Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

chantage à l'antisémitisme

  • Palestine : le malaise français

    51Lxd0CPxUL._SX352_BO1,204,203,200_.jpg

     

                    

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avec cet ouvrage, c'est une histoire du sionisme et de son influence sur les Présidents français de la 3e à la 5e République, les médias et la classe politique, de Léo Blum à Mitterrand, en passant par Guy Mollet et Charles de Gaulle, qui nous est contée par Charles Onana, journaliste camerounais.

     


                  Présentation de l'éditeur
     

                  Réalisée à partir des archives de l'Élysée et du Parlement européen, cette enquête historique relate la rencontre inédite entre François Mitterrand et Yasser Arafat en 1989, considérée à l'époque comme un acte de trahison par de nombreux membres des communautés juives et par Israël. Partisan d'une politique étrangère équilibrée entre les pays arabes et l'Etat hébreu, le président Mitterrand résiste aux pressions et exige le respect de la liberté et de la souveraineté de la France. Pourquoi la volonté du chef de l'Etat français de renouer le dialogue entre les parties en conflit a-t-elle provoqué tant d'hostilité chez les dirigeants israéliens et chez les Juifs de France ? Comment expliquer cette main tendue au chef de l'OLP alors que Mitterrand avait, jusque-là, été un fervent partisan de la cause israélienne ? Quel héritage reste-t-il de cette ligne politique et est-il encore possible, pour la France, de défendre une politique étrangère indépendante au Proche-Orient ? En remontant aux origines de la politique étrangère de la France dans la région depuis le début du 20ème siècle jusqu'après la Seconde guerre mondiale, ce travail rigoureux permet de comprendre pourquoi il est si difficile pour un président français de reconnaître l'Etat palestinien et de jouer un rôle décisif en faveur de la paix au Proche Orient. A l'appui de son analyse, l'auteur publie également plusieurs documents inédits du Parlement européen.


                 Biographie de l'auteur

     

                 Journaliste d'investigation et chercheur spécialisé sur les conflits armés et les questions de sécurité internationale, Charles Onana est auteur d'ouvrages à succès dont : Les secrets de la justice internationale (2005), Noirs, Blancs Beurs libérateurs de la France (2006), Joséphine Baker contre Hitler (2006), Al-Bashir et Darfour : la contre-enquête (2009), Côte d'Ivoire Le coup d État (2011), Europe, crimes et censure au Congo (2012), La France dans la terreur rwandaise (2014).

     

     

     

               Entretien avec l'auteur de l'ouvrage, Charles Onana, entouré d'un de nos plus importants ministres des affaires étrangères (avec Dominique de Villepin) depuis Maurice Couve de Murville (ministre de de Gaulle) : Roland Dumas à la tête du quai d'Orsay de 1988 à 1993 sous la présidence de Mitterrand.

     

    ***

     

                   Qu'il faille se reposer sur un journaliste "étranger", de nationalité camerounaise pour nous conter ce sionisme qui a pris d'assaut les médias, notre classe politique, l'Elysée et Matignon avec la complicité du trio Hollande-Valls-Fabius (se reporter et ICI et LA à propos de l'engagement de ces derniers auprès d'Israël) en dit long, très long, sur ce qu'il est encore possible d'attendre de ceux qui sont censés pourtant nous éclairer, historiens et journalistes confondus. 

                  A propos du traitement que les médias, la classe politique et les associations communautaires réservent à ceux qui osent dénoncer l'influence de cette idéologie sioniste sur la France et sur sa politique étrangère en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force, ainsi que du danger que fait peser l'idéologie de cet Etat israélien qu’il nous faut bien qualifier de « d'Etat voyou » et de ses relais, ici en France (CRIF, LICRA, UEJF, LDJ...), sur l'unité de notre pays, son image à l'étranger, pour ne rien dire de la sécurité des Juifs français (1), on peut sans exagérer affirmer que l'on n'a pas connu en France un tel climat de chantage moral et de terrorisme intellectuel exercés sur les institutions et ces mêmes médias, leurs producteurs, animateurs et journalistes (télés, radios et journaux) depuis l’ère communiste et stalinienne - l’URSS, ses satellites et ses relais -, le PCF en particulier avec ses intellectuels et ses sympathisants -, des années 30 aux années 70.

    A moins d'être lâche, aveugle ou de parti pris, difficile de ne pas admettre que leurs méthodes sont étrangement identiques : insultes, discrédit, intimidation, demandes d'annulation d'expositions artistiques, calomnie, procès d'intention, amalgames, chantage affectif, chantage professionnel, chantage au chômage, à la relégation, chantage à l'antisémitisme...

                  Face à de tels agissements, nous n'avons qu'un devoir : les dénoncer sans relâche si nous voulons continuer de protéger notre démocratie déjà mise à mal par un mondialisme tentaculaire sans visage et sans morale, tout en gardant à l'esprit le fait suivant : plus les "élites" médiatiques de la communauté juive - par opposition aux élites intellectuelles et morales -, s'évertueront à culpabiliser les populations européennes sur leur passé comme pour mieux pratiquer auprès d'eux un chantage à l'anti-sémitisme dans l'espoir de faire taire tous ceux que la politique israélienne révolte, plus... en contrepartie, comme un effet boomerang, ces populations européennes exigeront de cette élite un comportement au-dessus de tout reproche : moralement et intellectuellement ; comportement auquel cette élite ne pourra pourtant pas se conformer puisque dans l'obligation de défendre - et de protéger de l'opprobre -, un état à la politique... au mieux immorale, au pire... a-morale ; dans tous les cas, une politique en opposition frontale avec la civilisation européenne depuis la décolonisation.

    Non ! Les européens ne feront donc pas de cadeau à cette "élite médiatique" toujours prompte à leur rappeler ses pogroms, son Vel d'Hiv (et Auschwitz quand vraiment ça se gâte) et plus particulièrement, ces européens sans complexe issus de la colonisation qui n'accepteront pas de partager l'histoire de l'anti-sémitisme européen ; communauté arabo-musulmane qui est aujourd'hui la cible privilégiée d'individus proches de l'Etat israélien ; cible jusqu'au procès d'intention : sa religion, sa violence, son "échec à l'intégration" et "son anti-sémitisme déguisé en anti-sionisme".

                  Là est le piège pour cette "élite" et cette communauté qu'elle est censée guider et éclairer car, si l'homme n'a pour pire ennemi que lui-même, il se pourrait bien que la communauté juive d'Europe ait pour pire ennemi : la politique de l'Etat d'Israël depuis 1967 ainsi que les officines israéliennes qui agissent en France sous le couvert de représenter une communauté dont les intérêts sont sacrifiés sur l'autel d'un intérêt bien supérieur : l'expansion coloniale de l'Etat d'Israël dans le cadre d'une politique qui laisse toute une région fracassée dans le chaos savamment programmé de longue date.

     

     

     

    ***

     

                     "Palestine : le malaise français"... à notre connaissance, cet ouvrage n'a fait l'objet d'aucune recension dans les médias : presse, radios, télés.

                     La censure par le silence...

                    Testez-les tous ! Quand on vous dit qu'à chaque fois, ils nous donneront raison !

                     On est donc bien tranquilles.

     

     

     

    1Se reporter à l'ouvrage d'Esther Bebbassa : Etre juif après Gaza

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Pourquoi faut-il que Mélenchon soit antisémite...


    JL Mélenchon récuse les accusations d'antisémitisme... par LCP

               

             Encore un sans faute de Mélenchon... dont on attendra longtemps encore la réfutation de ses analyses et de ses propositions.

     

    *** 

                

               Dans ces moments difficiles pour tous les gens honnêtes, soutenons Mélenchon sans réserve aucune ! A l'heure où l'on ne compte plus les tartuffes de gauche qui n'ont pas de mots assez durs contre Mélenchon dont on attendra longtemps encore la contradiction des analyses par cette même gauche majoritairement PS (1) qui ne recule devant rien pour faire taire tous ceux qui s'opposent à la liquidation de nos acquis sociaux (2) jusqu'à user d'un fascisme langagier de type "Soyez raisonnables et réalistes !" (3) qui a pour sanctions à l'endroit de ses détracteurs, deux vocables imparables  : populisme (4) et antisémitisme....

     

    Qu'il soit ici permis de préciser ce qui suit : oui ! Moscovici est bien celui qui aura contribué à la liquidation de nos acquis sociaux. Oui ! Moscovici se plie aux diktats d'une mondialisation sans honneur et sans justice.

     

                  Mais alors... après Stéphane Hessel, pourquoi faut-il que Mélenchon soit antisémite (5) ?

     CHYPRE-ACCORD.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Pour cacher ça ? Cul et chemise, vieille culotte et connivence ?

     

             D'aucuns ont déjà tenté de faire un lien avec une autre affaire : celle de Dieudonné qui remonte à 2003. Force est de constater que ce qui est en train de devenir "l'affaire Mélenchon" semble bien plus riche en enseignements car dans le cas de Mélenchon, pour être allé chercher cette part juive de Moscovici, pour la hisser jusqu'à nous, il aura fallu faire preuve d'une réelle intention de nuire puisqu'à aucun moment Mélenchon n'a laissé entendre qu'il en avait après Moscovici parce qu'il était juif ; de plus, Mélenchon l'ignorait tout comme nous tous. Alors que dans le sketch de Dieudonné, cette part juive était inséparable du personnage mis en scène : un religieux extrémiste, colon des territoires occupés.

     

              Avec l'affaire Mélenchon, les stratèges de la diabolisation des opposants à un ordre mondial scélérat ont fait preuve d'une nouvelle détermination qui pourrait bien faire qu'à tout moment, n'importe qui peut être traîné dans la boue d'une calomnie qui ne connaîtra ni retenue ni limite. Nous sommes  donc tous libres mais prévenus car, cela n'aura échappé à personne : médias, éditions, journalistes, élus politiques de l'UMP au PS.... redevables et tributaires... tous semblent dans l'obligation de condamner Mélenchon.

    Mais alors... que tous ces détracteurs viennent nous parler de résistance, juste comme ça, un peu pour voir !

     

    ***

     

          Nul doute !  Mélenchon touche au but : il fait peur à un François Hollande chargé de liquider notre héritage social et culturel des cinquante dernières années.

     

    Qui peut se vanter d'avoir atteint un tel but ?

     

                 Aussi.. que celui qui, au cours de sa vie politique, n'aura jamais été traîné dans la boue de l'antisémitisme - entre autres boues -, fasse au plus vite amende honorable car il aura alors oeuvré pour rien.

     

    _____________________

     

    1 - Dorénavant, quiconque en France s'oppose à la finance internationale et à ses diktats se verra qualifié de "franchouillard" voire même de " nationaliste proche du FN"

     

    2 - Ainsi qu'à la liquidation de nos acquis démocratiques (l'une n'ira pas sans l'autre)... et plus particulièrement dans le cadre d'une action politique d'opposition radicale car, avec cette "affaire Mélenchon" c'est bien à la démocratie que l'on s'en prend avec les armes de l'amalgame et de la calomnie ; une démocratie en danger de mort...

     

    3 - Fascisme langagier car "Soyez raisonnables et réalistes"... cette injonction-recommandation a pour sanction à l'endroit de ses détracteurs (ceux qui ne veulent pas baisser leur froc devant la liquidation de la démocratie et des acquis sociaux... puisque c'est là le sens de ce "soyez raisonnables et...."), deux vocables du bannissement : populisme et puis... mais ça on ne nous l'avait pas encore servi en relation avec le fait de ne pas vouloir céder et contre le refus de baisser son froc : antisémitisme - une grande première !

     

    4 -Le populiste, c'est toujours l'autre : l'adversaire ! Sa dénonciation n'explique rien mais révèle tout : un parti pris de classe dans le style : "Si c'était différent, ce serait pire encore ! "... tendance bourgeois pétés de tunes et morts de trouille - journalistes-chroniqueurs des grands médias inclus, eux et leurs ventriloques.

     

    Même à sciences-Po les profs savent que ce vocable n'a qu'un sens et qu'une fonction : discréditer auprès d'un électorat bien ordonné et propre sur lui, un adversaire politique.C'est un attrape-nigauts pour les gogos de l'anti-populisme qui se retrouvent tous immanquablement à voter pour une politique de la soumission au plus fort sur le dos des plus faibles.

     

    5 - A cette adresse vous trouverez l'enregistrement de l'entretien de Mélenchon à propos de Moscovici : http://www.politis.fr/Ce-qu-a-VRAIMENT-dit-Melenchon,21436.html

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu