Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Histoire et révisionnisme

  • Karl Marx expliqué par Francis Cousin

     

     

                  Karl Marx serait donc l’auteur du 19è siècle de la nécrologie du Capital du 21e siècle. Marx aurait tout dit à propos du Capitalisme, de ses origines à sa mort prochaine, toujours annoncée, toujours remise à plus tard car le capitalisme n’en finit pas, pour les uns, de crever, pour les autres, de se transformer ; dans ce dernier cas, on remarquera qu’il n’est pas question d’adaptation car le Capitalisme a eu rarement à s’adapter ne faisant que tout aussi rarement l’objet d’une remise en cause qui le menacerait jusque dans ses fondements à la fois culturels, matériels et psychiques…

    Non ! Le Capitalisme ne s’adapte pas ; il contourne les quelques obstacles qui se dressent de temps à autre devant lui pour mieux continuer de s’étendre et de conquérir de nouvelles parts de marché car le Capitalisme est son propre marché ; de plus, c’est un « leader né » : il conduit tout autant qu’il éconduit. On dira, un rien taquin, qu'il est depuis le Moyen-Age « l’auto-mouvement d’éternité du monde en le monde » pour reprendre une formulation de Francis Cousin à propos des communautés primitives.

                 Pour revenir à l’œuvre de Marx, à son travail titanesque, on oublie un peu trop rapidement qu’il se pourrait bien que Marx ait décrit la nécrologie du communisme en pensant écrire celle du Capitalisme qui n’a pas cessé de s’étendre et de triompher jusqu’au tout marchandise ! Et quand on pense au grand projet de ce Capitalisme qui n'aime rien tant que de se fixer de nouveaux défis, un projet pour les siècles à venir qui concerne encore et toujours l’être humain, avec pour cible non pas son psychisme (cette tâche est déjà accomplie : la relation humaine n'est maintenant concevable dans un cadre exclusivement marchand ou à des fins marchandes) mais bien plutôt son corps : le trans-humanisme pour ne pas le nommer ; l’homme augmenté ; et d’une pierre deux coups : l’humain rayé de la carte...

    On peut légitimement penser que ce Capitalisme-là saura admirablement gérer notre propre mort bien avant que nous tous soyons à même de précipiter la sienne.

     

               Francis Cousin est philo-analyste, et si cela peut en rassurer plus d'un, docteur en philosophie ; émetteur et transmetteur de l’œuvre de Karl Marx sous l’œil bienveillant (dans le désordre) de Rosa Luxembourg, Simone Weil, Protopkine, Guy Debord, Marx, Engels, Hegel et des pré-socratiques - Empédocle, Héraclite et Parménide -, de mauvaises langues seront très certainement très vite tentés de qualifier Francis Cousin de « groupie marxiste» puisqu’il semblerait que Marx ait toujours raison, qu’il a tout prévu et qu’après Marx, on ne peut que radoter ou bien, travailler à la périphérie…  ce qui peut en énerver plus d’un.

    Or le malheur veut que la vérité soit dans les détails, comme pour le diable : Marx n’avait pas prévu que Henry Ford fabriquerait des automobiles pour ses salariés aliénés ; en d’autres termes, Marx n’avait pas prévu l’embourgeoisement de la classe ouvrière ou du prolétariat : congés payés pour tous, vacances et loisirs pour le plus grand nombre… et puis enfin : la télé , et là, franchement, plus aucun espoir n’est permis.

    Force est de conclure qu'il n’y aura donc pas de dictature du prolétariat  - même avec le mouvement "Nuit debout" et une action syndicale tenace de la CGT ( je plaisante ! ) -, mais la bonne vieille dictature de l’argent et de ceux qui le servent.

    N'empêche que... Francis Cousin laboure son champ - marxiste de surcroît -, qui est aussi son pré-carré ; il n’en sort jamais tout en nous invitant à l'y rejoindre…

    Francis Cousin serait donc à l’origine d’un nouveau concept : le groupie philologue ?

    Allez savoir !

     

                    Ci-dessous, quelques reprises de l'exposé de Francis Cousin au cours de son intervention chez Meta-TV :

                   - L’anti-fascisme est le pire produit du fascisme et de la dictature de la marchandise tout comme l’antiracisme est le pire produit du racisme et de la domination du patronat...

                   - Prolétariat : condition de l’anti-humain ; classe d’hommes et de femmes qui n’ont aucun pouvoir sur leur condition d’existence...

                   - Classe capitaliste :  la liquidation de la bourgeoisie propriétaire des moyens de production issue de la révolution française date de 1914. Cette bourgeoisie a été supplantée par des oligarques, des fondés de pouvoir, salariés non propriétaires des moyens de production de la dictature marchande (industrie, services, commerce et médias)...

                    - Révolution bolchévique : Marx est l’anti-thèse radicale du bolchévisme. Marx prône la disparition de l’Etat et de la dictature de l’argent...

                    - Franc-maçonnerie : avant-garde du Capital...

                    - Satanisme : le satanisme, c’est le culte de la marchandise ; de l’impuissance à conduire sa vie, son existence, à pouvoir peser sur elle (réification de l’être humain, de l’être primordial), arrive alors le transfert sur la souffrance de l’autre...

                    - Terrorisme, ingénierie sociale… tout est immanent ; immanence du fétichisme aliénatoire de la marchandise et de son despotisme qui se répand sur le monde...

                    - Tradition primordiale chez Marx : l’essentiel et le début, le primordial est à la fois ce qui est important (qui arrive en premier) et ce qui est au début. La tradition primordiale, cette aspiration, cette invariante sacrale qui, depuis la dépossession de notre être, subsiste en chacun de nous, est la cause de notre insatisfaction avec le monde contemporain car avant la scission de l’homme avec l’homme et de l’homme avec la nature, durant des millénaires nous avons vécu en communauté organique, sans Etat, sans argent, sans exploitation...

                    - Le sacral n’est pas le sacré. Le sacral c’est l’être achevé ; le sacral est anti-religieux, c’est le sacré sans la religion. Le sacral c’est le tout du monde (voir les pré-socratiques : Héraclite, Parménide) ; un monde insécable. Alors que le sacré à côté du profane est le liquidateur judiciaire du sacral.

                    - Révolution néolithique : naissance du capitalisme ; stock agraire, surplus de production ; naissance de l’échange, du troc entre groupes externes puis internes ; d’où la destruction de la communauté avec l’échange.

                    - Proudhon versus Marx : Proudhon veut équilibrer la contradiction de la marchandise ; le bon côté de l’économie venant tempérer le mauvais ; une solution : le mutualisme, la coopérative pour amender les excès du capitalisme. Alors que pour Marx, le capitalisme et le fétichisme de la marchandise ne sont pas amendables ni améliorables car toute l’économie politique débouche sur la même exploitation.  On n’aménage pas, on le détruit. Pas d’économie nouvelle, pas de système bancaire nouveau : il faut supprimer la politique, l’échange et l’argent.

                    - La révolution agraire : transfert des campagnes vers les villes, cette révolution marque la naissance du règne de la marchandise en permettant la naissance d’un capitalisme industriel et moderne. 1789, acte militaire, est censé mettre la France à l’heure des pendules de la révolution industrielle anglo-saxonne.

                    - Marx et le Judaïsme : le Judaïsme est l’appendice de l’argent ; les textes religieux juifs codifient une alliance commerciale abrahamique.

                    - Une remise en cause que le Capital ne peut pas admettre, récupérer, dépasser ou recycler, c’est la remise en cause du « tout marchandise » ; remise en cause du consumérisme, du mercantilisme.

                    - Seule la colonisation permet au Capital de résoudre les crises : colonisation, captation des richesses, des territoires, des ressources pour affaiblir la concurrence ou mettre hors-jeu des régions entières : le Moyen-Orient depuis les années 90, Syrie en tête qui a le tort de résister à l’hégémonie des USA et de ses alliés.

                    Et Francis Cousin de nous rappeler à toutes fins utiles : "Depuis le 11 septembre - manipulations monétaires (économie financière sans lien avec la production) et manipulations terroristes (le capitalisme dans sa phase supérieure veut le chaos du monde pour mieux maîtriser des territoires stratégiques) sont indissociables. Le terrorisme est le cœur stratégique de la production de la terreur ; pour créer l’union nationale il faut le terrorisme : l’endormissement et le renoncement à une autre organisation de l’existence en remettant en cause le mondialisme.

    Dans ce contexte, Islam et le djihadiste accouchent de mouvements archaïques incapables de menacer la suprématie étasunienne sur un plan technologique et économique."

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Histoire et révisionnisme, Littérature et essais ad hominem, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Szczecin entre Allemagne et Pologne : une histoire d'architecture

     

     

    szczecin, stettin, stetin, pologne, oder, allemagne, baltique, lagune de wolin,zalem szczecinski

        

                       Située à quelques kilomètres de la frontière allemande, à une heure de la mer Baltique, Szczecin (Stettin en allemand, Sztetëno en cachoube, anciennement Stetin en français) est la 7e plus grande ville de Pologne , le chef-lieu de la Voïvodie de Poméranie occidentale ainsi que la 3e plus grande ville portuaire de ce pays.

    La ville se situe dans l'extrême nord-ouest de la Pologne sur deux rives de la rivière Oder tout près de son entrée dans la lagune de Szczecin à Trzebież près de Police. L'archipel qui se trouve entre deux bancs de l'Oder est une zone industrielle et portuaire.

     

           A visualiser en HD - cliquez sur "paramètres" (ustawienia), sélectionnez : 1080p

     



                   Stettin était la capitale du Duché de Poméranie. Dès le premier quart du XVIIIe siècle, la ville a été connu en France sous le nom allemand Stettin, et faisait alors partie de la Poméranie prussienne.

                  Szczecin a une histoire parmi les plus colorées d'Europe. Par le passé, cette ville a appartenu aux Polonais, aux Prussiens, aux Danois, aux Suédois et aux Allemands. Elle était allemande jusqu'en 1945 (province de Poméranie de l'État libre de Prusse). Elle est polonaise depuis les accords de Potsdam (1945).

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Serge ULESKI youtube

    Lien permanent Catégories : A l'international, Art et culture, Histoire et révisionnisme 0 commentaire
  • Elie Wiesel : le soupçon

                

    330px-Elie_Wiesel_2012_Shankbone.JPG

                  

                    D'origine roumaine, rescapé du génocide juif, Grand-croix de la Légion d'honneur et commandeur de l'ordre de l'Empire britannique, médaille d'or du Congrès américain, docteur honoris causa par plus de cent universités prestigieuses, prix Nobel de la paix en 1986, auteur de La Nuit, ouvrage considéré comme "un canon de la littérature issue de la Shoah" (Annette Wieviorka) Elie Wiesel est décédé le 2 juillet 2016 à l'âge de 87 ans.

     

                   Or, Elie Wiesel dont on a pu dire de lui qu’il était « la conscience du monde » est loin de faire l'unanimité ; le personnage fait polémique…

    Jugez plutôt :

                   Le politologue et historien américain Norman G. Finkelstein, fils de déportés, dénoncera très tôt dans un ouvrage maintenant célèbre, ce que d'aucuns ont appelé d'une formule moins élégante et moins euphémistique : la « shoah business ».

    En effet, dans son ouvrage L'Industrie de l'Holocauste, Norman G. Finkelstein reprochera à Elie Wiesel fervent défenseur de la politique d’Israël et des colons de Cisjordanie, prix Nobel pour la paix pour avoir sans doute soutenu en 2003 la guerre contre l’Irak (ou bien plutôt « la ratonnade irakienne »), l’exploitation géopolitique et financière ainsi que l’instrumentalisation de l'Holocauste nazi, dans le but de défendre la politique israélienne d’occupation de la Cisjordanie et de son annexion.

                    Isaac Asimov d'origine juive, considéré comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction et qui ne souhaitait manifestement pas être en reste du vivant de Wiesel, n'hésitera pas à adresser à ce dernier les reproches suivants : « C’était en mai 1977. Ce jour-là, Wiesel m’a agacé en prétendant qu’on ne pouvait pas faire confiance aux savants, aux techniciens, parce qu’ils avaient contribué à rendre possible l’Holocauste. Incapable de me contenir plus longtemps, je suis intervenu : Monsieur Wiesel, vous faites erreur ; ce n’est pas parce qu’un groupe humain a subi d’atroces persécutions qu’il est par essence bon et innocent

                  L'attaque la plus féroce viendra du documentariste Claude Lanzmann le 3 juillet 2016, dans le 6/9 de France Inter ; le réalisateur du documentaire « Shoah » qui n'est certes pas ce qu’on peut appeler un parangon de tolérance et de bonne foi - Lanzmann a la fâcheuse habitude d’occuper son temps à régler des comptes avec tous ceux qui peuvent le contester -, égo contre égo, égratignera sans vergogne le mythe Elie Wiesel.

     

     

                      Lanzmann poursuivra son intervention sur l'antenne de France Inter en révélant l'accueil négatif qu'il aurait reçu de Wiesel qui se considérait comme le gardien du martyre juif de la Seconde guerre mondiale, à l'annonce du tournage de son documentaire "Shoah", une commande de l'Etat israélien : «  L'idée que je réalise Shoah le rendait fou. Je crois que l'explication est simple. La Shoah était, pensait-il, son domaine à lui et moi, je n'étais pas survivant d'un camp  

    Claude Lanzmann clôturera son intervention en citant le prix Nobel de littérature et ancien déporté, Imre Kertész, aujourd'hui décédé, un homme du silence, de la discrétion et du recueillement littéraire, en contradiction avec nombre des protagonistes de la starification d'une Shoah élevée au rang de religion…

    Lanzmann se fera le porte-voix de cet auteur dans sa mise en doute de la véracité même du témoignage de Wiesel à propos d'Auschwitz dans son ouvrage “Être sans destin”: "Elie Wiesel a passé à Auschwitz en tout et pour tout trois ou quatre nuits et jours, le reste du temps il était à Buchenwald. Il n’était pas à Auschwitz.»

    C'est ce qu'on appelle mettre les deux pieds dans le plat..........................................

    Rideau.

    ***

     

                     Concert d'hommages intarissables à l'annonce du décès d'Elie Wiesel, couvert d'honneurs... si les temps qui nous sont donnés de vivre peuvent nous être d'un quelconque enseignement, tout cela ressemble fort à un écran géant d'une fumée dense qui se voudrait, tel un brouillard d'une épaisseur peu commune, intimidante et dissuasive quant à toute tentative de cerner la vérité d'un homme et la vérité sur un homme.

    Aussi, à la lumière de toutes ces controverses, et pour revenir à « Elie Wiesel la conscience du monde », devons-nous en conclure qu’il s’agirait d’une conscience intellectuellement faible, moralement versatile, qui plus est, une conscience marchande, idéologiquement orientée et peu scrupuleuse avec les faits historiques, ceux qui nous sont propres en particulier, et par ricochet, les faits bien réels ceux-là dont on usurperait et la paternité et la sanctification ?

    La question est ouverte ; elle n’est sans doute pas près d’être refermée car plus gros est le mensonge plus la vérité chavire, prend l'eau et sombre... jusqu'à toucher le fond, abyssale : vase et obscurité.

    _____________________

     

    Pour prolonger... deux nécrologies critiques : 

     

    - http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/face-a-elie-wiesel-claude-lanzmann-182590

    - https://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-fabuleuses-aventures-d-Elie-Wiesel-40246.html  

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? - les congés payés du 20 juin 1936

                       Le Front populaire généralise les congés payés un mois après son arrivée au pouvoir. La loi est votée à l'unanimité par les députés le 11 juin 1936 et promulguée le 20 juin 1936. Elle prescrit un minimum de deux semaines de congés par an pour tous les salariés français liés à leur employeur par un contrat de travail.

     

    _______________________

     

     

                "Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux !" Ray Ventura et ses Collégiens - 1938 - compositeur : Paul Misraki ; auteur : Andre Hornez

     

                Ils ne la souhaitaient  pas. Ils ne l’attendaient pas non plus.  Et puis, elle est arrivée.

    Nous sommes en 1938 ; il est question de faire la fête. Un an plus tard, le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne ; le 3 septembre de la même année, la France et l'Angleterre (et d'autres menus fretins) déclarent la guerre à l’Allemagne.

    Il ne sera alors plus question de faire la fête ; on continuera de prendre des trains, certes ! mais ces trains auront d’autres destinations et les tenues vestimentaires d’autres coupes, d’autres couleurs ; les sacs à dos remplaceront les valises ; quant aux sourires sur les visages…

    Pensez donc ! Il n’est plus question de gagner les plages - nos beaux rivages ensoleillés - mais bien plutôt de se rendre dans l’Est et le Nord de la France.

    Des trains donc et des troupes aussi pour contrer l'avancée allemande même si - exode civil et militaire oblige ! - leur sort à tous sera scellé en quelques semaines.

     

                   Après les deux dernières détonations de Hiroshima et de Nagasaki et une guerre aux 62 millions de morts dont 40 millions de civils… cette guerre-là, ils ne l’ont pas voulue ; et ils l’ont eue quand même !

     

     

            "Quand on se promène au bord de l'eau" 1936  - Paroles de Julien Duvivier et Louis Poterat ; Musique de Maurice Yvan et Jean Sautreuil

     

    ***

     

                70 ans plus tard, on ne compte plus les Unes des journaux et des magazines et autres webzines qui brandissent la menace d’une 3è guerre mondiale ; guerre imminente, guerre à venir et qui ne manquera pas d'arriver, pour sûr !

    La guerre fait vendre... pas seulement des armes : des journaux aussi.

    Tous la prédisent et tout le monde l’attend cette troisième guerre mondiale (plus de 10 millions de réponse sur Google sur la recherche « troisième guerre mondiale) en la redoutant qu’à moitié… car au fond, tout au fond, tous savent que ça ne peut plus continuer...

     

                  "Continuer ? Mais... qu’est-ce qui ne peut plus continuer ?

                   - Mais... ça, tout ça !

                   - Tout ça quoi ?

                   - Cette saturation ! Cette pénurie ! Cette effervescence ! Cet essoufflement ! Cette vie sans Dieu ! Cette vie avec Dieu ! Toute cette technique ! Toute cette indigence ! Tout ce plein ! Tout ce vide ! Tous ces mensonges et toutes ces vérités qui ne peuvent plus nous être cachés !"

     

                  On l’attend donc ; on l’espère cette guerre ! D’aucuns comptent pouvoir se refaire une santé, d’autres nous faire oublier tout…  et d'autres encore tout aussi pressés de vivre que de mourir après des années sans queue ni tête, sans but ni direction : « Enfin quelque chose qui nous dépasse ! Quelque chose de plus grand que nous ! » s'écrieront-ils.

    Car la guerre nous dépasse toujours d’une tête, parfois de deux. On croit la faire cette guerre et c’est elle qui nous fait et qui nous la fait à l’envers aussi !

              Mais alors, Qu’est-ce qu’on attend pour faire la guerre et être heureux ? Oui, heureux et libérés d’un poids énorme, tous fatigués d’obéir, tous fatigués de subir, tous fatigués de désespérer ; et les autres, en grande difficulté face au réveil des consciences : "Ce qui est... n'est pas ! Vous vous rendez compte un peu ?!"

    Et puis, la faire cette guerre, n’est-ce pas le meilleur moyen de conjurer sa menace ?

    Regardez ! Si l’histoire nous est d’un enseignement quelconque, on n’aura pas manqué de noter ceci : vous ne la voulez pas cette guerre et elle vous tombe dessus : pas moyen d'en réchapper alors ! Vous la désirez ardemment, vous la priez cette guerre et elle vous fait faux bond.

    Aussi, autant la faire cette guerre car rien n’est plus dangereux que la frustration guerrière ; une frustration qui tape du pied, qui s’impatiente, qui enfle et enfle... enfle jusqu'à... 

     

               « Une 3è guerre mondiale, vous dites ? Mais il y a longtemps qu'elle a commencé.

                - Commencé ? Laquelle ?

                - Mais cette guerre qu'est le mondialisme... cette guerre faite à l'Europe, cette guerre contre les Etats nations, les salariés, la démocratie !

               -  Mais non ! Je ne vous parle pas de guerre économique ! Je pense à une troisième guerre mondiale sur le modèle de la deuxième.

              - Mais… entre qui et qui alors ?

                    -  Entre nous et eux, tiens pardi !

              -  Eux et nous ?

              -  Entre nous et ceux qui commandent entourés de leurs troupes composées en majorité de ceux qui n’ont jamais cessé d’obéir ! Après tout, le soldat, c’est dans la vie civile qu’on le forme et qu’il fait ses classes. Toujours ! De tout temps ! Qu'est-ce que vous croyez !

           -      Vous avez raison. L'être humain, quand il obéit, est d'une laideur sans nom, en temps de guerre comme en temps de paix !"

     

    ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : 3è guerre mondiale

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • La traite négrière : selon que vous soyez puissant ou misérable…

                                             Le 10 mai la France commémore l’abolition de l’esclavage

     

    ___________________

     

                  Selon vous soyez puissant ou misérable... blanc ou noir, "civilisé" ou pas…

     

     Cliquez :  La traite négrière : 315 années, 20.528 voyages et des millions de vies

     

     

    ***

     

    "Si ce sont les victimes qui jugent leurs bourreaux, il n’y a plus de justice. On règle des comptes. Mais alors, qui nous rendra justice ? La justice d’un raisonnement juste dans la justesse d’un affranchissement courageux et altruiste ?

    - Comment ça Matthieu ?

    - Quand on juge un crime, c’est la victime que l'on juge en premier. Alors, dites-moi quel regard vont porter sur cette victime ceux qui sont chargés de lui rendre justice et je vous dirai quelle sera la peine prononcée. Oui ! C’est bien la victime qu’on juge en premier. Toujours ! Et plus la victime nous est culturellement étrangère et géographiquement éloignée, plus magnanimes nous sommes quand il s’agit de punir et d’entretenir dans la mémoire collective toute l’horreur du crime. En d’autres termes : dites-moi, pauvres victimes que vous êtes, où et comment vous viviez avant qu’on ne vous asservisse, qu’on ne vous déporte et qu’on ne vous massacre... dites-moi aussi qui sont vos bourreaux et les juges de ces mêmes bourreaux - sans parler de leurs avocats -, et je vous dirai quelle sera la sentence prononcée et quelle place le crime perpétré occupera dans l'Histoire. Prenez la traite négrière...

    - La quoi ?

    La traite négrière Luc. Si cette Traite a dû faire des pieds et des mains pour se faire entendre et reconnaître, c’est bien pour la raison suivante : dans l’imaginaire d‘un monde civilisé et arrogant, les victimes ont quitté une condition jugée peu enviable pour une condition jugée guère plus avilissante. On leur a fait quitter une existence jugée primitive et précaire, aux mœurs d‘un goût douteux et leur déportation puis leur exploitation les ont plongés dans une condition jugée ni pire ni meilleure. On peut légitimement affirmer que le crime n’a pas remis fondamentalement en question leur condition de vie.

    - Oui Matthieu. Vu comme ça.

    - Comprenez bien une chose : ce qui était en cause, ce n’est pas la couleur de leur peau. Leur seul tort à eux tous, c’était d’être sans défense et éloignés culturellement et géographiquement de leurs bourreaux, dans un premier temps et puis, des juges et des historiens, dans un deuxième temps car, plus les bourreaux nous sont proches et plus leurs victimes nous sont culturellement éloignées, plus il nous est difficile de compatir et moins on compatit, plus légère est la peine et plus courte est la mémoire. Si on ne prête qu’aux riches, sachez qu’on ne prête qu’aux victimes civilisées toute l’attention que mérite le crime commis contre elles. Faites d’un peuple civilisé, un peuple d’esclaves et plus grand sera votre crime. Réservez le même sort à un peuple jugé primitif et votre crime sera vite oublié ou bien, minimisé.

    - T'as fini ? Bien Matthieu. Je peux peut-être y aller maintenant.

    - Y aller ? Mais où donc ?

    - Loin des victimes, des bourreaux et des juges ; que je n'aie plus à t'entendre.

    - Je reviendrai. Et vous m'entendrez à nouveau !"

     

     

                Extrait du titre : « Des apôtres, des anges et des démons »

     

     

     

    Pour prolonger... cliquez Des apôtres...

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Palestine : le malaise français

    51Lxd0CPxUL._SX352_BO1,204,203,200_.jpg

     

                    

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avec cet ouvrage, c'est une histoire du sionisme et de son influence sur les Présidents français de la 3e à la 5e République, les médias et la classe politique, de Léo Blum à Mitterrand, en passant par Guy Mollet et Charles de Gaulle, qui nous est contée par Charles Onana, journaliste camerounais.

     


                  Présentation de l'éditeur
     

                  Réalisée à partir des archives de l'Élysée et du Parlement européen, cette enquête historique relate la rencontre inédite entre François Mitterrand et Yasser Arafat en 1989, considérée à l'époque comme un acte de trahison par de nombreux membres des communautés juives et par Israël. Partisan d'une politique étrangère équilibrée entre les pays arabes et l'Etat hébreu, le président Mitterrand résiste aux pressions et exige le respect de la liberté et de la souveraineté de la France. Pourquoi la volonté du chef de l'Etat français de renouer le dialogue entre les parties en conflit a-t-elle provoqué tant d'hostilité chez les dirigeants israéliens et chez les Juifs de France ? Comment expliquer cette main tendue au chef de l'OLP alors que Mitterrand avait, jusque-là, été un fervent partisan de la cause israélienne ? Quel héritage reste-t-il de cette ligne politique et est-il encore possible, pour la France, de défendre une politique étrangère indépendante au Proche-Orient ? En remontant aux origines de la politique étrangère de la France dans la région depuis le début du 20ème siècle jusqu'après la Seconde guerre mondiale, ce travail rigoureux permet de comprendre pourquoi il est si difficile pour un président français de reconnaître l'Etat palestinien et de jouer un rôle décisif en faveur de la paix au Proche Orient. A l'appui de son analyse, l'auteur publie également plusieurs documents inédits du Parlement européen.


                 Biographie de l'auteur

     

                 Journaliste d'investigation et chercheur spécialisé sur les conflits armés et les questions de sécurité internationale, Charles Onana est auteur d'ouvrages à succès dont : Les secrets de la justice internationale (2005), Noirs, Blancs Beurs libérateurs de la France (2006), Joséphine Baker contre Hitler (2006), Al-Bashir et Darfour : la contre-enquête (2009), Côte d'Ivoire Le coup d État (2011), Europe, crimes et censure au Congo (2012), La France dans la terreur rwandaise (2014).

     

     

     

               Entretien avec l'auteur de l'ouvrage, Charles Onana, entouré d'un de nos plus importants ministres des affaires étrangères (avec Dominique de Villepin) depuis Maurice Couve de Murville (ministre de de Gaulle) : Roland Dumas à la tête du quai d'Orsay de 1988 à 1993 sous la présidence de Mitterrand.

     

    ***

     

                   Qu'il faille se reposer sur un journaliste "étranger", de nationalité camerounaise pour nous conter ce sionisme qui a pris d'assaut les médias, notre classe politique, l'Elysée et Matignon avec la complicité du trio Hollande-Valls-Fabius (se reporter et ICI et LA à propos de l'engagement de ces derniers auprès d'Israël) en dit long, très long, sur ce qu'il est encore possible d'attendre de ceux qui sont censés pourtant nous éclairer, historiens et journalistes confondus. 

                  A propos du traitement que les médias, la classe politique et les associations communautaires réservent à ceux qui osent dénoncer l'influence de cette idéologie sioniste sur la France et sur sa politique étrangère en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force, ainsi que du danger que fait peser l'idéologie de cet Etat israélien qu’il nous faut bien qualifier de « d'Etat voyou » et de ses relais, ici en France (CRIF, LICRA, UEJF, LDJ...), sur l'unité de notre pays, son image à l'étranger, pour ne rien dire de la sécurité des Juifs français (1), on peut sans exagérer affirmer que l'on n'a pas connu en France un tel climat de chantage moral et de terrorisme intellectuel exercés sur les institutions et ces mêmes médias, leurs producteurs, animateurs et journalistes (télés, radios et journaux) depuis l’ère communiste et stalinienne - l’URSS, ses satellites et ses relais -, le PCF en particulier avec ses intellectuels et ses sympathisants -, des années 30 aux années 70.

    A moins d'être lâche, aveugle ou de parti pris, difficile de ne pas admettre que leurs méthodes sont étrangement identiques : insultes, discrédit, intimidation, demandes d'annulation d'expositions artistiques, calomnie, procès d'intention, amalgames, chantage affectif, chantage professionnel, chantage au chômage, à la relégation, chantage à l'antisémitisme...

                  Face à de tels agissements, nous n'avons qu'un devoir : les dénoncer sans relâche si nous voulons continuer de protéger notre démocratie déjà mise à mal par un mondialisme tentaculaire sans visage et sans morale, tout en gardant à l'esprit le fait suivant : plus les "élites" médiatiques de la communauté juive - par opposition aux élites intellectuelles et morales -, s'évertueront à culpabiliser les populations européennes sur leur passé comme pour mieux pratiquer auprès d'eux un chantage à l'anti-sémitisme dans l'espoir de faire taire tous ceux que la politique israélienne révolte, plus... en contrepartie, comme un effet boomerang, ces populations européennes exigeront de cette élite un comportement au-dessus de tout reproche : moralement et intellectuellement ; comportement auquel cette élite ne pourra pourtant pas se conformer puisque dans l'obligation de défendre - et de protéger de l'opprobre -, un état à la politique... au mieux immorale, au pire... a-morale ; dans tous les cas, une politique en opposition frontale avec la civilisation européenne depuis la décolonisation.

    Non ! Les européens ne feront donc pas de cadeau à cette "élite médiatique" toujours prompte à leur rappeler ses pogroms, son Vel d'Hiv (et Auschwitz quand vraiment ça se gâte) et plus particulièrement, ces européens sans complexe issus de la colonisation qui n'accepteront pas de partager l'histoire de l'anti-sémitisme européen ; communauté arabo-musulmane qui est aujourd'hui la cible privilégiée d'individus proches de l'Etat israélien ; cible jusqu'au procès d'intention : sa religion, sa violence, son "échec à l'intégration" et "son anti-sémitisme déguisé en anti-sionisme".

                  Là est le piège pour cette "élite" et cette communauté qu'elle est censée guider et éclairer car, si l'homme n'a pour pire ennemi que lui-même, il se pourrait bien que la communauté juive d'Europe ait pour pire ennemi : la politique de l'Etat d'Israël depuis 1967 ainsi que les officines israéliennes qui agissent en France sous le couvert de représenter une communauté dont les intérêts sont sacrifiés sur l'autel d'un intérêt bien supérieur : l'expansion coloniale de l'Etat d'Israël dans le cadre d'une politique qui laisse toute une région fracassée dans le chaos savamment programmé de longue date.

     

     

     

    ***

     

                     "Palestine : le malaise français"... à notre connaissance, cet ouvrage n'a fait l'objet d'aucune recension dans les médias : presse, radios, télés.

                     La censure par le silence...

                    Testez-les tous ! Quand on vous dit qu'à chaque fois, ils nous donneront raison !

                     On est donc bien tranquilles.

     

     

     

    1Se reporter à l'ouvrage d'Esther Bebbassa : Etre juif après Gaza

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Marion Sigaut : Israël... une information de première main

                      "Plus grand est le mensonge, plus large est sa diffusion et plus fort est son emprise et son pouvoir de contrainte, plus il faut le dénoncer et remettre une couche... de vérité ! Toujours ! "

     

                     A propos d'Israël, derrière chacun des mots de ceux qui, ici en France, soutiennent la politique de cet Etat voyou, derrière chacune de leurs phrases, il y a un non-dit, un mensonge énorme.

                     Et si tous s'accrochent à ce mensonge,  et si tous y croient encore, tout ce que ces hommes et ces femmes peuvent se permettre aujourd'hui avec la complicité de la classe politique et des médias, c'est de nous demander de croire à ce mensonge, nous tous avec eux,  tout simplement parce qu'ils ne sont pas assez "homme" pour affronter la vérité car tout au fond, bien profond,  il se pourrait bien qu'à leurs yeux,  les Palestiniens ne soient pas assez humains pour mériter une telle remise en cause.

     

    ***

     

     

     

     

                    En  revanche, après 20 ans de kibboutz - de 1971 à 1989 -, Marion Sigaut nous restitue la vérité puisque, bien que femme, elle est manifestement assez "homme" pour le faire.

     

     

     

                    Que cette parole-là soit inaudible partout ailleurs que chez ceux qui ont accepté de lui tendre un micro, cela ne surprendra personne, excepté les imbéciles et les lâches car il n'y a pratiquement plus de médias pour contrer tous les mensonges auxquels il nous est demandé de croire quotidiennement sans sourciller et sans nous révolter.

     

     Juillet 2014 - extrait. Entretien dans son intégralité ICI

     _________________

     

    Pour prolonger, cliquez :  Marion Sigaut, historienne

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Yitzhak Rabin : héros malgré lui...

    ultra religieux, sioniste, israéliens, laïcs

                 Ou quand, religieux et laïcs israéliens, il faut être deux pour faire la paix 

     

    ___________

     

    Il y a 20 ans aujourd’hui…

    Le 4 novembre 1995, Yitzhak Rabin, âgé de 73 ans, Premier ministre de l'Etat d'Israël, est touché par deux balles tirées à bout portant dans son dos alors qu’il prononce un discours à Tel Aviv.

    Il mourra quelques heures plus tard.

    Son assassin, Yigal Amir "agissant au nom de Dieu" selon ses dires, est un juif israélien étudiant en droit manipulé par des rabbins opposés aux accords d'Oslo signés à Washington le 13 septembre 1993 entre Yitzhak Rabin, Premier ministre israélien, Yasser Arafat, Président du comité exécutif de l'OLP et Bill Clinton, Président des États-Unis ; accords censés instaurer un mode de négociations autour de la question de l’occupation coloniale de Cisjordanie et de Gaza depuis 1967 par l'Etat israélien et ses milliers de colons ; occupation condamnée par la communauté internationale puisque, outre son caractère humainement infâme, cette occupation-colonisation est une violation des lois qui régissent le droit international.

     

    accords d'oslo, palestine, rabin, arafat,Ne soyons pas dupes néanmoins : ces accords d’Oslo, une initiative de Shimon Peres (en politique, un imbécile notoire qui n'avait rien prévu,  même pas l'assassinat de son Premier ministre !) face à un Rabin pourtant réticent, étaient destinés à gagner du temps en mettant fin à la première Intifada qui, dans sa répression par l’Etat colonial israélien (souvenons-nous des mains brisées des jeteurs de pierres par des soldats israéliens devant les caméras du monde entier), faisait courir le risque de voir cet Etat être placé au ban des nations (ce qui est le cas aujourd’hui car on ne se refait pas ! Jamais !).

    Soit dit en passant, en novembre 1995, soit deux ans plus tard, ces accords n’avaient toujours pas vu un commencement d’application.

     

                 Selon le point de vue qui veut que jamais il ne soit rendu justice à la cause palestinienne, nombreux sont ceux qui ont très vite trouvé une consolation après l’assassinat de Rabin - pour peu qu'ils en aient été affectés -, car… aujourd’hui, en 2015, soit vingt ans plus tard, l’occupation de la Cisjordanie avec sa politique du "fait accompli" n'a jamais cessé de s'étendre : en effet, au moment de la signature des accords d’Oslo, la question coloniale impliquait 250 000 colons en Cisjordanie ; 20 ans plus tard, ce chiffre a pratiquement doublé : on est passé à 450 000 colons.

     

                Yitzhak Rabin n’est donc pas mort pour rien car, aujourd'hui plus qu'hier, jamais l’espoir de voir le droit international et la force de ce droit rendre rendre justice aux Palestiniens n’a été aussi éloigné.

    De plus, cet assassinat nous rappelle, si besoin était, qu’il faut être deux pour faire la paix. En effet, depuis ce 4 novembre 1995, la fracture dans la société israélienne entre les religieux et les laïcs n’a jamais été aussi profonde. Fracture entre ceux qui veulent vivre en paix dans les frontières reconnues par la communauté internationale (celles de 1967) et les autres : rabbins, colons économiques et religieux, partis politiques opportunistes au clientélisme éhonté, avec au sommet de la pyramide, l’Etat israélien pour mener à la baguette tout ce beau petit monde, soufflant tantôt le chaud et le froid au nom d’une raison supérieure : celle d’un Etat qui a su exploiter avec un talent certain toutes les faiblesses du droit et de la morale avec la complicité et le soutien tantôt explicite, tantôt tacite, des USA et des Etats européens.

    Et s’il n’est même pas sûr qu’un individu tel que Benyamin Netanyahou soit dans les faits disposé à « mourir pour Israël » et ce malgré ses incessantes rodomontades, et pour peu qu’il en soit un jour question, soyez assurés qu’aucun homme politique de ce pays n'acceptera de mettre sa vie en danger dans le souci de rendre justice  - même une justice toute relative -, au Peuple palestinien car tous ont retenu la leçon de l'assassinat de Rabin : quiconque s'y risque... meurt.

     

     

                      

     

                                  Le témoignage de cet Israélien se passe de commentaire

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : La résistance, un nouveau romantisme

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • 1999 : Kosovo, Otan et désinformation

    vladimir volkoff,désinformation,kosovo,politique,usa,otan,actualité

     

               « Le prétendu droit d’intervention ne peut être envisagé que comme manifestation d’une politique de force qui , dans le passé, a donné lieu aux abus les plus graves » - Cour internationale de justice de La Haye en 1949.

     

    ***

     

                « En l’an 1999 une bombe française, démocratique, civilisée s’abat sur la capitale d’un pays, Belgrade, avec lequel la France n’est pas en guerre. La France avait le choix pourtant : prendre parti pour une nation qui fut sa sœur d’armes en 14 et en 39, la Yougoslavie, condamner expressément le bellicisme  américain, s’entremettre, négocier, jouer les médiateurs…

    La France a choisi  de servir de valet d’armes de Clinton et de Albright. Quant aux Serbes, eux n’ont jamais eu le choix puisque la proposition de l’Otan était insultante et inacceptable : occupation de la Serbie, du Monténégro et du Kosovo.

    Ce même Otan déclenchera  en boule de neige une catastrophe humanitaire à la fois chez les Kosovars, les Albanais et les Serbes.

    Accusateur, juge et bourreau, certes l’Otan ne faisait pas la guerre au peuple serbe mais au tyran Milosevic. Mais alors, pourquoi bombarder Pristina alors que le dit tyran n’y est pas ?»

     

                             Vladimir Volkoff  à propos de la guerre du Kosovo - Paris1999

     

     

                Ainsi assistons-nous à « L’opération de désinformation Kosovo » (1) jugée par Volkoff la plus ambitieuse à avoir jamais été tentée.

    Etudiant la désinformation depuis bientôt 20 ans, Volkoff propose de n’utiliser le mot « désinformation » que dans le cas d’une manipulation de l’opinion publique à des fins politiques, avec une information traitée par des moyens détournés tout en précisant que la désinformation  peut s’exercer à propos de mensonges, mais ce n’est pas la notion de mensonge qui prime ; c’est la notion de manipulation de l’opinion publique où l’acquiescement de l’opinion débouche sur une psychose collective.

    Arrivent ensuite les caisses de résonance que sont les organes qui propagent la désinformation : les médias principalement (et aujourd'hui : les réseaux sociaux).

    On peut désinformer à partir d’un mensonge comme à partir d’une vérité, un mélange vrai-faux fournissant généralement le support le plus efficace. Volkoff en 1999 prédit d’ailleurs que les choses iront en s’empirant puisque nous assistons à  une double colonisation des médias de l’information : les annonceurs qui les colonisent et l’économie qui colonise le politique.

    Et pour finir, aucune opération de désinformation ne peut se dérouler sans diabolisation de l’adversaire.

     

    ***

     

     

                    L’Otan, la coalition et la manœuvre américaine autour des événements yougoslaves.

     

              Analyse de Samuel L. Blumenfeld dans Le Monde des 2-3 mai 1999 :

    « La Russie est  la cible privilégiée de l’Otan, car c’est non seulement le pays le plus grand du monde mais c’est celui qui détient les ressources naturelles les plus importantes de la planète. Sa faiblesse actuelle présente à l’Occident une occasion unique pour imposer son contrôle sur cet immense pays qui devra ensuite être fragmenté en des Etats mieux gouvernables… »

    « Le bombardement de Belgrade fut la première salve dans cette nouvelle guerre mondiale dont le but premier est le démembrement de la nation la plus grande du monde. L’Otan espère accomplir ceci avec l’aide des Musulmans à l’intérieur de la fédération russe… raison supplémentaire d’appuyer les Musulmans contre les Serbes chrétiens… »

    On peut poursuivre l’analyse ; Volkoff n’hésite pas, prophétique : « Une fois la Russie achetée à coups de milliards de dollars, morcelée, peut-être occupée, elle doit être mise en exploitation sauvage par les transnationales. »

     

               Poutine résistera à cette humiliation et à ce pillage des richesses. C’est bien là ce que l’Otan ne lui pardonne pas aujourd’hui et tous les médias dominants atlantistes, publics comme privés.

    Un diplomate américain confiera à Volkoff à propos du projet européen de l’après guerre : « Nous souhaitons que l’Europe se fasse mais qu’elle se fasse mal ».

    Comme un fait exprès, Volkoff se manquera pas de remarquer que «  plus l’Europe se dénationalise, plus elle fournit à l’Amérique une domesticité dévouée ».

    Et Volkoff de conclure en 1999 : "L’Amérique en plein épanouissement, ambitionnant de s’étendre  à la planète entière ; l’Europe apparaît aujourd’hui comme mort-née ; et les divers pays européens comme suicidés dans leur souveraineté. Dans ce contexte, les Russes et leurs alliés en tête, qui ont l’impudence de résister  (en 1999 il s’agissait des Yougoslaves serbes), doivent être mis hors d’état de nuire."

     

     

    1 - Se reporter à Clap 36 à propos de son documentaire : Propagande de guerre, propagande de paix

     

    ***

     

              Volkoff était trop heureux de saluer en son temps le cynisme des USA durant la guerre froide : lutte contre le communisme oblige !  pour mieux déplorer dans son ouvrage sur la désinformation ce même cynisme à propos du conflit du Kosovo en particulier et de la Yougoslavie en général qui frappa de plein fouet les Serbes et leur allié russe et orthodoxe impuissant (les références culturelles de Volkoff), oublieux du fait suivant : le maître des lieux n’est pas pour ou contre, anti ou pro, il pense ce qu’il faut penser … il est ce qu’il faut être pour rester le maître des lieux en toutes circonstances.

    Les USA  introduisirent le Việt Minh en Indochine pour en chasser les Français ; ils feront la guerre en Corée puis au Vietnam une fois les Français hors jeu contre le communisme et son allié tantôt chinois, tantôt bolchévique...

    Pro-communiste en Indochine, anti en Corée et au Vietnam, pro-orthodoxe contre l’URSS puis anti-orthodoxe contre la Russie une fois l’URSS vaincue...

    Pro-islam en Europe (en Bosnie notamment, jusqu’à souhaiter l’entrée de la Turquie dans l’U.E), anti-islam au Moyen-Orient contre le Hamas ; pro-islam au côté de l’Arabie Saoudite ; anti à nouveau quand il s’agit de l’Iran…

     

               Leçon amère pour Vladimir Volkoff donc, le russe orthodoxe anti-communiste « blousé » par les USA dont les analyses gardent néanmoins dans son ouvrage écrit en 1999 toute sa pertinence à propos de la guerre en Yougoslavie, au Kosovo et des mécanismes de la désinformation ; analyses qui n’ont jamais été autant nécessaires aujourd’hui.

    _____________

    Pour prolonger, cliquez :

     

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Vincent Reynouard à nouveau condamné : deux ans de prison ferme

     

    vincent reynouard,pape pie xi,histoire,révisionnisme,négationnisme,mit brennender sorge,seconde guerre mondiale,gayssot,loi gayssot,licra,nuremberg,national-socialisme,fascisme,église catholique,catholicisme,bernanos,hitler,rené guéron,maurice bardèche,lanza del vasto,gandhi,staline,panthéon

                     Le mercredi 11 février, le tribunal de Coutances (50) à une fois encore condamné Vincent Reynouard à deux ans de prison ferme pour avoir diffusé sur Internet des vidéos contestant les crimes contre l'humanité de la seconde guerre mondiale ; le tribunal a doublé la peine d'emprisonnement réclamée par le parquet.

    En outre, il a été condamné à verser des dommages et intérêts à plusieurs associations, dont les plus élevés (3 500 euros) à la Licra (quelle santé cette LICRA ! Toujours là où il faut !). Son matériel informatique a été confisqué ; il devra aussi payer la publication du jugement dans cinq quotidiens nationaux et régionaux.

     
    Le testament judiciaire de Vincent Reynouard 

                                                                ___________________________

     

     

              Quand le national-socialisme rencontre le catholicisme et l'Histoire*

     

     

                   Né en 1969, marié et père de 8 enfants, Vincent Reynouard est ingénieur chimiste de l’ISMRA (Institut des sciences de la matière et du rayonnement atomique) de Caen. Catholique traditionaliste ultra-conservateur, il se dit « national-socialiste » même si… dès 1937 ( bien avant Vatican II), une encyclique du pape Pie XI rédigée exceptionnellement en allemand Mit brennender Sorge (trad. Avec une brûlante inquiétude) a condamné sans réserve cette idéologie.

    Vincent Reynouard doit sa notoriété - même relative -, à sa contestation de la version officielle de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Chercheur-historien auto-didacte ceux qui le soutiennent le disent « révisionniste » ; en revanche, ses détracteurs l’accusent de « négationnisme ».

    Professeur de mathématiques révoqué de l'éducation nationale, premier « prévenu » de la loi Gayssot (1), il sera condamné en première instance, en 2007, par le tribunal correctionnel de Saverne (Bas-Rhin) à 1 an de prison ferme, 10.000 euros d’amende et 3.000 euros de dommages et intérêts pour la LICRA. En appel, en juin 2008, la Cour de Colmar confirmera la peine de prison et le condamnera à un total de 60.000 euros (20.000 euros d’amende + publications forcées et frais divers).

    Réfugié un temps en Belgique avec sa famille, la France lancera un mandat d’arrêt européen pour l’obliger à purger sa peine. Il sera emprisonné par la police belge, en attendant son extradition. L’intéressé déclarera : « Quand on ne songe qu’à la mise en prison pour se débarrasser d’un contradicteur, c’est qu’on n’a pas d’arguments. »

    Et le bon sens populaire (ou pas) d’ajouter : "On ne maltraite pas un homme comme ça s'il a tort... ou bien alors, c'est qu'on ne peut pas lui répondre".

    Bonjour l’ambiance !

     

    1 – Un homme averti en vaut deux. Rappelons que cette loi Gayssot de juillet 1990 contestée par nombre d’historiens, interdit, dans son article 24bis, le fait de « contester (…) l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international [dit de Nuremberg] annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945. »

     

     

    ***

     

                       Vincent Reynouard en entretien en 2011, quelque part en France (cette vidéo n'est aujourd'hui - 2015 - plus accessible - d'autres vidéos sont disponibles ICI )


                  National-socialisme, fascisme... un chef pour conduire le bien commun contre l'intérêt général – le bien commun étant, contrairement à l’intérêt général « le bien le plus élevé » ; le Bien de tous les biens donc ! Un gouvernement totalitaire mais débonnaire (non, on ne ricane pas !) d'un ordre naturel et divin au service de la préservation du patrimoine génétique, celui de la race – le métissage est néanmoins autorisé, un métissage au compte-gouttes car…  nul n’est maître de ses sentiments, et l’amour a ses raisons que la raison  « fasciste et national-socialiste » est capable d’ignorer  ;  en revanche… au diable le drapeau et l’hymne national ! Tenez-vous-le pour dit : aucun drapeau et aucun hymne ne valent une guerre ! Ni bourgeoisie, ni République non plus car selon les dires de Reynouard… "... là où vous voyez des palais et de grands hommes, moi je vois des chiottes et des salauds" ; partisan de la théorie de l'évolution contre la doctrine de l’Eglise (catho-traditionnaliste dissident Reynouard ?), allergique à toutes les théories du complot car tout ce qui arrive ne fait pas nécessairement l'objet d'une entente préalable, cachée et maléfique… même s’il n’ignore pas que des actions secrètes sont toujours possibles, qu’on se rassure : à ses yeux, le protocole des sages de Sion est un faux (tant pis pour ceux qui auraient bien aimé trouver en Vincent Reynouard un allié sur ce sujet) ; lucide et bien avisé, il reconnaît : « Pas de lois destructrices d’un ordre ancien (le mariage gay par exemple) - ordre immuable car reposant sur la nature -, sans l’assentiment de la majorité… consentement ou indifférence à l’origine desquels on trouvera un désir conscient ou inconscient en faveur d’un tel changement  ; et Vincent Reynouard de poursuivre : : inutile de mettre un visage sur le Mal, mieux vaut donner de bonnes raisons d'oeuvrer pour le Bien dans la perspective de l’avènement d’une révolution fasciste qui permettra d’assainir et de renouveler les élites (d’aucuns seront rassurés : une épuration aura bien lieu !) avant le retour de la monarchie ; Reynouard encore : un pays sain (comprenez : un pays fort, tel un tronc d'arbre aux racines profondes) n'a pas à craindre les Juifs ni les Francs-Maçons (Ouf ! ça en rassurera plus d’un et plus d’une ! Mais ça peut aussi inquiéter les intéressés si par malheur un pays sombre dans la décadence) ; et si on ne forme un esprit que par la lecture, la liberté d'expression n’inclut pas pour autant le droit au blasphème (l’injure  faite au « Dieu » d’une religion quelle qu’elle soit) et plus généralement, la remise en cause de tout ce qui touche au sacré (un peu comme aujourd’hui finalement, à propos de la dénonciation d’une mondialisation contrôlée par un Empire au projet criminel et liberticide ! Mais alors… qu’est-ce que c’est que cet autre fascisme qui ne se reconnaît même pas dans son frère jumeau !) ; quant à l'église : soit elle est en ordre, et dans ce cas les traditionalistes ont tort ; soit l'église n'est pas en ordre... et ce sera l'effondrement.

                        Dixit Vincent Reynouard.

     

                 Dans toute cette histoire force est de constater que même Bernanos n’y retrouverait pas ses petits... lui qui était pourtant si bien organisé, côté doctrine… catholique s’entend.Quant à ceci : où finit le national socialisme ou le fascisme…  et où commence le nazisme.... ou plus prosaïquement : où finit Mussolini et où commence Hitler ? Reynouard n'en pipe pas mot. 

                Les auteurs dont Vincent Reynouard se dit redevable sont les suivants : René Guénon, Maurice Bardèche et son ouvrage Nuremberg ou la Terre Promise et Lanza del Vasto, poète, philosophe, adepte de Gandhi (Reynouard penserait-il alors à un fascisme apaisé… prêchant la réconciliation de tous avec tous les autres et en particulier, ses détracteurs ?)

    Et pour finir, demandez-lui de citer un Chef d'état qui trouve grâce à ses yeux : Hitler sera son homme ou plus prosaïquement son Führer… dans la fureur de ses convictions inébranlables justement, avant d’ajouter : "J'aurais du mal à citer un autre nom... vraiment, j’ai beau chercher, je ne vois personne d’autre !"

    Là, c’est Staline qui doit, de sa tombe, pester à tout va : « Et moi alors ! Merde ! Tout ça pour rien ! »

    En effet, non loin de celle-ci, on a trouvé dernièrement un monticule de terre encore tout frais, de la taille de celui que laisse une taupe besogneuse derrière elle : nul doute, en dessous, ça c’est donc agité ; le "petit père des peuples" a bel et bien tenté une sortie.

                   Vincent Reynouard conclut son entretien à propos de « son révisionnisme »  comme suit : « Notre travail sur la seconde guerre mondiale est une vague contre la falaise... érosion... micro fissure... publication après publication, procès après procès, emprisonnement après emprisonnement…  la falaise s’effondra un jour car la greffe a pris : le révisionnisme est là… et plus personne ne pourra l'arracher au monde. »

    Allez maintenant lui répondre ! Et puis… quoi ? Car enfin… où finit le révisionnisme propre à tous les historiens... quand on sait qu’il n’y a pas plus aveugle ou tête en l'air qu‘un historien - un révisionnisme consubstantiel à leur discipline à tous -, et où commence le négationnisme, depuis que la loi Gayssot a pris le risque de mettre nombre d’esprits pourtant impartiaux et rigoureux dans l’impossibilité de pouvoir répondre à cette question sans être accusés de parti pris ? Cette loi ayant entaché l’accusation de « négationnisme » du soupçon qui accompagne l’Histoire dite « des vainqueurs », seuls habilités à réviser leurs copies tout en sachant qu’ils n’y ont, dans la plupart des cas, aucun intérêt.Vraiment !

                Certes ! On dira que Vincent Reynouard c'est l'histoire des vaincus qui, pris dans la nasse, se débattent, font des pieds et des mains, s'agitent, suffoquent, s'ébrouent, tentent une percée à l'air libre avant de renoncer, une nouvelle fois vaincus...

    N'empêche... sorti de prison plus déterminé encore, la notoriété de Vincent Reynouard n’a pas cessé de grandir. Assigné à résidence quelque part en France, interdit de territoire belge, loin de son épouse et de ses enfants « réfugiés » aujourd’hui encore en Belgique, il se dit : « mort vivant social ». 

    Si tous les psys  - les nouveaux vampires des temps modernes -, pourront toujours  faire des choux gras d’une analyse des ressorts profonds qui sont à l’origine de cette passion de Reynouard pour la remise en cause du « roman » relatif à la Seconde Guerre mondiale… analyse à l’issue de laquelle une soupe risque fort de ne contenter qu’une tablée composée principalement d’indigents qui n’ont pas eu droit à un repas chaud depuis des lustres… et les autres de rester sur leur faim...

    Panthéon (même avec un strapontin) ou les oubliettes, nul doute que Vincent Reynouard militant national-socialiste dès l’adolescence, fait partie de ces êtres auxquels une Histoire désenclavée et libérée - une Histoire qui ferait aussi une place aux vaincus -, rendra justice ou bien, une Histoire qui ignorera superbement les élucubrations et autres divagations d'un Reynouard fantasmagorique, un peu à l'image de la littérature de son adolescence, les "Heroic fantasy".

    Aussi, c’est bel et bien une partie de poker avec la postérité que Vincent Reynouard (et d’autres avec lui) joue là ; et quand on sait ce que son engagement lui aura coûté de son vivant, on est en droit de se demander si le jeu en valait vraiment la chandelle car, si le combat pour la vérité n’est pas un droit mais un devoir aux yeux de Vincent Reynouard … et si pour cette raison, nous n’en avons donc pas fini avec la guerre…  l’Histoire nous a pourtant appris que la vérité peut bien attendre et que l’on peut vivre dans le mensonge et sa croyance feinte, et ce… sans dommage pour cette autre vérité : tout vient à point à qui sait attendre.

     

    ***


                    Les perdants de l'Histoire devraient-ils avoir droit à la parole quand on sait que rien n'est plus dommageable pour la vérité que l'absence de débat contradictoire ? A quelque chose malheur est bon : Vincent Reynouard nous l'aura rappelé sans doute par mégarde, n'empêche...

             D’une bonne foi désarmante, une bonne foi sans arrière-pensée, Vincent Reynouard demeure, et c'est là l'objet de ce billet, un des hommes les plus authentiques, les plus véridiques qui soient. Journalistes, animateurs, producteurs et leurs invités, aucun média n'est capable aujourd'hui de rivaliser avec une telle authenticité ; et c'est bien là tout l'intérêt de ce trublion héroïque, têtu et travailleur.

     

    * Billet rédigé en 2014

     

    Pour prolonger, cliquez : Penser contre l'Histoire aujourd'hui avec la loi Gayssot

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu