Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

hamas

  • Machiavel face à Don Quichotte

     

                  ou... l'Etat israélien face au petit Peuple palestinien.

     

                 Et pour ne plus y revenir...

     

    Tentative de reconstitution d'un monde qui gît épars, tel un puzzle dont les pièces ne seront jamais rassemblées puisque son image a été volontairement égarée.

    Tentative... d'une seule traite et dans un seul souffle !

     

                                       _____________

     

    Israël est un allié.

     

    Soit !

    Mais alors... il ne peut s'agir que d'un allié dont les pratiques appartiennent désormais à cette région du monde qui n'a de cesse de cultiver une incapacité au pardon et à la compassion envers quiconque ne possède pas les mêmes attributs religieux, ethnique ou politique : refus d'assumer ses responsabilités ; énergie redoublée quand il s'agit de pleurer ses morts comme pour mieux ne jamais interroger les causes ; fermeture ; propension à toujours trouver assez de corde pour se pendre ; donner un os à ronger aux populations arabes - toujours le même : Israël ! Et Israël de donner, en retour, un os à ronger aux israéliens - toujours le même : l'antisémitisme et les Etats arabes (et, de temps à autre, l'Europe). Désignation sans fin de bouc émissaires qu'on ira chercher chez soi ou bien, hors de ses frontières ou bien encore, hors de sa région : Etats-Unis, Europe, demain la chine et bientôt l'Inde - les chasseurs de bouc émissaires se déplaçant à la vitesse de la lumière.

    Toute une région donc, tout un monde auquel l'Etat israélien appartient aujourd'hui, sans l'ombre d'un doute, par son mode de pensée et par voie de conséquence, par son mode de fonctionnement et d’action. De cette région, il en a épousé tous les moeurs.

     

    Israël est une démocratie.

     

    Certes !

    Des élections libres sont régulièrement organisées, même si l'on est bien en mal de trouver une opposition digne de ce nom ; opposition qui s'est diluée à force d'incessants allers et retours entre majorité, opposition, majorité d'opposition et opposition de majorité. Les débats contradictoires vont bon train, les uns n'étant pas dans l’obligation d'écouter et d’entendre les autres.

    Si Israël est une démocratie, on ne pourra pas s'empêcher de penser qu'il s'agit là d'une démocratie dont le modèle serait la France des années 50 : Etat démocratique entre deux montées dans le Djebel et, - pour ne pas en être redescendus les mains vides -, deux séances de torture dans les caves d'Alger.

     

                                    ***

     

    Rebonds et échos ! (avec effet Larsen)

    En France, tensions communautaires sans nombre, vampirisassions par la question israélo-palestinienne de tous les débats touchant de près ou de loin à l'unité et à l'Histoire nationales d'hier, d'aujourd'hui... et de demain.

    Dépérissement de nos capacités de raisonnement et - par voie de conséquence - appauvrissement de l'analyse ! Impossibilité d'identifier toute cause susceptible d’engendrer des effets indésirables et contre lesquels - pourtant - des actions doivent être menées : les uns, ne voyant que les effets, les autres, que les causes.

    Quête identitaire incessante, au questionnement alambiqué, voire... labyrinthique, partagée par tous les acteurs en présence : "Qui suis-je, là où je suis ? Et quand j'y suis... y suis-je vraiment et avec qui ? Chez moi ou bien, chez eux ? Puis-je opter pour une sortie en douce chez un chez moi qui ne serait pas chez eux mais chez nous ?"

    Tout le monde est tenu de se prononcer et de se positionner : l'extrême gauche, les alter-mondialistes, les tribunaux, les rappeurs, les tribuns obscurs aux revendications si peu compréhensibles dans leur exposition ; et les intellectuels dont certains d'entre eux choisissent de se replier - parjure suprême - sur leur appartenance religieuse, ethnique ou bien, politique et qui, de ce fait, cessent d'être des intellectuels pour revêtir les habits de propagandistes.

    Et pour couronner le tout, la fin justifiant les moyens : culpabilisation, rackets moral et intellectuel, chantage à l'antisémitisme des uns, chantage au racisme des autres dans un labyrinthe infernal de règlements de comptes de toutes sortes, coups tordus, cris d'orfraie, mauvaise foi caractérisée, tartuferie à peine déguisée, pompiers pyromanes en tous genres ; et nombreux sont les cas qui relèvent plus de la médecine de l'âme (psychiatrie et psychanalyse), que d'un positionnement idéologique et politique, quel qu’il soit.

     

                                    ***

     

    Et puis là-bas encore, loin mais… tout près d'ici : l’Etat israélien et son armée, toujours à battre le pavé, vaillante, le cœur à l’ouvrage, accompagnée de ses sbires-mercenaires que sont les colons, le Hezbollah et le Hamas.

    - Le Hezbollah qui poursuit ses propres objectifs au détriment de l’unité libanaise et des palestiniens (et ce faisant, renforce la politique de l’Etat israélien) et dont les membres se lèvent chaque matin avec une seule idée en tête : lancer un missile sur Israël (missile le plus souvent inopérant, bricolé dans l'arrière-cour de leurs habitations et puis, parce que... faut bien occuper ses journées !!!).

    - Le Hamas qui remplit magnifiquement le rôle que l’Etat israélien lui a confié. Un Hamas qui – soit dit en passant - se contenterait bien d'un Etat palestinien en Cisjordanie seule, pourvu qu'il en soit à sa tête, tout en se gardant de le faire savoir publiquement pour ne pas démotiver ses troupes de choc.

    - Les colons que l'on déplace comme du bétail et qui suivent le mouvement : ligne rouge, ligne verte, devant, derrière, Nord, Sud, Est, Ouest....

    Et les autres colons, armés jusqu'aux dents, ceux-là, et qui ne bougeront pas ! (Boucliers humains, les colons ?)

     

                    L’Autorité palestinienne qui n’a d’autorité que le titre, ménageant, telle une chèvre à son piquet, le loup et l’agneau dans sa propre bergerie ; Autorité dont les dirigeants sont le plus souvent dans l'obligation de dormir à la belle étoile, en attendant qu'une place se libère, l'Etat israélien lui donnant, de temps à autre, un petit coup de pouce lorsque le Hamas outrepasse sa mission que ce même Etat lui a confiée.

                    Et les morts qui tombent des mains de tout ce beau petit monde, sans discrimination aucune, tout le monde étant la cible de tout le monde, alternativement, successivement : un contre un, deux pour un et puis finalement, tous contre tous pour effectuer le sale boulot de cet Etat qui prospère sur le dos du Peuple israélien (qui tente de vivre à l'intérieur des frontières reconnues par l'ONU), et plus grave encore, sur le dos du plus faible et du plus exposé : le petit Peuple palestinien.

                    Oui ! Le petit Peuple palestinien ! Celui qui n'a que faire des jeux de ping-pong et de yo-yo de l'Etat israélien et des fantasmes de ceux qui rêvent, dans le meilleur des cas, d'un état binational – vieille lune anti-sioniste -, ou bien, dans le pire... "Pas d'état du tout pour Israël !" mais un Etat dans l'état des Etats-Réunis au sein d'une gigantesque république islamiste qui s'étendrait du pôle Nord au pôle Sud !!!! Parce que... The more the merrier… pour un vaste hôpital psychiatrique en guise de monde !

    Jamais, dans l'histoire récente, un peuple n'a eu à faire face à une telle "coalition" rassemblée dans le cadre d'un tournoi, pour un jeu de massacre allègre, sous le patronage de cette machine infernale qu'est l'Etat israélien.

    Et avec quel brio !

     

                                      ***

     

    Machiavel... que l'Etat Israélien a lu dans le texte, entre les lignes aussi, en long, en large et dans les marges, allant jusqu’à compléter son œuvre de quelques chapitres supplémentaires pour une réactualisation qui s'avérait urgente : en effet, le Prince a revêtu les habits de la démocratie...

    Machiavel est hilare : l'élève a dépassé le Maître.

    Oui ! Hilare Machiavel ! Face au petit Peuple palestinien incarné pour l'occasion, dans la personne de Don Quichotte avec son espoir illusionné d'un avenir qui semble continuellement lui faire face mais… de dos, quand il trouve encore la force de se retourner, pour mieux le voir disparaître, cet avenir, la littérature chevaleresque des Accords d’Oslo ne lui étant plus d’aucun secours.

                  Halluciné, ce petit Peuple palestinien, son rêve en poche : pouvoir jouir un jour de la protection et de la compétence d’un Etat ; rêve qui est devenu aujourd'hui une nécessité absolue si ce peuple doit continuer d'exister dans des conditions que l'on qualifiera d'humaines. Un Etat debout sur ses deux jambes, dans toute sa plénitude pour offrir à chacun d'entre eux - chacun selon ses ambitions, ses aspirations et ses capacités - un environnement et un climat propices à un épanouissement qui leur permettra de s’ouvrir à l’infinité de tous les possibles.

     

                                    ***

     

    A vouloir organiser le pire pour les autres, on finit toujours par organiser le pire pour soi-même (était-il nécessaire de le rappeler ???)

    Quand l'Etat israélien, qui depuis plus de trente ans refuse obstinément d'être adulte et responsable, aura mené sa propre société à un point de non-retour, la boucle bouclée - isolement, dépérissement, atrophie - avec un mur pour la circonscrire et un couvercle pour la recouvrir, en boomerang d'une politique auto-destructive car, aucune société moderne dont l'Etat pratique un tel jeu, ne peut y échapper...

                   Ce jour-là, qu'à cela ne tienne ! A tout malheur une chose est bonne !

                   Oui ! Ce jour-là, l'Europe sera au rendez-vous ! L’Europe se fera une joie d'accueillir les meilleurs d'entre eux (ironie de l'histoire - retour à la case départ) pour leur permettre de développer ce génie dont ils ont su faire preuve tout au long des siècles car, comme par le passé, l'Europe saura offrir à ces femmes et à ces hommes ce que l'Etat israélien n'a jamais été capable de leur donner depuis 1967.

                   Pour sûr, on les bichonnera ! On en fera des prix Nobel. Et on sera gagnants ! Imaginez un peu : plus de philosophie, plus de peinture, plus de musique, plus de science, plus de littérature pour l'Europe !

                   Alors... laissez venir à nous les Spinoza, les Marx, les Freud, les Levinas, les Arendt, les Chagall, les Mahler, les Schoenberg, les Einstein, les Kafka, les Proust...

    Mais... de grâce ! Epargnez-nous, de grâce ! Gardez pour vous... tous ceux qui depuis 1967 n'ont eu de cesse d'organiser le malheur et le pire pour les autres et pour eux-mêmes, à savoir : la classe politique de cet Etat, les généraux de son armée et ses colons installés sur une terre sur laquelle la Communauté Internationale ne leur reconnaît aucun droit (la Cisjordanie), trouvant tout naturel d'y travailler, de s'y marier et d'y élever leurs enfants, une arme à la ceinture, sous la protection d'un barbelé, d'une jeep et de ses soldats.

     

                                  ***

     

    Dans un monde moderne (n'en déplaise à Machiavel !),

    Le plus fort n'a qu'un devoir : rendre justice au plus faible, et plus encore lorsque ce dernier est abandonné par ceux qui - issus de ce même peuple -, n'ont ni l'intelligence et/ou l'amour nécessaires pour mener à bien cette entreprise - leurs objectifs chimériques, fantasmés à satiété, passant avant toute autre considération.

    Le plus fort restant le plus fort dans le cas de figure qui nous occupe, dans un monde moderne...

    Le plus fort s'interdit d'attiser la haine et d'encourager toute attitude susceptible de condamner le plus faible à ne jamais voir la fin de son calvaire.

    Ce n'est pas seulement une question de justice, c'est aussi une question d'HONNEUR !

                  

     

    P.S : Au sujet de la revendication d’un Etat binational - revendication formulée le plus souvent par des individus qui vivent en dehors de la région concernée.

    Cette revendication qui n’est qu’une manière détournée de "détruire" l'Etat israélien de l'intérieur, n’a aucune légitimité puisque dans cette région, elle n’est formulée par aucun de ceux qui sont directement concernés par la création d'un Etat palestinien, à savoir : le peuple palestinien, les Etats arabes qui reconnaissent l’Etat d’Israël en tant qu’Etat juif (et les autres Etats arabes qui attendent de pouvoir le faire une fois que l’Etat israélien se sera retiré de la Cisjordanie ) ; et l’Autorité palestinienne qui n’a qu’un souhait : un Etat qui lui soit propre (même le Hamas se contenterait bien d’un Etat en Cisjordanie seule ; à condition, il est vrai, qu’il soit assuré de le diriger).

    Alors, à quoi bon être plus royaliste que le Roi, à savoir : le Peuple palestinien, ses représentants et les Etats arabes de la région ?

     

    ________________

     Pour prolonger, cliquez : Judaïsme, sionisme et colonisation
    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Politique et actualité 1 commentaire
  • De l'actualité diverse et variée

     

     

    Heidegger_1955.jpg

    Heidegger : la guerre a commencé

     

                   La parution, au début de 2014 en Allemagne, des premiers Cahiers noirs, journal de pensée de Martin Heidegger (1889-1976) tenu à partir des années 1930, a établi à quel point l’engagement du philosophe dans le nazisme traduisait une adhésion profonde, y compris à l’antisémitisme.


    ***

     

                 Antisémite ou pas (tout comme pour Céline et d'autres), cela n'enlève rien à l'importance capitale des analyses de Heidegger nées de son engagement dans la Grande Guerre, guerre de 14-18 : l'homme soldat en temps de guerre comme en temps de paix ; l'homme face à la machine ; puis fatalement, l'homme soumis à la technique qui le dévorera de l'intérieur comme de l'extérieur, lui, son psychisme et son environnement.

     

                Tiens, au fait : nanotechnologies, avez-vous une âme ?

              

     

    _______________

     

    Jean-Vincent-Place.jpgJean-Vincent Placé (EELV) regrette que son parti soit celui "des Roms et de la Palestine"

    Le patron des sénateurs écologistes déplore le penchant "gauchiste" d'Europe-Ecologie-Les Verts.

    "Si l’écologie politique devient l’écologie gauchiste, ça n’a plus d’intérêt", affirme-t-il encore.

     

    ***

     

                Quand on sait que Jean-Vincent Placé avait appelé en 2013 les lycéens à manifester pour Leonarda, lycéenne originaire du Kosovo,  pour son retour en France suite à son expulsion...

     

    Que dire ?

     

    Placé est futé ; sénateur écolo à 35 ans, il s'est mis très vite à l'abri des humeurs d'un électorat aujourd'hui considéré comme peu "sûr" car, très tôt, il a compris qu'avec les grands électeurs, on peut toujours négocier et s'arranger.

     

    Placé est un écolo qui ne paie pas ses amendes : "Payer mes amendes ? C'est bon pour les TDC (trous du cul) !"

     

    Après avoir passé un peu de temps sur les bancs d'une fac pour un diplôme médiocre… professionnel de l'esquive et de l'évitement, il faut savoir que Placé n'a jamais travaillé de sa vie, et qu'il ne travaillera sans doute jamais, à moins qu'on l'y contraint. 

     

                     Jean-Vincent Placé ? C'est vraiment toutes les raisons au monde de ne plus voter écolo.

     

                  

    Pour tout savoir à son sujet... cliquez : Qui est Jean-vincent Placé 

     

    ________________

     

    eric-zemmour-24.jpgLa chaîne i-Télé met fin à sa collaboration avec son chroniqueur Eric Zemmour à la suite des propos tenus dans une interview à un quotidien italien.

    Sur cette chaîne, le polémiste participait à l'émission "Ça se dispute" depuis plusieurs années.

    Le FN soutient Zemmour et appelle au boycott de i-télé.

     

    ***

     

                  Dans ma France à moi, on ne bannit personne ; tout comme pour Faurisson, Dieudonné ,  Soral et d’autres… dans ma France à moi, on leur répond. 

    Quoi ? Comment ? Vous dites ? Vous ne pouvez pas leur  répondre ?!

    Alors, vous avez un problème ; et le problème c'est vous. N'ayez aucune illusion à ce sujet : vous et personne d'autre.

     

                     Zemmour est partout. Il intervient régulièrement sur iTÉLÉ, Paris Première, sur RTL et dans les pages du Figaro Magazine. Il sera intéressant toutefois de suivre cet épisode : qui soutiendra Zemmour parmi la classe politique et les médias dont aucun membre n’a soutenu Dieudonné contre une vendetta sans précédent.

    Voici une première liste (non-exhautive) de ceux qui soutiennent Eric Zemmour contre son éviction de i-télé :  Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Michel Onfray, Jean-Marie Le Pen, le Député UMP Thierry Mariani, Jean-François Khan, Cohn-Bendit, Paris Première, Christine Boutin.


    On prendra soin de préciser qu'aucun d'eux ne s'opposera en 2013 à l'interdiction préventive d'un spectacle de Dieudonné à Nantes.

     

                Le FN et une partie de la droite  appellent déjà au boycott de i-télé ; ce qui confirme ce qu’on pouvait craindre : aujourd'hui, en France,  on peut traîner dans la boue les Noirs, les Arabes et les Musulmans, jour après jour, année après année, et être soutenu par la classe politique et les médias quand la sanction tombe.

    A chacun d'en déduire les conclusions qui s'imposent.

     

     

    ___________________

     

    Kamel Daoud.jpg

    Un imam salafiste algérien a appelé, mardi 16 décembre, à condamner à mort l’écrivain et journaliste Kamel Daoud  en lice cette année pour le prix Goncourt avec son roman Meursault contre-enquête. Il tient une chronique quotidienne dans le Quotidien d’Oran et dans Le Point.

     

    ***

     

                   Personne ne mérite la mort. Et si une hirondelle ne fait pas le printemps, un Imam déluré (non, ce n’est pas un pléonasme ! Arrêtez vos conneries !) qui lance une Fatwa, ça ne fait pas pour autant se dresser un échafaud et une  guillotine !

                  Kamel Daoud, chroniqueur au Point, pressenti prix Goncourt... tout ça ne sent pas le soufre mais bien plutôt un penchant certain pour un avenir germanopratin qui augure mal pour la suite : comme un fait exprès, et comme de juste, son analyse des « printemps arabes » et de la situation en Libye est d'une incompétence pathétique ; ou bien alors, cet homme sait mieux que quiconque qui il faut contenter quand on est et souhaite rester salarié du Point. 

                 Aussi, peut-on suggérer à cet auteur de continuer de servir la littérature et seulement la littérature ; cette littérature que plus personne ne lit d'ailleurs, et ce pour des raisons évidentes quand on connaît le niveau d'analyse sur quelque sujet que ce soit de ceux qui la servent !

    Après tout, n'est-ce pas Philip Roth qui a avoué : "Il y a longtemps que je ne lis plus de romans mais seulement des essais."

    Parce que…  la littérature rendrait-elle bête ou servile ?

     

    ________________

     

    Sale temps pour Israël

     

    Reconnaissance des eurodéputés de l'État palestinien, et exhortation aux États membres à lui emboîter le pas ; le Tribunal de l’Union européenne a annulé le placement du Hamas, branche religieuse (musulmane) de la résistance palestinienne, sur la liste des organisations terroristes de l’U.E.


    A Genève, on appelle à enquêter sur les crimes de guerre commis par Israël ; et les Palestiniens envisagent maintenant de proposer au Conseil de sécurité de l'ONU une résolution réclamant la fin de l'occupation israélienne.

     

    ***

     

    anonyme.jpgNetanyahu de répliquer : "Trop de gens en Europe n'ont rien appris de l'histoire sur une terre ou six millions de juifs ont été massacrés."

                    Et L’Europe de lui répondre ceci : « Bien au contraire, on a tout compris du génocide juif par les Nazi* et de son instrumentalisation à des fins financières, géopolitiques et de chantage à l’antisémitisme pour mieux  faire taire toute contestation à propos d'un Etat qui n'a aujourd'hui plus rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid, et ici en France, remettre en cause notre tradition diplomatique qui nous a longtemps valu le respect des Peuples humiliés et qui a fait notre force : une tradition d'équilibre et d'ouverture.  

     

    * Au passage, il ne s’agit pas de 6 millions mais de  5 999 999 ; je sais, j’ai refait les comptes la nuit dernière. J’ai fini à 3 heures du matin. Alors, respect SVP !

     

    _______________

     

    Valls aime les aéroports

     

    valls.jpg"Je reste favorable à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes", a déclaré Manuel Valls dans un entretien à "Ouest-France" à paraître jeudi 18 décembre, le Premier ministre apporte son soutien au projet d'aéroport controversé.

     

     ***

     

                Arrête Valls !

    Tu restes surtout favorable à la société Aéroports du Grand Ouest, filiale de Vinci, qui a remporté le marché. Pour les présidentielles à venir, ça peut toujours être utile. En tout cas, ça peut pas te nuire ! Pas vrai ?

    Et puis, il semblerait que tu aies compris que le PS est mort et qu'au lieu de subir son décès, il vaut mieux précipiter sa chute pour mieux préparer son repêchage au centre droit (Bayrou et UDI) avec le peu troupe qui lui restera fidèle.

     

    ________________

     

     

                  Hollande : to remain or not Président 

     

     « Tu sais, je pensais à la présidence Hollande l’autre jour.

    -         Ah, toi aussi !

    -        Oui. Pourquoi on n’y mettrait pas fin maintenant ?

    -        Maintenant ?

    -       Oui, avec une sorte de coup d’Etat disons. Tout le monde dans la rue quoi.

    -         Un peu comme pour l’Ukraine ?

    -        Oui.

    -       Il lui reste pas encore deux ans à faire à Hollande ?

    -        Je sais mais regarde : le président de l’Ukraine avait encore un an à faire. Les Ukrainiens n’ont pas pour autant attendu ; ils l’ont dégommé direct.

    -        C’est une idée. Mais là, on aura un problème.

    -        Lequel ?

    -        Ben, je doute qu’on ait le soutien de l’Otan et de la CIA.

    -        Pourquoi ?

    -       La France c’est pas l’Ukraine. 

    -      Comment ça ?

    -     Par exemple : la France ça peut pas servir à emmerder les Russes et Poutine. Et puis, de toutes les façons, la France sous Hollande, c’est quand même pas l’Ukraine sous… je ne sais plus qui.

    -     Non mais, la France ça ne sera jamais l’Afghanistan non plus ! N’empêche ! Si on tient compte de nos attentes, de notre histoire et de notre culture politique… la France sous Hollande c’est un peu comme pour les Ukrainiens en ce qui concerne l’Ukraine sous ce président… dont j'ai moi aussi oublié le nom et qui s'est tiré vite fait quand il a vu qu'il avait perdu la partie.

    -    Alors ?

    -    Ben, faut tenter le coup. La rue… genre « Maïden… »

    -     Merci. Si c'est pour se faire tirer comme des lapins par des snipers venus on ne sait d’où. Et quand on sait que les balles qui ont tué les manifestants et les policiers, c’étaient les mêmes.

    - Les mêmes quoi ?

    - Les mêmes balles et les mêmes armes, tiens pardi ! Alors, t’imagine un peu le cirque ?

    -   On fait quoi alors ?

    -      Faut patienter. Et puis regarde en Ukraine, c’est les ricains qui ont pris le pouvoir ! Les postes les plus importants sont tenus par leurs agents.Virer Hollande ? Pour qui ? Pour quoi ? Non, la cible c’est le PS : le dégommer élection après élection… et les écolos aussi. Table rase ! Tout reprendre à zéro. Ca c’est existant ! Un vrai challenge ! C’est autre chose que de dégommer un TDC (trou du cul) pour le remplacer par un autre TDC. Et puis, ce TDC viendra bien assez tôt de toute façon, avec ou sans nous.

    -     N’empêche ! J’aurais bien aimé dégommer Hollande avant son heure.

    -     Son heure viendra. Celui de son parti aussi : l’heure de plier les gaules. Fini, la pêche aux voix, bientôt, très bientôt ! Patience. »

     

    __________________

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Palestine, Palestiniens, Hamas et Etat de Palestine : ça bouge en Europe !

     

     

    palestine,palestiniens,état de palestine,parlement européen

     

                    Une large majorité d'eurodéputés s'est entendue sur un texte qui, pour la première fois dans l'histoire de l'institution strasbourgeoise, reconnaît « en principe » l'État palestinien, et exhorte les États membres à lui emboîter le pas

    Leïla Shahid, déléguée de la Palestine auprès de l'Union européenne se " félicite qu'une grande majorité des deux tiers soutienne la reconnaissance d'un Etat de Palestine. Ce compromis reconnaît l'Etat de Palestine dans ses frontières de 1967, et Jérusalem-Est comme capitale."

     

    Vote qui devrait, ici en France, permettre d'apaiser bien des esprits et d'atténuer nombre de rancœurs à propos d'un Quai d'Orsay dirigé par un Laurent Fabius membre d'un gouvernement sous une présidence qui n'a jamais autant soutenu l'Otan et Israël dans leur conduite d'une stratégie de chaos irresponsable, d'instrumentalisation du terrorisme et de son financement par le Qatar et l'Arabie Saoudite, leurs alliés, ainsi que la menace permanente de la guerre par le biais de provocations là encore, irresponsables : la dernière en date, contre la Russie à propos de la captation de          l' Ukraine.

    Ce vote, c'est là aussi un peu de notre honte qui s'en trouve atténuée car, qu'il soit permis de rappeler qu'à chaque fois que le France et l'Europe ont été lâches, nous avons eu honte... honte pour elle comme pour nous.

     

    hamas, islam,palestine,gaza,palestinien,israël

     

                      Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule... le Hamas a enregistré une victoire, « la correction d’une erreur historique de l’Union européenne », a estimé son numéro deux, Moussa Abou Marzouk. En effet, le Tribunal de l’Union européenne a annulé, mercredi 17 décembre, le placement du Hamas, branche religieuse (musulmane) de la résistance palestinienne, sur la liste des organisations terroristes de l’U.E.

     

                              Il ne manque plus que le vote de sanctions économiques, culturelles et diplomatiques contre Israël.

     

                               Allez, Europe ! Encore un effort ! T'y es presque !

     

    _____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Sionisme et Front national, un rapprochement imminent ?

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Politique et actualité 0 commentaire
  • Gaza éventrée : état des lieux

    media

                 
                   La bande de Gaza entame sa "reconstruction" après 50 jours de ratonnade,  la plus meurtrière et la plus destructrice depuis le début de l'occupation israélienne en 1967 ; 2166 Gazaouis y auront été massacrés, hommes, femmes et enfants.

    En 50 jours, les frappes israéliennes ont fait cinq fois plus de dégâts que lors du dernier conflit de 2009. L'urgence c'est la reconstruction des 60 000 maisons endommagées pour permettre à un demi-million de déplacés de retrouver un toit. Il faudra aussi déminer des lieux encore infestés d'explosifs. Cela prendra dix ans avec l'aide internationale, sinon 20... sans son aide.


                   Tsahal aura investi  - oui, il s'agit bien d'un investissement : neutraliser la résistance palestinienne ! -, 2 milliards de dollars pour mettre au pas les habitants sans défense de la bande de Gaza : assassinat de 2166 civils, destruction de centaines d'immeubles, privation d'eau et d'électricité... soit la somme d'un peu moins d'un million de dollars par Gazaoui. Rapporté à l'ampleur des destructions et du préjudice moral sur la résistance palestinienne, et une population exsangue et déjà bien épuisée, cet investissement, c'est peanuts !

    Car il s'agit bel et bien d'un investissement on ne peut plus rentable... et plus encore  quand on garde à l'esprit le fait qu'une poignée seulement de mercenaires de Tsahal y auront été célébrés en héros... héros post-mortem certes ! mais héros quand même.

    Quant à la question : n'a-t-on pas toujours les victimes que l'on mérite ? On laissera aux mercenaires d'un Etat hors-la-loi le soin d'y répondre, même si personne ne nous empêchera d'avoir notre petite idée à propos de la réponse.


    ***


                   Néanmoins, on pourra légitimement accueillir avec soulagement, à défaut de pouvoir s'en réjouir, le fait que cela coûte quand même encore un peu d'argent d'envoyer six pieds sous terre des êtres humains démunis, privés de tout... eux et leurs demeures que l'on fait voltiger dans les airs avant de retomber en poussière...

    Oui, cela coûte donc encore un peu de blé.... car, dans le cas contraire... si c'était gratuit... free of charge...


                "Vous imaginez un peu ?

                 - .......................................

                 - Non, vous n'osez pas ?

                 - ........................................

                 - Moi non plus."


    _______________________


    Pour prolonger, cliquez : L'union sacrée

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
  • 1942-2014 : de la rafle du Vél d’Hiv à l’opération « Bordure protectrice » contre Gaza

     

    Billet rédigé en 2014

     

                  L’opération « Bordure protectrice » démarrée en juillet par l'armée israélienne qui prend pour cible le territoire de Gaza,  s’est achevée le 26 août 2014. Cette opération aura fait près de 2 200 victimes civils côté palestinien et 66 victimes militaires côté israélien.
     
               
    ***
     

                       Commémoration du 72e anniversaire de la Rafle du Vél d’Hiv - entre les et plus de 13 000 Juifs (majoritairement étrangers), dont près d'un tiers étaient des enfants, ont été arrêtées pour être déportés : moins d'une centaine reviendront.

    Le Premier ministre, Manuel Valls, a prononcé un discours lors de la Cérémonie commémorative : "L'honneur d'une nation, c'est de reconnaître ce qui, un jour, a fait son déshonneur", a notamment déclaré le chef du Gouvernement.

     
    ___________________________________

     

     

    " Que savez-vous de votre douleur en moi ? 

           - Tout, justement. C'est-à-dire : rien… puisqu’il n’y a rien."

     

    ***

     

                          Pas un geste, pas un regard, pas une parole

     

                 Ici, en France, d’aucuns s’activent sur les réseaux sociaux et comptent frénétiquement ceux qui sont tombés au champ d’honneur d’un massacre de population civile gazaouie : une quarantaine de soldats israéliens. Ils les nomment un par un - nom, prénom et visage -, ils les commentent, ils les célèbrent : « Tsahal, quand même ! C’est pas rien cette armée ! C’est bien la meilleure ! ».

    A quand une manifestation de soutien à cette armée israélienne, ici à Paris ? Ils l’évoquent le plus sérieusement du monde.

              En face s’élève (ou bien plutôt : sombre...) leur trophée, fruit d’un dur labeur de trois semaines : un millier d’hommes, de femmes et d’enfants de Gaza, de tous les âges, passés par pertes et profits.

                           Non, ils n’auront pas un mot, pas un doute…

               Ils se prénomment Anton, David ou bien Alain… Chicheportiche ou Cohen, nés en France ; leur histoire familiale a pour région le Maghreb ; ils ont entre 20 et 35 ans, et sachez qu’ils n’auront pas un regard, pas un geste, pas une parole pour quiconque ressemblera de près ou de loin à ce que l’on nomme un Palestinien. Ne vous faites aucune illusion : ils ne lèveront pas un petit doigt, ils n’auront pas une pensée.

                « Si seulement vous les connaissiez, vous sauriez que c’est pas des gens comme nous !»

    Et nous de rajouter : « Surtout depuis que vous leur avez tout pris ! »

    Mais on s’en gardera bien : on sait déjà que le dialogue est impossible car, jamais ils ne regarderont l’histoire ( pour peu qu'ils la connaissent) de ces 50 dernières années en face : qui fait quoi, à qui, où, comment, pourquoi et pour le compte de qui.

     

                 A côté ou en face, toujours sur les réseaux sociaux, on trouvera Karim, Driss et d’autres issus de ce qu’on appelle la culture arabo-musulmane : même âge, même géographie des origines.

    C’est le silence… à l’intérieur on bouillonne mais on fait silence, chacun fixant son écran d’ordinateur ; et ce silence ne tient qu’à un fil ; une seule solution alors : ne rien évoquer, faire comme si rien ne se passait… comme si ça n’existait pas ; dans le cas contraire… ce sera l’explosion ; et les Karim et autres Driss en sortiront humiliés pour ne rien dire du danger professionnel que représenterait la manifestation de leur écoeurement et de leur colère sur leur lieu de travail, là où ils côtoient… l’autre camp ? Celui d’en face ?

                D'autres encore : Michel représentant syndical à la CGT, né de mère juive (Algérie) et de père européen non juif. Un membre de son syndicat s’adresse à lui :

    « Tu as entendu parler de la manif de mercredi ? La CGT y sera, et toi ?

    -      Sûrement pas. »

    En deux mots, on tranche. Pas un mot de plus avant de s’éclipser de ce Michel qui a pourtant la réputation de savoir faire face quand il siège au comité d’une entreprise de 4500 salariés.

                       Là encore, aucun doute : indifférence totale.

                 A propos de cette indifférence, difficile de ne pas penser  à une sorte de fanatisme tranquille, pépère, sûr de son droit. Non… au-dessus du droit ! là où rien ne peut vous atteindre : ni la morale, ni l’empathie... ni la compassion du "vainqueur haut la main et sans conteste" à l'endroit de ceux qu’il a trucidés… alors que plus on est fort, plus on peut se permettre quelques faiblesses…

                                      Non, rien, de rien dans rien.

    Et cette indifférence-là, ce fanatisme pépère qui jamais n’a besoin de hausser le ton, on pourra toujours le regarder, l'observer et le commenter sous toutes les coutures... nul doute : ça se cultive, ça se prépare, ça s’apprend cette indifférence-là qui ne se reconnaît aucun devoir car personne ne naît à ce point indifférent au malheur des autres et à l'injustice qui les frappent, à l'exception de quelques sociopathes qui n’ont pas connu la chaleur d’un foyer, la caresse d’une mère, le regard sévère d’un père avant son pardon…

    Mûrs et fins prêts pour une indifférence terrifiante ils sont ! Une indifférence d'un nouveau type : d'une violence contenue, incommensurable, d'une froideur de vainqueur d'une arrogance sans précédent, celle que confère une impunité totale, absolue ; une indifférence viscérale pour le sort que l'on réservera à celui qui contrarie vos ambitions, au-delà de tous les droits rattachés à la personne humaine, par-delà le bien et le mal, ailleurs, plus haut, plus loin : au-dessus de l'humain ?

    De petits monstres froids, très sympathiques au demeurant et tolérants à condition de partager avec eux leur haine de tous ceux qui se permettent de juger Israël ?

    La question est posée. Une réponse de Yeshayahou Leibowitz, considéré comme l'un des intellectuels les plus marquants de la société israélienne, surgira d'outre-tombe : ce Monsieur avait compris que dans chaque culture, dans chaque Peuple, dans chaque civilisation, sommeille un nazi (ICI) ou plus "conceptuellement parlant" : une indifférence non pas violente et chaude, mais paisible et froide à l’injustice, au droit, à la morale et pour finir… au crime... crime de masse, comme s’il ne pouvait en être autrement : Es muss ein : « Cela doit-il être ? Cela est ! »; ou bien encore : « Le faut-il ? Il le faut !»

                Alors, sérieusement, y a-t-il encore du monde pour s’interroger à propos de la rafle du Vél d’Hiv, 72 ans après : comment cela a-t-il été possible ?

    Mais la réponse, aujourd’hui, vous l’avez, là, sous vos yeux, partout, dans les lieux publics ! Il suffit de tendre l’oreille. Dans les entreprises aussi ; dans les ricanements de milliers d’internautes derrière leur écran d’ordinateur ; et puis aussi, et puis surtout : dans les médias… là où aucun journaliste ou éditorialiste est capable de dire « Assez !» à propos des crimes de l'Etat d'Israël commis sur une population sans défense, avec le soutien massif, ici, sur notre sol, d'une communauté toute entière, sans renvoyer perfidement et lâchement dos à dos Netanyahou et le Hamas pour ne pas avoir à dénoncer la politique d’un Etat avec complicité active et passive de l’Europe : le sacrifice du Peuple palestinien à propos duquel il n'y aura pas un mot, pas un regard, pas un doute tellement le droit et la loi ne sont même plus reconnus...

    Quant aux valeurs humaines : " ... encore faut-il qu'il soit question d'êtres humains".

    Une infirmité cette indifférence poison de l'âme ! Du grain à moudre pour les sciences humaines, la psychologie et la psychiatrie, nul doute !

     

                 Alors, encore une fois, et sérieusement, y a-t-il encore du monde pour s’interroger à propos de la rafle du Vél d’Hiv sans être un Tartuffe ou un imbécile : comment cela a-t-il été possible ?

    Que l'on ne s'y trompe pas : Gaza et l'indifférence qui l'accompagne sont de cette étoffe sur laquelle naissent les pires cauchemars, Vél d'Hiv et autres :

     

    - "Ils n'ont que ce qu'ils méritent ! C'est des Arabes et des Musulmans... après tout... ".

    - "Les Palestiniens ? C'est qui, c'est quoi ces gens ?"

    - "Gaza, vous dites ? En quoi, ça nous concerne ?

    - "Il faut s'en débarrasser ; ce sont des nuisibles ; ils veulent notre perte".

     

                  Une fois encore : que ceux qui  s’interrogent encore à propos de l’indifférence qui a accompagné la rafle du Vel d’hiv, ne cherchent plus la réponse car c’est bien de la même indifférence qu’il est question vis-à-vis du sort injuste et cruel fait aux Palestiniens : à cette nuance près : le sort des palestinien est une cause entendue mondialement depuis 50 ans ;  la rafle de juillet 42 n’a offert qu’une dizaine de minutes à tout un chacun pour prendre une décision : s’y opposer ou bien regarder ailleurs. La morale est ironique, autant que l’histoire et son balancier ; manifestement, les tartuffes, on ne les côtoie  pas qu’en religion. Et la vérité de soi et sur soi, est toujours aussi cruelle qu’insupportable et pourtant, elle le plus souvent, la même pour tout le monde.

     

     

    ***

     

                 Rares sont les Peuples capables de se hisser à la hauteur de leur martyre, et plus encore quand on sait que ce martyre devrait pousser la victime, dans un élan irrépressible, à la sainteté ; c'est Simone Weil (la philosophe) qui nous a rappelé dans les années 30 que les pires atrocités et injustices rapprochent de la grâce et obligent la victime plus que son bourreau ;- bourreau qui n'a qu'un droit purger sa peine en silence et la victime de ne jamais le supplanter.

                Pour sûr, à la hauteur de son martyre, un Peuple l’aura été ! Alors que son calvaire perdure sans espoir d’en connaître un jour la fin sinon dans la résignation mais au prix de son humanité car en face, l’intention est bien d’en faire un Peuple d’esclaves à défaut de pouvoir le faire disparaître comme par enchantement (d'autres temps, d'autres moeurs politiques ! Heureusement pour les Palestiniens !) ; un Peuple martyr donc ; et pour le premier d’entre eux - du moins, nous l’assène-t-on depuis quarante ans -, le martyre juif avec ses porte-parole très médiatiques (nommés "élites" !) qui ont conduit une génération à la déshumanisation tranquille et sereine de plusieurs millions d'êtres humains qui n'ont qu'un droit et qu'un devoir : aller voir ailleurs si ça se fait d'être palestiniens en Palestine ; or, il se pourrait bien que cette génération soit en passe d’occuper non pas la première mais bien la dernière des places sur un plan éthique, humain et moral ; une génération libre jusqu’à l’impunité, libre mais sans excuse car...

    Elle savait tout cette génération ! Elle avait entre 20 et 35 ans et elle savait tout et elle a tout désiré, le mors aux dents, sans grimace, sans regrets et sans remords... imperturbable.

     

    ________________

     

    Pour rebondir, cliquez : Sioniste, vous avez dit sioniste ?

     

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Des nouvelles de Gaza, du Hamas, d'Israël et de cosa nostra

                42e jour de ratonnade et de maintien de l’ordre colonial israélien : plus de deux mille morts palestiniens dont 75% de civils.

     

    ____________

     

     

            La fille du chef militaire du Hamas victime collatérale de l'attaque israélienne

     

    3621263871jp5f43-720e5.jpg

              

                Sara, 3 ans, a été extraite des gravats de l'immeuble dans lequel sa mère, Widad, 27 ans, et son frère de 7 mois ont été tués. Mohammed Deïf, le chef du bras armé du Hamas, était initialement visé.


             Shabbat shalom (שַׁבָּת שָׁלוֹם) - bons baisers des mercenaires de Tsahal !


                  Longue vie aux enculés.

     

    ***


                  Pour une fois, on ne pourra pas reprocher à Israël de n'avoir aucune stratégie sur le long terme car, avec ce dernier attentat, Israël semble se projeter sur deux générations et plus. Après tout, n'est-ce pas à la racine, dès le berceau, qu'il faut aller traquer ces ennemis d'aujourd'hui et ceux de demain qui ne manqueront pas de ramasser des gravats et des ruines, et de brandir le drapeau palestinien de libération nationale, les causes - embargo, vol de la terre, colonisation, humiliation, assassinats et bombardements civils... - produisant les mêmes effets, la même soif de justice et de liberté.  

     

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gaza mon amour

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Ministre des affaires étrangères : un job à deux vitesses

    laurent fabius,irak,irakiens,kurdes,chrétiens,israël,hamas,gaza,ps,usa,musulmans,islam,alain jupé,dominique de villepin

           

              Laurent Fabius met le turbo ; il est en Irak : "Je suis ici pour montrer la solidarité concrète de la France par rapport à ce qu'il se passe de terrible dans cette région kurde d'Irak", a-t-il indiqué à Erbil dimanche midi.

    "L'Irak se défend avec beaucoup de courage et en particulier nos amis kurdes, mais il faut qu'il y ait un mouvement mondial de solidarité concrète", a souligné le ministre français qui frôle là l'excès de vitesse dans une réactivité optimale.

    "J'amène 18 tonnes de fret humanitaire : des médicaments, des tentes, des pompes à eau, pour sauver des vies humaines", a ajouté Laurent Fabius qui franchit maintenant la ligne jaune.

     

    Irak : Laurent Fabius veut un "pont européen de solidarité"

     

     

    Absent à propos de la ratonnade israélienne à l'encontre des Palestiniens de la bande de Gaza (plus de 1600 morts civils)-  ratonnade qui entre dans sa 6è semaine - Laurent Fabius est omniprésent dans les médias, foisonnant d'idées, à propos de l'Irak...

     

    Bottant en touche au sujet de la condamnation sans condition de l'opération de ratonnade d'Israël contre des civils, Laurent Fabius n'a pas de mots assez durs pour condamner sans équivoque les groupes armés qui terrorisent la population irakiennes... les minorités kurdes et chrétiennes en particulier...

     

    Indifférent et sans vision sur le fond à propos d'une solution pour les Palestiniens, Laurent Fabius imagine déjà un pont aérien humanitaire destiné aux Kurdes et aux Chrétiens...

     

    Silencieux quant à la possibilité de sanctions contre Israël... Laurent Fabius évoque la livraison d'armes aux Kurdes d'Irak...

     

     

                  Et ce... alors que deux anciens ministres du quai d'Orsay, à propos de cette indifférence de la diplomatie française pour les Palestiniens, se désolent ; Alain Jupé déplore  : "L’effacement honteux de la France et de l’Europe sur la scène internationale"(ICI) ; Dominique de Villepin accuse : "Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza»  (LA)

     

    Il est vrai qu'en ce qui concerne l'Irak, et contrairement à Israël, les bad guys sont...

     

    1 - Arabes...

    2 - Musulmans...

    3 - Extrémistes de surcroît...

     

                                   Et qu'il s'agit...

     

    4 - de l'Irak... pays détruit par les USA avec la bénédiction d'Israël et de ses officines françaises - Licra, Crif, Uejf, Ldj -, ainsi que des imbéciles...

     

                              Et que...

     

    5 - Tout ce qui est bon pour les USA et Israël est bon pour Laurent Fabius...

    6 - Même et surtout si c'est mauvais pour la France...

     

                De là à conclure qu'un Arabe, musulman de surcroît, ne peut qu'avoir tort, qu'il soit du bon ou du mauvais côté du manche et de sa lame...

     

    __________________

     

              "Dites ! Au fait, c'est quand la prochaine élection présidentielle ?

              - 2017.

              - 2017 ? Pouah ! On n'aura jamais la patience d'attendre de pouvoir virer tout ce beau monde cravaté !"

     

    _______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Porter la crise en cœur du PS

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Gaza, Israël et Dominique de Villepin : quand tout est dit

     

     

                 Tenter d'anéantir un des derniers foyers de la résistance palestinienne à la colonisation israélienne, Gaza - le blocus n'y suffisant pas -, ainsi que la composante religieuse de cette résistance, le Hamas ; diviser politiquement les Palestiniens, maintenir la tête de ce Peuple sous l'eau jusqu'à l'asphyxie sur le modèle de la Cisjordanie, occupée et humiliée...  tel est le but affiché par Israël car c'est toujours la même histoire qui nous est contée : vaincre, dominer, exploiter, humilier... négriers, maîtres et esclaves.

               Pour cette raison, nous sommes aujourd'hui plus que jamais dans l’obligation de dénoncer une alliance avec un des rares Etats qui n'a décidément rien à proposer ni à offrir au monde depuis sa création -  Etat et Nation sans culture de dimension universelle et sans morale -, depuis qu’il s’est mis en tête de vivre aux dépens, sur le dos et au détriment de centaines de milliers d'êtres humains - les Palestiniens ! et ce aussi longtemps qu’ici, en France, toute la classe politique et médiatique soutiendra cet Etat et une politique dont il n’y a plus rien à sauver à l'heure où des associations communautaires ont le pouvoir de bannir des médias et de persécuter tous ceux qui n'acceptent plus cette compromission de la France avec une idéologie mortifère : le sionisme.

     

    ____________

     

     

              L’appel de Dominique de Villepin

     

                Voici un extrait de la tribune de Dominique de Villepin sur Gaza parue dans Le Figaro, le 1er août. L’ancien ministre des affaires étrangères y propose trois outils diplomatiques : sanctions contre Israël, justice internationale, interposition de l’ONU.

    Comme quoi, il suffit de n'avoir aucun avenir politique pour, sans risque, dire la vérité, aujourd'hui en France ; même la lettre de Plenel (et celle de Rony Braumann and co aussi) n'ira pas aussi loin ; un Plenel qui a, manifestement, encore des comptes à rendre à un environnement économique, médiatique et politique majoritairement atlantiste et sioniste.

    Le courage de Villepin et sa franchise sont suffisamment rares depuis le début de cette ratonnade israélienne - opération de maintien d'un ordre colonial - pour être accueillis ici à bras ouverts :

                 "... lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c’est aujourd’hui, je l’écris en conscience, un devoir pour la France, une France qui est attachée indéfectiblement à l’existence et à la sécurité d’Israël mais qui ne saurait oublier les droits et devoirs qui sont conférés à Israël en sa qualité d’État constitué. Je veux dire à tous ceux qui sont tentés par la résignation face à l’éternel retour de la guerre qu’il est temps de parler et d’agir. Il est temps de mesurer l’impasse d’une France alignée et si sûre du recours à la force. Pour lever le voile des mensonges, des omissions et des demi-vérités. Pour porter un espoir de changement.

    Par mauvaise conscience, par intérêt mal compris, par soumission à la voix du plus fort, la voix de la France s’est tue, celle qui faisait parler le général de Gaulle au lendemain de la guerre des Six Jours, celle qui faisait parler Jacques Chirac après la deuxième intifada. Comment comprendre aujourd’hui que la France appelle à la «retenue» quand on tue des enfants en connaissance de cause ? Comment comprendre que la France s’abstienne lorsqu’il s’agit d’une enquête internationale sur les crimes de guerre commis des deux côtés ? Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d’Israël ? Quelle impasse pour la France que cet esprit d’alignement et de soutien au recours à la force.

    Je crois que seule la vérité permet l’action. Nous ne construirons pas la paix sur des mensonges. C’est pour cela que nous avons un devoir de vérité face à un conflit où chaque mot est piégé, où les pires accusations sont instrumentalisées.

    Ayons le courage de dire une première vérité : il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre. Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd’hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien. En lieu et place de la recherche de la paix, il n’y a plus que l’engrenage de la force qui conduit à la guerre perpétuelle à plus ou moins basse intensité. L’État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu’elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. C’est la spirale de l’Afrique du Sud de l’apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d’iniquité et de bantoustans humiliants. C’est la spirale de l’Algérie française entre putsch des généraux et OAS face au camp de la paix incarné par de Gaulle..."

     

                 Le texte intégral de la tribune : ici

    Lien permanent Catégories : Israël : judaïsme, sionisme et colonisation, Medias, désinformation et ré-information, Politique et actualité 0 commentaire
  • Gaza, la rebelle

     

                Une trêve de 72 heures a démarré dans la bande de Gaza, mardi à 8h00, heure locale (5h00 TU). Trois jours de répit pour la population palestinienne, sous le feu des bombardements depuis 29 jours.

    L’armée israélienne a annoncé son retrait total de la bande de Gaza.

     

    gazaouis,gaza,hamas,israël,palestine,palestinien,usa,colonialisme,sionisme,guerre,proche orient,moyen orient,médias,ps,hollande,fabius,valls

                  Anéantir un des derniers foyers de la résistance palestinienne à la colonisation israélienne, Gaza - le blocus n'y suffisant pas -, ainsi que la composante religieuse de cette résistance, le Hamas, diviser politiquement les Palestiniens, maintenir la tête de ce Peuple sous l'eau jusqu'à l'asphyxie sur le modèle de la Cisjordanie, occupée et humiliée...  tel est le but affiché par Israël.

                 En 29 jours de conflits et de bombardements, l'opération Bordure Protectrice aura fait côté palestinien plus de 1850 tués et près de 10 000 blessés, 200 000 déplacés. Selon l'Onu, les deux tiers des victimes sont des civils, dont un grand nombre de femmes et d'enfants.

     

    ***

     

                  « Ils étaient là comme dans une cage dont la porte eût été grande ouverte sans qu’ils puissent s’en évader. Rien n’avait plus d’importance en dehors de cette cage, parce qu’il n’existait plus rien d’autre. Ils demeuraient dans cette cage, étrangers à tout ce qui n’était pas au-delà des barreaux. Il eût été anormal, impossible même de s’évader vers quelque chose qui n’avait ni réalité ni importance. Absolument impossible. Car à l’intérieur de cette cage où ils étaient nés et où ils mourraient, le seul climat d’expérience tolérable était le réel, qui était simplement un instinct irréversible de faire en sorte que les choses eussent de l’importance. Ce n’est que si les choses avaient quelque importance que l’on pouvait respirer, et souffrir. La vie était ce qui avait de l’importance, et le réel faisait partie de l’instinct qui donnait à la vie un peu de sens. L’instinct n’envisageait pas ce qui pouvait exister au-delà du réel parce qu’au-delà il n’y avait rien qui eût de l’importance : nous ne sommes jamais sortis du temps des négriers. » - Raoul Vaneigem - Isolement

     

     

    ___________________

     

    gazaouis,gaza,hamas,israël,palestine,palestinien,usa,colonialisme,sionisme,guerre,proche orient,moyen orient,médias,ps,hollande,fabius,valls

                       
                  Il y a des cartes géographiques qui dévoilent tout : bas les masques !

     

                     Sécurité d’abord ! hurle le gardien aux prisonniers

     

    ***

     

               Le droit à la sécurité dû à Israël, comme à tout autre pays, n’est pas critiquable en soi ; il devient odieux que parce qu’il se fonde sur le droit d’humilier et de dominer  depuis 1967 : vol de la terre, assassinats, bombardements civils et chantage à l’antisémitisme. 

    Si la solidarité indéfectible et pathologique dans l’humiliation, le meurtre et le vol est sans doute ce qui peut arriver de pire à un Peuple, le mépris, l’impunité et la religion ont gâché Israël, et tout l’Occident est responsable : tous ceux qui l’ont servi ces 40 dernières années : chefs d’Etat, chefs d’exécutifs, classe politique et médiatique ainsi que l’intelligentsia.

                  Car, avec cet Etat, seul est visible son aspect le plus repoussant. Enfant gâté, pourri, enfant-roi d’un Occident lâche et veule, si l’or noir aura été un cadeau empoisonné pour les populations arabes auxquelles ni la liberté ni la justice ne sourient, l’exploitation à des fins politiques et économiques ad nauseam du génocide juif  aura été pour Israël son tombeau sur un plan humain et moral, reléguant cet Etat au ban de la communauté internationale : en effet, on ne compte plus les condamnations par l'ONU à son endroit. 

    Finalement, Israël, porte-avion américain sur-armé et sur-entraîné à la prédation et à la domination coloniale, c’est toute l’histoire de l’Occident sans fard, à visage ouvert, de ces deux derniers siècles... mais avec 60 ans de retard : occupation, domination, exploitation, vol, crimes au nom des grands principes : hier - droits de l’homme et civilisation ;  aujourd’hui - holocauste et sécurité. 

    En cela, cette théocratie militaire fait preuve d’un archaïque qui n’a de cesse de nous surprendre : superstitions, religion, loi du talion, exercice brutal d’une domination totale sur le plus faible....

    Et en cela aussi, Israël est bien le monde tel qu’il est et tel qu'il va, ; et c'est à la fois l'humiliation de trop pour des populations arabes déjà bien humiliées et l'exercice moralement inacceptable d'une realpolitik dans laquelle le plus fort rafle la mise et le plus faible n'a qu'un droit : se soumettre ou mourir,  pour des populations européennes scandalisées... et plus encore depuis qu’une mondialisation qui est, elle aussi, un gigantesque archaïsme sur un plan humain (ou humaniste) a triomphé ; archaïsme que dénonçait en son temps un Bertolt Brecht  lucide : l’argent, la marchandise et la cupidité ; la puanteur du désir de « tout rafler » matériellement, politiquement et humainement. 

     

                Pour cette raison, nous sommes aujourd'hui plus que jamais dans l’obligation de dénoncer une alliance avec un des rares Etats qui n'a décidément rien à proposer ou à offrir au monde depuis sa création -  Etat et Nation sans culture de dimension universelle et sans morale -, depuis qu’il s’est mis en tête de vivre au dépens, sur le dos et au détriment de centaines de milliers d'êtres humains - les Palestiniens ! et ce aussi longtemps qu’ici, en France, toute la classe politique et médiatique soutiendra cet Etat et une politique dont il n’y a plus rien à sauver à l'heure où des associations communautaires ont le pouvoir de bannir des médias et de persécuter tous ceux qui n'acceptent plus cette compromission de la France avec une idéologie mortifère, le sionisme... car, on peut sans exagérer affirmer que l'on n'a pas connu en France un tel climat de chantage moral et de terrorisme intellectuel exercés sur les institutions et ces mêmes médias, leurs producteurs, animateurs et journalistes (télés, radios et journaux) depuis l’ère communiste et stalinienne - l’URSS, ses satellites et ses relais - le PCF en particulier, avec ses intellectuels et ses sympathisants -, des années 30 aux années 70. Car, à moins d'être aveugle ou partisan, difficile de ne pas admettre que leurs méthodes sont étrangement identiques : insultes, discrédit, intimidation, calomnie, procès d'intention, amalgames, chantage affectif, chantage professionnel...

    Et d'aucuns seraient vraiment tentés d'en conclure que Le Maccarthysme, c’était vraiment de la rigolade en comparaison.

     

                   Face à de tels agissements, nous n'avons qu'un devoir : les dénoncer sans relâche si nous voulons continuer de protéger notre démocratie qui est aussi et surtout, le droit de tout un chacun de clamer bien haut et bien fort la vérité... toute la vérité.
           

    _________________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gaza mon amour !

     

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
  • En France, les salauds et les lâches ne se sont jamais aussi bien portés

     

                      Quatrième semaine de ratonnade  dans le cadre de l’opération de maintien de l'ordre coloniale israélien à Gaza.

    Secouée par d'intenses bombardements, la nuit dernière (28 juillet) fut l'une des plus violentes depuis le début de l'opération : on parle d'une soixantaine de morts du côté des Palestiniens : plus de mille morts depuis le début de l'intervention ; morts civils dans une écrasante majorité.

     

    gaza,palestine,palestiniens,hamas,israël,sionisme,colonialisme,judaïsme,politique,actualité,justice,guerre


                  Il y a des cartes géographiques qui dévoilent tout : bas les masques !

     

                    Anéantir un des derniers foyers de la résistance palestinienne à la colonisation israélienne, Gaza - le blocus n'y suffisant pas -, ainsi que la composante religieuse de cette résistance, le Hamas, et maintenir la tête du Peuple palestinien sous l'eau jusqu'à l'asphyxie sur le modèle de la Cisjordanie, occupée et humiliée...  tel est le but affiché par Israël.

    Le CRIF, toujours à la pointe du combat pour la mort de toute idée d'un Etat viable pour les Palestiniens, tout en s'assurant qu'ici en France, l'Elysée, Matignon, l'Assemblée nationale, le Sénat et les médias exaucent chacun de ses voeux,  organisera une manifestation de soutien à Israël et à son armée jeudi prochain, sans doute en hommage à son dur labeur de ces trois dernières semaines : plus d'un millier d’hommes, de femmes et d’enfants de tous les âges passés par pertes et profits.

     

    ______________________

     

     

                     On ne compte plus les éditoriaux qui, dans le meilleur des cas et lorsqu'ils ne prennent pas ouvertement fait et cause pour Israël (1), renvoient dos à dos un "Israël extrémiste de Netanyahou" et le Hamas... comme si dans l'instrumentalisation du Judaïsme et du génocide juif à des fins coloniales depuis 1967, il y aurait de la place à la fois pour des modérés et des extrémistes.

    La palme reviendra à Jean Daniel du Nouvelobs qui écrit tout en s’écriant : "Si le droit de riposte (Israël) se révèle trop supérieur aux provocations de l'agresseur (Hamas), alors celui qui l'exerce et celui qui le subit ne valent pas mieux l'un que l'autre."

    Magie de l'internet ! Un internaute (Emilio Alba) vigilant et plein de bon sens, lui fera remarquer ceci :

                     "Cher Monsieur Daniel, si je vous comprends bien, au sujet d'Oradour-sur-Glane ( et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres sans doute - ndlr)  la Résistance française  (disons le Hamas... dans le contexte de l'occupation coloniale et du blocus israélien - ndlr) serait donc tout aussi responsable du massacre de la population de ce village que la division SS incriminée ?"

                     Et votre serviteur de proposer cette reformulation  : les maquisards ainsi que les habitants de ce village ne vaudraient pas mieux que cette division SS qui se serait finalement contentée de répondre aux "provocations" décidément intolérables de notre belle et noble résistance en punissant, faute de mieux, les habitants du village qui pouvaient ou non aider et abriter des résistants ?

    Et toujours dans le cadre de votre article, les SS, la Résistance française et les habitants d'Oradour-sur-Glane, c'est du pareil au même ?

                   Cette question, c’est à tous les éditorialistes qu’il nous faut la poser.

     

                  Comme un malheur n’arrive jamais seul et que le ridicule et l’indécence n’en ont  jamais assez - plus, toujours plus ! -, un président usurpera le prestige de sa fonction pour couvrir une tuerie, livrant le Peuple palestinien aux bombes israéliennes, en déclarant : « Israël a le droit de se défendre » ;

    Fermez le ban ! Y a rien à voir !

    Certes, les prochaines élections – comme pour les municipales et les européennes -, sauront rappeler à cet homme en dessous de tout de quel bois l’électorat de gauche est capable de se chauffer.

    N’empêche qu’en attendant…

     

                      Autre malheur, autre loi des séries… l'intelligentsia dite de gauche - acteurs, chanteurs, rappeurs, écrivains, artistes... -, garde le silence et regarde ailleurs (2) pendant que ça saigne, que ça hurle et que ça crève à Gaza ! Il est vrai qu'il s'agirait là d'un tout autre engagement que celui des restos du cœur si par chance ils devaient tous se mobiliser. On peut y laisser des plumes. C’est vrai. Et quelles plumes ! Celle d'une carrière.

    Alors non, ils n’auront pas un mot !

    Au moins savent-ils tous ce qu'il faut craindre ! Car leur  malaise à tous, leur gêne, confirment une fois de plus nos soupçons : quiconque s'avise de dénoncer le laxisme scandaleux de l'Etat français vis à vis d'Israël, sa complicité, devra renoncer, ici en France, à un avenir professionnel qu'il soit politique, économique, médiatique ou universitaire, au plus haut niveau. Et force est de faire le constat suivant : il y a des chapes de plomb et des Epées de Damoclès qui, en un tour de main, forcent un esprit qui a pourtant mille fois prouvé sa combativité, à battre en retraite avant de se réfugier dans le silence de l’indifférence ; autre manifestation de la banalité du mal, trou noir de l'âme.

     

                     Yeshayahou Leibowitz, (ICI) considéré comme l'un des intellectuels les plus marquants de la société israélienne avait compris que dans chaque culture, dans chaque Peuple, dans chaque civilisation, sommeille une indifférence non pas violente et chaude, mais paisible et froide à l’injustice, au droit, à la morale et pour finir… au crime... crime de masse, comme s’il ne pouvait en être autrement : Es muss ein : « Cela doit-il être ? Cela est ! »; ou bien encore : « Le faut-il ? Il le faut !»

                     Que l'on ne s'y trompe pas : la ratonnade de Gaza et l'indifférence qui l'accompagnent sont de cette étoffe sur laquelle naissent les pires cauchemars. Alors, sérieusement, à l’occasion de la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv, 72 ans après, y a-t-il encore du monde pour s’interroger : comment cela a-t-il été possible ?

    Valls si prompt à discourir sur les grandes catastrophes humaines du XXe siècle d’une voix qui se voudrait de stentor – il lui manque néanmoins « les graves », ceux de la profondeur -, un Valls qui sait mais qui n’a rien compris - à coup sûr, la marque des médiocres et des imbéciles -, Valls à la fois complice et soumis, ne répondra pas à cette question.

    Qu’à cela ne tienne ! La réponse, aujourd’hui, nous l’avons, là, sous nos yeux, dans le silence de ceux que l’on a coutume d’appeler « les leaders d’opinion » qui tout au long de l’année se répandent dans les médias… aujourd’hui absents… leaders d’opinions et puis… comme si de rien n’était, les autres, les saltimbanques de l’audiovisuel et des radios ou de la scène - spectacles vivants morts de trouille -, millionnaires aux frais des contribuables en ce qui concerne le service public… ou bien sur le dos d’une publicité jour après jour toujours plus dégradante pour l’être humain, sur les chaînes privées…tous se taisent... pas une déclaration, pas un mot. Rien.


                        Seuls ont pris la rue, pour le temps qu'il lui aura été donné de hurler sa colère face à la démission des médias et de toute la classe politique - de l'UMP au PS ; un PS digne de la SFIO de Guy Mollet -, le petit Peuple de France, les sans-grades, les anonymes, et le Peuple des associations engagées contre le cynisme d'une nouvelle barbarie ; une barbarie hautement éduquée : technologie et terrorisme intellectuelle.

                         Plus qu’une infirmité cette indifférence ! Du grain à moudre pour les sciences humaines – comportement, psychologie, sociologie et science politique -, et à la tonne en plus. Nul doute.

    A quelles périodes de l'histoire de France faut-il remonter pour retrouver un tel désarroi de la part des gens honnêtes et courageux ? Allez, pourquoi le cacher !  On y pense tous : il faut remonter à l'Occupation et à la guerre d'Algérie, bien évidemment.

     

     

    ***

     

                    A la rentrée de Septembre, une fois les vacances épuisées, et quand le bilan de l’opération coloniale israélienne s’élèvera à  plusieurs milliers de morts civils palestiniens, et même si Hollande, Valls et Fabius baisseront alors d’un ton, pour s’exprimer mezzo voce, Tartuffes comme il n’est pas permis, suffira-t-il seulement de s’en laver les mains pour effacer les taches de sang d'une telle démission et d'un tel parti pris affiché avec une arrogance inédite comme si République rimait avec impunité ?

    C'est à voir.

                     Mais alors, serons-nous autorisés à, et aurons-nous seulement l’opportunité de… leur adresser à tous, en face et bien dans la face, l’ultime manifestation de notre dégoût ?

    Rien n'est moins sûr, hélas !

     

     

     

    1A l’exception de Médiapart qui avait pourtant, dans les premiers jours, lui aussi, emboité le pas d’un « Netanyahou-Hamas tous pourris ! » avant de se raviser face à la levée de boucliers de ses abonnés. On pourra toujours se reporter ICI à cette « lettre ouverte à François Hollande » d’Edwy Plenel qui sauve in extremis la presse française.

    Et à son sujet, si la dénonciation dans la presse dominante de la soumission du gouvernement Hollande et Valls à Israël est suffisamment rare pour que l'article du patron de Médiapart soit ici salué, Edwy Plenel courageux mais pas téméraire, dans son réquisitoire, oubliera néanmoins l'usage d'un mot et l'association de trois autres : sionisme + "France, classe politique et médias" quand on sait que l'on retrouve le même parti pris et le même ralliement à la raison du plus fort de l'UMP au PS, du Figaro au Nouvelobs...

    Ce rapprochement aurait permis à Plenel d'expliquer pourquoi Hollande est acculé à faire autant d'erreurs qui n'en sont pas pour tout le monde, bien évidemment.

    Les causes ! Attaquez les causes ! Car le courage est là : dans l'exposition des causes ! Le courage et les ennuis, certes, c'est vrai ! mais... dénoncer les effets, c'est à la portée de tout le monde ! Et puis, à sermonner sans péril, on triomphe sans   gloire !

    Aussi, à titre d'encouragement, on lancera à Plenel  : "Allez ! Encore un effort, vous y êtes presque !"

     

    2 - A l’exception de Dieudonné ; ce qui n’étonnera personne : cet artiste, véritable Molière et Voltaire des temps modernes, connaît trop bien le lynchage et la ratonnade "médiatiques" pour les subir aujourd'hui comme personne d’autre avant lui.

    _________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Gaza, mon amour !

     

    Lien permanent Catégories : Attentats, terrorisme, Charlie..., Israël : judaïsme, sionisme et colonisation 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu