Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

le media avec gérard miller

  • Gérard Miller à la direction de « Le Média » : déception et soupçon....

    le media avec gérard miller, gérard miller déception et soupçon

     

                     Ce billet pour communiquer un grand étonnement :  voilà que "Le Média", web-TV qui se veut participative, lancée en octobre 2017 par des proches de Mélenchon et du mouvement « Les Insoumis », à l'occasion de son premier "direct" un mois après son lancement, pour faire le « point d'étape », décide d'afficher Gérard Miller en maître de cérémonie.

    Grande est notre surprise donc. Et la question suivante s’impose sans délai : d'où vient ce Gérard Miller resté pourtant très discret durant la première phase de lancement de « Le Média » ? Et puis aussi : Comment s'est-il fait connaître auprès du grand public ces 20 dernières années ? Et la réponse ne tardera pas à venir : Miller vient de la télé ; il a fait partie de "la bande à Ruquier" - composée de Claude Sarraute, Christine Bravo, Isabelle Mergault, Philippe Geluck, Pierre Bénichou, Isabelle Alonso et Isabelle Motrot - que des révolutionnaires sur TF 1, France 2, France Inter et Europe 1 ! - dans les années 90 et 2000, au sein d'une équipe "showbizz", adepte d'un "politiquement correct" lâche et veule, à l’humour infantile et sans danger pour personne, entre gourdes et trouducs.

    Plus tard, on le trouvera chez Drucker puis sur RTL.

    Miller a donc eu, ces dernières années, la fâcheuse habitude de se trouver partout là où il ne faut pas quand on se dit appartenir à une gauche décomplexée.

                    Oui, Miller vient donc tout droit de chez Ruquier ! Un Ruquier qui s’est avéré être au fil des ans et sur toutes les chaînes de radios et télés, ce grand benêt des médias de masse qui pratique un humour fatigué et lourd comme une souche.

                 

    Aussi, avec la venue de cet histrion de télé qui, en 2016 et 2017, pensait encore que le FN était un danger pour la démocratie - un Millet qui a donc plus de 10 ans de retard dans sa compréhension du jeu politique français pourtant pas si opaque que ça ! -, on peut légitimement flairer le danger suivant : la récupération et le détournement ; un peu comme dans les années 80 avec la "Marche pour l'égalité" conduite majoritairement par des Français issus de l'immigration et de notre histoire coloniale ; mouvement qui finira sous la bannière "SOS racisme" une fois tous les acteurs de cette marche évincés ; un « SOS » piloté par un Julien Dray et d'autres, tous membres du PS. Chacun sait ce qu'il en est advenu de l'égalité.

     

    le media avec gérard miller, gérard miller déception et soupçon

                       Certes, sous la tutelle de Miller, on se rendra compte très vite comment l'équipe de 'Le Média" est capable de dialoguer avec tous ceux qui n'ont pas attendu la création de ce nouveau média, à savoir : tous les acteurs de la ré-information et de la contre-information qui sont présents sur Internet depuis dix ans  car aucun d’entre eux n’a attendu pour s'organiser et donner de la voix ; et parfois, à des centaines de milliers d’exemplaires ; de plus, une grande partie de ces activistes du Net sont issus, là encore, des quartiers populaires et de l’immigration post-coloniale ; d'où notre méfiance extrême, voire notre déception dans le souvenir ce qu’il est advenu de « La marche pour l’égalité ».  Décidément, on ne peut s’empêcher de penser  qu' avec la création de ce nouveau média, il s'agissait aussi et sûrement de proposer des têtes nouvelles. N’est-ce pas ? Alors que… force est de constater ceci : Miller, ça fait vraiment "réchauffé" ; de plus, si l'histoire nous est d'un enseignement quelconque, sa présence pourrait fort bien ressembler à une tentative de contrôle et d’encadrement d’un danger que le « système » a très vite identifié : que la gauche, la vraie, choisisse la rupture définitive avec tous les médias dominants et une classe politique sans vision, sinon une seule : la carrière et la défense des intérêts de ceux qui sont susceptibles de l'y faire entrer et prospérer.

    Que les acteurs de ce nouveau média aient dû accepter la présence de Miller à sa tête semble indiquer que rien ne peut se faire sans lui. Et ça, c’est encore une mauvaise nouvelle car, pour toutes les raisons déjà explicitées, nous sommes nombreux à penser qu’il est préférable de pouvoir se passer d'un Gérard Miller. En revanche, un Frédéric Lordon aurait été un vrai bonus : son parcours, son intégrité, ses capacités d'analyse du réel.... tout le prédestine  à jouer un rôle majeur dans un web-média novateur, dissident et radical... dans le sens de... une rigueur à toute épreuve face à la vérité, face à toutes les vérités.
     

                   Faible conceptuellement, médiocre dans ses capacités à pouvoir comprendre  les véritables enjeux du combat politique, ignorant tout le travail de ré-information que des acteurs d'internet ont permis depuis 15 ans, ce qui est aussi et surtout en cause chez Miller c'est son parcours à la fois opportuniste d'un point de vue pécunier, egocentrique qui s'accompagne d'un besoin manifeste de reconnaissance auprès du plus grand nombre ; décidément, aucune des qualités requises aujourd'hui pour conduire un projet tel que "Le Média" qui se veut participatif et  qui demande un collectif tournant, toujours changeant, mobile... interchangeable.

    Aussi, la question à nouveau question : comment Miller s'est-il imposé ? A coups de milliers d'euros ?

    Toutes les conditions sont réunies pour une déception à venir chez des milliers de "socio"... ainsi nommés.
     

    Miller, c'est le soupçon d'un retour au PS des années 80 et 90 - le PS de la grande instrumentalisation pour le pire de toutes les luttes ; Miller c’est le PS qui n’est pas mort ; Miller c’est le PS qui bouge encore ; Miller c’est le nouveau visage d’un PS qui passe à autre chose pour mieux s’en revenir là où il est le plus à l’aise : dans la manipulation des aspirations à plus de justice et dans la trahison. Et que Miller soit d’extrême gauche n’est pas fait pour nous rassurer puisque tous les trotskistes ont fini soit au PS, soit dans les médias - animateur, pseudo-journaliste, directeur de l’information - ou bien Commissaire européen.

    En ce qui concerne Miller, la télé, la radio, l'animation… il a donné. Son parcourt se poursuit donc comme celui de tant d’autres avant lui depuis trente ans. Miller ne fera pas exception. D'où notre extrême réserve face à « Le Média ».

     
    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information, Présidentielle 2017 et après 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu