Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par litterature"WebAnalytics"

Avertir le modérateur

littérature sur amazon

  • Un amour vital, fief de tous les excès

     

                Le jour s'éloigne. La nuit va venir. Au volant de son véhicule immobilisé sur le bord de la route, elle a attendu longtemps son appel et puis...

    Vacarme et gémissements ! Elle n'en pouvait plus d'attendre. Elle n'en pouvait plus d'espérer.

    Ses yeux sont clos. Sa bouche cherche une respiration introuvable. Le manque l'étouffe. Des larmes ont coulé, voilà quelques minutes. Elles ne sont pas encore sèches. C'est venu tout seul, subrepticement. Ils ne se sont pas vus depuis trois semaines durant lesquelles elle a vécu dans l'insomnie et l'angoisse. Elle lui a parlé des jours qui s'écoulent à rebours, des dimanches qui s'éternisent, étouffants et avec eux, sa vie qui recule et qui s'éloigne puisqu'elle désespère de pouvoir la vivre un jour. Dolente, elle a parlé de ses besoins - baisers, caresses - et elle a pleuré.

    Ô Dieu ! Sa voix ! La voix de son salut !

     

               Son téléphone ne quitte plus son oreille. La bouche sèche d'avoir trop cherché son haleine tremblante, elle aimerait hurler et pleurer à nouveau, sangloter sur elle et sur lui, lui qu'elle aime par-dessus tout ce qui l'épouvante : la violence d'une espérance qui a jeté son dévolu sur sa raison. Elle l'a supplié. Il faut qu'il lui parle. Il ne faut pas qu'il cesse de lui parler. Des mots insensés sont prononcés. Elle a laissé échapper un "Dis- moi que tu m'aimes !" et des "Oui !" qui résonnent comme des prières urgentes et désespérées.

    Elle a entrouvert son corsage. Elle a relevé sa jupe. Sa main n'a pas quitté ses cuisses jusqu'à s'y brûler les doigts. Une voie lactée s'est ouverte. Les chants de son firmament ont entonné les dernières mesures, les dernières plaintes du manque et de l'absence. Sa tête et son cœur ont vacillé avant de se vider en tonneaux des Danaïdes d'un désir fou, un désir condamné à renaître mille fois. Pour un peu, elle aurait souhaité en mourir, là maintenant, pour ne plus avoir à souffrir de ce besoin impérieux qui ne tarderait pas à se manifester encore et toujours, sans fin, comme une maladie incurable. Exténuée, son bassin s'est soulevé, ses cuisses liquides se sont refermées et sa voix s'est brisée.

     

                 Râles, pleurs se sont tus et les mots aussi. Tous les mots. Seul un souffle épais et dense se fait encore entendre. Les doigts trempés et les yeux humides, le cœur gros d'une douleur vive et claire comme une certitude haïssable qui se refuse toujours à la quitter en dépit de ce soulagement tant attendu, elle a retrouvé le sourire ; un sourire sans illusions, celui d'un destin impénétrable guidé par mille incertitudes. Un bel arc-en-ciel éphémère et cruel cet assouvissement.

    Elle n'aura eu qu'un regret : n'avoir pu saisir que l'ombre de son amant, sans pouvoir le toucher, l'embrasser et le retenir éternellement entre ses jambes, étau et roc tout à la fois.

    Cherchant son souffle, la tête baissée, reposant sur le volant de son véhicule, inerte, elle lui a dit : « Ne raccroche pas mon Ange ! Reste avec moi encore un peu. » Et puis, le jour a baissé. Elle aurait aimé veiller avec lui mais un promeneur solitaire qu'elle a cru reconnaître s'est approché. Elle n'a eu qu'un désir : fuir au plus vite. Ce qu'elle a fait sans attendre, blême à l'idée que cet intrus ait pu l'identifier.

     

    ***

                  C'est toute la musique qu'elle aime, celle de son portable quand il l'appelle. Que sa voix s'apaise ou bien qu'elle gronde, à chaque fois, c'est la même émotion : profonde et intacte, cette émotion.

    Soulagement et résurrection ! A chaque fois, un fond d'optimisme rejaillit, une espérance démesurée lui coupe le souffle. Hors d'haleine, avant que sa voix ne se fasse entendre, elle ferme les yeux et respire profondément. Dix... trente minutes de répit qui feront de la journée qui s'achève ou bien, qui commence, une journée sauvée. Elle ne l'aura pas vécue pour rien.

    Entre deux rencontres, dans l'intervalle d'un éloignement cruel, le sens qu'elle pouvait encore donner à sa vie, c'est dans ces appels qu'elle allait le chercher et l'arracher, le mors aux dents.

     

    Extrait du titre : " Cinq ans, cinq nuits"

     

    A propos de l'ouvrage... cliquez Cinq ans, cinq nuits

    Lien permanent Catégories : A découvrir : Serge ULESKI, ouvrages et entretiens 0 commentaire
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu