Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

ayrault

  • Sionisme et sursaut moral

     

    Introduction

     

     

                    A l'heure où l'Etat israélien jouit, ici en France, d'un soutien quasi inconditionnel de la classe politique en général et du PS en particulier, et ce jusqu'au sommet de l'Etat français, en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force ; une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif excessive de domination...

    A l'heure où des associations communautaires ont le pouvoir de bannir des médias et de persécuter tous ceux qui n'acceptent plus cette compromission de la France avec une idéologie mortifère - le sionisme...

    Une petite piqûre de rappel s'impose bel et bien :


               Là-bas : vol de la terre, assassinats, meurtres, bombardements civils, occupation, humiliation...

                Ici : bannissement, chantage professionnel, chantage à l'anti-sémitisme, racket sous la forme de procès sans nombre contre quiconque ose dénoncer la connivence au plus haut sommet de l'Etat français avec cette politique : journalistes, artistes, producteurs radio et télé...

     

     

    _________________

     

    Exposition

     

                   Ce qu’il faut comprendre au sujet de l’engagement des européens en faveur de la cause palestinienne... c'est que cet engagement, nous le devons à nous-mêmes... et à tout ce que l’Europe tente d’incarner depuis la fin de la colonisation.

    Quant à ceux qui seraient tentés de nous opposer ce qui suit : "Les bonnes âmes qui se précipitent pour sauver la Palestine mais ignorent les crimes en Syrie, et n’ont jamais bougé pour le Rwanda, furent immobiles pour la Bosnie" ...
     
    Notre réponse ne se fera pas attendre :
     

    - Personne en France ne soutient (ou n’a soutenu) les génocidaires du Darfour, du Rwanda et de la Bosnie, et certainement pas notre classe politique, même en partie.

    - Il n'y a pas en France une classe politique pour laquelle le soleil se lève et se couche avec la Syrie de Bachar el-Assad ou tout autre Etat policier et autoritaire.
     

    - A la Coupe d'Europe de football, la Syrie ne participe pas à la compétition (ni à l'Eurovision).

     
    - Il n'y a pas en France d'associations, autres qu'indissociables d'Israël, subventionnées à hauteur de plusieurs millions d'euros par les contribuables, qui ne sont que des coquilles vides et pour lesquelles la promotion et la défense d'un Etat étranger qui n'a aujourd'hui plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid sont la seule préoccupation et la seule raison d'être...
     
    - Il n'y a pas autour d'une idéologie étrangère de surcroît, autre que le sionisme,  un tel climat de terrorisme intellectuel exercé sur les institutions et les médias, leurs producteurs, animateurs et journalistes (télés, radios et journaux) depuis l’ère stalinienne - l’URSS, ses satellites et ses relais, le PCF en particulier -, dont les méthodes sont étrangement identiques : insultes, discrédit, intimidation, calomnie, procès d'intention, amalgames, chantage affectif, chantage professionnel...
     

    - La Syrie n'est pas membre d'une coalition américano-israélo-saoudienne (la Grande Bretagne et la France comme supplétifs) qui a pour seul programme :  la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, sans oublier "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent...


    - La Syrie n'est pas une alliée de la France ni de l’Europe, contrairement à Israël ; alliance avec un Etat militaro-théocratique qui nous est imposée et qui nous salit chaque jour davantage ; une alliance qui ne nous rapporte rien sinon le déshonneur de devoir vivre dans une Europe complice d’une politique d’Etat, Israël, dont il n’y a rien à sauver depuis 1967.

     

    __________________

     

    Transition

     

     

     

     Un vibrant plaidoyer de Edwy Plenel en faveur de sanctions contre Israël

     

    ________________________________

     

    Développement et variations

     

     

    Sionisme et sursaut moral

    Les nouveaux "Justes"

     

                 Jeff Halper est le co-fondateur du Comité israélien contre les démolitions de maisons palestiniennes dans les territoires occupés.

     

     

                 Musicien et militant né en Israël, Gilad Atzmon est sans aucun doute aujourd'hui celui qui a le mieux analysé  "le problème sioniste" dans ses aspects tant religieux que politique ; le sionisme étant dans les faits le bras armé d'un Judaïsme de reconquête : retour à la terre promise, expansionnisme colonisateur et criminel au détriment des droits les plus élémentaires des autochtones.

    Gilad Atzmon a depuis trouvé refuge à Londres.

     


               Shlomo Sand est un historien israélien spécialisé dans l'histoire contemporaine. Il est professeur à l'Université de Tel Aviv.

     

    )

    Dr. Norman Finkelstein : fils de survivants du ghetto de Varsovie, il s'est fait connaître par ses écrits sur la critique de ce qu'il a appelé « l'Industrie de l'Holocauste » ; terme par lequel il désigne les organisations et les personnalités juives qui instrumentalisent le génocide juif dans un but politique (soutenir la politique colonialiste israélienne) et mercantile (obtenir des réparations financières).

     

     

    _____________________________

     

     Récapitulation et Conclusion

     

     

    Edgar Morin / Tariq Ramadan "L'éthique aujourd'hui, entre théories et pratique" le 29/10/2013


    Le CILE est le "Center for Islamic Legislation & Ethics"

     

     

    __________________________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Sionisme ? Vous avez dit sionisme ?

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Loi famille... retrait du gouvernement


                "La reculade de trop ?

                Après le succès de La Manif pour tous, le gouvernement a tranché lundi et ne présentera pas de loi famille en 2014. La déception est vive à gauche, les anti-mariage gay crient victoire" -

    Commentaires récurrents des médias.

     

    ___________________

     

    jean-marc-ayrault-et-francois-hollande_1607472_800x400.jpg



               Si on oublie un moment des médias paresseux, sans imagination et sans courage...


    Parmi les adeptes d’un gauchisme bruyant - cette maladie infantile comme disait Lénine -, ceux qui ont cru voir dans le retrait de la loi sur la famille qui aurait dû être examinée en avril un recul du gouvernement Ayrault face à la forte mobilisation de ses opposants sont tout simplement passés à côté du fait qu’il s’agissait non pas de céder devant une minorité déterminée mais bien plutôt de gagner quelques points de popularité dans les sondages ; ce dont le gouvernement et la présidence PS ont bien besoin.

    Le PS n’a jamais proposé des réformes dites « de société » sans arrière pensée ; et même si son électorat en est friand, le PS n’a pas non plus pour vocation de satisfaire les revendications des minorités visibles ou sexuelles et la droite de s’y opposer systématiquement : il faut dire que....depuis 1983, les gouvernements PS ont la fâcheuse habitude de recourir à des réformes qui touchent à nos mœurs et à notre culture - réformes de diversion (le mariage gay, l’antiracisme, l’antisémitisme, l’égalité homme-femme, la menace fasciste…) -, dans le but de faire oublier au plus grand nombre ses renoncements, voire ses trahisons ; en effet, difficile de ne pas déplorer que chaque réforme sociétale d’un gouvernement PS annonce inévitablement un recul dans le domaine social : reforme des retraites, réforme de l’indemnisation du chômage, réforme du droit du travail en faveur des entreprises, pseudo réforme bancaire, réductions budgétaires drastiques pour apaiser et rassurer les banques, les agences de notations et la commission de Bruxelles



    Dans les faits, un gouvernement PS n’avance pas plus qu’il ne recule ; il souffle le chaud et le froid ici et là, perturbateur, créant des tensions, exacerbant les clivages selon l’agenda qui lui est imposé par ceux qui, dans les faits, sont responsables des politiques économiques qui sont menées : souvenons-nous de l’impatience de Barroso à propos de la réforme des retraites en France.



             Ce retrait soutenu par deux Français sur trois sera vu comme un signe de sagesse et la marque d’un gouvernement qui sait écouter.

    Aussi, à propos du retrait d’un projet de loi dont l'examen au parlement n’a sans doute jamais sérieusement été envisagé, tout en l’étant un peu quand même (« Si ça se fait, tant mieux ! Si ça ne se fait pas, c’est mieux encore ! »)... décision prise par un gouvernement aux abois et un Palais de Elysée-dépôt-vente d'une présidence de brocanteur et de bricoleur du dimanche, libre à chacun d'y voir un bien pour un mal ou un mal pour un bien. C'est au choix.

    ______________


    Pour prolonger, cliquez : Culbuter le PS et les Verts

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Christine Taubira : Israël et Dieudonné - embarras et service commandé


    Ils ne sombraient pas tous mais tous étaient frappés

     

    _________________

     

                 Brillante candidate à la présidentielle de 2002, une tête bien faite et bien pleine, des convictions qui ne sont pas simplement des humeurs (celles de tout le monde) ni un positionnement ethnique et démagogique ou plus simplement carriériste...

     

    Rapporteuse de la loi du 21 mai 2001 qui reconnaît enfin que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien constituent un crime contre l'humanité…

     

    Garde des Sceaux, star du gouvernement Ayraul, si Christine Taubira est en politique un de nos derniers intellectuels engagés - après elle, la médiocrité de ceux qui ne se sont donné la peine de rien, même pas de naître, tout occupés qu'ils sont à gérer une carrière politique qu'ils espèrent longue et fructueuse sur le dos de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un électeur... même et surtout abstentionniste -...


     

     

    Dans cette vidéo de Médiapart (à la 30e mn) qui lui a consacré une soirée voilà quinze jours, on ne manquera pas de noter l'embarras de notre Garde des Sceaux lorsqu'un sociologue lui suggère d'abroger la circulaire de Michèle Alliot-Marie qui interdit tout appel au boycott des produits d’un pays... Israël en l'occurrence ; embarras jusqu’à perdre pied puis s'effondrer moralement et intellectuellement : en effet, Christine Taubira mentionnera l’Iran qui devrait, selon elle, faire l’objet d’un boycott, feignant sans doute d’oublier que ce pays est déjà sous embargo, embargo draconien, au prétexte que ses dirigeants souhaitent concurrencer sur un plan nucléaire un Etat qui s’est pourtant affranchi des lois internationales depuis plus de 40 ans, Israël, avec le soutien d’une grande partie de la classe politique française jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.

     

    Notre sociologue se gardera bien de le lui rappeler, constatant tout comme nous le malaise de Madame Taubira ; malaise qui confirme une fois de plus nos soupçons : quiconque s'avise de dénoncer le laxisme scandaleux de l'Etat français vis à vis d'Israël, sa complicité, devra renoncer, ici en France, à un avenir professionnel qu'il soit politique, économique, médiatique ou universitaire, au plus haut niveau.


    Certes ! Les consommateurs ont toujours la liberté de prendre la bonne et sans doute, la seule décision qui s'impose, au moment de leurs achats, pour peu que la provenance des produits soit loyalement étiquetée, n'empêche, il y a des chapes de plomb et des Epées de Damoclès qui, en un tour de main, forcent un esprit qui a pourtant mille fois prouvé sa combativité, à battre en retraite avant de s'adonner, le regard craintif et inquiet, à un exercice cocasse d'humilité et de timidité aussi inattendu que confus.


    Christine Taubira récidivera quelques jours plus tard, cette fois-ci à propos de Dieudonné dans une tribune aveugle et sans nuance du Huffington Post ; véritable lynchage de l’humoriste dans la plus pure tradition d’une campagne calomnieuse de persécution concertée ; il ne manque plus que les aboiements des chiens déchaînés et les encouragements de leurs maîtres : « Allez, cherche mon chien ! Cherche ! » ; une Christine Taubira en service commandé ("Allez Christine ! On t'a finalement soutenue dernièrement, un peu tard mais quand même ! A toi maintenant de nous rendre ce petit service !") chez un fantôme, un revenant, une dénommée Anne Sinclair (souvenez-vous, si vous n'avez pas peur des cauchemars !), rédactrice en chef d’un Huffington Post sans audience... spécialiste, avec quelques autres, d'un « journalisme » de restauration passeur de plats ; et comme un fait exprès qui n'est pourtant plus un hasard ni une exception : une ancienne animatrice télé de l'audimat et des coupures publicitaires pour laquelle le soleil se lève et se couche avec un pays qui aujourd'hui n'a plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid (Vous voyez, on n'en sort pas, jamais !).


     

    ***

     

                  Avec l’abandon en 1983 d'un projet destiné à contrer l'offensive néo-libérale et la nomination de Fabius s’ensuit un deuxième abandon : celui des classes populaires livrées au chômage et à la violence d’un libéralisme économique  sans précédent depuis la fin de la seconde guerre mondiale ; arrive alors SOS racisme et le détournement d’un élan qui se voulait fraternel et rassembleur porté par des français issus de l’immigration, appelé « Marche pour l’égalité » ; récupération dans le but de reléguer les classes populaires blanches et européennes maintenant stigmatisées, accusées de tous les maux – racisme, antisémitisme, xénophobie, islamophobie -, et à propos desquelles le PS ne fondait plus aucun espoir électoral, à la désertion des urnes ou au vote FN, vote stérile,  avec l’appui de tous les médias qui tiennent depuis trente ans un rôle stratégique dans la production et la diffusion d’une doxa qui recouvre tout : à la fois la finance, l’économie, le politique et la culture.

    Il reviendra à l’humoriste satiriste Dieudonné à partir de 2003 de dévoiler au grand jour toute la supercherie de ce système de domination par la division et la diversion (détourner l’attention des vrais problèmes socio-économiques) ;  le PS est alors tout nu, SOS racisme aussi et les médias tout autant, les fesses à l'air.

    On notera au passage que Dieudonné, né M’Bala M’Bala de mère bretonne et de père camerounais  aurait dû être l’enfant d’un modèle  à vocation multiculturelle dont le PS et des Verts souhaitaient assurer la promotion.  Et c’est sans doute là toute l’ironie de la situation : que ce soit Dieudonné, le métis, qui mette à mal une idéologie dominante du mensonge, de la rapine et du détournement des richesses révèle avec une acuité plus grande encore toute l’escroquerie de l’entreprise :  il n’a jamais été question de rassembler ce pays autour d’une idée forte qui aurait le souci de la justice pour tous mais bien de le diviser, de le dépecer pour mieux le livrer à une oligarchie mondiale seule capable de garantir à une classe politique sans envergure, sans estomac et sans projet digne de ce nom, secondée par une classe économique et médiatique vorace, des carrières nationales, européennes et mondiales mirobolantes, en centaines de milliers d’euros annuels, sur le dos du monde du travail et de l’histoire sociale et culturelle de tout un pays, voire.. d’un continent : l’Europe.


    ***


              Pour revenir à Christine Taubira et le PS...  force est de conclure ce qui suit : ce parti n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer.

    Prêtez-leur un bras et main forte, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y abandonnerez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : rincé et discrédité - d'une collaboration, même éphémère,  avec un parti qui cultive comme aucun autre, le mépris courtois et sournois envers ceux qui le servent, sans doute à cause d'une trahison politique qui lui sied si bien depuis trente ans ! - Mépris que l'on pourrait sans difficulté interpréter comme un transfert à des fins thérapeutiques : en effet.... c'est celui qui dit qui est, car enfin... n'est-ce pas une tâche insurmontable à la fois de se le dire et de constater qu'on l'est... parjure sans foi ni loi, le matin devant sa glace à l'heure où il faut en remettre une couche ?

     

    Après leur départ, reste alors pour tous ceux qui ont un jour succombé à l'appel du PS (le tout dernier en date, Edouard Martin, ouvrier syndicaliste dans la sidérurgie), à se faire oublier au plus vite dans le confort d'une retraite rondelette ; et pour ceux qui auront gardé un minimum de conscience morale... retraite amère qui ressemble étrangement à une cavale : rompre tout contact avec son passé tout en renonçant à une vie sociale digne de ce nom.

     

                      Mais alors... est-ce un hasard si ce destin sacrificiel qui ressemble fort à une crucifixion touche en priorité des Français qui appartiennent à des minorités visibles ?

    On pourra longtemps s'interroger sur le fait que le PS ait pu confier à Christine Taubira un projet de loi aussi clivant et controversé que "Le mariage pour tous". Doit-on y voir là, une fois encore, un désir du PS de gonfler les scores du vote FN avant de l'instrumentaliser à la prochaine présidentielle de 2017 (1) ? Ce qui a fonctionné une fois, fonctionnera-t-il une seconde fois ? L'Oligarchie nous prépare-t-elle un second tour avec le FN ?


    ***

     

                Ah ! Mépris quand tu nous tiens.....................   Harlem Désir (il sera le premier), Malik Boutih, Najat Vallaud-Belkacem et maintenant Christine Taubira...

    Même en politique, on leur confie le sale boulot.

    ____________________


    1 - Si le PS préfère de loin Marine Le Pen à Dieudonné, c'est que le danger est moindre, voire inexistant : en effet, le FN ne lui a jamais fait perdre une élection majeure. Bien au contraire ! De plus, l'électorat du FN lève la tête vers ses dirigeants quand il a besoin d'entendre ce qu'il pense tout bas. Avec Dieudonné, c'est en grande partie son public qui l'a "instruit" politiquement ; son public et ses déboires avec les producteurs de l'industrie du spectacle.


    Pour prolonger, cliquez : Porter la crise au coeur du PS et des Verts

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Dieudonné à nouveau menacé

    dieudonné,walls,moscovici,liberté,justice,humour,satire,molière,uleski,ayrault,hollande,actualité,spectacle

               De nouvelles tentatives d'interdictions des spectacles de Dieudonné se font de plus en plus pressantes - dernièrement Montbéliard. Et cette fois-ci ce sont deux ministres du gouvernement Ayrault qui menacent Dieudonné : deux ministres atlantistes :

     

    - Un Moscovici occupé principalement à nous vendre sur le marché international de la traite des salariés au plus fort et au moins offrant, qui s'avère donc n'être qu'un ministre des finances de plus dont on aura oublié très vite l'existence une fois qu'il aura quitté ses fonctions...

    - Et un Manuel Walls dont les discours n'ont plus rien à envier à ceux du Front National (voir Mélenchon à ce sujet).

     

     

    ***

     

             Plus gros vendeur de billets de spectacle en 2011, on ne manquera pas de préciser ce qui suit : jamais un spectacle de Dieudonné n’a été condamné par un tribunal pour quel que délit que ce soit, et tous les arrêtés destinés à interdire ses spectacles ont tous été annulés par le conseil d’Etat.

    Que l'on ait donc la présence d'esprit de se poser la question suivante : qui aujourd'hui en France fait vivre la démocratie et la liberté d'expression - si par démocratie et liberté d'expression on entend autre chose qu'un débat télévisée entre... Mélenchon et Copé, arbitré par un Pujadas -, Dieudonné ou ceux qui tentent de le faire taire ?

    Ce billet prend le parti une nouvelle fois de la liberté d’expression et des lois qui protègent ceux qui en font usage. Ce billet dénonce l’impunité avec laquelle des actions illégales sont menées à l’encontre d’un artiste dans l’indifférence la plus absolue ; indifférence feinte bien évidemment ! puisqu’il s’agit le plus souvent non pas d'indifférence mais... d’un silence imposé ; un silence qui a pour menace : le premier qui s'oppose  à la tentative de mise à mort professionnelle de Dieudonné perd son job - journalistes, artistes, producteurs, animateurs, presse, radios et télés.

     

                  Qu'il soit permis ici de rappeler ce qui suit : Dieudonné "vient" de l'anti-racisme et de l'anti-communautarisme. Aujourd'hui encore, à ses spectacles, on y rencontre toute la France et toutes les France.

    Avec ces nouvelles menaces contre Dieudonné, c'est bien le plus grand humoriste de la langue française et le plus grand satiriste depuis Molière que l'on tente de censurer et de bâillonner.

    Aussi, ne cessons jamais de dénoncer cette vendetta de dix ans et de soutenir cet artiste incomparable qu'est Dieudonné.

     

    _________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le phénomène Dieudonné

     

    Lien permanent Catégories : Art et culture, Dieudonné : le phénomène, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Mettre cette démocrassouille sur la paille !

     

     

     

    FUCK leur carrière politique à tous !

    Le vote blanc vaincra !

     


    Léo Ferré - Il n'y a Plus RIen par lizzybabe666

     

    "... Les révolutions? Parlons-en! Je veux parler des révolutions qu'on peut encore montrer
    Parce qu'elles vous servent, parce qu'elles vous ont toujours servis,
    Ces révolutions de "l'histoire",
    Parce que les "histoires" ça vous amuse, avant de vous intéresser,
    Et quand ça vous intéresse, il est trop tard, on vous dit qu'il s'en prépare une autre.


    Lorsque quelque chose d'inédit vous choque et vous gêne,
    Vous vous arrangez la veille, toujours la veille, pour retenir une place
    Dans un palace d'exilés, entouré du prestige des déracinés. Les racines profondes de ce pays, c'est Vous, paraît-il,
    Et quand on vous transbahute d'un "désordre de la rue", comme vous dites, à un "ordre nouveau" comme ils disent, vous vous faites greffer au retour et on vous salue.

    Depuis deux cent ans, vous prenez des billets pour les révolutions.
    Vous seriez même tentés d'y apporter votre petit panier,
    Pour n'en pas perdre une miette, n'est-ce-pas?
    Et les "vauriens" qui vous amusent, ces "vauriens" qui vous dérangent aussi, on les enveloppe dans un fait divers pendant que vous enveloppez les "vôtres" dans un drapeau.

    Vous vous croyez toujours, vous autres, dans un haras!
    La race ça vous tient debout dans ce monde que vous avez assis..."

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Intimidation et prévention : le gouvernement Ayrault veut encadrer plus strictement la liberté d'expression sur Internet

     

                           "Le pouvoir extérieur qui prive l'homme de la liberté de communiquer ses pensées publiquement le prive en même temps de sa liberté de penser" - Emmanuel Kant

     

     

                   Pour des blogueurs et autres créateurs de contenus qui ont vécu, sur Internet, un peu près toutes les situations possibles face à la censure... cette volonté gouvernementale d'encadrement plus strict de la liberté sur le Net, c'est vraiment beaucoup de bruit pour pas grand-chose car, les lois existent déjà, toutes les lois. Aussi, aucune raison d’en voter d’autres !

     

    Dans le cas contraire, on espère pouvoir compter sur  les réseaux sociaux  (et accessoirement sur les journalistes) pour nous alerter si jamais il vient à l'idée du  PS, de  l'UMP et des Verts conjointement, cul et chemise, de nous en pondre une de loi, de nuit et au mois d'Août de préférence...  mais on s'empressera d'ajouter : ce ne serait alors qu'une coïncidence !

     

    On ne veut pas non plus passer pour des complotistes impénitents et paranoïaques.            

     

                Qu'à cela ne tienne ! Si cela peut rassurer le gouvernement Ayrault... nombre d'entre nous, blogueurs et créateurs de contenus sur le Net, souhaite ce qui suit :

     

    Sur Internet, on veut la loi, toute la loi rien que la loi, celle qui aujourd'hui permet de poursuivre l'auteur de propos racistes, sexistes, haineux ou antisémites... et seuls les tribunaux sont à même de juger s'il y a lieu de poursuivre ou pas.  

     

    Sur Internet, on veut la loi, toute la loi rien que la loi contre ceux qui exercent sur les hébergeurs des pressions pour obtenir la censure d’un blogueur alors qu’aucune loi ne l’y autorise.

     

    ***

     

    Combattre la censure c'est ne pas se taire et continuer de dire ce qui est tu

     

            A toutes fins utiles, on prendra soin de rappeler que les sites qui n'exercent pas de censure a priori sur les contenus qu'ils hébergent ne sont pas tenus responsables des propos qui y sont publiés : ils sont hébergeurs et non éditeurs ; les sites qui exercent a priori une censure sur les contenus sont responsables car ils sont alors éditeurs. Reste à savoir si cette distinction est tenable sur le long terme… dans tous les cas, ça ne doit pas être le problème des blogueurs.

     

    En revanche, ce qui suit mérite sans aucun doute un maximum d’attention :

     

    Dans leurs publications quotidiennes,  les acteurs du Net seront de plus en plus confrontés non pas à la loi, mais à l’arbitraire de  décisions de censure au cas par cas, selon le bon vouloir et les options disons à la fois "politique" (tout est politique !) et commerciale des hébergeurs ou des éditeurs, et cequelle que soit l’activité de ces hébergeurs : sites d’infos, plateformes de blogs, sites assoc)… 

     

    Et bien plus redoutable encore : censure au cas par cas selon la nature et l’origine des pressions qui sont exercées sur ces mêmes hébergeurs ou éditeurs de contenus... dans le cadre d'une sorte d'auto-censure préventive de l'hébergeur ou de l'éditeur, et ce sur le dos du blogueur dont les propos ne tombent pourtant sous le coup d'aucune  loi, sinon une seule : celle du plus fort (en gueule ?) quand il s'agit d'exercer des pressions.

     

    On ne pourra pas non plus compter sur des "modérateurs" inflexibles qui prendront le risque de perdre leur emploi (1), et moins encore sur des "Directeurs de publication" qui viendraient en soutien car, tous ceux qui sont et seront nommés devront intégrer cette obligation d'auto-censure préventive face aux menaces d'ordres politique, communautaire et commerciale. Ne compter sur aucune fermeté d'âme de ce côté-là...

     

    Les principes et la loi devront s'effacer devant des pressions jugées irresistibles. D'où la nature trompeuse de cette volonté gouvernementale affichée d'encadrer plus strictement la liberté d'expression alors que toutes les lois sont là pour veiller aux délits qui auraient pour origines des "opinions". Dans les faits, il s'agit bien davantage d'établir un climat proche de l'intimidation ; là encore, on est dans le préventif à long terme.

     

    Pour nous blogueurs, c’est le vrai danger qui nous guette avec ou sans la réforme de quelque loi que ce soit (1).

     

    Aussi, quel recours avons-nous ?  Est-ce que l’on doit d’ores et déjà envisager qu’un blogueur se retourne contre son hébergeur en cas de censure qu'aucune loi ne justifierait, ou bien contre celui ou celle qui serait à l'origine de cette demande de censure ?

     

    ***

     

     Si pour juger les autres il faut avoir été au moins une fois accusé...

    de même pour comprendre la censure, faut-il avoir été censuré. 

     

     

                 La censure c'est de l'intimidation, vécue comme telle aussi par ceux qui en sont les témoins sans en être les victimes directes. La censure jette comme un froid sur sa victime : soudain, on grelotte, on frémit à l'idée de le lire et de lui répondre. C'est alors que l'on s'éloigne du "censuré" pour trouver un peu de chaleur ailleurs auprès de ceux qui font l'unanimité ou presque.  

     

    Ce qui importe ce n'est pas ce que vous (ou un journal) dites car tout le monde ment ; ce qui importe c'est bel et bien ce que vous (ou ce même journal) n'acceptez pas qu'il soit dit ; là-dessus, on ne ment jamais : dites-moi ce que j'ai le droit et ce que je n'ai pas le droit de vous dire, - ce que vous êtes prêt à entendre et ce que vous ne voulez pas entendre -, et je vous dirai, avec une marge d'erreur infime, qui vous êtes : ce que vous craignez le plus.

     

    D’ici dix ans, les plus téméraires d’entre nous seront sans doute appelés à se regrouper au sein de plateformes de communauté d’intérêts d'ordres politique, culturel et social afin de  faire face, en nombre, à cet arbitraire déjà bien présent sur le Net. Nombre de blogueurs peuvent le vérifier tous les jours.

     

    Certes,  ces regroupements ont déjà lieu aujourd'hui. Le risque de ghettoïsation (et sa stigmatisation) existe mais... la liberté d'expression est à ce prix. A nous de laisser les portes ouvertes en grand afin d'y accueillir toutes les sensibilités aussi longtemps qu'elles ont pour objectif de servir un seul questionnement : qui fait quoi, à qui, comment, où, pour-quoi et pour le compte de qui.

     

    Ces questions-là seront de plus en plus difficiles à traiter. N'ayez aucun doute à ce sujet car est-il exagéré de dire qu’aujourd’hui ceux qui gouvernent ceux qui dirigent l’Etat jusqu'à nos élus (nationaux et européens), n’auront aucun désir de nous renseigner à ce sujet ?

     

               Car enfin, personne parmi eux ignore que la liberté d'expression, "c'est fait pour ceux qui ne sont pas d'accord"... et il y a fort à parier que nous serons de plus en plus nombreux à vouloir en faire usage.

     

    ______________________________

     

    1 - Travail précaire si j'en crois les infos dont je dispose sur ce qui ressemble plus à un "job" qu'à un véritable emploi : précarité des conditions d'embauche, salaire proche du minimum légal, CDD...)

     

    2 - A moins que le gouvernement et une partie de l'Assemblée, avec l'appui du Sénat, du conseil constitutionnel et d'une partie de l'électorat de la classe moyenne - une classe épuisée par la menace de la précarité et de la relégation (placard professionnel, chômage, pauvreté) -, ne décident de mettre un frein réel à la liberté d'expression...

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Premier gouvernement Hollande : franco-français et européen

     

    taubira_gauchiste.jpg Taubira à la justice : seul et unique coup de tonnerre parmi les nominations.

     

    Christiane Taubira, la plus brillante des candidat(es) à la présidentielle de 2002 : tête bien faite et bien pleine ! Des convictions qui ne sont pas simplement des humeurs (celles de tout le monde) ou un positionnement carriériste (1).

    Fonction aujourd'hui paradoxale : elle sera la ministre de  la justice chargée de conduire les juges vers leur indépendance ; un Garde des sceaux dans l’obligation d’ abandonner un nombre non négligeable de ses prérogatives, et ce faisant… une partie de son pouvoir.

    Elle sera sans aucun doute la Star de ce gouvernement.

     

    ***

     

    Déception absolue : Fabius, aux affaires étrangères.

    Quai d'Orsay entre les mains d'un homme sans idée et sans conviction (il suffit de se reporter à sa carrière politique), premier ministre à 33 ans parce que... dans les bagages de Mitterrand et qu'il commençait à peser un peu trop lourd.

    Certes ! Dissident au PS en 2005... une irruption (éruption ?) anti-constitution européenne, très certainement aux fins de sortir de l'oubli...

    Depuis, plus rien. Sous doute à cause d'une incapacité à inscrire dans la durée, un engagement quel qu'il soit ; pour cause : manque de conviction, de courage et de sens politique : mauvais stratège et tacticien.

    Rien à attendre de ce ministère donc... sinon la complaisance habituelle et des lâchetés sans nombre au nom d'une realpolitik le plus souvent affligeante et détestable (2) !

     

    ***

     

                       Avec ce premier gouvernement Hollande, il s'agit manifestement d'affronter en priorité les problèmes franco-français et européens. A tort ou à raison, l'International devra attendre, et d'aucuns iront jusqu'à rajouter : "Et c'est pas plus mal comme ça, étant donné ce que la France a été capable de proposer depuis 10 ans".  

    ______________________

     

    1 - Madame Taubira saura-t-elle néanmoins mettre de l'eau dans son rhum ?

     

    2 - Qu'est-il arrivé à Védrine, membre du PS, sans doute l'Européen le plus brillant à l'International  ? Pourquoi a-t-il disparu ? Pourquoi s'est-il retiré de la vie politique française ?

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu