Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

encarté de achraf ben brahim

  • "Encarté" d'Achraf Ben Brahim

    politique,actualité,société, encarté de achraf ben brahim, élections,

     

              Intrigué par l’actualité politique, l’auteur, âgé de 21 ans, a milité durant une année dans dix partis politiques ; pas un de plus, pas un de moins.

    Son récit commence en 2012.

    Issu d’un milieu social et d’un département - la Seine saint Denis -, qui ne se préoccupe pas de politique - taux d’abstention record, clientélisme électoral, chômage, faits divers largement exposés par des médias qui se fichent bien de ternir l'image de ce département... en l’espace d’un mois, Achraf Ben Brahim sera adhérent des partis politiques suivants : PS, UMP, FN, Modem, EELV, Debout la République, Front de gauche – PC et Parti de gauche -, NPA et Lutte ouvrière.

    C’est un nouveau monde qu’il découvrira au cours de cette immersion ; un monde occupé par ceux qui aspirent à s’y faire un nom et une situation ; un monde en décalage qui n’a que faire de l’autre monde, le nôtre ; un monde qui changera profondément la vision de l’auteur à propos de l’action militante.

                Le FN sera sa première aventure ; un FN qui compte parmi ses rangs un conseiller régional qui est l’un des plus importants grossistes en viande halal du Nord-Pas-de-Calais.

    Belle entrée en matière côté contradiction, double-langage et « comment se payer la tête des électeurs ! »

    Achraf Ben Brahim comprendra très vite que le débat n’a pas sa place au FN. Pas de primaire, pas de courant, pas de motion : le bureau politique est tout car il décide de tout. Localement, une poignée d’oligarques loin de sa base sur un plan sociologique, se partage les mandats et les indemnités : « Le FN n'a rien à envier à qui que ce soit quand il s’agit de téter les mamelles nourricières de la République » ; et si le FN n’est pas un parti raciste la question est : pourquoi le racisme finit-il toujours pour s’y exprimer ? interrogera si justement l’auteur qui en profitera pour nous confirmer le biais pro-israélien du FN. Au moins, ce parti sait-il qui il faut craindre par-dessus tout ici en France : le parti sioniste qui ne connaît pas de frontières ni de parti pour être à l’aise dans tous. Et puis, les adeptes racistes de l’exclusion et de la ségrégation se reconnaissent au premier coup d’œil : en effet, il y a des programmes qui ne trompent personne, et en premier, ceux qui les partagent.

               Aucune révélation fracassante dans cet ouvrage ; rien que l’on ne sache déjà même si, à sa grande surprise, l’auteur réalisera très vite au cours de ses pérégrinations que les Français se moquent bien de ses origines de jeune arabe de banlieue ; leur seul souci, c’est de garder ou de trouver un emploi et chez les commerçants et artisans : d'éviter la faillite.

    Néanmoins, ce parcours de l'auteur Achraf Ben Brahim retiendra toute notre attention, de parti en parti, de réunion d’arrondissement en conférence, d’une distribution de tract au stand en carton-pâte posé sur un trottoir de Paris, en plein hiver, tenu par des militants du «parti » Solidarité&Progrès de Jacques Cheminade. Arrive alors une question redoutable adressée aux passants toute l'après-midi durant : « Que pensez-vous du Glass-Steagall Act. »

    Et là, l'auteur jeune militant se dit : « Trop, c’est trop !»

     

              Militants LO, NPA, FN, PS, ex-UMP... ils sont jeunes et engagés. La plupart sont exploités à des fins totalement futiles. Ils ne luttent en rien contre le système, n’influent en rien sur la finance, sur l’économie, sur la politique. Pour certains d’entre eux, leurs actions sont isolées et sans efficacité ; sur les réseaux sociaux, ils ne sont vus que par une poignée, souvent par leur propre troupe, et leurs réunions sont vides : LO, le songe communiste,  NPA et le Modem.

    D’aucuns sont dans l’admiration d’un leader ; d’autres dans la fascination ; nombreux sont ceux qui s’accrochent car tous espèrent car un bon nombre n’oublie surtout pas, à terme, de lorgner sur le calice, le Graal, la coupe des délices : un mandat de député, de sénateur, de maire… pourquoi pas, ministre car… ministre un jour, ministre toujours !

    Certains d'entre eux iront-ils jusqu'à voler la clé du tabernacle, en forcer la serrure ? Très certainement.

               L’expérience de l’auteur auprès des ex-UMP ou du PS a montré si besoin était, que ces partis ne représentent que les ambitions de carrière de ceux qui y font leur trou. Ballotté entre condescendance et mépris, l'auteur n'y trouvera jamais sa place. Faut dire que, dans les partis dits "de gouvernement", les fauteuils sont chers, très chers. Un communautarisme « social » y règne en maître ; l’origine ethnique, sociale ; quant aux diplômes : seules les « grandes écoles » ont droit de cité.

    Lutte ouvrière et NPA sont présents chez les étudiants, université de Nanterre principalement, dans quelques usines et administrations ; l’implication de ses militants impressionnera l’auteur ; disponibilité de chaque instant, militantisme hyperactif, mobilisation à toute épreuve. Les résultats ? Inversement proportionnels à leur engagement bien évidemment ! puisque aucun rapport de force digne de ce nom ne peut être établi.

    Le Modem est qualifié de « mouvement fantôme » ; de plus, il a la fâcheuse habitude de prendre des décisions avant de demander l'avis de ses quelques militants ; un Modem dont le patron Bayrou a fini « chasseur de poste et de mandat » auprès de Hollande en 2012 puis auprès de l’ex-UMP à la mairie de Pau qu’il remporta, se faisant à nouveau solliciteur et courtisan, cette fois-ci, auprès de Manuel Valls.

    L'infiltration de l'auteur auprès de la gauche parisienne comprenant le PS, EELV et le Front de gauche aura été responsable de sa désillusion la plus cruelle :

    EELV est finalement un parti opportuniste. Les militants du PS sont des masochistes patentés ; dans les sections de ce parti, la Novlangue est la langue la plus couramment parlée ; en effet, plus le PS est à droite plus il se dit à gauche ; les militants ne pipent pas mot ; une mort idéologique préside les débats.

    Quant au PC, toujours à courir derrière le PS pour survivre ! Le Parti de gauche, en deux ans, a perdu la quasi-totalité de ses militants et de ses électeurs. Mélenchon n'est plus qu'un tribun de réseaux sociaux et des médias... médias trop heureux de donner la parole à un "animateur politique" garant de la pluralité des débats face au FN dont ces mêmes médias ne savent plus comment ne pas nous le vendre car si les leaders de ce parti sont de "trop bons clients médiatiques", le CSA veille.

              Aux deux partis de gouvernement puis à ceux qui peuvent raisonnablement espérer une place en tant que force d'appoint (EELV, les Radicaux...), leur seul atout, leur carte maîtresse, c’est le désintérêt croissant pour la politique et l’abstention qui de 20% (taux quasi-incompressible et gérable dans le cadre d’une "démocratie" représentative) est passée à 30, puis à 50, voire plus dans certains scrutins : un score compris entre 15 et 35% des suffrages exprimés, soit 7 à 18% des inscrits, soit encore 6 à 15% d’une population en âge de voter, suffit à occuper un poste rémunéré par la République : conseiller général, conseiller municipal, maire, député, sénateur, président de région, de département, ministre, secrétaire d’état…

    Des maires sont donc élus ou ré-élus avec des scores dérisoires. Tous, du PC aux Républicains en passant par le parti de gauche, se partagent les postes en constituant des listes d’union parfois aussi inédites que surprenantes ; l’important étant de survivre coûte que coûte : tout sauf la relégation dans le salariat et l’entreprise, privée de surcroît ! Surtout pour les plus exposés d’entre eux ; ceux qui sont pauvrement diplômés ou qui ne possèdent pas un carnet d’adresses  bien rempli.

                Suite à cette expérience d’une année, arrive bientôt un premier constat de l'auteur : « La manière dont les partis sont gérés annonce la manière dont leurs dirigeants exerceront leur fonction une fois élus." Puis, très vite une conclusion à la fois surprenante et contradictoire : « Politisez-vous ! »

    Soit. C’est entendu. Mais… à quelle fin ? D’autant plus que l’auteur, quelques pages plus loin, nous confie ceci :

                « Au terme de cette année 2013-2014 pendant laquelle j’ai renoncé à tout pour mener à bien ce projet, je ne sais même pas quelle définition donner à ce mot qui reste désespérément vide de sens : la politique (…) Mais surtout, je m’en veux d’avoir ouvert les yeux sur une réalité contre laquelle je ne peux strictement rien faire car, de cette expérience militante, il n’y a qu’une chose que je regrette : celle d’avoir pris conscience de la société dans laquelle je vis (…) De mes illusions sur la sincérité, sur l’intégrité, sur l’espoir de vivre dans une France meilleure, il ne reste finalement plus grand-chose. »

             Certes, à trop voir, on s’éblouit. Aveugle on devient ? Nuit noire, point mort à partir duquel le désespoir prend le dessus ? Arrive alors un radicalisme que rien ne viendra tempérer puisque aucune parole ne fait autorité car, sur quoi repose l'autorité si ce n'est sur la confiance et la compétence ?

     

    _________________

     

              Brigades rouges, Action directe, bande à Baader, les années 70…

    A l’heure où des lanceurs d’alerte sont assignés à résidence, cloîtrés, sacrifiés, sans droit ni perspective d’avenir...

    A l’heure des débats théoriques sur les nouvelles formes de lutte et de résistance (refus et action), le plus souvent sans issus et dont le prix à payer pour un engagement aux résultats incertains en dissuadera plus d’un… 

    A l’heure où d’autres acteurs de gauche caressent le doux rêve d’une reconquête d’une opinion qui aujourd'hui plébiscite la déchéance de la nationalité, un Etat policier, une armée interventionniste à des milliers de kilomètres de chez nous...

    A l'heure où des programmes de télévision débilitants et un journal de 20H ne désemplissent pas...

    Et puis enfin : à l'heure où un François Hollande recueille plus de 50% de taux de satisfaction après avoir été au fond du trou trois années durant même si, pour en sortir, il semblerait que la politique étrangère de la France ait dû en faire descendre une bonne centaine dans ce même trou, en 45 minutes, à Paris, 130 précisément... tirés comme des lapins ou des pigeons, comme au ball-trap...

    L'islamisme de ceux qui n'ont jamais lu le Coran ni ne parlent l'Arabe et qui ont découvert, voilà six mois, qu'ils avaient une religion, serait-il le nouveau gauchisme des enfants perdus d’une République mondialisée à caractère fasciste ?

    Un seul mot d'ordre pour cette République : que ceux qui ne veulent pas se soumettre à une idéologie de l'asservissement et de l'abrutissement dans sa remise en cause des acquis tant sociaux que démocratiques, aillent se faire foutre ! Et morts aux vaincus ! Une République au service d'un projet qui a placé la dictature de la marchandise, corps et biens pour une optimisation de la ressource humaine sans précédent, au centre de ce qui devra être défendu mordicus même et surtout au prix de projets liberticides et criminels…

    Ce nouveau gauchisme qui répond aussi en partie aux slogans de mai 68, plus tard... slogans altermondialistes, précédemment... pensée situationniste - " A bas la production !"... "Ne nous laissons pas bouffer par les politicards et leur démagogie boueuse !"... "On ne tombe pas amoureux d'un taux de croissance !"... "Je ne suis pas une marchandise !" -, ce nouveau gauchisme-là qui ne fait qu'accompagner le long de deux routes parallèles les derniers sursauts d'un monde de l’après-guerre aujourd'hui "congédié" et dans lequel subsistait encore un peu de tolérance pour la faiblesse humaine, pour ses erreurs quant à l’exactitude de ses calculs chiffrés, et qui cultivait un attentisme salutaire face aux innovations technologiques dans le contexte de l'avènement d'une nouvelle ère numérique qui prend pour cible tout ce qui vit, marche, pense et crève, dans les discriminations, la paupérisation matériel et culturel et le rejet de millions de "sous-citoyens"...

    Sans compréhension ni soutien, seule face à l'extinction d'une "gauche prolétarienne" et en l'absence des groupes armés anarcho-communiste des années de plomb, cette déshérence identitaire et sociale dite "islamiste" annonce-t-elle un extrémisme de desperados aux cibles in-discriminées car ces derniers n'auront lu ni Marx ni Althusser ni Castoriadis ni Gorz ?

              Attendons de voir. L'important n'étant pas de savoir mais de comprendre pour mieux prévoir.

     

    ***

     

     

             Martine Aubry, maire PS de Lille, annulera en mars 2012 la réservation d’une salle pour un débat autour de l'identité musulmane, les révolutions arabes, les émeutes de 2005... confirmant une fois de plus qu'il n'y a plus rien à sauver chez le PS que ce soit à un niveau municipal ou étatique.

             Les organisateurs, le public et les invités se replieront alors vers un autre lieu.

     
    PS
     
    A propos des deux intervenants "vedette" de cette rencontre...
     
    Certes, Ramadan est un islamologue mais c'est aussi un « curé » : plus il y a de monde dans les mosquées, mieux il se porte. Mais il y a des « curés » intelligents et capables d’analyses éclairées. Reste à savoir quel est le prix de la montre qu’il porte à son poignet ; sans cette information-là, je doute que l’on puisse savoir qui il est véritablement. Tout en gardant à l’esprit ceci : quiconque ne renonce pas à l’argent est appelé tôt ou tard à « trahir ».
     
    La question est : Ramadan a-t-il renoncé à l'argent ?

    Marc-Edouard Nabe : sa haine de « l’Occident » influence ses analyses. Cette haine de l'Occident, ou bien plus simplement, sa haine du système français de promotion médiatique, a pour origine le fait suivant : en tant qu’auteur, il a été très tôt rejeté par le système, d’où son échec « littéraire » sur un plan commercial. Cela dit, que Nabe se rassure ; son oeuvre ne cessera jamais d’être re-visitée, sortant de l’oubli, y retournant, chacun allant y chercher une lecture « plurielle » et la promesse d’une transgression qui seule nous rapproche de la vérité.

    Ce qui limite les analyses de Nabe dans le domaine de la politique, voire de la géopolitique, c’est son refus d’un monde qui serait « pensé » par des stratèges qui sont aussi des tacticiens redoutables dans le contexte d’enjeux économiques (énergétiques) colossaux - ceux que Nabe nomme "les complotistes" (en cela, il rejoint ses pires ennemis : les médias sous influence sioniste qui sont responsables de son bannissement médiatique) ; les origines de ce refus, vous les trouverez ici :

    Nabe s’est mal remis de l’échec de sa tentative en 2001 de rallier à lui tous ceux qui, en France, s’étaient réjouis des événements du 11 Septembre - il souhaitait cibler en priorité… les Français de culture arabo-musulmane -, avec la publication de l’ouvrage « Une lueur d’espoir » – comprenez : espoir pour les Nations arabes suite à ces événements, qui fait l’éloge de Ben Laden, ange exterminateur et vengeur d’une Amérique dont il n’y a plus rien à sauver.   
     
    Nabe commettra une erreur : il refusera de questionner la version des événements de ce mois de Septembre 2001. Comment le pouvait-il quand on connaît ses motivations réelles ? A ses yeux, ces événements devaient être l’œuvre de Ben-Laden seul. Or, les « Arabes et Musulmans de France » ont voulu le beurre et l’argent du beurre : un « Ben Laden tout puissant » et la dénonciation des opérations sous fausses bannières ou faux drapeaux, de l’Etat profond (CIA et NSA).
     
    Thierry Meyssan, lui, l’a fait : il parlera d’imposture à propos de la version US des événements du 11 Septembre et c’est lui qui « raflera la mise » avec Soral et Dieudonné.
     
    N'empêche que...
     
    Les analyses de Nabe qui semblent dépourvues de considérations "géo-stratégiques" sont plutôt d'ordres psychologique et sociologique ; un complément indispensable à toute analyse purement politique et géo-stratégique. Rajoutez un peu d'Histoire, et vous avez tous les ingrédients pour une recette savoureuse, une compréhension à propos de qui fait quoi, à qui, comment, où, pour(-)quoi, et pour le compte de qui.
     
    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu