombe d'un François Mitterrand qui a verrouillé  à double tour la 5è république et tout espoir d'alternative politique digne de ce nom - son seul et unique legs -, en offrant une tribune au FN, aujourd'hui RN, tout en réunissant toutes les conditions sociales et culturelles à son développement, dans le but de neutraliser tout adversaire, hier de droite, aujourd'hui de gauche.

    Qu'à cela ne tienne !

    Election après élection, force est de continuer d'affaiblir Macron aux fins de le délégitimer, lui et son mouvement et faire en sorte de rendre "une copie électorale" qui soit ingérable par le système ; seule condition pour une crise de régime majeure qui provoquera inévitablement une refonte totale de notre constitution et de nos institutions avant... la chute de l'U.E et le retour à notre Europe à tous : celle des peuples, des nations, de son histoire, de sa civilisation, de sa culture - ses cultures ! - dans toute sa diversité. 

                      Aussi, l'abstention n'est pas de mise ; demain plus qu'hier. Et nous devrons prendre nos responsabilités car, une abstention à une élection quelle qu'elle soit qui se situe entre 20 et 25% est sans doute inévitable ; en revanche, une abstention à 50% et plus... telle que ce scrutin-ci nous le laisse une nouvelle fois entrevoir pour demain, est inacceptable ! 

                               ... c'est lâche et immature : c'est tout simplement irresponsable. D'autant plus qu'il ne s'agit pas de n'importe quelle abstention ; il s'agit bien de l'abstention massive d'une classe, la seule capable de créer par son vote, une crise de régime : la classe populaire ou bien plutôt... les classes populaires : artisans, commerçants, auto-entrepreneurs, salariés au SMIC horaire et retraités dans la pauvreté. 

     

    ***

     

                       ll est clair, néanmoins, que les urnes seules ne viendront pas à bout  de l'U.E et de ce poison qu'est le néo-libéralisme ; il faudra continuer d'occuper et les urnes et la rue, et les ronds-points et les réseaux sociaux dans notre dénonciation sans relâche d'un projet scélérat : déclassement pour tous, pauvreté pour une partie croissante d'entre nous.

    Les classes moyennes ont bien tort de penser qu'elles doivent assurer par leurs votes la survie d'un système pourtant à bout de souffle dans le seul but d'éviter une crise de régime car, la prochaine crise financière à venir risque bien de nous mettre tous d'accord sur une chose : le mondialisme, c'est la guerre contre la prospérité et la sécurité ! 

                     Car, seul ce qui est proche vous protège et vous sauve. 

     

    __________________

     

    P. S :  en ce qui concerne ces députés européens écolos, français en particulier, qui pensent être arrivés alors qu'ils ne sont même pas encore partis, députés gringalets sans métier (et sans doute sans diplômes dignes de ce nom) qui n’ont jamais travaillé… c’est sûr, nous tous nous les voyons bien sauver la planète, les deux fesses posées sur leur siège de député européen, occuper à croiser le fer avec le mondialisme, la Banque, Wall-street, les multinationales de l’armement et de l’agro-alimentaire !

    Que les choses soient claires :

    Jamais nous n’avons prétendu qu’il était préférable de travailler chez Bricomarché à 800 euros par mois que d'être député européen !

    Jamais nous avons dit que la soupe du parlement de Strasbourg, en milliers d’euros mensuels, n’était pas bonne et que celle des restos du coeur est bien meilleure !

    Tout ce que nous affirmons, parce que c’est un fait, c’est que tous ces députés écolos n’ont aucun pouvoir ; tout comme leurs collègues tout aussi gastronomes et gourmets qu’eux !

     

    Pour prolonger, cliquez : En finir avec les appels à l'abstention

    Lien permanent Catégories : Europe et U.E, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Elections européennes… cessons tous les appels à l'abstention !

     

    les urnes.jpg

     
                     Quand les abstentionnistes de ces 30 dernières années reprendront le chemin des urnes, ce sont toutes les institutions qui trembleront ! 
     
     
    ***
     

                    Ce qui importe c’est de tout mettre en oeuvre afin que la "liste Macron" n’arrive pas en tête ou bien, qu’elle obtienne un score aussi bas que possible.

    Que le Système ne puisse plus compter sur l’abstention pour se succéder à lui-même (ou bien plutôt : "se survivre" à lui même car déjà bien affaibli) est tout aussi important, car la grande peur du Système, c’est que les classes populaires reprennent le chemin des urnes et cessent de s’abstenir massivement ; or, cela fait des années que ces classes donnent le sentiment qu’ils n’en ont rien à faire des élections, des élus, de la politique et de la vie qui leur est faite : d’où l’indifférence et le mépris des politiques.
     
                    L’enjeu n’est pas " combien d’élus et pour qui" ; il est question de continuer d’affaiblir la légitimité de ceux qui forment les gouvernements.
     
     
                   Toute campagne en faveur de l’abstention plombe les classes populaires et les plus démunis. Ces campagnes sont donc contre-productives ; moralement, elles sont dégueulasses car elles sont le plus souvent menées par des "leaders d’opinion" qui n’ont matériellement besoin de rien ; des leaders membres des classes supérieures (dont, par exemple, un Juan Branco très populaire chez les Gilets Jaunes qui n'a de cesse d'appeler à l'abstention dans la perspective d'une révolution qu'il croit imminente - 1: C'te bonne blague !).
     
    Gardons à l’esprit que le vote — la fin de l’abstention massive, le retour vers les urnes — , n’est plus une fin en soi mais une arme ; sans doute la dernière avec la rue sur laquelle il ne faudra pas compter, hélas : la violence de la répression dissuade les rassemblements de masse . En revanche, le vote tactique anti-système est sans douleur.
     
    Les Insoumis, RN, UPR, Dupont-Aignan, Philippot, les Ecolos (même rigolos), le PC (pour ma part, j'exclus le PS et LR - 2 )... cette offre devrait permettre à bon nombre d'entre nous de pouvoir voter sans avoir à traîner les pieds.
     
                  Rappelons deux choses :
     
                  - La démobilisation dans les urnes est tout aussi préjudiciable aux classes les plus démunies que l'absence de mobilisation lors des manifestations.
     
                 - C'est de l'intérieur et à l'intérieur que les Systèmes sont les plus vulnérables ; Système qui repose sur l'élection. D'où notre souci à l'occasion des Européennes...
     
                          ... et de toutes les élections qui s'en suivront, bien évidemment.
     
     
    ***
     
     
                  Tout sauf Macron !
     
                   Provoquer à terme une crise non pas politique mais une crise de régime - crise politique + crise de légitimité + crise constitutionnelle -, est une nécessité absolue ; crise à portée de main si tout le monde s'y met.
     
    Scrutin après scrutin... local, régional, national et européen, il faut "rendre une copie électorale" que le système sera incapable de gérer ; outre le fait d’affaiblir Macron et de le neutraliser à terme, seule une crise de régime provoquera la révolution constitutionnelle attendue ; et cette crise passe aussi et surtout par les urnes !
     
     
     
     
     
    1 - Un Juan Branco faux rebelle à 20 ans ;  authentique collabo à 50 ? Sur le modèle  - modèle du genre - d'un Cohn-Bendit et de tant d'autres ? Les risques sont grands.
     
     
    2 - Je rappelle le sens de mon billet : il n’est pas question simplement de sortir les « sortant » mais de faire en sorte qu’il n’y ait plus "d’entrant" ; de là, une crise de régime ; quant à ceux qui envisagent déjà une alliance et une coalition gouvernementales LAREM et LR - la plus probable à terme - pour contourner cette crise de régime, ils se verront contestés par la rue. 

    Raison pour laquelle, le parti LR doit être exclu de cette liste : ce parti ne pouvant pas se tourner vers RN, il n’a qu’un destin : servir de force d’appoint à LAREM. 

    Quant au PS : il ne mérite plus rien sinon une mort politique définitive. 

    _________________
     
     
    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier
     
    Lien permanent Catégories : Europe et U.E, Gilets Jaunes, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Invalides, le 14 mai 2019 : Président de trop, discours de trop… se taira-t-il enfin ?

     

    macron cérémonie hommage invalides le 14 mai  2019

    hommage pierrepont.jpg

     

     

                    Il est vraiment regrettable que les locataires de l’Elysée dits « Président de la République » qui se sont succédé, qui se succèdent, Macron en tête, et se succéderont, aient pu penser, hier, aujourd’hui comme demain, qu’ils sont autorisés à commenter avec force discours, le sacrifice de deux militaires de l’armée française dans le cadre d’une opération qui a pour objectif la libération d’otages avec une prise de risque optimale,  celle de la mort.

    D’autant plus regrettable, que depuis de nombreuses décennies, on cherchera en vain un locataire de l’Elysée capable d’un tel engagement, même à moindre frais, beaucoup moins encore, envers ses compatriotes ; ambition politique - inénarrable représentation d’un show-médiatique de faux-semblants, ceux de l’impuissance et de l’absence et de courage et de convictions -, oblige !  

    Cette proximité entre un locataire de l’Elysée (dit « président de notre République) qui ne sait pas se taire et les cercueils de ces corps maintenant sans vie, acteurs d’un sacrifice sans porte-voix, nocturne et silencieux, loin des regards et du spectacle de la guerre, a quelque chose d’indécent, de laid, d’insultant et de sale ; pour un peu, un véritable outrage, comme une injure au courage… à son évidence, à son authenticité… sans gain ni arrière-pensée carriériste aucune.

    Car enfin, pour la liberté et la justice de qui ce locataire de l’Elysée ( et ses prédécesseurs.. à l’exception d’un Charles de Gaulle qui n’a jamais fui le combat des armes ni le risque politique susceptible de mettre fin à son engagement) serait-il prêt à sacrifier quoi que ce soit ?  

                    Drapeaux en bernes, portraits de nos deux soldats membres d’une armée dédiée (quoi que l’on puisse dire) in fine à la protection des intérêts des multinationales françaises en Afrique et ailleurs, Macron tout comme ses prédécesseurs, n’a pas perdu de temps : oiseau de proie déjà juché sur son perchoir, sans doute dans l’espoir d’arracher (de la leur voler) un peu de la superbe de ces deux hommes qui n’ont rien à envier à qui que ce soit, côté courage et compétence,  Macron se sert au passage.

    S’essuyer les pieds quand la boue sous les souliers pèse, tel un boulet, son poids de servitude, de renoncements et de turpitudes de toutes sortes sur le dos des Peuples,  il faut voir et entendre comment tous s’y précipitent, s’y frottent, s’y collent - s’y vautrent, dans ces hommages, ces commémorations du sacrifice des autres, toujours les autres !… sans doute dans l’espoir d’en sortir un peu moins sales.

    De là à penser que ces deux militaires laveraient plus propre et plus blanc quiconque se penche sur leurs cercueils…

                   Tantôt  cynique, tantôt franchement incompétent, trop souvent sans courage ni honneur dans une dégénérescence boueuse de l’esprit propre à ceux qui ne craignent rien ni personne, chiures et urine de la politique à propos de laquelle on ne cesse de déplorer que le fait que l’on ne puisse plus l’écrire sans hésitation en lettres capitales, et dont les promesses de la majorité de ses membres n’engageant que ceux qui ont la naïveté d’y croire alors que celle du soldat, une seule d’entre elles, n’est pas négociable puisqu’elle l’engage totalement au péril de sa vie et au désespoir de sa famille lorsque la mort vient le frapper dans le cadre de cette promesse d’engagement total…

    Pour sûr, la présence et les discours de tout un personnel égout de la politique couvrent d’opprobre depuis de nombreuses années toute cérémonie qui se rapporte à une action individuelle ou collective à caractère exemplaire car sacrificielle. Aussi, nous tous serions bien avisés de détourner et le regard et l’ouïe, à regret néanmoins, quand le moment viendra, car ces hommes morts pour éviter que la grande faucheuse notoirement insatiable ne frappe la vie des autres,  méritent que seuls soient autorisés à prendre la parole leurs frères d’armes ( rien à voir avec des généraux absents, déjà à la retraite le jour de leur nomination) ainsi que leurs proches.

     

    macron cérémonie hommage le 14 mai 2019 invalides

                         Président de trop, discours de trop… se taira-t-il enfin ?  

     

                   Mais alors… que tous ces Tartufes de l’engagement, adeptes indécrottables, dans leur action, de la fausse-couche et de l’avortement politiques, quand il ne s’agit pas d’infanticide, que tous se retirent et laissent le brave, hardi et fier, franc comme l’or qui, chauffé à blanc, viendrait irriguer les sillons d’une probité à toute épreuve, se recueillir auprès des corps de ces deux soldats dont on se gardera bien de s’approprier le sacrifice car il est le leur seul ; et que la présence du locataire de l’Elysée, si elle doit s’imposer, soit celle du silence, de l’immobilité, d’un regard baissé, intimidée par la bravoure qui gît là tout près, dont il se sait, dont on le sait, dépourvu comme tous ces prédécesseurs et successeurs car demain n’est plus un autre jour ; non ! assurément non ! Demain c’est encore hier et aujourd’hui qui ne cessent de s'étendre et dont les affres n’en finissent pas de salir et de miner les âmes les plus droites et les plus téméraires.

                  Oui ! Qu'il se taise donc ce président de l'infortune, ce gringalet sans passé, entièrement dédié à sa propre perpétuation, aujourd'hui ici, demain ailleurs, sans y être vraiment, jamais.  

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : La malédiction Macron

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Macron : deux ans déjà !

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes 

    notre dame en feu la flèche a sombré

    Photo FRANCOIS GUILLOT / AFP

     macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

     

     

    macron malédiction, arc de triomphe gilets jaunes

     

                      Aujourd'hui Notre-Dame en feu en pleine semaine sainte, après l'Arc de triomphe et Marianne, peut-on alors, doit-on évoquer une "malédiction Macron", ce mal-président, si mal élu, le président de trop d'une 5è République aussi discréditée qu’épuisée, dont il ne sortira plus rien de bon ?...

     

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

     

    la malédiction macron, arc de triomphe

     

                      Nombreux sont ceux qui ne manqueront pas de s’interroger d'autant plus que l'Histoire qui n’aime pas qu’on lui force la main, qu’on lui torde le bras, qu'on la méprise et qu'on la moque, ne manque jamais de se venger. En effet, la France, de par son rang, son rayonnement et son petit-peuple dont la classe politique et les médias ont cru pouvoir faire l'économie des années durant, méritait sans aucun doute, d'emprunter une autre voie sous la conduite d'un leader à sa hauteur.

     

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

    macron,notre dame de paris en feu,arc de triomphe gilets jaunes

    Une septuagénaire Gilet Jaune à terre : Geneviève Legay


     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • L’immense défaite morale du régime de Macron *

     

     

                           macron-pyramide-louvre-a9c483-0@1x.jpeg

     

                   Si les violences  des black-blocs sont âprement dénoncées, c’est au prix du silence dont les abus de pouvoir et les violences de la police de Castaner demeurent couverts ; dénonciation qui se garde bien de faire la distinction entre le policier sur lequel un pavé est lancé et des gilets jaunes, femmes ou hommes, tabassés à 6 contre 1, par centaines depuis le 17 novembre, pour ne rien dire ceux qui ont perdu qui un œil, qui une main, et tous les autres, victimes de blessures aux séquelles à vie… dans la juste représentation des cellules des milliers de gardes à vue préventives d’une complaisante inouïe et dont des procureurs sans honneur se font les complices - gardes à vue destinées à empêcher des manifestants de rejoindre leurs cortèges -, des maltraitances et des privations des droits sans nombre - refus d’appeler un avocat, confiscation et destruction des portables -, des centaines d’ordres illégaux de l’aveu même de quelques policiers, trop rares comparés au silence de leurs syndicats à ce sujet, aux martyrs de ce mouvement, primo-manifestants retraités et jeunes adultes tout juste sortis de l’adolescences, traumatisés dès les tout premiers jours.

                    Qu’en pensez-vous, ô familles de tous ces héros involontaires ?

     

    premier-ministre-Edouard-Philippe-entoure-ministre-justice-Nicole-Belloubet-ministre-linterieur-Christophe-Castaner-18-Matignon_0_728_485.jpg

     

                   Ne perdons pas de temps ici à démontrer toutes les manœuvres d’une communication élyséenne en soutien à la place Beauvau et au ministre de l’intérieur, fidèle d’entre les fidèles du locataire de l'Elysée, nommé Castaner, un bluffeur qui n’a manifestement pas oublié ses années de joueur de poker sur la place marseillaise, attablé avec des truands ; ni non plus à demander à son premier ministre, comment, à son gré, le régime d’une 5è République à bout de souffle, à court d’arguments – d’où sa violence -,  peut encore se maintenir sans une répression qui n’a rien à envier au régime de Vichy dans sa nature et la personnalité des hommes et des femmes qui l'ont servi hier  - opportunisme de la pire espèce ; médiocrité morale et intellectuelle ; répression qui se déploie à grand renfort de mercenaires, de voyous du maintien de l’ordre, de miliciens aux comportements crapuleux et sadiques… tout un dispositif répressif dont l’âme boueuse cache difficilement un parti pris assumé pour un maintien de l’ordre sur le mode de la  terreur dans une défaite morale accomplie que "le régime de Macron" devra boire jusqu'à la lie.

    Ne les entendez-vous donc pas tous, entre deux tirs de flash-ball et deux lancés de grenades dites de désencerclement, se réjouir en ces termes : « Ces chiens et ces chiennes ne sont pas près de revenir nous emmerder samedi prochain ! »

     

    l'allemant.jpg

                          (Didier Lallement, préfet de police de Paris depuis mars 2019)

     

                     Si la mansuétude est facile à un Président populaire et respecté, en revanche, dans le contexte d’une Présidence qui ne recueille au mieux qu’un petit tiers de soutien, face à une contestation qui ne faiblit pas, sur quoi cette présidence pourrait-elle bien s’appuyer si ce n’est sur l’intimidation, la peur et finalement, la terreur. Certes, ce même président, ses ministres, ses députés et des médias tout acquis à sa cause, auront beau jeu de rétorquer : « Macron n’a-t-il pas été démocratiquement élu ? N’avez-vous donc pas reconnu votre défaite à tous (la majorité !) ? »

    Elu démocratiquement ? Sans doute. Mais tellement mal élu… car ce président est bel et bien condamné à occuper l’Elysée avec son score du premier tour : 18% des inscrits. N’en déplaise à tous les chroniqueurs des médias dominants.

     

    ***

     

                    Qu'à cela ne tienne !

                    Tournons-nous maintenant vers demain car il est déjà grand temps.

                    De quelle indulgence devrons-nous faire preuve pour tous les coupables, pour toutes ces petites mains de la répression et tous les donneurs d’ordres ? Quel procès, quelle sentence - Elysée, Matignon, députés LREM, police, Médias… - quand tous auront été précipités du pinacle ? Ou bien alors, fatigués, nous laisserons-nous glisser, volontiers, aux solutions de facilité : le pardon, l’oubli ? Ce serait pour eux tous, à n’en point douter, la meilleure garantie de pouvoir se retourner. Ne les entendons-nous pas déjà nous murmurer : « Ne savez-vous pas que nous sommes tous réconciliés ? »

    Cette inclinaison au pardon sera-t-elle l’expression d’une âme charitable car un fait est certain : pour s’indigner et punir, encore faut-il croire sans vergogne excessive ni fanatisme, à tous nos aïeux de 1793, de 1848, de 1871, de 1936 et de 1968 côté ouvriers.

    Que l’on ne s’y trompe pas : si l’on peut légitimement craindre que les conséquences de cette répression qui nous confirme une fois de plus qu’il n’y  pas a priori de police républicaine ni de médias honnêtes ni de ministres  ni de députés responsables et indépendants moralement de toute fidélité dégradante mais seulement des hommes soucieux de la justice et du droit, et d’autres… de la déontologie d’une profession, ou bien l’absence de ces hommes-là,  et si l’on doit fortement douter que de « ces mois de matraque » (avant des années de plomb encore à venir ?) et de privation des droits les plus élémentaires de la personne, ces mêmes conséquences ne soient nulle part explicitement tirées...  

    De cette crise sociale qui a pour origine non pas une crise du dialogue tant évoquée par les cancres d’une sociologie de piliers des cantines et des plateaux télévisés (car enfin, dans le cadre d’un « il n’y a pas d’alternative »  qui est celui de ces trente dernières années, quel dialogue est-il possible et à propos de quoi ?) mais bien plutôt d’une crise de la non-représentation de nos institutions, véritable crise de régime… on peut aussi être assurés qu’il y a encore une poignée d’hommes assez intelligents pour savoir, dès maintenant, la défaite assurée pour tous ceux qui auront trempés dans cette farce macabre que sont la candidature et l’élection d’un Macron qui n’avait pour lui que l’effet de surprise et une jeunesse aussi trompeuse que pompeuse sous l’ombre d’une pyramide en verre.

    Si pour d’aucuns la vieillesse est un naufrage, il semblerait que la jeunesse soit devenue non seulement un naufrage mais une noyade et un enterrement. Aussi, empressons-nous de souhaiter à ce mal-président de belles obsèques politiques dans l’intimité de sa pseudo-famille électorale qui n’était qu’une bulle spéculative idiote même si, on n’en point douter, une belle carrière professionnelle à l’international attend notre candidat à l’échec cuisant et déshonorant : servir, encore et toujours servir, larbin né !

    Car, force est de constater, que tout ce beau monde à la vue courte et basse, respire la défaite malgré quelques succès que leur complexe de supériorité est incapable de juger aussi éphémères que cosmétiques : un Edouard Philippe au regard de chien battu, ses ministres, un Castaner protégé, au regard vide, à la voix sans coffre au ton sournois, des députés LREM sans conscience ; et Macron, l’homme qui se suffit à lui-même et qui n’attend rien de personne, ni de sa fonction ni de cette grande nation qu’est la France ; un homme qui n’a besoin de rien sinon de lui-même, encore et toujours.

    Une gageure sans précédent pour un Président de la République ; en cela, une erreur gigantesque.

     

                     Limiter les dégâts et la casse sera sans doute la seule ambition de ceux qui comptent bien, en coulisse, succéder aux responsables de ce désastre ; épargner les uns, ménager les autres - police, médias, ministres, députés - demandera de rendre acceptable a posteriori une présidence qui aura pourtant fait appel aux mêmes ressorts que ceux du régime de Vichy, - mensonges (fake-news, intimidation, médias de propagande, barbouzes en tous genres, culpabilisation et diabolisation des réfractaires, violences et terreur -, contre l’avis de tous ceux qui souhaiteront très tôt se joindre à la demande massive qui ne manquera pas de se faire entendre, d'une enquête au sujet de la gestion de la crise sociale - gestion dans son ensemble - qui aura percuté de plein fouet et qui divisera pour longtemps notre pays.

    Certes, une présidence, un gouvernement et un groupe de députés vindicatifs et en dessous de tout, repoussent toute sympathie ; en revanche, un régime dit bénin dans ses excès, ne constituerait-il pas pour la paix sociale un intermédiaire rêvé ? Une paie toute de mollesse, sans vainqueurs ni vaincus ; une paix blanche ; celle que les troupes de Macron appelleront très prochainement de leurs vœux et celle dont Macron espère lui-même être le greffier.

    Précisons ceci : vis-à -vis de ce programme de réconciliation, la seule position honorable est la suivante : « Capitulation sans condition ».

                      A l’idée de la fausse paix intérieure, une seule mise en accusation : Macron, Castaner, une garde des Sceaux qu'il n'est même pas nécessaire de nommer, les médias et les  principaux acteurs de la chaîne de commandement des forces de l’ordre. Quant aux députés LREM, les élections, toutes les élections à venir, se chargeront de leur infliger la plus grande des sanctions : sanctions qui ruinent tout espoir de faire carrière en politique.

    Le jugement des responsables de ce régime de terreur qui bafoue le droit, tous les droits, ne répond pas seulement à un profond et légitime besoin de la conscience populaire, celle des Gilets Jaunes en priorité qui auront payé le plus lourd tribut ; Gilets Jaunes qui ne sont pas aussi minoritaires que les médias le laissent entendre : la résistance dans laquelle les Gilets Jaunes ont très tôt communié, a attisé chez nous tous un esprit de solidarité, un esprit d’amour sans doute aussi ; à ne pas confondre avec de la faiblesse.

    Non, cette exigence, on la doit aussi aux familles meurtries, celles des lycéens, celles des hommes et des femmes, tous livrés à une violence qu’aucun préfet n’aura condamnée ; en particulier, tous ces tirs sur des visages pris pour cibles et le tabassage de femmes et d'hommes jetés à terre, un gilet jaune pour seule protection.

    Ce jugement sera le seul moyen de venger notre honneur, celui de nos compatriotes et celui de notre République que des voyous ont pris en otage. Avec mesure et équité, ces jugements devront tomber ; et ils tomberont. Ces jugements nous laveront de la tentation de l’oubli et du pardon, de la tentation d’une complaisance envers des manquements d’une gravité sans précédent depuis les années 60, perpétrés par des misérables qui ont osé présenter devant les plus faibles de nos compatriotes, les plus précaires, les plus exposés à des politiques injustes et cruelles, l’image d’une présidence, d'un gouvernement et d'une "République dite en marche", agenouillés devant une exigence de sécurité instrumentalisée basée sur le recours à la terreur.

     

    ***

     

    l'étrange défaite de macron,castaner,lallement préfet de paris

     

                    Au mois de mai... nous ne sommes aujourd’hui qu’au début du printemps. La vraie saison, celle qui demandera que les comptes soient rendus à la Nation, viendra demain ; et ce sera celle des jugements aussi justes que sévères.  

     

     ________________

     

    l'étrange défaite de macron,castaner,lallement préfet de parisTitre et billet largement inspirés par l’ouvrage de Marc Bloch : « l’Etrange défaite » écrit en 1940, qui, elle, n'était pas souhaitable  - face au régime Nazi contrairement à celle de Macron face à la morale - ainsi que  « La vraie saison des juges » : "Les cahiers politiques", novembre 1943 ; un Marc Bloch historien, fondateur avec Lucien Febvre de l’Ecole des Annales ; après avoir été torturé par la Gestapo, il sera condamné à mort et fusillé le 16 juin 1944, pour faits de résistance

     

             Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Les figures médiatiques de la haine contre les Gilets Jaunes

     

                      La grande richesse de ce mouvement des Gilets jaunes, son apport inespéré, c’est son caractère épiphanique : la révélation de ce qui est, de ce que  les élus (si mal élus !) de toutes les pseudo-majorités minoritaires qui se sont succédé depuis trente ainsi que le personnel des médias de masse  avec leurs experts et autres éditorialistes sont devenus ; révélation de leurs motivations réelles et de leur niveau d'engagement à tous, pour quel profit et pour qui ; révélation du vrai visage de notre République : cette gueule cassée, borgne, énuclée de ses classes populaires et du souci d'une justice sociale pour tous ; révélations qui nous apportent  la confirmation, au-delà de toute erreur possible,  de ce que nous sommes nombreux à soupçonner depuis des années : l'organisation de notre société repose sur un seul et unique mensonge : la soi-disant recherche de la concorde et de la justice des conditions d'existence comme ultime projet commun... projet d'essence humaniste qui plus est.

    Et ce mensonge est arrivé en fin de vie. La catastrophe est maintenant proche puisque tous n'ont qu'un message à nous adresser : si c'était différent, ce serait pire encore. Toutes les paroles du côté des médias et de la classe politique cachent un seul souci  : défendre bec et ongle une rente de situation pour les uns, des salaires extravagants pour les autres (ceux des animateurs-journalistes, experts de tout poil, éditorialistes) et des ambitions de carrières qui se voudraient ascensionnelles, façon exponentielle.   

    Procès d'intention, mauvaise foi, indigence intellectuelle... même Rolant Cayrol (âgé de près de 80 ans) pourtant si brillant sur le service public, voilà quelques années, maintenant sur BFM-TV, a fini par sombrer.

    C'est vous dire !

     

                     Il faut bien reconnaître ceci à propos des médias : plus leurs clients sont mécontents (taux de confiance dans les médias entre 20 et 30% depuis plusieurs décennies) plus les patrons milliardaires de ces médias sont satisfaits et leurs "journalistes-animateurs" rémunérés.  

    Un vrai tour de force et de passe-passe !

     

    _____________

     

     

                        Quelques figures de proue de cette haine contre les Gilets jaunes

     

    Olivier Duhamel (le frère de l'autre)  arc-bouté contre le RIC comme s'il s'agissait de sa propre vie (ou niveau de vie ? ) ! Ce "on ne sait trop qui et quoi" situé un temps à gauche (!!), avoue à qui veut l'entendre, qu'il se méfie du peuple comme de la peste... brune ou pas ;  peuple qui n'est à ses yeux de bourgeois de centre-ville, qu'une plèbe inconséquente, irresponsable, incompétente, et par conséquent haïssable, qui a trouvé à s'incarner dans les Gilets Jaunes. 

    BHL et Cohn-Bendit s'adonnent depuis des semaines, et très tôt dans le mouvement, à un mépris irréversible dans le cadre d'un procès d'intention en antisémitisme et en homophobie à l'endroit des Gilets jaunes ...

    Faut dire qu'en France, il semblerait que ce soit bien plus grave de participer au mouvement Gilets Jaunes que de se vanter de s'être fait "tripoter" par des enfants de 3 et 4 ans - dixit Cohn-Bendit chez Bernard Pivot, Apostrophes 1982.

    Yves Calvi, un dénommé J.C Dassier, Pascal Praud...

    Christophe Barbier directeur du Point... hebdo sur-subventionné par les contribuables...

    Guillaume Durant : diffamatoire, cet individu n'hésitera pas à assimiler scandaleusement, en toute impunité, le mouvement Gilets jaunes aux Brigades rouges italiennes (extrême gauche), des années 70, dites "Années de plomb", ignorant du fait que le plomb ne venait pas de cette gauche extrême tant décriée mais bien plutôt de ce qu'on appelle "l'Etat profond" italien qui, avec l'aide de la CIA, s'opposait au projet du leader Aldo Moro du parti de la Démocratie chrétienne, d'une alliance de gouvernement avec le Parti communiste. 

    Personne sur le plateau ne relèvera l'amalgame scandaleux de ce personnage au QI de mollusque qu'est G. Durand, ce "Yves Mourousi" des années 2000, clown et bouffon qui a eu, un jour, le malheur de se prendre au sérieux.

    Maurice Szafran de la "bande à BHL", éditorialiste du magazine économique Challenge, groupe de presse Perdriel qui a soutenu le candidat Macron  ; un Szafran hystérique contre le mouvement, leurs mobilisations hebdomadaires, leurs revendications, en particulier à propos de la dénonciation d'une démocratie non-représentative.

     

                     Les figures médiatiques de la haine contre les Gilets jaunes Les figures médiatiques de la haine contre les Gilets jaunes

     

     

     

     

     

     

               Jannick Alimi du quotidien Le Parisien ; quotidien des comptoirs de nos brasseries que se partagent des salariés lève-tôt, devant un café... juste avant de se rendre sur le lieu de leur travail ;  à ce sujet, on peut affirmer que ce quotidien a laissé tomber toute une classe de salariés parmi les plus courageux et les plus besogneux... en la personne de cette Alimi qui ne sourit jamais, vêtue de noir, aussi sinistre dehors que dedans ;  depuis 12 semaines, elle ne trouvera aucune qualité au mouvement Gilets Jaunes et peinera à cacher une haine totale à leur endroit... une véritable pathologie... 

     

                                                   François Patriat...  sénateur LAREM... pour lequel un papatriat.jpgrti politique doit fonctionner comme une secte : des disciples et un gourou : Emmanuel Macron en l'occurrence. Caricature du sénateur ou du député godillot, abnégationniste,  jamais un homme ne se sera autant abaissé à soutenir et à soulever un président  comme on soulève un trophée avant de le brandir à la face du monde. En politique, Patriat incarne à merveille les petites mains de toutes les grandes erreurs dramatiques et historiques, de leurs chefs. En cela, Patriat, c'est l'incarnation de la perfectibilité de l'être humain dans la servitude et dans l'abjection.

    Sans des hommes comme Patriat, ce sont tous les espoirs qui auraient été permis en politique. 

    Dominique Jamet.jpg

     

     

    Dominique Jamet : vice-président de "Debout la France", sollicité par  LCI pour commenter chaque samedi les rassemblements du mouvement Gilets Jaunes ; alors que ces Gilets jaunes de la manifestation de Paris rendaient un hommage à leurs blessés de ces 12 semaines, Jamet aura "la géniale" idée ce samedi 3 février, de laisser entendre que les Gilets Jaunes ne seraient peut-être pas mécontents si l'on devait compter parmi eux non pas des blessés mais des morts, et ce dans l'espoir de recouvrer une popularité qui s'est un peu étiolée au fil des semaines.

    Personne, présent sur le plateau de LCI, ne s'en offusquera vraiment, excepté une journaliste de Paris Match.

    Qu'il soit permis de rappeler ceci : dans les années 90, Dominique Jamet était capable d'analyses plutôt pertinentes  à propos de notre soi-disant "démocratie représentative" et de notre liberté d'expression ; est-ce à dire que la France d'aujourd'hui serait plus démocratique et la liberté d'expression plus étendue ? Non. Mille fois non ! C'est seulement que... la vieillesse est un naufrage, un noyade puis un enterrement. Aussi, empressons-nous de souhaiter de belles, de très belles obsèques à Monsieur Jamet.

    Last, but not least : l'incontournable de la haine...  

    elkrief haine des gilets jaunes...

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Les Gilets Jaunes - le dossier

     

     

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Raphaël Glucksmann, tête de liste aux Européennes : le PS tombe enfin le masque

     

    Raphaël Glucksmann tête de liste aux européennes sous l'étiquette socialiste,

     

                  "Samedi, lors de son Conseil national, le PS a adoubé samedi Raphaël Glucksmann comme tête de liste pour les européennes, à une très large majorité, par 128 pour et 5 contre. L'essayiste mènera campagne "en tandem" avec la militante écologiste Claire Nouvian, cofondatrice du mouvement "Place publique" - un mouvement formé avec une vingtaine de personnalités de gauche, dont Raphaël Glucksmann, qui revendique 30 000 adhérents.  

    La résolution prévoit également la constitution d'une liste comportant pour moitié des candidats estampillés PS, pour moitié des candidats issus de "Place publique", de la société civile et des autres formations politiques engagées dans des discussions avec le PS et "Place publique." - L'Express  

     

    ***

     

                   Le mouvement « Place publique" créé voilà quelques mois, ne serait-il pas la continuation du PS sous un autre drapeau - faux en l 'occurrence  ? Ce mouvement n'aurait-il pas à voir avec le désir de poursuivre l’œuvre, pourtant moribonde de ce  PS qui a vu le jour en 1983 - corruption et compromissions idéologiques et politiques en tous genres - par un Raphaël Glucksmann qui n'est que le fils de son père ? Un père dit « nouveau philosophe » dans les années 70, au côté de Bernard-Henri Lévy (ICI) ; un philosophe sans oeuvre si l'on en croit la postérité aussi injuste et cruelle soit-elle.

    Aussi, grande est la tentation de s'adresser comme suit à cet éternel candidat à tout et à rien qu'est Glucksmann-fils, désoeuvré, toujours à la recherche d'un emploi : 

                       "Allez Raphaël ! Sois raisonnable ! Va bosser comme tout le monde ! Trouve-toi un vrai travail, pas une planque subventionnée par ceux qui se crèvent le cul tous les jours, et sûrement pas pour que des gens comme toi fassent le kéké et l'intéressant dans les médias ! D’autant plus tu es atlantiste (point de salut loin de la pax americana !), sioniste (soutien indéfectible à Israël et chantage à l'antisémitisme contre ses détracteurs ici en France)  et mondialiste (abolition des frontières, immigrationniste- fondamentaliste sans jugement ni jugeote). Décidément, tu as tout faux Raphaël ! Quant à ce PS qui n’est pas encore mort...sache que cela ne saurait tarder : on y travail élection après élection depuis plus de 10 ans maintenant !"

     

    ***

     

                 Glucksmann, PS et "Place publique" !

                 Qui va bien pouvoir et vouloir voter pour ça aux Européennes prochaines et à tout autre élection ? 

                 La réponse ne tardera pas car, déçu de la candidature de Glucksmann, l'économiste Thomas Porcher, qui a appelé à voter Jean-Luc Mélenchon en 2017, préfère quitter le mouvement qu'ils avaient fondé ensemble : "Je n'ai pas envie de servir de caution de gauche au PS, ni que Place publique soit le nouvel emballage d'un produit périmé.

    On ne saurait mieux dire. 

     

                Atlantisme, sionisme et mondialisme... avec Raphaël Glucksmann c'est bien le PS qui tombe enfin le masque après plus de 30 ans de louvoiements.  

     

     
    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Il était une fois un lundi 19 février 2019 place de la République...

     

                 Il n' y a pas plus - dans le sens "davantage" - d'antisémitisme qu'il n'y a de racisme, de haine de classe, de haine du club de foot adverse ( des centaines d'agressions tous les week-end, de haine des médias envers tous ceux qui refusent de se contenter de ce qu'on veut bien leur donner, haine de la classe politique pour ceux qui mettent en danger leurs plans de carrières, haine du monde des affaires pour les salariés qui n'acceptent pas les salaires obscènes qui leur sont versés... dans un contexte général de corruption (la France classée au 9è rang mondial) et d'une démocratie soi-disant représentative, une démocratie croupion (27è rang mondial)... 

    La haine est partout dans un monde dominé par un manque de solidarité et de compassion toujours plus patent que des politiques criantes d’injustices viennent sans cesse renforcer.

    La haine, encore et toujours la haine dans un monde qui n'a qu'un message à faire entendre : "Mort aux plus faibles et aux vaincus qui n'ont que ce qu'ils méritent !"

    Certes, certaines haines sont plus instrumentalisées que d'autres car plus propices à une instrumentalisation politiquement très rentable...

    N'empêche...

     

                 "Médias, classe politique et économique, show-business" maintenant indissociables, ainsi que les associations communautaires et religieuses… ce lundi 19 février 2019 à 19h, à une ou deux exceptions près, ce sont tous les organisateurs, maîtres d'oeuvre, de cette haine qui se sont réunis Place de la République ;  tous occupés à allumer les mèches de toutes les haines.

    Un monde décidément infréquentable ! Car, si l'émotion est le pire des mensonges quand il s'agit d'éclairer la vérité... on aura noté que toutes les Institutions étaient présentes ce soir-là, place de la République : de l’Assemblée nationale au Conseil d’Etat (en passant par Matignon, l'Elysée, le Sénat, le Conseil constitutionnel…). Or, nous sommes aussi et surtout en pleine crise institutionnelle en ricochet d'une crise majeure de type constitutionnelle avec pour conséquence une ultime remise en cause de tous ceux qui occupent ces lieux ; tous sans exception n’ont plus aucune légitimité ni autorité. Aussi, on peut déjà prédire que demain sera comme hier...

                   Mais l'important n'était-il pas de participer, d'y être vus sur cette place ce soir-là .... un 19 février 2019 ?

     

    place de la république le 19 février 2019, rassemblement contre l'anti-sémitisme

                            Place de la République pendant la canicule de 2013 - parents et enfants viennent y chercher un peu de fraîcheur

                                                  

    Lien permanent Catégories : Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Alain Finkielkraut et les médias : quand un tapis rouge cache une étoile jaune

     

     

    finkielkraut et gilets jaunes antisémitisme

     

            Alain Finkielkraut face à quelques Gilets Jaunes en colère, le 17 février 2019.

     

                                                                     ***

     

                  Pure provocation la présence de cet académicien près de la manifestation des Gilets Jaunes ce dimanche 17 février 2019 ? Un académicien producteur sur France Culture ( !!!) qui a épuisé depuis longtemps maintenant tout crédit anti-raciste, anti-négrophobe, anti-islamophobe et droit-de-l'hommiste...

    Assurément.

    Le scandale et le malheur c'est que ce sont les GJ qui sortiront perdants de cet incident car les médias en feront des choux gras contre ce mouvement héroïque dans sa détermination et la justesse de ses récriminations.

            Car enfin, après sa visite avortée à "Nuit debout" en 2016 sous la colère de ses membres, Finkielkraut aurait-il volontairement cherché à discréditer cet autre mouvement qu'est celui des Gilets Jaunes en allant à sa rencontre pour y récolter des insultes et peut-être aussi, une baffe ou deux avec caméras et micros au bon endroit et au bon moment ?

    Si c'est le cas, on peut parler d'une opération scélérate.

     

                            finkielkraut antisémitisme médias et gilets jaunes

     

                Reste que le délitement moral et intellectuel est à son apogée car si les médias font une haie d'honneur à un Finkielkraut complotiste (la menace du "grand remplacement musulman"), distillateur de haine contre les Arabes, les Musulmans, la Gauche la vraie, les Féministes, les quartiers populaires et les associations anti-racistes et droit-de-l'hommistes, c'est bel et bien pour la raison suivante : les médias ont fini par valider l'idée qu'aujourd’hui, en France, si vous n'êtes pas racistes et islamophobes, vous êtes antisémites.

     

               Dans les faits, Finkielkraut n'a qu'un reproche à adresser au mouvement GJ : c'est de ne pas avoir mis sur la table la question identitaire alors qu'il comptait dessus – d’où son soutien à ce mouvement dans les premières semaines - étant donné la composition "ethnique" des GJ, majoritairement européens de souche. Aussi....

                  "Vous refusez de "taper " sur les Musulmans ? Tant pis : on fera de vous des antisémites."

    C'est imparable et sans appel et sans doute aussi, d'une efficacité redoutable. L'avenir nous le dira.

     
               Si les médias n'ont de cesser de dérouler un tapis rouge à Finkielkraut, si ces mêmes médias refusent de s'adresser au "complotiste anti-musulman"( adepte de la théorie paranoïaque du « grand remplacement »), qu’il est, anti-droit-de-l'hommiste, anti-féministe, contre les associations anti-racistes qui défendent les Musulmans en particulier - une véritable boule de haine à leur sujet ce Finkielkraut -... c'est que ces médias, contraints et forcés, ne voient en Finkielkraut que "le Juif", par manque de courage aussi, car jamais ces médias ne pourront valider "qui et ce qu'il est" ni confondre l'intéressé à ce sujet ; reste alors une seule option : essentialiser ce prêcheur de haine en habit vert ; le réduire à son origine seule. 


    Flatté, choyé, adulé... orgueil et vanité, Finkielkraut n'a donc pas compris que toute cette commisération à son sujet, que ce tapis rouge déployé, c'est son étoile jaune ; une étoile jaune qu'il n'aura de cesse de porter... à son insu ; une étoile jaune maintenant gage de sa respectabilité qu'il est allé chercher sur les plateaux-télés auprès de médias trop contents de la lui remettre. 


    Ironie de l'Histoire.

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

     
    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Antisémitisme et bouc-émissaire politique : l'arme fatale de tous les Présidents en difficulté, de Mitterrand à Macron

       

    antisémitisme mitterrand

     

                    Il n' y a pas plussss - dans le sens de "davantage" - d'antisémitisme qu'il n'y a de racisme, de haine de classe, haine du club de foot adverse, haine des médias, haine de la classe politique, haine du monde des affaires qui, eux tous, nous le rendent bien. 

    La haine est partout dans un monde dominé par un manque de solidarité et de compassion toujours plus patent ; un monde qui n'a qu'un message à faire entendre : "Mort aux plus faibles et aux vaincus qui n'ont que ce qu'ils méritent !"

    Certes, certaines haines sont plus instrumentalisées que d'autres car plus propices à une instrumentalisation politiquement très rentable...

    N'empêche...

     

    _________________

     

    castaner instrumentalisation de l'antisémitisme auprès des gilets jaunes

                         L'instrumentalisation de l'anti-sémitisme par l'Elysée a commencé ; ou bien plutôt "a re-commencé" devrait-on écrire car c'est un fait maintenant avéré : lorsque le locataire de l'Elysée est en difficulté, l’ennemi politique du moment devient alors le bouc-émissaire d'un procès en anti-sémitisme destiné bien évidemment à le discréditer moralement à défaut de pouvoir le faire politiquement.

     

    Frédéric Potier, délégué inter-ministériel, est chargé d'orchestrer cette instrumentalisation  ; le bouc-émissaire de cette campagne a pour nom devinez qui, devinez quoi !? Les Gilets Jaunes, bien évidemment !

     

    gilets jaunes et antisémitisme

     

    Le porte-parole de l’UEJF ( syndicat d'étudiants juifs, une officine israélienne chargée de rappeler aux Français juifs qu'ils sont d'abord juifs avant d'être français, et en tant que Juifs, ils doivent un soutien indéfectible à Israël, un pays étranger hors-la-loi  - faut-il le rappeler !) est venue prêter main forte à la campagne calomnieuse de l'Elysée dès le premier jour.

    Delphine Horvilleur, femme rabbin du Mouvement juif libéral de France, emboîte le pas : chez elle, l'amalgame "Gilets jaunes = antisémitisme"  sera sans réserve...

    Pierre-François Veil, fils de Simone Veil, s’inquiète d’une potentielle montée en puissance des actes antisémites avec les manifestations Gilets Jaunes (???)...

    De même, Emmanuelle Wargon du ministère de l'écologie qui sait au mot près ce qu'on attend d'elle, lie les violences dans les manifestations du Samedi avec les actes antisémites...

    Cette série d'interventions culminera avec un "auteur" de la communauté juive - auteur sans oeuvre digne de ce nom - , Marc Weitzmann, qui a manifestement vu dans cette campagne calomnieuse contre les Gilets Jaunes, l'opportunité de nous rappeler que lui aussi avait des choses à dire. En effet, cet "écrivain" n'hésitera pas à affirmer que la critique de "la banque" et des banquiers mène inévitablement à l'antisémitisme, ayant lui aussi fait sien, après l'avoir intériorisé, le préjugé ou stéréotype suivant : banquier = Juif.

    Faut bien dire que chez certains la bêtise n'a pas de limites et l'art de se tirer une balle dans le pied non plus. Et puis... " les imbéciles ça ose tout ; c'est même à ça qu'on les reconnaît." 

    Mais alors... pourra-t-on encore continuer de dire que le banquier est l'ennemi du bien-commun et qu'il nous doit tout et que l'on ne lui doit rien ? D'autant plus que c'est avec notre argent qu'il nous vole et qu'il prospère !

    Inutile de préciser que l'on ne manquera pas de se passer de l'autorisation de cet individu décidément bien mal inspiré : qu'il soit rappelé ici avec la plus grande fermeté que le banquier est sans l'ombre d'un doute, l'ennemi juré et mortel du bien-commun (1).

     

                     "Gilets jaunes et antisémitisme"... on peut parier sans difficulté que Castaner, homme sans scrupules et sans honneur, occupera le rang de chef de file de cette campagne abjecte d'autant plus qu'après l’échec de l’instrumentalisation de la violence par son exposition médiatique ad nauseam car le soutien de l'opinion public reste aujourd'hui encore très élevé en faveur des Gilets Jaunes, force est de constater qu'il s’agit maintenant, et à nouveau, pour l'Elysée, de plonger la France dans la boue de l’anti-sémitisme et d'y engloutir le mouvement Gilets Jaunes.

                    Aussi, les Gilets jaunes feraient bien de réagir dès maintenant en sollicitant les tribunaux à propos de ce qui s’avère être une "dénonciation calomnieuse" d’une nature diffamatoire plus qu'avérée.

     

    1 A propos de l'incident " Finkielkraut-Gilets Jaunes" du samedi 16 février 2019 : Pure provocation de la part d'un homme qui a épuisé depuis longtemps son crédit anti-raciste, anti-négrophobe, anti-islamophobe et droit-de-l'hommiste. Le scandale et le malheur c'est que ce sont les GJ qui sortiront perdants de cet incident car les médias en feront des choux gras. Finkielkraut a volontairement cherché à discréditer ce mouvement en allant à sa rencontre pour y récolter insultes et peut-être aussi, une baffe ou deux avec caméras et micros au bon endroit et au bon moment. Opération scélérate. Il n'y a définitivement plus rien à sauver chez cet individu sournois, chez ce Zemmour de l'Académie  Française ! 

                         

    ___________________

     

                            La vérité sur les événements du 9 février dernier près des grilles  de l'Assemblée

     

    Pour prolonger, cliquez : Gilets Jaunes - le dossier

    Lien permanent Catégories : Gilets Jaunes, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu