Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

gouvernement valls

  • 49.3 et motion de censure : Mélenchon est sans ambiguïté

     

                 Mardi 10 mai, Jean-Luc Mélenchon dénonce l’utilisation du 49.3 par le gouvernement pour faire passer en force la loi El Khomri. Il appelle les députés qui sont contre cette loi, en particulier les députés socialistes, à prendre leurs responsabilités et à voter la motion de censure contre le gouvernement, d’où qu’elle vienne, non sans arrière pensée électoraliste.

     

                Mondialisation oblige ! Notons le fait que toutes les lois antisociales et les traités qui remettent en cause la souveraineté des peuples nous sont imposés soit au détriment d'un vote de l'Assemblée nationale (le 49.3) soit en dépit d'une consultation de l'électorat par référendum. 

    A chaque fois, on sort du cadre démocratique.

     

    ____________

     

     

                 La gauche parlementaire - dissidents PS, PC et les Verts -, votera-t-elle la censure avec la droite comme le recommande Mélenchon faute de pouvoir déposer sa propre motion ?

    Les dissidents du PS et les Verts en particulier, se réfugieront-ils dans l'abstention si cette motion est déposée par la droite ? En l'absence de courage et de cohérence politiques, battront-ils en retraite par peur des représailles du PS à leur encontre ?

    Tous ont une occasion de faire tomber le gouvernement Valls et de précipiter des législatives anticipées, et sans doute aussi, une élection présidentielle avant l'heure...

    Seulement, il y a de fortes chances que les frondeurs du PS en particulier - et  les Verts aussi, trop souvent dépendants du PS aux élections nationales  - refusent de remettre leur mandat de député en jeu, et qui plus est, sans le soutien (l'investiture) du PS ; un PS qui ne manquera pas d'exiger de ces frondeurs qu'ils quittent le parti en cas de vote au côté de la droite ; sans doute n'ont-ils pas encore compris ceci : frondeurs PS ou pas, tous sombreront en 2017 avec ce parti car tous peuvent compter sur un électorat de gauche qui sera au rendez-vous à la Présidentielle de 2017 et aux Législatives qui s'en suivront : un électorat qui ne vote plus PS depuis trois ans déjà.

    Il ne pourrait bien que ces frondeurs aient fait le mauvais calcul car ils ne sauveront pas leur poste de député s'ils se re-présentent en 2017 sous la bannière PS.

    En revanche, le Front de gauche a tout à gagner dans le vote de cette motion de censure ; il fait cavalier seul depuis quatre ans ; de plus, son identité s'est construite contre le PS.

     

     

    ***

     

                 Faut-il rappeler que la priorité reste la reconstruction de la gauche sans le PS ? Le plus tôt sera le mieux. En attendant, que la droite occupe donc les places à défaut d'occuper les lieux de pouvoir ! Lieux qui sont ailleurs : à Bruxelles et à la Commission ainsi que dans les Instances internationales qui veillent tendrement sur le mondialisme : cette guerre contre l'Etat nation, les salariés, l'Etat providence et la liberté d'expression ! Dans les faits : une guerre contre l'Europe !

     

                 Oui ! Que la droite reprenne donc la main ! Dans les dix années à venir, on peut déjà prédire ceci : nombreux sont ceux qui regretteront d'être restés en politique alors qu'il était largement temps pour eux tous de prendre leur retraite car, sur les questions sociales (à ne pas confondre avec les questions sociétales), n'y a-t-il jamais autant de monde dans les rues que sous un gouvernement de droite ?

    La réponse est positive, assurément !

     

    ____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Le PS doit mourir pour que la gauche renaisse

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 1 commentaire
  • Christiane Taubira : circonvolution cérébrale et débâcle morale

                     Alors que ce qu’il faut bien se résoudre à appeler « une ratonnade » continue de plus belle à Gaza - maintien de l'ordre colonial israélien oblige... plus 800 morts du côté palestinien, en majorité des civils -, on ne manquera pas cette intervention de la semaine dernière de J.J Candelier,  député PC du Nord à propos de l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie.      

     

     

                  Cette circulaire est la suivante : "Le 12 février 2010, la Garde des Sceaux de l'époque, Michèle Alliot-Marie signait une directive ordonnant aux procureurs de la République d'engager des poursuites pénales contre tout personne appelant les consommateurs à ne pas acheter les produits israéliens. Un simple texte interne à l'administration s'autorisait ainsi une interprétation de la loi pénale sanctionnant d'un an d'emprisonnement et 45.000€ d'amende le fait "d'entraver une activité économique ou d'inciter à le faire".

     

    Personne n’est dupe : cette circulaire a pour but de criminaliser l'action des militants anticolonialistes à propos de la politique d'Israël en Palestine.

     

               ChristianeTaubira s’adresse au député Candelier dans ces termes : « Vous savez que c’est un sujet difficile ».

     

    Et nous de lui répondre : « C’est sûr ! C’est un sujet qui demande du courage, un vrai courage ! »

     

    Courage pour courage, d’autres parleront d’héroïsme : en effet, il faudra lutter seul contre une poignée, une minuscule minorité puissante, agissante et impitoyable et un gouvernement à sa botte.

    Madame Taubira n’est décidément pas de cette étoffe-là.


               Dans les replis sinueux de son cortex cérébral, de circonvolution en circonvolution – faut croire qu'une fois nommé et en place, manifestement on apprend vite, et l'on prend le pli tout aussi rapidement ! -, Christiane Taubira n’a de cesse de creuse son sillon ; toujours le même depuis qu’elle a été nommée à son poste de garde des sceaux ; il a pour nom : solidarité gouvernementale.
    Hollande, Fabius et Valls veillent ; elle n'aura pas le droit à l'erreur, et elle le sait.

     

    Et c'est alors que... pas à pas, sans éclat ni tapage, par la petite porte, porte de derrière pour ainsi dire... mois après mois, année après année, on s’y traîne, debout mais couché, lentement mais sûrement, de flatterie en flagornerie, alléché par l’odeur d’une promesse de reconnaissance au sein du grand barnum politique et sociétal... et puis, esclave un jour, esclave toujours ! par un beau matin, on retrouve ses chaînes, le bruit de son cliquetis et son entrave, celle dont on croyait s’être débarrassé car l’abolition de la traite doit trop, beaucoup trop à une bourgeoisie blanche indisposée par le spectacle de l’humiliation, de la peur et de la terreur - la couleur de son sang, l’odeur de son urine, la crasse et la sueur de ses travaux pénibles -, et pas assez à elle-même et à ses enchaînés ; d’où ce retour, non pas du refoulé, mais à la case départ ; là d’où l’on vient et que l’on n’avait  jamais vraiment quitté faute d’avoir été l’acteur majeur de sa libération. Faut dire que l’esclave, la « bonne à tout faire » et « à servir à tout » a été engrossée par son maître qui aura la charité d’en faire sa concubine ; une concubine qui jamais ne pourra se hisser au rang d’une épouse ; il n’y aura pas de robe de mariée ; et c’est le ridicule qui accompagnera tôt ou tard son ascension au côté de son maître, entre deux tiges de canne à sucre ; sucre d’orge d’un orgueil et d’un fourvoiement - on parlera presque de forfaiture -, à la fois grotesque et laid, d’une rare laideur, qui nous inspirera néanmoins de la pitié… pitié face à cette erreur monumentale : coucher avec le mépris qui a décidé de tout… de votre condition d’être au monde, à peine humain en l’occurrence. 

     

    Et c'est alors que l'intéressée ira jusqu'à tenir le fouet qui punira ses congénères. Et c'est aussi l'indépendantiste guyanaise qui échange son lexique et son codex de militante des droits des Peuples à disposer d'eux-mêmes contre une langue de bois au service de la domination du plus fort sur le plus faible : l'élève a dépassé le Maître.

     

    « Django » le long métrage de Quentin Tarantino sur la traite, nous en donnera quelques exemples aussi hilarants et savoureux que pathétiques. 

    D’autre temps, d’autres mœurs… et quand on sait qu’aujourd’hui personne n’ est contraint à ce déshonneur  -  et sûrement pas Madame Taubira -… sinon par désoeuvrement, orgueil et vanité ; encore et toujours la vanité ! Que dire alors ?

     

    Une chose est certaine : Frantz Fanon,  Aimé Césaire et Edouard Glissant  (auteurs cravatés qui n’ont fait finalement que servir la langue de leurs maîtres) dont Christiane Taubira se réclame, ont donc échoué : leur littérature ne l’a pas aidée à penser les dangers de la compromission et le piège qui se referme sur la victime qui choisit de servir son bourreau : celui d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Celui qui est du côté du manche ; bourreau de toujours, qui vous domine des pieds à la tête, entre deux sourires, deux tutoiements, deux embrassades : Judas père et fils.  Car si un antisémite peut cacher un raciste, qu'il soit permis de dire ici que derrière un sioniste conquérant qui ne reconnaît qu’une seule existence digne de considération, la sienne propre et seulement la sienne avant toutes les autres, il se pourrait bien qu’un racialiste y ait trouvé un asile  plus que confortable.

    Autant pour la vigilance de Madame Taubira qui avait pourtant tous les atouts en main – intelligence, talent, culture -, pour démasquer un tel stratagème. Car si le pouvoir corrompt, le pouvoir « privé du pouvoir de dire non » rabaisse et avilit ; on quitte son fauteuil débiteur et sale… endetté à vie.


             
    Le malaise de Madame Taubira face au député PC, lui-même intimidé par le poids de la charge qui représente toute remise en cause du credo sioniste confirme une fois de plus nos soupçons : quiconque s'avise de dénoncer le laxisme scandaleux de l'Etat français vis à vis d'Israël, sa complicité, devra renoncer, ici en France, à un avenir professionnel qu'il soit politique, économique, médiatique ou universitaire, au plus haut niveau.

     

    Force est de faire le constat suivant :  il y a des chapes de plomb et des Epées de Damoclès qui, en un tour de main, forcent un esprit qui a pourtant mille fois prouvé sa combativité, à battre en retraite avant de s'adonner, le regard craintif et inquiet, à un exercice cocasse d'humilité et de timidité aussi inattendu que confus : souvenez-vous : Madame Taubira était une candidate remarquable à la présidentielle de 2002, sans doute la seule, hommes et femmes confondus.

     

    Il est vrai que le PS n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer. Prêtez-lui main forte, un bras, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y abandonnerez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : discrédité - d'une collaboration, même éphémère, avec un parti tel que le PS qui cultive comme aucun autre, le mépris courtois et sournois envers ceux qui le servent, sans doute à cause d'une trahison politique qui lui sied si bien depuis trente ans ! Mépris que l'on pourrait sans difficulté interpréter comme un transfert à des fins thérapeutiques : en effet.... c'est celui qui dit qui est, car enfin... n'est-ce pas une tâche insurmontable à la fois de se le dire et de constater qu'on l'est... parjure sans foi ni loi, le matin devant sa glace à l'heure où il faut en remettre une couche ?

     

    Après leur départ, reste alors pour tous ceux qui ont un jour succombé à l'appel du PS à se faire oublier au plus vite dans le confort d'une retraite rondelette ; et pour ceux qui auront gardé un minimum de conscience morale... retraite amère qui ressemble étrangement à une cavale : rompre tout contact avec son passé tout en renonçant à une vie sociale digne de ce nom.

     

    Mais alors... est-ce un hasard si ce destin sacrificiel qui ressemble fort à une crucifixion touche en priorité des Français qui appartiennent à des minorités visibles ?

     

                Ah ! Mépris quand tu nous tiens.....................   Harlem Désir (il sera le premier), Malik Boutih, Najat Vallaud-Belkacem et maintenant Christiane Taubira...

     

    Même en politique, on leur confie le sale boulot.

     

     

    ***

     

           Quittez ce gouvernement de la honte (1) Madame Taubira avant qu'il ne soit trop tard ! car pour y être restée, vous n’aurez aucune excuse.

     

     

    1 - On pourra se reporter à la lettre ouverte à François Hollande publiée de cette semaine par Edwy Plenel. Si la dénonciation dans la presse dominante de la soumission du gouvernement Hollande et Valls à Israël est suffisamment rare pour que l'article du patron de Médiapart soit ici salué, Edwy Plenel courageux mais pas téméraire, dans son réquisitoire, oubliera néanmoins l'usage d'un mot et l'association de trois autres : sionisme + "France, classe politique et médias" quand on sait que l'on retrouve le même parti pris et le même ralliement à la raison du plus fort de l'UMP au PS, du Figaro au Nouvelobs...

    Ce rapprochement aurait permis à Plenel d'expliquer pourquoi Hollande est acculé à faire autant d'erreurs qui n'en sont pas pour tout le monde, bien évidemment. Après tout, ne sommes-nous pas là pour comprendre et pas seulement pour condamner ?

    Les causes ! Attaquez les causes ! Car le courage est là : dans l'exposition des causes ! Le courage et les ennuis, certes, c'est vrai ! mais... dénoncer les effets, c'est à la portée de tout le monde ! Et puis, à sermonner sans péril, on triomphe sans gloire ! Aussi, à titre d'encouragement, on lancera à Plenel  : "Allez ! Encore un effort, vous y êtes presque !"

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez Pour l'abrogation de la circulaire Alliot- Marie

     

     

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu