Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

égalité et reconciliation

  • Des nouvelles de Dieudonné et d'Alain Soral

     

                        Pour ce 28ème numéro de L’Heure la plus sombre, les journalistes Vincent et Xavier de ERFM recevaient Dieudonné et Alain Soral.

     

    Le sommaire de l’émission :

    Introduction
    1’08 : Dieudonné en paix, la bande annonce
    4’20 : Dernier spectacle ?
    5’46 : Le rôle d’Internet
    12’00 : La paix ?
    14’45 : Un travailleur acharné
    16’57 : Où sont les quenelles ?
    20’46 : Peur de la mort ?
    22’30 : Coluche
    24’55 : Devoir de mémoire ?
    27’26 : L’agression en Martinique
    28’00 : Les Békés
    31’18 : Les raisons de la colère
    32’21 : Invité surprise !
    32’47 : Diviser pour régner
    36’00 : Réconciliation nationale
    36’46 : La dictature de couilles molles
    39’46 : Vers un effondrement ?
    41’05 : Le combat de la postérité
    43’18 : La France juive (de BHL !)
    51’05 : Repositionnement stratégique
    52’52 : Yonathan
    55’22 : Une note d’espoir
    56’56 : La fin des temps
    59’25 : L’état d’urgence sur Internet
    1’00’00 : Dictature
    1’03’05 : www.dieudosphere.com
    1’03’35 : Stéphane Blet, Khatchaturian Toccata, album Figure Libre, Kontre kulture Musique.

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Dieudonné : le phénomène

    Lien permanent Catégories : Dieudonné : le phénomène, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Cour d'appel, chambre correctionnelle, influence et racket

     

     

     

     

     

     

    Par arrêt du 7 octobre 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement de la 17ème Chambre correctionnelle de Paris déclarant Alain Soral coupable de provocation à la haine raciale à l’égard de Frédéric Haziza.

     

                  Suite à l’entretien du mois de novembre 2012 où Alain Soral avait qualifié Frédéric Haziza de « con du mois » et détourné la chanson L’Aziza de Daniel Balavoine pour en faire un karaoké dédié au journaliste, celui-ci avait porté plainte contre Égalité & Réconciliation et Alain Soral (directeur de la publication).

    Dans les propos qui avaient motivé la plainte de Frédéric Haziza, Alain Soral avait évoqué « un journaliste issu de la communauté dont on n’a pas le droit de parler qui occupe... oui c’est le mot... il s’agit d’occupation... à peu près la totalité de la superstructure idéologique de la France » et qui fait « un boulot de censeur tribaliste ».

    Durant l’audience du 17 octobre 2014, 3 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende avaient été requis contre Alain Soral par le procureur Annabelle Philippe.

    En première instance (délibéré du 21 novembre 2014), Alain Soral avait été condamné à payer un total de 13 002 euros (amende, dommages et intérêts, parties civiles...).

                  Le 7 octobre 2015, la cour d’appel a confirmé le jugement.

     

    ***

     

                   Justice d'exception...

                   Même si l'on pourra regretter la maladresse de Soral qui a commis l'erreur de "généraliser" le cas Haziza, aucun pays, aucun tribunal en Europe n'aurait condamné Alain Soral ( et Dieudonné antérieurement) pour avoir exprimé une telle opinion sur ce journaliste controversé.

    Après un jugement rendu contre Dieudonné - deux mois de prison avec sursis (1) -, que le "journaliste" Haziza ait pu obtenir gain de cause contre l'essayiste Soral... qu'un tribunal français puisse rendre, en appel, un tel jugement, indique à quel point la justice est bel et bien sous influence et sous contrôle. Taubira devra s'en expliquer après 2017.

    Quant à ce procureur Annabelle Philippe : quand serons-nous autorisés à demander des comptes aux procureurs et aux juges ?

    Car, jamais une justice indépendante n'aurait donné suite à la plainte déposée contre Soral ! Jamais une justice indépendante n'aurait condamné Soral dans le cadre de la libre diffusion des opinions et de son expression !

    Aussi, force est donc de conclure ceci : Christiane Taubira, garde des sceaux, peut être tenue personnellement responsable de l'acharnement du parquet contre Dieudonné et Alain Soral ainsi que contre tous ceux qui ont eu la présence d'esprit en Janvier de cette année de refuser de se ranger sous une bannière dictatoriale - " Je suis Charlie " -, rompant salutairement avec une unanimité fabriquée de toute pièce par les médias car ce sont bien ces "anti-Charlie" qui ont sauvé la démocratie ce jour-là et les jours suivants.

    Ce que l'Etat, la classe politique et médiatique ne leur ont pas pardonné. Pour sûr !

     

                   Le moment venu, on ne manquera pas de dresser à nouveau le portrait d'une femme qui a définitivement sombré, politiquement et moralement, dans l'exercice de sa fonction de garde des sceaux.

     

     

     

    1 - Dieudonné n’a jamais eu que deux cibles : le CRIF et la LICRA, tous deux responsables depuis 2003 de son bannissement des médias et d’un véritable acharnement que l’on peut à juste titre comparer à une chasse à l’homme comme on peut en mener contre des délinquants, voire des terroristes : d’où le « Je suis Charlie Coulibaly » de Dieudonné posté sur Facebook  ; comprenez : « Tout comme Charlie Hebdo, je suis un  transgressif mais... en ce qui me concerne, on me traque comme un terroriste ».

     

    _____________________

     

     Un portrait de Frédéric Haziza

     

                        Coup de pied d'Haziza à un garde du corps de Dieudonné : ou quand Haziza cherche la confrontation dans l'espoir d'en sortir "victime".

    Tout est dit, tout est montré dans ce coup pied.

     

     ***

     

     

                 Entré à Radio J en 1982 (radio communautaire juive), Frédéric Haziza crée et anime l'émission politique Le Forum Radio J en 1988 ;  il est aujourd'hui chef du service politique de l’antenne depuis 2001.

    Conflit d'intérêt oblige... Frédéric Haziza est aussi journaliste-éditorialiste sur La Chaîne parlementaire - Assemblée nationale (LCP-AN) où, depuis 2003, il anime Questions d'info. Il présente également sur la même chaîne Entre les lignes.

    Terne, sans talent et laborieux, très certainement recruté grâce à des appuis, ce journaliste communautarisé est manifestement venu sur le service public chercher un complément de salaire.

    Scandale des scandales... qu’il soit permis ici de suggérer à LCP et au CSA  qu'il demande à Monsieur Haziza de choisir : soit il sert le service public, soit il sert sa communauté et ses intérêts partisans bien compris… incompatibles avec l’exercice du métier de journalisme dans ce même service public, mais certainement pas les deux, et qui plus est... aux frais des contribuables.

    Car enfin... trouvez donc un journaliste de Radio Notre Dame, de beur-FM ou Radio Orient officiant sur le service public ! Ne vous donnez pas cette peine : vous n’en trouverez pas.

     

                  En 2012, après une interview avec Jacques Cheminade, candidat à l'élection présidentielle, la chaîne LCP recevra des dizaines de messages d'indignation. Il est reproché ceci à  F. Haziza : son manque de déontologie, son soutien indéfectible à Israël qu'il affiche sans vergogne, le conflit d'intérêt que représente son poste à Radio J et la partialité qui en découle.

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Médias - récupération, lessivage et recyclage

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Le bal des quenelles 2015

     

                 Dimanche 21 juin 2015 était organisée la cérémonie du bal des Quenelles d’or, à Saint-Lubin-de-la-Haye, dans les locaux de Dieudonné, une occasion pour le public d’assister à un défilé d’une grande partie des opposants au Système, stars d'Internet.

    Environ 900 personnes étaient au rendez-vous pour cette nouvelle édition ; un beau succès en dépit du jour de la semaine (dimanche soir).

     


    Bal des quenelles 2015 - Les images d'ERTV/Quenel+ par ERTV

     

                 "Aujourd'hui, dès que vous dites la vérité, il n'y a qu'une personne pour vous remettre un trophée : Dieudonné." Gilad Atzmon quenelle d'or 2015 pour la musique

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le phénomène Dieudonné

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • De la marche des Beurs à SOS racisme : une histoire inédite...

     

    Manipulation, rejet, condescendance et exploitation

    ou quand cette marche pour l'égalité, marche fraternelle, se transforme entre les mains de SOS Racisme en une campagne de culpabilisation de tout ce qui de près ou de loin ressemble à un Français dit " de souche" : opposition frontale et division manichéenne et machiavélique du corps social entre racistes et anti-racistes 20 années durant.


    Farida Belghoul rencontre E&R (1/2) par ERTV

     


                    "À la fin de l'année 1983, suite aux incidents de l'été entre des jeunes de la banlieue lyonnaise et la police, se déroulait la « Marche pour l'égalité et contre le racisme », plus connue sous le nom de "Marche des Beurs"...

     


    Farida Belghoul rencontre E&R (2/2) par ERTV

     


                 "L'année suivante, une jeune femme du nom de Farida Belghoul organisait une seconde marche : « Convergence 84 ». Vingt-neuf ans plus tard, elle livre sa version de l'histoire, qui diffère radicalement du roman antiraciste officiel."

     


              Conférence d’Alain Soral, Farida Belghoul et Mathias Cardet à l’issue de la projection du documentaire : « De l’antiracisme à Égalité & Réconciliation : rencontre avec Farida Belghoul » par ERTV

     

                   (à la 30e minute, une analyse percutante de l'anti-racisme à la sauce PS et de l'instrumentalisation des minorités ; à 1h.05  un plaidoyer vibrant pour le vivre-ensemble)

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Quartiers populaires : Saïd Bouamama et d'autres 0 commentaire
  • Alain Soral : conseils de lecture chez Kontrekulture


    Alain Soral / vidéo du mois : conseils de... par kontrekulture

     

     

    Marion Sigaut

    Promesse des Lumières, libéralisme économique, Voltaire et la populace illettrée, libéralisme économique… la révolution  bourgeoise triomphe : les mouroirs industriels tels que décrits par  Zola, Hugo et Dickens affichent complet : femmes, hommes et enfants.

     

    Michel Clouscard

    Penseur marxiste des années 70, Glouscard a théorisé le « libéralisme libertaire » : mariage pour tous, marché et marchandise ; il n’y a pas de citoyen, il n’y a pas de société, il n’y a que des consommateurs – malheur à celui qui ne peut pas consommer ! -,  jusqu’au triomphe d’un mondialisme qui n’est dans les faits qu’une guerre contre les salaires, les droits sociaux et la démocratie : qui décide quoi, où, comment et pour le compte de qui.

     

    Lucie Choffey

    Féminisme, dictature et piège à con ! Où finit l’émancipation, où commence l’aliénation ? L’idéologie dominante ridiculise le maternage au nom d’un féminisme de femme sans mari ni enfant ni foyer… au profit d’une valorisation d’une main d’œuvre de petits soldats du capital… de la caissière de supermarché à l’ingénieur(e).

     

    Jacob Cohen 

    Après le communautarisme féministe, gay, arrive le communautarisme juif (dans les faits... sioniste) encouragé par des associations parties en guerre contre le Juif assimilé et non-sioniste. L'auteur rejoint là Yakov Rabkin 

     

    Gaston Wiet

    Orientaliste, la réédition de son ouvrage « Grandeur de l’Islam »  permettra de contrer toutes les mensonges, de palier les ignorances et les campagnes de désinformation à propos d’une religion qui est aussi une civilisation complexe, composite et plurielle : « l’Islam, ensemble de peuples différents priant tous en direction de La Mecque, c’est aussi une volonté d’unir le religieux et le politique tout en maintenant le dogme à l’abri des représentations philosophiques. De cette volonté naîtra ce qui fait peut-être l’apogée de sa grandeur : une tentative pour harmoniser, tout au long des siècles, la Foi, l’amour de Dieu et la Raison. »

     

    Dieudonné

    Justice d’exception et diabolisation d’un métis, justice d’exception, mensonges et déshonneur. Les avocats de l’humoriste active témoignent.

     

    Azim

    L’escargot qui en savait trop : « Je m'appelle Slurp. Je suis un escargot qui en a sous la coquille. En tant que gastéropode, je n'ai pas la possibilité de courir après le temps... J'ai donc décidé de le prendre... pour vous ! » 

    Strips (mini bandes-dessinées) et dessins à propos d’un escargot indolent mais insolent.

     ___________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Serge ULESKI : essais et littérature

     

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
  • Fa, Antifa... dialogue, bilan et perspectives

     

                   

                    Parce qu'il n'est jamais trop tard pour comprendre que l'anti-fascisme est le pire produit du fascisme : dictature de la marchandise, réification et aliénation de l'être humain au nom du libéralisme ; tout comme l'anti-racisme est le pire produit du racisme : mise en concurrence du travailleur protégé européen avec une masse de travailleurs du monde entier privés de droits politiques et sociaux pour le plus grand bénéfice des multinationales du CAC 40 au nom d'un universalisme béat et sans jugeotte.

    En 1936, les Républicains espagnols liquideront les groupes radicaux qui revendiquaient la fin de l'Etat, l'abolition de l'argent et du salariat avant d'être liquidés à leur tour par les troupes de Franco.

    Quant à l'action de SOS racisme, elle culminera avec la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2002, un certain 21 avril.

     


    Antifa : mise au point par ERTV

     

              Kim et Mhedy, deux chasseurs de skins durant les années 80, reviennent sur leurs parcours : un regard critique sur la mouvance antifa.

     

     


    Serge Ayoub répond à Kim et Mhedy par ERTV

     

     

             Serge Ayoub qui fut une figure incontournable du mouvement skinhead dans les années 80-90, réagit dans cette interview à la vidéo « Antifa , mise au point », de Kim et Mhedy.

     

    1 - Courtesy of ERTV

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Alain Soral : à bâtons rompus et à coeur ouvert

     

                    par metatvofficiel

     

        

                   Le parcours d'Alain Soral... des grands médias à Internet, le lancement de l'association Egalité-réconciliation, le "trans-courants", Besancenot et le Trotskisme, la fausse-politique, l'engagement politique dans la durée, le passage obligé sioniste, les dissidences...

     

     

             Le FN, la réconciliation nationale, Marine le Pen, François Asselineau, Jean-Marie le Pen, Dupont-Aignan, Les Musulmans et le FN, les procès en cours, l'Edition chez Kontre-Kulture, le PS et le CRIF, Eric Zemmour...

     

     

                  Le dialogue France-Maghreb de la France des "quartiers", SOS racisme, le "vote Musulman", Etienne Chouard et le tirage au sort, Bruno Boulefkhad et les aléas de la dissidence, Poutine le patriote...

     

    __________________


              Retrouvez la Libre Antenne Metatv du lundi au vendredi de 21h à minuit sur www.metatv.org

    Lien permanent Catégories : Alain Soral, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Interdiction du "Congrès de La dissidence" : liberté et démocratie en berne

     

     

                  « Ce que demande la démocratie c’est un débat public vigoureux. Et si elle a besoin d’information, le type d’information dont elle a besoin ne peut être produit que par le débat . Nous ne savons pas quelles choses nous avons besoin de savoir tant que nous n’avons pas posé les bonnes questions, et nous ne pouvons poser les bonnes questions qu’en soumettant nos idées sur le monde à l’épreuve de la controverse publique. »  -  Christopher Lasch dans « La révolte des élites et la trahison de la démocratie.

     


    Congrès de la dissidence du 4 mai 2014 à Bruxelles par ERTV

     


                  Toutes les analyses convergent : c’est bien le professionnalisation du journalisme et de la politique qui a tué le débat ; des débats au moment des élections où ce sont les médias aux services de leurs actionnaires (industrie, banque et armement) et des annonceurs qui définissent les thèmes et déterminent les règles du jeu au désavantage de la démocratie.

    Quant à la politique : elle se plaît à nous faire savoir que la plupart des questions sont trop complexes pour être soumises au jugement du peuple ; comprenez : les intérêts en jeu, carriéristes et économiques, ce qu’il est convenu d’appeler «  le dessous des cartes », ne doivent sous aucun prétexte être exposés  ; car, avec le politique, ce qui est n’est pas ; il s’agit toujours d’autre chose, autre part, et puis ailleurs aussi tant à un niveau local que national, européen et mondial : de la gestion de la commune aux grandes messes du G8 ou autre G2O.

     

                Le politique est le client des médias, et les médias sont leur porte-voix : échange de bon procédé qui scelle la rupture des moyens de connaissance du public. Reste alors le divertissement et le faits divers - les stars, le sexe et la violence -, jetés en pâture à une audience et à des lecteurs d'une démocratie atone, d'une apathie confirmée à l’égard de la chose publique : qui fait quoi, à qui, pour(-)quoi, où, comment et pour le compte de qui.

     

    Personne n’avait pourtant sérieusement demandé à la démocratie que le peuple puisse se gouverner lui-même. Le public était trop heureux de ne jouer qu’une part que l’on qualifiera de « procédurière », s'intéressant non pas tant à toutes les lois votées  - par un Parlement uni quant au projet global et divisé seulement sur la répartition des places à occuper et à prendre d’assaut parfois aussi -, qu'au fait que la loi soit respectée par tous dans l’intérêt de tous : justice et égalité.

    Pas de citoyen omni-présent donc ; pas de prises de décisions publiques non plus.

    Les médias et la classe politique dominantes se sont alors engouffrés dans cette brèche ouverte par une vision minimaliste et une ambition somme toute modeste de l’exercice de la démocratie chez le peuple qui a laissé le gouvernement de ses affaires à des professionnels de la politique et à des experts, et le compte rendu de leurs actions et de leurs décisions à des professionnels de l’information dans un monde vaste, de plus en plus complexe et imprévisible... du moins, tel qu’il nous est présenté et donné de l’appréhender. D’où la portée restreinte du débat public… jusqu’à sa disparition pure et simple : en effet, là où il n’y a plus d’alternative (politique, économique), il ne saurait y avoir de débat car enfin : à quoi bon débattre de ce qui n’est pas et ne sera jamais !

     

     
     
    ***

     


    Tepa - MetaTV versus AFP - Le Clash au Congrés... par metatvofficiel

     


                   Meta TV rencontre l'AFP le 04 mai à l'occasion de ce qui aurait dû être  "Le Congrès de la dissidence" organisé par le mouvement "Debout les belges" à Anderlecht. Toutes les stars de la dissidence et du Web étaient présentes : le député belge Laurent Louis, Dieudonné, Alain Soral, Marion Sigaut, Kemi Seba, Jacob Cohen, Tepa, Salim Laïbi, Joe Le Corbeau, Egalité et Réconciliation, le cercle des volontaires, Pierre Hillard, Gilad Atzmon...

    De ce congrès, le Conseil d’Etat belge confirmera l’arrêté d’interdiction pris par le bourgmestre d’Anderlecht. Le gouverneur de Bruxelles a étendu la mesure à l’ensemble du territoire bruxellois.

     

    Tous les participants à ce congrès infortuné ont en commun la condamnation d'une Europe instrument d'une mondialisation qui n'est qu'une guerre contre les salaires, les droits, la démocratie et la culture humaniste ; la condamnation de l'Euro, autre instrument de la paupérisation du continent européen, et last but not least... la condamnation de la politique étrangère de cette même Europe ; une Europe supplétive d'une politique de terreur et de chaos conduite par les Etats-Unis et ses poissons pilotes issus, pour certains d'entre eux, d'alliances contre-nature de circonstance selon le principe qui veut que... "les ennemis de mes ennemis sont mes amis."

     

    Ce qui fait de ce rassemblement et de ses participants... devinez quoi et qui ?

    Des anti-sémites et des fascistes.

    Où est le rapport, on se le demande. Chez l'erreur ! A moins que... faut  bien dire que dans l'Art de se tirer une balle dans le pied, les Médias, les associations communautaires et la classe politique, tous inféodés à la domination mondiale du plus fort sur le plus faible, n'ont pas leurs pareils.

    Aussi, que ceux qui se sentent morveux se mouchent.

     

     

    ***

     

             « C’est seulement en soumettant  nos préférences et nos projets à  l’épreuve du débat que nous en arrivons à comprendre ce que nous savons et ce qu’il nous reste à apprendre. Tant que nous n’avons pas  à défendre nos opinions en public, elles demeurent des opinions au sens péjoratif : des convictions à moitié formées fondées sur des impressions aléatoires et des présupposés admis sans examen. C’est l’acte de formuler nos conceptions et de les défendre qui les tire de la catégorie des « opinions », qui leur donne forme et définition et permet également à d’autres de les identifier comme la description de leur propre expérience. Bref, nous n’en arrivons  à connaître ce que nous avons en tête qu’en nous expliquant devant les autres : la discussion est risquée et imprévisible et pour cette raison elle est éducative.» op. cit.

     

    Qui veut apprendre et de qui ?

     

    Sûrement pas les médias et la classe politique ! Du Peuple, ils ne prendront et n’écouteront rien car la discussion, la controverse sont un danger permanent pour tous ceux qui refusent le débat et la remise en cause du bien fondé de décisions politiques qui, cela n’aura échappé à personne, servent des intérêts que nous sommes de plus en plus incapables de reconnaître.

     

               « Si nous maintenons fermement que le débat est l’essence de l’éducation, nous défendrons  la démocratie comme la forme de gouvernement non pas la plus efficace mais la plus éducative, telle qu’elle étend aussi largement que possible le cercle de la discussion et oblige ainsi tous les citoyens  à articuler leurs conceptions, à les mettre en danger et à cultiver les vertus de l’éloquence, de la clarté de pensée et d’expression et du jugement solide.» op. cit.

     

                 Les scientifiques ne débattent-ils pas entre eux jusqu’à s’opposer violemment ?

     

    Les médias en choisissant de ne servir que la désinformation - mensonges et omissions -,  à propos de la chose publique, monopole d’une classe politique qui ne raisonne qu’en termes de "storytelling" et de "communication" a abandonné le rôle qui aurait dû être le sien : faire vivre le débat ; saisir tous les points de vue ; élargir les frontières de notre compréhension du monde ; débattre des différentes options et autres choix d’organisation de l’existence en société, à l’heure où la promotion et l’intention de ne jamais nuire à ses employeurs et leurs actionnaires, ont remplacé l’information ; et quand information il y a, elle est le plus souvent inutilisable car parcellaire et décontextualisée à dessein.

     

               Qu'il soit permis de conclure par ceci : sans débat public, sans controverse, l’information sera sans pertinence, trompeuse et manipulatrice. Ce qu’elle est aujourd’hui et la langue avec elle, là où elle affaiblit ce qu’on peut appeler « l’autorité du mot » et de la parole… donnée puis reprise… la ceinture serrée jusqu’à l’étouffement, et le bâillon posé sur des lèvres exsangues : motus et bouche cousue.

     

    Qui vivra, verra.

    Mais alors... que les dissidents meurent le plus tard possible.

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Porter la crise au coeur du PS

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Alain Soral à propos de son association "Egalité et Réconciliation"

     

                C'était en 2008 : Alain Soral s'explique à propos d'Egalité et Réconciliation - gauche du travail, droite des valeurs... ainsi qu'à propos de son "passage" furtif au FN comme conseiller de Le Pen après 7 années au PC.

    Lien permanent Catégories : Alain Soral, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • "La quenelle" expliquée

     

    quenelle,dieudonné,égalité et reconciliation,quenelle d'or,dissidence,subversion,médias,politique,actualité,société

    Dieudonné et Tony Parker

     

               "La quenelle" est, dans un premier temps, un mime du « Fist Fucking » (pénétration d’un partenaire ou d’une partenaire sexuel avec le poing) ; c’est la raison pour laquelle ce geste s'accompagne souvent de l’expression « Dans ton cul !»

    Geste de ralliement de tous les dissidents, "la quenelle" est bel et bien un geste de subversion contre l’ordre établi, contre le système et la pensée unique. On peut l’assimiler au doigt d’honneur.

               A propos de la « quenelle » un indice de mesure est établi comme suit :


     - Quenelle de 175 qui indique la profondeur de la pénétration (on ne sait pas si ce sont des mm, cm, pouce, etc.)
     - Quenelle de 300
     - Quenelle épaulée
     - Quenelle tétée

    .... et autant de grades : le grade ultime étant celui de «Maître quenellier »

     

    Chaque année, une cérémonie de remise de prix nommée « La Quenelle d’Or » récompense, à l’instar des Oscars, Césars ou autres 7 d’Or, ceux qui ont « glissé » les plus grosses quenelles au système. Ce prix récompense plusieurs catégories de quenelles : politique, sport, art contemporain, littérature, essais...

                        Déjà, on lui prédit un brillant avenir. Aussi... longue vie à "La quenelle" !

     

                         

    Mérée Drante : "La Quenelle" en chanson !

     

    __________________                  

     

    Merci à Fabrizio sur Agoravox à qui l'on doit toutes ces précisions.

     

    Lien permanent Catégories : Dieudonné : le phénomène, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu