Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI

  • Revue de l'actualité par Serge ULESKI - 4

    Macron justifie l'hommage prévu samedi au maréchal Pétain, "un grand soldat"

    Un grand soldat avec la peau des autres alors !

     

                           Avec cet hommage controversé à Pétain, celui de la Grande guerre, Macron aurait-il déjà compris qu'il aura besoin des voix de la droite (non gaulliste) et de l'extrême droite au second tour de la prochaine présidentielle ?

     

    pétain macron 11 novembre centenaire

                   "Haute trahison" avez-vous dit ?

                    La classe politique et les élites économiques ont toujours vendu la France à l'Allemagne depuis les années 30 : plus près de nous.... de Giscard à Mitterrand dans leurs actions ; aujourd'hui l'U.E avec Macron dans sa passivité.

                   Pour revenir à Pétain et à sa trahison, sans doute fallait-il un traître pour qu'un Charles de Gaulle émerge en héros national et ainsi préparer l'après défaite du nazisme.

                   Bouc-émissaire auto-proclamé et auto-désigné (en partie sans en soupçonner les conséquences pour sa propre personne), Pétain a endossé le mauvais rôle avec le soutien d'une famille politique ivre de revanche et aveuglée par un anticommunisme sans nuance ni discernement : "Plutôt nazis que Rouges !" Car ce qui condamne Pétain à Vichy et ses alliés politiques c'est bien la nature de leur projet dit de "Révolution nationale" : c'est donc toute une famille politique qui a été frappée d'indignité lors du procès de Pétain.

    Pour prolonger, cliquez  ICI 

     

    ___________

     

     
     
     
                               
     
     

     

     
                 Une analyse précieuse du procès à propos du décès de Clément Méric. Procès politique, procès truqué.... procès de classe, procès sans justice... procès dans le style : "A la moindre manifestation de la vérité, je fais évacuer la salle ! Que les prévenus , ceux venus les soutenir ainsi que leurs avocats, se le disent !"... ou bien encore : "Cachez cette vérité que je ne saurais voir !"
     
               Tartufe sera le maître des débats. Quant aux avocats de la défense... une incompétence, un manque de courage manifestes porteront, une fois de plus, un lourd discrédit sur cette profession à propos de laquelle il est dit ceci : "La pire des choses qui puisse arriver aux classes populaires, c'est d'avoir besoin d'un avocat pour se défendre ou obtenir la reconnaissance d'un préjudice !"

     

    1 - Oui ! Ayoub ! Car... sachez que dès que c'est honnête, intelligent, talentueux et courageux (d'où qu'elles viennent toutes ces qualités !), je ne peux pas m'empêcher de m'y intéresser ! 

    ___________

     

    le media difficulté.JPG

     

     Quelques points d'analyse quant aux raisons de cet échec programmé :

    - Le Média est une idée de militants et non de journalistes chevronnés sachant communiquer...

    - Les Intervenants, animateurs du Média, rarement télégéniques, n'ont aucun don, aucun talent particulier pour l'animation et la communication... ( il suffit de penser à une Aude Lancelin déprimée et déprimante qui ne sourit jamais)...

    - La cible du Média est d'ordre générationnel ; or, il s'agit d'un public qui n'a jamais acheté de journaux (contrairement aux abonnés de Médiapart au moment de son lancement en 2008 dont la moyenne d'âge se situe entre 55-65 ans et plus, tous anciens lecteurs de Libé, de Marianne, du Monde et du Figaro) ; ce public méconnaît la nécessité de payer pour s'informer ; il ne paie pas non plus la musique qu'il écoute ni le cinéma, les séries en particulier, qu'il regarde ; de plus, il s'agit d'une cible aux revenus très faibles ; et pour certains : revenus inexistants (hors minima sociaux)...

    - Aucune considération marketing et commerciale dans la construction de ce projet de média alternatif... comme "donner envie de"...

    - Propension de la rédaction à un entre-soi contre-productif : auto-satisfaction et auto-célébration en veux-tu-en voilà... conduisant très vite à une impasse : pas de développement possible...

    - Aucune tête d'affiche appartenant à la dissidence 2.0 de ces dix dernières années n'a été recrutée ; que dire de la venue des membres de l'ancienne équipe d'un Ruquier des années 90 (manquait plus que Christine Bravo) ? Une immense idiotie, une farce ?...

    - Les fondateurs ont volontairement ignoré le travail effectué depuis plus de 10 ans par les acteurs de la contre-information et de la ré-information sur internet et les raisons de leur succès. Isolé dès sa création, Le Média s'est alors appuyé sur un modèle déjà dépassé sur la forme comme sur le fond ;  le modèle d'un militantisme de gauche non fédérateur... basé sur un clivage gauche/droite qui est loin, très loin, de représenter la réalité politique du moment et celle des années à venir.

               Pour toutes ces raisons,  le Média qui n'a pas de rayonnement extérieur, n'est valorisant pour aucun de ses lecteurs abonnés ou non ; d'où l'absence de perspectives et une stagnation qui, à terme, condamne cette entreprise louable au demeurant.

     

    Pour prolonger, cliquez ICI (analyse de Pierre Carles au moment du lancement du Média)

     

                                                                ______________

    brésil .JPG

     
     
               Avec un taux de participation de 79%, c'est bien d'un raz de marée en faveur de Bolsonaro qu'il s'agit ; un candidat élu majoritairement par les classes moyennes et supérieures dans un des pays les plus corrompus au monde sous des régimes socio-démocrates et des régimes dits "de gauche".
     
    Aussi, contrairement à ce que les médias français ne cesse d'affirmer, ce n'est pas la carte du monde qui s'obscurcit avec cette victoire du candidat Bolsonaro car ce succès électoral, on le doit à des médias qui, de par le monde, n'en finissent pas de nous dire qu'il n'y a pas d'alternative et qu'il nous faut nous accoutumer à vivre avec des élites qui sont de véritables prédateurs des fonds publics et privés ou bien alors, de véritables traîtres de la cause des Peuples, sous le prétexte suivant : si c'était différent, ce serait pire encore.
      

    _______________

     

    Que faire du couple Alexis Corbière et Raquel Garrido ?

    corbière.JPG

     

     

          Si l'on ne renonce pas à l'argent ( ... à faire de l’argent) , rien de grand, rien d'important ne peut être accompli ; cette recherche systématique du confort.... cet investissement matériel sur l'avenir alors que l'on se dit « à gauche toute ! ».... est la marque indélébile de ceux qui ne sont prêts à aucun sacrifice ; et là encore, rien de grand, rien d'important ne peut être accompli sans sacrifice ; quant à être "propriétaire" quand on est de gauche (excepté dans le cas de figure d'un bien familial dont on hériterait), cette aspiration de petit bourgeois-rentier chevillée au corps est bel et bien, dans ce contexte, une contradiction indépassable car devenir propriétaire aujourd'hui, c'est inévitablement entretenir le racket immobilier responsable de millions de foyers mal logés et d'une pénurie chronique de logements ; et c'est bien évidemment : plébisciter un modèle économique basé sur un RSI (retour sur investissement) qui ne peut être envisagé que dans un seul cas : que la demande soit supérieur à l'offre ; et là, il est à nouveau question de pénurie de type " racket " avec pour conséquence un marché immobilier hors de prix et  hors d'atteinte aussi bien en tant que locataire ou propriétaire pour les plus modestes et les petites classes moyennes ; une pénurie savamment organisée géographiquement : pas de logement là où il fait " bon vivre" !

    Arriviste, ce couple Garrido-Corbière nouveau riche est décidément indigne d'appartenir à la gauche auquelle nous aspirons. Qu'il parte, qu'il disparaisse ! Il ne nous est d'aucune utilité.

     

    ______________

     

     

    gildas.JPG

                Philippe Gildas demeure un des principaux fossoyeurs de l'Information au profit de l’info-divertissement, l’info-rigolade.

    Cette mort de l'info coïncidera bien évidemment avec la fin de la politique :  le désengagement de nos élites, véritables traîtres de la cause des Peuples. 

    L'unanimité des médias en faveur de cet individu ne surprendra donc personne.


     
    ___________

     

    uejf officine israélienne 

                    Pourquoi l'université serait-elle un rempart contre l'antisémitisme ? Jusqu'aux années 40, nos esprits et nos auteurs  les plus brillants, les plus talentueux n'hésitaient pas à rendre public, par écrit qui plus est, leur jugement sévère à l'endroit de toute origine juive, de Voltaire à Céline ; ce qui ne devrait surprendre personne puisque l'antisémitisme vient d'en haut, toujours ! contrairement au racisme qui se déploie en bas tout en étant instrumentalisé d'en haut bien évidemment.

    Tenez, dernièrement encore, grâce à Michel Onfray ( le Serge Klarsfeld de la littérature et de la philosophie) qui semble s'être spécialisé dans la chasse aux antisémites parmi nos grands auteurs d'avant guerre, on a pu faire connaissance avec l'antisémitisme du philosophe Alain. Eh oui ! Le plus sérieusement du monde : Alain est antisémite.

    Précisons ceci à propos de Michel Onfray : sa démarche représente une prise de risque non négligeable car, cette nouvelle "dénonciation" donne à penser que l'on peut être aimable, sociable, respecté de tous, talentueux, intelligent, instruit comme l'était le philosophe Alain... tout en étant antisémite.

    Onfray l'a-t-il seulement envisagé ce risque ? Ou bien, Michel Onfray a-t-il comme projet de nous faire admettre que l'on peut être un type bien et être antisémite ?

    Onfray joue sur du velours, c'est sûr ! 

     

    ***

    Qu'à cela ne tienne...

    Revenons au sujet qui a préoccupé Médiapart...

                Antisémitisme universitaire ou pas, une certitude en revanche : la nécessité de dissoudre le CRIF et l'UEJF qui ne sont jamais que des officines israéliennes sous influence de l'extrême droite sioniste ; officines porteuses de toutes les tensions possibles qui ont fait de nos Juifs français des Israéliens et ce faisant, peuvent être tenus responsables de leur image désastreuse : communautarisme acharné, chantage et racket à l'antisémitisme, intolérance, soutien d'une puissance étrangère dont il n'y a plus rien à sauver - Israël -; leaders médiatiques têtes de liste de l'islamophobie et du racisme anti-Arabe, anti-Musulman et anti-Africain : Zemmour, Goldnadel, Finkielkraut et E Lévy ; et comme si cela ne suffisait pas : une communauté qui tient des propos insultants vis à vis des militants d’une gauche pro-palestinienne, anti-islamophobe et anti-raciste.

                Pauvre Médiapart lâche et veule... qui n'en finit pas de ménager la chèvre et le choux en bon commerçant qu'il est car un abonné, c'est comme l'argent, ça n'a pas d'odeur lorsqu'il est question de passer à la caisse et de relever les compteurs.

     

    ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez :  La revue de presse de Serge ULESKI

     

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
  • Revue de l'actualité : Serge ULESKI - 3

    Jean-Luc Mélenchon et de la communicante Sophia Chikirou, au cœur des investigations, qui se trouvait au domicile de l’ancien candidat mardi matin à l’aube.

                     Cela faisait des semaines que Médiapart souhaitait révéler la nature du lien qui unirait Mélenchon à son ancienne directrice de campagne Sophia Chikirou ( lien démentit par les deux intéressés) ; à Médiapart, il ne manquait plus qu'une occasion ; les perquisitions musclées de ces derniers jours des locaux du parti "La France Insoumise" et du domicile de ses cadres, lui en apportèrent une sur un plateau ; c'est à pieds joints que Plenel a sauté sur l'opportunité, et il était bien le seul car cette information n'intéressait pas grand- monde ; même Gala s'en était détourné :  c'est vous dire !  

     

                                                           ***

     


                                 

     

                         A propos de la révélation de la relation supposée intime qui unirait Mélenchon et sa directrice de campagne, cette révélation n'a toujours pas trouvé sa justification à propos de l'enquête des comptes de campagne de La France Insoumise - à ce sujet, le journaliste responsable de cette révélation peine à nous en fournir une -vidéo à la 25è minute.

     

               Plenel, patron de Médiapart, est connu pour être très proche de la police : il y a ses entrées et surtout ses sorties. Certes, cela peut être utile ! mais pour quelle contrepartie ? Car toute info se "paie" d'autant plus chère qu'elle est exclusive.

    Avec la révélation de l'hypothétique relation intime entre Mélenchon-Sophia Chikirou,  Médiapart semble s’être recyclé dans le journalisme de chambre à coucher, en paparazzi de l'information du même nom. Faut dire qu’avec Médiapart, dès les premières années, que l'on ait été abonné ou pas, qu'on le soit encore ou plus, il a toujours été question d'un soupçon de "tentation délatrice"... en lieu et place d'un journalisme d'investigation et d'éthique (Il est aussi vrai que Plenel a une histoire ; il y a ce que l'on peut appeler des « précédents Plenel ») ; soupçon que Plenel n’a pas cessé d’alimenter abondamment dans le choix - personnes et sujets - qui fut et demeure le sien, des cibles de sa rédaction. 


    Aussi, rapporteur, reporter, journaliste... allez donc faire la part des choses ! 

    Bien plus pusillanime, plus tolérant et complaisant avec l'éternel ado à la capuche qu'est Besancenot et son groupuscule, Mélenchon et ses troupes n'ont jamais été en odeur de sainteté auprès de Plenel : pourquoi ça ? Car enfin, à quoi, à qui Plenel croit devoir se soumettre puisque son lectorat n'a jamais majoritairement soutenu cette volonté manifeste de nuire, cette animosité envers le patron des Insoumis ?

    Si un lecteur a une idée quant à la réponse à apporter à cette question, il sera le bienvenu.

     

                                                        _______________

     

    mélenchon sophia chikirou médiapart

                     Les invités : Elizabeth Altschull, auteur et professeur d’histoire-géographie, Omar Slaouti, professeur de physique/chimie et militant antiraciste, Tatiana Ventôse, youtubeuse et ex-professeur d’anglais et Mohand-Kamel Chabane, professeur d'histoire-géographie.

     

    ***

     

    "Violence à l'école" dénoncée par les enseignants depuis 30 ans...

    Aujourd'hui, un second malaise vient se greffer avec la dénonciation suivante :  à propos de cette violence, les enseignants ne se sentent plus soutenus par leur hiérarchie : chefs d'établissement et syndicats, car la vraie demande est là : que chaque acte de violence reçoive la sanction qu'elle mérite et que cet acte soit frappée "d'indignité scolaire" dans le cadre d'une condamnation solennelle ; ce qui n'empêche pas un sanction proportionnée et la non-stigmatisation de l'élève concerné.

    Le discours de Monsieur Slaouti placé hier au centre de la problématique "violence à l'école et inégalités sociales", doit, pour l'heure,  être relégué à la périphérie car il y a urgence ; d'autant plus que ce discours n'est plus pertinent pour la raison suivante : il n'y aura pas de Grand Soir de l'éducation ni de Grand Soir tout court ; les années 80 qui réunissaient toutes les conditions en faveur d'une telle éventualité ( pas d'Euro ni de Maastricht ; La "Gauche au pouvoir" de 1981 à 1983 ; et un rapport de force contre l'ultra- libéralisme qui pouvait encore être inversé) sont derrière nous et ses opportunités gâchées aussi.

    Aujourd'hui, et demain plus encore, aucun politique ne déshabillera Pierre pour habiller Mustapha ;  l'Ouest parisien ne prendra pas en charge une partie des populations de l'Est parisien :  la réduction des inégalités n'est plus à l'ordre du jour à un niveau local, national et européen (pour peu qu'elle ait été) ; prétendre le contraire est idiot et/ou malhonnête même si confortable - en effet : on peut faire carrière sur le "Grand Soir" !

    Maintenant seuls, les profs doivent s'appuyer sur les parents des élèves, contourner le politique, les syndicats et leur hiérarchie.

     

    ______________

     

    mélenchon sophia chikirou médiapart

    Moscovici !!


    Il n'y a pas de mots pour décrire cet individu et sa carrière politique.... un larbin de première classe d'une Commission à la solde d'un mondialisme dictatorial, pour le plus grand profit d'une oligarchie mondiale sans honneur et sans justice ; un Moscovici qui se croit "flamme" alors qu'il n'est que "suie".... une plaie ces individus.... un cancer... mille raisons de désespérer de la politique en général et de la construction européenne en particulier.

     

    __________________

     

    mélenchon sophia chikirou médiapart

                      Peut-on critiquer Soros ? La question est posée car elle se pose bel et bien.
                      Autre question : Soros est-il au-dessus de la critique parce que juif ?
     
                      Et puis encore : Soros est-il d'abord juif avant d'être un acteur sur la scène mondiale critiquable comme tout un chacun ?
     
    Celle-ci aussi : qui peut bien avoir besoin de savoir que Soros est juif avant de dénoncer ce mondialiste, cet "homme d'Etat sans Etat" (tel il se définit), qui prône la fin des frontières et des nations ? Un milliardaire généreux avec l'argent des autres - il a fait et continue de faire fortune en spéculant ( la Livre Sterling pour commencer puis les matières premières) faute d'être capable d'inventer quoi que ce soit ou de contribuer intellectuellement à l'élévation de la condition et de la conscience humaines).
     
                      Et puis enfin : qui a systématiquement recours au chantage à l'antisémitisme à l'endroit de ceux qui contestent la légitimité de l'influence de Soros sur les Etats et sur, entre autres, leur intégrité territoriale ?
     
    ***
     
                     La tentative de neutraliser et de discréditer toute critique, toute hostilité à l'égard de George Soros en la qualifiant d'antisémite doit impérativement être dénoncée tout en nous incitant à suivre de près les agissements de cet homme.
     
    Censurez, diffamez, plus virulente encore sera la critique ! Aussi, face au chantage à l'antisémitisme (procédé crapuleux) c'est aujourd'hui devenu une nécessité de mener une investigation exhaustive quant aux finalités de l'action du personnage Soros.
     
                                                     __________________
     
                   
     
     
                    Service minimum de France-info : dix minutes pour l'ouvrage de Catherine Le Gall et Denis Robert "Les Prédateurs - des milliardaires contre l'Etatet son travail d'enquête. En revanche, des heures sur Mélenchon...
     
    Aussi, tout est dit ou presque : tous ces journaleux assurent leurs arrières ; ils sont là, présents, mais on les sent déjà ailleurs (surtout le petit jeune qui se tient en retrait) ; ils préparent leur transfert certain dans le privé car la vie est courte pour les carriéristes ambitieux ; aussi; il ne faut froisser personne et en premier, leurs futurs employeurs patrons de presse fatalement concernés par les révélations de l'ouvrage.
     
                                           _________________
     
     

    mélenchon sophia chikirou médiapart

                "Plusieurs proches du footballeur Karim Benzema sont soupçonnés d'être impliqués dans une tentative d'enlèvement. A l'origine du kidnapping raté, une forte somme en liquide due à Karim Benzema."

                  Léo D., décrit comme gravitant dans l'entourage du joueur, a déposé plainte pour tentative d'enlèvement et de séquestration : l'homme de 33 ans accuse des proches de Karim Benzema d'avoir essayé de le kidnapper à Paris, le dimanche 7 octobre, après le match PSG-OL.

     
    ***
     
                Benzema est à l'image de ce qu'est devenu le football à un point tel qu'aucune étude au sujet de ce sport ne pourra se passer d'analyser la personnalité, le caractère et les agissements d’individus tels que ce joueur : Benzema est un archétype, porteur d'aucune valeur, qu'elle soit sportive ou autres.

    Pour nombre d'entre nous, ça fait un bail que la conclusion suivante s'impose : il n'y a plus rien à sauver dans le sport professionnel en général et dans le football en particulier : ni les joueurs, ni les supporters (groupies a-sociaux) car tout y est pourri dans ce sport, tout y est gâté, comme un fruit tombé de l'arbre : déchéance éthique et morale.
     
    _________________
     
     

    mélenchon sophia chikirou médiapart 

                    L'argument de l'adoption pour contrer la légalisation de la GPA : Le désir d'un enfant qu'un test ADN nommera vôtre ( certes, en partie seulement en ce qui concerne la GPA) cette trace indélébile, cette transmission des gènes, filiation établie une fois pour toutes, ce désir-là est sans doute irrépressible... aucune adoption ne pourra en venir "à bout". 

    _____________

     

     

    La « GPA initiée par Marc-olivier Fogiel et son couple » est sans doute le pire cas de figure qui soit en ce qui concerne les conditions dans lesquelles les faits se sont déroulés : en d'autres termes... cette GPA, c'est vraiment tout ce qu'il ne fallait pas faire : 

    1 - chercher à l'étranger la protection de la loi pour donner satisfaction à un désir de paternité dans des conditions jugées illégales dans son propre pays ...

    2 - rentrer avec "le fruit" de son délit dans ce pays qui est le sien, défiant ainsi la loi avec impunité en donnant le sentiment que tout est permis à ceux qui en ont les moyens et plus encore, à ceux qui appartiennent à cette caste médiatique qui ne se refuse décidément rien....

    3 - provoquer un sentiment d’injustice caractérisée auprès des couples qui ne pourront évidemment pas tous accéder à cette " pratique sociale" nouvelle de procréation et de gestation pour autrui, faute de moyens matériels et financiers...

    4 - solliciter une GPA auprès d'une personne totalement étrangère à son histoire personnelle, avec laquelle on n'a tissé aucun lien dans le temps, aucune relation par le passé, dénote un mépris pour la mère porteuse, son statut, tout en refusant de prendre en compte la nature très particulière du service auquel on a recours...

    5 - avoir monnayé auprès de cette personne une gestation dont on est bien incapable d'évaluer les conséquences passées, présentes et à venir de ce qui s'avère être "une prestation de service" : conditions de la grossesse ; environnement ; précédents ; motivations de la mère porteuse ; contraintes ; de quelle nature est la nécessité chez celle qui s’avèrera être la « mère porteuse » d’occuper  cette fonction pour un temps  ?...


    Alors que les conditions suivantes devraient être réunies dans le cadre d'une GPA qu’une loi autoriserait :

    1 - GPA validée pour les couples hétéro et homo (la GPA ouverte aux homos hommes et femmes, pour ou contre  ? C'est un autre débat d'ordres religieux et/ou psychanalytique ;  l'important n'est-il pas qu'il puisse s'agir de deux parents aimants et  fiables économiquement et moralement ?)...

    2 - couples qui devront être constitués depuis plusieurs années, preuves à l’appui...

    3 - la GPA exclurait les célibataires...

    4 - la personne de son choix — la mère porteuse — devra faire partie du cercle relationnel du couple, là encore, depuis plusieurs années, preuves à l’appui...

    5 - la dite personne sera autorisée à endosser le rôle de mère porteuse une seule et unique fois dans toute son existence...

    6 - aucune compensation financière susceptible de représenter un gain qui s'apparenterait à une "plus-value" ou à un "profit" quelconque ne pourra être envisagée ; seule une compensation calculée a minima sera accordée.

                    Si ces conditions sont remplies… comme on pourra le remarquer, cette GPA s’apparentera alors davantage à un "don" qu’à un service ; don de sa capacité à donner la vie, don d'une mère porteuse proche d'un couple connu et reconnu comme tel... dans le cadre d'une véritable relation établie dans le temps entre celle qui fait ce don et le couple qui le reçoit, et ce bien avant l'expression du désir d'avoir recours à cette pratique d'un côté comme de l'autre.

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI 0 commentaire
  • Revue de l'actualité : Serge ULESKI - 2

    taddéi, interdit d'interdire, rt russian today

     

                  Dommage que la FI n'ait toujours pas compris qu'il y a, comme il a été rappelé ( sans doute le moment clé de ce débat) , un peuple auto-constitué qui s'est et se construit politiquement ( même si de plus en plus marginal) et un peuple qui s'est construit hors de toute conscience politique partisane, celui de l'histoire de France, siècle après siècle ; or, cela fait 40 ans que la "gauche" (la vraie, la fausse)  ne le reconnaît pas ce Peuple historique ; elle le nie ce peuple des classes populaires, salarié ou non (inclure les commerçants, artisans, TPE et PME) qui a trouvé refuge dans l'abstention et au FN. Cette non -reconnaissance quasi pathologique cache sans doute de grosses lacunes historiques à l'origine desquelles on trouvera une éducation, une formation orientées et parcellaires, reposant sur une idéologie par définition sectaire... sur ce qui a fait et fait la France, de Victor Hugo à Céline, en passant par Jaurès et de Gaulle, du salarié à l’artisan, du commerçant aux patrons de PME  ; d'où une incapacité à l'écouter ce peuple, à le connaître et à le comprendre pour être à même de lui parler en retour et être entendu.

                  Certes, le nouveau venu, candidat aux Européennes, Guénolé et son parti ( composé majoritairement de fonctionnaires et de syndicalistes) feront sans doute entre 7% et 10% aux prochaines élections ! Soyez toutefois assurés qu'il ne lâchera pas de sitôt son mandat et qu'il s'y accrochera trente années durant pour son seul profit sans réaliser à quel point il a desservi ceux qu'il croyait servir tout en remplissant son contrat, dormant du sommeil du juste.

     

    ___________

     

    sébastien quitte france télévisions

                       On ne manquera pas de trouver très instructif le comportement de tous "ces gens de la télé" qui, à la longue, n'existent plus - à leurs propres yeux et non aux nôtres - qu'à travers elle ; s'ils doivent la quitter, c'est toute leur conscience d'être au monde, conscience d'exister pour eux-mêmes, par eux-mêmes (présents à eux-mêmes) qui s'effondre ; c'est sans doute plus grave encore que la toxicomanie des toxicomanes pour lesquelles le manque n'est que physique, et psychique par ricochet seulement.

                Mais alors, est-ce parce que tous "ces gens de la télé" réaliseraient qu'il n'y pas plus ingrats et tête en l'air ( voire même amnésiques ?) que les téléspectateurs si prompts à les oublier vite, très vite, tous ces "gens de la télé", un peu comme s'ils n'avaient jamais existés ? C'est fort possible car, à la télé, manifestement, on y passe pour mieux se faire oublier. 

     

                                                               ____________

    zemmour, conseil d'état, "Eloge de la discrimination" : le Conseil d’Etat tranche pour Zemmour contre le CSA

     

                       Un écrasant deux poids-deux mesures dans cette décision du Conseil d'Etat (souvenons-nous d'un Dieudonné interdit de spectacle à Nantes par ce même Conseil en 2 heures !) qui n'a pas fini de nourrir un ressentiment féroce chez les "victimes" de Zemmour.

    Faut bien dire ceci : en France, on peut tout se permettre contre les Africains, les Arabes et les Musulmans - les insulter des années durant chez Ruquier, par exemple - à une condition, une seule : être juif et/ou sioniste.... proche des individus suivants : Finkielkraut, I. Lévy, Zemmour, Goldanel, Val, Valls,- et s'interdire toute critique de l'Etat d'Israël dans un soutien inconditionnel au CRIF et à l'UEJF - deux officines isaéliennes.

                  La complaisance de tous les médias envers Eric Zemmour depuis 15 ans en est la preuve irréfutable.

     

                                                        ___________

     

     

    perquisitions mélenchon domicile et siège des Insoumis...

                     Perte de sang-froid de Mélenchon à propos d'une procédure dont tous les partis politiques ont été la cible par le passé.... ce Mélenchon-là chercherait-il à bénéficier d'un régime d'exception ? Au nom de quoi ? Son attitude qui remet en cause les fondements d'un Etat de droit, n'augure rien de bon d'un candidat qui a cru naïvement (par orgueil, par vanité ou par aveuglement ?) qu'il aurait pu être élu Président de la République aux dernières élections ; comme si le système l'aurait autorisé ! La bonne blague ! 

    Par son attitude, il semblerait que Mélenchon ait été un peu trop proche des régimes d'Amérique du Sud ; il en a épousé les mœurs et les réflexes : mauvais réflexes s’entend. Sans nerfs donc, piètre tacticien, décidément, Mélenchon se trompe et de géographie et de stratégie : couill.......on un jour, couill.....on toujours... sans doute ? Car, n'oublions jamais qu'il a fait campagne et voté en faveur Maastricht alors que nous tous savions déjà ce que ce traité impliquerait la fin de toute alternative économique et financière ; par conséquent : la fin de toute alternative politique ; ce traité consacrerait l'UMPS ; comme de juste, c'est Macron qui l'incarnera quelques années plus tard.

    Quant à qualifier de "sacrée" (autant pour la laïcité soit dit en passant !) la fonction de parlementaire (c'est donc ça le projet d'une 6è République : une république d'intouchables en la personne de l'élu ? )... ce pauvre Mélenchon, après 40 ans de politique, n'a donc toujours pas compris qu'un élu doit être "touchable et pénétrable à souhait", un élu capable à tout moment de répondre de ses agissements ? L'immunité dont jouissent les députés - immunité qui devrait être "questionnée", voire même… remise en cause -, n'y suffisant plus, il serait aussi question de "sacralisation parlementaire" : là, c’est Mélenchon qui se noie...... 

    Reste toutefois à établir, si ces perquisitions " qui ont été menées dans le cadre de deux enquêtes préliminaires ouvertes ( et non d’une instruction), par le parquet de Paris" ont respecté toutes les étapes de la procédure ( à ce sujet merci de vous reporter aux commentaires de Claire Tortchinsky ci-dessous ) ; les médias sont muets à ce sujet ; tous se contentent de se faire les ventriloques des propos du Premier ministre Philippe en réponse à l'intervention de Mélenchon à l'Assemblée nationale l'après-midi même et bien que ce dernier soit incapable d’apporter des arguments en faveur de sa dénonciation du caractère illégal de ces perquisitions. On savait que Mélenchon était son pire ennemi ; on découvre maintenant qu'il est son plus mauvais avocat ; et à ce propos, on ne manquera pas de noter que l’avocat ( ou les avocats) en titre de ce parti aura brillé par son absence….

     

    Claire Tortchinsky 


    D'un point de vue juridique : Les perquisitions sur enquête préliminaire : 


    1. Il faut l'accord par écrit des perquisitionnés pour pouvoir perquisitionner - CELA N'A PAS ETE LE CAS !


    2. S'il n'y a pas d'accord écrit, alors le juge des Libertés et des Détentions doit être sollicité pour donner son avis pour toute peine encourue supérieure à 5 ans (ce qui est le cas des emplois fictifs...).IL N'A PAS ETE CONSULTE.


    3. La perquisition doit se faire en présence des mis en cause. A partir du moment où ils ont donné leur accord, ils doivent participer et ne pas en être empêché comme ce fut le cas hier matin.


    4. S'il y avait eu refus (ce qui n'est pas le cas), deux témoins majeurs en dehors des forces de l'ordre doivent être désignés pour assister à la perquisition (PAS LE CAS NON PLUS).


    5. Un procès verbal avec le détail précis de ce qui a été perquisitionné doit être établi et signé par les mis en causes. PAS LE CAS NON PLUS
    En tout état de cause, les perquisitions menées hier matin 

     

    _____________

     

    macron arabie saoudite contrats d'armement

     

                         Macron penché, Macron le dos voûté, Macron écrasé  par le poids des milliards que pèse une Arabie Saoudite première importatrice d'armement au monde ainsi que... première agent de propagation du bacille de la peste religieuse intégriste dans nos banlieues françaises. 

    _______________

     

    pas d'avs vote des députés contre

    La liste complète : noms et visages ICI

     

                   Liste des députés LREM qui ont rejeté en bloc une proposition de loi destinée à améliorer la rémunération des accompagnateurs d’élèves handicapés : les AVS - auxiliaires de vie scolaire.  

     

    ______________

     

    revue d'actualité de serge uleski,zemmour,marie noëlle lienemann,claude barouch

                                       Le personnel de l'Aquarius devrait être interpellé et mis en examen pour recel et complicité dans le trafic d'être humain ; les responsables de la destruction de la Libye jugés pour crime contre l'humanité et crime de guerre :BHL, Sarkozy, Obama et Cameron... et les avoirs du milliardaire disrupteur et disruptif, Soros ( droits de l’homme à la sauce UBER) qui finance l'Aquarius entre autres pseudo ONG, gelés.....................................

                          Pour prolonger, cliquez ... Le trafic d'être humain des ONG

     

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Politique et actualité 0 commentaire
  • Revue de l'actualité : Serge ULESKI

     

    revue d'actualité de serge uleski,zemmour,marie noëlle lienemann,claude barouch

                                       Le personnel de l'Aquarius devrait être interpellé et mis en examen pour recel et complicité dans le trafic d'être humain ; les responsables de la destruction de la Libye jugés pour crime contre l'humanité et crime de guerre :BHL, Sarkozy, Obama et Cameron... et les avoirs du milliardaire disrupteur et disruptif, Soros ( droits de l’homme à la sauce UBER) qui finance l'Aquarius entre autres pseudo ONG, gelés.....................................

                          Pour prolonger, cliquez ... Le trafic d'être humain des ONG

     

    _________________________

    Marie-Noelle-Lienemann-Pourquoi-je-quitte-le-PS.jpg

     

     

     

     

     

     

     

               Marie-Noëlle Lienemann, celle qui aboie depuis 40 ans mais qui ne mord jamais quitte le PS…


                        40 ans d’activité politique ; et qui plus est : 40 années sans travailler (1) , jamais ! A cette élue professionnelle multi-récidiviste comme les délinquants du même nom, il lui aura donc fallu 40 ans pour réaliser que le PS n'a rien de socialiste ; 40 ans à nos frais bien évidemment ! Et voilà que…tout rat qu'elle est, voilà qu'elle quitte son employeur, le PS, grâce auquel elle s'est pourtant gavée, mandat après mandat, des années durant ; aujourd’hui sénatrice, elle rempile donc mais... ailleurs, sans doute mieux assurée de pouvoir se maintenir dieu sait sur quel mandat. 

    Oui ! 40 années d'activité politique au PS aux frais des contribuables !  Or, aujourd'hui, jamais l'avenir n'a été aussi sombre pour les plus de 40 ans, les 20 ans et ceux qui sont encore à naître. 

    Aussi, Marie-Noëlle... un conseil : fais-toi une faveur… tâche de te faire oublier au plus vite ! Disparais avant qu'on ne perde définitivement patience avec toi et ceux de ta clique, PS en particulier ! Car, c’est fini : on n’investit plus. Et n’insiste pas Marie-Noëlle ! Ne la ramène surtout pas ! Dans le cas contraire, on exigera de toi et de tes acolytes, à la lecture de votre bilan, le remboursement total des sommes perçues en tant que maire, conseillère, députée, sénatrice, ministres et autres fonctions et mandats dont on a pu oublier la dénomination ( pour ne rien dire des petits à côté) !!!!



    1 – Commentaire récurrent : « Ah bon…. Parce que… la politique c’est pas un travail ? »….. De gauche ils sont ! Or, ils ne savent pas ce qu'implique le terme "travailler" .... c'est pas étonnant qu’ils aient tous voté PS si longtemps...

     

    _________________

     

    Capture.JPG

                   En effet, à quoi peut bien ressembler en fin de journée , la vie d'un homme ou d'une femme - quelles images, quelles impressions, quelle appréciation - qui abat, éventre et désosse à la chaîne, à une cadence infernale, semaine après semaine, par 4° et dans un bruit assourdissant, 25 bovins par heure, 8 heures par jour ? Quel sens donner à cette tâche ? Qu'est-ce que la mémoire peut bien garder de cette performance de mort ? 

                Mieux vaut sans doute ne pas savoir. Mieux vaut ne rien savoir à propos de la production de viande animale ! De la production à la consommation...

     

    ______________ 

     

                   Claude Barouch, président de l'UPJF à la tête d'un  micro-rassemblement sur le parvis de France Télévision, contre le reportage de la journaliste Elise Lucet "Gaza, une jeunesse estropiée" qui sera diffusé le jeudi 11 octobre.

                                "Il ne faut plus rien laisser passer" proclame le président de l'UPJF telle une menace, après le CRIF et l'UEJF et leurs soutiens dans les médias ( BHL, Moix, Zemmour, Goldnadel, E. Lévy, Berkoff, Angot, Valls, Val, Finkielkraut, Fourest... entre autres) ; comprenez : "Il ne faut plus rien laisser sortir du traitement colonial - et de ses horreurs -, des populations palestiniennes de Gaza et de Cisjordanie par Israël."

     

                                C'est un véritable plaidoyer contre la liberté d'informer que Claude Barouch adresse aux médias avec, en sous-texte, une  menace  directe sur la carrière de tous ceux qui seraient tentés de faire leur métier en tant que journaliste, mais pas seulement : épée de Damoclès au-dessus de la tête de tous ceux qui n'acceptent pas ou plus cette véritable armée de réserve de soutien à Israël, soutien total et inconditionnel, majoritairement située à l'extrême droite (en tête de liste les suprémacistes blancs que sont Zemmour, E. Lévy, Finkielkraut, Goldnadel), au service d’une idéologie  irréductiblement racialiste  (tous militent pour une société composée exclusivement d’une population de souche européenne) et sioniste (tous aspirent à une société à l'israélienne : colonialisme et apartheid) ; une idéologie d'essence anti-humaniste et amorale qui occupe tous les lieux de pouvoir : pouvoirs médiatique, politique et économique. 

                               Aussi, nous aussi, ne laissons rien passer à propos des agissements de ces hommes et de ces femmes contre la liberté et la dignité des métiers de l'information.

     

    ________________

     

               Eric Zemmour en conférence à l'école de Marion Maréchal

     

                  A y regarder de plus près, il n'y a pas plus anti-français, plus anti-européen (de culture, et sans doute aussi de moeurs) que Zemmour..............

    Zemmour, c'est la continuation de la guerre d'Algérie par d'autres moyens : le racisme. Car dans les faits, la seule et unique cause de sociopathe des médias, ce qui le motive, le structure, c'est la haine de, et la lutte contre… le Musulman, l'Arabe ( par extension l'Algérien et le Palestinien) et l’Africain de France, d'Europe et de partout ailleurs qui refusent de baisser la tête, de cacher sa pratique religieuse et de se taire ; sans oublier la détestation de la femme qui "la ramène" ; celle qui refuse de se résigner à un statut d’infériorité endémique au foyer et en entreprise.

    _____________

     

     
                   L'homme à la capuche, au parka et au jogging donne de la voix  oublieux du fait suivant : La politique c'est aussi l'analyse des causes et la dénonciation des responsables de ces causes ; et non les effets et une indignation de confort.
     
    Il est aussi vrai que... dans le traitement des causes ( nos interventions en Afrique et la casse des pays du Moyen-Orient), tous savent qu''il n'y a que des coups à prendre de la part d'un système aussi brutal qu'impitoyable ; un système qui ne tolère aucune remise en cause justement !
     
    Aussi, à s'indigner sans coup férir, on triomphe dans le camp du bien sans mérite et sans gloire.
     
    _____________
     
     
                 Faut bien dire que... Sébastien a beaucoup donné..  donné et pris ; il faut qu'il se repose et qu'il prenne - cette fois-ci - le temps de dépenser son argent... Soyons charitables à son égard !
     
    ______________
     
     

    Quand l'Etat de droit s'arrête à l'humoriste-activiste Dieudonné

     

     


                            



                Nous sommes le 3 octobre 2018 au soir, à Châtillon, en toute illégalité, l'humoriste-activiste sera interdit de spectacle dans sa propre salle dont il est le locataire depuis son expulsion de Paris... 
    Le lieu a été mis sous scellés par décision du maire et des policiers interdisent l'accès au public venu assister au spectacle de Dieudonné. 

    "The show must go on !" Dieudonné pour lequel l'impossible n'existe pas... jouera son spectacle à la belle étoile, debout face à un public qui a trouvé refuge sur le trottoir face au théâtre aux portes closes ; les forces de l'ordre se positionneront alors entre les spectateurs et l'artiste : une première, sans aucun doute !

    Rappelons ceci : personne ne cautionne cet acharnement contre Dieudonné depuis 15 ans excepté les médias et la classe politique, du maire au député en passant par les ministres ; mais alors, à quoi, à qui ces médias et ces politiques croient devoir se soumettre puisque l'électorat ne leur demande rien ? 

    La question est posée. Le rôle de tout journaliste couvrant l'actualité autour de Dieudonné serait d'être capable d'y répondre.
     
     

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Politique et actualité 0 commentaire
  • Revue de presse de Serge ULESKI : les frasques éditoriales du Nouvelobs

     

    logo-nobstr.svg

     

     

     

     

     

     


                   La France est passée en cinq ans, dans le classement de Reporters sans frontières, du 11e rang au 37e rang de la liberté d'informer. Finira-t-on alors derrière la Chine ?

                    25 condamnations pour violation de la liberté d'expression... la France au 3e rang des condamnations loin devant la Russie à la Cour Européenne des droits de l'homme.

     

    _______________________

     

     

    Antisémite, "national-socialiste" : comment devient-on Alain Soral ?

              Au sujet de cet article qui instruit à charge le "dossier Alain Soral"  (juges d’instruction les journalistes ? Mauvais, qui plus est ! Car un juge doit instruire avec impartialité), difficile de ne pas y voir un véritable procès d’intention contre l’essayiste, un article de propagande d'une journaliste dont la profession est humiliée chaque jour : une formation au rabais, pas de culture, un travail sans feuille de paie (ou bien une feuille de paie qu’on n’oserait pas montrer) ; un « job », plus qu’un métier dans lequel une soumission totale est exigée… sinon... c’est la porte et Pôle-emploi avec obligation de reconversion : la presse est un petit milieu ; on a vite fait d’être black-listé.

    Même si cet article contre Soral n'a aucune espèce d'importance car si d'aventure cette journaliste devait penser différemment, elle ne pourrait pas l'écrire. D'où le discrédit des médias dont les proprios refusent que des points de vue divergents puissent s'exprimer au sein d'une même rédaction car tous doivent converger.

    ***

     

                A propos du « cas Soral »  - après « l’affaire Dieudonné »-,  qu’il soit permis néanmoins de rappeler ceci  : Céline avait un problème avec les Juifs (et nombre d’auteurs bien avant lui aussi... de Voltaire aux Goncourt - près de deux cents ans d’antipathie à l’endroit de cette ethnie) avant de vomir sur toute l'espèce humaine. Dont acte. Heidegger, lui, avait sa carte au parti nazi en 1943 ; il pensait que Hitler était la meilleure chose qui soit arrivée à l’Allemagne et à l'Europe. Aujourd’hui, Céline est une figure mondiale de la littérature admirée, respectée qui en a formé plus d'un.

    Heidegger a formé tous nos philosophes ; aujourd'hui, on le commente jusqu'à plus soif, colloque après colloque, dans toutes les langues, et sans animosité ni procès d’intention ; bien au contraire : on lui tresse des lauriers comme à personne d’autre.

                Critique littéraire en 1930 (ou plus simplement journaliste), qui aurait bien pu souhaiter passer à côté de Céline ? Philosophe, à la même période, là encore, qui aurait bien pu souhaiter passer à côté de Heidegger ?

    C'est sûr : ces gens-là, et d’autres, ont troué le cul de leur époque et de ceux qui devaient sans doute ressembler aux chroniqueurs et journalistes qui aujourd’hui lynchent avec leur plume qui un Dieudonné, qui un Soral, qui un Tariq Ramadan, qui un Nabe, qui un Meyssan, qui un Faurisson, et d’autres encore : Jean Bricmont, Frédéric Taddéï...

    Aussi... au regard de l’engagement d’un Céline ou d’un Heidegger, force est de constater que l’essayiste Alain Soral a encore de la marge et une sacrée distance à parcourir et à combler pour peu que ce soit là son projet.

              Qu’il soit permis de rappeler ceci : un journaliste... n’est ni un juge d’instruction, ni un commissaire politique et certainement pas un flic… un OPJ chargé d'enregistrer les plaintes des bourgeois des beaux quartiers qui ne supportent pas le tapage nocturne de fêtards et autres joyeux lurons.

    ***

                Pour rappel :

    Alain Soral ou la raillerie nietzschéenne  

    Difficile de se passer de l'intelligence d'Alain Soral ! Il est celui qui, aujourd'hui en France, avec l’aide de Rousseau, de Marx, de György Lukács, de Lucien Golmann, de Philippe Muray, de Michel Glouscard et de Jean-Claude Michéa , développe les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes, les plus intelligentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : "... sur ce qui est arrivé à la France...") de la fin de la seconde guerre mondiale à nos jours.

    Certes ! Il lui arrive de se disperser et de s’éparpiller un peu trop parfois car, quand on est sûr, avec raison, de son talent, on peut facilement être tenté de croire que tout ce que l’on fait ou dit relève de ce même talent, alors qu’il peut très bien s’agir tout simplement d'une bêtise sans nom.

                 Mais alors... que celui qui n'a jamais péché - péché d'orgueil -, lui jette la première pierre !

    Manuel Valls n'est plus le chouchou des Français : l'affaire Dieudonné a eu raison de lui  par Bruno Roger-Petit

              Les gens n’aiment pas qu’on leur force la main. Jamais ! Même si…

    « En douceur Valls ! En douceur, mon gars et ça marchera, tu verras ! »

     

    Frédéric Taddeï, Dieudonné et "Jour de colère" : une convergence intrigante et ambiguë ?

     

     
               Quand Taddéï... tendu (on sent chez lui le poids du harcèlement dont il est la victime depuis des mois, voire des années) doit rendre des compte à une fausse blonde, animatrice-journaliste-mannequin : du moins... pour le temps qu'il lui sera donné de rester et mannequin et animatrice et "journaliste" car les belles années passent vite !
     
    A quand la prochaine humiliation ? Où et avec qui ?

     

     ***


                Après  le « Six minutes pour Hitler et cinq minutes pour les Juifs» lancé à la cantonade par une Caroline Fourest  sponsorisée par BHL (entre autres sponsors), à propos de l’émission « Ce soir ou jamais »  et de son animateur Frédéric Taddéï – émission dans laquelle elle a pu maintes fois s’exprimer en toute liberté…

    Calomnie pure et simple de la part d’une ingrate (1) pourrie-gâtée par des médias complaisants et complices  - Fourest peut dire n’importe quoi sur n’importe qui sans être inquiétée -, un Patrick Cohen de France Inter (lui aussi, sponsorisé par les mêmes) lui emboitant le pas…

    Ce qu’il faut bien appeler une tentative de lynchage contre Frédéric Taddéï à grand renfort de sous-entendus et de propos calomnieux semble se déployer dans tous les médias ; et pour ne pas être en reste… au Nouvelobs aussi par l’intermédiaire de Bruno Roger-Petit, chroniqueur-invité à l’invitation permanente, grand pourfendeur de tous ceux que tous les médias pourfendent partout ailleurs.

    En effet, on ne trouvera pas un seul article favorable à Taddéï.

                Belle unanimité des médias, une fois encore (on pense à l’unanimité contre Dieudonné)…les hyènes sont lâchées ! Il est vrai que l'union fait la force ! Unanimité à vous tirer les larmes aux yeux.

    Des médias au sein desquelles une soumission totale est exigée ; dans le cas contraire, c’est la porte et Pôle-emploi avec obligation de reconversion : la presse est un petit milieu ; on a vite fait d’être black-listé.

    D'où le discrédit de ces médias (83% des Français ne leur font pas confiance) dont les propriétaires (la banque, le commerce des armes et l’industrie du luxe) refusent que des points de vue divergents puissent s'exprimer au sein des rédactions car toutes doivent converger : du Nouvelobs au Figaro ; et c’est la raison pour laquelle tous vont et viennent d’une rédaction à l’autre ; il suffit de penser à un Franz-Olivier-Giesbert : il les a toutes faites.

                Nous sommes maintenant, et sans l’ombre d’un doute,  face à ce qu’il faut bien se résoudre à appeler "une chasse aux sorcières »,  car Taddéï fait tache dans le paysage audiovisuel français  : vous pensez bien ! il est le seul et le dernier à proposer des débats sur des sujets qui peuvent en fâcher plus d’un et plus d’une, certes ! Mais des sujets en contrepartie desquels, les téléspectateurs peuvent accueillir des hommes et des femmes indépendants qui ne doivent donc rien à personne mais tout à leur intelligence, leur expertise et leur honnêteté : cocktail détonnant et d’autant plus insupportable.

                Taddéï le dernier, Taddéï le seul… et  c’est déjà de trop ! Injonction, oukase, calomnie, édit ou fatwa - c'est au choix -, mais alors, qui veut la peau de Taddéï ?


    Une caste vorace et fourbe qui n’a de cesse d’être aux ordres d’une organisation de l’existence qui n’a plus aucun souci de la liberté (d’information), de l’égalité (des chances), de la fraternité (intercommunautaire) et de la justice pour tous.

                   Qu’il soit permis ici d’affirmer ce qui suit : si un seul danger nous guette aujourd’hui, ce n’est sûrement pas l’éthique professionnelle de Frédéric Taddéï dans l’exercice de son métier de journaliste et d’interviewer…

    Non, le danger, une fois encore, c’est cette unanimité contre lui.

                   Mais alors, le moment venu, quand la menace se fera plus précise encore, qui donc proposera de soutenir Frédéric Taddéï contre cette tentative de coup d’Etat sur la démocratie, la liberté d'expression et liberté de conscience ?

               Encore une autre tentative : il suffit de penser à l’arrêt du juge Bernard Stirn du Conseil d’état rendu à la demande de Valls qui interdira de spectacle Dieudonné et son public.

    Intimidés, craintifs, la peur au ventre, terrifiés, tous ces supplétifs d’une caste qui n’en a jamais assez - plus ! toujours plus ! Ce qui se solde par moins, toujours moins de liberté de conscience et d'expression ! -,… ne feront-ils pas alors le choix de protéger leur avenir professionnel en lieu et place de la dénonciation d’une véritable cabale qui, pour un peu, ferait passer le maccarthysme pour un jeu de société un peu pervers certes, mais bon enfant, et les procès de Moscou pour des joutes oratoires dignes de l’agora grecque ?

    L’avenir le dira.

    En attendant, que l’on reconnaisse en toute bonne foi que nous avons de bonnes raisons d’être pessimistes - quand même !

     

    1 - "La calomnie, Monsieur ? Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j’ai vu les plus honnêtes gens prêts d’en être accablés. Croyez qu’il n’y a pas de plate méchanceté, pas d’horreurs, pas de conte absurde, qu’on ne fasse adopter aux oisifs d’une grande ville, en s’y prenant bien : et nous avons ici des gens d’une adresse ! ... D’abord un bruit léger, rasant le sol comme hirondelle avant l’orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, et piano, piano vous le glisse en l’oreille adroitement. Le mal est fait, il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche il va le diable ; puis tout à coup, on ne sais comment, vous voyez calomnie se dresser, siffler, s’enfler, grandir à vue d’œil ; elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait ?"

    ÉLOGE DE LA CALOMNIE - Beaumarchais   « Le barbier de Séville, II-8 »

     

    Des malles retracent la vie d'une famille disparue à Auschwitz       

              Entreposées depuis 1945 dans les combles de la mairie du village d'Auvillar, une quinzaine de valises n'avaient jamais été réclamées.

    ***

              Les valoches maintenant... à la Une du Nouvelobs ! Ca, c’est du lourd !

    Mais alors, semaine après semaine... est-ce  Faurisson qui est parvenu à leur faire tous douter du génocide juif  ? Finiront-ils par déterrer les morts pour les faire parler ?

    C’est à croire.

              En ce qui nous concerne,  faut nous excuser : il y a la vie qui nous attend… nous et des milliards d’êtres humains. La vie… celle d’aujourd’hui et demain qui trépigne déjà d’impatience, riche en promesses de révolte et d’insoumission face à ce qui nous est donné à lire, à entendre et à vivre chaque jour… jour après jour !

    Allez : sans rancune !

     

    Depuis l'affaire Dieudonné, on m'envoie des mails qui hiérarchisent esclavage et Shoah

    Par Sophie Elizéon - Déléguée interministérielle/Outremer

     

              Bon, sinon… ça va la vie pour vous Madame la déléguée... ? Vous vous êtes remise de ces mails vraiment... vraiment... comment dire...

    Les mots me manquent.

     

    ***

     

                Tenez en attendant ! Votre billet d'humeur (humeur chagrine), me fait penser à ceci : imaginez un bureau, un chef de service assis derrière et son employé assis devant...

    "Dites-moi, j'ai entendu dire que vous vouliez une augmentation ?

    - Oui, je... enfin… mon salaire, c'est un peu juste quand même.

    - Un peu quoi ?

    - Juste... un peu court... si vous préférez.

    - Comment ça ?

    - Je gagne à peine 1600 euros net, et je me suis laissé dire que...

    - "Laissé dire" quoi ?

    - Ben, que le vôtre de salaire c'était plutôt dans les 6000.

    - Et alors ?

    - Ben, j'ai pensé que vous pourriez peut-être appuyer ma demande...

    - Appuyer votre demande ?

    - Oui. J’ai demandé  50 euros.

    - 50 euros ?

    - Parce que les fins de mois sont difficiles, vous savez.

    - Je vais vous dire : tout comme il y a 24 heures dans une journée pour tout le monde, pareillement, il y a dans un mois,  le même nombre de jours … et ce pour tout le monde aussi. Vous comprenez ?

    -......................................

    - Oui ? Non ?

    - Oui chef, mais...

    - Allez, n'insistez pas. Vous ne voulez pas non plus que l'on vous soupçonne de...

    - Ah non chef ! Ah non, sûrement pas !

    - Parce que... être soupçonné, c’est pas rien non plus…

    - Ah non pas ça ! Tout... mais pas ça ! 

    - C’est pas rien et c’est quelque chose d’être soupçonné de…

    - Oubliez tout. J’ai rien dit chef.

    - C'est mieux.

    - Jamais je ne…

    - C'est bien.

    - Loin de moi l'idée de mettre en concurrence votre salaire et le mien…

    - Et de convoiter mon poste, peut-être aussi, n’est-ce pas ?

    - Votre poste ? Comment pourrais-je… Ah, non jamais ! Je le jure sur tout ce que j’ai de plus cher, cher et sacré ! Ca non chef ! Je vous jure ! Jamais… Jamais, je n'oserais... enfin... vous imaginez bien. Tenez … ces 50 euros, je vous en fais cadeau.

    - Cadeau ?

    - Oui, oui ! C’est tout pour vous. 

    - Sur votre salaire ?

    - Oui, oui !

    - Chaque mois ?

    - Oui bien sûr ! Après tout,  50 euros de plus ou de moins.

    - Et vos fins de mois difficiles dont vous me parliez tout à l’heure.

    - Je m’arrangerai chef.

    - Je vois que l’on s’est compris.

    - Oui chef.

    - C'est parfait. Allez, retournez à votre travail maintenant.

    - Merci chef."

                        Ah ! Le PS ... ses ministres, ses secrétaires d'Etat et ses délégué(e)s... c'est pas rien quand même ; et puis, c'est quelque chose aussi !

     

    ***

     

    Pour info : sur LCP Rokhaya DIALLO avait obtenu 26 minutes par mois pour nous parler des minorités visibles... à l’époque où elle y « travaillait » encore.

    La demande d’une juste répartition des commémorations et de la transmission de la mémoire, à propos de la colonisation et de ses crimes ainsi que de la traite négrière... est qualifiée de "concurrence victimaire", voire... purement et simplement de revendication à caractère antisémite.

     

                2951362652770.jpgMadame la déléguée interministérielle d'outre-mer, nul doute... vous irez loin, très loin ; je vous prédis un avenir radieux : une grande ligne droite… la voie royale !

    Surtout, ne changez rien !

    Mais ne nous en veuillez pas si on ne vous y accompagne pas. Il y a des destinations vraiment trop déshonorantes.

                                

                                Rendez-vous aux prochaines élections ! Quand même !

    Spectacle de Dieudonné interdit : pourquoi j'en suis reconnaissant aux pouvoirs publics Par Arno Klarsfeld

     

             Arno Klarsfeld sur  LE PLUS du Nouvelobs à propos de l’affaire Dieudonné !

    Non mais… dites-le : c'est de la provocation ni plus ni moins ? Après tant et tant d’articles qui n’ont pas cessé de nous dire qu’il n’y avait rien à sauver chez Dieudonné…

    Ou bien alors, c'est un baround d'honneur à propos de « l'affaire Dieudonné » !
    La dernière intervention sur ce sujet… on finit alors avec l'intervenant (un monumental cancre) le moins à même de nous éclairer sur quoi que ce soit concernant cette affaire, celle-là et toutes les autres.

                    Et puis surtout… que l’on nous montre un honnête homme, un seul, ou qu’il se fasse connaître dans les meilleurs délais, qui ne soit ni un politique aux arrières pensées inavouables ni juge et partie, ni un pleutre, ni un imbécile ou bien une gourde, un honnête homme donc qui soit d’avis qu’il n’y a rien à sauver chez Dieudonné… car on l’attend encore !

                 

     

    Inégalités de salaires : Najat Vallaud-Belkacem veut sévir

                    A l'occasion de la Journée de la Femme, la ministre promet des sanctions aux entreprises qui ne luttent pas efficacement contre les inégalités.

     

    ***

     

               Soit dit en passant… Il existe déjà un arsenal juridique contre les inégalités de salaires hommes/femmes à poste égal. Aussi, ce ne sont pas tant ces inégalités-là qu’il faut déplorer mais bien plutôt l’absence totale de détermination d’y mettre fin.

    Et c’est bien là qu’est la posture d’un gouvernement PS qui n’a pas son pareil lorsqu’il est question de faire semblant d’enfoncer des portes… ouvertes de surcroît,  tout en nous précisant qu’elles étaient verrouillées à double tour.

               Certes ! L’Entreprise est une vache sacrée hindoue, et dans le secteur public, il n’y a pas de petites économies, jamais ! Voyez les médecins étrangers dans nos hôpitaux ! Des médecins payés jusqu’à 30% en dessous de leurs collègues pour un travail, des responsabilités et un nombre d’heures identiques.

    Tout le monde gratte : le privé comme le public… et toujours sur le dos des plus faibles, bien évidemment.

                A propos de la petite Najat Vallaud-Belkacem qui a les dents longues et qui maîtrise à merveille la langue de bois de ses pairs et sponsors et autres mentors… modèles indépassables de politiciens ringards au possible… à son propos donc… ainsi qu’à l’endroit de sa collègue Aurélie Filippetti (les deux gourdes du gouvernement ?)  les sarcasmes vont bon train : en effet, il est dit que l’on peut leur donner pratiquement n’importe quoi à vendre ; elles achètent tout de suite, enthousiastes et conquises, prêtes à partir en campagne ; elles n’ont alors qu’une envie : le revendre à tous !

    Dans d’autres circonstances, ce serait plutôt une qualité mais… dans le contexte d’un gouvernement PS et de ses vieux loups et sangliers, même encore jeunes... mais déjà chauves,  il ne peut s’agir que d’un cadeau empoisonné et d'une stratégie perverse.

     

                 A suivre donc...

     

     

             

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Revue de presse : les Une du Nouvelobs

     

     

     

    logo-nobstr.svg

     

     

     

     

     

     

     


                   La France est passée en cinq ans, dans le classement de Reporters sans frontières, du 11e rang au 44e rang de la liberté d'informer. Finira-t-on alors derrière la Chine ?

                    25 condamnations pour violation de la liberté d'expression... la France au 3e rang des condamnations loin devant la Russie à la Cour Européenne des droits de l'homme.

    ________________

     

     Notre fidélité par Jean Daniel

              « J'avoue que relire ce texte m'émeut par l'incitation qu'il contient à retrouver la ferveur et l'énergie de nos premiers numéros. Je me souviens que nous avions écrit dès novembre 1964 : "La gauche existe, mais elle ne sait plus qui elle est"formule qui enchanta Foucault et qui reste d'une irréfutable actualité. »


         Ah Monsieur Jean Daniel, vous êtes admirable ! Toujours là, dans vos chroniques, où ça n'a vraiment plus aucune espèce importance d'être aujourd'hui.

     

    ***

                  Si cela peut vous rassurer, la gauche sait parfaitement qui elle est et où elle n’est pas : dans ce gouvernement PS-Verts et cette présidence que l’on se fera un plaisir de culbuter par-dessus le balcon de ses appartements cossus des beaux quartiers à toutes les élections à venir.

     

    Organiser un débat Dieudonné/Zemmour à la télé : le terrifiant projet d'Eric Naulleau

    Par Bruno Roger-Petit - commissaire politique rémunéré avec des bons d'achats de la Samaritaine à chaque fois qu'il tape sur Dieudonné.

     

                   "Organiser un débat Dieudonné/Zemmour à la télé : le terrifiant projet d'Eric Naulleau"


    Plus terrifiant encore : l'interdiction d'un tel projet par Bruno Roger-Petit et quelques autres.


    Dieudonné : Edwy Plenel se trompe de combat en s'attaquant à Manuel Valls

     Re...

     

                   Médiapart a inventé un concept : l'info-abonné :" Quelle info me rapporte des abonnés, quelle info m'en fait perdre ?"

    C'est là la seule véritable ligne éditoriale de ce journal ; d'où le choix de botter en touche en ce qui concerne, entre autres, "l'affaire Dieudonné" car, sur un plan marketing, il n'y a aucun gain à attendre d'une telle affaire.

    Si ce journal est critique, il n'a, en revanche, aucune culture politique ni d'esprit d'analyse (critique, s'entend). La moraline et le refuge dans des figures de style poético-pantoufle d'auteurs brillant sur le papier mais indigents quant à la capacité de leur prose à appréhender le réel dans toute sa complexité, perfidie et perversité (des auteurs qui en leur temps, et à propos de l'élection d'Obama,  ont parlé de miracle ! C'est vous dire... c'est... tout dire !) sont sa seule marque de fabrique : d'où les éditoriaux interminables de son directeur comme autant de prêches qui là encore, tentent de réconcilier l'irréconciliable : le courage, la lâcheté, l'enfumage et l'attentisme.

    Journal qui, auprès de ses abonnés... jugés indésirables ou bien "à risque"...  ne recule devant rien comme... les censurer, les intimider, les lyncher avec l'aide de ses salariés, les dissuader de "réagir" dans la partie journal et dans la partie Club, jusqu'à les dé-référencer en douce de Google sans toutefois remettre en cause la publication de leurs contributions car celles-ci ne contreviennent que rarement à sa charte ... sans doute aussi de peur de révéler au grand jour des agissements indignes.

    Car rien ne doit transpirer... on règle ses comptes en interne : Médiapart est une famille... famille tuyau de poêle (Ah ! Prévert !), on emmanche et on s'emmanche, à l'enfilade, même si tout le monde "ne couche pas" avec tout le monde au nom de cet autre concept : "Quelles contributions des abonnés risquent de m'en coûter de nouveau (abonnés)... pour ne rien dire des risques de départ des anciens ?"

    L'indépendance de la presse, c'est aussi ça.

     

    Dieudonné, passé de comique à antisémite en 10 ans : les raisons de sa popularité

     Par Pascal Boniface Directeur de l'IRIS

     

                 "Croit-on que c’est en inculpant d’apologie de crime contre l’humanité deux lycéens de 17 ans ayant fait une quenelle que l’on va apaiser les esprits ? Quelle peut être leur réaction et celle de leurs amis ? Quelle va être l’ambiance dans le lycée ? Croit-on que c’est en virant un animateur de centre aéré qui a fait une quenelle qu’on va dégonfler l’effet Dieudonné ? On risque au contraire de lui donner plus d’ampleur et attiser rancœurs et même haine."

     

    Rien de sérieux ne sera accompli aussi longtemps que l’on pensera pouvoir faire l'économie d'analyser jusque dans les bas fonds de la politique - là où se terre "l'état profond - des choses " - le pourquoi de tels réflexes-panique de milliers d'anonymes la terreur au ventre à l'idée de ne pas avoir fait ou pensé ce qu'ils croyaient qu'on attendait d'eux… que cette attente ait été confirmée ou pas.

                   Allez, encore un effort Monsieur Boniface, vous y êtes presque.

     

    MALI. Serval, une opération pas si réussie

     

             La bonne blague ! Si seulement vous aviez, dès les premiers jours de l’intervention, fait votre travail de journaliste, tout en assurant un suivi sur le moyen terme, au lieu de vous contenter des dépêches AFP et d’assister muet aux points presse du ministère des armées avant d'enregistrer les déclarations d'un Président juge et partie !

             Mouillez donc le maillon pendant les matchs (et pas à la mi-temps ni dans les vestiaires) si vous vous voulez notre argent en tant qu'abonnés !

    Quant à l'augmentation des décès de "journalistes" (plus de deux cents l'année dernière !)... elle n'explique rien, sinon ceci :  plus l'information se porte mal... moins on nous informe, plus les journalistes meurent. On n'admettra que c'est cher payé quand on connaît la qualité de l'information qui nous est communiquée, son indépendance et sa profondeur de pénétration du réel. Une information qui, aujourd'hui, repose six pieds sous terre dans le silence de tout ce qui nous est tu.

     

    Soral à son tour visé pour ses propos sur les chambres à gaz

     

               Alain Soral ou la raillerie nietzschéenne !

               Difficile de se passer de l'intelligence d'Alain Soral ! Il est celui qui, aujourd'hui en France, avec l’aide de Rousseau, de Marx, de György Lukács, de Lucien Golmann, de Philippe Muray, de Michel Glouscard et de Jean-Claude Michéa , développe les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes, les plus intelligentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : "... sur ce qui est arrivé à la France...") de la fin de la seconde guerre mondiale à nos jours.

    Mais il est vrai qu’il lui arrive de se disperser et de s’éparpiller un peu trop parfois car, quand on est sûr, avec raison, de son talent, on peut facilement être tenter de croire que tout ce que l’on fait ou dit relève de ce même talent, alors qu’il peut très bien s’agir tout simplement d'une bêtise sans nom.

    Que celui qui n'a jamais péché - péché d'orgueil -, lui jette la première pierre !

     

    Dieudonné remplace "Le Mur" par "Asu Zoa", sur l'Afrique : encore un piège détestable

    Par Patrick Lozès - Militant associatif... et coopératif bien au-delà de ce qu'il est raisonnable d'attendre d'une militant associatif et coopératif.

     

    Ah Monsieur Patrick Lozès, vous êtes exemplaire !

    Toujours là où l'on trouve tous les autres. C'est plus du courage... c'est comment dire... de l'abnégation.

    Mandela et ses 27 ans de prison...  c'est rien, ou bien si peu en comparaison.

    Respect Monsieur... enfin... pour peu qu'il me vienne à l'idée de saluer au passage ceux qui baissent "leur rideau" avant même qu'on ne leur demande. Toutes les fables de La Fontaine ne parlent que de ça finalement : Voyez celle-ci - chercher le soutien d'un plus fort que soi pour vaincre ce qu'on croit être un adversaire, fait courir le risque d'être dévoré au passage par cet allié de circonstance qui, d'une pierre deux coups, vient satisfaire un appétit d'ogre.

     

    Patrick Lozès, vous voyez, vous êtes sans doute déjà immortel même si votre attitude explique très certainement la raison pour laquelle la classe politique mettra deux semaines à soutenir Christine Taubira face aux attaques racistes. Quant à expliquer pourquoi les populations antillaise et africaine sont considérées comme des populations de seconde zone, ici en France... là où personne ne les prend au sérieux ; d'où le retard au démarrage  - comparé à d'autres départs sur les chapeaux de roues ceux-là -, contre tout ce qui les humilie et les blesse jour après jour, jusqu'à désespérer un Kemi Seba enfant d'une République sur le modèle de "La France soit tu l'aimes soit tu la quittes ! ".

    Il la quittera cette France qui l'a vu naître, et ceux qui auraient dû le soutenir ne piperont mot.

                   "Tu es antillais ou africain : baisse la tête si tu veux le soutien des leaders autoproclamés de ta communauté."

     

    On ne peut qu'avoir honte pour eux tous quand on entend des "leaders" parler ou bien plutôt se taire... en leur nom à tous.

    A chaque fois qu'un membre du Cran (anciennement Patrick Lozès ou son président actuel) s'exprime, on a mal à la communauté africaine et antillaise, alors que quand un Jacubowicz de la LICRA ou un Cukierman du CRIF s'exprime... c'est la peur qui mobilise notre attention.

    Un véritable travail de sape d'une recherche d'un rapport de force sans lequel aucune justice n'est envisageable cette soumission mêlée d'incompétence à la racine desquelles l'on trouvera sans doute la validation inconscience d'un discours multi-centaine à propos des minorités visibles.

    On ne peut qu'espère une chose : que tous ces hommes soient grassement payés pour ne rien faire. Parce que dans le cas contraire... à quoi bon !


                Qu'il soit permis ici de rappeler ceci : ce n’est pas le monde qui est mal foutu ou la vie qui est mal faite… ce sont des gens qui choisissent sciemment de baisser les bras pour avoir la paix tout en prospérant sur le dos d'une dignité
    congédiée au prétexte que peu d'entre nous est capable de mourir debout tout en faisant face à ceux qui les exécuteront... et les exécutent chaque jour, en silence, jour après jour, dans une vie de chien ou le martyre, dans l'héroïsme et le sacrifice d'un voyage en RER dès 5h30 le matin, rentré à 20h le soir, cinq jours par semaine pour un salaire de misère, ou dans le retraité à 400 Euros par mois.

             Mais alors... qui réhabilitera le combat salutaire pour la liberté et la justice ?

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Revue de presse : les Une du Nouvelobs, ici et ailleurs

     

     

    logo-nobstr.svg

     

     

     

     

     

     

     

    Christiane Taubira refuse de débattre avec Marine Le Pen : une erreur stratégique ?

                 La politique ayant horreur du vide, et les partis « siphons » aussi, qu'il soit permis de noter ceci : aujourd'hui, près de 50% du discours du FN, c'est celui que devrait tenir la gauche. Et Christine Taubira le sait mieux que personne. Elle n'a donc rien à gagner à débattre, sinon reconnaître publiquement qu'elle appartient bel et bien à un gouvernement que l'on peut sans difficulté, et avec regret, qualifier de "gouvernement de la 2e droite" ; gouvernement à la solde d'une oligarchie mondiale sans honneur ni justice ; un gouvernement occupé à
    reverser des dividendes aux actionnaires qui ont investi leur avenir sur un François Hollande maintenant redevable ; retour sur investissement qui ne souffrira aucun retard.


    Aussi, force est de conclure ce qui suit : le PS n'a vraiment pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer.

    Prêtez-leur un bras et main forte, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y laisserez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : rincé et discrédité - d'une collaboration avec le PS.

     

    Dieudonné : mes 3 conseils à Valls et Taubira pour stopper la contagion antisémite

    (de Thierry de Cabarrus, chroniqueur politique)

     

                "... il s’agit, tout bonnement, de protéger notre société fragilisée contre la tentation abjecte de se trouver des boucs émissaires responsables de la crise qui la frappe."

      

                 Entre temps, Dieudonné, lui, a certainement besoin de se protéger de quelques élites communautaires et de leurs supplétifs qui depuis dix ans cherchent à abattre celui qu'il faut bien se résoudre à considérer comme notre plus talentueux humoriste satirique de langue française depuis Molière, fils de Voltaire, sans aucun doute le plus grand anti-tartuffe de la société du spectacle médiatique et politique. 

    Quant à Monsieur Thierry de Cabarrus... s'il souhaite que l'on prenne au sérieux ses interventions écrites, il lui faudra intervenir dans des médias qui acceptent parmi ses chroniqueurs agréés et autres blogueurs associés toutes les opinions à propos, entre autres, de Dieudonné.

    Or, il se trouve que sur le Nouvelobs comme sur tous les médias mainstream, une seule opinion prévaut : il faut faire taire cet activiste politique.

    En d'autres termes, si d’aventure Monsieur Thierry de Cabarrus devait penser qu'il faut soutenir Dieudonné, à aucun moment il ne pourrait le faire savoir. C’est la raison pour laquelle, sauf le respect qu’on lui doit, à lui et à tous les intervenants accrédités par le Nouvelobs, nous préférons accorder bien plus d'attention aux commentaires qui sont postés (même après le couperet de la censure), d'autant plus que ces commentaires qui émanent d’intervenants qui ne doivent rien à personne, soutiennent dans une immense majorité des cas, la démarche de Dieudonné.

    ***

    Ne jamais renoncer !

    Dénoncez ! Dénoncez ! Il en restera toujours quelque chose !

     

    Mikhaïl Khodorkovski est arrivé en Suisse

                  Longtemps on se souviendra d'une Europe et de médias qui auront préféré Mikhaïl Khodorkovski à Snowden faisant le choix de soutenir le dissident milliardaire aujourd'hui résident Suisse contre un Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou, auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...

                   Après ça, vous irez déplorer le divorce croissant entre les Français et les médias, la politique et l'économie.

    Assurer la pérennité du "Nouvel Observateur"

                    Préoccupons-nous plutôt de la pérennité du métier de journaliste qui part à vau-l'eau sur tous les sujets qui touchent, entre autres, à la société française ; et que ce soit avec le Nouvelobs ou sans, importe peu ; seule importe l'information : profondeur et hauteur.

    Et là, quelque chose me dit que l'on est loin du compte.

     

    Dieudonné : non, il n'est pas interdit d'interdire

    (de Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur)

     

              Des médias aux ordres ont sciemment coupé les ponts, tué la communication, l’échange, voilà trente ans déjà, en tarissant toute relation aussi lacunaire soit-elle avec des pans entiers de la population de ce pays afin de contrôler toute contestation d'un projet tant national qu'européen et mondial aux conséquences économiques, sociales et politiques dévastatrices qui ne recueille l'adhésion d'aucune majorité digne de ce nom en Europe et au-delà.


    Certes ! Nous ne sommes pas dupes : le bannissement depuis 10 ans de Dieudonné a pour but, à la fois de réduire au silence un opposant mais aussi, et surtout, de le radicaliser (le forcer à hurler - métaphoriquement) et de le pousser à la faute afin de le marginaliser définitivement aux yeux d'un public somnolent car éreinté après une journée épuisante - et cette audience-là est bel et bien aujourd'hui l'unique cible des médias de masse ; public qui n'a, malheureusement, ni les facultés ni le temps de déjouer les intrigues de médias qui ne se reconnaissent plus qu'une seule obligation : complaire à leurs employeurs (actionnaires, annonceurs publicitaires et l’Etat) : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte ; médias qui, dans les faits, ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune qui devra marcher droit : dans le cas contraire, toutes les représailles seront à craindre : ici chômage et menaces physiques ; ailleurs les bombes.

    Et c’est bien sur ce quoi repose tout le discrédit de ces médias depuis trente ans : la certitude que si d'aventure les salariés et les intervenants de ces médias étaient capables de penser autrement, on peut être assurés qu’à aucun moment ils ne seraient en position de mener à bien cette ambition (pour ne rien dire de ceux qui s'autoriserait à le faire) ; car force est de constater que le recrutement de ces femmes et de ces hommes a pour premier critère non pas ce dont ils sont capables mais bien plutôt ce dont ils sont  incapables : oser penser la complexité du réel en y intégrant le poids de toutes les forces qui oeuvrent à sa mésinterprétation dans le meilleur des cas ; à sa disparition... dans le pire. Et manifestement, les recruteurs ne se trompent jamais ou bien rarement ou pas longtemps, étant eux-mêmes très certainement recrutés selon le même critère : ils n'ont pas le droit à l'erreur dans leur nomination de celle ou de celui qui devra mener une barque médiatique qui ressemble étrangement à un bateau fantôme à la dérive, ersatz d’équipage auquel il a été fixé un seul objectif  : malmener et tabasser le réel à coups d'articles aussi indigents que malhonnêtes, et ce afin d'assurer la protection d'intérêts partisans contre le bien commun ; intérêts qui ne souffriront aucune mise en danger.

    L'unanimité contre Dieudonné ne peut s'expliquer autrement : l'absence de voix dissonantes laisse entrevoir un abîme d'incompétences... un tombeau éthique, là où prospère non seulement l'indigence intellectuelle mais... la lâcheté aussi ; une lâcheté et des manquements coupables de lèse-société.

     

    Dieudonné : à Nantes, entre "pro" et "anti", un dialogue sans haine

              "Les uns manifestaient contre l'antisémitisme. Les autres ont leur billet pour le spectacle de jeudi soir. Ils ont su se parler. C'était impossible à prévoir."

     

                A force de publier des articles qui maltraitent et tabassent  le réel à coups de pied, de poing et de matraque, cela n'a rien de surprenant : les propriétaires des médias dominants finiront par faire du métier de journaliste, un métier qui ne veut plus rien souhaiter savoir ni comprendre.

    Dieudonné, Soral, Zemmour et la haine des autres

     

                   Décidément, jamais vous ne renoncez !

    ***

    Alain Soral ou la raillerie nietzschéenne !

                Difficile de se passer de l'intelligence d'Alain Soral ! Fervent soutien, dans l’esprit, au conseil national de la résistance, il est celui qui, aujourd'hui en France, avec l’aide de Rousseau, de Marx, de György Lukács, de Philippe Muray, de Michel Glouscard et de Jean- Michel Michéa , développe les analyses les plus courageuses, les plus pertinentes, les plus intelligentes et les plus talentueuses sur la société française (d’aucuns écriront : "... sur ce qui est arrivé à la France...") de la fin de la seconde guerre mondiale à nos jours.

     

    Quant à Zemmour...

    Pauvre de lui ! Victime, il n'aura rien choisi pour lui-même, se contentant de porter, comme on porte un fardeau, une histoire familiale qui a fait de lui un être verrouillé à double tour : ressentiment, aveuglement et anti-humanisme forcené.

    On ne peut que le plaindre. Il a toute notre commisération et notre compassion (enfin... jusqu'à un certain point parce que... faut pas pousser non plus !).



    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Revue de presse : les Une du Nouvelobs, ici et ailleurs

     

     

     

    logo-nobstr.svg

     

     

     

     

                  Propos de Dieudonné sur Patrick Cohen : Radio France saisit la justice

     

    Il est vrai que ce Patrick Cohen "journaliste"...  c'est pas grand-chose, même si c'est pas pire que tout le reste et tous les autres puisque tous adhèrent au même credo : ce dont on parle et ce dont on ne parle pas ; qui on invite et qui on n'invite pas.

    Réponse du berger à la bergère avec son audience de brebis et de moutons - car enfin, qui écoute encore aujourd'hui France Inter ? -, après les insultes de Cohen et son coming out à propos d'une liste noire des médias auquelle il souscrit pleinement... sans doute faudrait-il que Dieudonné apprenne à "s'en prendre à eux" (et c'est important de le faire ! C’est même vital pour la démocratie... du moins pour le peu qu'il en reste !), eux qui cherchent depuis dix ans à le « tuer » professionnellement, sans pour autant courir le risque d'une condamnation des tribunaux même si l'on se doit de relativiser leurs succès à tous auprès des juges : les acteurs de ces médias (dits "journalistes" !?) ne jouissent plus d'aucun crédit auprès de la population, et c’est sans doute là tout ce qui importe.

    Un Patrick Cohen payé pour recevoir la famille Le Pen ;  et il la reçoit ! Tout comme il recevra Dieudonné si demain on le lui conseille très fortement.

    Il est vrai que si cet animateur-radio et télé qui a, comme beaucoup d'autres, la fâcheuse habitude de vouloir péter plus haut que sa morale et que son éthique, pouvait être au métier de journaliste ce que Dieudonné est à son Art… Prix Pulitzer en poche, personne n’irait lui chercher des poux.

    Car enfin, qui se souviendra de ce Patrick Cohen, un garçon de courses des médias chassant l'autre, année après année ?

    Entre temps... bonjour les dégâts sur les esprits et les consciences ! C'est vrai ! Mais... Internet n'est-il pas là pour réparer tous ces dégâts ?

    C'est déjà une consolation.

    On notera que Dieudonné est dans l'obligation de hurler s'il veut se faire entendre, n'ayant accès à aucun des médias dominants ; médias qui, pourtant, ,ne se privent pas de le trainer dans la boue, dans toutes les boues, sans qu'il puisse pour autant leur répondre ; d'où le sens que l'on doit donner, en toute bonne foi et en toute intelligence, à la remarque de Dieudonné en réponse à un Patrick Cohen aussi suffisant qu'insultant  et alors que rien chez lui ne justifie une telle assurance, sinon le sentiment d'être du bon côté du manche : celui qui matraque au silence tous ceux qui seraient susceptibles de remettre en cause un système qui a pour seuls exécutants des médiocres et des arrivistes sans honneur ni courage ; car, enfin, qui s'en serait soucié si Dieudonné s'était contenté à propos de ce salarié de France Inter d'une saillie drolatique, voire méprisante, dans le contexte d'un spectacle d'une heure trente ?

    Personne.

    Certes ! Nous ne sommes pas dupes : le bannissement a pour but, à la fois de réduire au silence un opposant mais aussi, et surtout, de le radicaliser  (le forcer à hurler) et de le pousser à la faute afin de le marginaliser définitivement aux yeux d'un public somnolent car éreinté après une journée épuisante - et cette audience-là est bel et bien aujourd'hui l'unique cible des médias de masse ; public qui n'a, malheureusement, ni les facultés ni le temps de déjouer les intrigues de médias qui ne se reconnaissent plus qu'une seule obligation : complaire à leurs employeurs.

    Et c'est la raison pour laquelle des médias aux ordres ont sciemment coupé les ponts, tué la communication en tarissant toute relation aussi lacunaire soit-elle avec des pans entiers de la population de ce pays, afin de contrôler  toute contestation  d'un projet tant national qu'européen et mondial aux conséquences économiques, sociales et politiques dévastatrices qui ne recueille l'assentiment de personne.

     

    Jean-Louis Foulquier est mort : pour nous, les artistes, il faisait partie de la famille

     

                    N'oublions pas qu'à la radio, sur France Inter, dans les années 70, son émission "Pollen" a aidé et fait connaître plus d'un artiste... artistes souvent relégués à la marge de l'industrie du disque : qu'il en soit donc éternellement remercié...

    Contrairement à d'autres animateurs et producteurs, tout juste capables de parasiter, des années durant, la notoriété et la célébrité de leurs invités pour assurer leur propre promotion et avancement de carrière : en effet, qui ont-ils sorti de l’ombre en 40 ans de Télévision et de radio, sinon eux-mêmes ? Leur personnalité à tous étant bien en mal de nous donner une raison, une seule, de vouloir les en faire sortir autrement.

    On aura aussi une pensée pour José Artur et son Pop Club sur la même antenne à cette même période.

     

    "Vous me faites chier !": NKM insulte la presse dans le métro, un intrigant dérapage

    Par 

     

                « Cet épisode NKM, ce "Là, vous me faites chier !" est emblématique du retard des politiques français en matière de communication politique et de respect de la liberté de la presse. Les politiques vivent dans un monde médiatique en retard de vingt ans."



    Les propriétaires des médias n'ont aucune envie d'un monde où la liberté d'expression serait la règle et l'auto-censure l'exception. Aucun journaliste non plus, du moins, pas ceux qui souhaitent le rester et prospérer.

    Pour vous avoir lu Monsieur Roger-Petit, je sais que vous faites partie de ceux qui n'ont, dans les faits, aucune idée de ce à quoi on s’engage (et aussi.. à quoi cela engage…) lorsqu'on prétend défendre la liberté d'expression.

    Rappelons ceci : soutenir la liberté d'expression est un véritable engagement et un sacrifice : accepter ce qu'on n'aurait jamais oser ou bien désirer lire et entendre car... il n'y a pas de liberté, il n'y a que des preuves de tolérance.

    Quant au supposé " retard de communication" dans la sphère politique : vous semblez oublier, tête en l'air que vous êtes, qu'il n'est aujourd'hui plus question que de cela : de com. matin, midi et soir ! Et le "Vous me faites chier !" de NKM... ce n'est que ça : de la "communication", encore et toujours de la com, NKM tentant de rallier les insoumis vaguement anti-système sachant que les médias sont méprisés par une écrasante majorité de l'électorat : en d'autres termes, cette invective ne lui fera perdre aucune voix. En revanche, il lui faudra sans doute maintenant craindre des médias dont les patrons font et défont les élus.

                Allez ! Encore un effort Monsieur , vous y êtes presque ! Vous finirez bien un jour par écrire "à l'endroit" car ce n’est pas par la queue qu’il faut aborder les problèmes mais par la tête. Que cela demande un peu plus de courage et d’intelligence, de flair aussi, c'est certain ! Mais essayez un peu pour voir...  sachez qu'on en ressort toujours grandi et pas nécessairement chômeur.

    Et quand bien même ! A vaincre sans péril, ne triomphe-t-on pas sans gloire ?

     

     

    Insultes, crachats et excréments : j'étais Miss France 2000 et j'ai aussi subi le racisme -


    Par 

     

                  "Quand j’ai été élue Miss France en 2000, il n’y avait pas de réseaux sociaux. Pourtant, j’ai reçu environ 2700 lettres d’insultes. Je suis au regret de vous apprendre que ceux qui insultent Flora Coquerel existaient déjà à mon époque…"

     

    La pauvrette ! Si malheureuse entre deux pubs et un téléfilm au rabais...

    Ce pays vraiment ! C'est l'enfer !     

                  Sinon, je n'ai pas le souvenir du soutien de cette jeune femme à une manifestation du CRAN ni de sa signature sur l'une de ses pétitions. De là à penser, des années après les faits,  qu'il  s'agirait de larmes de crocodiles... larmes versées pendant la pause sur un plateau télé, juste avant de passer à la caisse...

    Encore une fois : je n'ai pas le souvenir d'un engagement quelconque de cette dame auprès de ceux qui, jour après jour, luttent contre les discriminations. Sans doute le CRAN n'est-il pas assez glamour pour elle ? Car, finalement, sa "carrière", aussi précaire et incertaine soit-elle, faute de talent véritable, talent capable dans la durée de prouver toute sa pertinence, n'est-elle pas tout ce qu'elle ne risquera jamais... pour personne ?

     

    ***

     

                 La people-isation du Plus du Nouvelobs est insupportable. Elle nous promet une véritable descente dans l'enfer de la tartufferie et de la bêtise.

     

     

    Edouard Martin : "Le PS a beaucoup insisté"

     

              Emblématique syndicaliste CFDT de Florange, Edouard Martin avait mené à l'automne 2012 la lutte contre l'aciériste Arcelor-Mittal pour le maintien des hauts-fourneaux du site mosellan. Mardi 17 décembre, il a annoncé sa candidature comme tête de liste du Parti socialiste aux élections européennes de mai 2014 dans la région Grand-Est.

     

    A  12000 Euros par mois dont 6000 net d'impôts.... ça va changer la vie de ce syndicaliste métallurgiste, c’est sûr ! Même si ceux qui lui offrent ce salaire sont ceux qui ont roulé dans la farine ses collègues des hauts fourneaux avant et après l’élection présidentielle !

    Le Front de gauche et le Parti du même nom était donc trop à gauche pour Edouard Martin ? Ou bien, cet Edouard Martin en ignorait-il l’existence ?

    « Mélenchon, vous dites ? Jamais entendu parler ! ».

    Ou bien alors : CFDT et PS, même combat ? Autant dire : même stratégie de désertion du terrain social dans le sens d’une résistance à la guerre qui est faite aux salaires et aux droits sociaux et démocratiques ?

    Car enfin... difficile d'oublier que le PS a soutenu depuis quarante ans toutes les politiques qui ont conduit à la fermeture, entre autres sites et filières industrielles, de la sidérurgie française pour le plus grand bonheur de l'Allemagne et de tous nos concurrents dans le monde, et ce alors que les pays émergents n'ont jamais eu autant besoin de cette industrie.

    Alors, tête en l'air Martin ?

    Il est vrai que l'argent n'a pas d'odeur quand on se pince le nez. Et quand on sait ce que le PS est capable d'afficher comme opposition face aux politiques d'une commission européenne au service d'une mondialisation sans honneur ni justice… on ne peut que tirer la conclusion suivante : tout homme a son prix, même dans la classe ouvrière et chez les syndicalistes.

     

     

    Edouard Martin devra "s'adapter sans lâcher ses convictions"

     

                 "José Bové est passé du syndicalisme à la politique. Il explique cette transition parfois délicate."

    Transition ? Quelle transition ? Alors qu'il s'agit bien plutôt de : comment passer de vie à trépas... la politique en général et le parlement européen en particulier, étant le tombeau de tous les ex-activistes en mal de revenus.

     

    Pourquoi Michel Foucault est partout

     

    "Pourquoi Michel Foucault est partout ?"  vous demandez ?

    Mais... parce qu'il ne dérange personne. La bonne blague !

     

    Michel Foucault est un penseur de la marginalité (prison, homosexualité, moeurs et conduites hors normes, la folie) ; un penseur de la marge, et par voie de conséquence, un penseur en marge de tout ce qui nous permet de comprendre ceci : qui fait quoi, à qui, où, comment, pour(-)quoi  et  pour le compte de qui.

    Alors, vous pensez bien : avec Michel Foucault, Wall-street et le PS peuvent dormir tranquilles. Et d'ailleurs, ils ne s’en privent pas.


    De plus, ce Michel Foucault est loin, très loin même, de faire l'unanimité chez les historiens lorsque celui-ci se pique d'histoire.

     

                    Mais alors, la sociologie nous rendrait-elle plus ignorants et plus bêtes encore ?

    Avouez que c'est un comble !

    D'où l'abus qui en est fait : oui ! on abuse de Foucault comme on abuse de l'alcool. Un abus de consommation et de citations sans risque puisque l'on ne trouvera rien de dangereux pour soi, sa carrière médiatique, universitaire et autres.

                  Adulé par tous, dans les faits, Foucault était surtout concerné par Foucault, alors qu’un Michel Clouscard dont les analyses sont un milliard de fois plus pertinentes, est comme un fait exprès... ignoré de tous avec obstination.

    Aussi, rendormez-vous : la silhouette qui accompagne le bruit de pas que vous entendez, là, tout près, n’est que le fantôme d'un Foucault  en Père Noël d'une sociologie pour rien ou pour si peu.

     

     

    ______________________

     

     Bonnes fêtes de fin d'année à tous !

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Pour une presse au service de toutes les intelligences

     

                  
              Penser demande un vrai effort car, penser va à l'encontre de notre nature. Penser c'est pénible, épuisant. On évite, on résiste autant qu'on peut, des quatre fers, tellement ça ne nous ressemble pas, et c'est sans doute la raison pour laquelle, penser c'est penser à rebrousse poil, toujours ! Et personne ne vous remerciera pour l'avoir fait car alors, vous serez leur mauvaise conscience car penser c'est penser contre tous ceux qui ont renoncé à cet effort à leur insu, contre tous ceux qui ont jeté l'éponge...et ça en fait du monde ! Un sacré paquet : tous ceux qui pensent avoir de bonnes raisons d’ignorer qu’ils ont renoncé à penser ! 

           

    _____________________

     

             A l’heure où de nombreux médias dits "alternatifs" ont la prétention de travailler chaque jour pour "un journalisme indépendant, rigoureux et libre », on néanmoins  vraiment tentés d’espérer que ce journalisme-là soit un outil de diffusion qui, à partir d’une actualité donnée, un fait de société, une préoccupation d’ordre politique ou économique, une question qui toucherait à l’éthique, se proposera de nous présenter toutes les analyses disponibles émanant d'acteurs avisés et informés, y  compris celle du journal en question pour peu que sa rédaction l'ait jugé approprié.

    Pour le dire autrement… on appellera de nos voeux une presse qui nous présentera tout ce qui se pense sur un sujet en particulier et pas simplement ce que la rédaction du journal souhaite donner à penser à ses lecteurs.

    Car à bien y réfléchir, les journaux indépendants financièrement ou pas (après tout, le groupe médias Lagardère est lui aussi financièrement indépendant), sont libres de tout sauf de l’opinion de ceux qui les dirigent, lesquels sont à l’origine de tous les choix éditoriaux qui sont faits. Or, des choix éditoriaux n’ont jamais fait avancer l’information quelle qu’elle soit sur quelque sujet que ce soit car, si un journal peut être libre, il ne l’est sûrement pas de sa propre propagande – choix par avance biaisé donc parce qu’en faveur d'une information aux couleurs du drapeau de la rédaction du journal.

               L’avenir n’est pas à « une information libre » qui n’est qu’un slogan (1)… non, l’avenir est bien à toute l’information disponible sur un sujet donné ; une information qui, à un instant T,  reprendrait toutes les analyses produites. Et cet avenir-là, qu’on le veuille ou non, souhaitable ou pas, c'est Internet et son temps réel qui l’a déjà sculptée et rendue quasiment inévitable.

    On pensera à un journal agrégateur,  un peu à la manière d’Agoravox…  certes sur le mode militant de la contre-information en ce qui concerne ce webzine, mais c’est un exemple parmi d’autres de modèle de diffusion, de développement et de dé-multiplication de l’information à partir d’une information unique relayée à satiété par des médias numériques mainstream qui ne sont le plus souvent que la version numérique d’une opinion papier à la fois unique et commune à tous les autres medias dominants ainsi que par des « pure players » tout aussi « en panne » d’analyses plurielles mais pas nécessairement contradictoires… 

    Car il est urgent que des professionnels de l’information, des journalistes pour ne pas les nommer, et pour ce qu’il en reste de ce métier (2), s’emparent de ce modèle pour une meilleure garantie quant à la qualité de l'information à la fois collectée et produite,  pour peu que ce soit encore possible, c'est-à-dire pour peu qu’ils existent sur le marché de l’information des hommes et des femmes avec la formation, la rigueur, l’expertise et le sérieux nécessaires à un journalisme d'ouverture large et diversifiée : universitaires « repentis » sur le modèle d’un Chomsky - ce que pratique déjà ce journal d’opinion qu’est le Monde diplomatique… mais pour sa propre propagande -, fondateurs et animateurs de think-tanks alternatifs… experts-ingénieurs plébiscités parce que reconnus par les membres de leur profession  – experts actif sur  le marché de l’emploi, en contact régulier avec le monde réel de l’entreprise hors DRH et conseils d’administration -, ainsi que des associations et autres producteurs potentiels d'analyses et d'enquêtes.

    La garantie donc... d’une qualité meilleure encore de toutes les informations diffusées aux lecteurs.

    ***

     

               Un journal n'a pas à rassurer, à inquiéter, à fabriquer du réel qui n‘a de réel que le somme de toutes leurs manipulations face auxquelles, noyés dans des “pourquoi” et des “comment” restés sans réponses, on s’interdit tout questionnement.

    Car, cela a peut-être échappé un temps aux journalistes mais… informer c’est penser ! Et penser c’est s’affranchir et c’est aussi servir, non pas ses propres intérêts... mais un intérêt supérieur : celui de la justice. Penser, c’est penser fatalement... juste... parce que... altruiste. Penser, c’est entrer en dissidence et en résistance contre soi-même et contre tous les autres. Les grands journalistes sont comme les grands penseurs : désintéressés puisqu' ils sont prêts à penser contre eux-mêmes, contre leur camp, contre leur propre histoire et contre leur propre intérêt.

    Aussi... tout compte fait, et en comptant bien, il vaut mieux penser aussi avec l’intelligence des autres qu’avec la sienne seule car le plus souvent, c’est notre intelligence qui nous empêche de penser... si par penser, on entend se méfier comme de la peste de ce qu’on pense... qui va rarement plus loin que ce que l'on est, ce qui fait, au total, pas grand monde, reconnaissons-le !

    Dites-moi ce que vous allez vous autoriser à penser et je vous dirai si votre pensée est un raisonnement ou une simple opinion, une opinion fatalement intéressée, fatalement partisane et donc, un avis de plus parmi des milliers d’autres.

              Mais alors… que vive non pas une information libre mais une information qui rassemble, fédère, réunit autour d’elle toutes les intelligences au service d’un même élan : donner à la représentation du réel toute sa place ! Libre ensuite à la vérité de ce réel ainsi saisie de régner sans entraves ; vérité qui donne toutes les clés de l'avenir, et avec nous, nous tous... puisque cet avenir se saurait alors se passer de notre consentement...

                 N'en doutons pas un seul instant : telle est bien la finalité de cette quête.

     

     

    PS : L'audience d'Internet en tant qu'outil de diffusion d'une contre-information opposée aux médias dominants (pour faire simple et court) et d'après les recoupements qui ont pu être faits... c'est un "marché " d'un million de francophones, et seulement un million. Ce qui sous-entend que tous les autres sont bon an mal an plutôt satisfaits des médias dominants. Et ce n'est pas une surprise car sur ces mêmes médias on retrouve un peu près les mêmes attentes et donc les mêmes réticences et aversions quant à l'exposition d'un point de vue dissident ou dissonant. Et si les auditeurs ou les téléspectateurs n'attendent pas particulièrement de tous ces médias une autre approche, un autre contenu... c'est sans doute aussi  parce qu'au fond, ils pensent que l'information c'est le métier des journalistes et pas le leur ; ce qui explique l'absence de mobilisation critique ; et là, on retrouve ce que j'ai pu écrire à propos des documentaires de Fourest : une documentariste pour une audience somnolente.

    Aurait-on alors les médias que l'on mérite ?

    Sur Médiapart, on retrouve le même refus d'un regard et d'une mobilisation critiques de la part d'abonnés qui, dans l'ensemble, sont donc plutôt satisfaits de leur journal ; ceux qui s'y risquent s'attirent très vite les foudres d'un lectorat totalement inféodé à la rédaction de Médiapart car il semblerait que... très vite, tout abonné qui pense avoir trouvé son journal comme d'autres leur programme de télé, fasse le choix de se réfugier dans une acceptation quasi totale de ce qui lui est à la fois donné à lire et de ce qui ne lui est jamais donné à découvrir et à comprendre, sans doute dans le souci d'une tranquillité d'esprit et d'un meilleur confort mental car, il est vrai que rien n'est plus anxiogène que la dissidence quand on n'y est pas préparé soit en tant qu'acteur ou soit en tant que témoin-lecteur-téléspectateur.

    Il faut bien se résoudre à faire le constat suivant : la contre-information intéresse peu de gens. Quant à savoir qui a piqué dans la caisse ou qui a volé quoi à qui... n'attire guère plus de 60 000 abonnés - ceux de Médiapart. On peut le déplorer pour une seule raison : moins ils sont nombreux à souhaiter défendre cette contre-information plus la liberté d'informer et de penser est en danger.

    Certes ! Il y a Internet qui est plutôt un miroir aux alouettes : déformant la réalité, comme une loupe ou un verre grossissant, il laisse penser qu'il existe dans le domaine de la contre-information une communauté importante... alors qu'il n'en est rien.

    Certes, les journalistes des grands médias sont discrédités (toutes les études le montrent), n'empêche... tout comme cette classe politique impuissante et sans pouvoir, sinon dans les marges... marges très étroites, les élections mobilisent quand même une majorité du corps électoral, et les médias dominants - surtout radios et télés -, une audience de loin majoritaire qui s'évalue entre 15 et 20 millions en cumul.

    Aussi... force est de conclure que... sans Internet, il n'y aurait aujourd'hui plus aucune diffusion de cette liberté de penser. 

    Mais alors, est-ce à dire qu'il y aurait un ange qui veille sur nous, nous tous... de bonne foi et de bonne volonté, non résignés ?

    Décidément, personne n'aura ce qu'il veut : ni eux qui ne veulent rien pour nous, ni nous qui voulons tout face à ce rien qui nous est proposé et promis.

     

    _____________

     

     

    1 - Questionnez un journaliste, une rédaction : tous vous diront qu'ils sont libres. En revanche, demandez-leur s'ils ont fait le tour de tout ce que se pensait et de tout ce qui était pensé sur un sujet donné... là, vous pourrez sans difficulté les prendre en faute.

    2 - "Qui fait quoi, à qui, pour-quoi, où, comment et pour le compte de qui". Car avec la censure, la bien-pensance et le politiquement correct, tout le monde est perdant (tous les camps !), excepté ceux que l'on aurait pourtant tout intérêt à faire perdre.

     

     

    Lien permanent Catégories : La revue de presse de l'actualité par Serge ULESKI, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu