Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

les usa

  • Les médias face à Donald Trump : pourquoi tant de haine ?

     

     

     

    trump, serge uleski, président des usa donald trump, trump la haine des médias

     

                     Jamais contents ces médias ! Contre un Donald Trump démocratiquement élu, dans tous les médias de masse, c’est une parfaite unanimité haineuse qui sévit ; aucune exception ; aucune nuance ; à leurs yeux, tout chez Trump est condamnable.

     

                   Mais alors, d’où vient cette haine unanime ?

    Et bien, Trump ne flatte la bonne conscience d’aucun de ces acteurs médiatiques : commentateurs, chroniqueurs, animateurs et animatrices de l’information (on évitera à dessein le terme de « journaliste » puisque… comme chacun a pu le remarquer : il n’y a pratiquement plus de journalistes dans les médias).

    Tandis que... Obama, Bush junior…

    Tenez : jamais les guerres de Bush junior et les sanctions économiques aux millions de morts direct et indirects (jusqu’à aujourd’hui) n’ont soulevé dans ces mêmes médias la moindre réprobation. Si l’on nous tient informés jour après jour - quasiment heure par heure -, depuis 4 ans, sur le nombre de victimes des bombardements syriens  - plus tard… ceux des Russes -, sur Alep et ailleurs (1), en revanche, ces médias mettront plusieurs années à se décider à dévoiler le bilan en vies humaines des guerres de Bush junior (2).

    Il est vrai que ces guerres prenaient pour cibles des Arabes et/ou des Musulmans. De plus, ces guerres de Bush menées au nom de la démocratie et soutenues sans réserves par les médias, avaient l’avantage d’offrir à un racisme toujours latent un camouflage tout terrain : le racisme anti-arabe maintenant centenaire et la haine du Musulman… plus récente, dans des médias très majoritairement proches des intérêts atlantistes, israéliens ainsi que ceux des monarchies du Golfe ( business oblige !) comme c’est pas permis même dans le cadre d’un humanisme a minima au ras des pâquerettes.

    Aussi, que l’on ne se voile pas la face : l’alibi démocratique de ceux qui ont pensé les guerres conduites par Bush junior cachait aussi et surtout une ratonade en bonne et due forme. Motus et bouche cousue dans les médias : ce racisme inexprimable trouvait là un débouché inespéré.

     

                  Plus tard, un président noir nommé Obama, occupa la Maison blanche.

                 Un président noir ? Pour sûr, voilà qui allait flatter les bonnes consciences de ces mêmes médias financés et dirigés par des Blancs.

    Ah ! Cette satanée culpabilité raciale ! Avec Obama, tous ces animateurs pouvaient faire peau neuve : s’acheter une nouvelle conduite, une bonne conduite ainsi qu’une bonne conscience à moindre frais ; une conscience de première classe après les ratonades et la boucherie de Bush junior. D’où leur soutien inconditionnel à Obama huit années durant.

    C’est Bernie Sanders qui viendra néanmoins nous révéler à quel point ces médias se sont moqués comme de l’an 40 du bilan économique et social d’Obama qui, à l’extérieur, il faut le rappeler, affichera le tableau de chasse suivant : destruction de la Lybie ainsi que de la Syrie avec les  conséquences que l'on sait : des réfugiés par milliers jetés à la mer par dizaines de milliers ; des millions de déplacés et un terrorisme islamiste florissant.

    C’est un Noir qui conduisait ces guerres. Aussi, « politiquement correct » oblige : ces guerres ne peuvent être que justes et nécessaires d’autant plus que, là encore, elles touchent des Arabes et/ou des Musulmans !

    Quand on vous dit que plus ça change… plus…

    Dans les faits, sous Obama, il aura été toujours aussi périlleux d'être pauvres et noirs aux Etats-Unis ainsi qu'ouvriers blancs (ou pas) payés quelques dollars de l'heure ; la candidature éphémère de Bernie Sanders et les événements dramatiques de "maintien de l'ordre" de la société américaine auront au moins permis de le rappeler au monde entier.

    Autant pour ceux qui, en 2008, ont salué la victoire de ce Président noir, comme un miracle - miracle poétique.

     

               Bush junior, Obama… tous derrière, tous devant…

               Quid de Trump ?

     

               Il semblerait que Donald Trump soit leur mauvaise conscience à tous, lui et son électorat constitué en grande partie de "loosers" - ploucs et gueux au regard des médias -, qui ne se résignent pas. Or, ces médias dominants sont sans pitié avec ceux qui troublent leur fête (en particulier ici en France les grévistes CGT et les activistes) car tous ces acteurs médiatiques avaient dans l'idée de fêter Hilary Clinton. N'en doutons pas un seul instant.

    Et puis, comme cela a été dit précédemment : Trump ne flatte la bonne conscience de personne et dérange la mauvaise conscience de tous les autres. Pour commencer, il n’offre aucun débouché, aucun camouflage ni au racisme, ni à la haine envers le Musulman ; son absence de considération pour le « qu’en dira-t-on » embarrasse les médias qui n’en demandaient pas temps et qui auraient aimé, comme avec Bush junior et Obama bonimenteurs de première catégorie, qu’il leur soit donné de quoi biaiser, de quoi mentir, de quoi se réjouir sans triomphalisme excessif de la continuation par d’autres moyens des présidences meurtrières et dictatoriales de Bush et d'Obama.

    Et puis... soyons sérieux une minute : comme si le « America first ! » de Trump n’était pas partagé par tous les Présidents passés, des pères fondateurs esclavagistes à aujourd’hui !

     

                Décidément, Trump froisse la politesse des médias qui est la pire des hypocrisies (3). Mais alors, trop honnête Trump pour être poli ? C’est à voir.

    Les médias n’ignorent pas non plus que ce sont des milliardaires comme Trump qui financent les campagnes électorales de tous les candidats à la présidence des USA depuis des lustres. Trump est donc chez lui à la Maison blanche et tous ceux qui l’ont précédés aussi, en finançant les campagnes de Présidents qui n’ont pas cessé,  une fois leur élection ou ré-élection assurée, de les rembourser, affairistes, soumis, menteurs et criminels, de Bush à Obama… pour les plus récents.

                Trump leur coupe l’herbe sous le pied à tous ces médias. Il ne leur offre plus la possibilité de construire autour d’une figure écran de fumée, au sourire éclatant qui cache mal une soumission mimétique propre aux nouveaux riches qui n’en reviennent pas d’occuper la place qui est la leur (le couple Obama et sa petite famille), un conte, une fable d’inspiration faussement démocratique à la Bush junior ou bien « humaniste pour les gogos » à la Obama.

    Aussi, chez Trump tout est mis à jour, tout s'affiche devant ; rien n’est derrière. Frustrés ces médias ! Car, avec Trump, ils n’ont qu’à bien se tenir et à prendre des notes. Et Trump racontera toutes les histoires possibles ; il ne laissera aucune place à l’improvisation ; les médias s’épuiseront à le diaboliser et les lecteurs à lire ou écouter ces médias qui ne trouveront rien à sauver chez Trump jusqu’au jour où…

    Tous sauront très vite opérer une volte-face qui nous expliquera que Trump, finalement, n'est pas dépourvu de bon sens, et plus particulièrement une fois que ceux qui signent les chèques de cette classe médiatique sans-gêne, seront rassurés ainsi que Wall Street (4) : gel des salaires, réductions massives des charges pour les entreprises... avec Trump, des affaires juteuses sont encore possibles et la réduction des inégalités peut bien attendre :

                  "Restez pauvres mais fiers d'être Américains car vos exploiteurs seront certifiés Yankees pure souche, les capitaux et les bénéfices aussi !"

                   Et ça, ce n’est pas particulièrement fait pour déplaire à cette caste médiatique et leurs patrons sans conscience.

                  

     

     

    1 – On notera au passage le silence de ces médias depuis la défaite et le retrait des troupes islamistes d’occupation de cette ville… depuis que l'armée de Bachar el-Assad a repris le contrôle. Les médias craignent-ils des témoignages en liesse favorables à "Bachar el-Assad le libérateur" ?

     

    2 - Heureusement pour nous tous : l’information sur Internet ne s'est jamais aussi bien portée grâce aux sites de ré-information et de contre-information tels que Egalité et Réconciliation, Agoravox, Investig'Action, les Crises.fr etc…

     

    3- Trump et les médias à propos d'Israël : le feu-vert de Trump donné à Netanyahu pour la continuation de la colonisation de Jérusalem et de la Cisjordanie ; comment les médias vont-ils gérer l'actualité d'une parole anti-israélienne censurée depuis les années 80 à l'arrivée du PS à l'Elysée, dans le contexte d'une détestation de Trump et d'une adhésion complète aux pressions sionistes en France par ces mêmes médias ? Comment être pour et contre tout à la fois ?

     

    4 - Trump anti-establishment ? Mauvaise blague, mauvaise analyse : Trump, c'est les USA qui passent à autre chose.

    Trump ne touchera pas à Wall-street, ni à la relation avec Israël et l’Arabie Saoudite. Quant à la Russie, les USA savent que ce pays-continent n’a aucun poids économique, technologique, culturel et militaire. Ils n’ont plus de temps à perdre. La préoccupation des USA c’est l’Asie. Et là encore, dans ses propos, Trump est au rendez-vous contre la Chine.

     

     

    ______________

     

    Pour prolonger, cliquez : Donald Trump - plus œcuménique que lui tu meurs !

    Lien permanent Catégories : A l'international 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu