Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

fln

  • Albert Camus, l'Algérie, la France et nous

     

                 En réaction à la publication de "Albert Camus l’Algérien, n’est pas Français" par Kouidri Saâdeddine 

                 Avec pour sous-titre... "Peut-on revendiquer une nationalité naturelle à titre posthume ?"

    ________________

     

     

               Disons les choses : si Albert Camus est ou bien, a été algérien... il s'est manifestement agi d'un Algérien d'un nouveau type... du genre qui ne peut concevoir une Algérie qui ne soit pas française.

    Aussi... mettons-nous, nous tous, d'accord une bonne fois pour toutes : les Algériens d'Algérie sont-ils algériens (et si possible... fiers de l'être)  ou bien sont-ils finalement français ? Et les Français sont-ils français ou bien algériens ?

     

                                                                    ***

     

                Cette tentative récurrente de récupération d'Albert Camus par quelques lettrés d’Algérie (mille fois réitérées) cacherait-elle un malaise identitaire du type : « ... être algérien sans Camus, ça n'en vaut pas la peine !» ?

     

              A juste titre, l’article mentionne le fait suivant : "Nous sommes nombreux à voir énormément d'Algérie dans l'œuvre d'Albert Camus". Faire ce constat, ce n'est certainement pas servir l’idée que Camus était algérien. Ou bien alors,  tous les colons l'étaient  tout aussi légitimement car, ils avaient aussi en eux une sacrée dose d'Algérie tous ces colons, et  jusque sous leurs ongles noirs de terre ! Les colons donc et tous ceux qui le moment venu ont choisi la France tellement ils se sentaient algériens.

    De plus, doit-on et peut-on oublier que toute l'œuvre de Camus est en langue française, et qu'il n'en maîtrisait pas d'autre ?

    C’est un professeur du secondaire qui donna à Camus les ailes qui lui permettront d’entrevoir un avenir littéraire et philosophique. Camus avait pour compagnons et référents Nietzsche et Kierkegaard et pas Abd el-Kader ben Muhieddine (عبد القادر بن محي الدين pour les intimes).

    Parler d’un Camus algérien s’est courir le risque d'un anachronisme à la limite du risible car, du temps de Camus, il n'y avait pas d'Algériens mais... des autochtones que la guerre d'indépendance a "transformés" en Algériens. Et c’est bien peu de dire que le FLN aura eu un mal de chien à y parvenir ; ça lui a pris près de 20 ans (à partir de Sétif). Et ce même FLN n’a pas lésiné : intimidation, contrainte, chantage, enrôlement de force, racket et assassinats…

    Et Camus nous a quitté avant de pouvoir apprécier ou pas, le fruit de leurs louables efforts à tous, même s'il  a eu le temps de nous dire deux ou trois choses sur la torture et le terrorisme qui n'étaient pas du goût de tout le monde.

     

                Le titre de cet article  "Albert Camus l’Algérien, n’est pas Français" fait finalement peu de cas de l'idée "Algérie". Ou bien alors, cette idée n'a toujours pas été élaborée car ce titre provocateur dessert l'Algérie en général, l'Algérien en particulier (en tant que concept) ainsi que l'Indépendance (en tant que processus historique), sans oublier la langue de ce pays ; car enfin, peut-on être algérien et ne maîtriser que la langue de l'ancien colonisateur ?

    Les pièges sont partout, pour tout le monde. Les faux débats aussi.

    Dire que Camus était algérien… de la terre d'Algérie... de cette terre qui fut pendant 150 ans celle du colonisateur français... n’est-ce pas prendre le risque d'épouser son point de vue : "La terre dite d'Algérie était française de droit ! Pour preuve, le fait que Camus ne faisait qu'un avec cette terre".

    Néanmoins "Camus et l'Algérie" est sans l’ombre d’un doute un sujet très instructif, et par conséquent, révélateur, surtout aux yeux de ceux  qui connaissent bien l'œuvre de l’écrivain et qui n’ont aucun ascendant qui ait gagné un sou sur le dos d’un autochtone ou qui ait vécu aux frais de la Princesse coloniale ; mais c'est aussi et surtout, et pour peu qu'ils s'intéressent encore à Camus -  et c'est pas sûr non plus -, une question piégée pour les rapatriés et fils et filles de colons ou fonctionnaires de l'Etat colonial (1), les Algériens d'Algérie, les Français-Algériens de France, les Juifs d'Algérie expatriés, les Harkis et leurs descendants...

    Mieux vaut avoir une idée claire de l'Algérie avec et sans Camus, avant et après l'indépendance, quand on décide de se coltiner un tel sujet... pour peu que cela en soit un, et pas simplement une usine à gaz de plus qui ne dit rien sur rien ni personne, et un piège de plus pour l'ancien colonisé pas si ancien finalement et pas si décolonisé que ça manifestement.

     

                 En conclusion, on sera vraiment tenté de demander que l’on fiche la paix à Albert Camus qui, Algérien ou pas, n'a fait que ce qu'il a pu, comme nous tous, d'autant plus qu'il n'est pas sûr que son oeuvre puisse expliquer quoi que ce soit de l'Algérie d'aujourd'hui. Quant à celle de demain, de ce côté-là de la méditerranée, un peu comme ici d'ailleurs, il paraît qu'il ne faut pas trop espérer.

                 Aussi...

    _____________

     

    1 - Aujourd'hui tous (re)convertis à un anti-colonialisme viscéral et une condamnation sans appel de l'Algérie française... et ce bien qu'ils n'aient pas oublié de remplir les formulaires d'indemnisation qui, dans les années 70, leur ont permis de toucher en tant que rapatriés (filles et fils de... inclus) des sommes aussi rondelettes que bien mal acquises... mais qui profitent toujours. Le temps apaise bien des scrupules et susceptibilités ; et là encore, faut croire que l'argent n'a pas d'odeur quand on prend soin de se boucher le nez au moment de passer à la caisse.

     

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Université Paris 8 ou quand la France fait face...

     

               Ces jours-ci, le Huffingtonpost, dirigé par une ancienne "journaliste-animatrice télé" passeuse de plats,  Anne Sinclair, pour ne pas la nommer, a relaté tout en le déplorant, un incident qui a eu lieu à l'université Paris VIII  : "Un groupe d'étudiants juifs israéliens qui étaient venu pour engager le dialogue avec des étudiants de  l'université Paris VIII de Saint-Denis au sujet d'Israël dans le cadre d'un tour des universités françaises ayant pour but développer le dialogue entre cultures (la culture du colonialisme et de l'humiliation des Peuples en ce qui concerne Israël ? ndlr) s'est fait sortir de l'université par le personnel et par des militants anti-israéliens du Collectif "Palestine Paris 8".

     

    Ce même Huffingtonpost prendra soin d'accompagner son billet d'humeur d'une vidéo qui porte le titre suivant : "La France de la haine"

     

     

                A cet article qui fait une fois de plus le procès d'une France qualifiée "haineuse..." qu'il soit permis d'opposer ceci :

               Ce qui est réellement insupportable c'est qu'un groupe d'Israéliens qui soutient bec et ongles un Etat qui aujourd'hui n'a plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid pense qu'il peut en toute impunité et en toute tranquillité venir nous vendre des salades que plus personne ne veut acheter à l'heure où l'Etat israélien jouit, ici en France, d'un soutien quasi inconditionnel de la classe politique en général et du PS en particulier, et ce jusqu'au plus haut sommet de l'Etat français, en violation de notre tradition diplomatique qui a fait notre rayonnement et notre force ; une tradition qui avait pour objectif la recherche d'un équilibre face à des pays et des cultures hégémoniques à la soif de domination...


    A moment où des associations communautaires (CRIF et LICRA) ont le pouvoir de bannir des médias et de persécuter tous ceux qui n'acceptent plus cette compromission de la France avec une idéologie mortifère - le sionisme -, à propos de laquelle une petite piqûre de rappel s'impose :

               Là-bas : vol de la terre, assassinats, meurtres, bombardements civils, occupation, humiliation...


               Ici : bannissement, chantage professionnel, chantage à l'anti-sémitisme, racket sous la forme de procès sans nombre contre quiconque ose dénoncer la connivence au plus haut sommet de l'Etat français avec cette politique : journalistes, artistes, producteurs radio et télé...


    Et alors que des militants de la cause palestinienne sont interdits de réunion dans les universités.


                    Rappelons que cette France-là
    n'est certainement pas la France de la haine mais bien plutôt la France de Jeanne d'Arc, la France de Voltaire, la France des Cathédrales et de la Laïcité, la France de Victor Hugo, la France de Jaurès, la France de Jean Moulin et du Conseil National de la Résistance, la France des "Porteurs de valises" fiers et déterminés, la France des mosquées dignes et paisibles, et enfin... la France de Charles de Gaulle et de sa jeunesse étudiante...
    France éternelle, phare de l'humanité, celle que le monde entier réclame à cor et à cri et que seuls les salauds iront conspuer.

                  Alors oui ! N'en déplaise au Huffingtonpost : ce jour-là, ce sont bien toutes ces France qui se sont dressées à Saint-Denis, ville des Rois de France, un France intraitable à l'endroit d'une idéologie tyrannique qui sonne le glas de notre civilisation humaniste.

     

                 Que le personnel de l'université Paris 8 et le Collectif "Palestine Paris 8" soient ici salués, remerciés et célébrés.

     

                  Alléluia !!!

              

     

     

     

    Pour prolonger, cliquez : Sionisme et sursaut moral

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu