Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

king kong

  • Virginie Despentes : entre supplique et manifeste

     
     
                 actualité,politique,virginie despentes,angela davis,king kong,uleski,féminisme
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Quand la belle refuse de participer au spectacle d'une féminité proche de la putasserie :
    .

    "J'écris de chez les moches, pour les moches, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf..."

     

                     Sans oublier la colère :

     

    "... je suis furieuse contre une société qui m'a éduquée sans jamais m'apprendre à blesser un homme s'il m'écarte les cuisses de force, alors que cette même société m'a inculquée l'idée que c'était un crime dont je ne devais pas me remettre".

    ..

                    Au sujet du sexe dit faible :

    ."... Le sexe faible, ç'a toujours été une plaisanterie. Les femmes noires, filles d'esclaves, ont travaillé comme les hommes, ont été fouettées comme les hommes..."..

    .

    .              Et de citer Angela Davis évoquant l'esclave noire américaine : "La femme noire avait appris par le travail que son potentiel de femme était équivalent à celui d'un homme. Mais les femmes n'étaient pas seulement fouettées et mutilées, elles étaient aussi violées."

     

    ***

     

    actualité,politique,virginie despentes,angela davis,king kong,uleski,féminisme

     

    Avec le film "Baise-moi"baise-moi despentes uleski.jpg, c'est Virginie Despentes qui porte son propre livre sur le grand écran, aidée de Coralie Trinh Thi. Son film plongera nombre d'institutions dans l'embarras ; et pour commencer celles du cinéma et du ministère de la Culture.


    Faut-il interdire au grand public ce road-movie dans lequel on "baise" et on tue de sang froid, et pas toujours... sans discernement ?

    Les autorités dites compétentes trancheront au détriment de la réalisatrice dont le film ira rejoindre les réseaux de distribution des films X.

    Le cinéma en avait pourtant vu d'autres... mais la société, elle, n'aime pas qu'on lui tende ce qui pourrait bien être un miroir.

     

    ***

    .

                "... le féminisme est une révolution, pas un ré-aménagement des consignes marketing, pas une vague promotion de la fellation ou de l'échangisme, il n'est pas seulement question d'améliorer les salaires d'appoint. Le féminisme est une aventure collective, pour les femmes, pour les hommes et pour les autres..."

                A bon entendeur...

     

    ________________

     

    Virginie Despentes est éditée par les Editions Grasset

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Littérature et essais ad hominem 0 commentaire
  • Réflexion autour de la question... Kong

    Avec Virginie Despentes et son "King Kong théorie" chez Grasset.


    ________________________Kong et moi - Si cela c'était possible.jpg


    Face à face.jpg"... Dans la dernière version cinématographique de 2005, King Kong n'a ni sexe ni seins ; impossible de lui attribuer un genre. Entre Kong et la belle, il n'y a aucune scène de séduction ; ils s'apprivoisent, se protègent, sont sensuellement tendres l'un avec l'autre de façon non sexuée.

    King Kong fonctionne comme la métaphore d'une sexualité d'avant la distinction des genres : King Kong est au-delà de la femme et du mâle. Il est à la charnière entre l'homme et l'animal, l'adulte et l'enfant, le bon et le méchant, le primitif et le civilisé, le blanc et le noir ; hybride avant l'obligation du binaire.

    Ne me quitte pas.jpgQuand dans le film l'homme vient chercher la femme, elle hésite à le suivre ; il veut la sauver, la ramener dans la ville, dans l'hétérosexualité hypernormée. La belle sait qu'elle est en sécurité auprès de Kong mais elle sait aussi qu'il faudra quitter sa large paume rassurante pour aller chez les hommes et s'y débrouiller seule. Elle décide de suivre celui qui vient la chercher, la délivrer de la sécurité et la ramener dans la ville où elle sera de nouveau menacée de toutes parts : gros plan de la caméra sur ses yeux quand elle comprend qu'elle a été utilisée ; elle n'a servi qu'à capturer un animal qui ne tardera pas à s'échapper.

    King Kong subjuguée.jpg

    Quand la menace n'est plus là où l'on croyait.jpg

    Dans la ville, King Kong écrase tout sur son passage : il cherche sa blonde qu'il a perdu ; il la trouve ; s'ensuit alors une scène qui relève plutôt de l'enfance : "Je te tiendrai dans ma main et nous patinerons ensemble, et tu iras dans un manège enchanté."

    Puis les hommes en uniforme interviennent pour tuer la bête.

    Pour un dernier calin.jpgContrairement à ce qui est affirmé, ce n'est pas la belle qui a tué la bête ; la belle a refusé de participer au spectacle ; elle est venue à la rencontre de la bête pour la secourir, même si une fois la bête massacrée, la belle a suivi le beau : le plus fort parce que le plus adapté."

     

    ______________

     


    Mais alors...


    A quand une femme Kong ? Une Queen Kong qui n'aura plus besoin de la protection d'un King ?

    Loin de la servilité, de la putasserie, de la séduction et du glamour ?


    Lien permanent Catégories : Art et culture 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu