Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

lcp

  • Cour d'appel, chambre correctionnelle, influence et racket

     

     

     

     

     

     

    Par arrêt du 7 octobre 2015, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement de la 17ème Chambre correctionnelle de Paris déclarant Alain Soral coupable de provocation à la haine raciale à l’égard de Frédéric Haziza.

     

                  Suite à l’entretien du mois de novembre 2012 où Alain Soral avait qualifié Frédéric Haziza de « con du mois » et détourné la chanson L’Aziza de Daniel Balavoine pour en faire un karaoké dédié au journaliste, celui-ci avait porté plainte contre Égalité & Réconciliation et Alain Soral (directeur de la publication).

    Dans les propos qui avaient motivé la plainte de Frédéric Haziza, Alain Soral avait évoqué « un journaliste issu de la communauté dont on n’a pas le droit de parler qui occupe... oui c’est le mot... il s’agit d’occupation... à peu près la totalité de la superstructure idéologique de la France » et qui fait « un boulot de censeur tribaliste ».

    Durant l’audience du 17 octobre 2014, 3 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende avaient été requis contre Alain Soral par le procureur Annabelle Philippe.

    En première instance (délibéré du 21 novembre 2014), Alain Soral avait été condamné à payer un total de 13 002 euros (amende, dommages et intérêts, parties civiles...).

                  Le 7 octobre 2015, la cour d’appel a confirmé le jugement.

     

    ***

     

                   Justice d'exception...

                   Même si l'on pourra regretter la maladresse de Soral qui a commis l'erreur de "généraliser" le cas Haziza, aucun pays, aucun tribunal en Europe n'aurait condamné Alain Soral ( et Dieudonné antérieurement) pour avoir exprimé une telle opinion sur ce journaliste controversé.

    Après un jugement rendu contre Dieudonné - deux mois de prison avec sursis (1) -, que le "journaliste" Haziza ait pu obtenir gain de cause contre l'essayiste Soral... qu'un tribunal français puisse rendre, en appel, un tel jugement, indique à quel point la justice est bel et bien sous influence et sous contrôle. Taubira devra s'en expliquer après 2017.

    Quant à ce procureur Annabelle Philippe : quand serons-nous autorisés à demander des comptes aux procureurs et aux juges ?

    Car, jamais une justice indépendante n'aurait donné suite à la plainte déposée contre Soral ! Jamais une justice indépendante n'aurait condamné Soral dans le cadre de la libre diffusion des opinions et de son expression !

    Aussi, force est donc de conclure ceci : Christiane Taubira, garde des sceaux, peut être tenue personnellement responsable de l'acharnement du parquet contre Dieudonné et Alain Soral ainsi que contre tous ceux qui ont eu la présence d'esprit en Janvier de cette année de refuser de se ranger sous une bannière dictatoriale - " Je suis Charlie " -, rompant salutairement avec une unanimité fabriquée de toute pièce par les médias car ce sont bien ces "anti-Charlie" qui ont sauvé la démocratie ce jour-là et les jours suivants.

    Ce que l'Etat, la classe politique et médiatique ne leur ont pas pardonné. Pour sûr !

     

                   Le moment venu, on ne manquera pas de dresser à nouveau le portrait d'une femme qui a définitivement sombré, politiquement et moralement, dans l'exercice de sa fonction de garde des sceaux.

     

     

     

    1 - Dieudonné n’a jamais eu que deux cibles : le CRIF et la LICRA, tous deux responsables depuis 2003 de son bannissement des médias et d’un véritable acharnement que l’on peut à juste titre comparer à une chasse à l’homme comme on peut en mener contre des délinquants, voire des terroristes : d’où le « Je suis Charlie Coulibaly » de Dieudonné posté sur Facebook  ; comprenez : « Tout comme Charlie Hebdo, je suis un  transgressif mais... en ce qui me concerne, on me traque comme un terroriste ».

     

    _____________________

     

     Un portrait de Frédéric Haziza

     

                        Coup de pied d'Haziza à un garde du corps de Dieudonné : ou quand Haziza cherche la confrontation dans l'espoir d'en sortir "victime".

    Tout est dit, tout est montré dans ce coup pied.

     

     ***

     

     

                 Entré à Radio J en 1982 (radio communautaire juive), Frédéric Haziza crée et anime l'émission politique Le Forum Radio J en 1988 ;  il est aujourd'hui chef du service politique de l’antenne depuis 2001.

    Conflit d'intérêt oblige... Frédéric Haziza est aussi journaliste-éditorialiste sur La Chaîne parlementaire - Assemblée nationale (LCP-AN) où, depuis 2003, il anime Questions d'info. Il présente également sur la même chaîne Entre les lignes.

    Terne, sans talent et laborieux, très certainement recruté grâce à des appuis, ce journaliste communautarisé est manifestement venu sur le service public chercher un complément de salaire.

    Scandale des scandales... qu’il soit permis ici de suggérer à LCP et au CSA  qu'il demande à Monsieur Haziza de choisir : soit il sert le service public, soit il sert sa communauté et ses intérêts partisans bien compris… incompatibles avec l’exercice du métier de journalisme dans ce même service public, mais certainement pas les deux, et qui plus est... aux frais des contribuables.

    Car enfin... trouvez donc un journaliste de Radio Notre Dame, de beur-FM ou Radio Orient officiant sur le service public ! Ne vous donnez pas cette peine : vous n’en trouverez pas.

     

                  En 2012, après une interview avec Jacques Cheminade, candidat à l'élection présidentielle, la chaîne LCP recevra des dizaines de messages d'indignation. Il est reproché ceci à  F. Haziza : son manque de déontologie, son soutien indéfectible à Israël qu'il affiche sans vergogne, le conflit d'intérêt que représente son poste à Radio J et la partialité qui en découle.

    _____________

     

    Pour prolonger, cliquez : Médias - récupération, lessivage et recyclage

     

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Huffington Post : censure et bannissement

     



                 A propos de l'article "Serge Ayoub demande l'exclusion du journaliste Frédéric Haziza, des élus du PS et de l'UMP condamnent" publié par le Huffington Post début Août, article qui mentionne  en passant un de mes billets publié en février (1) de cette année, j'ai souhaité réagir sous la forme d'un commentaire.


    Or, la censure et le bannissement à mon endroit sont la seule réponse apportée par la rédaction d’un "journal" qui ne validera aucun commentaire dissonant ou dissident à propos de son article ; car tous les commentaires convergent vers une condamnation sans appel d'une pétition dont l'auteur Damien Chauveau n'a, soit dit en passant, aucun lien avec Monsieur Ayoub.


                     Aussi, je reproduis ici le commentaire refusé par la rédaction de Huffington peu de temps avant que mon compte ne soit fermé définitivement par cette même rédaction :


              A propos de votre article "Serge Ayoub demande l'exclusion du journaliste Frédéric Haziza, des élus du PS et de l'UMP condamnent" qui mentionne un billet que j’ai  publié en février de cette année, je souhaite apporter le commentaire suivant :


    Le billet dont il est question - billet publié, entre autres, sur lemonde.fr, médiapart et RFI atelier des médias -, a pour titre et sujet "LCP-Public Sénat, BFM et i-Télé : récupération, lessivage et recyclage" - un regard sur ceux qui, bien que remerciés et parfois même... discrédités, ne connaissent jamais le chômage ou la crise ou bien encore, la retraite !" (2)


    Il prend pour cibles une dizaine de journalistes dont Monsieur Haziza.


    Et à son sujet... ma position reste inchangée :   journaliste sur LCP, et puis aussi... à Radio J, radio de la communauté juive dont il est le chef du service politique, Monsieur Haziza doit choisir : soit il sert le service public, soit il sert sa communauté et ses intérêts partisans bien compris - intérêts incompatibles avec l’exercice du métier de journalisme dans ce même service public -, mais certainement pas les deux, et qui plus est... aux frais des contribuables.


    Ce cumul de fonction "privé-communautaire/public" est inacceptable.


     

                                                                        ***

     

                  La censure et le bannissement des médias à l’endroit de toutes les voix dissonantes et dissidentes, voire… radicales, ne font que confirmer, jour après jour,  tout ce que l'on peut dénoncer depuis trente ans : des médias qui ont définitivement tourné la page de la liberté d’expression même si ces médias n’ont jamais vraiment adhéré à cette liberté ; l'unité de l’UMP et du PS contre une pétition argumentée, le prouve une fois encore, car enfin, aucun candidat n’a jamais gagné une campagne électorale quelle qu’elle soit sans l’appui des médias dominants et toute la complaisance qui les accompagne : conflits d’intérêts sans nombre et connivence mortifère pour la qualité de l’information… une information que plus personne ne nous envie ;  une information risée du monde entier.


    Si  seulement c’était risible et drôle !


    ____________________

     

     

     

    1 – Monsieur Haziza est coutumier des menaces de procès pour antisémitisme à l’endroit de ceux qui jettent un regard critique sur ses activités de « journaliste ».


    Merci de vous reporter à tous les liens qui vous sont proposés en bas de page ; ils ont pour sujet la tentative de Monsieur Haziza de censurer un billet de blog rédigé par votre serviteur ICI : billet qui ne le concernait pourtant pas exclusivement, loin s'en faut. Monsieur Haziza a fait état d'antisémitisme... délit derrière lequel il semble se cacher afin de neutraliser toute critique à son égard, sûr de lui et de son pouvoir sur les hébergeurs de contenu quand il s’agit d’obtenir que l’on censure un blogueur qui l’indispose.


    L'arrogance de Monsieur Haziza est sans aucun doute symptomatique d'un climat propre aux médias : impunité pour tous ceux qui y travaillent ; journalistes ou pas, tout y est donc permis ; et tous auraient sans doute bien tort de se retenir.

     

    Cliquez :


    - LCP-Public Sénat, BFM et i-Télé : récupération, lessivage et recyclage

     


    - http://www.blogg.org/blog-103844-date-2013-02-10-billet-medias__service_public_et_communautarisme___complaisance__cooptation_et_predation-1437331.html

     

    - http://pensetouseul.unblog.fr/2013/02/08/frederic-haziza-voit-des-antisemites-partout-serge-uleski-en-serait-un/


    - http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2013/02/13/sale-temps-pour-les-blogueurs-au-nouvelobs-et-a-mediapart-13.html


     

    2 - On nous aura vraiment tout fait et tout servi sur le service public : on a connu le journalisme de droite (Elkabbach), le journalisme PS (Levaï), le journalisme de cirque et de foire (Mourousi), le journalisme passeur de plats  - droite et gauche sans distinction -, avec Ockrent et Sinclair, et enfin le journalisme agent de sa propre cause : PPDA...

    Avec Haziza, voilà maintenant que l'on nous sert du journalisme communautaire : radio J défend une communauté et des intérêts forcément partisans – sinon, à quoi bon ! -, (intérêts économiques, politiques, religieux et culturelles...) incompatibles avec l'exercice du métier de journalisme dans le service public. 

    Que l'on suggère donc à Monsieur Haziza, puisque manifestement son poste à Radio-J ne lui suffit pas, de déposer un CV chez BFMTV ou chez i-télé.


                

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 0 commentaire
  • Sale temps pour les blogueurs au Nouvelobs et à Médiapart ! | 13 février 2013

     

                  LCP-Public Sénat, BFM et i-Télé : récupération, lessivage et recyclage : un regard sur ceux qui, bien que remerciés et parfois même... discrédités, ne connaissent jamais le chômage ou la crise...

               

                  Billet rejeté par la modération du nouvelobs à la demande de Monsieur Haziza - pour preuve, son twitHaziza Frédéric‏@frhaz

    Blog antisémite: @LeNouvelObs a retiré blog @SERGE_ULESKI ens'excusant @mediapart tergiverse au nom"charte de participation"AlAntisémitisme? 

    4:28 PM - 8 Févr, 13 · Détails 

     

                Néanmoins, que l'on sache que Médiapart a, en partie, tenu bon puisqu'il a maintenu le billet, certes amputé du passage concernant Monsieur Haziza. 

     

     En revanche, d’autres sites ont publié dans son intégralité le billet "LCP-Public Sénat...".

      

     
     
     
     

    Merci à eux pour ne pas avoir céder à la censure, au chantage et à la calomnie !

     

                                                                                                       ***

     

              Sale temps pour les blogueurs du Nouvelobs et de Médiapart ! Espérons néanmoins que le courage l'emportera chez les hébergeurs en sachant que jamais un blogueur ne sera condamné pour avoir dit d'un journaliste qu'il était mauvais et jamais non plus pour avoir émis l'opinion suivante : en tant que journaliste, on ne peut pas servir à la fois le service public qui est l'expression même de la République et toujours en tant que journaliste, une radio communautaire ; et qui plus est comme chef du service politique de cette radio, d'autant plus que l'on ne trouvera un pareil cas de figure dans le cadre d'aucune autre radio dite "communautaire".

    Et c'est bien donc là un régime d'exception qui s'est installé, subrepticement.
    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
  • Médias, Service public et communautarisme : déontologie à vau-l'eau

                 "Le pouvoir extérieur qui prive l'homme de la liberté de communiquer ses pensées publiquement le prive en même temps de sa liberté de penser" - Emmanuel Kant

     

    _______________

     

                    Cette publication fait suite à la tentative de Monsieur Haziza (journaliste radio-télé - on y reviendra) de censurer un billet de blog rédigé par votre serviteur : billet qui ne le concernait pourtant pas exclusivement, loin s'en faut. Monsieur Haziza a fait état d'antisémitisme... délit derrière lequel il semble se cacher afin de neutraliser toute critique à son égard, oublieux du fait suivant (1):

     

                        - Banaliser l’antisémitisme c'est discréditer la lutte contre l'antisémitisme ; discréditer cette lutte c'est commettre une erreur irréparable et une faute impardonnable.

     

    Qu'à cela ne tienne, hébergeurs du billet en question, les genoux du Nouvelobs et de Médiapart ont alors tremblé, et ces derniers ont décidé de donner une suite favorable à la demande de censure de Monsieur Haziza.

     

    Sûr de lui et de son pouvoir sur les hébergeurs de contenu sur Internet quand il s’agit d’obtenir que l’on censure un blogueur qui l’indispose, l'arrogance de Monsieur Haziza est sans aucun doute symptomatique d'un climat propre aux médias : impunité pour tous ceux qui y travaillent ; journalistes ou pas, tout y est donc permis ; et tous auraient sans doute bien tort de se retenir.

     

    Mon billet a donc été amputé de la partie qui concernait Monsieur Haziza chez Médiapart ; on le trouvera à l’adresse suivante : LCP-Public Sénat, BFMTV et i-télé : récupération, lessivage et recyclage. Il a été totalement retiré de publication chez le Nouvelobs.

     

                                                                                        ***

     

    En revanche, ce billet-ci dont j'ai communiqué le contenu à LCP et au CSA, reprend un à un tous les arguments développés à l’encontre de Monsieur Haziza. Merci de le diffuser largement afin que l'on sache... là aussi : qui fait quoi, à qui, où, comment, pour-quoi et pour le compte de qui.

     

                                               ______________________________________________

     

     

                    On nous aura vraiment tout fait sur le service public ! On a connu le journalisme de droite (Elkabbach), le journalisme PS (Levaï), le journalisme de cirque et de foire (Mourousi), le journalisme agent de sa propre cause (PPDA)...

     

    Voilà qu'avec Monsieur Haziza, journaliste sur LCP (chaîne de la TNT et du service public) c’est un nouveau journalisme que l’on nous sert là : un journalisme communautaire, ou plus précisément, un journalisme communautarisé.

     

    Jugez plutôt !

     

    Ce que l’on ne sait pas toujours, et ce que d’autres peuvent avoir déjà oublié, c’est que Monsieur Haziza, de son prénom Frédéric, est aussi journaliste à Radio J – la radio de la communauté juive. Et pas n’importe quel journaliste : le premier d’entre eux puisqu’il est le responsable du service politique de cette radio communautaire.

     

                - Cherchez donc un journaliste (ne serait-ce qu'un simple journaliste et non un patron) de Radio Notre Dame, de beur-FM ou de Radio-Orient officiant sur le service public !

                   Ne vous donnez pas cette peine : vous n’en trouverez pas.

     

    Radio J est une radio militante (et c’est son droit le plus absolu !) qui défend une communauté et des intérêts forcément partisans, sinon à quoi bon ! Intérêts économiques, politiques, religieux et culturels... incompatibles avec l'exercice du métier de journalisme dans le service public...

     

    Et comme un malheur n'arrive jamais seul, très certainement recruté grâce à des appuis chez LCP en particulier et chez France Télévisions en général, manifestement venu sur le service public chercher un complément de salaire, animateur terne et sans facilités... laborieux (2), Monsieur Haziza est le présentateur de sa propre émission : Parlons-en !

     

                  Aussi, qu'il soit ici permis de suggérer à la direction de LCP et au CSA de demander à Monsieur Haziza, journaliste et maître censeur, de choisir (3) : soit il sert le service public, soit il sert sa communauté et par voie de conséquence, des intérêts partisans et privés mais certainement pas les deux, et qui plus est... aux frais des contribuables et sur le dos d'une déontologie, une nouvelle fois... à vau-l'eau dans les médias.

     

    __________________________

    1 - Est-ce à dire que l'on ne peut pas dire d'un journaliste qu'il est terne et sans qualité sans prendre le risque d’être taxé d'antisémitisme ? Est-ce à dire que l'on ne peut pas non plus s'opposer au fait qu'un journaliste, chef du service politique d'une radio communautaire, vienne sur le service public exercer sa profession sans, là encore, être taxé d'antisémitisme ?

    Si c’est le cas, il va nous falloir redoubler d’énergie pour attaquer et dénoncer cette escroquerie !

    2 - Bien évidemment, c'est un jugement personnel qui n'engage que moi et ceux qui le partagent.

    3 - Privé pour privé... que l'on suggère donc à Monsieur Haziza, puisque manifestement son poste à Radio-J ne lui suffit pas, de déposer un CV chez BFMTV ou chez i-télé.

    Lien permanent Catégories : politique, quinquennat Hollande et PS 1 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu