Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

agriculture

  • Paris 3 Septembre 2015 : le coup de force de la FN-SEA

              

             

    actualité,fnsea,agriculture,filière agroalimentaire,écologie,les verts,josé bové

    Les agriculteurs montent à Paris

                       

     

                       Bras armé syndical de la droite française depuis les années 60 et de la filière agro-alimentaire avec ses exportations qui ruinent les économies de l'Afrique et de l'Asie... dans un modèle de production qui a coûté à l’Europe et à la France en particulier, son indépendance alimentaire avec ses importations tout aussi dévastatrices…

                     Cartel et mafia, la FNSEA (La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) monte sur Paris ; des centaines de machines agricoles escortées par la police qui, aux abords de Paris, accordent la priorité à leurs engins au détriment des automobilistes qui se rendent sur leur lieu de travail, sont attendues ; la FNSEA montre sa force et intimide l'Etat qui optempère : Valls est très fortement encouragé à recevoir tout ce petit monde car, ayant épuisé la patience et les finances de Bruxelles, c'est maintenant l'Etat français qui est sommé de mettre la main à la poche pour continuer de subventionner une agriculture responsable des pires dégradations de notre environnement : l’eau, la terre, nos paysages, notre littoral, la qualité de nos aliments et la désertification de nos campagnes…

    Une agriculture dans l'impasse : impasse économique, impasse écologique, impasse sanitaire, impasse sociale ; en effet, ce sont des centaines d'exploitations qui ferment chaque jour ;  chaque année, ce sont des centaines de cancers d'agriculteurs contaminés et des suicides d’exploitants pris dans la nasse de la dette.

     

                    Et comme un fait exprès : jamais l’agriculture productiviste et son relais syndical qu’est la FNSEA n’ont été autant dominants à l’heure où la confédération paysanne a totalement disparu du paysage politique (José Bové est parti cachetonner à Bruxelles).

    Jamais l’écologie politique, militante, une écologie qui sache établir un rapport de force face à une classe politique sous le contrôle totale d’un productivisme sans conscience ni vision, n’a été aussi absente, vaincue et finalement abandonnée par les Verts eux-mêmes qui refuseront - mais… s’en souvient-on encore ? -, d’occuper le ministère qui leur est pourtant consacré tout en acceptant des postes de ministres dans le premier gouvernement de la non-présidence de François Hollande.

                   Mais alors : qui fera le procès de la FNSEA avant de nous en débarrasser à jamais ? Et qui fera enfin entendre raison aux agriculteurs piégés dans un productivisme mortifère, vecteur d’un projet civilisationnel nihiliste dont nous pâtissons tous ?

     

                  C'est maintenant ou jamais : sabre au clair, il faut porter l'estocade !

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Salon de l'agriculture - vitrine d'essence nihiliste

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Le meurtre de Rémi Fraisse vu par Edgar Morin

    Rémi  fraisse.jpg


              Dans le texte qui va suivre, Edgar Morin revient sur le meurtre de Rémi Fraisse, écologiste étudiant en environnement à Toulouse.


    Une fois de plus, fidèles à eux-mêmes, les "commentateurs patentés de l'actualité" passeront à côté de l'essentiel ; il reviendra alors à Edgar Morin seul de voir dans ce décès de Rémi Fraisse la victime d’une guerre de civilisation : un productivisme forcené qui condamne notre avenir  - si par avenir on entend un monde encore vivable pour l'immense majorité, et plus encore pour les plus faibles d'entre nous -, contre une pensée d'une lucidité vivace et d'une connaissance des véritables enjeux socio-économiques et environnementaux.

     

                 Avec Edgar Morin, encore lui ! la culture, l'intelligence et la clairvoyance triomphent de l'ignorance, de la bêtise et d'un aveuglement de petit-bourgeois égoïste et apeuré (1) et autres pauvres bougres cloîtrés dans une vie minuscule et nombriliste sans conscience ; de tout temps, symptôme d'une mort lente et sans profit pour personne puisque cette mort-là - ces morts-là ! -, ne laisse rien derrière elle.


    ***


                Qu'à cela ne tienne ! Qu'il soit permis ici de rappeler qu'avec ou sans gendarmes sur-armés pour protéger des élus aux ordres d'une raison économique mortifère - encore la mort ! toujours la mort ! -, et un projet obsolète dans ses finalités... que l'autoritarisme, voire le fascisme,  qui a pour seule origine une absence totale de compétence dans le domaine de la gestion de notre avenir social... eh bien... que cet autoritarisme-là ne passera pas !



    1 - Majorité silencieuse que le désordre et le courage indisposent car ce courage-là, celui des militants, lui rappelle trop souvent sa propre lâcheté, son inconséquence et puis surtout : une ignorance crasse.  

     
    _____________________

     

    Le sociologue et philosophe Edgar Morin, le 20 octobre 2012.

                       

    "... A l’image d’Astérix défendant un petit bout périphérique de Bretagne face à un immense empire, les opposants au barrage de Sivens semblent mener une résistance dérisoire à une énorme machine bulldozerisante qui ravage la planète animée par la soif effrénée du gain. Ils luttent pour garder un territoire vivant, empêcher la machine d’installer l’agriculture industrialisée du maïs, conserver leur terroir, leur zone boisée, sauver une oasis alors que se déchaîne la désertification monoculturelle avec ses engrais tueurs de sols, tueurs de vie, où plus un ver de terre ne se tortille ou plus un oiseau ne chante.Cette machine croit détruire un passé arriéré, elle détruit par contre une alternative humaine d’avenir. Elle a détruit la paysannerie, l’exploitation fermière à dimension humaine. Elle veut répandre partout l’agriculture et l’élevage à grande échelle. Elle veut empêcher l’agro-écologie pionnière. Elle a la bénédiction de l’Etat, du gouvernement, de la classe politique. Elle ne sait pas que l’agro-écologie crée les premiers bourgeons d’un futur social qui veut naître, elle ne sait pas que les « écolos » défendent le « vouloir vivre ensemble ». Elle ne sait pas que les îlots de résistance sont des îlots d’espérance. Les tenants de l’économie libérale, de l’entreprise über alles, de la compétitivité, de l’hyper-rentabilité, se croient réalistes alors que le calcul qui est leur instrument de connaissance les aveugle sur les vraies et incalculables réalités des vies humaines. C'est le caractère abstrait et anonyme de cette machine énorme, lourdement armée pour défendre son barrage qui a déclenché le meurtre d’un jeune homme bien concret, bien pacifique, animé par le respect de la vie et l’aspiration à une autre vie.

    Par l’entêtement à vouloir imposer ce barrage sans tenir compte des réserves et critiques, par l’entêtement de l’Etat à vouloir le défendre par ses forces armées, allant jusqu’à utiliser les grenades, par l’entêtement des opposants de la cause du barrage dans une petite vallée d’une petite région, la guerre du barrage de Sivens est devenue le symbole et le microcosme de la vraie guerre de civilisation qui se mène dans le pays et plus largement sur la planète. Partout, au Brésil, au Pérou, au Canada, en Chine… les indigènes et régionaux sont dépouillés de leurs eaux et de leurs terres par la machine infernale, le bulldozer nommé croissance.

    Dans le Tarn, une majorité d’élus, aveuglée par la vulgate économique des possédants adoptée par le gouvernement, croient œuvrer pour la prospérité de leur territoire sans savoir qu’ils contribuent à sa désertification humaine et biologique. Et il est accablant que le gouvernement puisse aujourd’hui combattre avec une détermination impavide une juste rébellion de bonnes volontés issue de la société civile. Pire, il a fait silence officiel embarrassé sur la mort d’un jeune homme de 21 ans, amoureux de la vie, communiste candide, solidaire des victimes de la terrible machine, venu en témoin et non en combattant. Il faut attendre une semaine l’oraison funèbre du président de la République pour lui laisser choisir des mots bien mesurés et équilibrés alors que la force de la machine est démesurée et que la situation est déséquilibrée en défaveur des lésés et des victimes.

    Ce ne sont pas les lancers de pavés et les ­vitres brisées qui exprimeront la cause non violente de la civilisation écologisée dont la mort de Rémi Fraisse est devenue le ­symbole, l’emblème et le martyre. C’est avec une grande prise de conscience, capable de relier toutes les initiatives alternatives au productivisme aveugle, qu’un véritable hommage peut être rendu à Rémi Fraisse."

     

    LE MONDE |04.11.2014 à 14h38 - Edgar Morin 

    _________________


    Pour prolonger, cliquezPenser aujourd'hui la fin de l'aliénation avec André Gorz

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Suicide : le monde paysan en première ligne

     

     

                  Deux suicides par jour, 350 exploitations agricoles disparaissent chaque semaine... il faudra bien, tôt ou tard que l'on nous rende des comptes (1) à propos de tous ces suicides et pour l'humiliation du monde paysan.

    Humiliation des uns ! Corruption des autres ! Surproduction, malbouffe, dumping agricole sur le marché mondial comme pour mieux tuer le moindre espoir pour les petits pays émergents de parvenir un jour à une autonomie alimentaire : Afrique, Asie, Amérique du Sud principalement…

    Oui ! Nous rendre des comptes pour nous avoir dépossédés, nous citadins ! Car à chaque fois qu’un paysan se suicide, à chaque fois qu’une exploitation agricole meurt, c’est notre chance d’y retourner, sans même y être jamais allés, tout en étant capables d’en indiquer la route, et du doigt… le chemin, qui s’évanouit à jamais.

     

                   Certes ! On nous veut sans racines, évoluant hors-sol tout comme cet élevage du même nom - élevage indigne ! On nous veut sans lien direct avec une géographie aujourd’hui moribonde - désert affectif, territoires privés de labeur car, sans travail, pas de vie… pas de vie pas de liens…

    Mais alors, que l’on nous rende au moins nos morts ! Toutes ces voix éteintes comme autant d'accents et d'expériences de vie à jamais réduits au silence ! Tous ces corps usés et meurtris, bottes de sept lieues aux pieds, cul et mains terreux… âmes en sueur et à bout de souffle, dévastées par une identité raillée et défaite !

     

    Oui ! Qu'on nous les rende tous ces corps ! Qu'on puisse les célébrer une dernière fois avant de commémorer leur sacrifice à tous  - héros malgré eux -, et nous décider à rendre un verdict sans appel contre une organisation de l'existence qui n'en finit pas de se passer de nous.

     

    _______________________

     

    1 – la FNSEA, le Crédit Agricole, la grande distribution, l’UE et la PAC, l’OMC et l’Accord transatlantique à venir…

     

     

               

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu