Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

bernie sanders

  • Donald Trump à la Maison Blanche : bas les masques !

                 

    bernie sanders, hillary cliinton, donald trump, 45e président des états-unis, élections américaines, élection américaine

                          Avec la victoire de Donald Trump aux USA, on notera le fait suivant : c'est encore un électorat anglosaxon, après celui de la Grande Bretagne avec son choix en faveur du Brexit, un électorat membre d'une nation qui est à l'origine avec la Grande-Bretagne d'une révolution néo-libérale incarnée par le couple infernal des années 70 et 80 Thacher-Reagan, qui dame le pion à une élite mondialisée sans foi ni loi qui n'a qu'un seul programme : faire la guerre à tous ceux qui refusent de se soumettre : guerre économique, guerre politique et enfin... celle des bombes et de la destruction de nations entières, laissant des millions d'êtres humains sans patrie.

     

    __________________

     

                    Cela fait des décennies que des milliardaires comme Trump financent les campagnes des Présidents qui se succèdent à la Maison blanche. Cela fait des décennies qu’il n’y a plus de mur étanche entre le monde des affaires (industrie agro-alimentaire, industrie des médias et du divertissement et le complexe militaro-industriel) et la politique, à tous les niveaux, du local au national, de la cambrousse à l’enfer urbain new-yorkais, de l’élection du chef de la police d’une bourgade de quelques milliers d’habitants, en passant par le juge d’une juridiction composée en majorité de sympathiques et de moins sympathiques « ploucs » jusqu’à la fonction suprême : la présidence des USA, Washington et Maison Blanche.

    Fini les faux semblants, les candidats écrans… de fumée ! Avec la victoire de Trump, c’est le business qui s’affiche haut et fort !

    Après tout, n’est-on pas mieux servi que par soi-même ?

    Soyez assurés que Trump et son Empire sortiront plus forts, plus riches de cette nouvelle « parenthèse » électorale, après une autre parenthèse, celle qui offrit au monde occidental un beau parleur au sourire sorti tout droit d’une pub pour dentifrice - Obama, cette mauvaise fable ! président-capitaine d’industrie : celle des drones -, qui succédera, souvenez-vous, à un autre Président lui aussi « de paille » : Bush junior.

    Reconnaissons un mérite à Trump : c’est d’avoir senti l’humeur de son pays et tâté son pouls avec justesse ; ce qui, soit dit en passant, est un minimum quand on est candidat à une élection. N’empêche… Hillary Clinton n’avait rien senti du tout, héritière bornée et arrogante (1). Les médias de masse, eux non plus, n’avaient rien vu venir ; médias français surtout. Là encore, leur incompétence est manifeste ; incompétence facilement explicable : sourds, aveugles et frileux, ces médias ne mettent plus le nez dehors ; ils n’analysent plus aucune réalité ; ils se contentent d’être les ventriloques de leurs employeurs car, il y a fort à parier que Hillary Clinton était la candidate de ceux qui signent leur chèque à tous en fin de mois. A faire l’âne pour avoir de l’avoine – that is : toucher son salaire et prétendre à une carrière prestigieuse au mieux, confortable au pire -, ne finit-on pas bourricot ?

    Bourricots… force est de constater que tous ces hommes et femmes de médias le sont bel et bien devenus, ils comme elles… eux tous que l’on n’ose même plus appeler « journalistes » de peur d’insulter cette profession en berne et les quelques représentants encore dignes d’un tel titre.

    On ne nommera personne puisqu’il faudrait, pour être équitable, les nommer tous.

    Ils ne s’y sont donc pas trompés tous ces médias, de France Inter à RTL, en passant par France info et BFM-TV en se faisant les porte-parole des desideratas de leurs employeurs ; ils ne s’y sont pas trompés tout en trompant leurs auditeurs qui ont dû tous « se réveiller » après six moins d’intox à propos de la victoire assurée de Hillary Clinton, avec une gueule de bois ; ces mêmes auditeurs-téléspectateurs qui ne se priveront pas, néanmoins, de continuer de s’informer auprès de ces mêmes médias qui nul doute, viendront leur dire maintenant que cette victoire de Trump était prévisible.

    Peut-on alors en conclure que tous ces médias ont fini par ressembler à leur public ? A moins que ce ne soit l’inverse. Mais rien n’est moins sûr ! Car, plus conciliants, plus complaisants, plus lâches que nous tous, vous ne trouverez pas ! Nos enfants le savent bien mieux que nous, eux qui ont encore l’âge d’exiger des adultes qu’ils le soient avant d’aller nous y rejoindre, là où une grande majorité d’entre nous a trouvé refuge : dans la résignation ou le cynisme. Ne nous y trompons pas : il n’y a pas plus demandeur d’autorité qu’un ado ; « autorité » dans le sens de « faire autorité » : savoir de quoi on parle et puis… des actes en conformité avec des paroles.

    Vraiment, quel gâchis ! Ou plutôt non ! Disons :  quelle hécatombe ces médias ! Même si aucun d’entre eux n’aurait pu agir autrement ; ces hommes et ces femmes, nommés ils sont pour ce qu’ils sont… qui est ce qu’on attend d’eux : « Qu’on n’ait surtout pas besoin de leur donner des ordres ! »

    - Merde alors, on n’est plus dans les années 70 et 80 ! C’est sûr !

    On l’aura compris : il ne s’agit donc plus d’auto-censure : ils se conforment car ils sont conformes : d’où leur recrutement et nominations.

     

    bernie sanders, hillary cliinton, donald trump, 45e président des états-unis, élections américaines, élection américaine

                  Revenons à la défaite de Hillary Clinton, un peu moins hilare maintenant,  et au cocu dans cette affaire ; car il y a bien un cocu dans cette élection :  Bernie Sanders, Bernie le kid de la politique malgré son grand âge (2), qui s’est finalement rallié à Hillary Clinton ! Si, lui aussi, avait été capable de « sentir » son pays, il n’aurait donné aucune consigne de vote ; il se serait bien gardé d’appeler à soutenir une femme sans légitimité qui ne s’est jamais donnée la peine de quoi que ce soit, même pas de naître ; si Sanders avait compris tous les Américains, après sa défaite aux primaires, il se serait éclipsé ; il serait parti comme il est venu avec sa hargne de dire tout haut ce que les USA cachent au monde : une réalité sociale abyssale. Et son honneur aurait été sauf.

    Certes, l'époque est rude. Faut dire aussi, il est vrai, qu’il y avait chez Sanders comme une odeur rance doublée d’un physique de looser au long court. On cache difficilement d’où l’on vient : d’une segment d’une offre politique qui, aux USA, n’a jamais vraiment su trouver une place… sa place auprès d’un électorat ethniquement et sociologiquement toujours aussi complexe ; un électorat à la psychologie labyrinthique.

                Avec la double défaite de Sanders, il est donc temps que "la gauche" apprenne à faire des révolutions non pas sans mais avec les hommes et les femmes, électeurs de surcroît, qui sont capables de lui en donner les moyens. Après tout, ne fait-on pas de la politique pas seulement avec ce que nous devrions être mais aussi et surtout avec ce que nous sommes, gardant à l’esprit que ça fait quand même un bail que nous le sommes tous.

    Mélenchon ferait bien, au plus vite, de méditer l’humiliation d’un Bernie Sanders maintenant condamné au silence même si, aux USA, le premier parti reste l'abstention : un Américain sur deux n'a pas voté. Ca peut être une consolation pour Sanders.

     

                 En attendant, place à Donald Duck Trump, animateur des ventes et des intérêts américano-américains, et ici en France, Marine le Pen que la victoire de Trump a pu réjouir comme aucune autre victoire, excepté la sienne – à venir ?

    Car la victoire de Trump a sa logique, la même qui verrait MLP succéder à Hollande : à force de n'être plus capable d'incarner qui que ce soit ni quoi que ce soit - Obama aux USA, Hollande en France ; et pas davantage leur successeur Hillary Clinton, ou ici, le challenger Juppé - excepté des intérêts supra-nationaux car le Capital n'a plus de frontières -  il n'est pas plus américain qu'européen et fait la guerre au monde entier - on prend le risque de faire revenir vers les urnes ceux qui les avaient désertées et ceux qui s'y rendaient sans enthousiasme ; or, quand les "caves" et les "gueux" se rebiffent car ils l'ont mauvaise - "caves" et "gueux" tels que les médias pourraient à mots à peine couverts les désigner -, tout devient possible : en premier lieu, l'impensable de classe ; classe  politico-médiatique ; une bourgeoisie qui, sans honte, vote, travaille, prospère et se fait élire avec le concours du PS depuis trente ans ; une bourgeoisie sans imagination qui n'a jamais rien su prévoir contrairement à celle d'en face qui, historiquement, n'a jamais craint les "conduites politiques à haut risque" - loin s'en faut ! - et qui attend avec impatience maintenant sa revanche ; il est vrai que la révolte des petites-gens a souvent servi ses intérêts ; hélas !

                  Nul doute, du FN, en 2017, on peut s'attendre à une campagne copie-conforme à celle de celui qui est devenu, dans la nuit du 9 novembre 2016, le 45e Président des Etats-Unis.

     

     

    1 - Les Clinton se sont toujours crus tout permis… or, l’élection d’Obama avait quelque peu contrarié leur plan de carrière : après le business, la politique qui n’est, tout bien pesé, que la continuation des affaires par d’autres moyens ; ils n’ont jamais accepté qu’un beau-parleur-prêcheur venu de nulle part leur dame le pion : leur pion. D’où l’acharnement de l’épouse Clinton, - couple accapareur -, et l’aveuglement du parti démocrate.

     

     2 - On ne fait pas « la révolution » avec un électorat jeune, éduquée et urbain aux USA comme ailleurs. Trump a bien vendu ses salades, il rentre au bercail : celui du business et de la domination : plus, toujours plus de domination !

    Est-il vraiment nécessaire d'analyser le vote en faveur de Sanders à l'occasion des Primaires ? D'aucuns parlent de "phénomène " à propos de ce vote. Si "phénomène" il y a, on pourra toujours le rapprocher du "vote Mélenchon" passé et à venir : un électorat hyper politisé composé de fonctionnaires, de syndicalistes et de quelques jeunes diplômés mécontents de leur sort.

    Pour peser, Sanders allié de Trump eut-il été plus judicieux comme choix ? Question absurde sans doute mais qui éclaire bien le problème de Sanders : son incapacité à toucher majoritairement l'électorat de la classe ouvrière.

    Mélanchon a partagé et partage aujourd'hui encore cette incapacité. Le vote ouvrier et/ou son absence, se niche depuis plus de 30 ans dans l'abstention massive ou chez MLP.

     

    Lien permanent Catégories : A l'international, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Bernie Sanders de la gauche américaine

     

                    Candidat aux primaires démocrates, Bernie Sanders s'en prend à la presse auquelle il reproche de ne pas traiter les sujets qui importent vraiment : "Ma rivalité avec Hillary Clinton n'est pas d'actualité".    
        

    Sanders dénonce l'effondrement du niveau de vie de la classe moyenne, des salaires qui n'ont jamais été aussi bas, un niveau d'inégalité insupportable alors que les classes dirigeantes n'ont jamais été aussi prospères : "Mon objectif c'est de rassembler le monde du travail, tous ces salariés paupérisés."

    Quand on lui pose la question suivante : pourquoi les Américains ne le suivent pas...

    Sanders répond : "Nous vivons encore à l'heure des Républicains qui ont divisé ce pays comme jamais ; une diversion cette division sur des questions comme l'avortement qui ne sont pas au coeur de notre problématique sociale !"

    Il poursuit : "Il faut rapatrier les emplois perdus au profit des délocalisations en Chine. Et pour ma part, je continuerai à dénoncer le patriot-act et une politique étrangère qui n'a qu'un projet : la domination par le chaos."

     

    ***

     

                      Le sel des USA cette gauche américaine ! Gauche marginalisée certes ! mais combative contre une désinformation généralisée, un "bourrage de crâne" cause d'une indigence chez l'Américain moyen aujourd'hui bien incapable de relever le défi politique d'une idéologie économique et financière qui, pourtant, le fragilise un peu plus chaque jour ; d'où le désengagement massif des classes populaire et moyenne avec pour conséquence un taux d'abstention sans précédent en Occident aux élections tant générales que locales.

                     Si les USA sont l'avenir de l'Europe comme semble le penser l'oligarchie européenne qui fait la loi, et ses larbins, de l'Elysée à la Commission européenne, alors, nous avons toutes les raisons au monde d'être inquiets.

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Traité trans-atlantique

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu