Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

Serge ULESKI - Page 2

  • Denis Robert et le Média-TV : la chute

    etienne chouard et media-tv, etienne chouard sud radio, étienne chouard et denis robert, denis robert la question à étienne chouard, alain soral, le media tv, aude ancelin, sophia chikirou

                     Le Media-TV dégomme Etienne Chouard ; Sud Radio l'expulse (1)... c'en est donc fini d'un Etienne Chouard médiatiquement compatible ; retour de l'intéressé à la marge d'une marginalité heureusement pas si marginale que ça. 

     

                     A propos du Média-TV, ne nous racontons pas d’histoires : Denis Robert vient de condamner le média qu’il dirige - ou croit diriger - à n'être qu'un média croupion, un groupuscule de quelques milliers d'abonnés, fauchés au demeurant ; pour le Média-TV aucun espoir de développement et de rayonnement dans les mois et les années à venir faute de moyens financiers et de soutien massif car Denis Robert et « Le Média-TV » seront inévitablement tenus responsables d’un Etienne Chouard tombé en disgrâce.  

    Quant à Aude Ancelin, autre peau de chagrin médiatique, ex-patronne de Média-TV, celle-ci doit être aux anges ; son incompétence managériale a trouvé  sa vengeance car on se venge toujours de son échec sur celui des autres quand ces derniers nous font la grâce de nous y rejoindre, même à contre cœur, dans cet échec aussi cuisant que prévisible (2).

     

    ______________

     

    Etienne Chouard et Alain Soral 

     

                  L’antisémitisme de l'essayiste Alain Soral, avéré ou non, n’a jamais intéressé les foules ; du moins, cet auteur n’aurait pas « rencontrer son époque » si l’on pouvait en toute bonne foi ou en toute ignorance, réduire et résumer le travail de l'auteur à cet antisémitisme supposé… d’autant plus qu'ils sont des dizaines de milliers à suivre Soral sur Youtube même si dans les médias dominants, personne n’ose admettre l’intelligence supérieure de cet analyste ; un peu comme pour Dieudonné : le premier qui rit, le premier qui trouve « ça » drôle, perd son emploi et tout espoir de faire carrière dans les médias, la politique, le business-show ainsi qu’à l’université (3).

    Dans les faits, Alain Soral est celui qui développe les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : "... sur ce qui est arrivé à la France...") de la fin de la Seconde guerre mondiale à nos jours ; et ce dans de nombreux domaines : l'économie, la politique, le social et le culturel.

    En cela, il demeure indispensable et quasiment irremplaçable.

    Merci Internet ! Car sans Internet... pas de Soral.

                   Quant à revenir à l'antisémitisme supposé de cet essayiste sur-doué, si l'on devait juger la qualité de ses analyses à l'aune de cet antisémitisme, doit-on alors disqualifier, interdire la vente, la lecture et brûler tous les ouvrages de nos auteurs français, des Lumières à nos jours, de Voltaire à Bernanos ( soit... du 18è siècle à la fin des années 1930), qui ont tous tenu des propos que l'on pourrait sans difficulté qualifier d'antisémites ?

    Faut-il aussi rajouter à cette liste, Schopenhauer et plus encore, Heidegger qui a formé tous nos philosophes des années 30  à nos jours, carte du parti nazi en poche et puis le protestantisme luthérien ?

    Doit-on ne pas lire Céline ? Ne pas écouter Wagner ? Deux personnalités au rayonnement mondial, figures incontournables de l'histoire de la littérature et de la musique ? 

                      Bien évidemment non ! car un seul critère doit guider nos choix  : la pertinence, la cohérence de toute manifestation d'intelligence, de courage et de talent d'où qu'elle vienne car l'homme n'est rien, l'oeuvre est tout quand elle ne peut pas ne pas avoir été et qu'elle demeure, qu'elle persiste, et qu'elle persévère, irréductible. 

     

    Denis Robert, inquisiteur malgré lui ?

     

               Si on ne compte plus ceux qui ont commencé leur carrière à gauche et l'ont parachevée à droite, il est bon et honnête, tout en étant nécessaire, de rappeler que Denis Robert a commencé par emmerder les riches et les banques ( se reporter à son investigation de Clearstream qui lui a coûté une prise de poids de 40 kilos et un bon nombre d’anti-dépresseurs et de somnifères des années durant) avant  de s’en prendre, délibérément ou non, à un Etienne Chouard sans le sou, sans pouvoir ni influence déterminante.

    Un héros à sa manière qui en a « chié », c’est plus que certain, ce Denis Robert ! C’est sûr : rescapé, Denis Robert en est sorti rincé de cette affaire Clearstream pendant que Chouard poursuivait, pénard, loin des projecteurs des médias dominants, son travail obsessionnel de constituant constitutionnaliste le soir après l’école ou bien les jours où il n’avait pas classe, jusque tard dans la nuit, à la lueur d’une bougie.

                Mais alors, dans son entretien avec Etienne Chouard, Denis Robert aurait-t-il cherché, à son insu, à se racheter auprès de ceux qu'il a bien emmerdés, puissants et intraitables qu'ils sont, des années durant ? Eux tous et disons... le Système, plus globalement ?

    Si l’on est aussi son pire ennemi, celui de l’intérieur, intérieur de soi quand notre vigilante se relâche, Denis Robert a-t-il pensé, une fois encore à son insu, que son courage d'hier autorisait aujourd'hui toutes les lâchetés ou servitudes ?

    La présence d'un dénommé Mathias Enthoven (qui n'est jamais qu'un lycéen attardé), aux côtés de Denis Robert, aurait-elle pesée dans la balance des probabilités d'une reductio ad Hitlerum de l'entretien ?

    Collaboration, Pétain, Vel d'Hiv... car c'est  bel et bien une identité maintenant centrée autour d'une culpabilité ancrée, chevillée dans l'inconscient après un demi-siècle de matraquage d'une efficacité aussi scélérate que redoutable auprès des moins avertis, des plus faibles en vigilance, qui a pris le dessus chez un grand nombre de nos compatriotes ; identité vampire et sangsue autour d'un chantage infâme, si peu implicite au fil des ans ; chantage qui est le fruit d'un sens moral putrescent.

    A sa décharge, on rappellera qu'après tout, Denis Robert n’est ni un chercheur ni un intellectuel ni un politique ; c’est un journaliste d’investigation - journaliste free-lance qui plus est ; journaliste livré à lui-même donc.

     

    Denis Robert et La Question question de toutes les questions, mère de toutes les batailles idéologiques et géo-politiques de ces 40 dernières années.

     

                  Poser La Question, poser cette question telle qu’elle a été adressée à Etienne Chouard en sachant qu’il n’y a qu’une réponse possible car qu’une réponse autorisée par la loi... dans ces conditions, poser cette question telle qu'elle a été formulée par Denis Robert, n'est-ce pas faire preuve de malhonnêteté car, n'est-ce pas sous-entendre ce qui suit :

    • que l’on est libre de pouvoir y répondre…
    • qu'il est possible pour tout interlocuteur de réponse par l’affirmative (de douter donc)…  et par voie de conséquence, exposer ce même interlocuteur à des poursuites... 

                    Denis Robert aurait dû prendre conscience du fait suivant : sa question qui n’en est pas une puisqu’il est interdit d’y répondre, ne pouvait que servir les intérêts de ceux qui ne veulent pas entendre parler de tous les « Etienne Chouard » de France et d’ailleurs.

    Or, Denis Robert et le Média-TV ont-ils pour vocation de servir ces intérêts-là ?

    Précisons ceci : cette question redeviendra une véritable question lorsque les historiens, professionnels ou non, de cette disciple exigeante qu'est l'Histoire que l'on devrait pouvoir associer à l'étude de la vérité des faits et de l'honnêteté de leur interprétation, pourront à nouveau se pencher sur cet épisode de la Seconde guerre mondiale en toute liberté, tout en gardant à l'esprit ce qui suit : l'Histoire est bel et bien la continuation de la guerre par d'autres moyens ; et c'est  la raison pour laquelle il n'y a pas plus tête en l'air, ou adeptes du mensonge par omission, que les historiens.

    Méfiance donc, encore et toujours.

    Après tout, ne juge-t-on pas la qualité morale et intellectuelle d'une nation, d'une culture, d'une civilisation, à son traitement de l'Histoire ?

     

    Moralité, autorité et légitimité

     

                 Qui aujourd’hui est autorisé à poser une telle question comme Denis Robert a pu le faire en juin dernier face à Etienne Chouard ? Qui en a la légitimité à la fois morale et intellectuelle… voire professionnelle ? En d’autres termes, qui est à même de poser cette question auquelle la loi n’autorise qu’une réponse ? Et dans le cas contraire - celui du doute ou de la négation en réponse à cette question -,  qui a la légitimité pour exiger qu’un procès soit intenté à celle ou celui qui refuse la seule réponse autorisée par la loi ?

    En effet, à cette question, la loi n’impose et n’autorise  qu’une réponse ; ce qui invalide la question ; et plus encore : ce qui fait que la question ne se pose pas : elle n’a pas simplement « à être posée », elle n’est pas, elle n’est plus une question : loi Gayssot-Fabius oblige ! Aussi, il ne peut s’agir que d’une fausse question ;  pire encore : il ne peut s’agir que d’une question scélérate.

    Mais alors, qui sont ces gens qui posent de telles questions ? Questions relatives à un épisode de la seconde guerre mondiale : la tentation totalitaire d’extermination des Juifs d’Europe (on pensera aussi aux Slaves, après bien d'autres populations, tout au long de notre Histoire commune). Episode qui sera interdit « d’histoire », expulsé, exfiltré dans l'urgence, dans un mouvement de panique, puisque nul historien ne sera autorisé à le revisiter, à le réviser, à le ré-interpréter cet événement

    C’est la loi Gayssot (député communiste bonne pâte, prête-nom de Laurent Fabius) qui se chargera de faire respecter cette congélation de l’histoire condamnée par de nombreux historiens.

                Compressez ! Compressez ! Plus forte sera l’explosion ; celle du soupçon, puis du doute puis du complot puis du discrédit et de la dénonciation d’une manipulation d’ordre historique, politique et plus tard… géo-politique : rapport à Israël et la neutralisation de toute critique à propos de cet Etat hors-la-loi... internationale qui plus est.

     

                  Force est de constater que tout cela ne manque pas d’ironie car ceux  qui s’autorisent à en juger, à en rajouter, à « en faire voir » à propos de cet épisode de la Seconde guerre mondiale - une guerre aux 60 millions de morts majoritairement civils (il est bon de le rappeler afin que tous se sentent un peu moins abandonnés au fond de leur trou, où qu'ils soient privés de sépultures ) -, sont tout de même les derniers à pouvoir y prétendre, et ce pour la raison suivante : on pensera bien évidemment aux officines israéliennes  que sont le CRIF, l’UEJF et la LICRA ( et dans une certaine mesure, la LDH), à la bande à Causeur ( webzine qui a pour référant politique une crapule du nom de Netanyahou),  à un Zemmour, à un Finkielkraut académicien ( Ah l’Académie ! Hier Charles Maurras puis les Nazis sous la collaboration, aujourd’hui les Salauds) ; un Finkielkraut à qui l’on doit le commentaire qui suit  à propos des recommandations du rapport de J.L Borloo sur les banlieues : " Dans cent ans, les historiens pourront nous expliquer comment notre civilisation a investi des milliards dans son propre anéantissement !"  (4)

    Aussi, doit-on vraiment préciser que leurs allégeances étrangères, leur islamophobie à tous, cache-sexe d’un racisme anti-Arabe congénital, leur haine de la contradiction et du pluralisme, leur aversion de la morale et de la justice pour tous, sans oublier un anti-humanisme forcené (celui porté par un sionisme qui n'est que le bras armé d'un Judaïsme guerrier d'une cruauté d'un autre âge) ainsi que leur complotisme impénitent (celui du « Grand remplacement » initié par Renaud Camus), les excluent sans appel quant à leur légitimité à demander des comptes à qui que ce soit à propos de quoi que ce soit. 

                    Rappelons toutefois ceci pour ne pas désespérer de ces seuls "leaders médiatiques" de cette communauté en particulier que les médias nous imposent : il reste un dernier grand intellectuel juif européen, aujourd'hui âgé de 90 ans ; il se nomme George Steiner ; en effet, très tôt, cet homme a compris que les drames de l'Histoire, en tant que victimes,  n'ouvre pas la porte à tous les droits mais bien plutôt, à tous les devoirs ; et le premier d'entre eux :  ne jamais passer du côté de la crapule et du bourreau.

    Nul doute qu'après George Steiner… ce sera le naufrage - un naufrage déjà consommé -, avant la noyade définitive.

    Aussi, souhaitons-leur à tous, un bel enterrement moral et intellectuel. 

     

    La judiciarisation et criminalisation du doute

                Que penser d’une société qui n’autorise aucun doute ?

    En accueillant, comme il a pu le faire, une question qui ne se posait pas puisqu’elle n’admet qu’une réponse, Etienne Chouard n’a pas fait preuve de courage mais bien plutôt de sagesse car le doute est salutaire : plus on doute, plus on se rapproche de la vérité de ce doute et la vérité du mensonge de la sanction qui ne manquera pas de prendre pour cible celle ou celui qui doute : bannissement, condamnation, mort sociale et professionnelle.

                Aussi, malheur à ceux qui ne doutent de rien et qui sont tout à fait disposés à admettre que l’on puisse interdire le doute ! Car nul ne peut ni ne doit ignorer un fait historique : le doute a trop souvent fait avancer la science et l’histoire - les faits donc -, d’autant plus qu'aujourd'hui, bien plus qu'hier, les certitudes ne nous sont d’aucune utilité, vraiment ! quand on sait que la lâcheté et la crapulerie ont tout recouvert, et les salauds qui sont légion comme jamais, tout accaparé.

    Dans ces conditions, dès à présent, une exigence s'impose  : l'exigence du doute ; un doute à caractère à la fois intellectuel et moral ; la nécessité de douter de tout et d’eux tous, Denis Robert inclus, que sa faute puis sa chute a précipité dans un abîme sans rédemption possible.

     

     

     

    1 - Il est dit que l'intéressé a donné son accord : "Oui, c'est ça ! Jetez-moi dehors  ! Je ne suis plus digne de m'exprimer sur votre antenne ! Faites vite ! Crucifiez-moi !"

     

    2 - De Médiapart, on a pu mesurer toutes les limites au fil des ans ; un Médiapart qui s’est construit autour de l’anti- Sarkozysme (autant dire « le néant ») ; c’est maintenant au tour du Média-TV de se construire autour de l’anti-macronisme (autre néant)…

    Sinon...

    Fauché le public, l'audience et les abonnés de ce média ? Assurément ! Et c'est ce qu'a compris très tôt Sophia Chikirou (un temps Sarkozyste, puis proche de Bayrou, puis au PS) qui a su prendre ce qu'il y avait à prendre en facturant  services et autres conseils à un média, le Média-TV qu'elle a contribué à lancer, encore solvable pour le temps qui lui aura été donné de le rester.

    Une Sophia Chikirou qui a de la suite dans les idées puisque les téléspectateurs pourront la retrouver sur BFM-TV en septembre.

     

    3 - Mensonge, cynisme et bêtise ; les carrières  d’aujourd’hui reposent  sur le fait de se taire… sur cette capacité et disponibilité-là au prix d’un effondrement moral et intellectuel très certainement sans précédent.

     

    4 - Les salauds d’avant-guerre savaient qu’ils étaient des salauds. Aujourd’hui, l’accueil médiatique  qui leur est réservé, a totalement fait perdre conscience de l’existence d’hommes et de femmes sans retenue et sans scrupules qui s'autorisent tout pour mieux tout interdire aux autres.

     

     

    Lien permanent Catégories : Alain Soral, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Israël en France : E. Lévy, BHL, Val, Valls, Zemmo, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Simone Weil : pesanteur et grâce

     

    simone weil au panthéon emmanuel macron

     

     » Que savez-vous de votre douleur en moi ? »

    (Bartleby – Hermann Melville)

     

             Agrégée de philosophie en 1931 à l'âge de 22 ans, Simone Weil aura tout sacrifié (santé, confort matériel, palmes et carrière académiques) à la vérité de l'existence et à son destin auquel elle n'aura pas cherché à échapper, s'y livrant tout entière.

    Elève d’Alain, admiratrice de Platon, de conviction révolutionnaire, très vite elle milita dans les rangs de l’extrême gauche. Elle aura couru la révolution aussi longtemps que ses forces physiques le lui permettaient… en Espagne et en URSS. Anti-stalinienne, elle disait : « Il faut accueillir  toutes les opinions et les loger verticalement à des niveaux convenables. »

                 Cette petite femme décédée à l'âge de 34 ans de tuberculose, chétive, de santé précaire, aura partagé le sort des ouvriers agricoles et celui des ouvriers de l'industrie automobile, chez Renault, comme fraiseuse, car à ses yeux : « Contempler le social, constitue une purification aussi efficace que se retirer du monde ».

     

                 

     

                Rétablir l’équilibre en se portant du côté des opprimés, helléniste, elle ne faisait qu’une avec ses idées et ses expériences. Issue d'un milieu cultivé, elle haïssait l’argent ; elle y voyait le Mal absolu, corrupteur de toutes les cultures et de tous les Peuples. Elle condamnait une culture ignorante de l'univers et du sacré sources de toute morale universelle. Très tôt, elle a considéré le "déracinement" des Peuples comme une calamité, la plus grave maladie morale d’un siècle de l’argent et de la marchandise, car ce déracinement abolit les devoirs de l’homme envers l’homme, encourageant une liberté sans spiritualité, une liberté vide et abstraite.

               Agnostique, elle éprouvera ce qu’il est convenu d’appeler « la présence du Christ », à la fin des années 30. Les évangiles deviendront alors son livre de chevet. Profondeur rare d’une vie spirituelle intense, Pascal, Saint Jean de la Croix, sainte Thérèse de Lisieux succéderont à Platon.

    En 1941, elle écrivait : « Dieu a créé un monde qui est, non le meilleur possible mais comporte tous les degrés de bien et de mal. Or, aujourd’hui, nous sommes au point où il est le plus mauvais possible ».

     

                    « … Lumière pour l’esprit et nourriture pour l’âme, l‘œuvre de Simone Weil n’a pas à être « actualisé » parce qu’elle émane de ce sommet de l’être qui surplombe tous les temps et tous les lieux (…) car la vraie lumière ne se décolore pas et les vraies sources n’ont jamais  besoin d’être rafraîchies. Et qui dit temporel dit aussi universel. Le fait que j’ai eu le privilège immérité de présenter au public le premier livre de Simone Weil m’a valu d’innombrables témoignages issus des quatre coins de l’univers. Et ce qui m’a le plus frappé dans ces témoignages, c’est qu’ils venaient des êtres les plus divers par leur origine, leur rang social, leur milieu culturel, etc… et que tous avaient été également marqués jusqu’au fond de l’âme par la lecture d’une œuvre où ils avaient trouvé la révélation d’une vérité intérieure attendue en vain jusque-là. Au crépuscule du siècle où l’accélération de l’histoire a fait surgir et s’écrouler tant d’idoles, ce livre apparaît de plus en plus comme un message d’éternité adressé à l’homme éternel, ce « néant capable de Dieu », esclave de la pesanteur et libéré par la grâce« . – Gustave Thibon – post-scriptum de 1990 à la préface de l’édition de février 1947.

     

                  Tuer le moi de l’intérieur, voilà la bataille à mener ! L’offrir en sacrifice en s’exposant nue et sans défense à toutes les vicissitudes de la vie. Théologie et métaphysique, la pesanteur c’est la loi de la création, la condition de l’homme et seule la grâce peut nous permettre de nous y soustraire car seule la grâce nous permet de nous « dé-créer » pour rejoindre Dieu : « Dire au Christ comme saint Pierre : Je te resterai fidèle, c’était déjà le trahir car c’était supposer en soi et non dans la grâce la source de la fidélité ».

    Privée d’armure, Simone Weil est l’anti-héroïne par excellence car le saint est nu, toujours ! Pour Simone Weil, le bien ne peut être qu’une nécessité intérieure : on ne peut pas faire autrement. A propos du Mal, Simone Weil écrira : "Si quelqu'un me fait du mal, il faut désirer que ce mal ne me dégrade pas par amour pour celui qui me l'inflige et ce, afin qu'il n'ait pas vraiment fait du mal"... seule condition qui permette le pardon tout en rendant à tout un chacun son humanité même si ses actes semblent l'en avoir exclu. Et à ce propos, rares sont ceux qui savent se montrer à la hauteur de leur martyre et de leur histoire même si quelques exceptions individuelles existent car, regroupées en communauté, les victimes ont tôt fait de rejoindre en acte leurs bourreaux selon le principe qui veut que nous ayons tous de bonnes raisons d'être ce que l'on est et de faire ce que l'on fait.

    La pire des atrocités devrait pousser la victime, dans un élan irrépressible, à la sainteté... quasiment. Certes ! Le calendrier n'y suffirait pas. Aussi, on pourra longtemps regretter que Simone Weil n’ait pas vu l’Europe libérée car nul doute, elle aurait su comme personne nous rappeler que les pires atrocités et injustices nous rapprochent du divin, de Dieu et de la grâce… et obligent ses victimes plus que les bourreaux à une exemplarité qui toucherait alors à la sainteté, elle qui l’a toujours frôlée de ses ailes d'ange turbulent.

     

                "L’extrême grandeur du Christianisme vient de ce qu’il ne cherche pas un remède surnaturel contre la souffrance mais un usage surnaturel de la souffrance" : souffrance expiatrice de celui qui veut le bien tout en ignorant le mal qui le lie contre une souffrance rédemptrice, celle de l’innocence... fascinée par l’absolue et l’éternel, son unique vœu était de ne plus faire écran entre Dieu et les hommes et de disparaître de son œuvre... une œuvre qui nous réconcilie avec le Christianisme, loin de ceux qui ne savent que nous en offrir une lecture et une interprétation unidimensionnelles.

               Qu’il soit ici permis de dire que le siècle qui est le nôtre sera non pas religieux mais... notre siècle sera celui de l’enracinement et de la spiritualité ou bien… il ne sera qu’un nouvel enfer sans purgatoire pour le plus grand nombre, et pas seulement pour les plus faibles d'entre nous.

     

     

                       

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais, Art et culture 0 commentaire
  • L'Histoire, cette continuation de la guerre par d'autres moyens

     

                   Doit-on, peut-on rappeler que l’histoire c’est la guerre ?  Oui ? Non ?

                  C'est sûr ! L'histoire c'est certainement autre chose qu’une émission quotidienne de 30 minutes avec Jean Lebrun sur France Inter ou J.M Jeanneney sur France Culture le samedi matin ou bien encore E. Laurentin à ce même micro, chaque jour,  du lundi au vendredi, qu'il pleuve ou qu'il vente.

     

                   Alors oui ! L’histoire c’est la guerre ! 

                   Si la spécialité des historiens c'est l'histoire des vainqueurs telle que ces derniers souhaitent qu'elle nous soit comptée, car force est de constater que peu d'historiens prennent le risque d'oeuvrer pour l'histoire des vaincus sous peine d'être bannis des médias et de toute possibilité de carrière universitaire ou autre, doit-on en déduire qu'il n’y a pas plus lâche, plus partial qu'un historien qui souhaite faire carrière en tant qu'expert du mensonge par omission ?

    Car enfin, la Vérité de l'histoire, la vérité d'une histoire... ne se situerait-t-elle pas entre les mensonges par omission des uns et ceux des autres, vainqueurs et vaincus confondus ?

     

    ***

     

                   L’histoire et les historiens sous influence… 

                   Si tous les historiens ont leurs "biais"  - biais idéologique, carriériste ou de classe -, il semblerait qu’une lecture de l’histoire ouvre les portes médiatiques et universitaires, et qu’une autre les ferme toutes.

    Nul doute, cette exclusion pour les uns, cette consécration pour les autres, sont riches en enseignements.

    Il est vrai que les faits ne sont pas les mêmes pour tout le monde. De là à penser que les faits ne sont rien et que seules importent leur interprétation...

    Regardez :

    • Hiroshima
    • La France, Pétain et la collaboration
    • La guerre d'Algérie
    • URSS
    • Charles de Gaulle
    • De Bonaparte à Napoléon Empereur
    • Robespierre
    • Le PCF
    • L’Ancien régime
    • La révolution française
    • Le Communisme

                   Si l’histoire c’est la guerre, c’est que les historiens font la guerre à l’histoire et n’hésite pas à se faire la guerre entre eux. Dans certains cercles, on affirme même qu’il n’y a pas plus belliqueux qu’un historien, pas plus tête en l’air aussi ; c’est selon… et pas seulement leur humeur ; loin s’en faut ! Car d’aucuns ont souvent la fâcheuse habitude de négliger certaines archives.

    Jugez plutôt :

    « Comment ça ? Elle était là cette archive ?  Vous êtes sûr ?

    • Ah oui ! Elle n’a jamais bougé. Je la connais bien en plus.
    • Bon ben… elle a dû m’échapper. J’ai sans doute été dérangé.
    • Cette archive change tout.
    • « Change tout » quoi ?
    • Ben tout.
    • Oui mais bon… moi, j’en reste là ! Si vous voulez jouer les "redresseurs d'archives", c'est votre problème. Et puis, ça va bien comme ça vos histoires d’archives qui auraient été là, puis plus, et à nouveau là !... »

    Qu'est-ce que je vous disais !

                   D’autres encore se gardent bien de les consulter toutes ces archives.

                  Mais alors, spécialistes du mensonge par omission tous ces historiens ?

     

                  A propos de la Seconde guerre mondiale, un événement sera interdit « d’histoire », expulsé, exfiltré dans l'urgence, dans un mouvement de panique, puisque nul historien ne sera autorisé à le revisiter, à le réviser, à le ré-interpréter cet événement : il s'agit de la déportation et à la tentative d’extermination des Juifs.

    C’est la loi Gayssot (Gayssot-Fabius) qui se chargera de faire respecter cette congélation de l’histoire.

     

    ***

     

                Historiens du consensus, médiatiques et carriéristes ou sans courage, historiens suivistes, historiens militants, historiens de la falsification délibérée des faits, historiens des archives, historiens rapporteurs de rumeurs et de ragots...

    Guerre idéologique, guerre de classes, guerre à la vérité, guerre au mensonge... 

    Voyez :

    François Furet : le grand guerrier de l’anticommuniste ; un repenti du PCF...

    Jacques Blainville : et son histoire de France  honteusement écarté parce qu’il était un grand guerrier de l’Ancien régime...

    Jules Michelet : un guerrier romantique de la littérature historique au service d’une histoire fantasmagorique qui confondra la vérité avec le style d’un auteur qui se paie de mots...

    Robert Paxon : historien de la Seconde guerre mondiale en guerre contre une France forte et indépendante, phare du monde, pour le plus grand bénéfice des USA et sa conquête culturelle et marchande de l’Europe...

    Annie Lacroix-Riz, historienne marxiste-léniniste, avocate de l'URSS et de Staline au bilan globalement positif.


              Ces historiens, à un degré ou à un autre, auraient-ils les attributs des diseurs de bonne aventure… au passé ?

    ___________

     

     Pour prolonger, cliquez : Annie Lacroix-Riz sur Blum

     

                    Annie Lacroix-Riz sur « les historiens sous influence » ICI.

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais, Politique et actualité 0 commentaire
  • Graffitis "anonymes" et non datés : Barlinek - Pologne

                     graffitis serge uleski barlinek pologne anonyme              

                         Oeuvre "anonyme" non datée, malheureusement éphémère car le site qui l'a vue naître  (une scierie désaffectée depuis une vingtaine d'année)  sera détruit très prochainement. 

                        Notez que "Kocham cie" signifie "Je t'aime" en polonais.

    graffitis serge uleski, barlinek pologne, graffitis anonymes

                             Scierie désaffectée depuis une vingtaine d'année (c'est l'étage supérieur à la toiture détruite qui est représenté ici) ; bâtiment aujourd'hui livré à la forêt qui enserre le lac de Barlinek.

                             Cette friche sera détruite très prochainement. Une partie de ses murs (au RDC) abritent de très belles compositions de graffitis.

    graffitis serge uleski, barlinek pologne, graffitis anonymes

     

    graffitis serge uleski,barlinek pologne,graffitis anonymes

     

                 Un miracle le fait qu'il ait pu être donné à un visiteur fortuit de "sauver" photographiquement ces oeuvres ?

    graffitis serge uleski, barlinek pologne, graffitis anonymes

    ______________

     

                  Qu'il me soit permis de me déclarer "légataire universel" de la représentation et de lla conservation photographique (juin 2019) de ces graffitis sortis à la fois de l'oubli et de la menace d'une disparition définitive. 

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Igmar Bergman : une intelligence supérieure au service du 7è art

    le cinéma d'igmar bergman

               La honte (1968) : bientôt l’orage, le tonnerre et la foudre déchireront le ciel en deux ; et au même moment, un aigle suspendra son vol  comme on retient son souffle, avant le septième sceau et l‘apocalypse qu’une peste endémique annonce sans détour.

     

    ***

     

                  Indépendamment de son oeuvre cinématographique et de ses mises en scène de théâtre, difficile de ne pas prendre en compte le fait suivant : Ingmar Bergman ( 1918 -2007) réalisateur de cinéma de nationalité suédoise, est, sans aucun doute, un des hommes les plus intelligents de la seconde moitié du 20è siècle ; intelligence, entre autres, dans sa compréhension de la psychologie humaine et son psychisme ; relation entre les hommes et les femmes en particulier (1).

    Cette intelligence mérite d'être saluée car, comme chacun sait, l'intelligence des réalisateurs de cinéma est à trouver, le plus souvent, chez les auteurs dont ils adaptent les oeuvres ( à noter que 80% de la production cinématographique a pour origine une oeuvre dite littéraire - d'une qualité qui peut varier).

    Autre trait précieux car rare à propos de ce créateur prolifique : privés d'images, on reconnaît un film de Bergman à sa signature sonore : la langue suédoise et la voix de ses acteurs.

     

     

    1 - A noter au passage que les enfants sont "physiquement absents" du cinéma de Bergman ; ni champ ni hors-champ même s'il peut être fait mention de leur existence, notamment lorsque c'est un couple que Bergman met en scène comme c'est souvent le cas.  

    Lien permanent Catégories : Cinéma de film en film 0 commentaire
  • Penser la contre-information aujourd'hui avec Wikileaks

     

                 

                      Qui fait quoi, à qui, où, comment, pour-quoi et pour le compte de qui !

     

    __________________

     

     

    Billet de blog publié en 2013

     


    Discours de Julian Assange, fondateur de Wikileaks  le 20 décembre 2012 : Julian Assange porte-parole et rédacteur en chef de Wikileaks - « Apprenez ! Défiez ! Agissez maintenant ! » -, réfugié depuis juin 2012 à l'Ambassade d'Equateur à Londres.  

     

              « Les sociétés démocratiques ont besoin de médias forts, et WikiLeaks fait partie de ces médias.» - Julian Assange

     

    La chasse est ouverte.  La guerre contre Wikileaks est engagée. Aujourd’hui, Julian Paul Assange tente d'échapper à son extradition vers la Suède qui le réclame dans une affaire de viol et d'agression sexuelle présumés. L'Australien de 41 ans affirme qu'il risque à terme d'être extradé vers les Etats-Unis, furieux de la publication par WikiLeaks de documents.

     

                « Dans une décision-clé concernant les documents du Pentagone, la Cour suprême américaine a déclaré que “seule une presse libre et sans restriction peut efficacement révéler ce que cache un gouvernement”. Aussi, la tempête qui entoure WikiLeaks aujourd'hui renforce le besoin de défendre le droit de tous les médias de révéler la vérité. » - Julian Assange

      

    Qu’il soit ici permis de rappeler ce qui suit : sans briser le off, sans les fuites, sans « indicateurs », sans le vol, sans le recel, sans la dénonciation de clause de confidentialité ou du devoir d’une quelconque réserve, sans la rupture de la loi du silence, sans "traitres "... PAS D'INFORMATION !
    Ou bien alors : quelle information ?! Celle qu'on aura bien voulu nous concéder au journal de 20H ?

     

             La France est passée en cinq ans, dans le classement de Reporters sans frontières, du 11e rang au 44e rang de la liberté d'informer.

     

    Quant à ceux qui tentent d’amalgamer le souci de transparence et de vérité - souci propre au régime démocratique : droit à une information indépendante et honnête pour le plus grand nombre - avec le fascisme, le nazisme et le stalinisme (1), on leur rappellera que ces régimes n’ont jamais cultivé cette transparence mais bien plutôt la propagande, la falsification, le mensonge, l’intimidation, l’assassinat et le meurtre de masse. 

                                                        

    ***



               Qui peut nier le fait que Wikileaks fait vivre la démocratie bien plus sûrement que ceux qui comptent dans les mois et les années à venir, s’acharner à détruire cette agence ? Est-il nécessaire de préciser le fait qu'ici en France, ce sont bien l'identité et l'idéologie mêmes des détracteurs de Wikileaks (la droite autoritaire, le PS quand il est au pouvoir et toute la classe médiatique - journalistes et éditorialistes) qui, aujourd'hui, doivent nous inciter à soutenir cette agence d'information !



    Aussi... Il semble bien que l'heure soit venue pour chacun de choisir son camp.

    ______________________

     

     

     

    1 - Il suffit de se reporter à la revue de BHL, la règle du jeu, qui a publié un article d’une imbécilité sans nom, et qui a pour titre : "La transparence est toujours fasciste".

     

    Lien permanent Catégories : Lanceurs d'alterte : les wikileaks 0 commentaire
  • D Day : la grande gueule ouverte de l'enfer des bombardements civils

     

    d-day,bombardement,8 mai 1945,seconde guerre mondiale,débarquement

     

    "... taisez-vous ! Et laissez-moi parler encore et encore ! Vous entendez ? Vous entendez ? Les cloches ! Oui les cloches, vous les entendez ?
    - Les cloches ? Non... je...
    - Les cloches !
    - Quelles cloches ?
    - Ô cloche teintée d’oubli ! Le feu en la demeure, et l’eau qui ne peut plus rien pour personne. Vite ! Les premiers partis seront les derniers épargnés par une liquidation totale, limpide et glacée… Mais quel tohu-bohu ! Quel tintamarre toutes ces cloches ! Vous les entendez ?

    - Non, vraiment. J'ai beau tendre l'oreille, je...

    - C’est peut-être une sirène qui sonne l’alarme. Ah ! Maudite sirène ! Et puis... vous les entendez ? Les cris ! Vous les entendez ? Les derniers cris du sang qui coule à flot ! Vous les entendez ? Mais dites-moi, où vont-ils tous ? Dites-moi ! Où vont-ils... tous... quand ils nous quittent, éventrés, quand ils partent mutilés, tordus, égorgés, entr’ouverts, hurlant et vomissant leurs dernières douleurs, brasiers de plaintes en cendres, à jamais éteints, poussières d’enfants, de femmes et d'hommes sans âge, balayées d’un revers de main et de bombes ? Dites-moi ! Mais où vont-ils tous quand ils nous quittent, défigurés d’effroi, avec leur douleur encore hurlante pour unique baluchon. Mais où vont-ils tous ces corps calcinés ?! Où donc ? Dites-moi ? Ou bien, alors... leurs cris, leur mort, leur départ à tous résonnent comme le tonnerre ! Tous ces corps sont balayés mais... oui, c'est ça ! Ils nous reviennent aussi, tous ces morts... ils nous reviennent en tonnerre d’un tonnerre du diable ! Écoutez ! L’orage qui gronde, ce sont eux ! Oui ! Ce sont eux ! On ne sait pas où ils vont tous ces corps... mais ils nous reviennent ! Pour sûr ! Le tonnerre ! Ce sont eux qui reviennent ! Vite, tous à l’abri !... Ca y est ! Il pleut du sang ! Oui, du sang ! Mais... dites... dites-moi ! Mais où s’en vont-ils tous ces corps mutilés, calcinés ? Où vont-ils tous ? Où vont-ils... tous... quand ils nous quittent hurlant et vomissant... tordus, entr’ouverts… Dites-moi ! Dites ! Tous ces corps mutilés qui se succèdent dans la mort... tous ces corps éventrés comme des sacs... tous ces corps ! Ah ! Mon Dieu ! Tous ces corps me révulsent. Tous ces corps me dégoûtent et les victimes aussi. Oui ! Les victimes me dégoûtent. J’étouffe ! Un feu ronge et brûle mes poumons et mes entrailles...

    - Monsieur ?

    - Laissez-moi ! C’est maintenant la dernière ligne droite. J’ouvre en grand les écoutilles... et après moi... le déluge des corps qui descendent la rivière par milliers en cohorte silencieuse et maléfique dans le cauchemar et la terreur muette et sidérée de ceux qui, sous peu, suivront le mouvement, emportés par le courant glacial de cette hécatombe plongée dans l’horreur...

    - Monsieur ?

    - Et j'emporte avec moi la grande gueule ouverte de l'Enfer.»

     

     

    Extrait du titre "Confessions d'un ventriloque" - copyright Serge ULESKI


    Tableau : "Le cri" de Edvard Munch.

     

                       Pour prolonger, cliquez : Serge ULESKI en littérature

    Lien permanent Catégories : AA - Serge ULESKI, littérature et essais 0 commentaire
  • Gilbert Bécaud : le bain de minuit

     

     


     

                   Où vont-ils tous quand ils nous quittent après nous avoir donné tout ce qu'ils ne pouvaient pas ne pas nous donner car pour eux, c'est de leur propre existence, de leur propre vie et survie, dont il était question et dont il a toujours été question ? Nous qui avons eu la folie ou bien la bêtise de penser  que nous pouvions faire sans eux...

                   Si nous ne savons pas et ne saurons sans doute jamais où ils sont allés, une chose est certaine : ils sont reviennent ; oui, ils nous reviennent tous ! Et c'est alors que l'on prend conscience de tout ce que l'on a bien failli oublier d'eux...

    Irréfutables ils sont quand ils s'avèrent rétrospectivement irremplaçables !

     

    Pour prolonger, cliquez : Crise de la transmission
                                                     

    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
  • Bukowski, Gazzara, Ferreri and co

     

    politique,actualité,poésie,charles bukowski,marco ferreri,ben gazzara,uleski,livres,littérature

     

     

    politique,actualité,poésie,charles bukowski,marco ferreri,ben gazzara,uleski,livres,littérature

     

     

     

     

     

     

     

     

    Style is the answer to everything.
    Fresh way to approach a dull or dangerous day.
    To do a dull thing with style is preferable to doing a dangerous thing without style.
    To do a dangerous thing with style, is what I call art.
    Bullfighting can be an art.
    Boxing can be an art.
    Loving can be an art.
    Opening a can of sardines can be an art.
    Not many have style.
    Not many can keep style.
    I have seen dogs with more style than men.
    Although not many dogs have style.
    Cats have it with abundance.

    When Hemingway put his brains to the wall with a shotgun, that was style.
    For sometimes people give you style.
    Joan of Arc had style.
    John the Baptist.
    Jesus.
    Socrates.
    Caesar.
    García Lorca.
    I have met men in jail with style.
    I have met more men in jail with style than men out of jail.
    Style is a difference, a way of doing, a way of being done.
    Six herons standing quietly in a pool of water, or you, walking
    naked out of the bathroom without seeing me.

     

    ***
         

     

     

    Extrait de Tales of Ordinary Madness de Marco Ferreri d'après le roman de Charles Bukowski (1920–1994).

    politique,actualité,poésie,charles bukowski,marco ferreri,ben gazzara,uleski,livres,littérature

     

    And the sun wields mercy but like a jet torch carried to high.

    And the jets whip across its sight
    and rockets leap like toads…

     

    Peace is no longer, for some reason, precious
    Madness drifts like lily pads
    on a pond circling senselessly…

     

    The painters paint

    Dipping their reds and greens and yellows
    poets rhyme their loneliness
    musicians starve as always

    and novelists miss the mark…


    But not the pelican , the gull
    Pelicans dip and dive, rise
    shaking shocked half-dead
    radioactive fish in their beaks…

     

    The sky breaks red and orange

    Flowers open as they always have opened

    but covered with thin dust of rocket fuel

    and mushrooms, poison mushrooms…

     

    And in a million rooms, lovers lie entwined and lost and sick as peace…
    Can’t we awaken?

    Must we forever, dear friends, die in our sleep?

     

     

    ____________________________

     

    Extrait du poème And the sun wields mercy de Charles Bukowski

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Cinéma de film en film 1 commentaire
  • Julian Assange, ce héros des temps modernes, a été livré aux autorités britanniques

    julian assange,ce héros des temps modernes,a été livré aux autorités britanniques

                      que ne l’était son prédécesseur, Rafael Correa, qui a accordé en premier lieu l’asile politique à Julian Assange.

                                                              Julian Assange en 2012

     

                     Le fondateur et dirigeant de WikiLeaks, Julian Assange de nationalité australienne, réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis 2012, a finalement été livré, jeudi 11 avril, à la police britannique. Visé par une demande d’extradition des Etats-Unis, il est soupçonné d’avoir aidé Chelsea Elizabeth Manning à pirater des ordinateurs appartenant au ministère de la défense américain.

    Maintenant incarcéré dans une prison londonienne, c’est depuis cette prison que sera organisée, le 2 mai, par vidéoconférence, la première audience concernant la demande d’extradition vers les Etats-Unis.

                   Rappelons que WikiLeaks a été créé en 2006  dans le but de servir de plate-forme de publication de documents secrets ; rendue célèbre par la publication, en 2010, de milliers de documents issus de l’armée et de la diplomatie américaines, ces documents ont révélé de nombreuses informations sur la conduite de la guerre en Irak et en Afghanistan par les Etats-Unis, et plus particulière à propos des morts civils.

    Réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres,  c’est la publication toute récente, sur WikiLeaks, de documents compromettants pour un proche du nouveau président équatorien Lenin Moreno plus favorable aux USA que ne l’était son prédécesseur, Rafael Correa, qui a accordé en premier lieu l’asile politique à Julian Assange, qui semble être à l'origine de la décision de livrer Julian Assange aux autorités britanniques.

     

    ***

     

                      que ne l’était son prédécesseur, Rafael Correa, qui a accordé en premier lieu l’asile politique à Julian Assange.

                                   Julian Assange au moment de son arrestation

     

     

                           « Les sociétés démocratiques ont besoin de médias forts, et WikiLeaks fait partie de ces médias. Les médias aident à préserver des gouvernements honnêtes. WikiLeaks a révélé des vérités solides et a sorti des affaires de corruption de la part d'entreprises.»

     

     

                   Héros des temps modernes, conspué par ceux qui n'ont jamais rien risqué leur vie durant, les adeptes et journalistes du "Rien ne vaut la peine de rien, et plus encore ce qui pourrait nuire à mon confort matériel et moral", maintenant seul au monde, Julian Assange ne pourra compter sur aucun Etat ni sur l'ONU pour le  sortir des griffes de la Grande Bretagne et des USA, et ce dans l'indifférence des Etats européens (une raison supplémentaire, soit dit en passant, d'avoir la peau de cette Europe-là ; Commission et Parlement pareillement).

    Pour cette raison, Assange demeure la figure emblématique de tous ceux qui ont tout sacrifié et le plus souvent tout perdu (carrière professionnelle, emploi et famille - 1) - lanceurs d'alerte anonymes ou bien faisant la une des médias quelques jours seulement -, au nom d'une exigence à la fois morale et citoyenne qu'est la protection de l'intérêt général contre ce qui convient d'appeler l'Etat profond.

                  Traqué des années durant, Julian Assange, lui aussi, aura tout risqué avant de tout perdre : la liberté. 

     

     

    1 - Lire l'article de RFI : "Ces lanceurs d'alertes qui ont tout perdu" -  ICI

     


                                 

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Lanceurs d'alterte - les wikileaks

    Lien permanent Catégories : Actu internationale, Lanceurs d'alterte : les wikileaks, Politique et actualité 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu