Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

le prisonnier patrick mcgoohan

  • Le Prisonnier - 3 : le mythe de Sisyphe revisité

     

                 Le prisonnier il était une fois Patrick Mc Goohan

     

     

    Cerveau lobotomisé, lavé, rincé, essoré, dans « Le Prisonnier » la vérité se fracasse sur le mensonge et le mental en est pour ses frais car la vérité doit être extirpée pour finir sur une carte perforée.

    Cette vérité sera le mensonge d’un diagnostic rendu contre quiconque s’oppose : hallucinations paranoïaques, complexe de persécution… désir de grandeur.

    Séduction, manipulations, mensonges, faux-suicide, vrais complots,  faux-amis, vrais ennemis, tout est permis. C’est corps et âme que la soumisson doit s’exercer ; corps et âme  résignés, vaincus, convaincus…  conscients, inconscients, sincères ou pas… seuls des esprits coopératifs sont tolérés.  

    Une conversion sociale complète sera exigée auprès de ceux qualifiés d’asociaux à l’aide de  pulsions électriques d’une lecture du cerveau en images dans lesquels la fiction rejoint la réalité ex-nihilo  car le mode de fonctionnement du Village ce sont et le rêve et la réalité d’un rêve d’une réalité inventée de toute pièce.

    Destruction de la personnalité - « Je est maintenant véritablement un autre » - d’une redoutable efficacité.

    Le prisonnier il était une fois Patrick Mc GoohanLa science est partout dans ce Village ; sciences dures et molles : la technique, l’électronique et la pharmacopée. Surveillance, écoute et drogues hallucinogènes, au service d’une ingénierie sociale aux méthodes radicales, blouses blanches à tous les étages, jargon scientifique et technique en-veux-tu, en-voilà… le lobe frontal sera la cible privilégiée de tout ce petit monde. Les neurologues auront la meilleure part du gâteau.

    Expérimentations, médecins vampires, petits Frankenstein, docteurs Mabuse et Moreau, apprentis sorciers, génies du mal, à noter qu’à l’intérieur de cet appareil répressif, les femmes occuperont une place non négligeable. Qu'est-ce à dire ?

    Tous à l’aise dans l’exercice scientifique et technique du contrôle ! Du conditionnement et des manipulations mentales et factuels, tous acharnés, sans haine mais déterminés, contre cet organe du système nerveux central plus communément appelé « cerveau »…

    Idées extravagantes, ambitions démesurées, machinations de toutes sortes, transfert de la spyché d’une personne à une autre… comprenez : transfert de sa mémoire, de son caractère et de sa personnalité d’un individu à un autre… c’est alors que le corps perd son âme, et l’âme son corps ; l’une et l’autre ne s’y reconnaîtront plus.

    Bouc-émissaire, repentance, confession public, comité, sous-comité, juges et jurés, l’appareil totalitaire est au complet.

     

    ***

    Le prisonnier il était une fois Patrick Mc Goohan

                 « Je ne veux pas être bousculé, fiché, estampillé, classé, déclassé, numéroté !»

     

    N1, N2, N6 et tous les autres… combien d’échiquiers et de sous-échiquiers au total, combien de joueurs ? Un constat s’affirme au cours de la série : nous sommes tous des pions.

    Quel sens, quelles sont les interprétations possibles, quelle allégorie « Le prisonnier » nous propose-t-il ?  

    L’interview donnée en 1977 par le concepteur de la série et son acteur principal en la personne de Patrick Mc Goohan, à la télévision canadienne, est sans ambiguïté :

     « Ce qui est en cause c’est le pourrissement, en sa source même, du pouvoir de chaque homme de décider en face de tous les conditionnements imposés, et la possibilité de libérer en l’homme ce qu’il a de spécifiquement humain : l’autodétermination  de ses fins et l’autogestion de ses moyens. »

    Kafka, Edward Bernays, Huxley, H.G Wells, Orwell... tels sont les auteurs « fantômes » derrière "Le Prisonnier". 

                     

    Le prisonnier il était une fois Patrick Mc Goohan

     

     

     

    Chacune des forces en présence croit à ce qu’il dit. Or, personne n’obtiendra ce qu’il désire ; ni Le Prisonnier ni le N2 (tous ceux qui occuperont ce poste) qui n’obtiendra pas les informations qu’il souhaite recueillir : pourquoi le N6 a-t-il démissionné ? A qui le N6 souhaitait-il se vendre ?

    Le prisonnier » est un rêve-cauchemar devenu 50 ans plus tard une réalité plus prégnante et englobante encore car nous sommes tous des agents du consentement qui, après avoir servi –  nous sommes tous appelés à servir ! – seront débarqués puis parqués par millions, bientôt par milliards…

    Une confession du N2 au N6 viendra nous éclairer : « Au fil des ans, les deux camps (on peut supposer bien qu’elle ne soit jamais nommé comme telle, une rivalité Est-Ouest toute théorique dans le contexte de cette série créée en 1967) ont fini par se ressembler ; l’un est bel et bien le miroir de l’autre »

    Et le N6 de clore l’entretien avec le N2 avec cette conclusion : « La terre entière sera alors semblable à ce village ; le même pour tous ! »

               Prophétique, déjà en 1967, les créateurs de la série avaient compris qu’il n’y aurait bientôt plus d’alternative : un seul monde au service d’une seule fin.

     

    Pour prolonger, cliquez : Le Prisonnier - analyse complète en 4 parties

    Lien permanent Catégories : Le Prisonnier de Patrick Mc Goohan 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu