Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

liberté de la presse

  • Un entretien de Julian Assange au Spiegel...

     

     

    https://allainjules.files.wordpress.com/2015/07/julian_assange1.jpg?w=594

                    Wikileaks est de retour publiant des documents prouvant  la surveillance US du gouvernement français, des câbles diplomatiques saoudiennes et affichant la preuve de la surveillance massive du gouvernement allemand par les services secrets américains. 

     

     

    ***

     

    SPIEGEL: Quelles sont les raisons de ce retour ?

     

    Assange: WikiLeaks publie beaucoup de matériel au cours des derniers mois. Nous n'avons jamais cessé de publier, mais parfois, il a été question de pièces qui ne concernait pas l'Occident et les médias occidentaux - des documents sur la Syrie, par exemple. Mais vous devez prendre en compte qu'il y a  conflit avec le gouvernement des États-Unis, qui a commencé pour de bon en 2010 après le commencement de la publication d' une série de documents américains classés.

     

    SPIEGEL: Qu'est-ce que cela signifie pour vous et pour WikiLeaks ?

     

    Assange: Le résultat a été une série d'affaires juridiques, les blocus, les attaques de relations publiques et ainsi de suite. Avec le blocus bancaire, WikiLeaks a été coupé de plus de 90 pour cent de ses finances. Le blocus est arrivé d'une manière totalement extrajudiciaire. Nous avons pris des mesures juridiques contre le blocus et nous avons été victorieux dans les tribunaux, afin que les gens puissent nous envoyer des dons à nouveau.

     

    SPIEGEL : Quelles difficultés avez-vous dû surmonter ?

     

    Assange : Il y avait eu des attaques sur notre infrastructure technique. Et notre personnel a dû accepter une réduction de salaire de 40 pour cent, mais nous avons été en mesure de nous en sortir ensemble sans avoir à se séparer de qui que ce soit, ce dont  je suis assez fier. Nous sommes devenus un peu comme Cuba, en travaillant sur des façons de contourner ce blocus. Divers groupes comme la Fondation Wau Holland Allemagne ont recueilli des dons pour nous pendant le blocus. Ils nous ont permis de payer pour de nouvelles infrastructures, ce qui était nécessaire. J'ai publié des pièces datant de presque 20 ans sur la surveillance de la NSA, dont je connaissais la surveillance de masse NSA et le GCHQ. Nous avions besoin d'un système de protection nouvelle génération afin de protéger nos sources.

     

    SPIEGEL: Et est-il en place maintenant ?

     

    Assange: Oui, il y a quelques mois, nous avons lancé un système d'acquisition de nouvelle génération et également intégré nos publications. Nous croulons sous l'information maintenant. Economiquement, le défi pour WikiLeaks est de savoir si nous pouvons intensifier nos revenus en proportion de la quantité de matériels que nous avons à traiter.

     

    SPIEGEL: Il y a neuf ans, lorsque WikiLeaks a été fondé, on pouvait lire sur son site Internet: « L'objectif est la justice. La méthode est la transparence». Ceci est la vieille idée des Lumières né au 18ème siècle. Mais si vous regardez les régimes politiques brutaux et grandes entreprises impitoyables, ne sont ce pas un  slogan trop idéaliste ? La transparence, c'est suffisant ?

     

    Assange: Pour être honnête, je n'aime pas le mot de  transparence; le verre est transparent. Je préfère celui d'éducation ou de compréhension, qui sont plus humains.

     

    SPIEGEL: Le travail de WikiLeaks semble avoir changé. Au début, il a publié des documents secrets. Plus récemment, vous avez également fourni le contexte des documents.

     

    Assange: Nous avons toujours fait cela. J'ai écrit des milliers de pages d'analyse personnellement. WikiLeaks est une bibliothèque géante de documents parmi les plus persécutées du monde. Nous donnons asile à ces documents, les analysons, les promouvons et nous en obtenons de plus en plus. WikiLeaks a plus de 10 millions de documents et analyses connexes maintenant.

     

    SPIEGEL: l'usage de votre bibliothèque est elle toujours interdite techniquement pour le personnel du gouvernement américain et de l'armée américaine ?

     

    Assange: WikiLeaks est encore un objet tabou pour certaines parties du gouvernement. Les pare-feu ont été mis en place. Chaque employé du gouvernement fédéral et de chaque entrepreneur a reçu un e-mail indiquant que s'ils lisent quelque chose de WikiLeaks, y compris par le site du New York Times, on leur supprime alors leur ordinateur immédiatement et un auto-rapport est établi. Ils n'ont plus qu'à avouer. Voilà une nouvelle hystérie McCarthyste.

     

    SPIEGEL: Savez-vous quelque chose de vos lecteurs ?

     

    Assange: Pas beaucoup, nous ne les espionnons pas. Mais ce que nous savons c'est que la plupart de nos lecteurs viennent de l'Inde, suivie de près par les États-Unis. Nous avons aussi un certain nombre de lecteurs qui font des recherches sur des personnes. Par exemple quand la sœur se marie et que quelqu'un veut en savoir plus sur le marié. Ou quelqu'un est en train de négocier un accord d'entreprise et veut savoir quelque chose au sujet de son partenaire potentiel ou un bureaucrate.

     

    La suite ICI

     

    ____________________

     

    Pour prolonger, cliquez : Des nouvelles de Edward Snowden

    Lien permanent Catégories : Lanceurs d'alterte : les wikileaks 0 commentaire
  • Arrêt d'Arrêt sur images



    arret sur images,serge uleski,

     

                  Abonné trois années durant, je n'ai pas souhaité renouveler mon abonnement.

     Devinez pourquoi ?

     Eh bien... tout simplement parce qu'à Arrêt sur Images, il ne s'y passe plus rien (si tant est qu'il s'y soit passé un jour quelque chose) !

     

     

                                                         ***

     

    Qu'à cela ne tienne !

    Présentation succincte mais non dénuée d'intérêt de la fine équipe de ce webzine, accompagnée de quelques commentaires d'un abonné qui ne l'est plus depuis quinze jours...

     

    - Maja Neskovic qui a remplacé Guy Birembaum ; ce dernier a très vite jeté l'éponge pensant à juste titre qu'il y perdait son temps et le nôtre.

    N'empêche, chaque semaine, Maja interroge un éditorialiste, un intellectuel sur ses sources. Lequel d'intello ou d'éditorialiste ? Et bien les mêmes que vous pouvez retrouver sur vos écrans de télé ou à la radio ; Maja allant à l'avance jusqu'à s'excuser auprès de nous, abonnés que nous sommes, avant de rencontrer Emmanuel Todd, car il se pourrait bien qu'elle ne comprenne pas tout.

    Merci pour l'excellence de ce service pourtant payant.

     

    - Judith Bernard, dirige et présente une émission littéraire, une émission une fois tous les... impossible de savoir ou de prévoir... une fois que Schneidermann a réuni des fonds pour la rémunérer ? Allez savoir !

    Pas d'émission des mois durant. Et pourtant, cette Judith Bernard est sans aucun doute la seule intervenante crédible de ce site : compétence, expertise, enthousiasme, apport réel, contribution à forte valeur ajoutée.

     

    - Un dénommé Rafik maintenant : chroniqueur cinéma dont la dernière chronique date de novembre 2011... quant à la production d'une émission de cinéma... vous pouvez toujours vous brosser ! (une émission ou deux en trois ans !)

     

    - Didier porte... mais là,  on ne fera pas de commentaire... à quoi bon être cruel !

     

    (Dis ! Pour un petit soutien à Dieudo, c'est quand tu veux !)

     

    - Le patron... Daniel Schneidermann : jeans, baskets, chemise qu'il oublie le plus souvent de repasser... (il ne lui manque plus qu'une casquette - un short peut-être aussi, cet été ?) ; il tente tant bien que mal de donner corps, vie, esprit, fond, forme à des débats, des tours de table, des réunions - briefing, dé-briefing ?, au format aussi usé que stérile, bien en peine qu'il est, et ses invités avec lui, de décrypter quoi que ce soit...

     

                    Emmanuel Todd en appui - invité récurrent -, comme unique espoir et horizon maintenant indépassable - hélas ! -, d'être confronté à un regard, un angle de vue, une analyse courageuse, dérangeante, et pourquoi pas... troublante. 

    De ce côté là aussi  : service minimum bien que payant ! 

                 Et d'autres encore, intervenants ponctuels, vacataires, intérimaires précaires, ils vont, ils viennent, disparaissent... pigistes pleins de bonne volonté... très certainement, souvent appliqués mais... livrés à eux-mêmes et dont on n'osera pas consulter les feuilles de paie.

     

                                                         ***

     

                 Privé de dynamique , aucune prise de risque chez Arrêt sur Images ; ce qui fait que sur les médias et ceux qui en vivent, de bien meilleures questions et réponses sont posées partout ailleurs sur le net, sans avoir à débourser quoi que ce soit.

    Aucun buzz ! Aucun relais dans les médias ! Aucun article quel qu'il soit autour d'Arrêt sur Images...

    Son patron, Schneidermann n'a aucune ambition, c'est flagrand : aujourd'hui, à la télé, il y aurait toute sa place sans aucune difficulté.

    C'est dire... c'est tout dire !

    En vérité, Arrêt sur Images ne dérange personne (et n'intéresse pas grand monde donc). Des Internautes taquins vont jusqu'à ironiser : "Arrêt sur Images cesserait d'émettre qu'il faudrait sans doute des semaines pour que l'on s'en aperçoive !"

     

                  En conclusion : aucune envie de continuer de soutenir ce site même à 40euros par an ; ce n'est pas tant que ce soit cher (ça ne l'est pas) mais... c'est tout simplement pas la peine car, Arrêt sur images ne nourrit pas son abonné, même s'il doit bien nourrir un homme, un seul : Daniel Schneidermann.

    Du moins, c'est à espérer. Parce que... dans le cas contraire, à quoi bon.

     

    Lien permanent Catégories : Medias, désinformation et ré-information 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu