Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

crif

  • Religions et monothéismes : a love story ?

                   

               "Nous assistons à une « islamisation » des naufrages individuels, des précarités sans horizon et des fragilités psychiques. On n’est pas en échec, on est islamisé. On n’est plus insignifiant, on est islamisé. On n’est plus malade, on est islamisé... "

                                     Patrick Chamoiseau, 15 juillet 2016

     

     

    000_dc9uv_0.jpg

            (Suite aux événements du 14Juillet, une "prière du mort" a été prononcée mardi dernier à la mosquée ar-Rahma, dans le nord de Nice)

     

     

    _________________________

     

     

                   Attentats, tueries, Daesch, Islam, France, Europe…

                   Soyez assurés et rassurés : dans les mosquées, on ne compte plus les prêches qui recommandent vivement de prier pour les victimes des attentats qui ont pris pour cibles des dizaines de civils, au hasard : Nice pour le plus récent d’entre eux ; Nice aux 84 morts avec ou sans mesures adéquates pour prévenir un carnage un soir de 14 Juillet, caméras grand-angle en action.

    Oui ! Les Imams de France n’ont donc pas assez de mots pour condamner Daesh et ceux qui commettent ces crimes au nom de l’Islam… tout en rappelant ceci à ceux qui seraient tentés non pas par le Jihade qui, comme la charité bien ordonnée, commence par soi-même, mais bien plutôt, et plus prosaïquement, par l’envie d’aller tirer dans le tas, ici ou ailleurs - avertissement sans ambiguïté :

                     « N’en croyez rien ! Ce n’est sûrement pas le paradis qui vous attend… mais l’enfer si vous commettez l’irréparable ».

    Et d’aucuns peut-être aussi… de marmonner : « L’enfer ? T’as dit Enfer Momo… bah… ça nous changera pas d’ici alors ! »

    Mais… chut.

    Vraiment ! Un seul souci pour le Conseil des Institutions musulmanes de France (CIMF – nouveau sigle créé par votre serviteur ) et leurs acteurs au quotidien, surtout le vendredi : dissocier l’Islam et les Musulmans de France de tous les crimes commis en leur nom en Europe en général et en France en particulier ; dénonciation et condamnation sur le conseil, sur la vive recommandation, voire la pression irrésistible, le commandement et puis finalement, l’ordre indiscutable (1) - disons les choses !-, de la droite concurrencée par le FN, puis l’extrême droite ainsi que les milieux atlantistes et sionistes (excusez ce pléonasme !) ; CRIF en tête, presse et les médias audiovisuels qui lui sont affiliés : Marianne, Causeur et BFMTV principalement ; Libération aussi, les jours de grand vent, quand il s’oublie et qu’il se fait dessus (chassez le naturel etc…) avant de faire sur les autres, les éclaboussant, adepte d’un journalisme incontinent.

     

                   Et nous autres alors dans cette affaire ? Oui, nous autres qui sommes désintéressés, avisés, informés, honnêtes et de bonne foi, privés d’arrière-pensées… eh bien, nous autres avons beau rassurer nos connaissances musulmanes pratiquantes à divers degrés et occasions (Musulmans on and off)… rien n’y fait :

    « Non, non ! C’est important pour nous de faire savoir publiquement que nous ne soutenons pas ces actes immondes qui n’ont rien à voir avec l’Islam !

    • Mais personne n’a dit que vous souteniez ces actes ! 
    • Si, si !
    • Je regrette : les gens de bonne foi savent que vous n’avez rien à voir avec ces actes immondes.
    • Si ! Si ! On voit bien. Tous tous ! Tous nous montrent du doigt. Tous nous soupçonnent de duplicité, de soutenir secrètement ces actes ! Tous, vous dis-je !
    • Mais non, arrêtez enfin quoi ! C'est ridicule. Avec les gens informés et honnêtes, il n’y a pas d’amalgame possible !
    • Mais si… 
    • Mais non !
    • Mais si !
    • Messi, la star de football ?
    • Mais non !
    • Ah ! Vous voyez bien !»

     

     N'insistons pas.

     

     

                   A l’heure de l'auto-victimisation généralisée à outrance - Homosexuels, Juifs, Musulmans, Réfugiés (et Hollandistes... sic ) -, à l’heure où il semblerait que tout ce beau petit monde juge que, décidément, on ne les détestera jamais assez… l’énergie dépensée par les Imams de France auprès de ceux qu’ils estiment devoir rassurer quant à leur condamnation d’une fermeté à toute épreuve du terrorisme religieux ou pas - mais surtout religieux, quand même ! -, sonne un peu comme une prière… une prière d’un genre particulier cependant ; une prière subliminale : « Détestez-nous ! Tenez-nous donc tous collectivement responsables que l’on puisse vous expliquer à quel point c’est injuste, à quel point c’est pas bien de nous faire ce procès-là, à quel point vous ne nous aimez pas, à quel point… à quel point…

                … à quel point l’Islam, pareille à toutes les religions monothéistes, est une religion d'amour et de paix ! »

    Là soudain, une envie irrépressible de pouffer de rire nous submerge… et puis très vite aussi, le désir de prier notre interlocuteur (la prière encore et toujours la prière !) sur un ton courtois, cela va sans dire, de cesser de nous prendre pour des imbéciles incultes et amnésiques…

    Car la contrainte, le contrôle, l’intolérance, la violence psychologique, le meurtre et le génocide - conversion sabre au clair, canons chargés, bûchers flambant neufs, braises ardentes, excommunication, cris, larmes et sang -, sont consubstantielles aux trois religions monothéistes ; tout ce qui vit, marche et crève - hommes, femmes, enfants, vieillards et les bêtes, les bêtes aussi -, est une cible : croyants car on ne l’est jamais assez, athées, agnostiques, infidèles, mécréants : l’histoire du Christianisme remplit à merveille ce cahier des charges ; l’Islam aussi ; quant au Judaïsme indissociable du sionisme religieux, bras armé et instrument du sionisme tout court - plus de terre, toujours plus : s’étendre et dominer …

    Demandez donc à tous ceux qui ont vu leur carrière brisée (artistes, journalistes, politiciens) et parfois aussi leur vie sociale, ici en France, toutes les portes se refermant sur eux comme dans un tombeau, pour avoir osé un jour dénoncer l’emprise de l’idéologie sioniste sur toutes nos institutions : de l’Eysée au Sénat, en passant par le quai d’Orsay, le Parlement ; sans oublier les médias…

    Et en dernier ressort, dans le cas où vous auriez un doute, rendez-vous dans une région aujourd’hui à feu et à sang, en vous arrêtant dans un territoire en particulier… territoire occupé, la Cisjordanie, par une religion, le Judaïsme… religion et idéologie – deux en un pour le prix de milliers de vie palestiniennes…

    Après le Christianisme et l’Islam… là aussi, tout amour le Judaïsme ?

    Peut-être, mais alors il ne peut s’agir que d’un amour, là encore, d’un genre particulier : une haine subliminale dans le style :

                  « Comment ça mon petit Palestinien chéri et adoré, qu’est-ce que t’as ? Ben, t'es pas heureux ? T’as pas un bout de terrain pour tes oliviers, rien pour nourrir ta famille, c'est ça ? Qu’à cela ne tienne. Viens, je vais te céder un peu de terre… (comment ça ? C’est ta terre ? Oui mais c’est la mienne maintenant !)… genre bac à sable pour que ta marmaille puisse s’y amuser un peu. Après tout, on est pas des monstres ! (Même s’il ne faut pas nous tenter, jamais !) »

    Et ça aussi, plus explicite cette fois-ci :

                  « Ta maison, c’est ma maison ! Ta terre, c’est la mienne maintenant !

    • Ah bon ? Pourquoi ?
    • Parce que c’est écrit ?
    • Où ça ?
    • Dans le Livre, le grand Livre… l’unique, le seul…
    • Et les autres Livres alors ?
    • C’est de la m**** !
    • Comme vous y allez !
    • De quoi 
    • Quand même : vous y allez un peu fort là non ?……………….
    • Je vais te dire une bonne chose : si ta maison c’est ma maison, si ta terre c’est ma terre… c’est aussi, et c’est surtout parce que t’es isolé, sans défense, et par conséquent, trop faible donc pour résister, espèrer et prétendre à autre chose, espèce de trou de balle… de la prochaine balle qui va te trouer le cul si tu insistes !
    • Mais…
    • Y’a pas de mais… t’as compris ? Tu veux pas finir dans un fossé, une balle dans la nuque ? 
    • Ben non, si je peux l’éviter.
    • Alors, prends tes cliques et tes claques, toi et ta marmaille ! Casse-toi ! »

     

                          Yahvé-ou akbar ! Dieu est Dieu au nom de Dieu, nom de dieu !

     

    ***

     

                   Qui a dit que l'athéisme et l'agnosticisme sont le meilleur antidote contre la fièvre religieuse et poisseuse ?

     

     

     

    1 - A ce propos, merci de vous reporter à mon billet de blog : Musulmans de France : sommation et commandement

     

     _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Attentats et terrorisme

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie... 0 commentaire
  • L'antisémitisme : un concept mis à la portée de l'acteur-réalisateur Yvan Attal avec son dernier film "Ils sont partout !"

     



    attal yvan,ils sont partout, serge uleski, clichés antisémites,préjugés antisémites,cinéma,film à sketchs

     

                    Avec « Ils sont partout », sorti le 1 juin de cette année 2016, l’acteur-réalisateur de cinéma Yvan Attal se propose de dénoncer les "clichés" censés être antisémites. Son synopsis est le suivant : "Yvan se sent persécuté par un antisémitisme grandissant et il a l’habitude de s’entendre dire qu’il exagère, qu’il est paranoïaque. L'est-il vraiment ? Ne l'est-il pas ? Il décide de consulter un spy" (1)...

                     A la lecture de ce film à sketchs, après avoir entendu son réalisateur chez Ruquier (ONPC), comment ne pas se consoler en pensant que la seule justification pour un acteur-réalisateur comme Yvan Attal de s’attaquer à un sujet tel que l’antisémitisme, c’est le fait qu’il est juif ! Ce qui, soit dit en passant, ne fait pas de lui un intellectuel, ni un philosophe ni un scientifique ni un artiste...

    Mais... au fait, cliché antisémite l'idée que tous les Juifs seraient brillants ? Oui ? Non ?

                     La réponse est dans ce film sans auteur, sans écriture digne de ce nom (alors que dans ce type de projet... tout est dans l'écriture et la mise en scène) comme la preuve dans le pudding mais c’est contraints et forcés qu’on le mange, et sans l’ombre d’une evidence.

     

     

                    A propos de l’antisémitisme tel qu’il peut nous être aujourd’hui conté par les médias et les leaders de la communauté concernée par ce délit... antisémitisme qui est un sujet non pas brûlant mais d’une complexité riche en enseignements de toutes sortes et qui permet de comprendre en grande partie - mais en partie néanmoins -, pourquoi et comment la société française en est arrivée là où elle n’est plus… capable, en l’occurrence, de se retrouver un tant soit peu solidaire, compassionnelle et patiente, toutes confessions, toutes classes et tous territoires confondus… si j’étais juif, ce que je ne suis pas, « Ils sont partout ! » n’est certainement pas le film que je ferais aujourd’hui. Aussi, n’étant pas juif, je continue à penser que ce n’est pas le film qu’il faut faire à propos de ce que l’on appelle à tort ou à raison : l’antisémitisme.

    Nu doute : Rony Brauman, un des seuls (bonjour les dégâts !) Juifs « médiatiques » français (avec peut-être aussi, à une certaine époque, un autre Juif nommé Edgar Morin) à la hauteur du sujet qu’un Yvan Attal s’est cru capable de traiter, aurait été de bon conseil quant au film qu’il aurait fallu tourner ! On aurait même pu compter sur lui pour recommander aux uns et autres de s’assurer qu’ils ont les fesses propres avant de prétendre s’occuper de celles des autres ! Pour sûr !

    Surprenant donc, vraiment, qu'Attal ait eu autant de mal à financer son film comme il a pu dans un premier temps l’affirmer avant de se rétracter (un an sur l’écriture ; un an sur le financement puis… moteur ! Délai tout à fait respectable que d’aucuns peuvent lui envier !) quand on sait que ce film est précisément le film qu’il ne fallait pas faire ! Ce qui explique que ce film qui n’était pas à faire, a pu qu’être favorablement accueilli chez ceux qui financent le cinéma en France, ou plus modestement… chez ceux qui rendent possible la réalisation de projets dits « cinématographiques » (production et distribution)… dans le cadre de notre belle exception culturelle que le monde entier nous envie ; du moins ceux qui n’ont pas renoncé à lutter contre le rouleau compresseur des productions américaines, soit… deux pays dans le monde : la France et la Corée du Sud ; pays à quota.

    Cherchez l’erreur !

     

                    Film, il ne devait pas y avoir ! Film il y eut ! Une chose en passant mérite tout de même d'être précisée : penser que tous les juifs ont de l’argent… ce n’est pas de l’antisémitisme, c’est un préjugé ethnique. Attali qui n’est certes pas un philosophe mais un intellectuel  - quand même ! -, a eu des choses à dire à ce sujet dans l’ouvrage « Les Juifs, le monde et l’argent ».

    Aussi, si l’on peut rendre un service au réalisateur de "Ils sont partout !", c’est bien de lui expliquer ceci : penser que tous les juifs ont de l’argent parce que "tous les Juifs sont des voleurs" et en tant que tels, penser que pour s’en protéger, "toute société bien organisée se doit d’exclure ce groupe ethnique de toute participation" n’est ni un cliché ni un préjugé antisémite : c’est de l’antisémitisme.

    Car, il n’y a pas plus de clichés anti-sémites que de clichés racistes ; il n’y a que de l’antisémitisme et que du racisme ou bien il n'y en a pas ; quant aux préjugés, cette tentation est sans aucun doute l’occupation la mieux partagée dans le monde par les 7 milliards d’individus que nous sommes : tout le monde en conviendra.

    Il est vrai que depuis l'instrumentalisation à outrance des minorités (politiques, sexuelles, ethniques et autres)  l'antisémitisme, c'est un peu "le concept" dans son acception générale, mis à la portée de tout un chacun, acteurs-réalisateurs inclus.

                   Un préjugé est une idée préconçue, une fiction à partir de laquelle on tente de décrire une réalité fortement connotée par un vécu individuel difficilement "universalisable" et que des faits décidément têtues viennent contredire : on lui tord le bras à cette réalité ! parfois jusqu'au "viol" lorsqu'il s'agit d'un préjugé tenace.

    En revanche, un cliché se rapporte non pas à une fiction mais à une réalité qui vaut pour tous ceux que ce cliché désigne et qui n'admet donc aucune exception ni nuance : du moins, tel est le but recherché.

    Le cliché c'est une photo grand format ; le préjugé, un mirage, un peu comme... lâcher la proie pour l'ombre.

    A ce sujet, la question est maintenant la suivante : Attal sait-il ce qu'implique son usage du vocable "cliché" en lieu et place de "préjugé" ? Est-ce une méconnaissance de la langue française qui est en cause ou bien, un lapsus révélateur doublé d'une prophétie auto-révélatrice ?

     

                    Merah, Coulibaly, Fofana et son gang - assassinats politiques d’un côté (« tout Juif de France, d’une fidélité indéfectible pour Israël,  est déjà un colon israélien en puissance et donc complice de la politique de cet Etat »), crime crapuleux de l’autre, sur fond de préjugés ethniques (« les Juifs ont de  l’argent et sont solidaires ») -, le CRIF sait mieux que quiconque sa responsabilité écrasante dans la captation, la prise d'otage, de toute une communauté au service d’un projet politique a-moral dans ses excès et dans son déploiement, pour une mobilisation en faveur d’un Etat étranger qui n’a rien à offrir à la communauté internationale et dont le régime colonial est unanimement condamné : Israël.

     

                   Aussi, à la suite du film « Ils sont partout » et des propos tenus par son réalisateur… trois points doivent être rappelés :

    1 - Jamais on ne cessera de soutenir Dieudonné - ce gladiateur du rire -, contre tous ceux qui, à la suite d’un sketch chez Fogiel en 2003, se sont chargés de bannir l’artiste des médias et des salles de spectacles pour les uns, et pour les autres, pleutres, de briller par leur absence lorsqu’il s’est agi de soutenir ce même artiste victime d'une vendetta sans précédent contre un artiste-humoriste-activiste en France.

    2 - Jamais on ne cessera de dénoncer ici en France, l’équation malfaisante "antisioniste=antisémite" qui n’a qu’un but : discréditer et censurer toute critique envers un allié qui nous est imposé et dont il n’y a rien à sauver depuis 1967 ; pratique détestable qui rappelle un maccarthysme anti-humaniste et anti-intellectuel de sombre mémoire, avec Eric Zemmour, Bernard-Henri Lévy et Alain Finkielkraut en chefs de file : le premier prenant en charge le racisme anti-arabe et anti-musulman ; le second, la condamnation de la critique d'Israël et de la soumission de la politique étrangère de la France à ce même Etat, et le troisième derrière le masque patriotique d'un Charles Péguy pour ne pas avoir à afficher Maurras et Barrès : les charges des deux précédents... estimant sans doute avoir les épaules assez larges.

    D’où la nécessité d’une campagne telle que BDS ("Boycott Désinvestissement Sanctions" lancé avec la société civile palestinienne en 2005, suite à des dizaines d’années de lutte contre Israël et sa politique d’apartheid).

                    Et puis enfin…

     

    3 - Jamais on ne cessera de dénoncer la prise en otage de la France – information, création artistique et politique étrangère – de trois officines israéliennes : CRIF, LICRA et UEJF !

     

                    Rappelons avec la plus grande fermeté que ces trois points ne sont pas négociables.

     

                    Même si Yvan Attal pourra toujours prétendre être à même de s’occuper de la question de l’antisémitisme et de l’antisionisme avec le talent et les capacités qui sont les siennes - capacités intellectuelles, historiques, culturelles, économiques et géo-politiques - en tant qu’acteur-réalisateur d’un cinéma qui ne casse pas trois pattes à un canard qui n’en a que deux, soit dit en passant, palmées de surcroît… dans ce film-symptôme, force est de constater qu'il est bel et bien question d’une obsession et d'une seule : non pas une obsession avec l’anti-sémitisme et les antisémites car cette obsession-là est un effet et non une cause, mais bien plutôt une obsession avec sa propre identité juive qui a pour conséquence inacceptable ceci : critiquer un Laurent Fabius ou un Moscovici (souvenez-vous d'un Mélenchon accusé d'antisémitisme ), c'est aujourd'hui s'attaquer non pas à un ex-ministre des affaires étrangères ou à un commissaire européen, mais c'est prendre à partie deux Juifs ; jusqu’à questionner la légitimité d’une critique contre un Sarkozy sous prétexte de ne pas encourager l’antisémitisme : oui, ils ont osé ! C'était sous la présidence de ce dernier ; l’inénarrable Bernard-Henri Lévy avec sa revue « La règle du jeu » s’est fait fort de nous le rappeler au cours d’un colloque : ICI.

    Mais alors... qui avait besoin de faire savoir que Fabius, Moscovici et Sarkozy (entre autres) étaient juifs ? Précisément ceux qui allaient nous interdire de les remettre en cause dans leurs fonctions respectives et successives, à savoir : tous ceux qui, bon an mal an et comme un fait exprès, valident le mondialisme économique - cette guerre contre le monde du travail, contre les Nations et les peuples -, et l'hégémonie des Etats-Unis qui ne connaît aucun partage car tous doivent se soumettre ou périr sous les bombes et les sanctions économiques qui affament les Peuples.

                     Oui ! C’est bien cette obsession-là qui mérite un film ainsi que la prise en otage scandaleuse des Juifs de France par des individus issus de cette communauté qui n’ont aucune considération pour leur sécurité à tous : Israël oblige !

    Et cette pathologie-là (obsession) et ce scandale-là (la prise d'otage de citoyens juifs - et français jusqu'à preuve du contraire !), mérite plus qu’une séance de psy de la part d'un réalisateur soucieux d’adresser la question de l’antisémitisme avec sérieux, compétence et efficacité même si... quiconque s’y risquerait constaterait très vite ceci le plus souvent : il en va de l’antisémitisme comme de ceux qui, pour se débarrasser de leur chien, disent qu’il a la rage.

    Aussi, qu’il soit ici permis de rappeler que nous ne serons les chiens de personne ! Et c’est bien dans ce refus que nous retrouverons notre honneur et notre dignité car seuls ceux qui se tiennent debout restent éveillés et vigilants.

                       La dénonciation d’un antisémitisme chausse-trappe, un antisémitisme instrumentalisé sur lequel les protagonistes de cette dénonciation s’essuient allègrement les pieds avant d’entrer sur les plateaux de télévision, un antisémitisme qui n’a d’antisémite que le nom et qui n’est dans le pire des cas qu’un ramassis de clichés et de préjugés ethniques tenaces, dénonciation qui, comme le nationalisme dans sa version patriotique, s’avère n’être que le refuge de la canaille ou la preuve flagrante d’une incapacité au discernement, il serait mal avisé de laisser le travail de cette dénonciation-là entre les mains, au mieux, d’une incompétence courue d’avance (comme dans le cas d’Attal) - la tradition qui veut que l’on confie l’eunuque au sérail selon le principe qu’au royaume des aveugles les borgnes sont rois, n’y changera rien - et au pire… entre les mains de prévaricateurs pourris-gâtés, jouissant d’une complaisance sans précédent de la part des médias et de la classe politique, du PS au FN, et pour lesquels tout est permis puisque la fin justifie tous les moyens.

                    Aussi, n'hésitons pas à adresser à tous ces oiseaux de malheur une fin de non recevoir.

     

     

    1 - A la lecture du synopsis on ne peut guère s'empêcher de considérer ce film comme le pendant d'un autre long métrage daté de 2014 : celui de l'humoriste-activiste Dieudonné nommé " l'Antisémite". Dans ce film, il est aussi question d'un psy et de son patient antisémite venu soigner son antisémitisme auprès d'un psy juif.

     

     

     

    Sous la pluie, gardons le sourire, cette joie de vivre debout contre ceux qui rêvent de nous voir nous coucher face à l'adversité !

    _____________________

     

                      Une critique du film est disponible ICI et LA

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Deux ou trois choses que je sais...

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Palestine : le malaise français

    51Lxd0CPxUL._SX352_BO1,204,203,200_.jpg

     

                    

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avec cet ouvrage, c'est une histoire du sionisme et de son influence sur les Présidents français de la 3e à la 5e République, les médias et la classe politique, de Léo Blum à Mitterrand, en passant par Guy Mollet et Charles de Gaulle, qui nous est contée par Charles Onana, journaliste camerounais.

     


                  Présentation de l'éditeur
     

                  Réalisée à partir des archives de l'Élysée et du Parlement européen, cette enquête historique relate la rencontre inédite entre François Mitterrand et Yasser Arafat en 1989, considérée à l'époque comme un acte de trahison par de nombreux membres des communautés juives et par Israël. Partisan d'une politique étrangère équilibrée entre les pays arabes et l'Etat hébreu, le président Mitterrand résiste aux pressions et exige le respect de la liberté et de la souveraineté de la France. Pourquoi la volonté du chef de l'Etat français de renouer le dialogue entre les parties en conflit a-t-elle provoqué tant d'hostilité chez les dirigeants israéliens et chez les Juifs de France ? Comment expliquer cette main tendue au chef de l'OLP alors que Mitterrand avait, jusque-là, été un fervent partisan de la cause israélienne ? Quel héritage reste-t-il de cette ligne politique et est-il encore possible, pour la France, de défendre une politique étrangère indépendante au Proche-Orient ? En remontant aux origines de la politique étrangère de la France dans la région depuis le début du 20ème siècle jusqu'après la Seconde guerre mondiale, ce travail rigoureux permet de comprendre pourquoi il est si difficile pour un président français de reconnaître l'Etat palestinien et de jouer un rôle décisif en faveur de la paix au Proche Orient. A l'appui de son analyse, l'auteur publie également plusieurs documents inédits du Parlement européen.


                 Biographie de l'auteur

     

                 Journaliste d'investigation et chercheur spécialisé sur les conflits armés et les questions de sécurité internationale, Charles Onana est auteur d'ouvrages à succès dont : Les secrets de la justice internationale (2005), Noirs, Blancs Beurs libérateurs de la France (2006), Joséphine Baker contre Hitler (2006), Al-Bashir et Darfour : la contre-enquête (2009), Côte d'Ivoire Le coup d État (2011), Europe, crimes et censure au Congo (2012), La France dans la terreur rwandaise (2014).

     

     

     

               Entretien avec l'auteur de l'ouvrage, Charles Onana, entouré d'un de nos plus importants ministres des affaires étrangères (avec Dominique de Villepin) depuis Maurice Couve de Murville (ministre de de Gaulle) : Roland Dumas à la tête du quai d'Orsay de 1988 à 1993 sous la présidence de Mitterrand.

     

    ***

     

                   Qu'il faille se reposer sur un journaliste "étranger", de nationalité camerounaise pour nous conter ce sionisme qui a pris d'assaut les médias, notre classe politique, l'Elysée et Matignon avec la complicité du trio Hollande-Valls-Fabius (se reporter et ICI et LA à propos de l'engagement de ces derniers auprès d'Israël) en dit long, très long, sur ce qu'il est encore possible d'attendre de ceux qui sont censés pourtant nous éclairer, historiens et journalistes confondus. 

                  A propos du traitement que les médias, la classe politique et les associations communautaires réservent à ceux qui osent dénoncer l'influence de cette idéologie sioniste sur la France et sur sa politique étrangère en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force, ainsi que du danger que fait peser l'idéologie de cet Etat israélien qu’il nous faut bien qualifier de « d'Etat voyou » et de ses relais, ici en France (CRIF, LICRA, UEJF, LDJ...), sur l'unité de notre pays, son image à l'étranger, pour ne rien dire de la sécurité des Juifs français (1), on peut sans exagérer affirmer que l'on n'a pas connu en France un tel climat de chantage moral et de terrorisme intellectuel exercés sur les institutions et ces mêmes médias, leurs producteurs, animateurs et journalistes (télés, radios et journaux) depuis l’ère communiste et stalinienne - l’URSS, ses satellites et ses relais -, le PCF en particulier avec ses intellectuels et ses sympathisants -, des années 30 aux années 70.

    A moins d'être lâche, aveugle ou de parti pris, difficile de ne pas admettre que leurs méthodes sont étrangement identiques : insultes, discrédit, intimidation, demandes d'annulation d'expositions artistiques, calomnie, procès d'intention, amalgames, chantage affectif, chantage professionnel, chantage au chômage, à la relégation, chantage à l'antisémitisme...

                  Face à de tels agissements, nous n'avons qu'un devoir : les dénoncer sans relâche si nous voulons continuer de protéger notre démocratie déjà mise à mal par un mondialisme tentaculaire sans visage et sans morale, tout en gardant à l'esprit le fait suivant : plus les "élites" médiatiques de la communauté juive - par opposition aux élites intellectuelles et morales -, s'évertueront à culpabiliser les populations européennes sur leur passé comme pour mieux pratiquer auprès d'eux un chantage à l'anti-sémitisme dans l'espoir de faire taire tous ceux que la politique israélienne révolte, plus... en contrepartie, comme un effet boomerang, ces populations européennes exigeront de cette élite un comportement au-dessus de tout reproche : moralement et intellectuellement ; comportement auquel cette élite ne pourra pourtant pas se conformer puisque dans l'obligation de défendre - et de protéger de l'opprobre -, un état à la politique... au mieux immorale, au pire... a-morale ; dans tous les cas, une politique en opposition frontale avec la civilisation européenne depuis la décolonisation.

    Non ! Les européens ne feront donc pas de cadeau à cette "élite médiatique" toujours prompte à leur rappeler ses pogroms, son Vel d'Hiv (et Auschwitz quand vraiment ça se gâte) et plus particulièrement, ces européens sans complexe issus de la colonisation qui n'accepteront pas de partager l'histoire de l'anti-sémitisme européen ; communauté arabo-musulmane qui est aujourd'hui la cible privilégiée d'individus proches de l'Etat israélien ; cible jusqu'au procès d'intention : sa religion, sa violence, son "échec à l'intégration" et "son anti-sémitisme déguisé en anti-sionisme".

                  Là est le piège pour cette "élite" et cette communauté qu'elle est censée guider et éclairer car, si l'homme n'a pour pire ennemi que lui-même, il se pourrait bien que la communauté juive d'Europe ait pour pire ennemi : la politique de l'Etat d'Israël depuis 1967 ainsi que les officines israéliennes qui agissent en France sous le couvert de représenter une communauté dont les intérêts sont sacrifiés sur l'autel d'un intérêt bien supérieur : l'expansion coloniale de l'Etat d'Israël dans le cadre d'une politique qui laisse toute une région fracassée dans le chaos savamment programmé de longue date.

     

     

     

    ***

     

                     "Palestine : le malaise français"... à notre connaissance, cet ouvrage n'a fait l'objet d'aucune recension dans les médias : presse, radios, télés.

                     La censure par le silence...

                    Testez-les tous ! Quand on vous dit qu'à chaque fois, ils nous donneront raison !

                     On est donc bien tranquilles.

     

     

     

    1Se reporter à l'ouvrage d'Esther Bebbassa : Etre juif après Gaza

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • "Qui est Charlie ?" un ouvrage d'Emmanuel Todd

     

                   Le 5 Janvier 2015, un hommage a été rendu aux victimes de la rédaction de Charlie Hebdo en Janvier 2014 ; les commémorations se poursuivent cette semaine encore. Faut dire que... " Quand on ne fait plus l'Histoire, on la commémore" - Régis Debray

    _____________

     

     

    Billet de blog publié en mai  2015

     

     

              Que la stupeur et l’effroi des tueries de Janvier dernier nous aient privés d’analyses susceptibles de nous aider à sortir d’une confusion à la fois politique, sociale et intellectuelle, cela était plus que prévisible.

    Les médias, les premiers, ainsi que la classe politique, n’auront pas résisté longtemps à la tentation de faire taire ceux qui, héroïques, auront pris sur eux, au risque du mépris, de la relégation, voire de l’excommunication, de garder leurs capacités de discernement intactes, tripe sensible mais tête froide, face à des événements dramatiques et face à ce qui restera comme le plus important rassemblement de l’histoire moderne du pays : plusieurs millions de "Je suis Charlie" dans les rues des principales villes de France.

    Après les questionnements passés quasiment inaperçus dans les médias de masse de  Frédéric Lordon et d’Alain Badiou à propos de ces événements et du slogan "Je suis Charlie", c'est au tour d'Emmanuel Todd de "sortir du bois" avec son dernier ouvrage : « Qui est Charlie ? ».

     

    ***

     

             CQFD : "Ce livre, c’est aussi la révélation du rôle du PS dans la destruction de la République.”

     

              En ce qui concerne les causes qui ont conduit à la mobilisation massive du 11 Janvier 2015, Todd évoque une crise religieuse car, pour Todd, c’est lorsqu’une religion disparaît qu’il faut la prendre au sérieux : l’effondrement du catholicisme dans les années 60.

    Le spirituel, tout comme le temporel, a le vide en horreur. Chassez le spirituel et il revient au galop ! Mais sous quelle forme ? Todd évoque alors une France laïque, voire laïcarde, une France d'une classe moyenne privée de religion et de transcendance qui vote sans doute majoritairement PS unie autour d’un bouc émissaire : les classes populaires en général et les Musulmans en particulier sur-représentés au sein de ces classes ; et c'est l'assaut meurtrier des locaux de Charlie Hebdo qui servira d’exutoire contre l’Islam, une religion qui, en France, n'est pas que symboliquement la religion des dominés et des plus faibles économiquement ; une religion qui est sans doute la seule fierté d’une grande partie de ses pratiquants et des non-pratiquants issus de cette culture.

              "l'Islam, cette religion qui ne veut pas mourir !"  ; 'L'Islam cette religion qui menace notre identité !"

    Tout le monde s'y retrouvera donc ce jour-là : les athées, laïcs et laïcards qui n'ont plus de religion ; mais pas seulement car, comme on pourra le voir plus loin, il manque à ce bouquet garni quelques arômes, et pas des moindres.

     

     

     

              Todd oppose un contenu latent qui force une approche à la fois sociologique et psychologique à un contenu manifeste : ce qui est explicité par les intéressés eux-mêmes - les "Je suis Charlie" rassemblés dans les rues le 11 janvier dernier -, avec l’appui de tous les médias dominants et le grand cirque et barnum de la politique et du showbusiness.

    Dans sa traduction et sa transposition politiques, Todd nous donne à penser à une sorte d’union sacrée contre le Musulman et les classes populaires rurales et péri-urbaines - "les banlieues" en priorité -, absentes des défilés de ce 11 Janvier 2015. Ce qui s’avère être juste dans les faits puisque ce sont ces classes et ce Musulman en particulier qui souffrent le plus du mépris des médias et plus récemment du PS sous l'influence d'un Manuel Valls (1).

    Tous se retrouvent alors autour d’un projet anti-égalitaire ; la présence du PS dans ce projet est tout à fait cohérente : que l’on pense un instant que les inégalités ne se sont jamais aussi bien portées sous un gouvernement et une présidence PS depuis 1983) ; un PS composé de "catholiques zombies" ; comprenez : des "catholiques" privés de leur religion depuis deux générations.

     

    ***

     

             Si l’exposé de Todd se défend et se tient, reste que notre démographe-historien-sociologue oublie d’être un peu plus explicite. Courageux mais pas téméraire  Todd ? Car, cette union sacrée a pour point nodal un soutien électoral inconditionnel par le "vote PS" principalement, à toutes les politiques à la fois économiques et militaires développées par les USA et une Europe supplétive depuis les événements du 11 septembre 2001 ; ce qui se fait appeler "La guerre mondiale contre le terrorisme", de l’Afghanistan à la Libye, en passant par l’Irak, se soldera par près de 3 millions de morts Musulmans, embargo irakien non inclus. Bilan provisoire puisque cette "guerre" qui est loin d'être gagnée - et ce n'est pas le but non plus -, ne connaîtra sans doute aucune fin.

    Faut dire que le chaos a des vertus qu'une morale humaniste ignore.

    D'autre part, avec l'introduction du concept de "catholique zombie", là encore, Todd botte en touche pour ne pas avoir à nommer les choses et les gens ; Todd passe à côté des véritables enjeux car... en ce qui concerne l'islamophobie, sa mise en scène, son déploiement, son entretien et son écho dans les médias de masse, difficile de ne pas constater que cette campagne a pour principales têtes d'affiche un grand nombre, sinon la totalité, des "leaders" médiatiques juifs et/ou sionistes : E. Lévy, E. Badinter, E. Zemmour, Finkielkraut, BHL, Goldnadel, Prasquier, Cukierman, Klasfled-fils, Glucksman père et fils et Taguieff (2); tout en précisant qu'à ce sujet, il semblerait qu'un rapprochement se confirme entre ces leaders communautaires et le Front national ; rapprochement contre les Musulmans et l'Islam au service d'une islamophobie qui n'est dans les faits que le nouveau visage de la "vieille" haine raciste anti-arabe ; et c'est plus récent (une trentaine d'années) : haine envers les activistes pro-palestiniens issus de l'immigration arabo-musulmane ainsi que contre nous tous, d'origine européenne, occupés à soutenir cette cause.

     

     

     

     

    1 - Quand le PS vote les pleins pouvoirs à Manuel Walls, c'est l'histoire qui bégaie : celle d'un certain 10 juillet 1940.

    Après la tragédie, la farce... parce... bon, le niveau n'est pas le même non plus : Charles Maurras et le Front populaire... ensemble pour tenter de "modérer" et d'amadouer l'Allemand aux portes de Paris en leur offrant Pétain comme interlocuteur-sauveur, c'est quand même autre chose que le Maire d'une commune sans importance, aujourd'hui premier ministre... grenouille qui n'en finit pas de vouloir se faire aussi grosse que le boeuf.

     

    2 - Mais alors, qu'est-ce à dire ? L'islamophobie délirante et obsessionnelle chez ces "Juifs médiatiques" serait donc l'équivalent d'un antisémitisme tout aussi forcenée ? Sorte de haine-miroir ?

    _________________________

     

    "Je suis Charlie" : phénomène religieux ?

     

              Une conférence de Michel Drac à propos de l'ouvrage de Emmanuel Todd.

     

     

    Pour prolonger, cliquez : le PS doit mourir pour que la gauche renaisse

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Quenelle : la répression continue

    quenelle,soral,dieudonné,licra,crif,justice,politique,actualité,société

                   Un homme qui avait fait une « quenelle » lors de la visite de Manuel Valls à Moirans (Isère) la semaine dernière, a été interpellé mardi matin. L'homme, âgé de 22 ans sera poursuivi pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique ; il encourt une peine de six mois de prison et 7 500 euros d'amende.

    quenelle,soral,dieudonné,licra,crif,justice,politique,actualité,société

    Valls entouré de sa police d'Etat

     

    Ne laissons jamais cet homme-là devenir Président de la République française

     

                                                           ________________

                     

                          Pour rappel : la quenelle est un geste subversif que l’on peut assimiler au doigt d’honneur contre l’ordre établi et une pensée unique qui se déploie autour d’un projet mondial qui ne souffrira aucune contestation : ici… la menace du chômage (d'où l'unanimité de médias et de leurs salariés précaires ou richissimes contre cette quenelle), ailleurs… celle des bombes contre quiconque s’y oppose :individus, peuples et Etats :

     

    - Dévastation des nations, des cultures, des coutumes, des usages et du contrat social et autres compromis au nom d'un mondialisme pour lequel les êtres humains ne sont que des ventres à remplir (ou des Peuples à affamer, c’est selon... leur niveau de soumission ou de résistance !), et du temps de cerveau disponible à distraire jusqu'à l'abrutissement...

     

    - Diabolisation de tout individu qui refuse d'adhérer à l’univers conceptuel de ce mondialisme ; individu dissident qui se verra alors qualifier, au choix, de... fasciste, raciste, antisémite, complotiste paranoïaque, nationaliste, populiste, homophobe, démagogue anti-européen et anti-américain...

     

    - Instrumentalisation de la culture arabo-musulmane en générale et de l'Islam en particulier (foulard et pratiques religieuses) aux fins de condamner des quartiers entiers à une marginalisation irréversible, ici en France et en Europe...

     

    - Hégémonie d’une alliance américano-israélo-saoudienne (La Grande Bretagne et la France comme supplétifs) qui a pour seul programme : la captation et le pillage des ressources ainsi que le vol de la terre, sans oublier "la casse" des pays récalcitrants et les bombes contre les gouvernements et les Peuples qui s'y opposent...

     

    - Tentative de marginalisation de la Russie ; politique qui consiste à faire le choix de soutenir le dissident milliardaire Khodorkovski aujourd'hui résident en Suisse contre le lanceur d'alerte (héros ?) Edward Snowden résident provisoirement sur le sol russe, aujourd'hui "apatride" et sans un sou, auquel toute l'Europe a refusé l'asile politique...

     

    - Chantage à l’antisémitisme et bannissement contre quiconque critique publiquement la politique d’Israël ; un Etat qui n'a rien à offrir au monde et qui n'a aujourd'hui plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid et dont la politique jouit ici en France du soutien et de la complicité de l’Etat français au plus haut niveau - une alliance qui nous salit davantage chaque jour -, avec en prime l’exploitation du génocide juif à des fins économique, politique et géostratégique...

     

    - Conditionnement des esprits à une nouvelle guerre froide dans un face à face USA-Chine pour le plus grand profit du complexe militaro-industriel occidental...

     

    - Construction d’une Europe-instrument d’un mondialisme sans honneur ni justice qui n’est dans les faits qu’une guerre contre les Etats nations, l'Etat providence, les salaires et le droit du travail... au nom d'une recherche de compétitivité alibi...

     

    - Mise en concurrence de tous les salariés à une échelle tant locale qu’européenne et mondiale...

     

    - Mise à mort subreptice, ici en Europe, de la liberté d’expression et de la démocratie, à grand renfort d’instances tutélaires sans légitimité démocratique (fonds, banques, commissions, organisations) ainsi que de technologies de la surveillance et du contrôle de millions de citoyens...

     

    - Neutralisation de tout esprit critique en faisant peser sur ceux qui n'ont pas renoncé, le discrédit du ressentiment, de la jalousie, et pire encore : de l'envie.

     

    - Passivité de tous les médias dominants, et ce sans exception : de France Culture à RTL, de Charlie Hebdo au Figaro... de TF1 à Arte au sein desquels s’exerce sans vergogne un chantage au chômage contre quiconque s’opposerait à une telle soumission ; médias qui ne se font plus que l’écho d’une idéologie au service d'un monde unique, un monde sans altérité aucune.

     

     

    Lien permanent Catégories : Dieudonné : le phénomène, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Etiquetage des produits israéliens : est-ce l'Europe qui redresse la tête ?

    ultra religieux, sioniste, israéliens, laïcs

                 Ou quand, religieux et laïcs israéliens, il faut être deux pour faire la paix 

     

     

                                        

     

          

    ___________

     

    Il y a 20 ans aujourd’hui…

    Le 4 novembre 1995, Yitzhak Rabin, âgé de 73 ans, Premier ministre de l'Etat d'Israël, est touché par deux balles tirées à bout portant dans son dos alors qu’il prononce un discours à Tel Aviv.

    Il mourra quelques heures plus tard.

    Son assassin, Yigal Amir "agissant au nom de Dieu" selon ses dires, est un juif israélien étudiant en droit manipulé par des rabbins opposés aux accords d'Oslo signés à Washington le 13 septembre 1993 entre Yitzhak Rabin, Premier ministre israélien, Yasser Arafat, Président du comité exécutif de l'OLP et Bill Clinton, Président des États-Unis ; accords censés instaurer un mode de négociations autour de la question de l’occupation coloniale de Cisjordanie et de Gaza depuis 1967 par l'Etat israélien et ses milliers de colons ; occupation condamnée par la communauté internationale puisque, outre son caractère humainement infâme, cette occupation-colonisation est une violation des lois qui régissent le droit international.

     

    accords d'oslo, palestine, rabin, arafat,Ne soyons pas dupes néanmoins : ces accords d’Oslo, une initiative de Shimon Peres (en politique, un imbécile notoire qui n'avait rien prévu,  même pas l'assassinat de son Premier ministre !) face à un Rabin pourtant réticent, étaient destinés à gagner du temps en mettant fin à la première Intifada qui, dans sa répression par l’Etat colonial israélien (souvenons-nous des mains brisées des jeteurs de pierres par des soldats israéliens devant les caméras du monde entier), faisait courir le risque de voir cet Etat être placé au ban des nations (ce qui est le cas aujourd’hui car on ne se refait pas ! Jamais !).

    Soit dit en passant, en novembre 1995, soit deux ans plus tard, ces accords n’avaient toujours pas vu un commencement d’application.

     

                 Selon le point de vue qui veut que jamais il ne soit rendu justice à la cause palestinienne, nombreux sont ceux qui ont très vite trouvé une consolation après l’assassinat de Rabin - pour peu qu'ils en aient été affectés -, car… aujourd’hui, en 2015, soit vingt ans plus tard, l’occupation de la Cisjordanie avec sa politique du "fait accompli" n'a jamais cessé de s'étendre : en effet, au moment de la signature des accords d’Oslo, la question coloniale impliquait 150 000 colons en Cisjordanie ; 20 ans plus tard, ce chiffre a quadruplé : on est passé à 600 000 colons avec Jérusalem Est.

     

                Yitzhak Rabin n’est donc pas mort pour rien car, aujourd'hui plus qu'hier, jamais l’espoir de voir le droit international et la force de ce droit rendre rendre justice aux Palestiniens n’a été aussi éloigné.

    De plus, cet assassinat nous rappelle, si besoin était, qu’il faut être deux pour faire la paix. En effet, depuis ce 4 novembre 1995, la fracture dans la société israélienne entre les religieux et les laïcs n’a jamais été aussi profonde. Fracture entre ceux qui veulent vivre en paix dans les frontières reconnues par la communauté internationale (celles de 1967) et les autres : rabbins, colons économiques et religieux, partis politiques opportunistes au clientélisme éhonté, avec au sommet de la pyramide, l’Etat israélien pour mener à la baguette tout ce beau petit monde, soufflant tantôt le chaud et le froid au nom d’une raison supérieure : celle d’un Etat qui a su exploiter avec un talent certain toutes les faiblesses du droit et de la morale avec la complicité et le soutien tantôt explicite, tantôt tacite, des USA et des Etats européens.

    Et s’il n’est même pas sûr qu’un individu tel que Benyamin Netanyahou soit dans les faits disposé à « mourir pour Israël » et ce malgré ses incessantes rodomontades, et pour peu qu’il en soit un jour question, soyez assurés qu’aucun homme politique de ce pays n'acceptera de mettre sa vie en danger dans le souci de rendre justice  - même une justice toute relative -, au Peuple palestinien car tous ont retenu la leçon de l'assassinat de Rabin : quiconque s'y risque... meurt.

     

     

                      

     

                                  Le témoignage de cet Israélien se passe de commentaire

     

    ________________

     

    Pour prolonger, cliquez : La résistance, un nouveau romantisme

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Enrico Macias : «Si Marine Le Pen est élue présidente, je quitte la France»

                       

                   Dans un entretien accordé à BFM cette semaine, le chanteur a déclaré que si la représentante du Front National parvenait au pouvoir, il partirait vivre en Israël (1).

    enrico macias, israël,serge uleski

     

    ____________________________

     

    «Si Marine Le Pen est élue présidente, je quitte la France»

     

    Ne nous tente pas Enrico ! Surtout, ne nous tente pas !

     

     

    «Si Marine Le Pen est élue présidente, je quitte la France»

     

                           On ne savait pas qu'Enrico Macias était musulman et qui plus est, arabe ;  précisément ceux qui ont le plus à craindre une victoire du FN à l'élection présidentielle.  A moins qu'il faille considérer les propos d'Enrico Macias comme une marque de  solidarité envers cette communauté victime d'un mépris sans bornes ! Toutefois, on pourra légitimement en douter quand on connaît les allégeances de ce saltimbanque : OAS, Israël et CRIF.

     

                «Si Marine Le Pen est élue présidente, je quitte la France»

     

                         A ce sujet, Enrico, si tu pouvais emmener dans tes bagages Zemmour, Finkielkraut, Cukierman, Prasquier, Alain Jacubowitz, E. Lévy, BHL, Taguieff et Goldnadel (1)... on te serait éternellement reconnaissants car, ici, on respirerait tellement mieux !

     

    «Si Marine Le Pen est élue présidente, je quitte la France»

     

                 Au moins sait-on sur qui la France pourra compter en cas de pépins ! Et quand on connaît la fortune que ce chanteur à amasser durant sa carrière auprès d'un public exclusivement francophone, un seul mot nous vient à l'esprit : ingratitude.

             

                «Si Marine Le Pen est élue présidente, je quitte la France»

     

                Oui mais... sans ton blé ; notre blé ! Tes comptes bancaires bloqués Enrico. 

     

                  «Si Marine Le Pen est élue présidente, je quitte la France»

     

               Alors, en es-tu toujours aussi sûr maintenant  ?

     

     

     

    1 - Ce qui n'empêche nullement E. Macias de soutenir systématiquement l'extrême droite israélienne.

     

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 1 commentaire
  • Envoyé Spécial du 15/10/2015 : l'entretien avec Alain Soral que France 2 n'a pas diffusé

     

     

    ... ou quand France 2 s'auto-censure

     

                 Envoyé Spécial du 15/10/2015 : entretien avec Alain Soral (1) contre-filmé par l'association - Egalité & Réconciliation - dans le cas où, une fois monté avant diffusion, l'entretien ne soit plus le reflet des échanges qui ont eu lieu.

    Nulle crainte cependant : cet entretien de juin 2015 ne sera jamais diffusé.

    Quel sens pouvait bien avoir un tel entretien alors que France 2 savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas le diffuser ?

             Il est temps de s'interroger sur l'utilisation faite de notre argent par le service public.

     

     

     

    1 - Une fois encore, une fois de plus, on ne manquera pas de faire le constat d'une profession en berne, le journalisme, qui n'est pas loin de toucher le fond d'une indigence à la fois intellectuelle et culturelle, doublée d'une pauvreté d'expression orale qui est un véritable naufrage.

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Alain Soral

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • L’historien israélien Shlomo Sand répond à la tribune de Pierre-André Taguieff

     

     

                ... tribune publiée dans Le Monde à propos de l’antisémitisme en France.

                 Ci-après, la réponse de Shlomo Sand :

     

                « De mon point de vue, la principale caractéristique de la judéophobie parmi les groupes marginaux de banlieues est l’identification dangereusement erronée entre : sionisme, Israël et juifs. Or, c’est précisément ce que font, sans relâche et sans distinction, les dirigeants d’Israël, le CRIF... et toi.

     

    Je viens de lire ton article publié dans Le Monde, en date du 23 septembre : Pierre-André Taguieff, « L’intelligentsia française sous-estime l’antisémitisme », et, une fois de plus, je suis stupéfait ! Lorsque nous nous sommes connus, dans les années 80 au siècle dernier, j’avais la plus grande estime pour tes travaux investiguant les fondements du racisme théorique, dans la France de la deuxième partie du 19ème siècle.

    J’avais beaucoup apprécié tes apports dans l’analyse et la déconstruction de la judéophobie qui a, effectivement, joué un rôle de tout premier ordre, dans la constitution d’une partie des identités de l’Hexagone, et ce jusque vers le milieu du 20ème siècle. Toutefois, depuis quelques années, à la lecture de tes publications, j’ai de plus en plus de mal à comprendre la logique qui t’anime : affirmer que la judéophobie demeure hégémonique en Occident, considérer l’islamophobie comme un phénomène plutôt marginal, dont les intellectuels exagèrent l’importance, et se faire, en en même temps, le défenseur inconditionnel du sionisme et d’Israël me laisse très perplexe !

    En vérité, tu as notablement baissé dans mon estime lorsque tu as soutenu, avec enthousiasme, la guerre de George Bush contre l’Irak, et lorsque tu as exprimé une sympathie manifeste pour « La rage et l’orgueil », le livre islamophobe d’Oriana Fallaci (dans lequel, il est écrit, notamment, que les musulmans « se multiplient comme des rats »). Tes prises de positions passées me paraissent, cependant, moins préoccupantes que celles que tu développes, ces temps-ci, alors que se profile, dans la société française, un dangereux terrain miné, lourd de menaces pour « l’autre ».

     

                     La suite : sur Médiapart avec commentaires... et ICI aussi sur le site de "Union juive française pour la paix" ; Union qui ferait bien de se décider à occuper, dans les médias dominants, la place qui devrait être la sienne, et ce dans les meilleurs délais car il y a urgence ! Après tout, le CSA, c'est aussi fait pour ça ! Pour s'assurer que la parole publique soit équitablement répartie ; or, seuls le CRIF, l'UEJF et la LICRA - trois officines israéliennes incapables de la moindre analyse critique à l'endroit d'un Etat voyou : Israël -, occupent l'espace médiatique de ce qui est supposé être "la parole des Juifs de France".

    Pourquoi cette timidité, cette retenue de la part de l'UJFP alors que le droit pourrait facilement lui donner raison ? Cette UJFP serait-elle l'alibi d'une fausse pluralité dans laquelle ce sont toujours les mêmes qui savent se faire entendre ?

    On s'interroge à propos de l'absence de l'UEJF dans les médias dominants bien que sa présence soit aujourd'hui on ne peut plus essentielle comme nous le rappelle Shlomo Sand dans sa réponse à cet homme de discorde qu'est Taguieff.

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : l'Union sacrée avec le PS

     

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Des nouvelles de Dieudonné et d'Alain Soral

                 Dites la vérité, et vous ferez rire le monde entier !

     


    Alain Soral et Dieudonné

     

     

             Des tribunaux sous influence ; sortie du droit ; police de l'humour ; arrestations arbitraires ; racket judiciaire ; triomphe des valeurs inversées ; quenelle, instrumentalisation et   diversion ; le procès à venir de la famille Hayot contre Dieudonné...

    Le 27 juin 2015, Alain Soral et Dieudonné ont donné une conférence commune au théâtre de la Main d’Or à Paris, dans le cadre de la journée « Je ne suis pas Charlie ».

     

    ____________

     

    Pour prolonger, cliquez :

    Lien permanent Catégories : Alain Soral, Art et culture, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu