Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

elie wiesel

  • Elie Wiesel : le soupçon

                

    330px-Elie_Wiesel_2012_Shankbone.JPG

                  

                    D'origine roumaine, rescapé du génocide juif, Grand-croix de la Légion d'honneur et commandeur de l'ordre de l'Empire britannique, médaille d'or du Congrès américain, docteur honoris causa par plus de cent universités prestigieuses, prix Nobel de la paix en 1986, auteur de La Nuit, ouvrage considéré comme "un canon de la littérature issue de la Shoah" (Annette Wieviorka) Elie Wiesel est décédé le 2 juillet 2016 à l'âge de 87 ans.

     

                   Or, Elie Wiesel dont on a pu dire de lui qu’il était « la conscience du monde » est loin de faire l'unanimité ; le personnage fait polémique…

    Jugez plutôt :

                   Le politologue et historien américain Norman G. Finkelstein, fils de déportés, dénoncera très tôt dans un ouvrage maintenant célèbre, ce que d'aucuns ont appelé d'une formule moins élégante et moins euphémistique : la « shoah business ».

    En effet, dans son ouvrage L'Industrie de l'Holocauste, Norman G. Finkelstein reprochera à Elie Wiesel fervent défenseur de la politique d’Israël et des colons de Cisjordanie, prix Nobel pour la paix pour avoir sans doute soutenu en 2003 la guerre contre l’Irak (ou bien plutôt « la ratonnade irakienne »), l’exploitation géopolitique et financière ainsi que l’instrumentalisation de l'Holocauste nazi, dans le but de défendre la politique israélienne d’occupation de la Cisjordanie et de son annexion.

                    Isaac Asimov d'origine juive, considéré comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction et qui ne souhaitait manifestement pas être en reste du vivant de Wiesel, n'hésitera pas à adresser à ce dernier les reproches suivants : « C’était en mai 1977. Ce jour-là, Wiesel m’a agacé en prétendant qu’on ne pouvait pas faire confiance aux savants, aux techniciens, parce qu’ils avaient contribué à rendre possible l’Holocauste. Incapable de me contenir plus longtemps, je suis intervenu : Monsieur Wiesel, vous faites erreur ; ce n’est pas parce qu’un groupe humain a subi d’atroces persécutions qu’il est par essence bon et innocent

                  L'attaque la plus féroce viendra du documentariste Claude Lanzmann le 3 juillet 2016, dans le 6/9 de France Inter ; le réalisateur du documentaire « Shoah » qui n'est certes pas ce qu’on peut appeler un parangon de tolérance et de bonne foi - Lanzmann a la fâcheuse habitude d’occuper son temps à régler des comptes avec tous ceux qui peuvent le contester -, égo contre égo, égratignera sans vergogne le mythe Elie Wiesel.

     

     

                      Lanzmann poursuivra son intervention sur l'antenne de France Inter en révélant l'accueil négatif qu'il aurait reçu de Wiesel qui se considérait comme le gardien du martyre juif de la Seconde guerre mondiale, à l'annonce du tournage de son documentaire "Shoah", une commande de l'Etat israélien : «  L'idée que je réalise Shoah le rendait fou. Je crois que l'explication est simple. La Shoah était, pensait-il, son domaine à lui et moi, je n'étais pas survivant d'un camp  

    Claude Lanzmann clôturera son intervention en citant le prix Nobel de littérature et ancien déporté, Imre Kertész, aujourd'hui décédé, un homme du silence, de la discrétion et du recueillement littéraire, en contradiction avec nombre des protagonistes de la starification d'une Shoah élevée au rang de religion…

    Lanzmann se fera le porte-voix de cet auteur dans sa mise en doute de la véracité même du témoignage de Wiesel à propos d'Auschwitz dans son ouvrage “Être sans destin”: "Elie Wiesel a passé à Auschwitz en tout et pour tout trois ou quatre nuits et jours, le reste du temps il était à Buchenwald. Il n’était pas à Auschwitz.»

    C'est ce qu'on appelle mettre les deux pieds dans le plat..........................................

    Rideau.

    ***

     

                     Concert d'hommages intarissables à l'annonce du décès d'Elie Wiesel, couvert d'honneurs... si les temps qui nous sont donnés de vivre peuvent nous être d'un quelconque enseignement, tout cela ressemble fort à un écran géant d'une fumée dense qui se voudrait, tel un brouillard d'une épaisseur peu commune, intimidante et dissuasive quant à toute tentative de cerner la vérité d'un homme et la vérité sur un homme.

    Aussi, à la lumière de toutes ces controverses, et pour revenir à « Elie Wiesel la conscience du monde », devons-nous en conclure qu’il s’agirait d’une conscience intellectuellement faible, moralement versatile, qui plus est, une conscience marchande, idéologiquement orientée et peu scrupuleuse avec les faits historiques, ceux qui nous sont propres en particulier, et par ricochet, les faits bien réels ceux-là dont on usurperait et la paternité et la sanctification ?

    La question est ouverte ; elle n’est sans doute pas près d’être refermée car plus gros est le mensonge plus la vérité chavire, prend l'eau et sombre... jusqu'à toucher le fond, abyssale : vase et obscurité.

    _____________________

     

    Pour prolonger... deux nécrologies critiques : 

     

    - http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/face-a-elie-wiesel-claude-lanzmann-182590

    - https://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-fabuleuses-aventures-d-Elie-Wiesel-40246.html  

     

    Lien permanent Catégories : Histoire et révisionnisme, Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu