Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

daech

  • Attentats parisiens : « Pour quoi je meurs ? »

                      Billet de blog rédigé en novembre 2015

     

     

     

                   "La réponse aux assassins doit être plus de fraternité, plus de démocratie, plus d'amour mais pas moins de débat."

         Jean-Luc Mélenchon, dimanche 15 novembre 2015 au sortir de l'Elysée.

      

     

     

                    Toutes ces voix brisées, sanglots dans la voix, tous ces visages, jeunes le plus souvent, les yeux rougis d’avoir trop pleuré... tous ces témoignages (1) diffusés tout au long de la soirée de Vendredi 13 novembre 2015, semblent ne poser qu’une question : « Pourquoi je meurs ? » car, tous sont morts ce soir-là, autant ceux qui n’en sont pas revenus que ceux qui en ont « réchappé » car on ne réchappe de rien, du moins jamais vraiment, quand il s’est trouvé qu’ils étaient trop nombreux autour de vous à ne pas avoir eu cette ultime chance.

     

                   Difficile néanmoins d’accepter qu’aucune réponse ne soit apportée à cette question lancinante « Pour(-)quoi je meurs ? ». Question qui n’est pas près de cesser de hanter tous ceux qu’elle a déjà commencé de vampiriser.

    Et c’est alors que l’on prend son courage à deux mains pour tenter d’expliquer deux ou trois choses :

                   Pourquoi je meurs ? demandez-vous...  eh bien, permettez-moi de vous dire que le jour où vous vous déciderez à ne plus accepter de vivre dans l’ignorance, alors, ce jour-là, vous aurez non seulement la réponse à votre question mais... d'une pierre deux coups, à votre douleur et à votre peur, vous substituerez une colère bienfaitrice car salvatrice. Mais attention ! Pas n’importe quelle colère ! Pas la colère dont l’Etat fait des choux gras ; la colère dont l’Etat se nourrit jusqu’à en devenir obèse, car cette colère-là renforce son pouvoir ; alors non ! pas cette colère, cette fameuse colère, celle qui nous est le plus souvent donnée à voir et entendre les jours des grandes catastrophes, la colère de l’ignorance bien évidemment ! Celle qui prend les effets pour les causes et ce faisant, se trompe de cible.

    Et pour ce qui est des tueries de ce vendredi 13 censé être la « Journée de la gentillesse » - eh oui ! le plus sérieusement du monde ! -, il est bien évidemment question de cette colère qui oubliera dans les jours à venir, soyons-en certains, de se tourner vers le palais de l’Elysée, l’hôtel Matignon et les façades du ministère des affaires étrangères, quai d’Orsay, ainsi que vers les ambassades des Etats-Unis et d’Israël ; deux Etats qui ont pris le contrôle de notre politique étrangère avec nos "dirigeants" - Hollande, Valls et Fabius - qui vouent "un amour éternel" à ces deux Etats (2) qui représentent un véritable danger pour la paix dans le monde depuis une bonne vingtaine d'années.

     

                   « Vous ne vous occupez pas de politique, monsieur ; je vous plains, car un jour la politique s'occupera de vous. »

                   Royer-Collard (à Sainte Beuve)

     

                   Alors oui ! Il est bel et bien question de substituer à cette colère de l'ignorance entretenue par l'Etat et ses relais médiatiques, la colère de ceux qui savent ! Aussi, travaillons tous ensemble à faire en sorte que ce soit la colère de ceux qui n’ont plus peur car, demain, ils sauront pour(-)quoi ils sont en danger de mort… que ce soit cette colère-là qui triomphe car, à l'avenir, seule cette colère nous protégera : elle fera en sorte que les événements de ce 13 novembre 2015 aient une probabilité de récurrence bien plus faible, voire nulle, car nous tous alors, exigerons de l'Etat qu'il cesse de nous mettre en danger pour son seul profit dans la gestion de carrières politiques mirobolantes auprès d'une oligarchie mondiale sans foi ni loi.

    Car enfin… doit-on une fois encore rappeler ceci ?

    La seule colère que l’Etat accepte, c’est la colère de l'ignorance qui le rend plus fort et fait de vous un être plus dépendant encore ; un citoyen désarmé réclamant à cor et à cri "protection et considération" sans soupçonner toutefois qu'il ne saurait en être question étant donné les choix qui sont faits par cet Etat qui a failli. De cette colère-là, l’Etat s’en repaît ; rien de surprenant à cela, puisque c’est ce même Etat qui en est à l’origine ; cette colère-là, l’Etat et ses relais médiatiques ont tout mis en œuvre pour qu’elle soit votre seul recours les jours de catastrophes, les jours où dans votre chair, vous êtes atteint… dans votre chair et dans votre psychisme ; et tous les psys de la terre n’y changeront rien ; et toutes les cellules de soutien psycho-machin, cellules post-traumatiques non plus !

    Cette colère, colère de l’ignorance qui se trompera fatalement d’objet, l’Etat (et les médias) l’entretient - il vous la garde au chaud pour ainsi dire ! - tout au long de l’année en vous gardant dans l’ignorance car il sait  que cette colère quasi « stratégique », vous la lui rendrez au centuple lorsque vous lui remettrez les « pleins pouvoirs » au cri de « Protégez-nous ! » ; une injonction crédule et suicidaire car, l’Etat ne protège que l’Etat. De plus, jamais un acte terroriste n’a mis en danger l’Etat ; l’Etat sort toujours plus fort d’une campagne d’attentats, et les victimes et leur famille plus faibles et plus dépendants encore.

     


                     Valls jure de "détruire" Daech ; un Valls grenouille de la politique qui n'a de cesse de chercher à se faire aussi grosse que le boeuf.

     

                    Aussi, attendons-nous dans les mois à venir à un Etat-providence croupion, Etat certes fauché mais anticipons dès maintenant un Etat mastodonte dans ses fonctions régaliennes - surveiller et punir -, tout en gardant à l'esprit qu'il n'est pas sûr, mais pas sûr du tout, que cette surveillance et ce goût pour le châtiment nous mettent à l'abri du pire.

     

    ***

     

                 Nous avons incriminé l'Etat, reste alors ses relais ; le premier de ses relais : les médias et le mensonge par omission.

                 Face à ces témoignages qui nous sont proposés depuis deux jours comme autant d’aveux d’ignorance, il nous faudra encore une fois mettre en cause tous ces journalistes payés pour ne jamais expliquer pour(-)quoi 129 personnes sont mortes et 300 sont blessées ; bilan encore provisoire. Des petites mains du journaliste à 1800 euros par mois, costume bon marché, micro d’une main, parapluie de l’autre, les jours de pluie, des journaux de 20H, pour mieux nous expliquer qu’ils ne savent rien - car ce qu’ils savent, ils font bien de le garder pour eux s’ils souhaitent garder ce qui n'est plus qu'un « job » -, aux journalistes-vedettes et stars à raison de dizaines de milliers d’euros par mois… tous contribuent, jour après jour, à entretenir cette colère à venir, cette colère de l’ignorance qui protègera l’Etat et ses politiques de toute remise en cause les jours de grandes catastrophes : jours de colère justement ! Ce qui nous promet dans les années à venir des milliers de vies détruites, sidérées qui ne trouveront aucune raison de recommencer à espérer car leur colère à tous, celle entretenue par l’Etat et les médias, ne les sauvera pas.

     

     

     

     

    1 - A propos de tous ces micros-trottoirs, ceux du lendemain Samedi 14 novembre en particulier, déjà plus sereins, on notera le fait que les interviewés semblent avoir un mal fou à parler de ce qu'ils ressentent et de ce qu'ils croient avoir compris avec leurs propres mots  ; en effet, on ne peut pas ne pas remarquer l'usage d'expressions et de formules toutes faites venues tout droit des journalistes des médias dominants ainsi que de la classe politique : "Avec ces attentats, Daech tente de provoquer une guerre civile en France" ; ou bien encore : "C'est à notre mode de vie, à notre civilisation auxquels Daech s'attaque !" etc...

    A ce sujet, notons que, comme un fait exprès, dans les médias et dans la classe politique, seuls ceux qui valident la politique de l'Etat PS souscrivent à cette interprétation des attentats.

    Alors que l'on pourrait tout aussi bien dire que les attentats de Daech n'ont qu'un but : faire plier l'Etat PS à propos de sa politique étrangère : que l'Etat PS  renonce à s'aligner sur l'Otan et les USA (Arabie Saoudite et Israël accessoirement)  ; en effet, cela n'aura échappé à personne le fait que jamais l'Etat français n'a été aussi proche de l'Otan, des USA, d'Israël et de l'Arabie Saoudite, cette alliée de revers contre l'Irak, l'Iran et la Syrie.

     

    2 - Car enfin, depuis quand est-ce dans l'intérêt de la France de jouer Israël contre les Palestiniens, l'Ukraine contre la Russie, les USA contre Poutine, l'Arabie Saoudite contre l'Iran, Boko Haram contre Khadafi, Daech né de la destruction de l'Irak, financé par l'Arabie Saoudite contre Bachar al-Assad...

    Il y a bien quelque chose de  pourri au royaume de la diplomatie française ! Nul doute !

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Ceux par qui le scandale d'attentats meurtriers est arrivé

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Le triomphe de Dominique de Villepin sur Internet

     

     

                   1ère publication en novembre 2015

     

     

    DI

     

                         Mise en ligne par les soins de votre serviteur, cette vidéo de l' intervention de Dominique de Villepin à propos de la politique étrangère du quai d'Orsay sous la "présidence" de François Hollande chez Taddéï en Septembre 2014, a fait près de 2 millions de vues en moins de deux semaines.

    C'est bel et bien "la doctrine Villepin" qui triomphe.

    Aussi, encore un peu de patience ! Après cet autre intervention de Michel Houellebecq dans un quotidien italien à propos des attentats du 13 novembre 2015, l'analyse qui place Hollande, Fabius et Valls en tête des responsabilités de ces attentats,  ne manquera pas de se répandre comme une traînée de poudre politique. Car enfin, depuis quand est-ce dans l'intérêt de la France de jouer Israël contre les Palestiniens, l'Ukraine contre la Russie, les USA contre Poutine, l'Arabie Saoudite contre l'Iran, Boko Haram contre Khadafi, Daech né de la destruction de l'Irak, financé par l'Arabie Saoudite contre Bachar al-Assad...

    Et bien, depuis que nous avons remis les clefs du quai d'Orsay aux USA, à l'Arabie  Saoudite et à Israël : alliance contre-nature, alliance anti-européenne ; alliance en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre force car notre vocation c'est la paix et la diplomatie car nous n'avons aucunement besoin d'ennemis pour exister et nous imposer.

                     Aussi, il y a bien quelque chose de pourri au royaume de la diplomatie française ! Nul doute !


                    Pour notre malheur, l'Elysée, Matignon et le quai d'Orsay sont occupés par des hommes incapables de penser un monde affranchi des exigences chaotiques d'une Pax Americana décadente et la nécessité aujourd'hui de nous en éloigner pour retrouver au plus vite notre indépendance et notre tradition diplomatique de recherche d'équilibre.

               Quant à Daesh, si c'est un problème, il ne peut s'agir que d'un problème  américain et saoudien : que ceux qui ont allumé le feu l'éteignent.

    Pour ce qui est des 700 Français partis faire le djihad - soit 0.000001 des "musulmans" français - pour peu qu'on puisse les identifier, et eux, se reconnaître comme tels -... ils seraient partis quand même...

    D'autant plus que tous les gens honnêtes, libres et informés ont compris à propos des attentats du 13 novembre ceci : ce qui est en cause, ce n'est pas le Djihad et Daech mais notre politique étrangère. De plus, Daesh n'a pas particulièrement besoin de s'en prendre à la France ; la France n'est qu'une cible à partir du moment où un Président inconséquent et un premier ministre "retardé congénital" - dixit Houellebecq... décident de participer à la "guéguerre" contre Daech, à la hauteur de cinq avions Rafales.

    Ces avions nous ont coûté jusqu'à présent : 130 morts civils et 300 blessés en deux heures, un vendredi soir, à Paris, le 13 novembre 2015.

     

                       François Hollande, Manuel Valls et Laurent Fabius....

                       Il est temps de "sortir" ces trois hommes de la politique (et leur parti qu'est le PS, par la même occasion), afin que, dans un proche avenir,  ils ne puissent plus occuper un poste à caractère "politique" quel qu'il soit. Les élections à venir, des Européennes aux législatives de 2017, devraient nous permettre d'atteindre ce but, en attendant, nous l'espérons tous, leur jugement.

                    Reste à trouver une juridiction appropriée.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Pourquoi je meurs ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Une pensée pour tous ces intellectuels et auteurs syriens réfugiés qui découvrent la dictature de Bachar el-Assad à leur arrivée à Paris

    samar yazbek, destruction de la syrie, usa, israël, destruction du moyen-orient,bachar al-assad,syrie,réfugiés syriens,politique, géopolitique,

                       Dans un livre qui a pour titre "Les portes du néant", la romancière syrienne Samar Yazbek, installée à Paris raconte le quotidien de ceux qui luttent à la fois contre Assad et Daech : ICI

     

    __________________

     

     

                   « Maintenant laissons faire. Génie du Mal ! Te voilà lancé, suis le cours qu’il te plaira » - Jules César de W. Shakespeare.

     

                   On ne compte plus les intellectuels, universitaires et auteurs syriens qui ont trouvé refuge en Occident, à Paris en particulier. Invités dans toutes les émissions dites « culturelles », ils sont ! - émissions littéraires et autres, télés, radios, journaux quotidiens et hebdomadaires, magazines...

    Tenez ! Récemment encore sur France Culture qui a pour invitée une universitaire syrienne nommée Nisrine Al Zahre : ICI

                   A les écouter tous ces intellectuels syriens, patiemment, dans leurs témoignages à tous, là où aucun d’entre eux n’oublie jamais de nous parler de la dictature sanguinaire et cruelle de Bachar el-Assad père et fils...

                            ... un Bachar el-Assad qui, soit dit en passant, n’a eu qu’un seul tort aux yeux des Occidentaux : privilégier le projet d’un acheminement du pétrole iranien avec le soutien de la Russie, au détriment de celui des Monarchies du golfe...

    A les écouter tous ces auteurs, une fois à l’abri, leur exil accompli et achevé à Paris, loin de leurs compatriotes auxquels rien ne sera épargné...à tendre l’oreille donc auprès de tous ces quadras, quinquas et sexagénaires, hommes et femmes confondus, fraîchement débarqués à Roissy, la question suivante nous vient à l’esprit : comment tous ces intellectuels ont-ils fait pour vivre, étudier, enseigner, prospérer durant toutes ces années, dans une Syrie dirigée par el-Assad père et fils, deux bouchers dont il n’y aurait rien à sauver, y coulant des jours plus ou moins paisibles d’intellectuels syriens ? Comment ont-ils fait alors ?

                             ... voyez plutôt ! Parmi ces intellos syriens, d'aucuns n’hésitent pas à nous encourager, nous l’Occident, à juger Bachar el-Assad pour « crime de guerre » sans doute dans leur désir de conforter nos médias et notre classe politique et leur parti pris anti-Assad, à titre de remerciements envers notre belle terre d'asile, la France, et puis aussi selon le principe qui veut que l’on ne mord pas la main qui vous accueille et vous nourrira… trop heureux qu'ils sont tous ces Syriens d’avoir échappé au pire.

                   Autre question : tous ces intellos ont-ils fait partie de ceux qui ont occupé les rues des villes de Syrie en 2011 pour appeler Bachar el-Assad à des réformes démocratiques et à la fin de la corruption car c’est bien connu : avec el-Assad, père et fils, il suffit de demander pour obtenir ce qu’on désire, y compris la liberté ?

                            ... Insurrection qui fera près de quarante morts parmi les forces de l’ordre du régime dès les premiers jours.

    Dites ! On aurait souhaité une répression sans merci dont le régime est coutumier  que l’on ne s’y serait pas pris autrement. Sans doute la CIA peut-elle nous éclairer à ce sujet… ICI

                  Ou bien alors, tous ces intellectuels coulaient-ils des jours paisibles dans leurs universités respectives, peinards dans leur vie d'universitaires tranquilles, dictature syrienne ou pas,  en attendant la fin de la répression ? Car après tout, ici même, en Occident, on trouvera sans difficulté des milliers d’universitaires qui n’ont jamais contesté au cours de leur carrière quelque gouvernement ou présidence que ce soit... alors vous pensez bien… en Syrie !

     

                            On notera au passage, à propos de toutes ces questions légitimes ceci : ceux qui invitent nos intellectuels et auteurs syriens à s’exprimer, ceux qui les interviewent, comme un fait exprès ou comme par malchance, jamais ils ne semblent être capables de trouver le bon moment pour formuler toutes ces questions et toutes ces remarques pourtant frappées au coin du bon sens, auprès de leurs invités syriens...

                  Mais alors, tous ces intellectuels et auteurs syriens réfugiés auraient-ils découvert la dictature de Bachar el-Assad à leur arrivée à Paris ?

    Vraiment, c'est à se demander !

     

    ***

               

                    Dans ce contexte, une autre question vient maintenant à l'esprit ; une question dérangeante pour tout le monde : qu’est-ce qu’un Syrien aujourd’hui, intellectuel ou pas ? Et puis aussi : qu’est-ce qu’un Arabe, un Musulman (ou un Alaouite) dans cette partie du monde ? Qui est-il ? Ou bien plutôt... qu’en avons-nous fait si le seul refuge que cet Arabe, ce Musulman, puisse encore trouver pour sauver sa peau ou chercher un peu de sécurité et quelque réconfort matériel... si ce refuge, unique refuge, se trouve chez ceux qui ont détruit précisément son pays, avec minutie et une détermination sans faille ; son pays et d’autres encore, dans toute une région ?       

    Oui !  Qui sont-ils tous s’ils ne peuvent trouver refuge qu’auprès de ceux qui ont ruiné leurs moyens d’existence ?              

                                Imaginez-vous... disons des Polonais cherchant refuge en Allemagne en 1940 ? Peut-on alors parler de progrès lorsque la victime qui a survécu, peut toutefois envisager de se réfugier "en toute sécurité" chez celui qui est responsable de son malheur ? Sans doute est-ce ce qui nous distingue des Nazis : le fait que les victimes puissent trouver un peu de réconfort chez leurs bourreaux occidentaux.

                                L'humiliation serait donc totale pour les survivants ?

     

                   Si la guerre en Syrie nous est d’un enseignement quelconque c’est de nous avoir une fois de plus confirmé ceci : la lâcheté incommensurable des intellectuels en général et des intellectuels syriens en particulier qui, réfugiés en Europe, se gardent bien de dénoncer cet Occident pompier-pyromane d’un cynisme d’une cruauté sans nom ; un cynisme aux millions de morts arabes, musulmans et autres, depuis les années 90 !

    Sous le prisme de nos catégories occidentales, marxistes de préférence, ces intellectuels syriens nous invitent une fois de plus à faire le constat suivant :  la lâcheté de la bourgeoisie là-bas comme ici, est sans limite ; une bourgeoisie prête à toutes les humiliations, à toutes les compromissions, jusqu'à coucher avec ses bourreaux, pour survivre en tant que classe à la fois dominante et...  soumise finalement à la loi du plus fort, et ce sans état d'âme. Et si le meilleur trait de la bravoure est la discrétion (Falstaff – W. Shakespeare), sans doute doit-on en conclure que le meilleur trait du courage pour un intellectuel c'est un exil bavard et flagorneur d’une lâcheté sans nom.

                  Aussi, saluons ici bien plutôt les vrais héros : ceux qui ont pour seul ami, leur courage, et non la main qui a tué les uns, moins chanceux, et la main qui accueille maintenant les autres, ceux qui ont survécu au meurtre de masse qu'est la politique occidentale dans cette région du monde...

                  Une main, une seule, une seule et même main.

     

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Des nouvelles de la Syrie

     


    Terrorisme en Syrie : l’enjeu pétrolier

     

     

    Lien permanent Catégories : A l'international 0 commentaire
  • Un premier et dernier « Allahou akbar ! » avant le grand saut dans l’inconnu

    9852817-15934694.jpg?v=1468594937

                   ‘’... daech, al Qaida, Boko Haram, Al Shabab ou les talibans, sont tous des exemples d'une nouvelle dynamique post-étatique, qui sera la face apparente des conflits internationaux.  Mais leur signification réelle est beaucoup plus fondamentale.’’

     

                   Paul Rogers est l'auteur d'un rapport paru ce mois-ci ; haut expert sécuritaire britannique, dans ce rapport inédit (ICI), Rogers lance une alerte : "Le terrorisme n’est pas ce que l’on croit. Le vrai problème du monde ne sera en rien un prétendu choc des civilisations, mais un risque de plus en plus pressant, de révolte des marginaux. Le mondialisme économique engendre de la marginalisation de masse, de la perte d'identité, de l'humiliation, du ressentiment et de l'amertume. Ces souffrances sont le vrai cocktail explosif’’.

                   Cela n'aura échappé à personne... ces mêmes marginaux susceptibles d'enfiler n'importe quel dossard ou de brandir n'importe quel drapeau pour frapper la société... le profil de ceux qui ont ensanglanté Toulouse, Paris, Bruxelles et Nice correspond tout à fait à cette description.


                     Merah, frères Kouachi, Coulibaly, Abdeslam, Mohamed Lahouaiej Bouhlel et d’autres encore…


    Délinquance, rupture, sans solution pour eux-mêmes et la société non plus
    , d'une courte vie sans objet, les voilà soudain qu’ils se souviennent qu’ils auraient pu être musulmans - Musulmans qu’ils ne seront jamais ! Et c’est dans un premier et dernier « Allahou akbar ! » qu’ils décident d'en finir et de faire le grand saut dans l’inconnu, eux et de pauvres bougres qui n’avaient rien demandé... n’importe lequel d’entre nous en l’occurrence ; sans doute trouvent-ils là une sortie "plus honorable" et plus glorieuse qu’une condamnation à 20 ans de réclusion criminelle lors de leur prochain jugement, tout multi-récidivistes qu'ils sont.


                   Segmentation, ciblage, positionnement... c'est comme le profilage, c'est une science. Mais alors, finiront-ils tous par nous faire regretter les activistes d’Action directe des années 70 ? Cela avait quand même une tout autre allure ! Etait-ce parce qu’ils avaient lu Marx, Hegel, Lénine et Althusser ?

                   C'est sûr : on ne devrait jamais quitter la lecture, cette écriture de l'autre.

           

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Attentats et terrorisme

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie... 0 commentaire
  • Michel Onfray se dégonfle : il quitte les médias

                  

                  C'est quand on est attaqué qu'il faut faire face, se défendre et contre-attaquer ! Et non, battre en retraite !

    ______________

     

     

    actualité,politique,société,terrorisme,daesn,daech,attentats,bataclan,islam,michel onfray,tweet de michel onfray,houellebecq sur les attentats du 13 novembre à paris,ps,valls,hollande,fabius,michel onfray quitte les médias

                    Michel Onfray annonce son retrait du paysage médiatique

                                      ainsi que...

    "Penser l’islam" son dernier ouvrage chez Grasset, ne sortira pas en librairie comme prévu le 27 janvier 2016. Son auteur, en a décidé ainsi, faisant valoir qu’« aucun débat serein n’est plus possible en France au sujet de l’islam dans le contexte actuel ». Cette décision, l’essayiste l’accompagne d’un autre geste, la fermeture de son compte Twitter, et d’un engagement : celui d’une diète médiatique. Son apparition dans l'émission de Thierry Ardisson, samedi 28 novembre sur Canal+, a été la dernière.

                 Cette volte-face illustre si besoin était, toute l’ambiguïté d’un Michel Onfray assis le cul entre deux chaises : la chaise « L’islam porte en lui l’intolérance, la conquête et la guerre » et l'autre chaise : « L’Occident est responsable : c’est lui qui n’a de cesse depuis trente ans de bombarder les Etats musulmans et de les détruire ».


    A vouloir ménager la chèvre et le chou, on finit au piquet avec un bonnet d’âne, les deux pieds dans le caca, à la merci des loups car Michel Onfray n’a jamais voulu choisir ; les médias et la classe politique, notamment ceux de la fausse gauche, atlantistes et sionistes, ont donc choisi pour lui : d’eux, il ne connaîtra aucun répit aussi longtemps qu’il restera sous les feux de la rampe médiatique, à faire le grand écart. D’où son retrait.

    Et à ce sujet, difficile de faire un autre constat que celui-ci : le fils d’ouvrier, quand il réussit, sera toujours tenté, même après quelques années de défiance et d'indépendance, de rallier in fine un ordre social et à une organisation de l’existence auxquels il croit devoir son « repêchage » ; et c’est bien ce à quoi Onfray avait fini par se résoudre avant les attentats du 13 novembre.


    D’aucuns ajouteront : "Après tout, si ce sont les bourgeois qui font les révolutions, c’est bien parce qu’il n’y a personne d’autres pour les penser, les organiser et les mettre en œuvre à leur place, toutes ces révolutions !"


                 En un tweet, Onfray a cru pouvoir reprendre sa liberté, oublieux du fait qu’il était enchaîné à des médias qui n’aiment pas qu’on tente de leur glisser une quenelle, surtout par surprise, même une petite ; faut dire qu'ils ont l’arrière-train sensible. En effet, Michel Onfray fut le premier à twitter le 13 novembre au soir, peu de temps après les tueries de Paris : « Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l'islam politique récoltent nationalement la guerre de l'islam politique. »

    Les médias et la classe politique ne lui pardonneront pas ce tweet qui a dit la vérité : Onfray a raison, et tous les autres avec lui dont Houellebecq qui, dans un quotidien italien à propos des attentats du 13 novembre 2015, place Hollande, Fabius et Valls en tête des responsables, responsables et coupables. Car enfin, depuis quand est-ce dans l'intérêt de la France de jouer Israël contre les Palestiniens, l'Ukraine contre la Russie, les USA contre Poutine, l'Arabie Saoudite contre l'Iran, Boko Haram contre Khadafi, Daech né de la destruction de l'Irak, financé par l'Arabie Saoudite contre Bachar al-Assad...

    Et bien, depuis que nous avons remis les clefs du quai d'Orsay aux USA, à l'Arabie Saoudite et à Israël : alliance contre-nature, alliance anti-européenne ; alliance en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre force car notre vocation c'est la paix et la diplomatie ; nous n'avons aucunement besoin d'ennemis pour exister et nous imposer.

                 Apeuré, incapable de tenir tête Michel Onfray quitte un Paris qui a eu raison de son courage ; il quitte les médias de la Capitale et regagne sa province sans doute pour se cacher et soigner ses blessures.
     
    Orgueil et culpabilité ?

    Onfray n’a pas tenu la distance ; et si les chiens ne font pas des chats, de même est-il préférable d’être né du côté du manche plutôt que du côté de la lame quand on souhaite dire la vérité.  De plus, n’est pas Dieudonné qui veut ; Dieudonné, le métis qui porte en lui la révolte de l’esclave et l’assurance du maître. Onfray rentrera dans sa "case" dès les premiers aboiements et silhouettes armées.

                 Le retrait de Michel Onfray confirme une personnalité fébrile d’autant plus que l’on savait Michel Onfray un peu mou des genoux, fuyant la controverse sur Internet et le débat avec les internautes pour chercher un abri auprès des médias qui ont fait de lui l'essayiste préféré des Français de ces vingt dernières années - et non "le philosophe préféré" comme on s'évertue à le nommer : Onfray est un historien des idées, ce qui ne fait pas de lui un philosophe, tout au plus un intellectuel quand il lui arrive d'interroger et de traiter "les causes" ; trop rarement le plus souvent puisque son immersion dans l’actualité est plutôt récente.

                  D’aucuns vous avoueront en privé qu'ils avaient de plus en plus de mal avec Onfray depuis son : "Les services secrets doivent s'occuper de Dieudonné !" C'était à l'occasion des élections européennes, alors que Dieudonné se présentait sur une liste anti-sioniste. Ce jour-là, Onfray s’est révélé être un libertaire et un gauchiste d'un nouveau type : de type petit flic, adepte de l'assassinat politique d'Etat. Sans doute avait-il besoin de donner des gages de bonne conduite à ceux qui font la pluie et le beau temps dans les médias, après ses récentes prises de positions sur le sort injuste et cruel qui est fait aux Palestiniens...

                  Le retrait de Michel Onfray de la controverse à propos de son tweet ressemble fort à de la panique : pas de nerfs Onfray, aucun sang froid ! Si ça barde un jour, faudra pas compter sur lui ! On est prévenus. Faudra pas dire qu’on ne savait pas !

    Reste à espérer que de cette nouvelle cabale lancée par le gouvernement Valls, le Nouvelobs et Libé - après quelques autres  comme lors de la publication de son ouvrage sur Freud ainsi qu'à propos de son soutien à Jean Soler et son ouvrage « Qui est dieu ?» -, qu'Onfray en sortira plus avisé, un peu plus mûr, un peu plus profond aussi, plus large, avec plus de hauteur.
     
    Véritable révolution géométrique pour Onfray : celle des volumes et des espaces !

    Que Michel Onfray goûte un peu à la calomnie, à la mauvaise foi des uns et des autres, aux procès d'intention aux intentions délibérées de lui nuire ! Qu'il tâte un peu de la condition du bouc-émissaire ne peut que lui être profitable car, reste à espérer que Michel Onfray accueillera cette épreuve avec l'espoir d'en sortir plus fort et plus courageux intellectuellement.


    ______________

     
    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Daech : naissance, développement et maturité par Denis Bauchard de l'IFRI

     

              Daech n’est pas né et ne s’est pas développé par hasard.

              Denis Bauchard, conseiller spécial pour le Moyen-Orient à l'IFRI (Institut français des relations internationale) nous le rappelle.Et si des journalistes ventriloques sont nombreux à pointer vers Bachar Al-Assad quant à la responsabilité de la création de Daech ou « Etat islamique - EI», la question de ses origines - de son financement aussi car, qui achète du pétrole à Daech aujourd'hui ? - est beaucoup plus complexe : les origines de l’EI remonte à 2003 ; devinez où ? En Irak.

    Comme c'est loin déjà, n'est-ce pas ? Excepté pour la population de cette région qui n'en aura jamais fini avec cette ratonnade américaine de 2003 semble-t-il.

    A ce sujet, on peut s'interroger : à quand un tribunal pour juger tous ceux qui ont soutenu et participé à la destruction de l'Afghanistan, de l'Irak, de la Libye et plus récemment de la Syrie ?

     

                    Denis Bauchard nommera un homme, un seul : Paul Bremer, proconsul américain ; il est celui qui favorisera l'émergence de Daech, puis son développement ; en effet, il est celui qui réunira les conditions nécessaires à sa création et à sa progression.               

                 Dans une analyse qui en dérangera plus d'un, en premier ceux qui ont la vérité des faits en horreur, tellement elle contredit leurs certitudes et expose au grand jour leur mauvaise foi à la racine de laquelle on trouvera une stratégie qui a pour seul objet le mensonge dans la manipulation (on épargnera les imbéciles et les téléspectateurs des journaux de 20H), Denis Bauchard  dresse en une trentaine de pages, le tableau d'un théâtre d'opérations dans lequel le bien et le mal se situent en dehors de toute considération morale et de responsabilité ; en effet, le bien sera du côté de celui qui triomphera, et le mal du côté du vaincu.

    Nul doute que dans les années à venir, loin d'un institut comme l'IFRI, ce sera à nouveau le vainqueur qui nous contera cette histoire qui prendra alors toutes les allures d’un conte ; un de plus.

    Et gare à ceux qui refuseront de s’y conformer, c'est sûr !

     

                Cliquez : Le Moyen-Orient face à Daech : défi et ripostes par Denis Bauchard - IFRI 2014

     

     

                        Daech, une enquête de Benoît Collombat & Jacques Monin - 20 novembre 2015

     

                  Si l'enquête de ces deux journalistes a le mérite d'expliquer la géopolitique et les enjeux économiques qui ont guidé la création et le développement de Daech - informations, soit dit en passant, que l'on peut trouver sur Internet depuis des années ! Faut croire alors que les auditeurs de France Inter ne sont pas pressés et sa rédaction non plus -,  à la question  "Comment la diplomatie française a t-elle pu se tromper dans ses analyses", ces mêmes journalistes se gardent bien de pointer le fait suivant : la diplomatie française ne s'est pas trompée ; il se trouve simplement que le quai d'Orsay est entre les mains d'un Etat PS totalement voué aux intérêts israéliens là-bas et ici sur notre sol, et par voie de conséquence, cet Etat PS est très proches des intérêts américains lorsque ces derniers rejoignent ceux d'Israël, ce qui est souvent le cas mais pas toujours... comme on a pu le voir à propos de l'Iran : la position de la France était celle d'Israël et non celle des USA.

    A la tête de l'Etat et de la diplomatie française (Elysée, Matignon et Quai d'Orsay), siège bel et bien un PS atlantiste et sioniste, et ce en violation totale de notre tradition diplomatique d'indépendance et d'équilibre entre des idéologies et des intérêts antagonistes.

    Au cours de ce reportage, comme un fait exprès, si le nom de Fabius est prononcé, à aucun moment Israël n'est mentionné.

     

                         Allez, France Inter ! Encore un effort ! T'y es presque !

     

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Comme des champignons après la pluie 

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Appel au boycott de l’hommage national rendu aux victimes des attentats du 13 novembre 2015

     

    986784966_B977156184Z.1_20151125111820_000_GM95M21SR.1-0.jpg

     

              Emma Prévost, la sœur de François-Xavier Prévost, tué au Bataclan le 13 novembre 2015 au soir, appelle au boycott de l’hommage national qui sera rendu par l'Etat français le 27 novembre 2015.

              Les raisons de cet appel ? Les motifs ?

              Emma Prévost s'en explique ICI

     

    actualité,société,politique,ps,hollande,daech,isis,état islamique,terrorisme,israël,usa,turquie,arabie saoudite,emma prévost,françois-xavier prévost,bataclan,boycott de l'hommage national

              Quant à  nous.... qui refusons que l'Etat soit à la tête de l'hommage national rendu le 27 novembre... nos motifs sont les suivants :

                           Dix années d'allégeance à une politique moyen-orientale dont il n'y avait déjà plus rien à sauver depuis 20 ans ; politique scélérate qui a fait la preuve de son échec.


                          Compromissions honteuses et mercantiles pour quelques rafales et frégates vendus à l'Arabie Saoudite, au Qatar et à l'Egypte...

                          Une soumission totale aux USA et à une politique de destruction de l'Afghanistan, destruction de l'Irak qui a donné naissance à Daech, destruction de la Libye qui a vu Boko Haram s'implanter au Mali, destruction de la Syrie, déstabilisation de l'Ukraine...

                          Dix années de soumission à l'Otan dans la conduite d'une politique étrangère totalement soumise à l'axe américano-israélo-saoudien responsable de près de trois millions de morts musulmans...

                               Dix années d'une politique menée en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force ; une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif excessive de domination...

                          Dix années d'un ralliement au plus criminel...

                          Dix années passées à envoyer tous les mauvais signaux possibles à une région du monde que l'on a volontairement plongée dans le chaos...

     

                           Et ce sont des millions de nos concitoyens qui se trouvent aujourd'hui livrés à une mort révoltante au nom d'une realpolitik abjecte et lâche et qui en rien ne nous ressemble... nous et notre pays : la France !

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : de quoi Daech est-il le nom ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Il faut soutenir Michel Onfray

     

                 Après Houellebecq (ICI) et quelques autres parmi l'establishment, trop peu nombreux, et alors que partout ailleurs l'opposition fait rage, Michel Onfray se joint à ceux qui refusent cette guerre contre le terrorisme déclarée par un gouvernement et une Présidence aux abois. Un (P)président qui court après son fonction depuis son élection, une fonction dont les habits se sont très vite avérés trop grands, bien trop grands pour lui,  et un premier ministre dont l'assurance, voire l'arrogance, a tous les attributs d'une bêtise crasse qui représente aujourd'hui un véritable danger pour la démocratie, la paix et la concorde intérieures, et ce... sur tous les fronts : social, politique et culturel.

    Sermonneur comme il n'est pas permis, on peut légitimement douter des capacités de jugement, de discernement et de sang froid dans les situations qui l'exigent, de ce premier ministre bouffi d'ambition, qui n'a manifestement aucune idée des conditions à réunir pour que la société française puisse retrouver un peu de sérénité sur une nouvelle base : l'inclusion de tous dans le processus de socialisation fraternelle et égalitaire.

    Les médias dominants ne sont pas les derniers à contribuer au lynchage de Michel Onfray ; en priorité la presse et les médias qui soutiennent l'Etat PS : Nouvelobs, Libé, BFMTV, Le Huffington Post et des "journalistes vedettes" chroniqueurs et  interviewers du public comme du privé.

                   Aussi pour toutes ces raisons, on ne peut que soutenir Michel Onfray et le faire savoir partout où c'est nécessaire.

    ______________

    Pour prolonger, cliquez : de quoi Daech est-il le nom ?

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • De quoi Daech est-il le nom et de qui est-il l'instrument ?

     

                 Daech, où, quand, comment, pourquoi et pour le compte de qui...

                 Toujours dans le cadre de la recherche d'une information  fiable,  complète, une information adulte, et par voie de conséquence, une information anxiogène, tout ce que le commun des mortels veut éviter à tout prix, le journal de 20h subvenant largement à ses besoins d'un monde manichéen... un peu comme dans un "Cachez cette info que je ne saurais entendre"...

    Mais là, ce n'est plus Tartuffe qui s'exprime mais bien plutôt un citoyen qui n'a mentalement plus les moyens de regarder en face tout ce qui, demain, sera la cause de son échec, de sa déchéance et de sa mort prématurée, trompé, manipulé, épuisé et ébahi...

    Car combien y a-t-il d'individus déterminés à mourir debout tout en faisant face à ceux qui les exécuteront... et les exécutent chaque jour, en silence, jour après jour ?

    Une poignée.

    Pour preuve de cette résignation et de cet abattement : la cote de popularité de François Hollande en hausse au lendemain des tueries du vendredi 13 novembre 2015 à Paris.

     

     

     ________________

     

     

                "Un Etat-nation : c'est un Etat respecté à l'extérieur, en paix à l'intérieur." -  R. Aron

     

     

                Daech pose de nombreuses questions. Difficile d'y répondre car, pour nombre d'analystes indépendants, Daech ne fait pas sens. Un vrai puzzle Daech, dont l'équipement et l'armement sont colossaux !

    Cinquante des plus hauts dirigeants de l'Etat islamique (Daech ou ISIS en anglais) sont essentiellement des généraux de l'armée de Saddam Hussein, le plus souvent laïcs.

    Chercher à comprendre Daech ou toute autre armée de mercenaires opérant au Moyen-Orient et en Afrique, c'est aussi et surtout, relever le fait que cette armée n'est jamais attaquée frontalement et que l'Occident n'est manifestement pas pressé d'en venir à bout. 

    On mentionne quelques bombardements ici et là, alors que 70% des sorties des avions américains le sont à des fins de renseignements. Quand une aviation lâche 20 bombes ( 2 par avions) on parle déjà de bombardement massif.

    Il est vrai que Daech semble rendre service à tout le monde : les Turcs (contre les Kurdes), Israël (avec la destruction de la Syrie), l'Arabie Saoudite (élimination du dernier état laïc de la région) et les USA (selon le principe qui voudrait que ce qui est bon pour l'Arabie Saoudite et Israël est bon pour les USA)...

    L'argent coule à flot pour Daech et pas seulement grâce au pétrole. Mais au fait... l’Europe achète-t-elle le pétrole de Daech ?

    Voici la réponse : "Lors d’une réunion de la Commission des affaires étrangère du Parlement européen nous avons appris avec stupeur que l’UE se fournirait en pétrole auprès de l’État islamique. Jana Hybaskova, l’ambassadrice de l’Union européenne en Irak, a ainsi affirmé le 2 septembre au sujet du pétrole irakien de l’État islamique (EI) : ICI : Malheureusement, des États membres de l’UE achètent ce pétrole ».

     

     

                   L'histoire de Daech et le dessous des cartes : vidéo à 18.30 et puis à 1.05.05 ;  tentative d'association des Européens avec Israël contre le "monde barbare musulman" selon la terminologie de Netanyahu à 1.31.00.

    Trois noms reviennent régulièrement à propos d'un projet de redécoupage du Moyen-Orient qui permettrait à l'Arabie Saoudite et à Israël de contrôler une région qui s'étendrait de l'Egypte à l'Afghanistan, une fois la Russie hors-jeu ; trois noms donc, ceux de Bernard Lewis - le prof, (choc des civilisations) Samuel Huntington- l'élève ( re-choc des civilisations) et un nouveau venu compléter une bande à l'idéologie crapuleuse : Oded Yinon.

    ICI pour plus d'infos avec une carte à l'appui.

    Tous ont un plan - le même : la fragmentation confessionnelle du Moyen-Orient -, et tous sont et américains et israéliens.

                 Le Wall Street Journal, lui, qui n'a peur de rien, pas bégueule pour un sou, reconnaît qu’Israël soigne les djihadistes du front Al-Nosra blessés en Syrie dans un hôpital des territoires occupés avant de les renvoyer au front finir le travail commencé contre Bachar al-Assad : ICI sur i24.

    On se demandait aussi pourquoi tous ces mercenaires fichent une paix royale à Israël depuis 15 ans !

     

     

    NB : Daech ou Etat islamique en anglais est identifiable sous l'acronyme ISIS ( Islamic State of Iraq and Syria)

     

                      Si Daech et les forces anti-Bachar al-Assad dites "armées libres syriennes" entraînées par la CIA partagent les armements fournis par les USA, la Grande Bretagne et la France, dans sa tentative d'expliquer et de justifier l'imbroglio syrien, John McCain, ancien candidat à la présidence des Etats-Unis, aura beaucoup de mal à réfréner un éclat de rire (vidéo à 18.00) aussi indécent que révélateur...

                      Car, n'ayons aucun doute : c'est pour cet éclat de rire-là, que nous sommes tous morts un certain vendredi 13 novembre 2015 à Paris. Oui, nous tous ! Puisque chacun d'entre nous est une cible : n'importe où, n'importe quand.

                     Aussi, ayons une pensée pour ceux qui ont survécu tout en mourant. Condoléances à nos familles.

     

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Daech : naissance et développement

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Michel Houellebecq : quand Houellebecq a enfin tout compris

    houellebecq, attentats paris le 13 novembre 2015,syrie

                 Dans une lettre ouverte au quotidien italien « Corriere della sera », Michel Houellebecq s’en prend très violemment aux gouvernements successifs de la France et charge très lourdement François Hollande et Manuel Valls dans la presse italienne à propos des attentats du 13 novembre.
     
                      Dans une lettre ouverte publiée dans le quotidien le Corriere della Sera, Houellebecq fustige François Hollande et Manuel Valls :
    La situation malheureuse dans laquelle nous nous trouvons est due à nos responsables politiques ; et ces responsabilités politiques devront être tôt au tard analysées. Il est très peu probable que l’insignifiant opportuniste qui occupe le poste de chef de l’Etat ou les actes dignes d’un retardé congénital du Premier ministre, sortent avec les honneurs de cet épisode.”
     
                    L’auteur s’en prend ensuite aux mesures prises par les pouvoirs politiques : “Qui a annoncé des coupes au sein des effectifs de police, les a réduit à l’exaspération, incapable de mener à bien leurs fonctions ? Qui a expliqué pendant des années que nos anciennes frontières n’avaient plus de sens, qu’elles étaient un symbole nauséabond du nationalisme d’avant ?”Il rappelle les “opérations absurdes et coûteuses” de l’armée française, “dont le principal résultat a été de plonger des pays comme l’Irak et la Libye dans le chaos.”
     
    Il rend au passage hommage à Dominique de Villepin : “J’oublie que nous ne sommes pas allés en Irak. Mais il s’en est fallu de peu.”
     
    Michel Houellebecq conclut sa tribune de façon très pessimiste : “Les gouvernements qui se sont succédé ces dix dernières années ont failli pitoyablement, lourdement et systématiquement dans leur mission fondamentale, qui était de protéger la population française. Le discrédit qui frappe aujourd’hui l’ensemble de la classe politique française est répandu et légitime.”
     
    L’intégralité de sa tribune (en italien) sur le site du Corriere della Sera.
    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu